Navigation – Plan du site

Sur les traces d’un « antiparlementarisme syndical » marginal (France, XXe siècle)

The Fleeting Footsteps of French "Trade Union Antiparliamentarism" in the Twentieth Century
Nathalie Ponsard

Résumés

L’antiparlementarisme, une des composantes du syndicalisme révolutionnaire, devient au fil du XXe siècle marginal dans les discours des confédérations syndicales ouvrières qui s’inscrivent dans un processus d’institutionnalisation. Tout en s’interrogeant sur la construction des rapports entre syndicalisme et politique et sur la notion de souveraineté et de représentation populaire en démocratie, l’article se propose de revenir sur les formes de l’antiparlementarisme dans le syndicalisme révolutionnaire. Il invite ensuite à une réflexion sur les filiations idéologiques de cette posture à la fois dans des noyaux de militants syndicaux (des années 1930 aux années 1950) et à travers les tracts ouvriers des années 68 où l’antiparlementarisme en discours et en pratique côtoie l’utopie autogestionnaire.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la seconde moitié du XXe siècle, à travers les discours des grandes confédérations syndicales ouvrières, le mot « antiparlementarisme » n’est pratiquement jamais usité. Et pourtant, lors de son congrès fondateur à Limoges en 1895, la CGT, en regroupant les unions locales, les bourses du travail et les fédérations professionnelles, ne proposait-t-elle pas une représentation de la classe ouvrière en opposition à la forme parlementaire de la République ? Ne donnait-t-elle pas une représentation « alternative » à la République « bourgeoise » ? Au tout début du XXe siècle, l’antiparlementarisme n’était-il pas une composante du syndicalisme révolutionnaire dominant à la CGT ?

  • 1 Stéphane Sirot, Le Syndicalisme, la politique et la grève : France et Europe, XIXe-XXIe siècles, Na (...)
  • 2 Gérard Noiriel, Les Ouvriers dans la société française XIX-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1996.

2Vouloir appréhender l’antiparlementarisme dans le mouvement syndical suppose une bonne compréhension de la construction des rapports entre le syndicalisme et le politique. Or, en France, le mouvement syndical se fixe un double objectif : l’avènement d’une société dans une perspective révolutionnaire de destruction du capitalisme et d’émancipation de la classe ouvrière à moyen terme ainsi que l’obtention d’améliorations immédiates de la condition ouvrière. Sa spécificité tient donc, à l’échelle du paysage européen syndical, à son caractère « socio-politique »1. Au sein de la IIIRépublique, dès la fin du XIXsiècle, le mouvement syndical est confronté à l’émergence de lois sociales ; puis, dans les années 1930, il est marqué par l’irruption de la classe ouvrière sur la scène politico-syndicale2 ; enfin, à partir de 1945, il s’institutionnalise dans le cadre de la construction d’un État social. Dans ces conditions, que devient « l’antiparlementarisme » ? Comment frontalement exposer un discours antiparlementaire qui, de surcroît, est largement mobilisé dans le camp adverse de l’extrême-droite ? Ne faut-il pas interroger la notion d’antiparlementarisme en milieu syndical et admettre une pluralité de déclinaisons allant du rejet à la défiance, en passant par la critique constructive impliquant toujours comme horizon d’attente un renforcement de la démocratie fondée sur la souveraineté populaire ? Ne peut-on parler d’une forme d’opposition au parlement, sous-tendue par un projet de société posant la question de la représentation politique et économique des travailleurs ? De plus, sur ce temps long, si la réflexion doit porter sur l’antiparlementarisme idéologique fondé sur les « mots », elle peut aussi prendre en compte l’« antiparlementarisme en action », visible à travers des projets de « démocratie directe » qui, dans le contexte contestataire des années 1968, fait écho en milieu ouvrier.

3Cela nécessite de revenir sur le syndicalisme révolutionnaire du début du XXe siècle, puis de mener une réflexion sur les filiations idéologiques du syndicalisme révolutionnaire à travers des temporalités différentes. Nous examinerons donc des noyaux de militants syndicaux porteurs d’un « antiparlementarisme », que ce soit dans les années 1930 à travers la revue La Révolution prolétarienne ou dans le paysage syndical pluraliste des « Trente glorieuses », au sein de centrales syndicales telles que Force ouvrière (FO) et la Confédération française du Travail (CFDT). Nous revisiterons l’épanouissement théorique et pratique de l’« autogestion » des années 68, susceptible d’être un prolongement de l’autonomie ouvrière revendiquée au début du XXe siècle.

Antiparlementarisme et syndicalisme révolutionnaire au sein de la CGT au début du XXe siècle

  • 3 Émile Pouget, né en 1860, anarchiste, organisateur de la CGT, animateur du syndicalisme révolutionn (...)
  • 4 Secrétaire général de la CGT de 1901 à 1909, corédacteur de la Charte d’Amiens et emblème du syndic (...)

4Au début du XXe siècle, et tout particulièrement entre 1905 et 1910, l’antiparlementarisme est une des thématiques récurrentes de la presse du syndicalisme révolutionnaire. Ainsi, dans La Voix du Peuple, sous la plume de grandes figures syndicales – Émile Pouget3 ou Victor Griffuelhes4 – s’élabore un antiparlementarisme fondé sur un rejet de l’ordre politique et sur l’aspiration à l’indépendance syndicale, fondement de l’autonomie ouvrière. Sur ce profond antiparlementarisme idéologique s’imprime un antiparlementarisme de circonstance non moins acerbe.

Un antiparlementarisme idéologique

  • 5 M. Pigenet et P. Robin, Regards […] ; Jacques Julliard, Autonomie ouvrière. Étude sur le syndicalis (...)

5Dans les discours des syndicalistes révolutionnaires5, l’antiparlementarisme s’inscrit dans un rejet de l’ordre politique tel qu’il s’est dessiné depuis 1870, autrement dit un rejet de l’État républicain bourgeois. Dans le décryptage de cette position, il faut prendre en compte l’influence des idées anarchistes, diffusées à la fois par Proudhon et par Fernand Pelloutier dans les milieux syndicaux : par principe, on refuse à l’État le droit d’intervenir dans le domaine de la législation sociale. Il convient aussi d’insister sur l’accentuation du divorce entre une partie du monde ouvrier et la Troisième République. La mémoire d’un État républicain répressif à l’égard des communards, des ouvriers grévistes et des anarchistes est tenace. À cela s’ajoute, de manière paradoxale, une déception face à une République qui, certes, a accordé des droits politiques mais qui a parallèlement délaissé les droits sociaux. Cette déception explique en partie l’hostilité aux parlementaires socialistes (déjà disqualifiés à la fin du XIXe siècle par la rivalité, jugée néfaste pour la classe ouvrière, entre partis socialistes) et plus encore la dénonciation de la participation ministérielle du socialiste Alexandre Millerand au cabinet Waldeck-Rousseau de 1899 à 1902.

  • 6 Émile Pouget, « Le repos hebdomadaire », La Voix du Peuple, n°304, 5-12 août 1906.
  • 7 Alexandre Luquet, « Le Parlement commercial », La Voix du Peuple, n°381, 27 janvier-2 février 1908.
  • 8 A. Luquet (1874-1930), membre du bureau confédéral de la CGT avant 1914, a lutté pour le repos hebd (...)
  • 9 La Voix du Peuple, 14-23 juillet 1905.
  • 10 A. Luquet, « Le Repos hebdomadaire », La Voix du Peuple, n°228, 26 février-5 mars 1905.

6Plus profondément, se pose l’épineuse question de la représentation ouvrière au parlement, liée à la notion de souveraineté populaire dans une démocratie. En effet, par un désir d’autonomie sur lequel nous reviendrons, le deuxième congrès ouvrier de Lyon en 1878, de même que le syndicalisme révolutionnaire dominant la CGT au début du XXsiècle, s’opposent à toute participation parlementaire. Parallèlement, La Voix du Peuple dénonce le parlement comme le haut lieu du pouvoir de la classe bourgeoise, autrement dit le symbole de la République bourgeoise. Ainsi, en 1906, lors du vote de la loi sur le repos hebdomadaire, É. Pouget explique que « le Parlement, expression légiférante de la bourgeoisie, n’a pas […] obéi aux sentiments généreux mais à un sentiment de protection de classe6 ». La revue diffuse un répertoire de représentations négatives des députés et des sénateurs, fondées le plus souvent sur l’opposition de classe. Évoquant la dépendance du parlement à l’égard du pouvoir économique et suggérant même l’idée d’un « parlement commercial7 », Alexandre Luquet8 désigne les parlementaires comme les « rois du négoce, de la finance et de l’industrie, éléments composites de la classe bourgeoise et exploiteuse, qui affirment cyniquement leur domination ». La représentation du Sénat est encore plus négative : « Assemblée bourgeoise », « réactionnaire », qui « vient encore une fois de manifester sa haine de la classe ouvrière »9 ; « rempart de la république démocratique et capitaliste10 », « chambre haute » discréditée par sa méconnaissance des conditions de travail des ouvriers.

  • 11 J. Julliard, Autonomie […].

7L’antiparlementarisme n’exprime pas seulement un rejet du système parlementaire de la République bourgeoise, mais découle de l’aspiration à l’autonomie de classe. Dans cette perspective, le syndicalisme révolutionnaire a l’ambition d’être « l’instrument de son autonomie sociale11 ». Il s’appuie sur le principe de l’indépendance syndicale, qui découle de la maxime de la Première Internationale selon laquelle l’émancipation du prolétariat est l’œuvre du prolétariat lui-même. Ce principe est réaffirmé en 1895 lors de la naissance de la CGT et au moment du congrès d’Amiens d’octobre 1906 à travers l’intervention de Victor Griffuelhes

8Contre la République parlementaire et bourgeoise, l’objectif est d’ériger une société conçue comme un vaste ensemble de fédérations professionnelles de travailleurs associés et fondée sur l’appropriation par les travailleurs des instruments d’exercice de leur métier. En effet, la Charte d’Amiens affirme la primauté du syndicat comme « groupe de résistance » dans l’immédiat et « groupement de production et de répartition, base de réorganisation sociale » à long terme.

9Or, pour édifier ce nouvel ordre social, l’action directe est préconisée au détriment de l’action indirecte du parlement comme en témoigne La Voix du Peuple en 1906 :

  • 12 Extrait de L’Almanach du Père Peinard (Émile Pouget, dir.), 1897, cité dans Henri Dubief, Le Syndic (...)

« Donc si nous voulons nous émanciper, ne comptons que sur nos propres forces. Faisons nos affaires nous-mêmes et gardons-nous des intermédiaires. En tout et pour tout, les intermédiaires sont d’abominables sangsues12. »

10Cet antiparlementarisme est donc idéologique et identitaire : par opposition à la République bourgeoise, il est le soubassement d’un autre projet de société fondé sur le pouvoir ouvrier. Et pourtant, au-delà de cet antiparlementarisme de principe, La Voix du Peuple suit de très près les débats parlementaires et le processus de législation sociale. Ainsi, l’antiparlementarisme idéologique côtoie un antiparlementarisme de circonstance.

Un antiparlementarisme de circonstance ou contextuel

  • 13 La Voix du Peuple, n°240, 21-28 mai 1905.

11C’est à l’occasion des débats sur les lois sociales que La Voix du Peuple développe une critique du système parlementaire et exprime plus particulièrement son rapport au parlement. Elle stigmatise la lenteur du processus législatif qu’elle explique par les navettes du projet de loi entre la Chambre et le Sénat. Elle dénonce particulièrement le Sénat accusé d’altérer les projets initiaux, à l’instar des socialistes opposés à cette deuxième chambre disposant des mêmes pouvoirs que la Chambre des députés pour le vote des lois. Ainsi, contre le Sénat qui « amende », « triture », « rogne », elle appelle à un grand meeting le 10 juin 1905 pour défendre la loi sur le repos hebdomadaire et s’opposer au « projet réacteur du Sénat »13.

  • 14 La Voix du Peuple, n°306, 19-26 août 1906.

12S’inscrivant dans un processus de résistance au rapprochement d’une partie de la CGT avec le parti socialiste14, elle stigmatise les alliances politiques, considérées comme des « traquenards du parlementarisme bourgeois pour essayer de majorer les tendances ». Elle s’indigne du retard de la République en matière de législation sociale et s’offusque du non-respect des lois ouvrières par le patronat, dû notamment au manque d’inspecteurs du travail. C’est ainsi que, le 1er mai 1908, elle lance un appel pour faire respecter la loi sur le repos hebdomadaire : n’est-ce pas l’aspiration à un État protecteur ? Enfin, elle s’insurge contre un parlement soutenant la répression gouvernementale lors de la fusillade de Limoges, puis celle du Midi viticole en 1907 au sujet de laquelle La Voix du Peuple titre : « Gouvernement d’assassins » et fait le commentaire suivant :

  • 15 La Voix du Peuple, n°351, 30 juin-7 juillet 1907. Ce sont des hommes politiques provenant de l’extr (...)

« Et le Parlement, que la peur tient au ventre, le Parlement, qui synthétise la frayeur de la bourgeoisie dirigeante, a donné un blanc-seing au trio sinistre que symbolise le pouvoir : Clemenceau, Briand, Viviani15. »

La Voix du Peuple condamne donc la complicité du parlement avec les patrons et les forces répressives. Cependant, l’antiparlementarisme idéologique et de circonstance du syndicalisme ouvrier est-il absolu ? Résiste-t-il à l’examen des discours et des pratiques ?

13Au-delà du discours de défiance, la CGT mène une double stratégie vis-à-vis du parlement. Par la lutte ouvrière autonome, elle entend exercer une pression sur le parlement pour le vote de lois ouvrières. En 1904, au congrès de Bourges, elle décide de lancer une grande campagne de revendication de la journée de huit heures pour l’imposer au patronat le 1er mai 1906. La Voix du Peuple reprend la position du comité confédéral de la CGT :

  • 16 La Voix du Peuple, n°224, 29 janvier-5 février 1905.

« Que faut-il faire ? Devons-nous en reposer sur le bon vouloir des législateurs ? Non ! De nous-mêmes doit venir l’amélioration de notre sort ! Les libertés ne se mendient pas ; elles s’arrachent de haute lutte16 ! »

D’autre part, elle s’oppose au vote de lois jugées dangereuses ou injustes telles que celle sur les arbitrages de conflit visant à supprimer le droit de grève et, en 1907, celle sur les retraites reposant sur un système par capitalisation.

  • 17 Par exemple, la Fédération des chemins de fer dirigée par Eugène Guérard avec les Allemanistes ou l (...)
  • 18 La proposition de Renard est repoussée par 736 voix contre 34 et 37 abstentions.

14Dans les faits, cet antiparlementarisme n’est pas si intransigeant. Il est tempéré par la nécessité d’obtenir des subventions municipales et par l’existence de relations entre syndicats et partis socialistes17. Il est débattu notamment au congrès d’Amiens à travers l’intervention de Victor Renard (secrétaire de la fédération du textile) qui, sur la question du rapport entre la SFIO et la CGT, propose un changement d’orientation. Il veut effet inscrire l’action de la CGT dans le politique et souhaite que les élus socialistes élaborent et défendent des projets de réformes concernant la classe ouvrière à la Chambre des députés et au Sénat. Il soutient donc l’idée de coopération et accorde plus d’importance à la législation relative au travail18.

  • 19 Jacques Le Goff, Du Silence à la parole. Une histoire du droit du travail des années 1830 à nos jou (...)
  • 20 J. Julliard, Autonomie […].

15Enfin, l’antiparlementarisme perd de sa vitalité à un moment où la République s’engage dans l’élaboration d’une politique des droits sociaux19, où l’idéologie anarchiste peine à se diffuser dans le monde ouvrier20 : dès 1914, la CGT, s’éloignant du syndicalisme révolutionnaire, adopte la « politique de présence ». L’antiparlementarisme est-il voué à une disparition totale et irréversible du champ syndical ?

L’héritage de l’antiparlementarisme du « syndicalisme révolutionnaire » dans le mouvement syndical : filiations idéologiques et perpétuation de pratiques

Le noyau de La Révolution prolétarienne au milieu des années 1930

  • 21 Le 24 décembre 1921, la CGTU se constitue, consécutivement à la « politique de présence » de la CGT (...)
  • 22 Selon l’expression de Michel Dreyfus.
  • 23 C’est cette revue que nous avons revisitée pour cerner les traces de l’antiparlementarisme tout en (...)

16Entre 1922 et 1936, le paysage syndical est marqué par deux organisations rivales : la CGT et la CGTU21. C’est au sein de cette dernière que se fixe momentanément (jusqu’en 1924) une minorité, « les syndicalistes purs22 », face aux communistes partisans de l’adhésion à l’Internationale Syndicale Rouge. Or, confrontés au renforcement de la mainmise communiste sur la CGTU, certains syndicalistes exclus du PCF, Robert Louzon, Pierre Monatte, Alfred Rosmer et Maurice Chambelland, publient en 1925 une revue communiste syndicaliste mensuelle, puis bimensuelle, La Révolution prolétarienne23. Comment le noyau de La Révolution prolétarienne, héritier du syndicalisme révolutionnaire du début du siècle, réagit-il dans ce double contexte marqué par l’antiparlementarisme d’extrême-droite et le processus d’intégration politique, sociale et culturelle de la classe ouvrière ?

17Dès le début de l’année 1934, dans le contexte de l’affaire Stavisky, R. Louzon se positionne par rapport à l’antiparlementarisme porté par l’extrême-droite. Certes, il dénonce « la corruption des parlementaires et des hauts fonctionnaires » révélée par l’affaire Stavisky, mais il tente surtout de répondre à l’argumentation énoncée par les dirigeants de la CGT :

  • 24 R. Louzon, « Les faits de la Quinzaine », La Révolution prolétarienne, n°167, 25 janvier 1934.

« Oui, mais dans l’antiparlementarisme, il y a le fascisme ! Et ne devons-nous pas alors, par crainte du fascisme, courir au secours du parlementarisme, même pourri24 ? »

Dans un souci didactique, il rappelle que l’antiparlementarisme était défendu par la CGT au début du siècle et précise :

  • 25 Idem.

« Loin de chercher à sauver le parlementarisme, le syndicalisme doit, s’il veut se sauver lui-même, prendre la tête du mouvement antiparlementaire25. »

Puis il élabore une typologie de l’antiparlementarisme en présentant deux « antiparlementarismes diamétralement opposés » :

  • 26 Idem.

« Celui des réactionnaires qui veut revenir en-deçà du parlementarisme et celui des Révolutionnaires qui veulent aller au-delà. Pour les réactionnaires, le parlementarisme, c’est trop de liberté, pour nous, c’est pas assez de liberté26 ! ».

  • 27 Idem.

Rejetant donc à la fois « l’État fasciste » et « l’État parlementaire », il prône « l’État des producteurs », désigné aussi par « l’État syndical », « où il n’existera plus que des producteurs égaux ayant droit à une rémunération égale et où de ce fait la liberté purement théorique du régime bourgeois, la liberté proportionnée à la richesse, sera remplacée par la liberté réelle d’hommes économiquement égaux27. »

  • 28 Discours de Jean Mathé au congrès de la fédération postale, La Révolution prolétarienne, n°168, 10  (...)
  • 29 « Tout le pouvoir aux syndicats », La Révolution prolétarienne, n°181, 25 août 1934, p. 15.

18Dès février 1934, une grande campagne est lancée sur ce thème par des tracts intitulés « Au syndicat le pouvoir ». Seul le syndicat, « émanation directe des producteurs », est « qualifié pour diriger économiquement et pour conduire politiquement la société ». Il « doit se substituer à l’État28 ». L’antiparlementarisme de La Révolution prolétarienne est donc associé à un projet alternatif. Toujours lié au refus de la République bourgeoise, il prône « une république syndicaliste » qui, partant d’une révolution économique, induira la démocratie sociale29. Il est également fondé sur une critique parallèle des radicaux et socialistes, (« hommes politiques de 1924 qui ont trahi la République et la Démocratie en 1926 et l’ont assassinée en 34 ») et des communistes, « adeptes d’une révolution politique conduisant à la dictature ».

  • 30 « Les faits de la Quinzaine », La Révolution prolétarienne, n°186, 10 novembre 1934.
  • 31 Allocutions radiodiffusées de G. Doumergue, président du Conseil du 22 février au 8 novembre 1934, (...)

19Cependant, une inflexion de l’antiparlementarisme se produit au cours de l’année 1934 à deux moments-clés. À la suite du 6 février, la conscience du danger fasciste, susceptible de produire l’« écrasement de la classe ouvrière par la force et la suppression des droits du prolétariat : droit à penser, droit à s’organiser, droit à lutter », explique le ralliement à la journée du 12 février 1934. Celle-ci « redonne à l’idée de grève générale toute sa puissance, ouvre la voie de l’unité, chère aux syndicalistes de la Révolution prolétarienne ». Puis, au mois d’octobre 1934, dans le contexte de discussion de la réforme de l’État, La Révolution prolétarienne s’oppose aux propositions de Gaston Doumergue selon lesquelles le Président du Conseil pourrait dissoudre la Chambre30 sans avis du Sénat et les parlementaires perdraient l’initiative des dépenses publiques. La revue refuse « la domestication complète du Parlement » et, au contraire, se positionne pour la défense d’un système plus démocratique, soulignant ainsi son attachement à la souveraineté populaire31.

20Ainsi, la montée du fascisme en Europe altère la position d’antiparlementarisme inflexible de la revue sans pour autant lui faire renoncer à son projet de société gérée par les syndicats. Dans le climat social effervescent du printemps et de l’été 1936, la grève sur le tas est une stratégie soutenue par la revue : en tant que mode d’action directe, elle doit faire pression sur le parlement pour le vote des lois instaurant les contrats collectifs, les délégués d’entreprise, les congés payés et la semaine des 40 heures. D’ailleurs, dès la fin de l’année 1936, si R. Louzon reprend les principes du syndicalisme révolutionnaire en insistant en premier lieu sur l’action directe et le rôle du syndicat dans la coordination de l’action collective, il tient dorénavant compte du rôle de l’État qui, notamment dans les moments de crise, peut proposer une législation sociale « utile au prolétariat », obtenue sous la pression des travailleurs.

  • 32 Danielle Tartakowsky, Le Pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Pa (...)
  • 33 D. Tartakowsky, Les Manifestations de rue en France 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, (...)
  • 34 Or, cette interprétation, diffusée par René Garmy dans L’Histoire du mouvement syndical des origine (...)

21Pendant l’entre-deux-guerres, l’antiparlementarisme dans le mouvement syndical est confiné au noyau de La Révolution prolétarienne, et encore est-il assorti d’inflexions dues à la montée de l’extrême-droite et à l’arrivée au pouvoir du Front populaire. Excepté quelques militants de la CGTU remarqués dans l’émeute du 6 février 3432 sans que cela ait été dû à un mot d’ordre de la confédération, l’antiparlementarisme est l’objet de discussions dans une minorité syndicale, mais ne se concrétise pas par des pratiques telles que des manifestations contre la Chambre des députés33. L’ennemi principal demeure le fascisme et le patron, surtout dans un contexte de crise. L’antiparlementarisme est d’autant plus marginalisé que les communistes, suivant la vision léniniste du syndicalisme assujetti au pouvoir politique, rejettent le syndicalisme révolutionnaire connoté péjorativement par le terme d’« anarchosyndicalisme »34.

22Enfin, l’antiparlementarisme est totalement abandonné par la CGT qui mène une politique de présence et attribue un rôle majeur au parlement dans le vote de lois sociales. Ainsi, La Voix du peuple, participant au processus de reconnaissance du travail législatif, soutient massivement le vote de la loi sur les assurances sociales du 30 avril 1930.

Antiparlementarisme idéologique et minoritaire de militants syndicaux au sein des confédérations

23En rupture avec le régime autoritaire de Vichy, à la Libération, le programme du Conseil national de la Résistance inspire hommes politiques et syndicalistes dans la construction d’une « démocratie sociale ». Des lois symboliques sont votées, comme celles portant sur les nationalisations, la généralisation de la sécurité sociale ou la mise en place de comités d’entreprise. Elles engagent les confédérations syndicales dans la voie de l’institutionnalisation. Dans le cadre du débat institutionnel, la CGT, à travers La Vie ouvrière, soutient le projet de République parlementaire en 1945-1946 et la défend fortement en 1956 face au poujadisme, réactivant le réflexe antifasciste de 1936 en assimilant Poujade au colonel de La Rocque. Puis, la CGT, opposée au « coup d’État » de De Gaulle assimilé à un dictateur, appelle la classe ouvrière à voter non à la constitution de la Ve République qui conduirait à l’impuissance d’un parlement soumis au pouvoir exécutif. Ainsi se développe une opposition au parlement gaulliste sans que l’on puisse parler d’« antiparlementarisme ». Jusqu’au milieu des années 60, cette position domine les discours des centrales syndicales ouvrières (CGT, FO et CFTC) : l’antiparlementarisme est donc marginal. Pour cerner des traces d’antiparlementarisme, il faut changer d’optique et d’échelle : quitter les discours officiels des confédérations portés dans les éditoriaux de leurs revues militantes, et entrer dans les débats des congrès pour appréhender des noyaux de militants libertaires et/ou syndicalistes révolutionnaires.

  • 35 Guillaume Trousset, Libertaires et syndicalistes révolutionnaires dans la CGT-Force ouvrière (1946- (...)

24Les confédérations sont en effet confrontées à un antiparlementarisme se manifestant au sein de noyaux minoritaires35. Ainsi, en 1946, s’inscrivant dans la tradition de la CGT syndicaliste Révolutionnaire, les anarchosyndicalistes prennent l’initiative de la rupture avec la CGT. Dès le congrès du 8 avril 1946, ils critiquent la subordination au parti en tant que relais parlementaire, s’élèvent contre la remise en cause de l’autonomie ouvrière et réaffirment la grève comme moyen d’action spontanée. Au congrès FO de 1950, même s’ils sont minoritaires (20 %), ils font entendre leurs voix dissonantes en montrant leur hostilité aux avancées sociales liées au travail législatif. Par exemple, Alexandre Hébert s’élève contre une assemblée qui ne vote pas les lois portant sur le retour aux 40 heures, l’échelle mobile des salaires et le minimum vital à 17 500 francs. En d’autres termes, il s’oppose au « joug parlementaire » soumettant les syndicats et continue à prôner « l’action directe ». Dans les grèves des années 1950, à l’échelle locale et notamment dans certaines fédérations telle que la métallurgie, ces militants minoritaires jouent un rôle important. La défense de l’action révolutionnaire s’accompagne ici d’une critique du syndicalisme réformiste incapable d’obtenir « la libération du travailleur ».

25Plus tard, dans les années 68, des militants libertaires, plus précisément les militants de l’Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL) inscrits dans une orientation syndicale de gauche et autogestionnaire, investissent la CFDT porteuse du projet d’un « socialisme autogestionnaire ». Or, ce noyau militant souhaite constituer un contre-pouvoir, un syndicalisme de masse et de classe. Il est à la fois hostile au parlementarisme et partisan de la démocratie directe.

26Confiné dans des noyaux militants au sein des confédérations, l’antiparlementarisme ne se diffuse-t-il pas davantage en milieu ouvrier dans la tourmente contestataire des années 68 ?

Résurgence de la démocratie directe et de l’autonomie ouvrière dans les usines dans les années 68

27Dans les années 68, l’antiparlementarisme, présent dans des noyaux de militants syndicaux, rejoint « l’insubordination ouvrière » et les groupes révolutionnaires d’extrême gauche. Or, pour saisir ce contexte de convergence « antiparlementaire » touchant de plein fouet le mouvement syndical, il est nécessaire d’examiner la circulation des discours, des tracts, des prises de parole ouvrières et des pratiques dans un lieu de la centralité ouvrière, l’usine, qui, dans ce temps de contestation, se métamorphose en lieu de vie politique.

  • 36 Marnix Dressen, De l’amphi à l’établi. Les étudiants maoïstes à l’usine (1967-1989), Paris, Belin, (...)

28L’antiparlementarisme est diffusé par les établis maoïstes36, étudiants engagés dans la « gauche extraparlementaire ». Ils affirment en effet leur opposition à la démocratie parlementaire, notamment à la constitution de la Ve République menaçant les libertés publiques. Influencés par l’anarchosyndicalisme, ils revendiquent l’action pour l’émancipation des travailleurs et refusent catégoriquement la délégation, s’opposant « aux mandataires traditionnels du peuple, à leurs manières d’agir et de penser ». Ils rejettent les forces politiques affirmant les représenter, tels que le PCF et la CGT qui, « embourgeoisés », ont dégénéré et s’enlisent dans la « compromission parlementariste » au sein d’une démocratie honnie. Le rejet atteint même les structures syndicales puisque le discours et la pratique exaltent l’action de la base ouvrière, qui doit se gérer et s’émanciper.

  • 37 Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, (...)
  • 38 Ouvrier de 1958 à 2000, c’est un militant syndical appartenant successivement et alternativement à (...)
  • 39 Journal du syndicat CGT, L’Union, « Non à la politique antisociale », BDIC, F delta 2183/1, 2, 3.

29L’antiparlementarisme déborde l’univers des maoïstes comme le suggèrent nombre de tracts produits en usine et abordant les questions politiques. Dès mai-juin 68, un tract élaboré par le comité de grève CGT/CFDT de la Compagnie électromécanique du Bourget en Seine-Saint-Denis, fait des propositions concernant la représentation ouvrière à l’Assemblée nationale37. Il envisage une représentation ouvrière susceptible de traiter les problèmes spécifiques de la classe ouvrière par les syndicats, révélant ainsi une prise de conscience de la distorsion entre le pays légal et le pays réel. Or, dans ce contexte d’occupation d’usine, le texte évoque aussi l’extension des droits syndicaux et le contrôle de la gestion de l’entreprise par les syndicats. Au-delà de mai-juin 68, l’exploration des tracts distribués dans des grandes entreprises de la région parisienne, recueillis par le militant Daniel Besnard38, permet de saisir la graduation de l’antiparlementarisme. D’une part, l’expression d’une opposition à l’action parlementaire est visible. Le 6 janvier 1969, la section CFDT Delle-Alsthom-Savoisienne à Saint-Ouen interpelle par courrier le Président du Sénat sur la question des amendements des droits syndicaux pour les jeunes. Un tract de la section CGT de la même entreprise refuse la politique de participation par « l’intégration de délégués syndicaux dans des assemblées » au nom de la liberté syndicale39. Enfin, toujours en 1969, dans le contexte des élections présidentielles, un autre tract de la même section CGT intitulé Politique et syndicalisme rejette la politique de Pompidou et critique les parlementaires de droite qui ont voté le plan d’austérité. Il remet aussi en cause la composition sociale de l’Assemblée nationale et la collusion entre le pouvoir politique et économique, en dénonçant les présidents et vice-présidents de groupes parlementaires liés à des « PDG ou à des administrateurs de grosses sociétés industrielles ou financières ».

  • 40 N°19, supplément à Rouge, « Un candidat rouge », BDIC, F delta 2183/1, 2, 3.

30D’autre part, des tracts de l’extrêmegauche marqués par un antiparlementarisme idéologique circulent. Un tract LCR40 (supplément à Rouge) soutenant la candidature d’Alain Krivine évoque « les illusions électoralistes et parlementaires » et réaffirme la force des travailleurs dans les usines, autrement dit le pouvoir des usines opposé au pouvoir bourgeois :

« Exigeons non pas la réélection d’une Chambre mais la réunion d’une assemblée constituante pour le pouvoir des travailleurs. »

  • 41 Loi du 8 juin 1970.

Enfin, en avril 1970, une convergence est visible dans la lutte contre le vote de la loi anticasseurs41 (dite loi scélérate). L’Alliance ouvrière ainsi que la CFDT Action syndicale appellent à « organiser en commun une grève générale de protestation avec manifestation centrale devant le parlement le jour du passage en deuxième lecture de la loi ». Le tract CFDT lance ce défi au parlement :

  • 42 BDIC, F Delta 2183/1/3.

« Oseraient-ils ces chers députés voter leur loi en présence de centaines de milliers de travailleurs venus les accueillir à la sortie42 ? »

  • 43 Frank Georgi (dir.), Autogestion : la dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

31C’est, enfin, dans le contexte contestataire des années 68 ramenant au premier plan la question de l’autogestion, que l’antiparlementarisme peut se lire, moins à travers la théorisation43 qu’à travers la prise de parole et l’action fondée sur la vision d’un ordre socio-économique accordant le pouvoir politique et économique à la classe ouvrière productrice.

Comités de grèves et conflits autogestionnaires des années 1968 : un antiparlementarisme en action ?

  • 44 A contrario, ne révèle-t-il pas aussi l’appropriation du modèle parlementaire si l’on suit S. Sirot (...)

32Même si le mot « antiparlementarisme » est inusité, la pratique de l’occupation d’usine et de l’autogestion s’avère subversive par rapport à l’ordre économique et politique. Ce qui perdure ou réapparaît dans ces années de contestation ou d’insubordination, c’est un « antiparlementarisme républicain en acte » reposant sur une vision du monde construite sur l’autonomie d’action et la parole ouvrière venue d’en bas. En effet, les conflits autogestionnaires révèlent l’aspiration par la classe ouvrière à la conquête du pouvoir à la fois politique et économique pour mettre fin à l’exploitation patronale. Or, dans cette lutte contre le capitalisme, le recours au parlement s’avérant vain, il faut agir par soi-même et réaliser la « démocratie » dans l’entreprise. Ainsi, la constitution des comités de grève à l’intérieur des usines témoigne du souci d’autonomie ouvrière et de démocratie directe en imposant la pratique d’une assemblée générale et souveraine des grévistes44.

  • 45 Serge Berstein, « Les usages politiques de l’autogestion », dans F. Georgi, Autogestion […].

33L’antiparlementarisme, plus ou moins implicite dans le monde ouvrier, rejoint donc les projets d’autogestion des années 68. Il apparait profondément lié à la question de la représentation ouvrière tant dans le cadre de la VRépublique que dans celui de l’entreprise, même si la section syndicale vient d’être légalisée par les accords de Grenelle. Il est fondé sur l’idée d’un contrôle des travailleurs sur la gestion s’inscrivant dans « l’alternative ou le complément à la démocratie représentative45. »

Conclusion

  • 46 « À ce stade, on est frappé, le recours à la violence en moins, de la similitude de ce projet avec (...)

34Si on entend par « antiparlementarisme » le rejet de la République parlementaire au profit de la représentation de la souveraineté populaire et de l’affirmation d’un modèle de démocratie directe fondée sur les producteurs, l’aspiration à l’autogestion dans les années 1968 peut sembler l’héritière des valeurs du syndicalisme révolutionnaire46. Cet antiparlementarisme, héritier du syndicalisme révolutionnaire, métamorphosé par le régime « présidentiel » gaulliste et influencé par la circulation des idées maoïstes, trotskistes, libertaires et les projets d’autogestion, a été marginalisé, nié et refoulé par les directions syndicales, d’autant plus qu’il a pu se muer, à la marge, en « anti-syndicalisme ». Il peut cependant resurgir dans un contexte de crise lorsque l’ordre usinier « aliénant » – au-delà de la dénonciation du capitalisme – est ressenti comme insupportable.

  • 47 Guy Michelat et Michel Simon, Les Ouvriers et la politique. Permanences, ruptures, réalignements, P (...)

35Finalement, si en histoire politique et institutionnelle, l’antiparlementarisme est souvent perçu comme un « mal français » fragilisant le système républicain, en histoire socio-culturelle, ne peut-il pas être considéré comme une des thématiques constitutive d’une utopie sociale, paradoxalement profonde et marginale, dans le mouvement syndical et en milieu ouvrier ? N’est-il pas le symptôme de l’aspiration à un autre projet de société ? Ce serait oublier un peu vite l’émergence, dans le dernier quart du XXsiècle, d’un antiparlementarisme ouvrier nourri par la diffusion des idées d’extrême droite, émergence elle-même facilitée par un processus de « désenchantement » politico-syndical47.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Sirot, Le Syndicalisme, la politique et la grève : France et Europe, XIXe-XXIe siècles, Nancy, Éd. Arbre bleu, 2011.

2 Gérard Noiriel, Les Ouvriers dans la société française XIX-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1996.

3 Émile Pouget, né en 1860, anarchiste, organisateur de la CGT, animateur du syndicalisme révolutionnaire chargé de la rédaction de La Voix du Peuple à partir de 1900 et rédacteur de la Charte d’Amiens en 1906. Jean Maitron, « Les hommes de la Charte », dans Michel Pigenet et Pierre Robin (dir.), Regards sur le syndicalisme révolutionnaire : Victor, Émile, Georges, Fernand et les autres..., Nérac, Éditions d’Albret, 2007.

4 Secrétaire général de la CGT de 1901 à 1909, corédacteur de la Charte d’Amiens et emblème du syndicalisme révolutionnaire en 1906.

5 M. Pigenet et P. Robin, Regards […] ; Jacques Julliard, Autonomie ouvrière. Étude sur le syndicalisme d’action directe, Paris, Gallimard / Le Seuil, coll. Hautes Études, 1988 ; Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995.

6 Émile Pouget, « Le repos hebdomadaire », La Voix du Peuple, n°304, 5-12 août 1906.

7 Alexandre Luquet, « Le Parlement commercial », La Voix du Peuple, n°381, 27 janvier-2 février 1908.

8 A. Luquet (1874-1930), membre du bureau confédéral de la CGT avant 1914, a lutté pour le repos hebdomadaire par l’action directe.

9 La Voix du Peuple, 14-23 juillet 1905.

10 A. Luquet, « Le Repos hebdomadaire », La Voix du Peuple, n°228, 26 février-5 mars 1905.

11 J. Julliard, Autonomie […].

12 Extrait de L’Almanach du Père Peinard (Émile Pouget, dir.), 1897, cité dans Henri Dubief, Le Syndicalisme révolutionnaire, Paris, A. Colin, 1969, p. 73.

13 La Voix du Peuple, n°240, 21-28 mai 1905.

14 La Voix du Peuple, n°306, 19-26 août 1906.

15 La Voix du Peuple, n°351, 30 juin-7 juillet 1907. Ce sont des hommes politiques provenant de l’extrême gauche (de la mouvance radicale pour Clemenceau dès les années 1870 et du socialisme pour Viviani et Briand), mais compromis par leur participation à la République bourgeoise.

16 La Voix du Peuple, n°224, 29 janvier-5 février 1905.

17 Par exemple, la Fédération des chemins de fer dirigée par Eugène Guérard avec les Allemanistes ou les Travailleurs de l’État disposant d’un groupe de pression parlementaire.

18 La proposition de Renard est repoussée par 736 voix contre 34 et 37 abstentions.

19 Jacques Le Goff, Du Silence à la parole. Une histoire du droit du travail des années 1830 à nos jours, Rennes, PUR, 2004.

20 J. Julliard, Autonomie […].

21 Le 24 décembre 1921, la CGTU se constitue, consécutivement à la « politique de présence » de la CGT pendant la Première Guerre mondiale, aux répercussions de la révolution bolchevique de 1917, et à l’échec des grèves de 1919-1920.

22 Selon l’expression de Michel Dreyfus.

23 C’est cette revue que nous avons revisitée pour cerner les traces de l’antiparlementarisme tout en ayant esquissé une approche comparatiste avec La Vie ouvrière (revue d’action créée le 5 octobre 1909 par P. Monatte, devenant l’organe de la CGTU) et La Voix du Peuple, organe officiel de la CGT pendant l’entre-deux-guerres.

24 R. Louzon, « Les faits de la Quinzaine », La Révolution prolétarienne, n°167, 25 janvier 1934.

25 Idem.

26 Idem.

27 Idem.

28 Discours de Jean Mathé au congrès de la fédération postale, La Révolution prolétarienne, n°168, 10 février 1934.

29 « Tout le pouvoir aux syndicats », La Révolution prolétarienne, n°181, 25 août 1934, p. 15.

30 « Les faits de la Quinzaine », La Révolution prolétarienne, n°186, 10 novembre 1934.

31 Allocutions radiodiffusées de G. Doumergue, président du Conseil du 22 février au 8 novembre 1934, dans Dominique Borne et Henri Dubief, La crise des années 30, Paris, Le Seuil, 1989, p. 119-121.

32 Danielle Tartakowsky, Le Pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Paris, Aubier, 1998. Des cas de fraternisation avec des Camelots du Roi et des travailleurs sont signalés, mais remis en cause par Marcel Gitton et Benoit Frachon.

33 D. Tartakowsky, Les Manifestations de rue en France 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 280. La CGTU invite à manifester le 22 janvier devant l’Hôtel de ville « contre le régime des escrocs [et] pour les revendications et fait ouvertement proclamation d’antiparlementarisme ».

34 Or, cette interprétation, diffusée par René Garmy dans L’Histoire du mouvement syndical des origines à nos jours parue en feuilleton entre 1927 et 1931 dans La Vie ouvrière, est dominante à la CGTU.

35 Guillaume Trousset, Libertaires et syndicalistes révolutionnaires dans la CGT-Force ouvrière (1946-1957), Mémoire de master 2, Michel Pigenet (dir.), Paris I, 2007.

36 Marnix Dressen, De l’amphi à l’établi. Les étudiants maoïstes à l’usine (1967-1989), Paris, Belin, 1999.

37 Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, PUR, 2007.

38 Ouvrier de 1958 à 2000, c’est un militant syndical appartenant successivement et alternativement à la CGT et à la CFDT, exclu plusieurs fois. Politiquement, d’abord militant au PCF de 1958 à 1962, il milite ensuite à Voix ouvrière de 1962 à 1968, puis à Lutte ouvrière de 1968 à 2000. BDIC, F delta 2183/1, 2, 3.

39 Journal du syndicat CGT, L’Union, « Non à la politique antisociale », BDIC, F delta 2183/1, 2, 3.

40 N°19, supplément à Rouge, « Un candidat rouge », BDIC, F delta 2183/1, 2, 3.

41 Loi du 8 juin 1970.

42 BDIC, F Delta 2183/1/3.

43 Frank Georgi (dir.), Autogestion : la dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

44 A contrario, ne révèle-t-il pas aussi l’appropriation du modèle parlementaire si l’on suit S. Sirot qui désigne la réunion comme le « Parlement de la grève » ?

45 Serge Berstein, « Les usages politiques de l’autogestion », dans F. Georgi, Autogestion […].

46 « À ce stade, on est frappé, le recours à la violence en moins, de la similitude de ce projet avec la description faite par la Charte d’Amiens, de la substitution à l’État bourgeois, de la société de petits groupes de producteurs chère au syndicalisme révolutionnaire ». Cité par S. Berstein, op. cit., p. 165.

47 Guy Michelat et Michel Simon, Les Ouvriers et la politique. Permanences, ruptures, réalignements, Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ponsard, « Sur les traces d’un « antiparlementarisme syndical » marginal (France, XXe siècle) », Siècles [En ligne], 32 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://siecles.revues.org/1020

Haut de page

Auteur

Nathalie Ponsard

Maître de conférences en histoire contemporaine
CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org