Navigation – Plan du site

Jeunesse et politique de la ville: quels jeunes pour quelles politiques?

Florence Tourette
p. 59-74

Texte intégral

  • 1 D. Charvin, Jeunesse, le devoir d’avenir. Rapport de la Commission Jeunes et politiques publiques, (...)

1« La jeunesse n’est plus ce qu’elle était », comme le rappelle Dominique Charvin1; hier privilège de quelques-uns, elle est devenue avec le XXe siècle « le sort commun de tous les jeunes ». Selon les sociétés, les temps et les lieux, la jeunesse peut être ou ne pas être, peut s’ancrer ou non dans une réalité sociale. La jeunesse est un passage, passage de l’enfance à l’âge adulte qui peut se résumer à un rite d’initiation et être consommé quasiment dans l’instant. Au contraire, il peut trouver à s’étaler et devenir temps long de préparation et d’éducation à la vie adulte. On n’est plus tout à fait un enfant et pas encore totalement un adulte, et voilà que ce temps peut se voir balisé et reconnaître une spécificité et ceux qui y trouvent leur place peuvent s’y reconnaître autour de valeurs et de références communes.

2Sans être totalement absente de la période précédente, c’est au XVIIIe siècle que la jeunesse trouve des points d’appui à son développement, dans la bourgeoisie aisée. La jeunesse se caractérise alors par le fait qu’elle est le temps de l’éducation. Avec le développement de l’idée d’éducation tout au long du XIXe et surtout du XXe siècle, la jeunesse trouve à s’affirmer, et pas seulement dans la bourgeoisie. Avec le XIXe siècle, pour la première fois la réglementation gère une distinction entre l’enfance et l’adolescence. Mais la jeunesse est toujours plus celle d’une élite sociale qu’une jeunesse ouvrière ou paysanne qui rapidement pénètre le monde du travail et constitue une famille. Il y a bien les jeunes célibataires et vagabonds dont la société se méfie depuis longtemps et qu’il convient de rendre à l’ordre établi, au travail et aux bonnes moeurs. L’ordre public et l’utilité publique ne peuvent que susciter intérêt et mobilisation. Aussi, le souci d’ordre et d’utilité justifie que l’on s’intéresse à la progéniture populaire qu’il convient de dresser physiquement et socialement en vue de la rendre meilleure, que ce soit pendant ou hors temps scolaire. Il faut éduquer aux vraies valeurs, cadrer, encadrer et promouvoir, y compris en dehors de l’école. Ce sera ici particulièrement le rôle des patronages et des mouvements d’éducation populaire qui se déploieront à la fin du XIXe et tout au long du XXe siècle.

  • 2 A. Sauvy, La Montée des jeunes, Paris, 1959.

3C’est en fait au XXe siècle et plus encore durant sa seconde moitié que s’impose le fait juvénile mais surtout qu’il devient un enjeu politique. En se massifiant, l’éducation modèle une nouvelle jeunesse qui devient une affaire d’État. Si le Front populaire voit la création, avec Léo Lagrange, d’un sous-secrétariat d’État à l’organisation des loisirs et des sports, Vichy porte un intérêt singulier à la jeunesse et matérialise une politique de la jeunesse. Il faut travailler au corps, former et encadrer ceux qui sont l’avenir de la France. A la Libération et surtout dans les années 60, « la montée des jeunes »2 ainsi qualifiée par Alfred Sauvy se traduit par une montée des politiques de la jeunesse. Au gouvernement se trouve, au lendemain de la guerre, un directeur des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire (1945-1947) avant que ne se trouvent sous des appellations diverses des ministres et secrétaires d’État à la jeunesse et aux sports.

  • 3 Olivier Galland, Sociologie de la jeunesse, Paris, 2001, p. 92.
  • 4 Sur l’abus de langage, à utiliser le mot ghetto, voir Loïc Wacquant, Parias urbains, Paris, 2006, p (...)
  • 5 O. Galland, « Portrait sociologique de la jeunesse française », INJEP, Les jeunes de 1950 à 2000. U (...)
  • 6 Alain Vulbeau, « La jeunesse comme ressource : un paradigme pour un espace de recherche », A. Vulbe (...)

4Avec l’explosion démographique et urbaine de l’après-guerre puis avec la crise des années 70, la jeunesse finit par se caractériser par ses problèmes. Les jeunes ne vont plus se présenter comme « l’avenir idéalisé de la France », dont il conviendrait de promouvoir les qualités, mais comme un « ferment potentiel de désagrégation sociale » qu’il faut endiguer et corriger3. La jeunesse inquiète, et une jeunesse va se mettre à spécialement alerter la société et les politiques, celle des grands ensembles et des banlieues qui aux dires de certains seraient en voie de ghettoïsation4. Un problème de socialisation des jeunes semble se révéler avec force, d’autant plus accru dans les quartiers reconnus en difficulté. Si l’ensemble de la jeunesse est susceptible d’interroger par ses comportements, ses modes de pensée et d’agir, ses choix, ses rites, sa culture, ses difficultés d’insertion économique et sociale, la jeunesse n’est pas une. Elle ne présente pas une communauté de destin5. Si le fait juvénile se répand pour devenir le lot de toutes les couches sociales, les destins juvéniles diffèrent et interpellent la société et la puissance publique de manière différenciée. La jeunesse renvoie dans les faits à une « pluralité de mondes »6. Et, certains mondes font plus peur que d’autres. Le monde des banlieues, des cités, emporte avec lui l’image d’une jeunesse tout à la fois menaçante et victime qui ne peut laisser indifférentes les politiques publiques en général et la politique de la ville en particulier, surtout quand elle exprime son désespoir dans la violence et la révolte. La jeunesse serait un temps de particulières fragilités, une période de la vie en proie à des risques accrus de déviance, de marginalisation, de déficits. Sur certaines parties du territoire ces risques seraient aggravés et les jeunes qui y vivent seraient plus que jamais des « jeunes à problèmes » et à traiter.

  • 7 Les émeutes de novembre 2005 en témoignent s’il est besoin.

5Quelle est cette jeunesse qui interroge si fortement nos politiques et quelles réponses lui proposons-nous? Existe-t-il une politique spécifique de la jeunesse des quartiers dits sensibles? Y a-t-il seulement une jeunesse des quartiers sensibles qui réclamerait des solutions à part? Pour répondre à ces questions, c’est à la rencontre de la politique de la ville qu’il nous faut aller. Quelle intimité s’organise entre la politique de la ville et la jeunesse? Comment se cherchent-elles ou s’ignorent-elles? Si l’évidence de l’intimité ne transparaît pas d’emblée à la lecture des mots, elle s’impose rapidement quand se rencontre l’esprit de la politique que nous avons construit depuis les années 1970. Il reste à cette politique à se repenser pour ne pas passer à côté de ceux qu’elle est censée viser et accompagner dans une véritable logique d’insertion et de responsabilité7.

La politique de la ville: « une politique de la jeunesse qui ne dit pas son nom »

  • 8 D. Charvin, Jeunesse […], op. cit., p. 151.

6Par essence, la politique de la ville ne peut pas être étrangère aux jeunes. Elle l’est d’autant moins que, si elle ne s’affiche pas comme une politique de la jeunesse, ses actions confluent imparablement vers les jeunes. La jeunesse n’est pas pour elle un objectif explicitement formulé et dans un même mouvement, elle la traverse de toute part. Comme le note Dominique Charvin, elle « est une politique de la jeunesse qui ne dit pas son nom »8. D’ailleurs, elle vise des territoires qui se caractérisent par une forte présence de jeunes, des jeunes identifiés en fonction de leur âge.

Le ciblage d’une jeunesse appréciée par tranches d’âge

7Comment agir sans définir ce sur quoi il convient d’agir? Comment agir sans connaître? Mais toute chose peut-elle s’enfermer dans des définitions? Il est des réalités mouvantes qu’il faut chercher à saisir et qui quasi inéluctablement finissent toujours par échapper. Il est des réalités qui demandent à être enfermées dans des corsets trop petits mais qui, faute de s’y astreindre, interdisent l’action ou en tout cas la compliquent à l’extrême. Pour agir, les politiques publiques ont particulièrement besoin de viser une cible et elles ne peuvent alors se contenter d’un flou. Aussi, souvent, elles s’en remettent à des seuils, de revenus ou d’âge, et/ou à des situations facilement lisibles, comme ne pas avoir d’emploi, une ancienneté dans le chômage, avoir un enfant.

  • 9 François Missoffe, « Une politique de la jeunesse pour quoi faire ? », Les Conférences des ambassad (...)
  • 10 D. Charvin, Jeunesse […], op. cit., p. 30.
  • 11 Madeleine Grawitz, citée par J.-W. Dereymez, « Une génération de la guerre ? Être jeune en France, (...)
  • 12 O. Galland, Les jeunes, Paris, 1999, p. 3
  • 13 F. Missoffe, « Une politique […] », op. cit., p. 7.

8Dans ces conditions, le droit ne saurait se contenter d’identifier la jeunesse comme un passage, « le passage de la protection à la participation »9, « le passage de la dépendance à l’indépendance »10, « la période de vie considérée comme séparant l’enfance de l’âge adulte »11, « un vecteur du changement social »12, « un temps de maturation sociale, où le jeune est à la frontière de deux mondes »13 , un temps où l’on s’oppose. Il est plus aisé pour le droit de s’en remettre à une tranche d’âge fût-elle imparfaite et de surcroît changeante selon la politique concernée, selon le champ investi.

  • 14 Voir la composition du Conseil national de la jeunesse.
  • 15 Voir le rapport 2004 de l’Observatoire national des ZUS.
  • 16 Voir le rapport de D. Charvin, op. cit.

9Le jeune est devenu un objet politique et juridique et pourtant on n’a pas su s’entendre sur une définition juridique unique de la jeunesse. La politique de la ville ne fait pas exception. La jeunesse s’y identifie comme âge de la vie. Elle est une tranche de vie balisée par des seuils d’âge qui selon les cas regroupent le mineur, le plus de 13 ans, le plus souvent quand il est question d’insertion professionnelle, les 16-25 ans. Parfois, seront seuls visés comme jeunes les 18-30 ans, voire même les 18-35 ans. Ailleurs seront retenus les 15-25 ans, les 16-26 ans, les 16-28 ans14, les 15-29 ans15 ou les 15-30 ans16. L’identification d’un groupe d’âge n’est pas sans critiques mais elle a le mérite d’être pratique et opératoire. Assurément, il est politiquement pratique d’établir qu’en dessous d’un seuil donné, les pouvoirs publics doivent agir. Cependant, on pressent les difficultés à déterminer un seuil opérationnel, d’autant plus face au phénomène d’allongement de la jeunesse. Et, il y a en tout seuil nécessairement un « effet couperet » qu’il faut accepter d’assumer. On pressent encore les difficultés quand un tel choix tend à faire croire à des parcours communs, à des étapes qui seraient liées pour tous les jeunes à des effets d’âge. Rien n’est moins vrai, mais il faut des repères facilement identifiables et permettant une application mécanique des politiques aux personnes potentiellement en situation de besoins, de difficultés ou potentiellement fauteurs de troubles… La méthode a au moins le mérite de la transparence et de la commodité. Que faut-il néanmoins en penser quand l’on assiste à un allongement des seuils par les deux bouts au point que l’on a le sentiment que la jeunesse n’est plus, ou plutôt et curieusement que tout peut devenir jeunesse?

  • 17 Sur la politique de la ville, Florence Tourette, Développement social urbain et politique de la vil (...)

10La jeunesse n’est pas dans la politique de la ville définie différemment des autres politiques publiques. Elle l’est d’autant moins que la politique de la ville est moins une politique qui se voudrait spécifique qu’un ensemble de politiques publiques que l’on cherche à faire converger dans le cadre d’une approche globale sur un territoire donné17. C’est le territoire qui distingue la jeunesse de la politique de la ville de la jeunesse en général.

Le ciblage d’une jeunesse territorialisée

11La jeunesse de la politique de la ville est une jeunesse territorialisée. Elle est reconnue du fait de son appartenance à un territoire comme en situation déficitaire légitimant une action publique. C’est le territoire qui renforce la justification des actions en direction de cette jeunesse. En même temps, c’est la forte présence de jeunes qui participe à la validation de l’identification d’un territoire comme porteur de risques et de difficultés d’insertion économique et sociale. Sur ce point, il convient d’indiquer que le taux de présence des jeunes de moins de 25 ans sur un territoire donné est l’un des critères de la géographie prioritaire depuis le début des années 1990, avec la prise en compte du taux de chômage ou encore du taux de présence de personnes d’origine étrangère.

  • 18 Les zones urbaines sensibles ont été créées par la loi n° 95-115 du 4 février 1995 d’orientation su (...)

12En soi la jeunesse serait porteuse de fragilités, qui iraient s’accusant en fonction de la localisation géographique. Ceci ne signifie pas qu’il convient de généraliser la situation de tous les jeunes en fonction de leur lieu de vie, d’autant plus que les statistiques nous donnent à lire des moyennes qui masquent l’hétérogénéité des situations. Toutefois, certains lieux, certaines manières de s’approprier ou de ne pas s’approprier l’espace peuvent donner prise à des situations difficiles, voire pathogènes. En l’espèce sont concernés pour partie les grands ensembles, si prometteurs dans les années 60! Plus largement les territoires qui nous sont donnés à connaître sont les Zones urbaines sensibles (ZUS)18 qui, loin s’en faut, ne sont pas systématiquement dans des villes de banlieues (56% le sont). Dans ces zones, et selon le rapport 2004 de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles, les jeunes sont fortement présents. 39,5% de la population des ZUS ont moins de 24 ans. Près de 20% ont entre 15 et 29 ans. S’il est vrai que la part des jeunes tend à diminuer dans ces zones comme d’ailleurs dans le reste de la population, il est tout aussi avéré que ces zones sont toujours plus jeunes au regard de la structure d’ensemble de la population et qu’elles se remarquent par des situations d’exclusion. Des sentiments de rejet, d’enfermement, d’isolement, en bref, un sentiment ségrégatif y prédomineraient. Dans ces territoires, le sentiment constant serait celui d’une mise à l’écart qu’il s’agisse de l’emploi, des équipements, du centre-ville… Le sentiment serait également celui de la peur et de l’insécurité. En sus, régulièrement s’y trouvent fustigés des problèmes d’identité, d’habitat et d’environnement.

  • 19 Cyprien Avenel, Sociologie des “quartiers sensibles”, Paris, 2004, p. 62.
  • 20 Philippe Estèbe, « La politique de la Ville et la jeunesse », Agora débats jeunesses, 1999, n° 25, (...)
  • 21 Cf. le rapport 2005 de l’Observatoire national des ZUS.
  • 22 Le nombre de quartiers identifiés comme violent scroît. D’un peu plus de 350 reconnus comme tels au (...)
  • 23 Le concept de « discrimination positive », en premier lieu « désigne des actions instaurant un trai (...)
  • 24 Avec les zones franches urbaines parties des zones de redynamisation urbaines, elles-mêmes parties (...)

13Ces jeunes ancrés à un territoire sont reconnus du fait de cette appartenance comme étant particulièrement « à problèmes ». Pour certains le problème des banlieues serait d’ailleurs le problème des jeunes, des jeunes à réprimer ou à protéger, à recadrer ou à soulager, et plus généralement à réinsérer. Si les jeunes sont massivement affectés par les difficultés économiques et sociales (le taux de pauvreté des 20-29 ans était de 18% en 1998 contre 11% en 1990), ils le sont d’autant plus quand ils sont en ZUS, ce qui ne signifie pas qu’ils le sont tous d’une façon uniforme. Les quartiers se caractérisent par une grande diversité de jeunes et de situations19. Si le sort des jeunes se creuse, c’est y compris dans des lieux de vie commun. Ils n’en seraient pas moins schématiquement, et pour reprendre François Dubet, « la jeunesse de la galère » oscillant dans ses comportements entre désorganisation, exclusion et rage. Bien évidemment, dans ces zones il y a aussi une « jeunesse qui bouge »20 et qui trouve sa place, même s’il faut dire, en reprenant le rapport de l’Observatoire national des ZUS de 2004, que ces jeunes, élevés pour 29,6% d’entre eux dans une famille monoparentale (ils sont 21,2% dans cette même situation en milieu urbain), sont majoritairement sans diplôme (ils sont 1,8 fois plus nombreux que dans la population urbaine) et acculés pour une grande part au chômage. En 2003, environ un tiers des 20-29 ans situés en ZUS n’avait aucun emploi et ne suivait aucune formation; 50% des moins de 24 ans étaient sans emploi. En 2004, 36% des garçons et 40% des filles actifs de 15 à 25 ans sont au chômage21. Cette jeunesse qui peut trouver les voies d’une expression dans la violence22 doit être prise en considération. C’est ce que cherche à faire la politique de la ville en s’en remettant à une logique de « discrimination positive »23 et en substituant une « gestion par territoire » à une « gestion par fonction » pour reprendre les termes d’Hubert Dubedout ou par catégories. C’est à travers le zonage, un zonage à la poupée russe24, que la politique de la ville s’en remet au dérogatoire, un zonage qui apparaît tout autant utile que pervers. Si un traitement égal peut finir par entériner les inégalités, si l’égalité des chances peut passer par une inégalité de traitement, la discrimination porte toujours en elle un risque de stigmatisation et de rejet accrus. Le spécifique doit forcément apprendre à se faire transitoire s’il ne veut pas au nom d’une idée de protection finir par confirmer des exclusions. Il reste à tenter de réagir opportunément aux situations de cette jeunesse à la fois menace, victime et pouvant devenir ressource.

La politique de la ville: une politique de la jeunesse en quête d’équilibre

14Forte de sa logique territoriale et de sa logique de développement anti-ségrégative, la politique de la ville s’est approprié la question jeune, et au quotidien elle cherche à y apporter une réponse contractuelle, partenariale et transversale. Si elle n’est pas sans efforts, notamment du côté de la jeunesse, la politique de la ville reste à de multiples égards inefficiente. Elle se révèle en crise et un bilan terne oblige à penser et pratiquer différemment la politique de la ville et la jeunesse dans la politique de la ville.

Une politique, des politiques pour répondre à une jeunesse aux trois visages

  • 25 Voir les programmes « Habitat et vie sociale » expérimentés en 1973 et ins­titutionnalisés en 1977.
  • 26 Ibid. Voir le passage du développement social des quartiers au développement social urbain.
  • 27 Renaud Epstein, Thomas Kirszbaum, « Après les émeutes, comment débattre de la politique de la ville (...)
  • 28 Voir la circulaire du 24 mai 2006. Les grandes lignes avaient été fixées par le Comité interministé (...)

15Avec la politique de la ville, il s’agit sur un territoire de se donner les moyens d’un développement. La notion même de développement est fondamentale en ce qu’elle implique de ne pas se contenter de « ravaudages de façades » comme dans les premières années de pratique de celle qui deviendra la politique de la ville, alors qu’elle n’est encore limitée qu’au bâti25. Ce qu’il faut, c’est recréer du lien social, de la cohésion sociale, une vie sociale dans le quartier, un quartier à resituer dans la ville, voire l’agglomération26. Le développement du territoire passe par plus de mixité et peut-être plus encore de mobilité27, et par une action conçue globalement. Force est de constater que jusqu’au début des années 1980 on a une approche très cloisonnée de la jeunesse, et des réponses à la question jeune essentiellement en terme d’équipements socio-culturels. Or, le chômage et la violence des jeunes vont faire se transformer les représentations que nous nous faisons de la jeunesse et des actions à mobiliser en sa direction. A l’évidence les problèmes de la ville et les problèmes des jeunes dans la ville doivent être appréhendés comme un tout. Le « contrat de ville », un contrat qui se remarque par la présence de nombreuses actions en direction de la jeunesse, est le moyen choisi par la politique de la ville pour mener une action cohérente et négociée, à partir d’un diagnostic, sur toutes les dimensions qui défont et font la ville. Ce contrat a été formalisé en 1989, avant que de devenir à compter du XIe Plan (1994-1998) la procédure unique ou à tout le moins principale de la politique de la ville. La deuxième génération de ces contrats est arrivée à échéance en décembre 2006. Les contrats de ville sont remplacés par les contrats urbains de cohésion sociale28.

  • 29 A. Vulbeau (dir.), La Jeunesse comme ressource […], op. cit.

16Pour donner un contenu au développement requis, la politique de la ville affiche pour ambition de lutter contre la violence par la prévention et de développer le territoire économiquement et socialement sans omettre d’impliquer dans cette démarche, qui ne peut être que partenariale, les jeunes eux-mêmes. Les jeunes peuvent s’affirmer comme les leviers du développement du territoire cible de la politique de la ville. La politique de la ville doit trouver ses forces dans une logique partenariale qui ne peut qu’intégrer les habitants et forcément les jeunes. C’est ici une manière de donner un contenu aux trois visages de la jeunesse. Les deux premiers axes permettent de répondre à la jeunesse perçue comme une menace et à celle identifiée comme victime. Le troisième vient appuyer les deux précédents en affirmant que la jeunesse peut être une ressource29 propre à assurer une lutte efficace contre la déviance de certains territoires et leur situation d’exclusion économique et sociale.

  • 30 Cf. le dossier de la revue Esprit de décembre 2005, Regards sur l’actualité, comprendre les violenc (...)
  • 31 Outre les 3 V ou le Mas du Taureau, on pourrait citer de multiples exemples comme Fontenelles en 19 (...)
  • 32 Les moins jeunes sont solidaires mais ne s’impliquent pas (voir Hugues Lagrange, « Nuits de novembr (...)
  • 33 Olivier Roy, « Intifada des banlieues ou émeutes de jeunes déclassés ? », Esprit, décembre 2005, p. (...)
  • 34 La thèse d’émeutes trouvant leur origine dans des bandes délinquantes tombera rapidement et sera re (...)

17Une litanie de représentations négatives colle à la peau des jeunes des territoires de la politique de la ville. Mais peut-il en être autrement quand on sait que la politique de la ville prend corps alors que rodéos et embrasements de voitures interpellent toute une société? Durant l’été 1981 par exemple, essentiellement dans les trois V (Vaulx-en-Velin, Villeurbanne et Vénissieux), il est question de « guérilla urbaine », une guérilla qui trouve ses forces vives parmi la jeunesse des cités. Neuf ans plus tard, c’est l’embrasement du Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin qui va être à l’origine, au gouvernement, d’un ministère de la Ville. Les problèmes s’accumulent et surtout s’impose avec force la nécessité d’une coordination gouvernementale, au point qu’il n’est plus possible de ne pas agir. Ce sont des émeutes, des violences qui font réagir et c’est l’image d’une jeunesse violente qui se véhicule. Si les événements de novembre 200530 peuvent interpeller, ce n’est pas parce qu’ils seraient une nouveauté dans l’histoire urbaine31, mais plutôt par leur durée et leur ampleur géographique ainsi qu’une réponse politique sous forme d’état d’urgence. Il faut également mettre en avant la jeunesse des intervenants (16 ans en moyenne)32, la « dimension générationnelle et sociale »33 des émeutes. Cette jeunesse, il faut préciser qu’elle n’est majoritairement pas délinquante avant les émeutes34. Celles-ci se manifestent par des affrontements dirigés contre les forces de l’ordre. Si ce type d’affrontement est né en 2005, il n’est pas nouveau. La plupart des émeutes qui ont précédé ont trouvé leur source dans un conflit avec les forces de l’ordre. Plus rarement, il s’est agit d’un affrontement entre bandes. Les émeutes sont une donnée récurrente de l’histoire urbaine et souvent des dates charnières de soubresauts de la politique de la ville qui, depuis le début des années 1980, avance en cherchant des réponses à des moments de crise.

  • 35 A. Vulbeau, « La jeunesse comme ressource […] »,op. cit., p. 12.

18Les jeunes des quartiers seraient « la menace à l’état pur »35 une sorte de nouvelle « classe dangereuse ». Ils seraient tout du moins les acteurs centraux des actes de violences dans les quartiers. En toute hypothèse, il est simplement possible de constater que les crimes et délits enregistrés par les services de police et de gendarmerie montrent une augmentation des actes commis par les jeunes multirécidivistes et sur les personnes. En novembre 2005, sont d’abord et prioritairement visés les forces de l’ordre et les équipements collectifs comme les gymnases ou les établissements scolaires, comme pour brûler ce qui serait le symbole de leur échec et de la discrimination. Jacques Donzelot souligne que « ces émeutes expriment un désespoir du fait que les jeunes des banlieues se sentent délaissés et sont traités comme de la racaille ».

  • 36 Le problème de la sécurité dans les quartiers est au centre du rapport Bonnemaison de 1982.
  • 37 Impliquant la famille aussi bien que l’école : restauration du rôle des parents, guides sur la resp (...)
  • 38 Institution de conseils locaux et départementaux de sécurité et de prévention de la délinquance et (...)
  • 39 Ville-vie-vacances ayant pris la suite de prévention-été.
  • 40 Voir http://www.cls.interieur.gouv.fr/.

19Il conviendrait d’agir face à cette délinquance, moins organisée que d’opportunité. La jeunesse serait un risque de violence, de trafics, d’économie parallèle, qu’il faudrait d’endiguer, et pas seulement par une action répressive. Il importe de prévenir. « Prévention », tel est l’un des mots d’ordre de la politique de la ville36. Afin de prévenir, un volet éducatif37 est mis en place, à côté d’un dispositif spécifique anti-délinquance. Non seulement, une nouvelle architecture de lutte contre l’insécurité a vu le jour en 200238 mais encore faut-il compter avec le développement de la police et de la justice de proximité et avec les dispositifs visant à favoriser l’accès au droit. Il y a aussi des opérations qui se donnent pour ambition de réduire l’exposition des jeunes les plus fragiles aux risques de marginalité pendant les vacances scolaires39. Bien évidemment, il y a de surcroît le plan départemental de prévention de la délinquance qui cherche à lutter contre les violences urbaines, l’incivilité et la délinquance des mineurs, et les Contrats locaux de sécurité (CLS). Les CLS40, annoncés les 24-25 octobre 1997 au colloque de Villepinte et organisés par la circulaire du 28 octobre 1997, se veulent des instruments essentiels de prévention de la délinquance à travers l’éducation à la citoyenneté, la proximité des services de police et de gendarmerie et une action globale. Pour reprendre le titre du colloque de Villepinte, le but est d’assurer « des villes plus sûres pour des citoyens plus libres », ce qui implique de mobiliser et de susciter de bonnes pratiques, d’associer tous les partenaires potentiels d’un territoire, et de faire en sorte que les espaces soient restructurés mais aussi appropriés par les habitants eux-mêmes. Il faut travailler une démarche d’appropriation. L’espace urbain n’est pas en soi source de déviances. Toutefois, les aménagements de l’espace et les appropriations ou non de l’espace peuvent donner prise à des comportements déviants.

  • 41 Les quartiers principalement concernés par les émeutes de 2005 sont les plus touchés par le chômage
  • 42 B. Schwartz, L’Insertion professionnelle et sociale des jeunes en difficulté, Paris, 1981.
  • 43 Ces permanences ont été créées par l’ordonnance n° 82-273 du 26 mars 1982 afin d’assurer l’insertio (...)
  • 44 Les missions locales ont été créées par la même ordonnance que les PAIO. Par contre, les objectifs (...)

20Parce que la « jeunesse menace » peut parfois n’être que l’autre versant d’une « jeunesse victime »41, l’insertion sociale et professionnelle ne peut que constituer un élément du dispositif de prévention, en même temps qu’une réponse au mal de vivre d’une jeunesse en perdition dans un contexte de crise socio-économique. La jeunesse est aussi victime. C’est la première victime des violences dans les quartiers et la première victime de la crise économique. Dès lors, un autre mot d’ordre ne peut que se reconnaître dans l’insertion. Le référentiel de l’insertion s’est imposé dans les années 1980 et plus particulièrement en direction des jeunes avec le rapport de Bertrand Schwartz42 à l’origine des Permanences d’accueil, d’information et d’orientation (PAIO)43 et des « missions locales »44. Si le paradigme « insertion » part du champ professionnel, il n’est jamais resté seulement dans ce champ. Il invite à prendre en charge tous les aspects de la vie quotidienne. Ceci étant, l’économique est forcément un axe essentiel de la politique de la ville. Il s’est d’autant plus affirmé comme tel avec le Pacte de relance pour la ville de 1996. Il a d’ailleurs été réaffirmé comme priorité avec le Plan et la loi de cohésion sociale. Si l’économique et l’emploi ne peuvent être que prioritaires, l’emploi des jeunes (le plus faible d’Europe avec 26% contre 55%) ne peut être que particulièrement prioritaire. Aussi, l’apprentissage est-il valorisé et un droit s’affirme-t-il à l’accompagnement personnalisé des jeunes, à leur accueil, à leur information et à leur orientation. Mais l’insertion dans l’emploi passe par la prise de conscience de la multidimensionnalité de l’existence. Pour réussir l’insertion, il faut interagir sur tous les aspects de l’existence. Il n’y a pas d’emploi durable sans santé ou sans logement. Il faut pouvoir s’appuyer sur des sécurités pour ne plus être victime et ne pas risquer de prendre les voies de la violence pour exprimer son désir d’être partie prenante à la société. Pour certains, il faudrait voir dans la violence des jeunes un moyen d’expression et un acte politique.

  • 45 Sur ces différents mots d’ordre voir D. Charvin, Jeunesse […], op. cit., p. 145 et suiv.
  • 46 Il n’est qu’à penser aux grands frères, ces médiateurs recrutés dans les quartiers réputés en diffi (...)
  • 47 Patricia Loncle, « Histoire sans fin. Les jeunes et l’action publique », INJEP, Les Jeunes […], op. (...)
  • 48 P. Loncle-Moriceau, « La jeunesse : ambivalences et ambiguïtés autour d’une catégorie d’interventio (...)
  • 49 Voir Bernard Bier et Francine Labadie, « Jeunes, territoires, politiques. À la recherche de politiq (...)

21Prévenir ou insérer, prévenir et insérer, voilà des exigences qui ne peuvent rencontrer leur cible que dans la prise en compte de deux autres mots d’ordre, la médiation et la participation45. Pour réussir la politique de la ville, il faut apaiser les tensions, installer de nouveaux métiers de dialogue et d’échange pouvant intégrer directement les jeunes46, faire tomber les incompréhensions, accepter de travailler ensemble. Plus que jamais il appartient de mobiliser tout un chacun. Il n’y a ni médiation, ni prévention, ni insertion possibles sans implication de tous et sans la certitude que chacun peut être porteur d’un savoir-faire et d’un savoir être. Si la conscience de faire appel à la participation des habitants appartient depuis toujours au registre de la politique de la ville, les jeunes ne sont pas toujours considérés comme capables de mobilisation. Parfois, ils finissent par être mobilisés « sur le registre de la citoyenneté active »47, ils le sont même de plus en plus. Ils deviennent une « catégorie de population levier à partir de laquelle il est possible de faire passer un discours citoyen, militant, en faveur de la lutte contre les discriminations »48. Il reste que cette volonté affichée de participation n’a pas toujours les prolongements pratiques escomptés. Et il faut compter, quand participation il y a, avec un décalage entre les remontées et les réponses effectivement apportées49 .

  • 50 Action jeunesse, 30 nov. 1998, n° 115,p. 1-2. En 1985, les jeunes étaient au cinquième rang.
  • 51 En 2000, près de 75 % des jeunes de 16 à 25 ans relevaient d’une intervention publique. Ils étaient (...)

22La politique de la ville dessine les contours d’une politique de la jeunesse qui se cherche encore en terme d’efficacité. Pourtant, la jeunesse est devenue prioritaire. En 1998, selon l’ODAS, elle est devenue « le public prioritaire des politiques de lien social dans les villes »50. Les dispositifs se sont multipliés et cependant des réponses pertinentes manquent encore. La jeunesse est de plus en plus concernée par l’intervention publique51. Elle l’est d’autant plus quand elle est sur un territoire relevant de la politique de la ville. Mais, plus les politiques publiques semblent vouloir viser les jeunes, plus elles semblent passer à côté de la jeunesse, des craintes qu’elle suscite, des peurs qu’elle exprime, des demandes qu’elle formule.

Vers une jeunesse porteuse d’avenir au coeur d’une ville viable

  • 52 Préface à l’ouvrage d’Antoine Anderson, Politiques de la ville, de la zone au territoire, Paris, 19 (...)
  • 53 Trop limités, mal individualisés et pouvant se contenter de pratiques de saupoudrage.

23Jean-Pierre Sueur le souligne, « il y a certes un acquis incontestable des politiques de la ville. Sans elles, la situation serait pire ». Néanmoins, « en dépit de tous les efforts qui ont été accomplis, le constat que nous sommes amenés à faire aujourd’hui est préoccupant. Au cours des deux dernières décennies, la ségrégation s’est accrue, la « mixité sociale », dont on parle tant, a régressé52. Or, c’est moins le cadre théorique qui serait à revoir que le renouvellement des pratiques. C’est moins l’insuffisance qui ferait défaut que l’inadaptation des moyens et l’emmêlement des compétences. Sur ce point, nombreux sont les rapports qui formulent des critiques acerbes à l’égard de la politique de la ville. Deux ont particulièrement marqué en 1998 et 2002. Il s’agit du rapport Sueur et de celui de la Cour des comptes. Les financements sont mis sur la sellette53. La multiplicité et l’éparpillement des dispositifs et des structures seraient tout autant sources d’inefficacité, de complexité et d’enchevêtrement, d’autant qu’ils viendraient répondre à des objectifs insuffisamment précisés. Cette démarche, qui se dit globale, mais qui ne serait rien d’autre qu’un patchwork inachevé, manquerait de clarté, de lisibilité et, plus que tout, d’une réelle coordination. En outre, le manque d’évaluation et le manque de volonté des acteurs seraient à ne pas négliger comme source d’explication.

  • 54 Voir Yves Guerre, « On s’occupe des jeunes… Nous sommes tous sourds », Territoires, nov.-déc. 1995, (...)
  • 55 INJEP, Les jeunes […], op. cit., p. 8.

24Il faut encore dire que l’urgence est souvent préférée aux actions dans la durée, que les symptômes sont souvent préférés aux causes. Aussi, on cherche plus à acheter à un moment donné la paix sociale, en soulageant, en apaisant mais on oublie de se projeter dans le temps. Au-delà de l’urgence, il faut chercher à s’inscrire résolument dans l’insertion et la responsabilité. Aussi, il ne suffira jamais, dans le sens énoncé par Jean-Pierre Sueur, de détruire quelques tours ou de faire des « réhabilitations pauvres pour des quartiers pauvres ». Il faut encore penser et pratiquer des règles de droit accessibles. Il faut donner les moyens de la connaissance et de l’appropriation. Il faut aussi entrer dans une démarche de dialogue et de connaissance réciproque. Droit commun, unité et globalité manquent trop souvent et sont à rechercher comme le partenariat. Ainsi, il importe d’accepter de ne plus réfléchir sur les jeunes comme objets, mais d’accepter de réfléchir avec eux comme sujets. Il faut moins chercher à produire des politiques pour les jeunes que de construire des actions avec les jeunes, les mettant en position d’être acteurs de leur propre avenir54. Une politique de la ville ambitieuse ne peut être qu’une politique de mobilisation de tous, sans omettre la mobilisation des jeunes eux-mêmes, à condition de ne pas oublier qu’il n’y a pas un problème de la jeunesse en tant que telle. Dès lors, il faut moins une politique spécifique pour les jeunes qu’une politique de droit commun et globale intégrant la question des jeunes. Il y a toujours un danger à reconnaître des catégories particulières et à pérenniser des politiques qui au départ sont conçues pour être temporaires. Nécessairement, il faut accepter de « prendre de la distance avec le seul traitement social ou générationnel des questions de jeunesse ou de certains jeunes »55.

25La ville qui nous est donnée à vivre peut nous faire éprouver un certain sentiment de vide, d’ennui, d’exclusion et de relégation. Ce sentiment est ressenti par les jeunes de ces quartiers identifiés comme à risque. Certains territoires dans la ville n’arrivent pas à faire société, voire s’affirment et s’érigent en contre-société. Y aurait-il là une fatalité scellée par Caïn? La ville ne pourrait qu’être un projet malsain et délétère, indubitablement excluant et violent. Nul destin, nul fatum, la ville peut assurément se construire autrement. Pour devenir viable, elle doit s’humaniser et apprendre à tenir compte des besoins différenciés de ceux qui y trouvent leur place. Elle doit devenir un lieu d’expression et de citoyenneté et accepter de faire de chacun des centres de ressource, des forces d’urbanité. Il faut aussi accepter de penser en terme de société globale et de politique globale. Le quartier doit se penser au coeur de la ville et la ville au coeur de la société. Il convient d’accepter de concevoir un dessein urbain compris globalement et renvoyant à l’idée de cohérence et de durée. Il faut autant que possible refuser les logiques spécifiques. Elles ne sauraient être que procédure de rattrapage et elles doivent donc nécessairement être transitoires. Le spécifique stigmatise toujours. Il nous reste encore à formuler de bonnes lois en prenant conscience que le droit n’est qu’un appareillage. Il ne vaut rien s’il n’est pas précédé d’un travail en amont de remontée des demandes et en aval de bonnes pratiques. Il faut une vraie volonté d’agir différemment ce qui réclame une mobilisation collective. Le droit à la ville ne peut pas se contenter d’être un droit spécifique pour certains quartiers et plus encore pour les jeunes de ces quartiers.

Haut de page

Notes

1 D. Charvin, Jeunesse, le devoir d’avenir. Rapport de la Commission Jeunes et politiques publiques, Paris, 2001, p. 97.

2 A. Sauvy, La Montée des jeunes, Paris, 1959.

3 Olivier Galland, Sociologie de la jeunesse, Paris, 2001, p. 92.

4 Sur l’abus de langage, à utiliser le mot ghetto, voir Loïc Wacquant, Parias urbains, Paris, 2006, p. 145 et suiv.

5 O. Galland, « Portrait sociologique de la jeunesse française », INJEP, Les jeunes de 1950 à 2000. Un bilan des évolutions, Marly-le-Roy, 2001, p. 177.

6 Alain Vulbeau, « La jeunesse comme ressource : un paradigme pour un espace de recherche », A. Vulbeau (dir.), La Jeunesse comme ressource. Expérimentations et expériences dans l’espace public, Paris, 2001, p. 10.

7 Les émeutes de novembre 2005 en témoignent s’il est besoin.

8 D. Charvin, Jeunesse […], op. cit., p. 151.

9 François Missoffe, « Une politique de la jeunesse pour quoi faire ? », Les Conférences des ambassadeurs, nouvelle série, n° 33, 1967, p. 7.

10 D. Charvin, Jeunesse […], op. cit., p. 30.

11 Madeleine Grawitz, citée par J.-W. Dereymez, « Une génération de la guerre ? Être jeune en France, 1939-1945 », Jean-William Dereymez (dir.), Être jeune en France (1939-1945), Paris, 2001, p. 18-19.

12 O. Galland, Les jeunes, Paris, 1999, p. 3

13 F. Missoffe, « Une politique […] », op. cit., p. 7.

14 Voir la composition du Conseil national de la jeunesse.

15 Voir le rapport 2004 de l’Observatoire national des ZUS.

16 Voir le rapport de D. Charvin, op. cit.

17 Sur la politique de la ville, Florence Tourette, Développement social urbain et politique de la ville, Paris, Gualino, 2005 ; voir aussi Antoine Anderson et Hervé Vieillard-Baron, La Politique de la ville. Histoire et organisation, Paris, 2003.

18 Les zones urbaines sensibles ont été créées par la loi n° 95-115 du 4 février 1995 d’orientation sur l’aménagement et le développement du territoire en même temps que les zones de redynamisation urbaines. Avec la loi n° 96-987 du 14 novembre 1996 relative à la mise en oeuvre du Pacte de relance pour la ville viendront s’adjoindre à ces zones des zones franches urbaines.

19 Cyprien Avenel, Sociologie des “quartiers sensibles”, Paris, 2004, p. 62.

20 Philippe Estèbe, « La politique de la Ville et la jeunesse », Agora débats jeunesses, 1999, n° 25, p. 33.

21 Cf. le rapport 2005 de l’Observatoire national des ZUS.

22 Le nombre de quartiers identifiés comme violent scroît. D’un peu plus de 350 reconnus comme tels au début des années 90, nous sommes passés à plus de 800 en 1999 (selon les mesures de l’échelle Bui-Trong, qui n’existe plus aujourd’hui). Une vingtaine de quartiers sont identifiés aujourd’hui, par le ministère de l’Intérieur, comme étant en état quasi insurrectionnel.

23 Le concept de « discrimination positive », en premier lieu « désigne des actions instaurant un traitement différencié et préférentiel ayant pour but de réparer les effets de l’exclusion raciste ou sexiste. Dans cette perspective, les bénéficiaires de la discrimination positive sont choisis sur des critères ethniques ou sexuels parce qu’on considère qu’ils souffrent (et/ou ont souffert) de handicaps beaucoup plus importants que ceux qui n’appartiennent pas à ces groupes. En second lieu, la discrimination positive peut reposer sur un traitement différencié et préférentiel fondé sur des critères socio-économiques, sans jamais se référer à un caractère « inné » comme la couleur de la peau ou le sexe ou « culturel » comme l’ethnie ou la religion. Il s’agit alors de tenir compte des désavantages (et donc des avantages) sociaux et/ou économiques des individus au moment de la conception d’une réforme. La démarche vise à établir l’égalité grâce à l’équité. Cette orientation s’appuie sur l’idée que des initiatives sélectives et ciblées s’avèrent, dans certains cas, plus efficaces que l’égalité de traitement » (Eric Keslassy, De la discrimination positive, Paris, 2004, p. 9). C’est l’Inde qui a été pionnière en matière de discrimination positive. Des dispositions spéciales sont prévues par la Constitution de 1949 en vue de promouvoir certaines castes. Dès 1920, des sièges au Parlement sont réservés aux intouchables. Sur la discrimination positive, voir par exemple, Gwénaël Calvès, La Discrimination positive, Paris, 2004.

24 Avec les zones franches urbaines parties des zones de redynamisation urbaines, elles-mêmes parties des zones urbaines sensibles.

25 Voir les programmes « Habitat et vie sociale » expérimentés en 1973 et ins­titutionnalisés en 1977.

26 Ibid. Voir le passage du développement social des quartiers au développement social urbain.

27 Renaud Epstein, Thomas Kirszbaum, « Après les émeutes, comment débattre de la politique de la ville ? », Regards sur l’actualité, mars 2006, p. 2.

28 Voir la circulaire du 24 mai 2006. Les grandes lignes avaient été fixées par le Comité interministériel des villes du 9 mars 2006. Si les enjeux restent identiques entre les contrats de ville et les contrats urbains de cohésion sociale, un nouveau circuit financier et une nouvelle géographie prioritaire se trouvent institués.

29 A. Vulbeau (dir.), La Jeunesse comme ressource […], op. cit.

30 Cf. le dossier de la revue Esprit de décembre 2005, Regards sur l’actualité, comprendre les violences urbaines, n° 319, mars 2006 ou encore Véronique Le Goaziou et Laurent Mucchielli, Quand les banlieues brûlent… Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, 2006.

31 Outre les 3 V ou le Mas du Taureau, on pourrait citer de multiples exemples comme Fontenelles en 1995, Hautepierre et Neuhof en 1997, Le Mirail en 1998, La Grande Borne ou les Tarterêts en 2000, ou encore Nîmes en 2003.

32 Les moins jeunes sont solidaires mais ne s’impliquent pas (voir Hugues Lagrange, « Nuits de novembre 2005. Géographie des violences », Esprit, décembre 2005, p. 6).

33 Olivier Roy, « Intifada des banlieues ou émeutes de jeunes déclassés ? », Esprit, décembre 2005, p. 26 : « La dimension générationnelle et sociale est plus importante que la composante religieuse, plus importante même que la composante ethnique ».

34 La thèse d’émeutes trouvant leur origine dans des bandes délinquantes tombera rapidement et sera remise en cause par les renseignements généraux dans un rapport du 23 novembre 2005.

35 A. Vulbeau, « La jeunesse comme ressource […] »,op. cit., p. 12.

36 Le problème de la sécurité dans les quartiers est au centre du rapport Bonnemaison de 1982.

37 Impliquant la famille aussi bien que l’école : restauration du rôle des parents, guides sur la responsabilité des parents, programme de réussite éducative, contrat éducatif local, opérations écoles ouvertes, comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté, classes-relais.

38 Institution de conseils locaux et départementaux de sécurité et de prévention de la délinquance et de conférences départementales.

39 Ville-vie-vacances ayant pris la suite de prévention-été.

40 Voir http://www.cls.interieur.gouv.fr/.

41 Les quartiers principalement concernés par les émeutes de 2005 sont les plus touchés par le chômage.

42 B. Schwartz, L’Insertion professionnelle et sociale des jeunes en difficulté, Paris, 1981.

43 Ces permanences ont été créées par l’ordonnance n° 82-273 du 26 mars 1982 afin d’assurer l’insertion professionnelle des jeunes sans qualification, de 16 à 18 ans. Depuis 1986, elles accueillent des jeunes de 16 à 25 ans en difficulté d’insertion professionnelle et les orientent, les informent, les accompagnent dans leur démarche d’insertion à la fois professionnelle et sociale. Depuis l’origine, les missions se sont élargies, et ne se limitent plus au seul champ professionnel (consulté en ligne le 5 oct. 2006 [http://v4.orientation.fr/index.php?page=por_dico&id=66&sp=por].

44 Les missions locales ont été créées par la même ordonnance que les PAIO. Par contre, les objectifs de celles-là se veulent plus larges à l’origine que les buts de celles-ci. En effet, si les PAIO se veulent au départ centrées sur l’insertion professionnelle, les missions locales veulent viser les jeunes globalement. Aujourd’hui, l’approche globale n’est plus le privilège des missions locales. Ces dernières s’adressent prioritairement aux jeunes en difficulté tout en visant tous les jeunes. Elles aident les jeunes de 16 à 25 ans à trouver des réponses à leurs problèmes d’insertion sociale et professionnelle. Pour ce faire, elles les accompagnent dans l’élaboration et la réalisation de parcours individualisés. Elles mènent des actions en vue d’assurer un accès aux droits. Elles jouent aussi un rôle d’animation du territoire sur lequel elles se trouvent.

45 Sur ces différents mots d’ordre voir D. Charvin, Jeunesse […], op. cit., p. 145 et suiv.

46 Il n’est qu’à penser aux grands frères, ces médiateurs recrutés dans les quartiers réputés en difficulté et où ils vont exercer.

47 Patricia Loncle, « Histoire sans fin. Les jeunes et l’action publique », INJEP, Les Jeunes […], op. cit., p. 271.

48 P. Loncle-Moriceau, « La jeunesse : ambivalences et ambiguïtés autour d’une catégorie d’intervention », A. Vulbeau, La jeunesse comme ressource […], op. cit., p. 92.

49 Voir Bernard Bier et Francine Labadie, « Jeunes, territoires, politiques. À la recherche de politiques locales de la jeunesse », Territoires, nov.-déc. 1995, p. 52-53.

50 Action jeunesse, 30 nov. 1998, n° 115,p. 1-2. En 1985, les jeunes étaient au cinquième rang.

51 En 2000, près de 75 % des jeunes de 16 à 25 ans relevaient d’une intervention publique. Ils étaient 25 % en 1975 selon le rapport Charvin (op. cit., p. 99).

52 Préface à l’ouvrage d’Antoine Anderson, Politiques de la ville, de la zone au territoire, Paris, 1998, p. 9.

53 Trop limités, mal individualisés et pouvant se contenter de pratiques de saupoudrage.

54 Voir Yves Guerre, « On s’occupe des jeunes… Nous sommes tous sourds », Territoires, nov.-déc. 1995, p. 13.

55 INJEP, Les jeunes […], op. cit., p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Tourette, « Jeunesse et politique de la ville: quels jeunes pour quelles politiques?  », Siècles, 24 | 2006, 59-74.

Référence électronique

Florence Tourette, « Jeunesse et politique de la ville: quels jeunes pour quelles politiques?  », Siècles [En ligne], 24 | 2006, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/1461

Haut de page

Auteur

Florence Tourette

IPAG, Université d’Auvergne, Clermont-Ferrand

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org