Navigation – Plan du site

Vivre ensemble dans l’empire ottoman
(XVIIIe-XIXe siècles)

Marie-Carmen Smyrnelis
p. 55-66

Entrées d’index

Index chronologique :

XVIIIe siècle, XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend les principales conclusions de mon livre, Une société hors de soi. Identités et (...)

1Comment vivent ensemble les habitants de l’Empire ottoman aux XVIIIe et XIXe siècles ? La question mérite d’autant plus d’être posée que ce vaste empire qui s’est constitué progressivement, entre XIVe et XVe siècles, par la conquête de territoires en Asie Mineure, dans les Balkans et sur les côtes de la mer Noire puis au XVIe siècle, en Égypte et en Syrie, s’affirme, dès l’origine, comme un ensemble composé de populations d’origine ethnique, de confession et de langue différentes (juifs, grecs orthodoxes ou catholiques, arméniens apostoliques ou catholiques, arabes, turcs musulmans, etc.). La présence européenne est elle aussi plurielle car constituée de Français, d’Anglais, de Vénitiens, de Génois, de Hollandais, etc., de confession catholique, protestante ou juive1. Comment perçoivent-ils cette coexistence entre eux et avec « l’ennemi » ? Pour un sujet non-musulman de l’Empire, qu’il soit chrétien ou juif, cet « ennemi » est-il le conquérant musulman ottoman, ou bien simplement tous ceux différents de lui, sur les plans confessionnel, ethnique ou linguistique ? S’agit-il d’ailleurs vraiment à ses yeux, d’un « ennemi », ou plutôt d’un autre avec lequel il faut apprendre à vivre ?

Encadrer les habitants de l’Empire : communautés et « colonies »

2Pour pouvoir répondre à ces questions, il est essentiel de comprendre le système mis en place progressivement par les autorités ottomanes pour encadrer les populations de l’Empire. Pour celles-ci, exercer l’autorité signifie réussir à structurer les loyautés de leurs nouveaux sujets et faire rentrer les impôts. Pour autant, elles ne cherchent ni à leur imposer la langue turque, ni à les convertir à l’islam. Elles veulent préserver au mieux les spécificités de chacun tout en administrant le plus efficacement possible, sur le plan financier, judiciaire ou encore sur celui de l’éducation ou de l’assistance, ce vaste empire sans oppositions majeures des uns ou des autres (du moins jusqu’au début du XIXe siècle), et sans heurts réels entre eux.

3Elles reconnaissent officiellement le rôle des communautés chargées d’encadrer dans leur vie quotidienne les sujets ottomans non-musulmans, en fonction de leurs rattachements ethnico-confessionnels. Ces communautés sont au nombre de trois jusqu’en 1831 (communautés grecque orthodoxe, arménienne apostolique et juive), au nombre de quatre après cette date avec la création d’une communauté catholique, puis de cinq en 1850 avec celle d’une communauté protestante. Elles sont dotées de règlements propres ainsi que d’une administration autonome. Elles sont chargées de fixer le statut de leurs membres, de les encadrer dans leur éducation (au moyen des écoles qu’elles créent ou contrôlent et dans lesquelles l’enseignement se fait en leur propre langue) et dans les actes essentiels de leur vie (naissance, mariage, décès) en raison des pouvoirs qui leur sont reconnus en matière d’état civil et d’activités notariales mais aussi de les assister en cas de besoin et de mettre à leur disposition toute une série d’institutions pour faciliter leur quotidien (hôpitaux, associations culturelles et caritatives, bibliothèques, etc.). Elles disposent de larges pouvoirs en matière de finance et de justice, et tout ce qui relève du rapport entre les différentes communautés présentes dans l’Empire, dépend de leurs responsables.

4Les « colonies » européennes jouent en réalité le même rôle à l’égard de leurs ressortissants installés dans l’Empire, grâce aux avantages obtenus du sultan à titre gracieux – ces avantages sont mieux connus sous le nom de « capitulations » – qui leur concèdent un statut particulier, totalement indépendant des instances administratives du pays et leur permettent de jouir d’importants privilèges, essentiellement en matière commerciale.

5L’existence de tels privilèges ne doit pas faire oublier le fait que, dès la constitution de l’Empire, les sultans ottomans, de religion musulmane, affirment la suprématie des musulmans par une série de restrictions qui touchent les non-musulmans dans leur vie quotidienne, et portent sur leur habillement ou sur la construction des édifices religieux. De plus, les non-musulmans doivent faire face à des exigences fiscales différentes de celles qu’acquittent les musulmans, et plus lourdes financièrement ; la plus importante, la capitation constitue véritablement un signe discriminatoire pour les non-musulmans qui sont les seuls à la payer. Y sont soumis les habitants mâles valides de plus de quinze ans ; les religieux en sont dispensés jusqu’à la réforme de 1691 qui les y soumet, du moins en théorie.

  • 2 Ces réformes visent la modernisation de l’Empire ottoman au XIXe siècle par la rénovation du systèm (...)
  • 3 Paul Dumont, « La période des Tanzîmât (1839-1878) » dans Robert Mantran (dir.), Histoire de l’Empi (...)

6Quant aux fonctions exercées par les sujets ottomans non-musulmans, il faut attendre les Tanzimat2, le mouvement des réformes que connaît l’Empire ottoman au XIXe siècle, pour que, par exemple, les fonctions dans l’administration ou dans l’armée, leur soient désormais officiellement ouvertes. En pratique, les choses ne se passent pas toujours ainsi. Si la loi ottomane de 1869 sur le service militaire précise bien que tous les sujets ottomans sont astreints au tirage au sort, en réalité, les non-musulmans, dont la présence dans l’armée n’est guère souhaitée, ont la possibilité de se faire exempter en payant une taxe qui permet le rachat du service militaire3. Dans d’autres cas, les non-musulmans participent déjà dans les faits à de nombreuses instances avant même la promulgation de la loi de 1864 sur la réforme de l’administration ottomane qui reprend bien des dispositions déjà en vigueur. Dans les conseils des municipalités des principales villes (Istanbul, Salonique, Smyrne) créés à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, musulmans et non-musulmans siègent côte à côte.

7En définitive, les Ottomans non musulmans, comme les Européens installés dans l’Empire, n’ont finalement que de rares occasions de s’adresser aux autorités ottomanes dans leur vie quotidienne car ils recourent aux instances de leur groupe de rattachement aussi bien pour acquitter taxes et impôts (dans le cas des sujets non-musulmans), enregistrer un acte d’état civil ou un acte notarié, juger leurs différents ou encore exprimer leurs doléances.

8Il faut ajouter à cela que ces groupes institutionnels, communautés ou « colonies », contrôlent aussi les relations que leurs membres entretiennent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Au XVIIIe et au début du XIXe siècle, ce contrôle peut s’avérer particulièrement lourd pour les individus puisqu’il concerne même les alliances matrimoniales et d’une manière générale, les relations personnelles qu’ils entretiennent. Les mariages mixtes entre membres de différentes confessions sont fortement déconseillés, voire interdits, pour des raisons religieuses et matérielles : les autorités des communautés craignent qu’une fois le mariage célébré, leurs membres (ou les descendants) se rattachent à la communauté du conjoint. Par ailleurs, les autorités de ces groupes institutionnels souhaitent (du moins au XVIIIe et au début du XIXe siècle) que leurs membres n’entretiennent que peu de relations (amitié, parenté spirituelle, etc.) à l’extérieur de ceux-ci, hormis évidemment pour leurs activités commerciales, de peur de les voir échapper au contrôle qu’elles exercent.

9L’existence, au sein des grandes villes ottomanes, de quartiers séparés réservés aux membres d’une même communauté (quartiers grec, musulman, juif, européen, arabe, arménien etc.) ne peut, une fois de plus, que restreindre les rapports avec les autres, du moins tant que cette séparation reste une réalité dans l’Empire ottoman jusqu’au début du XIXe siècle.

  • 4 Malcom Yapp, The Making of the Modern East, 1792-1923, Londres et New York, 1987, p. 9.

10Telle que voulue par les autorités ottomanes ou celles des différents groupes institutionnels (communautés ou « colonies ») présents dans l’Empire ottoman, la coexistence entre les habitants de l’Empire, par delà leurs différences, apparaît nécessairement limitée. Mais la société ottomane est-elle vraiment seulement cet « immeuble où chacun vit retiré chez soi avec pour seuls contacts les rencontres de couloir », pour reprendre l’expression de Malcom Yapp4 ? Comment s’organise au quotidien pour les habitants de cet empire la vie avec les autres ?

Coexistences

  • 5 Sur toutes ces questions, cf. Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social » dans J. Re (...)

11Ce sont les habitants de l’Empire qui peuvent le mieux répondre à ces questions et qui nous en apprennent le plus sur les manières de vivre avec les autres, par delà les différences d’appartenance ethnique, confessionnelle et nationale de chacun. Par les choix qu’il fait, par son comportement, par les liens qu’il noue au quotidien, par son histoire de vie propre, chacun d’entre eux, qu’il soit négociant ou batelier, européen ou ottoman, musulman, chrétien ou juif, nous raconte autrement la vie au sein de cet empire. Ce changement d’échelle d’observation implique de poser un regard différent sur la réalité sociale5 car sans l’attention portée aux individus et à leurs histoires de vie, plusieurs des possibilités de « vivre ensemble » dans l’Empire ottoman demeureraient ignorées par un autre type d’analyse.

  • 6 Smyrne compte approximativement 100 000 habitants à la fin du XVIIIe siècle et entre 150 000 et 200 (...)

12Ce sont les habitants d’une des principales villes ottomanes, Smyrne, qui vont nous guider pour mettre en évidence les formes de cohabitation qui y étaient possibles et pour saisir les multiples définitions de leur identité au sein de cet empire pluriel. Située sur la côte anatolienne, Smyrne (ou Izmir en turc) est aux XVIIIe et XIXe siècles le principal port de l’Empire ottoman et de la Méditerranée orientale, la deuxième ville de l’Empire en termes de population à partir du XVIIIe siècle6, une ville dans laquelle étaient installés de nombreux groupes et communautés ethniquement, confessionnellement, nationalement et linguistiquement divers et dont la population non-musulmane (c’est-à-dire chrétienne et juive) est majoritaire au XIXe siècle, à tel point que ses habitants musulmans la surnomment « gavur Izmir », Smyrne l’Infidèle.

13Le fonctionnement même de la coexistence atténue la rigidité des divisions et séparations entre les habitants de Smyrne, et plus largement de l’Empire ottoman, qui apparaissent trop nettement à ne prendre en compte que les règles d’encadrement des différentes instances présentes dans cet Empire, à n’examiner que ce qui les sépare et non ce qui leur permet de créer du lien, à n’envisager l’espace urbain que comme compartimenté et non comme un possible point de rencontre.

14En effet, les habitants de Smyrne parviennent bien à nouer des liens entre eux, par delà leurs différentes appartenances, leur rattachement à des groupes institutionnels divers, les règles qui régissent leurs relations et l’existence de quartiers séparés au sein de l’espace urbain. Certes l’établissement de ces liens obéit, en réalité, à des règles implicites qui ne sont pas toujours formulées de manière précise : les barrières liées aux différentes confessions (ou même aux différents rites au sein de la même confession) sont difficiles, voire impossibles, à franchir lors de la conclusion d’un mariage, et cela au XVIIIe comme au XIXe siècle. Ce sont les habitants de la ville, de condition sociale moyenne et modeste qui, les premiers, par l’ensemble des liens qu’ils nouent, dépassent certaines des barrières liées aux appartenances de chacun. Avant même le XVIIIe siècle et jusqu’au début du XIXe, des mariages unissent des artisans, des bateliers, des marchands au détail, des courtiers et commis, européens, catholiques ou orthodoxes à des Grecs ottomans, catholiques ou orthodoxes ou à des Arméniens catholiques. Ces mariages se font au même niveau social. Pour leur part, les négociants et notables de Smyrne tardent à dépasser les distinctions de nature ethnico-confessionnelle ou nationale qui peuvent exister entre les conjoints, lors de la conclusion d’un mariage et le font en plusieurs étapes.

  • 7 Les « Persans » sont des Arméniens catholiques originaires du Nakhitchévan qui se sont établis à Sm (...)

15Car loin d’être fixés, ces règles et interdits ont évolué entre XVIIIe et XIXe siècles : ainsi, au cours du XIXe siècle, les barrières liées aux différences de rite au sein de la religion chrétienne disparaissent progressivement. C’est ainsi qu’à partir des années 1820-1830, sont célébrés, au sein du milieu des négociants, les premiers mariages entre catholiques et protestants, tous européens, avec de plus en plus fréquemment conversion au protestantisme de l’épouse ; puis à partir du milieu du XIXe siècle, s’allient familles européennes et « persanes »7 et enfin, à partir du dernier tiers du XIXe siècle, sont célébrés des mariages entre européens et Grecs ottomans (de confession catholique ou orthodoxe) mais toujours suivant le rite catholique. Tour à tour, ce sont de nouvelles frontières qui sont franchies, sans pour autant que toutes puissent l’être durant ces deux siècles : aucun mariage n’est conclu entre familles chrétiennes d’une part et familles juives ou musulmanes de l’autre.

16En revanche, les sociabilités et les activités professionnelles permettent à des Ottomans (musulmans, grecs orthodoxes ou catholiques, arméniens apostoliques ou catholiques) et à des européens de nouer plus aisément des liens entre eux pendant ces deux siècles. Ainsi, négociants, commis, courtiers, marchands au détail, boutiquiers, de toute confession et de toute nationalité, font des affaires ou doivent simplement entrer en contact dans le bazar ou sur les quais du port lors de l’arrivée de bâtiments, européens ou ottomans. Les relations contractées se limitent au seul cadre professionnel ou combinent liens professionnels et liens de parenté. Quant aux pratiques de sociabilité, elles permettent à des européens et des Ottomans, hommes ou femmes, de toutes conditions sociales, issus des différents groupes et communautés de Smyrne, de se rendre, à la nuit tombée, sur les bords du fleuve Mélès pour s’y promener et y échanger quelques mots, ou sur les quais pour s’arrêter dans un des nombreux et luxueux cafés et restaurants qui s’y sont installés dès le début du XIXe siècle. Si les plus modestes ne peuvent accéder à ces cafés et restaurants, ils s’en approchent lors de la promenade qu’ils font sur les quais, les admirent et les convoitent en même temps et de toute façon, ils côtoient ainsi les habitants de Smyrne de toutes appartenances et de tous milieux sociaux.

  • 8 M.-C. Smyrnelis, « Les Arméniens catholiques de Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles », Revue du monde (...)

17Des conflits ne manquent pas d’éclater entre les habitants de l’Empire, prêts à chaque fois à ébranler l’équilibre fragile de la vie avec les autres : conflits de voisinage, conflits pour la défense d’intérêts divers, conflits familiaux, conflits entre membres de communautés différentes… Ce sont trop souvent ces derniers qui font l’objet du plus grand nombre d’analyses, de la part des chercheurs : comme, par exemple, ces conflits récurrents à Smyrne entre Grecs et juifs ottomans au moment de la Pâque grecque orthodoxe lorsque la communauté juive est régulièrement accusée d’avoir assassiné un enfant chrétien pour mêler son sang au pain azyme, qui entraînent des émeutiers grecs à faire irruption dans les quartiers juifs, à molester les passants et à briser des devantures des magasins ; accusation portée à tort car quelques jours plus tard, l’enfant disparu est généralement retrouvé, mais qui se reproduit quasiment chaque année, et ce malgré les appels au calme des autorités ecclésiastiques grecques qui prônent la fraternité entre les deux communautés. Ou ces conflits entre Arméniens catholiques et apostoliques8 qui ont lieu de la fin du XVIIIe siècle jusqu’en 1831 (date de la création d’une communauté catholique), les premiers étant victimes de persécutions souvent violentes de la part des seconds en raison de leurs différences confessionnelles et du fait que les Arméniens catholiques, obligatoirement rattachés à la communauté apostolique avant 1831 et à ses autorités, n’en continuent pas moins d’être des paroissiens de Saint-Polycarpe (la paroisse catholique française de Smyrne), et d’entretenir des liens privilégiés avec les membres des « colonies » européennes et avec leur consul. Ou encore ces conflits si fréquents entre sujets ottomans musulmans et non-musulmans (Arméniens et Grecs surtout) qui sont soit d’ordre professionnel (le plus souvent, provoqués par des différends concernant la qualité de la marchandise achetée) et renvoient, en creux, à des liens entre partenaires en affaires qui ont existé, échoué ou mal tourné, soit liés à des problèmes de voisinage.

  • 9 Comme le fait par exemple M.-J. Tancoigne, Voyage à Smyrne, dans l’Archipel et l’île de Candie en 1 (...)

18Pour les voyageurs de passage par l’Empire ottoman9, l’autre devait nécessairement être un ennemi avec lequel les rapports ne pouvaient être que conflictuels – or la population de l’Empire était plurielle –, d’où l’attention insistante qu’ils portent aux conflits intercommunautaires. Mais analyser ces derniers uniquement par rapport aux différences d’appartenance des uns et des autres, ne peut que fausser leur interprétation : au quotidien, et par delà les inévitables conflits qui ne pouvaient manquer de se produire, l’autre était surtout celui avec lequel chacun des habitants de Smyrne, et plus largement de l’Empire ottoman, avait besoin de nouer des liens diversifiés qui lui étaient indispensables pour bénéficier de solidarités renouvelées et d’opportunités nouvelles (en particulier pour la bonne marche des activités professionnelles), mais aussi de s’inscrire dans un réseau de relations plus étendu. Même lors des situations de conflit, la nécessité de renouer le lien est toujours plus forte que la raison du différend initial et le terme « ennemi » n’est, de toute façon, jamais employé par les habitants de Smyrne pour qualifier cet autre avec lequel l’échange s’est rompu : ainsi, les conflits entre Arméniens catholiques et apostoliques se répètent sans arrêt mais sont aussi bien vite assoupis par les principaux acteurs concernés, et en particulier par les grandes familles commerçantes qu’elles soient catholiques ou apostoliques en raison des importantes liaisons de commerce qu’elles entretiennent entre elles ; il n’en est pas autrement des autres groupes évoqués précédemment.

Jeux d’identité

  • 10 Sur le parcours des Barrelier, cf. M.-C. Smyrnelis, « Européens et Ottomans à Smyrne (de la fin du (...)
  • 11 La protection est un lien juridique véritablement original, spécifique à l’Empire ottoman. Elle « r (...)

19Compte tenu de l’ensemble des liens noués (en particulier des liens de parenté) entre les habitants de Smyrne, comment définir leur identité ? L’identité individuelle telle que définie par les groupes institutionnels d’encadrement peut-elle être satisfaisante pour comprendre les multiples solidarités dans lesquelles chacun d’entre eux s’inscrit au quotidien ? Autrement dit, peut-on définir comme sujet ottoman grec orthodoxe, un habitant de l’Empire uniquement par le fait qu’il est membre de la communauté grecque orthodoxe ? Ne devrait-on pas avant toute chose reconstituer ses pratiques quotidiennes et ses appartenances ? Car si une telle définition de son identité était suffisante pour plusieurs membres de cette communauté, elle ne rendrait pas compte des choix diversifiés faits par une large partie d’entre eux : parce que de confession catholique (en particulier avant la création de la communauté catholique) ; parce que d’origine française et installés depuis de nombreuses générations dans le Levant, entretenant des liens étroits aussi bien avec les membres de la « colonie » française que de la communauté grecque orthodoxe (en particulier avec ces derniers, des liens de parenté suite aux mariages célébrés avec des femmes grecques), et rattachés à la fois à la « colonie » française de par leurs origines ainsi qu’à la communauté grecque orthodoxe en raison de la confession qu’ils professent depuis leur conversion à l’orthodoxie, comme cela est le cas des membres des familles Barrelier10 ; parce que bénéficiant de la protection11 d’un quelconque consulat européen voire de la naturalisation d’un pays européen. Que dire alors des membres de la communauté grecque orthodoxe qui ne parlent que le turc, qu’ils écrivent en caractères grecs, ou des Serbes et Arabes qui en font aussi partie parce que de religion grecque orthodoxe ? Comment rendre compte de cette diversité ?

20Comment définir l’identité de ce commis arménien catholique sujet ottoman, protégé ragusain dont le père était protégé napolitain, marié à la fille d’un courtier français et entretenant des liens étroits (amitié, voisinage, parenté spirituelle) avec des familles grecques catholiques originaires de l’île de Chio ? Ou celle de cet individu, né d’une mère vénitienne et d’un père français qui a épousé, suivant le rite catholique, une grecque ottomane de confession orthodoxe et qui ne parle plus que le grec ? Ou encore celle de ce négociant grec ottoman, marié à une grecque catholique, protégé français, qui entretient des liens (parenté, voisinage, amitié) à Smyrne avec des Européens, des Arméniens et des Grecs ottomans et hors de Smyrne, d’autres liens (d’affaires, de parenté) avec des Grecs établis dans les principales villes méditerranéennes et européennes ?

  • 12 Sur ces conflits de juridiction, cf. M.-C. Smyrnelis, Une société hors de soi […], chap. 1.

21Que signifie pour un individu lié à des solidarités diverses, soumis à plusieurs juridictions, avoir un statut officiel, juridique ? De plus, chaque institution fonctionne selon sa logique propre utilisant des critères de nature différenciée pour définir l’identité de l’individu : appartenance nationale pour les « colonies », appartenance ethnique ou/et confessionnelle pour les communautés. De son côté, l’administration ottomane, en raison des pouvoirs qu’elle reconnaît aux communautés, conforte leur logique et reconnaît le critère confessionnel qu’elles adoptent pour définir le statut des individus. Les conflits entre les différentes juridictions présentes dans l’Empire ottoman sont, dès lors, inévitables, chacune réclamant tel ou tel individu comme relevant exclusivement de sa juridiction en ayant recours au critère de définition qu’elle applique12.

22Les identités, les appartenances des sujets de l’Empire apparaissent plutôt comme des réalités d’une remarquable complexité. Les pratiques individuelles et collectives sont infiniment libres, souples et imaginatives. Les individus jouent entre leurs diverses appartenances (ethnique, confessionnelle, nationale). Ils savent se glisser dans les interstices d’un système que les différentes instances ne contrôlent jamais totalement et ils profitent de l’ensemble des opportunités qui s’offrent à eux. Leurs choix sont pluriels : ils cherchent soit à contourner les contraintes liées à l’existence de groupes fortement structurés, soit à se les réapproprier à leur profit et avantage.

23En définitive, les sujets ottomans, et plus largement les habitants de l’Empire, n’essaient pas d’avoir plusieurs identités : leur identité est faite précisément de l’appartenance à des systèmes de relations divers qui impliquent tous des obligations et des contraintes mais ne sont, en aucun cas, perçus comme des absolus. Le rattachement sans réserve ni réticence à un groupe institutionnel précis ne leur apparaît jamais comme une donnée allant de soi. Leur identité peut dès lors être envisagée comme un jeu faisant intervenir un éventail plus ou moins large, selon le cas, de solutions possibles et de « coups à jouer ».

En guise de conclusion

  • 13 Fikret Yilmaz, « Portrait d’une communauté méconnue : les musulmans de Smyrne » dans M.-C. Smyrneli (...)

24Tout ce qui vient d’être exposé sur la coexistence au sein de l’Empire ottoman aux XVIIIe et XIXe siècles n’est plus de mise à l’extrême fin du XIXe et au début du XXe siècle, en particulier après 1908 et la révolution jeune-turque. Les relations quotidiennes entre les habitants de Smyrne, et plus largement de l’Empire, commencent lentement à se dégrader, suite à la montée des nationalismes, aussi bien turc, que grec, arménien ou autre. Les conflits sont désormais plus fréquents entre membres de communautés différentes et ne trouvent plus un règlement aisé, preuve s’il en était besoin que la conjoncture a changé et que la configuration des modalités de coexistence n’est plus la même. Même les compétitions sportives révèlent cette tension des relations : la compétition amicale entre membres de diverses communautés des courses hippiques ou des concours de voile qui ont lieu dans le golfe de Smyrne depuis les années 1860, est vécue désormais, ouvertement et consciemment, comme une véritable concurrence, avec une forte dimension nationale, qui trouve son écho dans les journaux de chaque communauté13. Pour l’heure, « l’ennemi » semble partout pour les habitants de l’Empire ottoman : il est musulman pour les non-musulmans, arménien ou grec pour les Turcs musulmans. Si, à quelques exceptions près, le terme n’est toujours pas employé dans ces journaux ou dans les écrits des différentes communautés, sa présence épisodique en dit déjà long sur les changements en cours.

  • 14 Ilios Yannakakis, « épilogue : la mort du cosmopolitisme » dans Robert Ilbert et I. Yannakakis (dir (...)

25Les ruptures que connaît l’Empire ottoman en ce début de XXe siècle révèlent incontestablement la fin d’une période, la fin d’un modèle de coexistence basé sur le respect des différences de chacun et sur la pluralité des appartenances. Les événements qui suivront (dans le cas de Smyrne, le terrible incendie de 1922 qui entraîne la fin de la ville plurielle avec le départ forcé d’une large partie de ses habitants chrétiens), ne font que confirmer le fait que sentiment national fort et cosmopolitisme14 sont antinomiques.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend les principales conclusions de mon livre, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris-Louvain, 2005.

2 Ces réformes visent la modernisation de l’Empire ottoman au XIXe siècle par la rénovation du système administratif de l’état, l’introduction de changements dans son armée, la sécularisation de son enseignement et surtout l’affirmation de l’égalité de tous ses sujets, quelle que soit leur origine (religieuse ou géographique).

3 Paul Dumont, « La période des Tanzîmât (1839-1878) » dans Robert Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, 1989, p. 459-522.

4 Malcom Yapp, The Making of the Modern East, 1792-1923, Londres et New York, 1987, p. 9.

5 Sur toutes ces questions, cf. Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social » dans J. Revel (dir.), Jeux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience, Paris, 1996, p. 15-36.

6 Smyrne compte approximativement 100 000 habitants à la fin du XVIIIe siècle et entre 150 000 et 200 000 un siècle plus tard.

7 Les « Persans » sont des Arméniens catholiques originaires du Nakhitchévan qui se sont établis à Smyrne au milieu du XVIIIe siècle.

8 M.-C. Smyrnelis, « Les Arméniens catholiques de Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles », Revue du monde arménien moderne et contemporain, t. 2, 1995-1996, p. 25-44.

9 Comme le fait par exemple M.-J. Tancoigne, Voyage à Smyrne, dans l’Archipel et l’île de Candie en 1811, 1812, 1813 et 1814, suivi d’une notice sur Péra et d’une description de la marche du Sultan, Paris, 2 vol. , 1817.

10 Sur le parcours des Barrelier, cf. M.-C. Smyrnelis, « Européens et Ottomans à Smyrne (de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle) » dans Meropi Anastassiadou et Bernard Heyberger (dir.), Figures anonymes, figures d’élite : pour une anatomie de l’Homo ottomanicus, Istanbul, 1999, p. 119-133.

11 La protection est un lien juridique véritablement original, spécifique à l’Empire ottoman. Elle « rattache une personne à un état et la fait jouir des droits et privilèges dérivés de la qualité de national, sans lui conférer la qualité de national ni le statut personnel qui en dépend », comme l’affirme Pierre Arminjon dans Étrangers et protégés dans l’Empire ottoman (Paris, 1903).

12 Sur ces conflits de juridiction, cf. M.-C. Smyrnelis, Une société hors de soi […], chap. 1.

13 Fikret Yilmaz, « Portrait d’une communauté méconnue : les musulmans de Smyrne » dans M.-C. Smyrnelis (dir.), Smyrne, la ville oubliée ? 1830-1930. Mémoires d’un grand port ottoman, Paris, 2006, p. 52-62.

14 Ilios Yannakakis, « épilogue : la mort du cosmopolitisme » dans Robert Ilbert et I. Yannakakis (dir.), Alexandrie. 1860-1960. Un modèle éphémère de convivialité. Communautés et identité cosmopolite, Paris, 1992, p. 220-225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Carmen Smyrnelis, « Vivre ensemble dans l’empire ottoman
(XVIIIe-XIXe siècles)
 », Siècles, 26 | 2007, 55-66.

Référence électronique

Marie-Carmen Smyrnelis, « Vivre ensemble dans l’empire ottoman
(XVIIIe-XIXe siècles)
 », Siècles [En ligne], 26 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2007, consulté le 28 mai 2017. URL : http://siecles.revues.org/1294

Haut de page

Auteur

Marie-Carmen Smyrnelis

Institut catholique de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org