Navigation – Plan du site

Négocier avec l’ennemi. Le rachat de captifs à Alger au XVIe siècle

Wolfgang Kaiser
p. 43-54

Entrées d’index

Mots-clés :

captif, rachat

Keywords :

redemption, captive

Index géographique :

Alger

Index chronologique :

XVIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archivio Segreto Vaticano, arciconf. Gonfalone (désormais ASV, AG) 7, f°221r°.

Dio sa che borasche passaremo1

  • 2 ASV, AG, 7, f°199r°, 64r°.

1« Dans ce commerce, il faut garder les yeux ouverts et considérer beaucoup de choses », écrivent en 1587 les rédempteurs (des pères capucins, envoyés en mission par l’arciconfraternità del Gonfalone pour le rachat de captifs) à leurs supérieurs à Rome. Ils tirent une première leçon de leur expérience de terrain et de celle de leurs prédécesseurs arrivés au début de l’année 1585 à Alger. Contrairement à ces derniers (les frères des missions de Naples, de Castille, d’Andalousie et du Portugal) qui étaient venus à Alger avec des caisses pleines de bonne monnaie d’Espagne, les rédempteurs du Gonfalone étaient arrivés en 1585 les mains vides, avec une promesse de crédit faite par des marchands et des officiers de finance marseillais qui leur avaient également offert leur aide logistique sur place. Le transport de fonds leur aurait permis de bénéficier d’un gain d’environ 18 %, car la valeur du « scudo di Spagna » était plus élevée à Alger qu’à Marseille ; mais le transport maritime aurait coûté 6 % pour l’assurance, 2 % pour le patron de barque et 11,5 % pour les droits d’entrée à Alger, donc plus que ce que le change ne permettait de gagner2. En acceptant l’offre des Marseillais, les rédempteurs du Gonfalone devenaient toutefois dépendants d’un réseau de marchands, patrons de navire et officiers royaux qui gravitait autour du consulat de France à Alger, et qui était en connexion avec les places de change de Lyon et de Rome.

  • 3 W. Kaiser, « Vérifier les histoires, localiser les personnes. L’identification comme processus de c (...)
  • 4 W. Kaiser, « Una missione impossibile : riscatto e comunicazione nel Mediterraneo Occidentale (seco (...)
  • 5 W. Kaiser, « Négocier la liberté. Missions françaises pour l’échange et le rachat de captifs au Mag (...)
  • 6 W. Kaiser, « Négocier la liberté. Missions françaises pour l’échange et le rachat de captifs au Mag (...)

2La mission de rédemption à Alger ne constituait qu’une étape d’une opération complexe, qui avait débuté, en chrétienté, par la recherche des noms des personnes ayant été capturées par les corsaires algérois, et s’était poursuivie par la collecte de dons et de promesses de paiement par les proches de celles-ci, la vérification des informations fournies et, finalement, l’identification des captifs à racheter3. Ces procédures complexes de la communication qui s’appuient sur la correspondance mercantile suspendue aux aléas de la navigation maritime, ralentissent les transferts de moyens dans des situations où il faut agir vite sur place, sous la pression des captifs et de leurs maîtres – les frictions de la communication grippent un dispositif toutefois bien pensé4. C’est un problème auquel sont confrontées toutes les missions et opérations de rachat au Maghreb (religieuses, diplomatiques ou municipales) qui reposent sur le principe du remboursement, au moins partiel, du prix du rachat par les parents du captif5. Au siècle suivant, la Santa Casa della Redenzione de Naples essaiera de faciliter les opérations ; elle les intégre dans les pratiques du crédit, en introduisant une promesse de paiement, les albarani, qui servent à contracter un prêt au Maghreb, remboursable à Naples après le rachat sur présentation dudit document – ceci n’évite cependant pas les fraudes identitaires6.

  • 7 Ciro Manca, « Problemi aperti sul commercio e sul riscatto degli schiavi cristiani nel Mediterraneo (...)
  • 8 ASV, AG, 7, f°213r°, 212v°.

3Confrontés à des masses de captifs qui réclamaient par écrit ou à haute voix leur rachat, les rédempteurs étaient obligés de s’engager dans des négociations, promettant le rachat à certains et anticipant sur des moyens financiers qui tardaient à venir. Ils s’engageaient ainsi dans une spirale d’endettement qui ruinait leur réputation à Alger et qui faisait la fortune des prêteurs7. « Le pire », se plaignent les rédempteurs à l’arciconfraternità del Gonfalone en janvier 1588, « c’est que tous nos contrats sont cassés et que ces docteurs qui n’ont jamais vu ni Baldo ni Bartolo, ont arrêté qu’ils ne valent rien ». C’était un euphémisme, ils venaient de vivre pire encore puisqu’ils avaient subi un traitement extrêmement humiliant en raison du non paiement de leurs dettes : les trois pères capucins avaient été arrêtés et « emmenés en prison de façon infamante et avec beaucoup d’insolence, en nous faisant porter la chaine au cou comme des chiens, au milieu de quatorze maures, la plus vile et plus misérable sorte de gens »8. Le climat était devenu si hostile et violent que le rédempteurs et les marchands qui les logeaient et leur offraient leurs services, avaient conclu que pour l’heure, ils ne voyaient « aucune voie ou forme de traiter et continuer la rédemption dans ce pays parce non seulement les rédempteurs sont maltraités mais aussi les marchands et négociants ».

  • 9 ASV, AG, 7, f°215r°, 217r°, 220v°.
  • 10 Emilio Sola et José F. de la Peña, Cervantes y la Berbería : Cervantes, mundo turco-berberisco y se (...)
  • 11 Corporation des capitaines de navires de course.
  • 12 ASV, AG, 7, f°177r°-178r°.
  • 13 G. Boccadamo, « Mercanti e schiavi [...] » ; Anne Brogini, Malte, frontière de Chrétienté (1530-167 (...)
  • 14 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie, Tunis, 1920-1933, 9 vol. (1582-1705). Pour Alger : Archive (...)
  • 15 ADBR, 9 B 171, f°53r°.
  • 16 Richard Hakluyte, Voyages, Glasgow, 1904, 12 vol. , vol. 5, p. 276-280 et Alfred C. Wood, A History (...)
  • 17 A. C. Wood, A History […], p. 59.
  • 18 ADBR, B 3335, f°541r°-543r°.
  • 19 Gérard van Krieken, Corsaires & marchands. Les relations entre Alger et les Pays-Bas, 1604-1830, Pa (...)

4Les difficiles expériences du commerce avec l’ennemi, dont la réalité n’est pas à remettre en question, ainsi que celles d’une vie « entre des gens si bestiaux et barbares » – les frères rédempteurs sont victimes d’exactions arbitraires, sans aucune sécurité juridique, exposés aux violences et humiliations, voire menacés de mort9 – sont en parfaite adéquation avec l’image véhiculée en Europe par les récits de captivité, les relations de rédemption et les martyrologes des ordres religieux spécialisés dans le rachat de captifs, en particulier les Trinitaires et les Mercédaires, lesquels façonnent l’imaginaire de la confrontation avec l’ennemi musulman, l’« infidèle » ou le « Turc ». En dépit de cela, les rédempteurs n’étaient pas dupes de la complexité de la situation. Un de leurs interlocuteurs les plus appréciés à Alger était le renégat albanais Arnaut Mami (celui qui avait capturé Cervantes en 157510), corsaire et capitaine de la « taifa des ra’is »11. Il leur servait de médiateur et de truchement dans les discussions avec le pacha et les janissaires, il envoyait son secrétaire, un esclave italien affranchi, en mission de négociation en Italie et en Provence, et accordait de telles faveurs aux rédempteurs que ceux-ci prièrent leurs supérieurs de lui envoyer une lettre de remerciement12. Dans la seconde moitié du XVIe et la première moitié du XVIIe siècle, une grande partie des « ennemis », c’est-à-dire les corsaires d’Alger, de Tunis ou de Tripoli en Libye, étaient des renégats, soit des anciens chrétiens. Et parmi les marchands et patrons de navire qui prenaient part, d’une manière ou d’une autre, au rachat de captifs à Palerme, Naples ou Malte, il n’était pas rare de trouver d’anciens captifs qui s’y étaient déjà employés pendant leur captivité et qui maintenaient leur collaboration avec des marchands ou des corsaires maghrébins après leur libération13.L’approche du rachat de captifs à travers les récits de mission ou la correspondance que les religieux en mission échangeaient avec leur ordre doit se faire avec précaution, car ces sources tendent à « surdimensionner » les conflits et à favoriser l’idée d’une cohabitation hostile. Elles permettent aussi, à condition d’y attacher l’attention nécessaire, d’observer de près le petit monde de ceux qui circulaient entre les deux rives de la Méditerranée ou qui s’étaient installés à Alger, du moins temporairement. Pour avoir une vision plus précise de la présence européenne à Alger, on peut mobiliser les actes de type notarié passés devant la chancellerie du consul de France à Alger, même si bien peu ont été conservés pour le XVIe siècle14. On y voit, par exemple, le marchand anglais résident à Alger, John Tipton, impliqué dans des prêts accordés à des captifs pour leur rachat, remboursables à Valence en Espagne15. En mars 1585, John Tipton sera désigné consul de la « nation » anglaise à Alger, Tunis et Tripoli (en Libye) par William Harborne, le représentant de la couronne anglaise et de la Levant Company à la Sublime Porte16. Selon Alfred C. Wood, historien de la Levant Company, le commerce avec la « Barbarie » aurait rapidement dû être abandonné, s’étant avéré « impraticable avec un peuple vivant du butin et du vol ». Le pouvoir avait glissé entre les mains d’un « corps de soldatesque sans discipline et turbulent qui élit… et révoque par la violence, le plus souvent, ses chefs (les agas) ; et les agas, soumis aux humeurs de leurs troupes, président la plus riche collection de racaille jamais rassemblée, sans nul doute, dans un si petit périmètre »17. Constat concordant avec celui formulé plus tard par les rédempteurs du Gonfalone romain, et qui est repris par les historiens. Les négociations paraissent plus faciles à Tunis, dans un climat plus calme qu’à Alger où les conflits entre le bey, les janissaires et les ra’is peuvent parfois être très violents, fragilisant ainsi tout accord passé. Jacques de Vias qui tient le consulat français en 1585, est assiégé dans sa maison18, et le premier consul des Provinces-Unies, Wijnant de Keyser, qui arrive en août 1616 à Alger, sera trois fois mis en prison pendant les onze ans qu’il passera dans cette ville, et recevra même la bastonnade en public19.

  • 20 ASV, AG, 7 f°259r°.
  • 21 ADBR, 9 B 171, f°53, 4, 12r°-13v°, 21v°, 25r°, 49r°, 43r°, 46v°, 48r°.
  • 22 Ibid., 9 B 171, f°21v°, 25r°.

5Le consul anglais John Tipton, dont il a été question plus haut, se trouvait toujours à Alger en 1589. C’est d’ailleurs lui, qui informa par solidarité interconfessionnelle (« même s’il était hérétique », ajoutent les pères capucins dans une lettre à Rome) les rédempteurs du Gonfalone de la libération d’un Turc, exigée par les autorités algéroises comme condition au départ des captifs rachetés par la confrérie20. Neuf ans plus tôt, le même John Tipton était déjà à Alger, impliqué dans plusieurs affaires de prêt pour des rachats, et travaillait, entre autres, avec le marchand vénitien Bartolomeo Soma. Ce dernier, ainsi que son frère Jeronimo, était très présent sur la place d’Alger où il offrait ses services à des gentilshommes, marchands ou artisans de Palerme, à un docteur de théologie de Séville esclave de « Assan bassa roy d’Argiers », à des marchands de Valence en Espagne, de Raguse ou de Marseille21. Tipton et les frères Soma, tout comme les Génois Louis Brevier Fiesco et Jérôme Sella ou encore les marchands de Valence, Balthasar Torres et Nofre Exarch22, faisaient partie du monde cosmopolite des marchands-intermédiaires gravitant autour des missions de Naples, de Rome, de Castille et d’Andalousie qui se trouvaient tour à tour ou simultanément à Alger où ils s’associaient et se faisaient la concurrence.

  • 23 ASV, AG, 7, f°176r°, 187r°.
  • 24 À partir de 1582, ADBR, 9 B 171, f°94.
  • 25 ASV, AG, 7, f°110r°, 125r°; 8, f°57v°, 98r°.
  • 26 ADBR, 9 B 171, f°19r°. ASV, AG, 7, passim.

6L’arrivée en 1588 des rédemptions d’Espagne et du Portugal, avec des caisses pleines de bonne monnaie espagnole, fait monter les prix des captifs. « Envoyez-nous la bourse et qu’elle soit grosse ! », s’exclament les pères de la Rédemption romaine à la vue de l’effervescence qui règne à Alger dans l’attente des autres missions23. Ils avaient procédé, dès leur arrivée, au choix de leurs intermédiaires parmi les marchands évoqués. Jacques Bionneau, le vice-consul français à Alger24 qui les accueille dans un premier temps, leur conseille les services de Bartolomeo Soma qu’il leur présente comme un « pauvre marchand vénitien » expérimenté et homme de bien. À Marseille, avant leur embarquement, l’homme d’affaires et contrôleur de la marine Louis Félix leur avait présenté un autre marchand, Antoine Lenche de la Compagnie du Corail, un « marchand très riche » qui « a beaucoup d’autorité en Barbarie et est un ami intime du roi d’Alger » et qui « a du crédit à Alger et à Marseille25 ». Les rédempteurs du Gonfalone confient leurs affaires cependant à un autre marchand marseillais qui travaille déjà pour la Rédemption de Naples : Guillaume Borgal qui est de 1579 à 1582 chancelier du consulat de France à Alger, une position idéale pour la médiation26.

  • 27 G. Boccadamo, « Mercanti e schiavi [...] », p. 239.
  • 28 BnF ms. fr. 17329, f°410r°. Paul Masson, Les compagnies de Corail. Ėtude sur le commerce de Marseil (...)
  • 29 ADBR, 9 B 1, f°114r°-120v°, 180r°-181v° (1563-1564). P. Masson, Les Compagnies de Corail […] ; P. G (...)
  • 30 ADBR, 9 B 1, f°438v°-439v°; 357 E 72, f°1104v°-1105r°; 9 B 1, f°406v°-407v°. Voir W. Kaiser, « Les (...)
  • 31 ASV, AG, 7, f°137r°-138v°.
  • 32 ADBR , 9 B 171, f°460v°, 6v°.
  • 33 Ibid., 360 E 15, f°439v°-440r°.
  • 34 ASV, AG, 7, f°280r°-281v°.

7Le vice-consul François Guiguillet dont Borgal est le chancelier, appartient au milieu des patrons de navire et des marchands qui gravitent autour de la Compagnie du Corail dirigée par Thomas Lenche (oncle d’Antoine). Le contrôle d’une bonne partie des médiations pour ce qui est des rachats de captifs est détenu par cette Compagnie qui, tant bien que mal, maintient ses positions dans ce domaine, avec l’appui du conseil municipal de Marseille, contre une Compagnie du Corail concurrente qui conquiert la confiance du roi et celle de la Sublime Porte. Cette dernière compagnie ne réussit pas à s’installer réellement au Maghreb, même si elle finit par placer (en 1576) à la tête du consulat de France à Alger l’un de ses hommes. Le domaine de la pêche au corail, à laquelle se livrent les Génois et les Provençaux dans une concurrence féroce pour obtenir des concessions sur la côte algéro-tunisienne (La Calle, Tabarque), constitue un pôle central dans cette zone, car il engendre également des ascensions sociales parfois fulgurantes. Les corailleurs se transforment, à l’occasion, en patrons de navire pratiquant le cabotage en Méditerranée occidentale, voire même dans le Levant. Ceux qui assurent la liaison entre Marseille et Alger, ou bien entre Tunis et Palerme, sont forcément impliqués dans le rachat de captifs et peuvent devenir de « petits entrepreneurs du rachat27 ». Depuis les années 1540, profitant du soutien de quelques parents convertis à l’Islam28, Thomas Lenche emploie une soixantaine de patrons de barque, de Marseille et des ports provençaux secondaires pour la pêche au corail29. Ces patrons prennent aussi en charge le transport de monnaie pour la Santa Casa della Redenzione de Naples dans les années 1570. Le marchand corse résidant à Marseille, Francesco Padoano, devient même leur « représentant » dans cette ville – il fait racheter son propre frère, esclave à Alger, par la même occasion –, tout comme le Pisan Joseph de la Seta30, installé dans la ville phocéenne, ainsi que le marchand marseillais Guillaume Borgal qui dit, en 1586, résider à Alger « au service des Seigneurs de la rédemption de Naples »31. Parmi les patrons de barque employés en 1578, on trouve un certain Lucentio Prat qui, avec le galionnet « Sainte Marie », fait du commerce entre Marseille et Alger (où il est soutenu par son oncle… le vice-consul François Guiguillet32), et pratique en parallèle le rachat de captifs33. Dix ans plus tard, il sera à son tour vice-consul et offrira ses services aux recteurs du Gonfalone à Rome34.

  • 35 ASV, AG, 7, f°98r°.
  • 36 ADBR, 9 B 171, f°49 et 48.

8Les rédempteurs évoluent donc, à Alger, dans un milieu très compact, celui des patrons et des marchands jouant le rôle d’intermédiaires dans le rachat de captifs, dont les services ne sont pas gratuits, même si ces marchands sont « très affectionnés à la religion des pères capucins »35. Les bénéfices de ce commerce sont souvent difficiles à cerner. Ils n’apparaissent pas toujours dans les clauses des dettes contractées à Alger et remboursables sur l’autre rive de la Méditerranée. Mais ce mode de remboursement est, pour les marchands européens qui résident à Alger et surtout pour les renégats, une manière commode de transférer des fonds d’Islam en Chrétienté, où ces derniers ont parfois gardé des contacts avec des proches. Les actes enregistrés à la chancellerie du consulat français ne donnent accès qu’à une partie seulement des opérations. Ainsi, en 1580, le marchand de Raguse, Nicolo de Georgio, assisté du Vénitien Bartolomé Soma déjà évoqué et d’un autre Ragusain, donne procuration à un maître chirurgien pour recouvrer des mains de Dormis Ballagones, Turc d’Alger, la somme de 90 ducats d’or que le captif avait déposés avant son départ chez un gentilhomme ragusain à Messine afin de « se suvenir et ayder en cas qu’il tombast en esclavitude ». Dans un autre cas, le remboursement d’une dette se fait sur des bénéfices à venir : en 1580, deux mariniers de La Ciotat et de Marseille reconnaissent, respectivement, une dette de 102 doubles d’Alger envers Jacques de Cuers et la Compagnie de La Ciotat, que ce dernier vient de payer pour leur rachat à deux « turcs d’Alger », capitaines de galiotes. Les deux mariniers, qui chargent leur barque de produits locaux avant de quitter Alger, promettent de s’acquitter de leur dette dans les quinze jours après leur arrivée à La Ciotat, au moyen des bénéfices qu’ils réaliseront après avoir écoulé leur chargement36. L’intérêt se cache ici dans la différence de valeur entre les monnaies du prêt contracté à Alger et celles avec lesquelles on le rembourse en Provence.

  • 37 Enrica Lucchini, La merce umana. Schiavitù e riscatto dei Liguri nel Seicento, Rome, 1990.
  • 38 Jean Pignon, Gènes et Tabarca au XVIIe siècle, Tunis, 1980, p. 31 et 79-80.

9Il y a des retombées plus attendues pour les marchands racheteurs. Le « Magistratto del Riscatto degli Schiavi », institution municipale fondée en 1597 à Gênes37, entretenait au tout début du XVIIe siècle des représentants à Alger qui étaient rémunérés par le gouverneur de Tabarca, Giacomo Spinola, à hauteur de dix écus par mois et deux écus par captif racheté ; son successeur Corrado Grimaldi pensait qu’il était également convenable d’offrir au consul français à Tunis quatre écus par captif racheté puisque « personne ne veut s’engager à négocier sans prime, surtout s’il s’agit d’étrangers »38. Conçue comme une « courtoisie », cela devait en même temps couvrir les frais pour huiler les mains de ceux qui étaient impliqués dans ce commerce.

10Pour ce qui est de la mission de rédemption romaine à Alger, le marchand Guillaume Borgal offrit aux capucins du crédit sur place, contre un remboursement via des lettres de change payables à Marseille et Lyon. Cette offre et la pression des maîtres des esclaves à racheter, ainsi que celle des autorités algéroises, induisirent les rédempteurs à procéder au rachat à crédit, et à dépasser de ce fait la somme de 200 écus par personne rachetée, limite figurant dans leurs instructions. Encore fallait-il prévoir que le rachat d’un artisan qualifié, tel un maître d’hache (charpentier dans la construction navale), s’élevait au double du prix d’un captif sans qualifications particulières, et le montant des rançons pour la libération de religieux et de nobles (ou considérés comme tels) était bien plus élevé encore. Malgré l’intense travail d’identification et de vérification, les pères furent parfois trompés dans leur jugement. Dans certains cas – un captif très persuasif avait, par exemple, prétendu qu’il rembourserait le Gonfalone grâce à sa qualité et ses relations avec des personnages puissants –, reconnaissaient les rédempteurs, ils étaient « passés outre » les instructions et « avis » concernant leur mission et avaient pris des risques qui leur valurent d’âpres reproches de leurs supérieurs, reproches dont les conséquences se firent ressentir bien plus tard.

11Mais, peu à peu, les rédempteurs s’adaptent aux usages locaux et « s’installent » dans leur mission : quelques captifs rachetés vivent dans leur maison et sont utilisés comme serviteurs, dans divers travaux. La négociation et la détermination du prix des rachats, expliquent-ils à leurs supérieurs, suivent à Alger d’autres codes et d’autres règles que celles définies dans leurs instructions. On ne peut pas négocier « de la manière y prescrite, sauf peut-être avec quelques pauvres gens, mais pas avec les grands… quand ils donnent des esclaves, ils veulent deux choses, d’une part, la reconnaissance qu’ils les libèrent de leur grâce (même s’ils ont un désir d’argent infini) et, de l’autre, qu’on les paie très bien ». Sous ces conditions, le ra’is Arnaut Mami avait libéré ses captifs « sur parole ».

  • 39 ASV, AG, 7, f°199r°, 167v°, 240r°, 163, 212r°.

12Or il fallait que la parole fût tenue. Comme les pères rédempteurs avaient opté pour le fonctionnement par lettres de crédit, ils se rendaient dépendants des marchands qui les assistaient sur place. S’il n’y avait pas eu la possibilité commode d’obtenir d’eux des prêts au taux de 25 %, se justifiaient-ils, ils auraient été contraints d’emprunter « de ces turcs » à 30 ou 40 %. Mais ce crédit suffisait juste à satisfaire les plus urgentes demandes et ne pouvait enrayer un endettement en spirale que les pères ne maîtrisaient plus. Leur emprisonnement spectaculaire, la chaîne autour du cou, pour dettes impayées, les exposa aux humiliations de la foule et, selon leurs dires, aux rires des autres missions de rédemption, car cela témoignait de la perte de leur réputation39.

  • 40 ADBR, 357 E 71, f°175r°-176r°.

13S’ajoutent à celles-ci d’autres affaires dues à la parole non tenue qui minent la crédibilité des religieux et des marchands qui étaient leurs médiateurs. Celle concernant le captif algérois, Agi Moratto, détenu par le Grand Duc de Toscane en est une. Dans le cadre de la pratique du rachat entre particuliers, il était fréquent qu’un captif fût libéré contre la promesse de procéder, lors de son retour en chrétienté, à la localisation d’un esclave « turc » dont son maître souhaitait le rachat. Il s’engageait aussi à trouver les moyens, dans un délai de quelques mois, préalablement fixé, de le faire libérer et de le renvoyer au Maghreb, ou à défaut de payer une somme fixée par contrat40. Ainsi, pour obtenir la libération du « moro » Agi Moratto, Assan Bassa avait fait un geste en concédant la liberté à un esclave chrétien, nommé Alessandro Morona, contre la promesse faite par celui-ci de faire libérer ce premier. Le captif chrétien avait déposé 300 écus, en guise de garantie, chez un marchand turc, mais il n’avait pas tenu parole et, deux ans après, il n’avait toujours pas donné signe de vie. Guillaume Borgal pressa les recteurs du Gonfalone, par des lettres et des mémoires, d’intervenir auprès du Grand Duc afin d’obtenir la libération d’Agi Moratto qu’il déclarait être son ami. Il entreprit lui-même des recherches pour le localiser et signalait, en juillet 1587, aux gouverneurs du Gonfalone, que son ami, qui s’appellait désormais « Ali Sarcelli », se trouvait à La Torre de Pisa sous l’autorité du « comito general d’Sua altessa ». En dépit des efforts déployés, cette opération n’aboutit pas, au grand dam de Guillaume Borgal qui avait proposé de couvrir toutes les dépenses de sa libération.

  • 41 ASV, AG, 7, f°157, 158v°, 187r°, 221v°, 173r°, 177v°, 181r°.

14Parallèlement à cette affaire, une autre tout aussi épineuse vint interférer, au même moment, dans les négociations des affaires des capucins romains. Le divan des janissaires d’Alger réclamait la libération d’autres captifs « turcs » également détenus par le Grand Duc de Toscane et, dans une logique guerrière, faisait de celle-ci une condition nécessaire et préalable au départ des captifs chrétiens rachetés par le Gonfalone romain et par des rédempteurs espagnols également en mission à Alger. Les janissaires affirmaient qu’ils n’autoriseraient pas ces départs tant que les captifs réclamés ne seraient pas de retour à Alger. Simultanément, les prisonniers turcs faisaient pression sur les négociateurs par des lettres envoyées de Livourne dans lesquelles ils dénonçaient les mauvais traitements dont ils étaient victimes, faisant ainsi monter la tension à Alger. Giacomo Branchi di Barletta, le fameux secrétaire du corsaire Arnaut Mami dont il a été question plus haut, fut envoyé en Toscane pour localiser et identifier les captifs, puis négocier leur libération avec le Grand Duc41.

  • 42 ASV, AG, 1145, 8 f°49r°-52r°, 155r°-156r°.

15Ni les rédempteurs ni les marchands intermédiaires, ni même les recteurs du Gonfalone romain, n’avaient évidemment les moyens de peser sur la décision du Grand Duc à cet égard. Aucun acteur ne maîtrisant la gestion du temps, il était impossible de réunir simultanément toutes les conditions posées pour cette opération d’échange et de rachat à figures multiples. Cela n’était pas exceptionnel car, de manière générale, la contiguïté d’affaires a priori distinctes et le télescopage d’intérêts hétérogènes faisaient que personne n’était en mesure de contrôler l’ensemble des paramètres de ce commerce. àAlger, la logique guerrière et le système de détention d’otages mis en place par les janissaires ne coïncidaient guère avec la conduite de certains ra’is comme Arnaut Mami, qui intervint à plusieurs reprises comme médiateur et truchement dans les négociations des rédempteurs romains avec le divan et le bacha – au point que les pères capucins dressaient un portrait très élogieux de ce corsaire toutefois réputé grand coupeur de nez et d’oreilles. Cette conduite s’explique par l’intérêt qu’avait celui-ci dans la pérennité des opérations de rachat qui constituaient un commerce juteux : bon nombre des chrétiens rachetés par les rédempteurs romains à des prix élevés, étaient des esclaves d’Arnaut Mami42.

16Ce « négoce des turcs » – la libération de Mamet Balut bassi, de Piri Odobasso et du « maure du Sieur Borgal » – empoisonne les relations des rédempteurs du Gonfalone (qui l’évoquent abondamment dans leur correspondance) avec les autorités algéroises pendant les années 1587 à 1589. Dans cette atmosphère de tension, les bruits qui courent ont des effets immédiats : le passage d’une frégate chrétienne aux abords d’Alger en août 1587 provoque la sortie de corsaires qui la poursuivent jusqu’alla volta de Maiorica, en pensant peut-être que s’y trouvent les prisonniers turcs réclamés.

  • 43 Ibid., 7 f°181v°, 179r°, 266r°, 255r°.

17Lorsque les prisonniers turcs furent finalement libérés par le Grand Duc, leur rapatriement en échange du départ des chrétiens rachetés demanda, dans ce climat de méfiance, des procédures émanant de la pratique de la guerre, lesquelles font apparaître les logiques spatiales de la cohabitation avec l’ennemi. Les rédempteurs proposèrent que les prisonniers turcs soient déposés à Majorque – ceci aurait supposé l’existence de modes de communication fiables entre Alger et cette île espagnole – ou sur l’île de Tabarque aux mains des Génois, en tout cas de les « déposer » loin d’Alger car leur arrivée priverait les rédempteurs de tout moyen de pression. L’île de Tabarque, qui était sous contrôle d’un gouverneur génois semblait offrir la « meilleure sécurité et caution », d’autant que des captifs chrétiens y avaient déjà été amenés à d’autres occasions. Cette île et le « Bastion de France » de la Compagnie du Corail étaient utilisés, aussi bien par la régence Alger que par celle de Tunis, pour les échanges de captifs. Arnaut Mami avait lui-même déposé au « Bastion de France », concession française de la Compagnie du Corail située un peu plus à l’ouest sur la côte maghrébine, les captifs libérés « sur parole »43. Ces territoires apparaissaient, plus encore que Majorque, comme des lieux en marge, propices aux échanges, une sorte d’antichambre où l’on attendait le passage dans son pays.

  • 44 Ibid., 7 f°278r°-279v°; 280r°-281v°; 282r°-283v°.
  • 45 Archives de la ville de Marseille, FF 32 et B 52. Henri Delmas de Grammont, Histoire du massacre de (...)

18Les rédempteurs du Gonfalone quittèrent Alger, en compagnie des captifs qu’ils avaient rachetés, en septembre 1589, laissant derrière eux le marchand Guillaume Borgal, le vice-consul français Lucency Prat et le corsaire Arnaut Mami – tous offraient dans des lettres adressés aux guardiani du Gonfalone leurs services à l’Arciconfraternità44. Malgré le constat amer de Guillaume Borgal cité plus haut qui, en 1589, ne voyait « aucune voie pour continuer la négociation et la rédemption » parce que, non seulement les rédempteurs mais aussi les marchands étaient maltraités, ce commerce juteux se poursuivait, même si la cohabitation restait conflictuelle. Certains sursauts de violence, déclenchés par la rupture de trêves et par les cruautés corsaires sur les deux rives de la Méditerranée (comme en 1616 contre le consul néerlandais ou en 1620 contre les envoyés algérois à Marseille)45, marquent évidemment les esprits. Ils ne sauraient faire écran aux formes d’accommodation y compris affective des intermédiaires qui agissent à Alger et qui transparaissent timidement dans la correspondance marchande ; celle-ci ouvre une autre perspective sur la « vie avec l’ennemi » et rend visible, en négatif, l’asymétrie des formes d’accueil et de cohabitation possibles sur les deux rives de la Méditerranée.

Haut de page

Notes

1 Archivio Segreto Vaticano, arciconf. Gonfalone (désormais ASV, AG) 7, f°221r°.

2 ASV, AG, 7, f°199r°, 64r°.

3 W. Kaiser, « Vérifier les histoires, localiser les personnes. L’identification comme processus de communication en Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles) » dans Claudia Moatti et W. Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007.

4 W. Kaiser, « Una missione impossibile : riscatto e comunicazione nel Mediterraneo Occidentale (secoli XVI-XVII) », Quaderni Storici, « Informazioni e scelte economiche », W. Kaiser et Biagio Salvemini(dir.), n° 124, fasc. 1, avril 2007, p. 19-42.

5 W. Kaiser, « Négocier la liberté. Missions françaises pour l’échange et le rachat de captifs au Maghreb (XVIIe siècle) » dans Cl. Moatti(dir.), La Mobilité des personnes en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identifica­tion, Rome, p. 501-528.

6 W. Kaiser, « Négocier la liberté. Missions françaises pour l’échange et le rachat de captifs au Maghreb (XVIIe siècle) » dans Cl. Moatti(dir.), La Mobilité des personnes en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identification, Rome, p. 501-528.

7 Ciro Manca, « Problemi aperti sul commercio e sul riscatto degli schiavi cristiani nel Mediterraneo dopo Lepanto », Africa, n°29, 1974, p. 549-572 ; idem, Il modello di sviluppo economico delle città marittime barbaresche dopo Lepanto, Naples, 1982.

8 ASV, AG, 7, f°213r°, 212v°.

9 ASV, AG, 7, f°215r°, 217r°, 220v°.

10 Emilio Sola et José F. de la Peña, Cervantes y la Berbería : Cervantes, mundo turco-berberisco y servicios secretos en la época de Felipe II, Mexico, 1995 et María Antonia Garcés, Cervantes in Algiers. A Captive’s Tale, Nashville, 2002.

11 Corporation des capitaines de navires de course.

12 ASV, AG, 7, f°177r°-178r°.

13 G. Boccadamo, « Mercanti e schiavi [...] » ; Anne Brogini, Malte, frontière de Chrétienté (1530-1670), Rome, 2006, p. 394-395 et W. Kaiser, « L’exception permanente. Acteurs, visibilité et asymétries dans les échanges commerciaux entre les pays européens et le Maghreb à l’époque moderne » dans José Antonio Martínez Torres (dir.), Europeos en el Islam, musulmanes en Europa. Circularidad y negociaciones en el Mundo Mediterráneo durante la Edad Moderna, Madrid, sous presse.

14 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie, Tunis, 1920-1933, 9 vol. (1582-1705). Pour Alger : Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais ADBR), 9 B 171, registre des actes et contrats passés à la chancellerie du consulat de France à Alger (1579-1582) ; ASV, AG, 7, f°287r°-347v°, oblighi diversi [d]avanti al Console di Francia (1585). La documentation devient continue et plus dense au XVIIe siècle, voir Mohammed Touili, Correspondance des consuls de France à Alger, 1642-1792. Inventaire analytique des articles A.E. B1 115 à 145, Paris, 2002.

15 ADBR, 9 B 171, f°53r°.

16 Richard Hakluyte, Voyages, Glasgow, 1904, 12 vol. , vol. 5, p. 276-280 et Alfred C. Wood, A History of the Levant Company, Londres, 1964, p. 15.

17 A. C. Wood, A History […], p. 59.

18 ADBR, B 3335, f°541r°-543r°.

19 Gérard van Krieken, Corsaires & marchands. Les relations entre Alger et les Pays-Bas, 1604-1830, Paris, 2002, p. 21.

20 ASV, AG, 7 f°259r°.

21 ADBR, 9 B 171, f°53, 4, 12r°-13v°, 21v°, 25r°, 49r°, 43r°, 46v°, 48r°.

22 Ibid., 9 B 171, f°21v°, 25r°.

23 ASV, AG, 7, f°176r°, 187r°.

24 À partir de 1582, ADBR, 9 B 171, f°94.

25 ASV, AG, 7, f°110r°, 125r°; 8, f°57v°, 98r°.

26 ADBR, 9 B 171, f°19r°. ASV, AG, 7, passim.

27 G. Boccadamo, « Mercanti e schiavi [...] », p. 239.

28 BnF ms. fr. 17329, f°410r°. Paul Masson, Les compagnies de Corail. Ėtude sur le commerce de Marseille au XVIe siècle et les origines de la colonisation française en Algérie-Tunisie, Paris, 1907, p. 35, 95 et 99 ; Paul Giraud, « Les Lenche à Marseille et en Barbarie », Mémoires de l’Institut historique de Provence, n°13, 1936, p. 10-57 ; n°14, 1937, p. 107-139 et n°15, 1938, p. 53-86.

29 ADBR, 9 B 1, f°114r°-120v°, 180r°-181v° (1563-1564). P. Masson, Les Compagnies de Corail […] ; P. Giraud, Les Lenche […].

30 ADBR, 9 B 1, f°438v°-439v°; 357 E 72, f°1104v°-1105r°; 9 B 1, f°406v°-407v°. Voir W. Kaiser, « Les ‘hommes de crédit’ dans les rachats des captifs provençaux, XVIe-XVIIe siècles » dans W. Kaiser (dir.), Négociations et transferts. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des captifs en Méditerranée, XVIe-XVIIe siècles, Rome, sous presse et G. Boccadamo, « Primi indagini sull’origine e l’organizzazione della confraternita napoletana della ‘Redenzione dei Cattivi’ (1548-1588) », Campania Sacra, n° 8-9, 1977-1978, p. 121-150.

31 ASV, AG, 7, f°137r°-138v°.

32 ADBR , 9 B 171, f°460v°, 6v°.

33 Ibid., 360 E 15, f°439v°-440r°.

34 ASV, AG, 7, f°280r°-281v°.

35 ASV, AG, 7, f°98r°.

36 ADBR, 9 B 171, f°49 et 48.

37 Enrica Lucchini, La merce umana. Schiavitù e riscatto dei Liguri nel Seicento, Rome, 1990.

38 Jean Pignon, Gènes et Tabarca au XVIIe siècle, Tunis, 1980, p. 31 et 79-80.

39 ASV, AG, 7, f°199r°, 167v°, 240r°, 163, 212r°.

40 ADBR, 357 E 71, f°175r°-176r°.

41 ASV, AG, 7, f°157, 158v°, 187r°, 221v°, 173r°, 177v°, 181r°.

42 ASV, AG, 1145, 8 f°49r°-52r°, 155r°-156r°.

43 Ibid., 7 f°181v°, 179r°, 266r°, 255r°.

44 Ibid., 7 f°278r°-279v°; 280r°-281v°; 282r°-283v°.

45 Archives de la ville de Marseille, FF 32 et B 52. Henri Delmas de Grammont, Histoire du massacre des Turcs à Marseille en 1620, Paris-Bordeaux, 1879. Au sujet de ces événements, cf. W. Kaiser, « Course et connivence en Méditerranée occidentale au XVIIe siècle : autour du ‘Massacre des turcs’ à Marseille (14 mars 1620) », à paraître (communication au colloque La Tunisie et la Méditerranée occidentale à l’époque moderne : acteurs, enjeux et représentations, Tunis, 9-11 février 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolfgang Kaiser, « Négocier avec l’ennemi. Le rachat de captifs à Alger au XVIe siècle », Siècles, 26 | 2007, 43-54.

Référence électronique

Wolfgang Kaiser, « Négocier avec l’ennemi. Le rachat de captifs à Alger au XVIe siècle », Siècles [En ligne], 26 | 2007, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/1292

Haut de page

Auteur

Wolfgang Kaiser

Université de Paris I Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org