Navigation – Plan du site

La Roumanie dans l’empire soviétique : satellite modèle, indocile et créateur de normes (1968-1973)

Romania in the Soviet Empire: Model Satellite, Indocile Satellite, and Normative Pioneer (1968-1973)
Pierre Bouillon

Résumés

La crise des rapports soviéto-roumains, à la suite de l’invasion de la Tchécoslovaquie, aboutit à une transformation du socle normatif qui régulait le rapport de domination entre Bucarest et Moscou. Ce phénomène s’opéra toutefois dans des bornes étroites en raison du maintien de l’idéologie comme langage commun à la Roumanie et à l’URSS. La redéfinition du système normatif s’opéra en réalité par une adjonction de nouvelles normes plutôt que par une remise en cause radicale. Ce fut en conséquence dès le début des années 1970 que la profondeur de cette altération apparut douteuse à l’Ouest, et le rapport de subordination entre l’URSS et la Roumanie reformulé aux dépens de celle-ci.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. George Steinmetz, « Empire et domination mondiale », dans Actes de la recherche en sciences soc (...)

1La répression du printemps de Prague par l’URSS et par ses alliés du pacte de Varsovie en 1968, ne signa pas seulement la fin des espoirs en un « socialisme à visage humain ». Elle ouvrit également une période de crise politique et diplomatique entre Moscou et le seul satellite à ne pas avoir participé à l’intervention, la Roumanie. Celle-ci refusa en effet la norme énoncée pour justifier cette invasion, à savoir la doctrine Brejnev dite « de souveraineté limitée », qui permettait une nouvelle forme de domination. La défense des « acquis socialistes » était de fait présentée par Moscou comme relevant non seulement de la démocratie populaire concernée, mais également de l’ensemble du bloc soviétique, ce qui aboutissait à remettre en cause la notion même de souveraineté étatique. La période de tensions entre l’URSS et la Roumanie ne trouva jamais réellement son terme jusqu’à la chute du Mur en 1989. La crise fut cependant particulièrement flagrante de 1968 au début des années 1970, jusqu’à ce qu’un nouveau modus vivendi soit défini. Les normes politiques et idéologiques, dans le bloc soviétique, étaient une marque de puissance ainsi qu’un instrument de régulation interétatique. Elles apparaissaient comme des principes édictés par la puissance ayant l’autorité historique pour les faire accepter par ses satellites, et ayant la capacité de les mettre en œuvre, voire de les imposer. Dans cette relation de dominé à dominant, la Roumanie tâcha de faire accepter des normes propres face à celles que l’URSS désirait lui imposer. Cette crise constitua donc aussi bien un moment d’affrontements plus ou moins larvés qu’un temps où fut redéfini le système normatif et formel régissant les rapports entre le satellite roumain et le centre dirigeant soviétique. Cette crise fut également particulière en ce sens qu’elle fut à la fois niée et mise en lumière de manière spectaculaire, dans la mesure où le rapport de domination était à la fois dénoncé et nié par Bucarest en vertu de la fraternité revendiquée entre régimes communistes. La Roumanie était de fait incluse dans un empire1 qui trouvait une cohérence interne au travers de l’idéologie marxiste-léniniste. Celle-ci, en intégrant les membres dominés dans un socle normatif qui provenait de l’URSS, aboutissait à une assimilation du rapport de domination. Toute remise en cause nécessitait en conséquence un effort spécifique : il s’agissait d’amender le tissu normatif partagé par tous les États du Bloc, mais de manière marginale et sans toucher à son essence.

2Il nous faudra donc voir comment ce processus s’opéra au cours de ces années de redéfinition des rapports soviéto-roumains. Nous retiendrons comme hypothèses que les normes ne changèrent que dans des bornes étroites, en raison du maintien de l’idéologie comme langage commun à la Roumanie et à l’URSS, et que la transformation du système normatif s’opéra par une adjonction de nouvelles normes plutôt que par leur mutation. Quant à la redéfinition de la forme, comprise comme la représentation donnée à la norme et comme son interprétation, elle s’opéra de manière certes incontestable, mais également incomplète. Nous retiendrons enfin, comme dernière hypothèse, que dans le cadre des négociations bilatérales et multilatérales entre le centre et son satellite, ce fut à la puissance dominante qu’il revint de choisir entre les différentes normes et formes déviantes, ou orthodoxes, mises en œuvre par l’État dominé, pour les caractériser comme fondamentales ou secondaires.

3Nous aborderons dans un premier temps le moment où l’adjonction de normes et la reformulation des socles normatifs existants furent revendiquées par la Roumanie face à l’URSS à la suite de l’intervention en Tchécoslovaquie ; puis, la recherche d’une validation de ce nouvel ensemble normatif par des partenaires occidentaux comme la France ; enfin, la mise en place d’une certaine normalisation soviéto-roumaine réaffirmant de fait le système de domination.

La Roumanie face à l’URSS durant la crise tchécoslovaque : un satellite modifiant le socle normatif commun au bloc de l’Est

  • 2 Cf. Mihai Retegan, In the Shadow of the Prague Spring : Romanian foreign Policy and the Crisis in C (...)

4L’intervention des troupes de l’URSS et du pacte de Varsovie moins la Roumanie, le 20 août 19682, signifia pour celle-ci l’entrée dans une période d’incertitudes vis-à-vis de Moscou, au cours de laquelle elle redéfinit les normes qui régulaient leurs relations.

  • 3 Archives Nationales Historiques Centrales de Roumanie [désormais « A.N.I.C. »], Fonds C.C. al P.C.R (...)

5Si les réformes introduites en Tchécoslovaquie semblaient menacer l’édifice communiste de l’intérieur, Bucarest semblait quant à elle menacer la cohésion du bloc soviétique par sa politique extérieure. Depuis le retrait des troupes soviétiques de son sol en 1958, la Roumanie s’était en effet rapprochée de l’Ouest. Faisant échec à une tentative soviétique visant à spécialiser son économie dans le secteur agricole, elle formula par la Déclaration d’avril 1964 des principes de politique étrangère remettant au premier plan la souveraineté de l’État face aux ingérences du centre directeur soviétique et face aux tentatives intégrationnistes du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM). La réaffirmation de ces normes de politique étrangère n’était pas en soi contradictoire avec le respect proclamé de l’URSS pour l’indépendance de ses satellites. La forme qui leur était donnée, d’autre part, restait respectueuse de l’ordre international. Elle pouvait toutefois être considérée comme subversive, dans la mesure où le rapport de subordination des démocraties populaires au « Grand frère » soviétique était en lui-même pour Moscou une norme intangible, pour des raisons à la fois historiques et idéologiques. Or, avec l’intervention en Tchécoslovaquie en août et la définition de la doctrine Brejnev, les principes de non-ingérence dans les affaires intérieures et de respect de la souveraineté étatique se trouvèrent ouvertement remis en cause. Le socle normatif unissant Moscou à ses satellites incluait désormais, officiellement, le droit pour l’URSS d’intervenir dès lors qu’elle estimait que le communisme était menacé dans un État membre du bloc, au nom de la fraternité socialiste et de la communauté idéologique les unissant. La réaffirmation par le dirigeant roumain Nicolae Ceauşescu des normes régissant traditionnellement les relations internationales, devenait de ce fait un facteur de crise. Dès la réunion du comité central du Parti communiste roumain le 21 août, l’intervention en Tchécoslovaquie fut condamnée comme contraire aux principes de la fraternité socialiste, mais aussi de la souveraineté nationale et du droit international3. Le 22 août, Ceauşescu renforça cette position en définissant clairement la notion de « voie nationale vers le communisme ». Celle-ci, mise en œuvre par la République populaire de Chine et par la Yougoslavie, était cependant considérée comme inacceptable à l’intérieur du bloc soviétique. Le dirigeant roumain adjoignait donc bel et bien une nouvelle norme, qui permettait d’ôter à l’URSS tout prétexte d’intervention. La notion de « déviance » et de menace pour les acquis socialistes se trouvait en effet privée de sens puisque le communisme ne pouvait se mettre en pratique que par des voies nationales. Un État ne pouvait donc se porter juge de l’évolution interne d’un autre État. Si la Roumanie restait une démocratie populaire participant de l’ensemble normatif communiste, un nouveau discours était ainsi énoncé de manière cohérente, articulant l’égalité entre tous les États à la voie nationale vers le communisme et, enfin, aux rapports politiques et économiques avec tous les États, sans distinction de régime. La politique roumaine d’ouverture à l’Ouest, pionnière à l’Est, s’en trouvait ainsi légitimée.

  • 4 Archives du Ministère des Affaires Étrangères [désormais « A.M.A.E. »], série Europe 1945-1970, sou (...)

6Pour que ce socle normatif fasse sortir la Roumanie d’un affrontement exclusif avec Moscou, il fallait cependant lui donner une nouvelle forme. Ces nouvelles normes étant destinées à des partenaires extérieurs au bloc, Bucarest en appela ainsi ouvertement au soutien de l’Ouest : elle innova ce faisant dans la forme de ses rapports avec celui-ci comme avec Moscou, puisqu’un État membre du pacte de Varsovie se disait menacé par un autre membre. Son opposition à l’invasion trouva de ce fait un appui parmi ses partenaires occidentaux, comme la France. Ceauşescu recourut également à une autre innovation formelle, en appelant directement le peuple à préserver l’intégrité nationale face à toute ingérence extérieure. La nouvelle norme exaltant le sentiment national roumain dans la construction du socialisme était ainsi destinée à la population et trouvait son expression dans une politique charismatique, visant à unir le peuple roumain autour de son chef4. Ce faisant, la domination du parti communiste se légitimait par l’instrumentalisation du patriotisme russophobe traditionnel. La crise tchécoslovaque fut donc pour Bucarest un moment charnière. Face à une innovation normative soviétique, la Roumanie réagit par la définition d’un nouvel ensemble normatif qui comprenait de nouvelles normes et la reformulation de normes préexistantes, mais qui ne remettait pas en cause le fait qu’elle partageait les normes communes à tous les États socialistes. L’agencement des normes marxistes-léninistes originelles était donc modifié, sans que leur légitimité ne soit remise en cause.

7Ce nouvel ensemble normatif visait à faire sortir la Roumanie d’une insertion exclusive dans le bloc soviétique. Il ne pouvait cependant être érigé en référence valable pour les relations extérieures de la Roumanie que dans la mesure où il recueillait une approbation de pays partageant les mêmes principes, en dehors du camp dominé par l’URSS.

La Roumanie, un satellite soviétique recherchant la validation de son nouvel ensemble normatif dans ses rapports diplomatiques avec l’Ouest

  • 5 Archives Nationales de France [désormais « A.N. »], série Présidence de la République, sous-série R (...)
  • 6 A.N., série Présidence de la République, sous-série Relations diplomatiques avec la Roumanie : Entr (...)
  • 7 A.M.A.E., série Europe 1945-1970, sous-série Roumanie, vol. 266, télégramme du 16 octobre 1970, Pie (...)

8Parmi les partenaires occidentaux, la Roumanie put compter sur l’appui de la France, avec laquelle elle entretint des rapports étroits de la seconde moitié des années 1960 aux années 1970. Quelques mois avant la répression du printemps de Prague, le général de Gaulle s’était ainsi rendu à Bucarest pour apporter son soutien à cet État qui avait été historiquement proche voire allié. Signé à l’issue de la visite, le communiqué établissait officiellement la très grande proximité de vues en ce qui concernait les principes de politique étrangère. Le respect de l’indépendance et de la souveraineté nationale, la non-ingérence dans les affaires internes d’un pays et des rapports amicaux avec tous les États sans distinction de régime étaient ainsi proposés comme normes pour amener les différents États européens à une détente généralisée. Lorsque Ceauşescu se rendit à son tour à Paris en visite officielle en juin 1970, la Roumanie trouva de nouveau l’appui de la France avec laquelle elle partageait un effort commun pour promouvoir le développement de relations multilatérales généralisées entre l’Est et l’Ouest de l’Europe. Cela pouvait, par exemple, se réaliser par le biais d’une préparation de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe5 à laquelle participeraient tous les États concernés, et non les deux superpuissances à la tête de leur camp respectif. Ce faisant, la contestation du leadership américain par la France venait soutenir la remise en cause par la Roumanie de la norme de l’internationalisme prolétarien, qui conférait à l’URSS et au parti communiste de l’Union soviétique une prééminence sur les autres États et partis marxistes-léninistes. Le communiqué6 publié à l’issue de cette visite, comme deux ans plus tôt, définissait une position commune sur les normes devant régir les relations internationales en Europe. Celles-ci devaient être fondées sur le développement de relations pacifiques et coopératives entre toutes les nations, sans distinction de régime ni d’idéologie, ainsi que sur le respect de l’égalité, de l’indépendance, de la souveraineté, de la non-ingérence et d’une coopération mutuellement avantageuse entre les États. Paradoxalement, ces normes, qui dans la pratique internationale conduisaient à des tensions entre la Roumanie et l’URSS, étaient reconnues par cette dernière dans ses rapports avec la France. Elles figuraient ainsi dans le protocole franco-soviétique signé en octobre 1970, ce qui amena Bucarest à faire part de sa satisfaction7. Ce faisant, plus que la norme en tant que telle, c’était bien la forme qui lui était donnée, en fonction du rapport de forces, qui importait pour l’URSS. Si ces principes étaient acceptables concernant la France, ils ne pouvaient l’être que de manière rhétorique et dans la limite de la souveraineté limitée pour la Roumanie.

  • 8 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3540, note no 366 du 16 septembre 197 (...)

9Celle-ci, en 1970, semblait donc en mesure d’obtenir que l’ensemble normatif qu’elle promouvait pour la régulation de ses relations extérieures soit approuvé et garanti par l’Ouest. Ces normes internationales, qui la reliaient à ce dernier par-delà le Mur, n’étaient cependant pas les seules à régir son comportement. Le socle normatif marxiste-léniniste qu’elle partageait avec les autres démocraties populaires l’isolait en effet de ses partenaires occidentaux. Or, à partir de 1971, un raidissement intérieur se fit sentir, avec un véritable rappel à l’ordre idéologique, aussi bien culturel qu’économique ou social8. Les contacts franco-roumains furent marqués par des difficultés dès 1972. La réaffirmation par les dirigeants communistes de l’ordre socialiste, de la différence fondamentale entre l’Est et l’Ouest et du maintien de la lutte idéologique malgré la Détente, marquait ainsi la réaffirmation d’une appartenance fondamentale et indépassable de la République socialiste de Roumanie au bloc de l’Est. Une certaine relance franco-roumaine, observée en 1973, resta néanmoins limitée. Elle coïncida de plus avec l’ouverture de la conférence d’Helsinki. Au cours de celle-ci, la Roumanie défendit ses normes traditionnelles de relations internationales, se rapprochant ainsi de l’Ouest, mais se refusa à prendre en compte d’autres normes, internes, promues par les politiques extérieures occidentales, à savoir les droits de l’homme. Par son attitude vis-à-vis de cette « troisième corbeille », elle se rapprocha ainsi de l’URSS et des autres démocraties populaires. Il apparut de ce fait dès le milieu des années 1970 que la transformation de l’ensemble normatif voulu par la Roumanie avait échoué à convaincre sans réserve l’Ouest, c’est-à-dire les acteurs extérieurs au rapport de domination auquel elle était soumise et sur lesquels elle souhaitait s’appuyer. La représentation occidentale du phénomène de redéfinition entrepris par la Roumanie joua donc un rôle majeur : la forme de la position internationale roumaine ne put en effet changer réellement, notamment faute d’un consensus durable à son sujet en dehors du couple dominant-dominé.

10La Roumanie, s’appuyant sur plusieurs socles normatifs, connut cependant une certaine normalisation de ses relations avec l’URSS. La redéfinition de ces rapports bilatéraux pouvait néanmoins être interprétée comme une concession octroyée par le centre directeur à un satellite qui ne remettait pas en cause la norme la plus importante, à savoir l’idéologie marxiste-léniniste. Le nouveau modus vivendi était ainsi synonyme d’une réaffirmation sous une nouvelle forme du rapport de domination.

La Roumanie, un satellite à la subordination reformulée par rapport à son centre directeur

  • 9 Stenographic transcript of the meeting of the Executive Committee of the Central Committee of the R (...)
  • 10 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3537, télégramme no 540-545 du 19 aoû (...)

11Lors de la crise aiguë d’août 1968, la Roumanie fut confrontée à une nouvelle forme de pression de la part de l’URSS qui cherchait à obtenir de ce satellite récalcitrant l’adhésion à la nouvelle norme de souveraineté limitée entre États socialistes. Outre les pressions politiques, la peur d’une invasion se répandit en effet devant des mouvements de troupes hongroises et soviétiques aux frontières roumaines9. Si ces craintes s’avérèrent infondées, la réponse de Bucarest, sur le moyen terme, fut de promouvoir sur la scène internationale de nouvelles normes afin d’empêcher de pareilles démonstrations de force. Auprès de ses partenaires bilatéraux, mais aussi dans le cadre multilatéral de la conférence d’Helsinki, elle chercha en effet à obtenir la renonciation par toutes les puissances au recours à la force et à la menace de l’emploi de la force10. Pour que ces principes puissent être mis en pratique, elle s’efforça aussi, en vain, d’obtenir la suppression des bases militaires et des troupes stationnées à l’étranger, le retrait des armements nucléaires et, enfin, la réduction des armées nationales, des armements et des dépenses militaires. L’objectif final avoué était la liquidation des blocs militaires opposés. Ce troisième ensemble constitué de normes internationales ainsi que de leur mise en forme théâtrale, s’il pouvait parfois servir les objectifs de politique extérieure soviétique, ne pouvait cependant être approuvé par ses partenaires occidentaux. Il se rapprochait néanmoins des principes des non-alignés, et plus particulièrement de la Yougoslavie, de telle sorte que la Roumanie s’efforça d’être considérée comme un membre de ce mouvement durant les années 1970. Il apparut ainsi que la politique étrangère roumaine, dans sa posture d’autonomie nationale face à Moscou et au pacte de Varsovie, était orientée tous azimuts et maniait plusieurs ensembles normatifs orientés respectivement vers l’Ouest, vers les non-alignés ou vers l’URSS.

  • 11 A.M.A.E., série Europe 1945-1970, sous-série Roumanie, vol. 227, télégramme no 1035-1038 du 17 déce (...)
  • 12 A.M.A.E., série Europe 1945-1970, sous-série Roumanie, vol. 228, télégrammes no 666-669 du 7 juille (...)
  • 13 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3540, dépêche d’actualité no 15 du 6  (...)
  • 14 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3537, note no 77 du 14 janvier 1974, (...)

12Or, la mise en place de ce discours complexe, qui visait indirectement l’Union soviétique, ne fut pas synonyme d’une tension constante entre Bucarest et Moscou. Dès la fin 1968, les relations soviéto-roumaines s’étaient quelque peu améliorées. La crise n’était cependant pas terminée, comme leur grande instabilité le prouva les années suivantes. L’année 1969, par exemple, fut marquée par plusieurs phases de dégradation et d’amélioration, au dire de l’ambassadeur français à Bucarest11. Au cours de l’année suivante, la signature d’un nouveau traité d’amitié entre l’URSS et la Roumanie fut synonyme d’une certaine normalisation bilatérale. Cet acte international resta toutefois ambigu, dans la mesure où chaque partie signataire lui donna une interprétation conforme à ses vues respectives12. Il ne permit donc pas d’introduire aussitôt une plus grande stabilité dans les relations bilatérales. Elles se détériorèrent, puis se stabilisèrent en effet de nouveau, jusqu’à ce qu’une rencontre en décembre 1971 entre Brejnev et Ceauşescu13 aboutisse à une amélioration qui se prolongea en 1972. La fin de cette dernière année et 1973 furent a contrario marquées par un nouveau refroidissement, mais aussi par une plus grande timidité roumaine dans son action internationale. Si elle chercha à jouer de l’équilibre entre l’Est et l’Ouest pour desserrer l’étau soviétique, elle le fit avec prudence14. À l’appel au peuple roumain et aux soutiens internationaux, qui avait frappé les esprits en 1968, succéda une diplomatie plus procédurière dans le cadre de négociations multilatérales comme celles d’Helsinki. L’environnement international lui était en effet plus défavorable : la détente s’était généralisée, l’URSS était désormais l’objet des attentions des diplomaties occidentales, et le rôle pionnier de la Roumanie dans le rapprochement Est-Ouest se trouvait de ce fait amoindri.

  • 15 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3540, télégramme no 861-863 du 4 nove (...)
  • 16 A.M.A.E., série Europe 1945-1970, sous-série Roumanie, vol. 227, télégramme no 2942-2947 du 3 juill (...)

13La Roumanie jouait certes toujours de plusieurs ensembles normatifs. Elle devait toutefois leur donner une nouvelle forme plus modeste, plus souple et plus apte à ne pas froisser ouvertement la puissance à la domination de laquelle elle n’était pas en mesure d’échapper. Cette tendance se poursuivit de fait l’année suivante, conduisant, selon la diplomatie française, à une coopération plus étroite quoique temporaire à Helsinki15. Il ressortit ainsi de ces années que la crise ouverte par l’intervention en Tchécoslovaquie, sans réellement trouver un terme, aboutit néanmoins à ce que le rapport de domination établi sur la Roumanie soit réaffirmé. Celle-ci, à défaut de le reconnaître officiellement, adopta une attitude internationale plus mesurée qui trahissait la conscience de cet état de fait. Si la forme avait changé, et si cette transformation s’était accompagnée d’une adjonction de nouvelles normes, la norme principale de la subordination à Moscou semblait de nouveau réguler les rapports soviéto-roumains. S’il était fait appel au nationalisme à usage interne et à la détente à destination de l’Ouest, ce fut le maintien d’une orthodoxie communiste parfaite dans le contrôle de la population par le parti qui évita la rupture avec le centre soviétique. En dépit de ses écarts sur la scène internationale, Ceauşescu signifiait en effet par son régime stalinien le maintien de la Roumanie dans la communauté socialiste. À la différence des soubresauts qui avaient agité la Hongrie, la Tchécoslovaquie et la Pologne, il faisait également obstacle à tout réformisme dans le parti ou à toute révolution populaire. C’était parce qu’il garantissait la stabilité et l’immuabilité du socle normatif le plus important, le marxisme-léninisme, que Moscou tolérait le dirigeant roumain et ne trouvait pas intérêt à prendre le risque de son remplacement brutal. Paradoxalement, certains gestes trop spectaculaires, comme la visite de Nixon en 1969, pouvaient même présenter pour la Roumanie le risque de devoir compenser ce pas à l’Ouest par un plus grand pas à l’Est16. En dernière instance, la puissance dominante était donc bel et bien celle qui, des différents ensembles normatifs mis en œuvre par son satellite, distinguait le plus important et le plus pertinent pour réguler leurs rapports bilatéraux.

14Il apparaît donc que la crise des rapports soviéto-roumains, dans sa phase aiguë d’août 1968 puis dans sa phase plus latente des années qui suivirent, aboutit effectivement à une redéfinition et à une reformulation du socle normatif qui régulait le rapport de domination entre Bucarest et Moscou. Ce phénomène s’opéra toutefois dans des limites qui remirent en cause dès le début des années 1970 la portée de cette transformation ou, plutôt, de cette altération. Satellite modèle par la rigueur de son régime stalinien, la Roumanie fut aussi un satellite créateur par sa capacité à adjoindre de nouvelles normes à celles qu’il partageait avec les autres démocraties populaires, comme par sa capacité à les exprimer sous différentes formes en fonction du rapport de forces international. Si elle fut enfin un satellite indocile, elle resta partie prenante d’un système régional et idéologique, et par là-même normatif et formel qui, par sa plasticité, permit un ajustement du rapport de domination et, en conséquence, la perpétuation de celui-ci.

Haut de page

Notes

1 Cf. George Steinmetz, « Empire et domination mondiale », dans Actes de la recherche en sciences sociales, no 1-2, 2008, p. 4-19. L’auteur cite notamment Michael W. Doyle, pour qui les empires sont « des relations de contrôle politique imposées par certaines sociétés politiques [États] sur la souveraineté effective d’autres sociétés politiques ». Celles-ci « recouvrent plus que les territoires formellement annexés », dans la mesure où souvent ce n’est pas par « la conquête territoriale et [le] transfert juridique formel de souveraineté » mais par l’autorité informelle de la « souveraineté effective » que s’exerce la domination d’un empire (Michael W. Doyle, Empires, Ithaca [N.Y.], Cornell University Press, 1986).

2 Cf. Mihai Retegan, In the Shadow of the Prague Spring : Romanian foreign Policy and the Crisis in Czechoslovakia, 1968, Iaşi – Portland [Or.], Center for Romanian Studies, 2000.

3 Archives Nationales Historiques Centrales de Roumanie [désormais « A.N.I.C. »], Fonds C.C. al P.C.R. – Cancelarie, dossier no 133/1968, fo 2-4, Protocol No. 5 of the Meeting of the Executive Committee of the CC of the RCP on the situation in Czechoslovakia, 21 août 1968. Trad. Delia Razdolescu. Consulté en ligne sur le site du Cold War International History Project (C.W.I.H.P.),
http://www.wilsoncenter.org/program/cold-war-international-history-project.

4 Archives du Ministère des Affaires Étrangères [désormais « A.M.A.E. »], série Europe 1945-1970, sous-série Roumanie, vol. 226, note no 255 du 05/02/1968, Jean-Louis Pons. Cf. Irina Gridan, « Les communistes roumains face à la foule à l’été 1968 : stratégies discursives et scénographies mobilisatrices » [Actes des rencontres de l’école doctorale d’histoire de l’Université Paris I sur le thème Le pouvoir face à la foule : séductions et oppositions, Paris, 14 novembre 2009], Hypothèses, no 1, 2010, p. 39-50.

5 Archives Nationales de France [désormais « A.N. »], série Présidence de la République, sous-série Relations diplomatiques avec la Roumanie : Entretiens, correspondance, 1969/1974, carton 5AG2/111, Entretien entre Pompidou et Ceauşescu, 16 juin 1970.

6 A.N., série Présidence de la République, sous-série Relations diplomatiques avec la Roumanie : Entretiens, correspondance, 1969/1974, carton 5AG2/111, « Déclaration franco-roumaine » du 16 juin 1970, dans Documents Officiels, no 30, 23-29 juillet 1970.

7 A.M.A.E., série Europe 1945-1970, sous-série Roumanie, vol. 266, télégramme du 16 octobre 1970, Pierre Pelen.

8 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3540, note no 366 du 16 septembre 1971, Pierre Pelen.

9 Stenographic transcript of the meeting of the Executive Committee of the Central Committee of the Romanian Communist Party, 25/08/1968, A.N.I.C., Central Committee of the Romanian Communist Party, Chancellery, File no 135/1968, p. 6-29, consulté en ligne sur le site du Parallel History Project.

10 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3537, télégramme no 540-545 du 19 août 1975, Raoul Delaye.

11 A.M.A.E., série Europe 1945-1970, sous-série Roumanie, vol. 227, télégramme no 1035-1038 du 17 décembre 1969, Pierre Pelen.

12 A.M.A.E., série Europe 1945-1970, sous-série Roumanie, vol. 228, télégrammes no 666-669 du 7 juillet 1970, Pierre Pelen, et no 5138-5143 du 11 juillet 1970, François Seydoux.

13 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3540, dépêche d’actualité no 15 du 6 septembre 1972, Francis Levasseur.

14 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3537, note no 77 du 14 janvier 1974, Francis Levasseur.

15 A.M.A.E., série Europe 1971-1976, sous-série Roumanie, carton 3540, télégramme no 861-863 du 4 novembre 1974, Francis Levasseur.

16 A.M.A.E., série Europe 1945-1970, sous-série Roumanie, vol. 227, télégramme no 2942-2947 du 3 juillet 1969, Charles Lucet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bouillon, « La Roumanie dans l’empire soviétique : satellite modèle, indocile et créateur de normes (1968-1973) », Siècles [En ligne], 35-36 | 2012, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://siecles.revues.org/1412

Haut de page

Auteur

Pierre Bouillon

Professeur agrégé d’histoire contemporaine aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan
Centre de recherche des écoles de Coëtquidan (CREC)
« Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe » (IRICE), Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Université Paris IV Sorbonne et CNRS – UMR 8138

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org