Navigation – Plan du site

La figure de l’ennemi musulman dans les Indes occidentales et orientales dans au XVIe et XVIIe siècles

Ana Díaz Serano
p. 67-80

Entrées d’index

Index chronologique :

XVIe siècle, XVIIe siècle
Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de Natividad Planas et Jérémie Foa

Texte intégral

  • 1 Antonio Domínguez Ortíz et de Bernard Vincent, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una min (...)
  • 2 Au sujet des valeurs morales des chrétiens et des musulmans dans les chroniques médiévales, cf. Ron (...)

1Le principal objectif de cet article est de montrer l’extrême variété des formes de l’altérité dans la Monarchie hispanique, aux XVIe et XVIIe siècles en prenant pour objet d’étude la figure du morisque. Comment la Castille métropolitaine a-t-elle exporté l’image du musulman vers ses territoires d’outre-mer ? Forgée au fil de siècles de combats et de cohabitation christiano-musulmane, cette image est, au XVIe siècle, fortement liée à des tensions croissantes. Tandis qu’en Afrique du Nord, conquêtes et déboires des troupes espagnoles se succèdent sans permettre une franche domination du territoire, en Espagne, une partie de la population morisque conserve avec ferveur ses traditions musulmanes et n’adopte que contrainte les croyances chrétiennes1. La résistance grandissante des morisques à l’ordre hispanique modifia l’imaginaire de l’altérité sur lequel étaient fondées les relations intercommunautaires et cantonna progressivement les morisques dans le rôle d’une minorité marginale, caractérisée par la tromperie, la sournoiserie et la trahison2, soupçonnée de ne pas avoir totalement rompu avec son passé musulman. Dans l’imaginaire hispanique, la référence aux morisques en vint progressivement à évoquer l’antagonisme absolu de deux cultures aux projets d’expansion opposés.

2Par ses origines musulmanes, l’ombre projetée du morisque était celle de l’ennemi religieux. En raison de sa condition de converti, il portait en outre la marque de l’hérétique. Si, pendant la période médiévale, la cohabitation des chrétiens et des musulmans convertis au christianisme avait été possible dans les royaumes hispaniques chrétiens, en particulier pour des raisons économiques – ces derniers constituaient une main-d’oeuvre agricole abondante et experte dans la culture de la soie –, à partir du milieu du XVIe siècle cependant, l’intensification de l’offensive barbaresque dans l’ouest du bassin méditerranéen suscita une grande antipathie envers l’Islam et une soif de contre-attaque, pleinement manifestées par les populations chrétiennes lors de la révolte des Alpujarras, puis de la bataille de Lépante. Cette révolte rendit douteuse la loyauté politique des morisques et possible leur entente avec les puissances musulmanes. Malgré les victoires militaires espagnoles, l’échec des politiques de tolérance promues par la Couronne pendant la première moitié du XVIe siècle créa un sentiment de frustration qui accrut les tensions entre « vieux chrétiens » et morisques. La déportation des morisques de Grenade (les vaincus de la révolte des Alpujarras en 1568-1570) vers d’autres territoires de la péninsule Ibérique fut suivie, en 1610, de l’expulsion définitive de tous les morisques. Entre temps, l’idée d’une incompatibilité irrémédiable entre les deux communautés s’était imposée.

3La bibliographie sur le sujet est volumineuse. Pourtant, si les morisques, pris comme minorité ou groupe marginal, ont été l’objet de nombreuses études, parfois essentialistes, la place de la figure du morisque dans l’imaginaire collectif hispanique a été peu étudiée. Loin du cadre géographique traditionnel des recherches morisques, nous explorerons cette question dans les confins de la Monarchie hispanique, des territoires de la mer des Caraïbes à ceux de la mer de Chine. Comment la représentation de l’altérité se configure-t-elle sous de telles latitudes ? Quel rôle joue la figure du morisque dans ce cadre et à quelles réalités renvoie-t-elle ? Quel impact eut la politique religieuse des rois d’Espagne sur les relations quotidiennes entre nouveaux convertis et « vieux chrétiens » ?

Les figures du musulman et du morisque en Amérique

  • 3 Archivo General de Indias (désormais AGI), Indiferente, 425, L.23, f°67, Valladolid, 21 avril 1554.
  • 4 AGI, Justicia 1001, 1572.
  • 5 AGI, Indiferente, 427, L.30, f°2v-3v°, Valladolid, 1543.
  • 6 AGI, Indiferente, 424, L.22, f°239v°-241r°, Valladolid, 1550 et 1963, L.9, 196v°-197r°.
  • 7 AGI, Indiferente, 1956, L.3, f°44-45, El Escorial, 1579.

4Violant les règlements qui réservaient la possibilité de se rendre en Amérique espagnole aux seuls sujets du roi d’Espagne ayant prouvé leur qualité de « vieux chrétiens », morisques ou maures débarquèrent aux Indes en quête d’une vie meilleure. L’Archivo General de Indias conserve de nombreuses dénonciations et sentences ordonnant l’expulsion et le retour en Castille de ces émigrants illégaux. Les dossiers judiciaires de Diego Romero et de Juan Ponce de León évoquent des situations très répandues. Le premier, après avoir longtemps résidé dans le royaume de Nouvelle-Grenade, fut accusé d’être entré aux Indes illégalement, en falsifiant son nom et en cachant sa condition de converti3. Le second, gouverneur de Porto Rico, fut dénoncé pour avoir permis à un médecin d’origine morisque de s’installer et d’exercer dans le territoire qui était sous sa juridiction4. Ces sentences s’appuyaient sur un argument clair et concis : « dans une nouvelle terre comme celle-ci où la foi doit être diffusée, toute occasion de répandre et publier la secte de Mahomet ou d’offenser Dieu notre Seigneur doit être évitée »5. La décision d’interdire le voyage des morisques aux Indes prise en 1543 donne la mesure de la défiance des autorités hispaniques à l’égard de cette communauté. En 1550, un second décret fut à l’origine de l’expulsion des possessions américaines des esclaves musulmans, ainsi que des musulmans s’étant depuis peu convertis au christianisme et ayant ainsi accédé à la liberté6. Malgré ces ordres et la vigilance des institutions, tant péninsulaires qu’américaines, la Guerre des Alpujarras fut à l’origine, tout au long de la décennie de 1570, d’un important trafic d’esclaves. La Casa de Contratación, qui avait pour mission le contrôle de la circulation des hommes et des biens entre la métropole et la Nouvelle-Espagne, s’inquiétait non seulement des départs illégaux, mais aussi de l’arrivée en Espagne de contingents d’esclaves musulmans en provenance d’Amérique, preuve d’une circulation incontrôlable. Ainsi en 1579, le Conseil de Castille demande à la Casa de Contratación de recenser et de contrôler tous les esclaves maures ou originaires « du royaume de Grenade » qui viennent de débarquer d’une flotte provenant de Nouvelle-Espagne7.

5Ainsi, en Amérique, le terme « morisque » fut fréquemment associé au trafic d’esclaves, car les morisques du royaume de Grenade – ceux ayant participé à la révolte des Alpujarras furent réduits au statut d’esclave – constituèrent sans doute un réservoir pour les trafiquants. Mais d’autres usages de ce terme font penser que son champ lexical s’élargit lors de son exportation outre-mer, car on le trouve également désignant certains habitants des Amériques.

  • 8 Antonio Garrido Aranda, Moriscos e indios. Precedente hispánicos de la evangelización en México, Me (...)
  • 9 AGI, Indiferente, 427, L.30, f°401r°-403v°, Madrid, 1589.

6En effet, au cours de la Conquête et des premiers temps de la colonisation, les métis furent souvent désignés sous le terme de « morisque ». Si on établit un parallèle chronologique entre l’évolution de l’image du morisque dans la péninsule Ibérique et l’application de ce concept à la réalité américaine, il en ressort que métis et morisques sont des catégories perçues comme transitoires. Dans la péninsule Ibérique, autour des années 1520 et 1530, la politique de tolérance établie après les conversions et les expulsions de 1501 est encore de rigueur : la population morisque est considérée par la majorité catholique comme un groupe social marginal, qu’il s’agit d’éduquer selon les principes du catholicisme (tout en respectant certaines coutumes d’origine musulmane en vertu de l’accord signé par les autorités des deux communautés au lendemain de la prise de Grenade en 1492). Dans un premier temps, l’image du morisque n’est donc pas négative, ni associée au danger mais bien liée à la notion d’hybridité. En Amérique, « morisque » sert alors à désigner des individus dont la position sociale et culturelle est considérée hybride ou encore difficile à établir, à l’instar du métis, toujours à cheval entre l’Espagnol (catholique) et l’indien (récemment converti ou païen). L’usage de telles catégories est dû aux nombreux religieux qui, avant leur arrivée aux Indes, avaient fait leurs premières armes d’évangélisateurs dans le royaume de Grenade. Dans le Nouveau Monde, ils appliquent les mêmes méthodes de catéchèse et découvrent des similitudes chez les nouveaux convertis qu’ils soient maures, morisques ou indiens8. Mais en même temps que ces religieux, des nouvelles du conflit morisque contenues dans la correspondance royale expédiée d’Espagne parviennent en Amérique, faisant aux vice-rois ainsi qu’aux gouverneurs de la Nouvelle-Espagne, la description des « ravages et des dégâts occasionnés par le démon dans certaines provinces et terres de la Chrétienté […] qui sont ainsi remplies de troubles et de scandales »9. Bien entendu, cela aura un impact sur les populations métisses.

7Par ailleurs, dans les territoires d’outre-mer, la figure de l’ennemi musulman était liée à la bulle de la Croisade, c’est-à-dire à la perception de dons « gracieux » pour couvrir les frais de la « croisade contre les infidèles », réalité lointaine s’il en était. Toutefois, les colonies américaines connaissaient, sur leurs côtes, une situation comparable à celle qui mettait face à face chrétiens et musulmans aux confins de l’Europe, ce qui encourageait leurs habitants à contribuer au financement de la lutte contre les puissances musulmanes : depuis les dernières décennies du XVIe siècle, les bateaux anglais et hollandais menaçaient la paix et la prospérité de la région. Les pirates et les corsaires hérétiques, ennemis de la Monarchie (tout comme leurs homologues musulmans), attaquaient régulièrement la flotte espagnole et rasaient les principaux ports hispaniques des côtes américaines, en entravant le commerce entre ceux-ci et la métropole. Tout en défendant leurs intérêts, les nouveaux habitants de la Nouvelle-Espagne s’impliquaient dans le renforcement du modèle catholique, ce qui leur permettait également de consolider leur propre identité.

Aux confins de la Monarchie hispanique : d’Amérique en Asie

  • 10 Patricio Hidalgo Nuchera, La recta administración. Primeros tiempos de la colonización hispana en F (...)

8L’Amérique était doublement engagée dans les projets de la Monarchie hispanique : d’une part, le soutien financier apporté à la « croisade » européenne avait pour objectif la défense spirituelle de la Chrétienté et, d’autre part, elle contribuait à l’expansion territoriale de cette première en soutenant financièrement les territoires espagnols en Asie. L’argent en provenance de la Nouvelle-Espagne et à destination de Manille (capitale des Philippines) traversait, non sans danger, le Pacifique pour garantir la survie d’une poignée d’Espagnols qui maintenait la présence hispanique dans les Indes orientales10. Bien que l’archipel philippin fût considéré comme une porte vers les grandes puissances asiatiques en vue de leur conquête, ses îles s’imposèrent surtout comme un pôle de communication entre l’Amérique et l’Asie. Au centre d’une importante activité commerciale, elles jouèrent un rôle déterminant dans les relations politiques et les échanges culturels avec les pays voisins.

  • 11 Au sujet de la politique de Philippe II en Asie, cf. Manuel Ollé, La empresa de China. De la Armada (...)
  • 12 Juan Gil, Hidalgos y samurais. España y Japón en los siglos XVI y XVII, Madrid, 1991, p. 32-68.

9Toutefois, Philippe II manifestait peu d’intérêt pour les projets de conquêtes asiatiques (Chine et Japon11). L’argent américain, exporté vers les colonies hispaniques en Asie à partir du Mexique, et la soie chinoise importée par les Espagnols vers l’Amérique, via le Galion de Manille, équilibraient la balance des relations hispano-chinoises. Pour ce qui est des relations de l’Espagne avec le Japon, elles avaient toujours été conflictuelles. Les échanges commerciaux se réalisant à Manille entre Espagnols et Japonais – la vente du cuivre, du fer et du salpêtre nippon – étaient toujours menacés par les politiques antichrétiennes des Taikos japonais et leurs projets expansionnistes12. À Manille, cette réalité double, faite d’affinités commerciales et d’antipathie politique, se manifestait au sein d’espaces bien définis. Depuis la fondation de la ville, ou quasiment, les autorités espagnoles avaient autorisé l’établissement de parians, quartiers périphériques parfaitement délimités et exclusivement destinés à la résidence des Chinois et des Japonais. Ces derniers, en tant qu’agents commerciaux, jouaient un important rôle économique, mais occupaient une position sociale en marge et leurs rapports avec la population espagnole pouvaient parfois être conflictuels. Ici encore, tout comme dans les royaumes reconquis de Grenade et de Valence dans la péninsule Ibérique, on cohabitait par intérêt mutuel tout en demeurant dans la méfiance à l’égard d’autrui.

10Les rapports ente Espagnols et Portugais n’étaient pas meilleurs. Ces derniers, dont la présence hégémonique en Asie depuis la fin du XVe siècle se maintint au-delà de 1580 (date à laquelle le roi d’Espagne devient aussi roi du Portugal), n’entendaient pas renoncer aux droits que leur concédait la bulle Inter coetera du pape Alexandre VI en 1493. Non seulement la collaboration entre Espagnols et Portugais pour le développement d’intérêts commerciaux communs en Extrême-Orient fut passablement limitée, mais les Portugais ne se privèrent pas de dresser des Espagnols un portrait peu flatteur auprès de partenaires potentiels. Ils maintinrent ainsi leur influence sur les puissances asiatiques dont dépendait leur vigueur commerciale. Des événements tels que l’expulsion des Espagnols de Goa en 1585, sur l’ordre du vice-roi de la colonie portugaise, contribuèrent à tendre les relations entre administrations portugaise et espagnole.

11Mais quels rapports les Espagnols entretenaient-ils avec les autochtones des îles d’Asie du Sud-Est de religion musulmane ?

Chrétiens et musulmans dans les territoires espagnols d’Asie

  • 13 AGI, Filipinas, 18 A, R.2, N.4, Acapulco, 1584.

12En 1584, le magistrat Melchor Dávalos, après avoir servi le roi d’Espagne pendant 28 ans à Mexico (comme avocat de l’Inquisition et procureur du tribunal de l’Audience), partit pour Manille, avec son épouse Maria de Sandoval, quatre de ses enfants et un neveu, pour aller y occuper un nouveau poste. Le nouveau magistrat de l’Audience des Philippines s’engagea avec enthousiasme dans ses nouvelles fonctions et était bien informé de la situation politique des îles. Dans une première lettre écrite d’Acapulco13, où il attendait le galion de Manille qui devait le conduire aux Philippines, il faisait un constat général relatif aux difficultés que connaissait la Monarchie hispanique dans la poursuite de son expansion asiatique. La Couronne avait affaire à « trois ou quatre types d’ennemis » aux îles Philippines, soit, selon le classement de Dávalos, les « mahométans des îles » – présents dans certaines îles de l’archipel philippin, ils pratiquaient un islam peu orthodoxe depuis le XIIe siècle –, les natifs de celles-ci, les corsaires chinois et japonais et finalement les luthériens (Anglais et Hollandais essentiellement). Autrement dit des infidèles, des idolâtres et des hérétiques, dont le profil (en raison de leurs appartenances religieuses) n’était pas en adéquation avec celui des sujets, en principe catholiques, du roi d’Espagne.

  • 14 Un incendie détruisit le parian de Manille en janvier 1583. Un mois plus tard, la ville entière fut (...)

13La situation était d’autant plus grave que certains de ces groupes, parfaitement étrangers aux territoires philippins, avaient réussi à s’y installer (illégalement et/ou violemment), constituant ainsi une menace de l’intérieur. En particulier, les Hollandais et les Anglais s’étaient établis dans certaines îles sous domination hispanique, qu’ils utilisaient comme centres d’opérations de la piraterie et de la contrebande, pendant qu’ils maraudaient dans le détroit de Magellan. Puisqu’« aucun prince chrétien ne devait tolérer dans son royaume » de tels intrus, la solution était nécessairement militaire. En outre, pour Dávalos, les charges retenues contre les « mahométans » s’alourdissaient de jour en jour. Des décennies de confrontation en avaient fait les « ennemis déclarés de l’église et de la Chrétienté toute entière ». Il fallait leur déclarer la guerre, et ceci était tout à fait légitime car il s’agissait d’ennemis de la foi contre lesquels tout combat était une « guerre juste », au vu du droit canon. Dávalos proposait que cette guerre serve également à combattre les luthériens qui circulaient ou s’étaient installés dans la zone, ainsi que les Chinois, accusés d’avoir « offensé et brûlé la ville de Manille »14. Pour mener à bien cette mission, il était indispensable d’augmenter les effectifs militaires et de renforcer l’armement de la zone.

  • 15 AGI, Filipinas, 18 A, R.2, N.9, Manille, 1584.
  • 16 Cité par Inmaculada Alvar Rodríguez, Vida municipa1 en Manila, siglos XVI-XVII, Cordoue, 1997, p. 5 (...)
  • 17 Ordre de l’empereur Charles Quint rappelant qu’il est interdit aux caciques et aux conquistadors de (...)

14Arrivé à Manille quelques mois plus tard, Dávalos écrivit de nouveau au roi, en le pressant de légiférer contre les mahométans philippins15. Dans les archives de l’Audience, le magistrat avait trouvé une lettre de Philippe II à Miguel López de Legazpi, à l’origine de la colonisation espagnole aux Philippines, qui n’était pas en accord avec l’idée qu’il se faisait de la lutte contre « l’ennemi commun de la Chrétienté ». Dans ce document, le roi ordonnait à l’explorateur de réduire en esclavage et d’exproprier ces « maures » agitateurs venus d’autres territoires, qui venaient aux îles pour y empêcher la diffusion de la foi catholique, y répandre leur « secte mahométane » ou faire la guerre à ses sujets, parmi lesquels il incluait les Indiens « qui sont nos sujets et [se trouvent] à notre royal service ». En revanche, Philippe II excluait de la répression « ceux qui étant indiens, avaient suivi la secte de Mahomet ». En outre, Philippe II écrivait quelques décennies plus tard : « lorsque des marchands, qu’ils soient maures ou païens ou de toute autre nation viennent dans cette ville et cette rivière pour se lier avec des Espagnols, aussi bien par mer que par terre, ils seront bien reçus et bien traités »16. Dávalos comprenait certes que ces dernières directives royales étaient en conformité avec la législation sur l’esclavage, en vigueur dans tous les territoires hispaniques de l’outre-mer17, mais il était sceptique quant à leur validité sous de telles latitudes (où l’esclavage tenait presque lieu de lien social).

15Mais ce qui méritait d’être communiqué au roi et semblait constituer un grand danger était les connivences entre tous les ennemis de la religion catholique, ce qui invitait certes à l’amalgame et à l’élaboration d’une figure hybride de l’ennemi. Dans sa démonstration, Dávalos signalait les alliances politiques entre hérétiques et infidèles en s’appuyant sur sa propre expérience, mais aussi sur les chroniques portugaises qui racontaient en détail l’alliance de l’Angleterre et du roi de Bornéo – il se réfère aux Décadas de Barros et aux textes de l’évêque Osorio, dans lesquels sont racontées les luttes des Portugais contre les « maures notables » de Malacca, Goa, Calicut, Ormuz, Sumatra, Java et Bornéo –, preuve de leur aversion commune pour le catholicisme. Tout ceci traçait la carte d’un front hostile aux Espagnols et aux catholiques. Car, les « maures notables » asiatiques n’étaient autres que d’obéissants agents du Sultan, qui via l’Egypte et la Tunisie recevaient un appui logistique d’Istanbul. Tous ces musulmans semblaient constituer une sorte de grande armée, à laquelle s’ajoutaient les maures de Grenade expulsés d’Espagne sous le règne des Rois Catholiques. Ainsi, le discours de Dávalos sur les ennemis de la Monarchie appelait à la lutte contre les ennemis de la religion, car seul un monarque aux pouvoirs planétaires comme Philippe II pouvait ramener la paix dans le monde, ce qui supposait un combat global contre les différentes sortes d’ennemis s’opposant à l’expansion du catholicisme.

  • 18 AGI, Filipinas, 18A, R.6, N.41, Manille, 1588. Au sujet des relations entre les deux rives du Pacif (...)
  • 19 Ibid., 18A, R.4, N.24, Manille, 1586.
  • 20 Ibid., 18A, R.6, N.41, Manille, 1588.

16Après l’envoi de cette lettre, le magistrat ne cessa d’informer le roi des affaires de l’archipel philippin, au moyen de cartes et de rapports circonstanciés. Dávalos dénonçait aussi, dans ses écrits, les dommages que le manque de ressources causait à la santé des colonies asiatiques. Les maladies, la faim, dont moines et soldats souffraient, les détournaient de leur oeuvre de défense et d’expansion du catholicisme. De plus, les intérêts divergents de la Nouvelle-Espagne et des comptoirs portugais implantés en Orient ne facilitaient pas l’essor des îles, basé sur le trafic commercial18. Le magistrat se montrait particulièrement préoccupé par la faible attention portée aux différents traités qu’il avait rédigés, à grand renfort d’érudition, afin que la Monarchie hispanique soit mieux gouvernée. Mais, alors qu’en 1586 il attribuait le peu de cas que la Couronne faisait de ses avis à un manque d’information – l’Audience de Manille avait décidé d’envoyer à la Cour le jésuite Alonso Sánchez, qui avait été à plusieurs reprises en Chine, au Japon et en Inde, pour qu’il informe convenablement et en détail le roi de la situation dans laquelle se trouvaient les Philippines19 –, deux ans plus tard, il commençait à se douter que « les entreprises et les secours qu’on attend ici sont engagés dans les guerres de là-bas »20.

  • 21 Ibid., 18A, R.3, N.19, Manille, 1585. Traités de Melchor Dávalos sur les mahométans des Philippines
  • 22 Ibid., 18A, R.3, N.11, Manille 1585.
  • 23 Ibid., 18A, R.3, N.19.

17L’un des mémoires écrits par Dávalos traitait tout spécialement des « mahométans » qui vivaient aux Philippines21. Le texte rappelait à Philippe II son obligation de purger ses territoires de la présence des « maures », selon les dispositions du pape Clément V rappelées par de nombreux juristes. Si Dávalos présentait ce traité comme une « matière jamais encore traitée, car ceux qui écrivent à ce sujet parlent des mahométans d’Afrique, de Constantinople et autres, mais non pas de ceux d’ici »22, il étendait néanmoins la question à tous les territoires de la Monarchie. À l’instar du problème, la solution pouvait être généralisée : il recommandait donc de « chasser et d’expulser les maures de toutes les îles de l’archipel des Philippines ou, tout au moins, de les assujettir et de les rendre tributaires »23. En formulant la deuxième partie de sa proposition sans doute avait-il à l’esprit les méthodes plusieurs fois utilisées par les Rois Catholiques en Afrique du Nord au cours des premières décennies du XVIe siècle. Toutefois en dépit des rapports et des avis de Dávalos, l’expulsion des maures du territoire philippin ne fut pas approuvée par la Couronne.

  • 24 Ibid., 7, R.1, N.8, Manille, juillet 1603.

18Ainsi après la mort de celui-ci, les lettres du gouverneur Pedro de Acuña continuent de décrire le développement du conflit entre Espagnols et « maures » en Asie du Sud-Est24 :

« Ils sont tous maures et vivent dans de nombreuses îles qui abondent et ils sont en guerre les uns contre les autres. Le roi de Borney est le plus puissant d’entre eux et tous font partie de la secte de Mahomet. Ils vont d’île en île jusqu’à cette côte et y rentrent et pendant le voyage ils prennent toutes les embarcations des vassaux autochtones de Votre Majesté. Ils tuent les survivants Espagnols et capturent les indiens et ils les emmènent dans leurs terres où ils les vendent à d’autres et ils font la même chose dans certains endroits des marines d’Oriveras et ils emmènent les femmes et les enfants très cruellement et le pire est que là-bas, ils deviennent maures comme eux, ce qui est vraiment dommage ».

  • 25 Antonio de Morga, Sucesos de las Islas Filipinas, Madrid, 1997 (1re éd. 1609), p. 197-250 (chap. VI (...)

19Ses paroles rappellent des réalités méditerranéennes (différends entre chrétiens et musulmans, conversion de captifs). Sans aucun doute, le gouverneur Acuña, qui en était à sa dernière destination au service du roi, transporta dans les eaux asiatiques ses expériences acquises dans d’autres mers, où il s’était fait remarquer pour son courage, en particulier, plus de trente ans auparavant, lors de la bataille de Lépante. Tout comme Dávalos, Pedro de Acuña considérait qu’il fallait aller au devant du péril musulman, mais qu’il était nécessaire de se concentrer sur des territoires voisins où les hérétiques hollandais, en particulier, en raison d’alliances forgées avec les autochtones ou bien en raison de la négligence de ces derniers quant au contrôle des zones côtières, s’étaient aisément installés. En l’occurrence, les côtes désertes des Moluques étaient devenues de véritables repaires de corsaires hollandais25. En 1606, le gouverneur Acuña alla donc combattre ces derniers au-delà des frontières de la Monarchie.

L’expulsion des Japonais

20L’idée de l’expulsion de l’ennemi de l’intérieur n’avait pas été abandonnée, mais elle eut pour cible, non pas les musulmans des Philippines, mais les Japonais.

  • 26 José Eugenio Mateo Borao, « La colonia de japoneses en Manila, en el marco de las relaciones de Fil (...)

21En 1614, à la veille de la Saint-Jean, les autorités municipales de la ville de Manille adressèrent une lettre au roi le priant de mettre à exécution, de manière effective, les décrets d’expulsion à l’encontre des Japonais, promulgués au cours des années précédentes. Entre 1598 et 1606, Philippe III avait ordonné trois fois l’expulsion de ces populations résidant dans l’archipel des Philippines, en guise de réponse aux politiques antichrétiennes nippones. La première expulsion fut effective et réduisit considérablement la population japonaise de Manille. Cependant dès 1603, le parian de la capitale philippine fut repeuplé par des centaines d’habitants. Trois années s’écoulèrent, puis le décret d’expulsion de 1606 fit des Japonais les protagonistes d’une série de rébellions d’une extrême violence, qui se renouvelèrent les années suivantes (1606, l’année même où le gouverneur Acuña combattait les Hollandais dans les Moluques, 1607 et 1608)26. Face à cette situation, de nombreux résidents japonais avaient décidé de se convertir – comme le firent juifs et musulmans, un siècle plus tôt, dans la péninsule Ibérique – pour échapper à une mesure qui mettait en péril leurs florissantes affaires réalisées en tant qu’intermédiaires commerciaux, ainsi que leurs vies.

22Malgré les tentatives d’adaptation de la communauté japonaise et la prédication des pères augustins dans les parian de la capitale, les autorités de Manille, guidées par le souvenir d’événements extrêmement violents survenus peu de temps auparavant (en particulier dans la zone de Macan), influencées par les nouvelles du Japon qui décrivaient les mauvais traitements infligés aux chrétiens et alarmées par l’énorme croissance de la communauté japonaise de Manille qui avait atteint un millier de personnes, écrivirent au roi en 1614 pour dénoncer la duplicité des Japonais convertis : « [chez eux] tout n’est qu’apparence pour ne pas être chassés et ils n’ont rien de chrétien, si ce n’est le nom ». Les mots avec lesquels elles justifiaient leurs accusations rappelaient ceux utilisés, dans la péninsule, pour dénoncer la duplicité d’une autre minorité convertie, celle des morisques que l’on considérait comme « des gens inutiles et traîtres ». D’ailleurs, dans leur lettre, les autorités établissaient clairement un parallèle entre les deux communautés, afin que le traitement appliqué au morisques d’Espagne (expulsés de la péninsule en 1609) fût également appliqué aux Japonais : « que [les Japonais] soient chassés et expulsés dans leurs terres pour faire disparaître de cette ville le fléau dont elle est victime, tout comme cela a été le cas en Espagne avec les morisques ». Les Japonais furent finalement chassés des Philippines en 1622, peu avant l’expulsion des catholiques du Japon.

23Tout comme dans la péninsule Ibérique, où les accusations contre la communauté morisque étaient assorties dans les premiers temps de propositions pour une meilleure évangélisation des populations converties – le haut clergé de Castille et de Valence réclamait un meilleur engagement religieux dans les territoires où la foi était ancienne et imparfaite –, les agents royaux en poste aux Philippines n’avaient cessé de demander que des missions soient organisées pour faire de la Chine et du Japon de nouvelles enclaves christianisées. Mais aux Philippines comme en Espagne, les motifs de l’expulsion furent sans doute plus politiques que religieux. Les révoltes qui eurent lieu au cours des premières décennies du XVIIe siècle dans ces îles asiatiques sous domination hispanique furent perçues comme des signes de trahison envers le roi – l’édit d’expulsion des morisques évoquait aussi la trahison en se référant à des épisodes tels que la révolte de Grenade de 1568 – et firent sans doute que la Couronne finisse par approuver la demande d’expulsion.

En conclusion

24Pour la Monarchie hispanique, la défense du catholicisme impliqua l’ouverture de deux principaux fronts : d’un côté, les conflits liés aux hétérodoxies chrétiennes et, de l’autre, la lutte contre l’Islam, d’abord localisé dans les eaux méditerranéennes. Les luttes contre les hérétiques et les infidèles faisaient partie d’une même réalité, existant dans tous ses territoires, en d’autres termes, menaçant l’ensemble de la Chrétienté, dont elle s’érigeait comme unique protectrice. Nous avons vu comment les figures du maure et du morisque furent prégnantes dans les territoires de la Monarchie hispanique, ce qui laisse deviner leur pouvoir symbolique. On comprend ainsi que l’histoire des péninsulaires marqua les relations qu’ils eurent avec les groupes sociaux des territoires conquis et intégrés dans la Monarchie hispanique. Pendant des dizaines d’années, les liens des populations catholiques avec la minorité morisque dans la péninsule Ibérique ou ceux établis aux Philippines entre les Espagnols et la minorité japonaise furent de nature économique (la production agricole et/ou artisanale ainsi que les échanges commerciaux). Cependant, cela ne suffit pas et celui qui était naguère vu comme un partenaire commercial, devint un ennemi. Quels furent les motifs de cette mutation ? Les difficultés que les groupes marginaux rencontrèrent pour adhérer aux règles sociales, politiques et culturelles exigées par le groupe dominant, mais encore la faible volonté de ce dernier de valider les processus d’intégration en cours. En tout cas, le sentiment d’opposition grandit en raison de la mobilité des agents de la Monarchie et de leur capacité de diffusion d’idées nées au coeur de la Monarchie. Le magistrat Dávalos, et ses facultés intellectuelles, et le gouverneur Acuña, et sa carrière militaire (en tant qu’agents de la Couronne espagnole et donc défenseurs directs de ses idéaux) véhiculèrent des modèles à travers lesquels ils perçurent et analysèrent les conflits auxquels ils avaient affaire dans les territoires qu’ils avaient la charge d’administrer, aux marges de l’Empire. Ainsi des situations complexes étaient ramenées à des configurations connues où tous les ennemis de la Monarchie formaient un groupe unique qu’il fallait combattre indistinctement par tous les moyens, militaires, administratifs, commerciaux, etc. L’expulsion du dissident (l’individu ou le groupe signalé comme tel) apparaissait toujours en dernier ressort, comme l’extirpation d’une tumeur, pour sauver de plus grands maux, le corps politique et social.

  • 27 Genèse 16, 7-12, passage mentionné plusieurs fois par le magistrat Dávalos.

25La Monarchie hispanique appliquait ainsi la sentence biblique qui condamnait les fils d’Abraham à un éternel conflit ; une descendance légitime (celle d’Isaac), transmettant le véritable message de Dieu, face à une branche illégitime (celle d’Ismaël), se trouvant dans l’erreur et aveuglée27. Ainsi, la guerre contre les infidèles se transforma en une lutte eschatologique, qui se répandit dans tous les territoires conquis et évangélisés par la Monarchie.

Haut de page

Notes

1 Antonio Domínguez Ortíz et de Bernard Vincent, Historia de los moriscos. Vida y tragedia de una minoría, Madrid, 1979 et Miguel Ángel de Bunes Ibarra, La imagen de los musulmanes y del Norte de África en la España de los siglos XVI y XVII. Los caracteres de una hostilidad, Madrid, 1989.

2 Au sujet des valeurs morales des chrétiens et des musulmans dans les chroniques médiévales, cf. Ron Barkay, Cristianos y musulmanes en la España medieval. El enemigo en el espejo, Madrid, 1984.

3 Archivo General de Indias (désormais AGI), Indiferente, 425, L.23, f°67, Valladolid, 21 avril 1554.

4 AGI, Justicia 1001, 1572.

5 AGI, Indiferente, 427, L.30, f°2v-3v°, Valladolid, 1543.

6 AGI, Indiferente, 424, L.22, f°239v°-241r°, Valladolid, 1550 et 1963, L.9, 196v°-197r°.

7 AGI, Indiferente, 1956, L.3, f°44-45, El Escorial, 1579.

8 Antonio Garrido Aranda, Moriscos e indios. Precedente hispánicos de la evangelización en México, Mexico, 1980.

9 AGI, Indiferente, 427, L.30, f°401r°-403v°, Madrid, 1589.

10 Patricio Hidalgo Nuchera, La recta administración. Primeros tiempos de la colonización hispana en Filipinas : la situación de la población nativa, Madrid, 2001.

11 Au sujet de la politique de Philippe II en Asie, cf. Manuel Ollé, La empresa de China. De la Armada Invencible al Galeón de Manila, Barcelone, 2002, p. 240-241. Pour ce qui est des relations commerciales entre les Philippines et le Japon, cf. José Cabezas, El siglo ibérico en Japón. Presencia hispano-portuguesa en Japón (1543-1643), Valladolid, 1995, p. 181-182. Sur les relations hispano-japonaises, cf. Serge Gruzinski et Carmen Bernand, Historia del Nuevo Mundo, Mexico, 1999, t. 2, p. 503-514.

12 Juan Gil, Hidalgos y samurais. España y Japón en los siglos XVI y XVII, Madrid, 1991, p. 32-68.

13 AGI, Filipinas, 18 A, R.2, N.4, Acapulco, 1584.

14 Un incendie détruisit le parian de Manille en janvier 1583. Un mois plus tard, la ville entière fut dévorée par les flammes.

15 AGI, Filipinas, 18 A, R.2, N.9, Manille, 1584.

16 Cité par Inmaculada Alvar Rodríguez, Vida municipa1 en Manila, siglos XVI-XVII, Cordoue, 1997, p. 55.

17 Ordre de l’empereur Charles Quint rappelant qu’il est interdit aux caciques et aux conquistadors de posséder des esclaves indiens. AGI, Mexico, 1088, L.3, f°231-232r°, Tolède, 1538.

18 AGI, Filipinas, 18A, R.6, N.41, Manille, 1588. Au sujet des relations entre les deux rives du Pacifique, cf. S. Gruzinski et C. Bernand, Historia del Nuevo Mundo […], p. 499-501.

19 Ibid., 18A, R.4, N.24, Manille, 1586.

20 Ibid., 18A, R.6, N.41, Manille, 1588.

21 Ibid., 18A, R.3, N.19, Manille, 1585. Traités de Melchor Dávalos sur les mahométans des Philippines.

22 Ibid., 18A, R.3, N.11, Manille 1585.

23 Ibid., 18A, R.3, N.19.

24 Ibid., 7, R.1, N.8, Manille, juillet 1603.

25 Antonio de Morga, Sucesos de las Islas Filipinas, Madrid, 1997 (1re éd. 1609), p. 197-250 (chap. VII).

26 José Eugenio Mateo Borao, « La colonia de japoneses en Manila, en el marco de las relaciones de Filipinas y Japón en los siglos XVI y XVII », Cuadernos Canela, n°17, 2005, p. 1-25.

27 Genèse 16, 7-12, passage mentionné plusieurs fois par le magistrat Dávalos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ana Díaz Serano, « La figure de l’ennemi musulman dans les Indes occidentales et orientales dans au XVIe et XVIIe siècles », Siècles, 26 | 2007, 67-80.

Référence électronique

Ana Díaz Serano, « La figure de l’ennemi musulman dans les Indes occidentales et orientales dans au XVIe et XVIIe siècles », Siècles [En ligne], 26 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/1307

Haut de page

Auteur

Ana Díaz Serano

Université de Murcie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org