Navigation – Plan du site

Regards croisés sur la jeunesse engagée des "années 68" (1968-1986)

Nicolas Carboni
p. 75-88

Entrées d’index

Index chronologique :

1968, années 1980
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citée par Michel Winock, « Les lycéens », Esprit, n° 375, septembre 1968, Paris.
  • 2 J. Duvignaud, La Planète des jeunes, Paris, 1975.
  • 3 Cité par Henri Weber, Que reste-t-il de mai 1968? Essai sur les interprétations des « événements », (...)
  • 4 Danièle Linhart et Anna Malan, Fin de siècle, début de vie. Voyage au pays des 18-25 ans, Paris, 19 (...)

1« C’est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à température ambiante. Quand la jeunesse refroidit, le reste du monde claque des dents ». Cette réflexion de Georges Bernanos1 est révélatrice de l’importance donnée à la population jeune dans la société contemporaine, une population qui mérite toute l’attention de la recherche. Depuis le milieu du XXe siècle, on assiste à une profusion d’écrits sur la population jeune. L’intérêt porté à la jeunesse s’est accru, en premier lieu, en lien avec l’idée d’une apparition de cette classe d’âge sur la scène politique, sociale et culturelle. Ainsi, pour le sociologue Jean Duvignaud, les années 1960 et 1970 ont marqué la naissance d’une « planète jeune »2, dont les membres détiennent une place prépondérante et autonome dans la société française. Mais, déjà avant lui, d’autres chercheurs ont affirmé le rôle de la jeunesse au sein de la nation, comme l’illustrent l’ouvrage d’Agathon en 1913, Les Jeunes gens d’aujourd’hui, ou les études d’Edgar Morin, qui parlent de la jeunesse, cette « bioclasse adolescente et juvénile », comme d’un « nouvel historique »3. Pour beaucoup, le thème de la jeunesse, perçue comme la « caisse de résonance de la société »4, doit donc être au coeur des préoccupations politiques et sociales, et devient ainsi objet de débats : on parle du problème de la jeunesse plus que de la jeunesse elle-même. Les discussions autour de cette question deviennent d’autant plus vives que l’on s’attache à un aspect particulier, tel l’engagement de la jeunesse. Effectivement, les divers travaux autour de la question de la jeunesse engagée sont la plupart du temps effectués après de larges mouvements de contestation, « Mai 68 » et la « littérature 68 » en étant les preuves les plus évidentes. De cette proximité des événements naît une série de polémiques, liée à l’expression de visions souvent stéréotypées ainsi qu’au caractère même des auteurs, souvent témoins ou parties prenantes des événements. Il est donc nécessaire de dresser un premier bilan de l’historiographie de l’engagement de la jeunesse, comme il est indispensable de proposer de nouvelles perspectives de recherches permettant de faire oublier les idées reçues sur ce phénomène et ainsi aboutir à une nouvelle typologie de la jeunesse engagée.

Les visions de l’engagement de la jeunesse

La vision des historiens

  • 5 Maximilien Rubel, « Révolte et utopie », Revue française de sociologie, vol. X, n° 1, janv.-mars 19 (...)
  • 6 Le terme les « années 68 » est consacré en 1995 par la tenue d’un séminaire de l’IHTP sur ce thème. (...)

2Les analyses historiques de l’engagement de la jeunesse sont encore rares à cette heure. En effet, il est difficile de trouver des analyses approfondies de ce phénomène, exception faite de l’engagement de la jeunesse en Mai 68. Les chercheurs travaillant sur les mouvements de jeunesse se sont en effet focalisés sur « l’événement 68 », laissant une grande partie de la contestation jeune encore dans l’ombre. Les études sur le printemps 68 et ses effets sur la société française sont innombrables, à tel point qu’on parle couramment d’une « littérature 68 ». Cette profusion d’écrits, confirmée en mai 1988 à l’occasion du vingtième anniversaire de l’événement, le fait donc apparaître comme un « événement mondial et déterminant »5, alors qu’il n’est pour certains, à l’instar du sociologue Maximilien Rubel, « qu’un début », le déclencheur des « années 68 »6.

  • 7 Jean-Philippe Legois, « Archives et mémoires: enjeu historique et enjeux archivistiques », Les Cahi (...)

3Effectivement, malgré la richesse des années suivantes en termes de mouvements de protestation et d’agitation, l’histoire de l’engagement de la jeunesse reste une « histoire en miettes »7. L’historien ne s’attarde en effet que rarement à ce type de phénomène, souvent considéré comme secondaire dans l’histoire politique, sociale et culturelle de la France. Ainsi, toutes les grandes études menées sur la France du second vingtième siècle éludent la question ou la relèguent au second plan. Certes, des données sur les politiques d’enseignement, les politiques de la jeunesse ou sur quelques rares moments importants (mouvement contre la loi Debré en 1973 ou contre les projets de réformes du secondaire et du supérieur en 1976) sont présentes dans ce type d’ouvrages, mais aucun ne s’approche d’une réelle histoire des représentations politiques de la jeunesse engagée.

  • 8 Michelle Perrot, « Le printemps des adolescents », Le Mouvement social, n° 168, juillet-sept. 1994, (...)

4On note toutefois un net regain d’intérêt pour ce type de recherches dans les dernières années, symbolisé par la création du GERME (Groupe d’études et de recherches sur les mouvements étudiants) et de l’ONVE (Observatoire national de la vie étudiante). Selon Michelle Perrot, il existe bien un réel essor des études sur l’histoire politique et sociale de la jeunesse, qui « privilègi[ent] la jeunesse en mouvement et la jeunesse scolarisée, sinon étudiante »8. Ce courant est incarné par Didier Fischer et son Histoire des étudiants de France de 1945 à nos jours, où l’auteur aborde de multiples aspects de la jeunesse engagée et en fait un « objet historique propre ». Malgré l’évolution récente des recherches, l’histoire de l’engagement de la jeunesse reste donc « à faire » et la discipline historique demeure « en retard » sur d’autres sciences sociales, telle la sociologie ou bien les sciences politiques.

Sociologues et politologues

  • 9 Louis Lévy-Garboua, « Les demandes de l’étudiant ou les contradictions de l’université de masse », (...)

5Si les historiens semblent s’intéresser de plus en plus à la question de la jeunesse engagée dans la France de la seconde moitié du XXe siècle, d’autres chercheurs, sociologues et politologues, se sont penchés sur la question bien avant Mai 1968. En effet, la jeunesse, et particulièrement la jeunesse étudiante, est un des thèmes de prédilection des sociologues, comme l’attestent les nombreuses publications sur le sujet ou la multitude d’articles parus dans la Revue française de sociologie9. L’intérêt pour ce thème dépasse largement les frontières de l’hexagone et les sociologues allemands, britanniques ou américains contribuent pleinement à la recherche sur l’engagement de la jeunesse. Les travaux portent en majorité sur les idéologies en vigueur et les logiques d’action collectives, et se fondent sur des enquêtes menées auprès « d’échantillons représentatifs ». L’approche sociologique permet également de connaître les motifs de l’engagement, ses conditions et ses buts, ce qui s’avère indispensable à la compréhension de la question.

6Les politologues ont aussi une grande influence sur l’évolution de la recherche sur l’engagement jeune. Ainsi, de nombreuses contributions sont apportées à cette thématique par les articles de la Revue française de science politique et dans les ouvrages des membres de la FNSP (Fondation nationale de science politique).

7La diversité des approches possibles de la jeunesse engagée a été largement mise en évidence lors du colloque Les années 68 : événements, cultures politiques et modes de vie, tenu en novembre 1998 à Paris. Les différentes interventions d’historiens, de sociologues et de politologues ont démontré la variété des angles d’étude envisageables, avec notamment des communications sur les intellectuels et l’engagement, la contestation culturelle et politique, les grèves en France, les acteurs sociaux post-68 ou les mouvements étudiants. Dans une même optique, l’ouvrage collectif dirigé par Michelle Zancarini-Fournel paru en 2000, Les Années 68. Le temps de la contestation, démontre que l’engagement de la jeunesse touche toutes les sphères, du politique au social en passant par le culturel.

8On voit donc que nombre de pistes de réflexion sont ouvertes sur le thème de l’engagement de la jeunesse. Cependant, de nombreuses possibilités restent inexplorées et un élément reste encore à déplorer : toutes les études menées portent sur les groupes d’individus les plus engagés politiquement et socialement, alors qu’ils ne représentent qu’une minorité de la jeunesse. C’est pourquoi il est bon de proposer une nouvelle approche de l’engagement jeune au travers des nombreuses archives dont dispose le chercheur, ainsi qu’à l’aide des témoignages des acteurs des mouvements des « années 68 ».

Des sources peu exploitées

  • 10 J.-Ph. Legois, « Archives et mémoires étudiantes […] », op. cit., p. 9.
  • 11 Idem, p. 1
  • 12 Ibid.

9sociologues ou politologues, les sources disponibles sur l’engagement de la jeunesse permettent une lecture neuve des événements et des cultures politiques. On dispose de trois grands types de sources sur l’engagement de la jeunesse : les archives des structures étudiantes et lycéennes ; les archives provenant de militants, d’acteurs ou de témoins des événements de 1968 à 1986 ; et enfin, les archives « non étudiantes » de tous types (institutionnelles, statistiques, administratives ou policières). Les archives relatives à l’engagement de la jeunesse sont donc très dispersées, parfois incomplètes : à chacune « ses problèmes, ses enjeux mais [toutes] interpellent »10. Comme l’affirme Jean-Philippe Legois, la complexité de l’étude de ces archives pose « la question épistémologique du rapport aux sources » et celle de la « validité des études scientifiques »11 sur l’engagement jeune. Néanmoins, une fois les difficultés de l’étude archivistique franchies, et tout en conservant une certaine distance avec des sources souvent partisanes, ces archives permettent d’appréhender l’engagement de la jeunesse sous un nouveau jour, loin de certaines recherches stéréotypées, ce qui fait d’elles un « enjeu patrimonial et historique fort »12.

  • 13 J.-Ph. Legois, « Mémoires étudiantes, “mémoire(s) courte(s)”? Pistes générales à l’épreuve du cas e (...)

10L’analyse de l’engagement de la jeunesse trouve aussi son originalité dans le recueil des témoignages des acteurs des « années 68 ». En effet, l’étude des témoignages permet d’éclairer des aspects plus « sombres » de l’engagement, notamment les jeux d’appareils ou les luttes entre les différents groupes. Il faut néanmoins rester prudent vis-à-vis d’un tel travail : les témoignages, par essence subjectifs, semblent l’être d’autant plus qu’ils concernent les acteurs de l’engagement étudiant et lycéen, et laissent présager une « exploitation partisane du passé »13. Il faut donc garder une distance critique envers la parole des anciens tout en admettant son poids historique.

  • 14 Jacques Chapsal, La Vie politique sous la Ve République, t. 3: 1974-1987, Paris, 1993 (6e éd.), p.  (...)

11Un dernier type de sources est particulièrement intéressant dans l’étude de l’engagement : la presse. Les annuaires, les journaux et les revues sont des « sources de documents indispensables à la connaissance des années 1970 et 1980 »14, en particulier en ce qui concerne l’engagement de la jeunesse, qui, maintes fois, fait la « une » de la presse française au cours de ces décennies. Mais il faut là encore savoir rester critique vis-à-vis de ce type de sources, souvent teintées d’idéologies politiques et portant d’acerbes jugements de valeur sur la jeunesse.

12Les sources sur l’engagement de la jeunesse sont donc multiples et diverses et obligent l’historien à un travail critique important. Malgré le caractère subjectif de ces sources, leur analyse est un élément essentiel qui permet de porter un regard neuf sur la jeunesse engagée, souvent représentée de manière simpliste et péjorative, comme le montre la division de la période 1968-1986 en trois grands moments, division aussi arbitraire que caricaturale.

La représentation classique de la jeunesse engagée : mythe ou réalité ?

La jeunesse engagée face au monde adulte

  • 15 Raymond Hudon et Bernard Fournier, « L’engagement en son temps », R. Hudon et B. Fournier (dir.), J (...)
  • 16 Louise Quesnel, « Être étudiant en science politique en 1970 », ibid., p. 257.
  • 17 H. Weber, Que reste-t-il de mai 1968? […], op. cit., p. 101.
  • 18 Valérie Becquet, « Moment étudiant, moment d’engagement », CNAF, Informations sociales, n° 99, 2001 (...)
  • 19 Marie-Béatrice Lorizon, La Jeunesse dans L’Express et Le Nouvel Observateur de 1976 à 1983, mémoire (...)
  • 20 Annick Percheron, « Au miroir de la jeunesse », Marc Abélès (dir.), Faire la politique. Le chantier (...)
  • 21 Ibid., p. 165.
  • 22 Isabelle Sommier, La Violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, 19 (...)
  • 23 Klaus R. Allerbeck, « Quelques conditions structurales pour les mouvements de jeunes et d’étudiants (...)
  • 24 H. Weber, Que reste-t-il de mai 1968? […], op. cit., p. 104.
  • 25 R. Hudon et B. Fournier,« Apolitisme et “politisation des jeunes” », R. Hudon et B. Fournier (dir.) (...)
  • 26 A. Percheron, La socialisation politique, Paris, 1993, p. 14.
  • 27 Ibid., p. 15.
  • 28 A. Coutrot, « Les jeunes entrent en politique », Projet, mai 1977.
  • 29 M.-B. Lorizon, La Jeunesse dans L’Express […], op. cit., p. 11.
  • 30 Claude Tapia et Catherine Lange, « Tendances idéologiques au sein de la jeunesse française: évoluti (...)

13L’engagement de la jeunesse est perçu par le monde adulte comme un problème qu’il faut résoudre dans les années 1960 et 1970. En effet, les mouvements de contestation sont craints autant par l’État que par la population qui reste globalement favorable au maintien des rapports existant entre les générations15 et, donc, à une certaine soumission de la jeunesse aux aînés. Les jeunes contestataires sont vus comme les « porteurs de changements », qui « bousculent les rapports existants pour s’insérer socialement »16 et se montrent fort impatients devant la rigidité des structures sociales. La jeunesse se définit donc par rapport à sa position excentrique dans la société17, par un sentiment « d’altérité, d’opposition » au monde adulte18, une sorte de conscience de soi par rapport à autrui. Ceci explique en partie le caractère contestataire de cette population et le développement d’une culture propre. La vision que le monde adulte porte sur « sa » jeunesse est marquée par un paradoxe important. Si la jeunesse, étudiante et lycéenne en particulier, est perçue comme un danger pour l’ordre social, elle symbolise également un espoir de progrès, d’amélioration dans la population qui « craint et espère dans une population […] représentative de la société et de ses problèmes »19. L’image qu’ont globalement les jeunes étudiants et lycéens des adultes n’est pas non plus toujours « flatteuse »20, particulièrement au sortir de Mai 1968 : ils ne sont, pour certains, que les instruments dociles d’une oligarchie qui cherche à les évincer de la vie et du débat publics. C’est pourquoi ces jeunes demandent leur émancipation, le droit à la parole et une place accrue dans la société21. Les relations entre la jeunesse et ses aînés semblent donc plus que tendues. Les conflits de générations sont nombreux (même s’ils s’apaisent avec les années), les visions stéréotypées aussi, surtout si le contexte s’y prête. Beaucoup parlent d’une « assignation des jeunes à la révolte »22, surtout à partir des années 1960, pendant lesquelles l’agitation étudiante et lycéenne devient un « phénomène courant dans beaucoup de sociétés industrielles »23. La jeunesse est donc assimilée à une « classe d’âge naturellement contestatrice »24, même si les événements prouvent qu’on ne peut appliquer cette caractéristique à l’ensemble des étudiants et des lycéens. Le lien entre jeunesse et agitation est très fort dans les esprits : « la fonction contestataire de la jeunesse est une idée tellement reçue qu’une jeunesse qui se tait […] est considérée comme infidèle à sa vocation »25. Cette représentation est largement renforcée par les attitudes politiques et sociales qu’on prête généralement à la jeunesse étudiante et lycéenne, attitudes souvent préconçues et stéréotypées. Il existe effectivement, dans les mentalités adultes, un « mythe de la politisation des élèves »26 auquel s’ajoute l’idée d’une ignorance du fait politique. Celà révèle une « peur », mais également une volonté de se « rassurer »27 quant au « pouvoir » de la jeunesse étudiante et lycéenne, ce qui amène à exagérer ou déformer la réalité des événements. Le seuil de politisation de la jeunesse évolue dans l’imaginaire collectif au fil des mobilisations. Comme l’affirme Aline Coutrot28, « les jeunes ont pour réputation d’être dépolitisés, sauf lorsque l’Université est le terrain d’actions violentes ». On remarque bien ici le risque d’amalgame entre « action » et « représentation », qui conduit à des visions caricaturales. Beaucoup d’étudiants et de lycéens ont conscience de l’existence de ces stéréotypes dans la population, qu’ils assimilent à des « stéréotypes anti-jeunes » (ou anti-étudiants et anti-lycéens), et démentent fortement les notions de « folie, [de] débauche, [de] tentation, [de] rébellion et [de] violence »29 liées à leurs mouvements de protestation. En effet, la plupart des mouvements d’agitation étudiants et lycéens, même si on reconnaît leur force et leur signification, sont perçus comme « astructurés et effervescents »30, autant dire irréfléchis et injustifiés. Le regard du monde adulte, un monde « sérieux et réfléchi », est donc assez critique vis-à-vis de l’engagement de la jeunesse étudiante et lycéenne. Les conflits de générations, plus ou moins importants selon les périodes entre 1968 et 1986, sont à l’origine de portraits péjoratifs et caricaturaux des jeunes engagés. Cependant, si les représentations évoluent au cours des années, une image reste longtemps gravée dans les mémoires, celle du « soixante-huitard ».

Les « enragés »

14Au sortir de Mai 68 se développe une vision de la jeunesse qui reste valide jusqu’au milieu des années 1970 : on assimile la jeunesse engagée aux « enragés ». S’il est assez difficile de préciser le nom du premier à avoir associé ce terme et les jeunes manifestants de Mai 1968 (on parle parfois du Général de Gaulle, d’autres parlent d’un article de presse paru au cours du mois de mai présentant Daniel Cohn-Bendit et ses compagnons), il est indéniable que le terme « enragés » renvoie à une image forte. En effet, l’expression prend sens au cours de la Révolution française : elle désigne les révolutionnaires les plus virulents, les plus réfractaires à l’ordre ancien et aux privilèges, et notamment Jacques Roux, qui en mai 1792 demanda la peine de mort contre les accapareurs. Mais peut-on vraiment associer la jeunesse des « années 68 » et ces révolutionnaires du XVIIIe siècle, pour qui la violence et la guillotine sont des méthodes légitimes pour parvenir à leurs fins politiques et sociales ?

  • 31 A. Percheron, La Socialisation politique, op. cit., p. 164.

15Il est indéniable que le mouvement de Mai 68 réactive dans une grande partie de la population une vision négative de la jeunesse. Pour certains, ce n’est là que la « projection de l’inquiétude sur l’État et les évolutions de la société »31. Pour d’autres, il existe une réelle peur de la jeunesse qui explique le développement d’une éthique négative de l’engagement jeune, l’image caricaturale du « soixante-huitard », un contestataire violent, « pavé à la main », hyper engagé et hyper politisé. Cette représentation est encouragée tout au long des « années 68 » par les différents travaux menés sur la jeunesse, qu’ils soient le fruit de recherches universitaires ou de travaux journalistiques.

16C’est d’abord dans la presse qu’il faut chercher les bases de cette image d’« enragés ». Ainsi, le journal Le Monde participe largement à cette vision avec la parution d’une rubrique quasi quotidienne intitulée « Agitation », dans laquelle tous les événements politiques impliquant des jeunes sont relatés. Parue entre 1968 et 1974, cette rubrique entretient le mythe d’une jeunesse gauchiste, qui trouble la vie des établissements secondaires et des universités et y mène une subversion active. Cette représentation est véhiculée par quasiment toute la presse quotidienne nationale : chaque mouvement d’agitation de la jeunesse est l’occasion pour les journalistes du Figaro de dénoncer des mouvements dirigés par l’opposition politique, alors que c’est l’influence de l’extrême gauche sur les étudiants et les lycéens qui est vigoureusement critiquée par les journalistes communistes de L’Humanité.

  • 32 M.-B. Lorizon, La Jeunesse dans L’Express […], op. cit., p. 196.

17Si l’archétype du jeune révolté gauchiste et engagé devient la référence du discours sur la jeunesse, c’est aussi le fait de nombreux travaux menés par des historiens, des sociologues ou des politologues, qui véhiculent souvent l’image de la jeunesse comme celle d’un « groupe homogène sur la scène politique »32. Néanmoins, la plupart des recherches portent sur les groupes les plus actifs dans les mouvements de contestation, qu’on parle de Mai 68, de février 1971 et de « l’affaire Guiot », du printemps 1973 et du mouvement contre la loi Debré, alors que la majorité de la jeunesse reste en marge de ces mouvements. Les « années 68 » apparaissent pour beaucoup comme « l’âge d’or » de l’engagement de la jeunesse, et ce malgré la faiblesse du militantisme et un contexte sociopolitique particulièrement favorable aux mouvements de contestation.

  • 33 I. Sommier, La Violence politique et son deuil […], op. cit., p. 140.

18En entretenant l’image du « soixante-huitard », journalistes, historiens, sociologues et politologues oublient l’extrême hétérogénéité de la jeunesse. S’il est vrai que Mai 68 marque le début d’une période d’agitation, il ne faut pas se laisser abuser par l’image véhiculée par les médias : une grande partie de la jeunesse reste inactive et imperméable aux idéaux révolutionnaires. L’idée d’une population « par nature disposée au radicalisme »33 est donc largement démentie par les faits, mais aussi par les archives. Ainsi, les archives des établissements scolaires permettent de prendre conscience de la réalité de l’engagement à travers l’analyse des taux d’absentéisme lors des mouvements d’agitation. D’autre part, les archives syndicales relativisent l’engagement des jeunes : les adhésions ne touchent entre 1968 et 1975 jamais plus de 3 % des jeunes. La représentation généralement admise doit donc être acceptée avec prudence, ce qui se confirme pour celle donnée de la génération suivante.

La « bof génération » ?

  • 34 François Dubet, Daniel Filâtre, François-Xavier Mariem, André Sauvage et Agnès Vince, Universités e (...)
  • 35 Anne Muxel, Les Jeunes et la politique, Paris, 1996, p. 8.

19L’engagement de la « génération 68 » est donc largement à nuancer : l’implication dans les mouvements révolutionnaires et extrémistes de la jeunesse est souvent surévaluée et la généralisation de cette représentation assez caricaturale. Au milieu des années 1970, on assiste à un renversement de l’image généralement admise, mais là encore aucune nuance n’est apportée à l’idée dominante : celle de la « bof génération ». Il est indéniable qu’au milieu des années 1970, après les échecs retentissants de divers mouvements d’agitation, notamment celui de 1976, on assiste à un « repli »34 de la jeunesse, caractérisé par une diminution du nombre d’actions (grèves et manifestations), un désengagement de la vie politique, de la vie des universités et de celle des lycées : on parle désormais du « silence » de la jeunesse. Cette évolution est commentée comme la « décomposition d’un groupe homogène » et les clichés sur une jeunesse « apathique » et « dépolitisée »35 sont légion dans les travaux d’histoire, de sociologie ou de science politique. On assiste donc à une rupture nette dans la représentation de la jeunesse, qualifiée de sceptique, pragmatique et individualiste : la « bof génération ».

  • 36 Le Nouvel Observateur, 16-22 oct. 1978, n° spécial, « La bof génération ».
  • 37 M.-B. Lorizon, La Jeunesse dans L’Express […], op. cit., p. 80.
  • 38 C. Tapia et C. Lange, « Tendances idéologiques […] », op. cit., p. 146.

20Le terme « bof génération » apparaît pour la première fois dans le titre du numéro spécial d’octobre 1978 du Nouvel Observateur consacré à la jeunesse, dans lequel, après une enquête journalistique et différents sondages, les journalistes concluent sur une jeunesse « rangée […], tranquille, presque trop tranquille »36. C’est paradoxalement à ce moment de « calme » que se multiplient les enquêtes journalistiques et sociologiques, souvent marquée par un fort « adultocentrisme ». Le terme même de « bof génération » est fortement péjoratif et connote une certaine désillusion vis-à-vis de la jeunesse et de sa passivité. On note dans les commentaires une certaine nostalgie quant aux « années 68 », ce qui peut apparaître paradoxal là encore, compte tenu des critiques émises envers les actions d’avant 1976. Ces regrets sont visibles dans les titres d’articles consacrés à la jeunesse, notamment du journal Le Point en 1979, intitulé « Mais où sont les lycéens d’antan ? » ou dans les commentaires de sociologues sur une jeunesse sans « aucun goût de l’analyse » et de la critique. Les spécialistes de la jeunesse parlent par exemple de « l’étudiant 82 […] bûcheur et individualiste », « travailleur et conformiste », mais surtout « politiquement frigide et syndicalement non concerné »37. Cette extinction des mouvements de la jeunesse est associée à un rejet du militantisme politique et syndical, à un « effritement idéologique »38, ou un « apolitisme individualiste ».

  • 39 Éric Conan, « Une génération sur la défensive », Esprit, n° 33-34, n° spécial, Que penser? Que dire (...)

21Mais là encore il faut nuancer les idées reçues : plus que d’un apolitisme, il faut parler d’un rejet de la « politique politicienne », celle qui n’aboutit, selon les jeunes, qu’à des débats stériles, à quoi s’ajoute une opposition au système d’appareil. De plus, la crise de l’engagement touche l’ensemble de la population, bien qu’elle ne soit vilipendée que lorsqu’elle touche la jeunesse. Plus qu’une dépolitisation tant décriée, il faut parler d’une forme de « lucidité politique »39 chez la jeunesse, qui, si elle ne « porte plus le drapeau de la révolte », sait encore se faire entendre sur le terrain des luttes sociales et idéologiques. Ainsi, la jeunesse s’engage davantage dans des associations et se regroupe autour de thèmes humanitaires (lutte contre les inégalités et le racisme) ou des thèmes politiques (opposition à la montée du Front National). Les jeunes s’investissent également dans des combats sociaux, à commencer par la lutte contre le chômage et l’exclusion. Même si les mobilisations sont ponctuelles, elles peuvent être fortes comme l’illustrent les manifestations écologistes, pacifistes ou antiracistes, de la Marche des Beurs à l’opération « Touche pas à mon pote », en passant par la lutte contre l’Apartheid. La jeunesse de la fin des années 1970 et du début des années 1980 n’est, contrairement aux idées reçues, « ni dépolitisée, ni démobilisée », mais plus réaliste et concentrée sur des problèmes nouveaux sur lesquels elle pense pouvoir agir. Le terme « bof génération » est donc impropre à qualifier cette jeunesse et démontre la permanence d’un jugement porté par le monde adulte sur la population jeune, ainsi qu’un regret des « années 68 » chez nombre de chercheurs pour qui cette période avait marqué un foisonnement intellectuel important, comme celui connu après les mois de novembre et décembre 1986, ceux de la « génération morale ».

La « génération morale »

  • 40 D. Linhart et A. Malan, Fin de siècle […], op. cit., p. 9.

22Le terme « génération morale » est intimement lié au mouvement étudiant et lycéen de novembre et décembre 1986. En effet, jusqu’à cette date, on parle dans les études menées d’une jeunesse « prudente et moutonnante », « assagie par la crise économique », de jeunes « calmes comparés à leurs aînés soixante-huitards […] rangés, individualistes, indifférents aux choses politiques, imperméables aux idéologies »40. Cette vision, issue de l’absence de grands mouvements de contestation de 1976 à 1986, est largement remise en cause en 1986.

  • 41 Cités par Luc Ferry et Alain Renaut, 68-86, Itinéraires de l’individu, 1987, p. 20.
  • 42 Terme qu’il est le premier à employer dans son éditorial de Libération du 28 nov. 1986.
  • 43 Nicolas Beau, Pierre Mangetout et Laurent Joffrin, « 500 000 jeunes contre Devaquet », Libération, (...)
  • 44 Sophie Coignard et Christian Makarian, « La génération du pragmatisme », Le Point, n° 742, 8 déc. 1 (...)
  • 45 H. Weber, Que reste-t-il de mai 1968? […], op. cit., p. 195.

23Avant même la fin du mouvement contre la loi Devaquet, les commentaires sur la « jeunesse 86 » vont bon train : certains voient dans la vague d’agitation la naissance de la « génération morale », une génération « formée à la politique en trois semaines ». Pour Pierre Bourdieu, le mouvement inspire le respect et « n’a rien d’un feu de paille ». Cornelius Castoiadis admire lui « la fantastique créativité d’un mouvement qui en quinze jours a rompu avec la passivité qui caractérisait la société française et même occidentale depuis des années »41. Pour Laurent Joffrin, la « génération morale »42 constitue un « grand lobby de la démocratie » : c’est une « génération civique » pour Serge July, celle des « nouveaux démocrates » qui refusent l’utopie et cherchent des solutions concrètes. Cependant, si tous les chercheurs annoncent « l’avènement à la vie civique » d’une grande partie de la jeunesse en ces mois de novembre et décembre 1986, peu parlent d’une génération « trop vite jugée absente et muette »43. En effet, l’ampleur du mouvement révèle la capacité de mobilisation de la jeunesse autour de thèmes développés déjà avant 1986 : l’agonie de la « bof génération »44 a commencé bien avant 1986 avec le mouvement antiraciste, la lutte contre le Front National et l’Apartheid. On peut donc dire que la « malencontreuse réforme Devaquet ne constitue pas la cause, mais l’occasion du mouvement »45, un mouvement qui traduit davantage une peur face à l’avenir et au chômage. La mort d’un jeune étudiant d’origine marocaine synthétise les craintes de la jeunesse et encourage son engagement, comme l’affirme Laurent Joffrin : « De Dreux à la rue Monsieur-le-Prince, des militants FN aux voltigeurs, c’est la même chaîne qui se déroule sous les yeux de la génération morale ». La représentation traditionnelle de l’engagement de la jeunesse connaît donc un changement brutal, amplifié par les épisodes de répression de décembre qui font plusieurs blessés et un mort.

24Mais là aussi on peut remettre en cause cette idée d’une naissance d’une « génération morale » en 1986. En premier lieu, comme on l’a vu, les thèmes de lutte de 1986 ont déjà mobilisé, certes de manière moins massive, mais néanmoins réelle après 1976. De plus, dès la victoire acquise en 1986, la mobilisation de la jeunesse s’éteint. Il semble donc qu’il faille, au contraire d’une naissance, parler des « trois semaines de gloire de la génération morale », durant lesquelles la jeunesse se rappelle au bon souvenir de la société.

  • 46 R. Hudon et B. Fournier, « Apolitisme […] », op. cit., p. 2.

25Un dernier élément semble intéressant au sujet de la représentation de la jeunesse engagée en cette année 1986 : la continuelle comparaison avec le mouvement de 1968 faite par les médias et les chercheurs. En effet, la mobilisation de 1986 est largement commentée « à la lumière de l’événement 68 ». Les comparaisons sont souvent favorables à la « génération 68 », pour laquelle beaucoup entretiennent une certaine nostalgie, alors que la « génération 86 » véhicule une image souvent peu flatteuse, celle d’une génération engagée sur la base d’intérêts individuels et personnels. La déconsidération du mouvement de 1986 est souvent le fruit du travail d’anciens soixante-huitards devenus historiens, sociologues, politologues ou journalistes, et dont l’analyse s’avère parfois discutable : Mai 68 est ainsi un « référentiel dont on a abusivement fait la clé d’interprétation universelle de l’ensemble du mouvement historique de la jeunesse »46. En employant une formule contestable, on peut parler, en ce qui concerne la plupart des analyses faites du mouvement de 1986, comme de ses prédécesseurs et ses successeurs, d’une sorte de « soixante-huito-centrisme », qui se traduit par la tentative permanente de relier deux phénomènes temporellement et idéologiquement « distants », et de juger l’un selon les valeurs et les codes de l’autre.

26Dans la plupart des travaux de recherches effectués, comme dans les analyses faites par la presse, la période allant de 1968 à 1986 est donc divisée en trois grandes phases, chacune définie par un comportement propre de la jeunesse. Ces césures nettes sont cependant loin d’être satisfaisantes, et la perception de la jeunesse par les chercheurs demeure assez caricaturale. La « génération 68 » tant décriée n’apparaît pas aussi unie dans l’engagement et la contestation que l’image « d’enragés » le laisse entendre. La « bof génération » n’est pas toute entière apathique et inerte. Quant à la « génération morale », elle ne naît pas en novembre et décembre 1986 : c’est seulement l’expression qui apparaît alors. On voit donc que malgré le nombre important de travaux portant sur la jeunesse, l’histoire de l’engagement des « années 68 » reste lacunaire et souvent caricaturale. Pour faire revivre la réalité des événements, il faut donc à l’historien croiser un nombre important de sources pour la plupart peu connues et difficiles à appréhender, mais dont seule une analyse poussée et rigoureuse peut rendre à l’engagement de la jeunesse ses lettres de noblesse.

Haut de page

Notes

1 Citée par Michel Winock, « Les lycéens », Esprit, n° 375, septembre 1968, Paris.

2 J. Duvignaud, La Planète des jeunes, Paris, 1975.

3 Cité par Henri Weber, Que reste-t-il de mai 1968? Essai sur les interprétations des « événements », Paris, avril 1998, p. 99.

4 Danièle Linhart et Anna Malan, Fin de siècle, début de vie. Voyage au pays des 18-25 ans, Paris, 1990, p. 10.

5 Maximilien Rubel, « Révolte et utopie », Revue française de sociologie, vol. X, n° 1, janv.-mars 1969, p. 83.

6 Le terme les « années 68 » est consacré en 1995 par la tenue d’un séminaire de l’IHTP sur ce thème. Les 18 et 20 novembre 1998, ce colloque, intitulé Les années 1968: événements, cultures politiques et modes de vie, rassemble de nombreux historiens reconnus, tels Pascal Ory, Michelle Zancarini-Fournel, Geneviève Dreyfus-Armand, Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon ou Robi Morder. En 2000, est publié l’ouvrage Les Années 1968: le temps de la contestation, sous la direction de Michelle Zancarini- Fournel, Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy et alii, aux éditions Complexes à Bruxelles. Les auteurs insistent sur « l’unité » idéologique et culturelle de cette période.

7 Jean-Philippe Legois, « Archives et mémoires: enjeu historique et enjeux archivistiques », Les Cahiers du GERME, n° 19, 3e trim. 2001, p. 1.

8 Michelle Perrot, « Le printemps des adolescents », Le Mouvement social, n° 168, juillet-sept. 1994, Paris, p. 3.

9 Louis Lévy-Garboua, « Les demandes de l’étudiant ou les contradictions de l’université de masse », Revue française de sociologie, Paris, janv.-mars 1976; Raymond Boudon, Philippe Cibois et Janine Lagneau, « Enseignement supérieur court et pièges de l’action collective », idem, vol. XVI-2, avril-juin 1974; Isabel Boussard, « Les étudiants et la participation. Les élections aux conseils d’UER et d’Université », idem, vol. XXI-1, janv.-mars 1980; François Dubet, « Dimensions et figures de l’expérience étudiante dans l’Université de masse », idem, vol. XXXV, 1994; Paul Gerbod, « Note sur la condition matérielle et morale de l’étudiant français », idem, vol. XXI-2, avril-juin 1980; Jean-Pierre Jarousse, « Les contradictions de l’Université de masse, 10 ans après (1973-1983) », idem, vol. XXV-2, avril-juin 1984; Didier Lapeyronnie, « Mouvements sociaux et action politique. Existe-t-il une théorie de la mobilisation des ressources? », idem, vol. XXIX-4, 1988; Noëlle Bisseret, « La sélection à l’Université et sa signification pour l’étude des rapports de dominance », idem, vol. IX-4, oct.-déc. 1968; Mohamed Cherkaoui et James K. Lindsey, « Le poids du nombre dans la réussite scolaire », idem, vol. XV, avril-juin 1974; Jacques Lautman, « Université et société aux Etats-Unis et en France. À propos du livre d’A. Touraine », idem, vol. XIV-3, juil.-sept. 1973; Maximilien Rubel, « Révolte et utopie », idem, vol. X-1, janv.-mars 1969; Anne Muxel, « L’âge des choix politiques, une enquête longitudinale auprès des 18-25 ans », idem, vol. XXXIII-2, 1992.

10 J.-Ph. Legois, « Archives et mémoires étudiantes […] », op. cit., p. 9.

11 Idem, p. 1

12 Ibid.

13 J.-Ph. Legois, « Mémoires étudiantes, “mémoire(s) courte(s)”? Pistes générales à l’épreuve du cas exemplaire de mai 1968 », CNAF, Informations sociales, n° 99, 2001, p. 1; Olivier Bianchi, « Mythes, légendes et représentations du syndicalisme étudiant: l’AGEC-UNEF entre mémoire et histoire », Siècles, n° 8, Clermont-Ferrand, 1998, p. 105.

14 Jacques Chapsal, La Vie politique sous la Ve République, t. 3: 1974-1987, Paris, 1993 (6e éd.), p. 661.

15 Raymond Hudon et Bernard Fournier, « L’engagement en son temps », R. Hudon et B. Fournier (dir.), Jeunesses et politique, t. 2, Mouvements et engagements depuis les années trente, Paris, 1994, p. 13.

16 Louise Quesnel, « Être étudiant en science politique en 1970 », ibid., p. 257.

17 H. Weber, Que reste-t-il de mai 1968? […], op. cit., p. 101.

18 Valérie Becquet, « Moment étudiant, moment d’engagement », CNAF, Informations sociales, n° 99, 2001, p. 103.

19 Marie-Béatrice Lorizon, La Jeunesse dans L’Express et Le Nouvel Observateur de 1976 à 1983, mémoire de maîtrise d’histoire, Univ. Blaise-Pascal, Clermont-Fd, 2003, p. 11.

20 Annick Percheron, « Au miroir de la jeunesse », Marc Abélès (dir.), Faire la politique. Le chantier français, Paris, mai 1991, p. 65.

21 Ibid., p. 165.

22 Isabelle Sommier, La Violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, 1998, p. 137.

23 Klaus R. Allerbeck, « Quelques conditions structurales pour les mouvements de jeunes et d’étudiants », Revue internationale de sciences sociales, vol. 24, n° 2, 1972, p. 272.

24 H. Weber, Que reste-t-il de mai 1968? […], op. cit., p. 104.

25 R. Hudon et B. Fournier,« Apolitisme et “politisation des jeunes” », R. Hudon et B. Fournier (dir.), Jeunesses et politique, t. 1, Conceptions de la politique en Amérique du Nord et en Europe, Paris, 1994, p. 2.

26 A. Percheron, La socialisation politique, Paris, 1993, p. 14.

27 Ibid., p. 15.

28 A. Coutrot, « Les jeunes entrent en politique », Projet, mai 1977.

29 M.-B. Lorizon, La Jeunesse dans L’Express […], op. cit., p. 11.

30 Claude Tapia et Catherine Lange, « Tendances idéologiques au sein de la jeunesse française: évolution entre 1970 et 1990. La politique, le travail et l’insertion », R. Hudon et B. Fournier (dir.), Jeunesses et politique, t. 1, p. 143.

31 A. Percheron, La Socialisation politique, op. cit., p. 164.

32 M.-B. Lorizon, La Jeunesse dans L’Express […], op. cit., p. 196.

33 I. Sommier, La Violence politique et son deuil […], op. cit., p. 140.

34 François Dubet, Daniel Filâtre, François-Xavier Mariem, André Sauvage et Agnès Vince, Universités et villes, Paris, 1994, p. 199.

35 Anne Muxel, Les Jeunes et la politique, Paris, 1996, p. 8.

36 Le Nouvel Observateur, 16-22 oct. 1978, n° spécial, « La bof génération ».

37 M.-B. Lorizon, La Jeunesse dans L’Express […], op. cit., p. 80.

38 C. Tapia et C. Lange, « Tendances idéologiques […] », op. cit., p. 146.

39 Éric Conan, « Une génération sur la défensive », Esprit, n° 33-34, n° spécial, Que penser? Que dire? Qu’imaginer?, sept.-oct. 1979.

40 D. Linhart et A. Malan, Fin de siècle […], op. cit., p. 9.

41 Cités par Luc Ferry et Alain Renaut, 68-86, Itinéraires de l’individu, 1987, p. 20.

42 Terme qu’il est le premier à employer dans son éditorial de Libération du 28 nov. 1986.

43 Nicolas Beau, Pierre Mangetout et Laurent Joffrin, « 500 000 jeunes contre Devaquet », Libération, 28 nov. 1986.

44 Sophie Coignard et Christian Makarian, « La génération du pragmatisme », Le Point, n° 742, 8 déc. 1986.

45 H. Weber, Que reste-t-il de mai 1968? […], op. cit., p. 195.

46 R. Hudon et B. Fournier, « Apolitisme […] », op. cit., p. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Carboni, « Regards croisés sur la jeunesse engagée des "années 68" (1968-1986) », Siècles, 24 | 2006, 75-88.

Référence électronique

Nicolas Carboni, « Regards croisés sur la jeunesse engagée des "années 68" (1968-1986) », Siècles [En ligne], 24 | 2006, mis en ligne le 19 février 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/1463

Haut de page

Auteur

Nicolas Carboni

CHEC, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org