Navigation – Plan du site

Habiter le pouvoir. Les logiques résidentielles des élites clermontoises d’après les “carnets mondains” du préfet du Puy-de-Dôme sous la IIIe République

Clothing Power: The Residential Practices of Clermont’s Elites According to the “Carnets Mondains” of the Prefect of the Puy-de-Dôme during the Third Republic
Julien Vazeilles

Résumés

Des « carnets mondains » retrouvés dans le fonds de la préfecture du Puy-de-Dôme, datés respectivement de 1890 et des années 1920, permettent de reconstituer et de cartographier les pratiques résidentielles des élites clermontoises à ces deux époques. Si l’implantation des 550 individus recensés diffère sensiblement suivant leur domaine d’activité et leur niveau de responsabilités, des stratégies globales d’évitement de certains quartiers réputés « populaires » dominent très nettement.

Haut de page

Texte intégral

Le présent travail doit beaucoup à la grande maîtrise cartographique d’Isabelle Langlois et aux conseils et encouragements de Sébastien Pivoteau. Qu’ils en soient ici vivement remerciés.

  • 1 Archives départementales du Puy-de-Dôme, M 4464 et 4465.
  • 2 Les documents conservés sous les deux cotes indiquées comprennent deux « carnets mondains » imprimé (...)
  • 3 Ils répondent de la sorte aux deux principaux critères de caractérisation des élites retenus par Ch (...)

1De curieux dossiers documentaires émanant du cabinet du préfet du Puy-de-Dôme1 fournissent une matière de choix pour étudier la dimension spatiale de la domination de certaines élites clermontoises au tournant des XIXe et XXe siècles. Il s’agit de « carnets mondains » datés respectivement de 1890 et du début des années 19202, qui rassemblent, sous forme de listes, divers renseignements collectés auprès de différentes administrations : nom, fonction ou grade, adresse personnelle, situation familiale et, pour le dossier des années 1920, heures et jours éventuels de réception. Les individus recensés, au nombre de 185 en 1890 et de 365 trois décennies plus tard, constituent ainsi, aux yeux du préfet, les élites les plus importantes de la ville de Clermont-Ferrand, voire du département du Puy-de-Dôme, à raison des fonctions dont ils sont investis3.

  • 4 À l’exception des élus municipaux, des huissiers et des dirigeants de la chambre de commerce. Cf. l (...)
  • 5 Max Weber, Économie et Société, t. 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket, 1995 [1re éd. (...)

2Fonctionnaires dans leur écrasante majorité4, ils sont les représentants par excellence d’une bureaucratie en plein essor que Max Weber théorise au même moment. Ingénieurs des Ponts et Chaussées, receveurs des contributions directes ou indirectes, officiers, magistrats… tous exercent, suivant des modalités et à des degrés divers, une « domination rationnelle-légale » fondée sur « la croyance en la légalité des règlements arrêtés et du droit de donner des directives qu’ont ceux qui sont appelés à exercer la domination par ces moyens5 ». À en croire le sociologue allemand, ce sont d’abord eux qui, pour leurs contemporains, incarnent la domination :

  • 6 Ibid., p. 294 (développement consacré à « La domination légale à direction administrative bureaucra (...)

« Avant tout, dans la vie quotidienne, la domination est administration6 ».

3Se trouvent de facto écartés des « carnets mondains » du préfet d’autres types d’élites, celles relevant des champs artistique et religieux notamment.

  • 7 Argumentaire d’une journée d’étude sur « La dimension spatiale de la domination » organisée par Jér (...)
  • 8 Il va de soi que les mêmes sources, et tout spécialement celles des années 1920, auraient pu servir (...)

4Significativement incomplètes, mais heureusement pourvoyeuses d’adresses personnelles, les listes conservées invitent donc à considérer la « dimension spatiale de la domination » des individus qu’elles recensent, si l’on veut bien entendre par cette notion « tout à la fois un processus et un résultat : d’une part, les actions volontairement engagées dans l’espace en vue d’exercer (et de signifier) une domination, d’autre part, un constat, la distribution inégalitaire des biens et des personnes dans l’espace, qui ne résulte pas forcément de décisions conscientes, mais qui constitue toujours un symptôme particulièrement révélateur pour comprendre les valeurs d’une société et des groupes qui la composent7 ». Plus précisément, la présente étude s’intéresse aux logiques résidentielles de l’effectif documenté, en s’interrogeant sur l’existence de stratégies d’implantation ou d’évitement de certains quartiers8. Après une pesée globale du phénomène, l’analyse distinguera les élites recensées suivant leur domaine d’activité et leur niveau de responsabilité, partant selon le degré présumé de considération sociale qui leur est attachée.

Approche générale

5Une brève présentation du cadre géographique s’impose avant de décrire et interpréter les dynamiques résidentielles repérées.

Principaux traits morphologiques de l’espace urbain clermontois9

  • 9 La présentation suivante s’appuie largement sur Philippe Arbos, « Clermont-Ferrand. Les fonctions u (...)

6Pôle régional majeur depuis longtemps, Clermont-Ferrand se développe surtout autour de ses fonctions administratives et commerciales jusqu’au dernier quart du XIXe siècle. La révolution du caoutchouc et l’essor industriel – dont Michelin n’est que l’acteur le plus connu – sont ensuite les moteurs essentiels d’un fort accroissement démographique, la population communale faisant plus que doubler entre 1891 (environ 50 000 habitants) et 1926 (plus de 110 000).

7L’emprise spatiale de Clermont-Ferrand se limite pratiquement à deux pôles bien distincts jusqu’au milieu du XIXe siècle : d’un côté, Montferrand, l’ancienne cité comtale, et de l’autre Clermont. Si cette dernière est finalement sortie victorieuse d’une rivalité séculaire que n’a pas fait disparaître l’« édit d’union » de 1630, elle ne s’étend véritablement au-delà des anciens remparts enserrant le « plateau central » que dans la deuxième moitié du XIXe siècle. L’expansion urbaine obéit alors à une double logique, que l’essor industriel de la période suivante ne fera qu’accélérer. La première, radioconcentrique, consiste en l’extension vers les zones situées dans la périphérie immédiate du plateau central (carte 1). La seconde, centrifuge, se traduit par la croissance de tentacules le long de certaines voies en direction de noyaux anciens extérieurs (Chamalières, Beaumont, Montferrand…).

Carte 1- Localisation schématique des quartiers de Clermont au début du XXe siècle

Carte 1- Localisation schématique des quartiers de Clermont au début du XXe siècle

Cartographie Julien Vazeilles, 2012

Élites recensées en 1890

Carte 2- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890 (Clermont-Ferrand et communes périphériques)

Carte 2- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890 (Clermont-Ferrand et communes périphériques)

Cartographie Julien Vazeilles, 2012

  • 10 Ph. Arbos, « Clermont-Ferrand. L’organisme […] », p. 314.

8Les individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet participent largement, quoique sélectivement, à ces deux mouvements d’urbanisation. Dès 1890, le tiers d’entre eux seulement résident sur le plateau central. Il est vrai que les hôtels particuliers tapis derrière leurs portes cochères y voisinent avec des constructions plus modestes dont l’ancienneté n’a d’égal que leur vétusté, desservies par un faisceau de rues étroites, sales et mal alignées, propices à tous les encombrements10.

  • 11 Créée en 1903 avec l’inauguration de la statue équestre du chef gaulois sur la place de Jaude.

9Avec 15 % des effectifs, la rue Blatin se classe au second rang. Percée en 1848, elle offre des logements sains et confortables à deux pas de la place de Jaude et de la zone centrale. Pièce essentielle de la perspective Préfecture/Vercingétorix/Puy-de-Dôme11, il est malaisé de mesurer l’effet d’une telle symbolique sur son attractivité.

10Troisième pôle de prédilection résidentielle, avec 11 % des élites recensées, le quartier Delille/Gare propose lui aussi un habitat moderne et spacieux à proximité du centre-ville. Il sera d’ailleurs de plus en plus recherché dans les décennies suivantes.

Élites recensées dans les années 1920

Carte 3- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920 (Clermont-Ferrand et communes périphériques)

Carte 3- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920 (Clermont-Ferrand et communes périphériques)

Cartographie Julien Vazeilles, 2012

11Dans les années 1920, le secteur Delille/Gare abrite en effet 17 % des personnes indiquées. Si l’on y ajoute les 9 % qui habitent dans la zone voisine des lycées et des garnisons, on parvient à la proportion d’un quart, identique à celle relevée désormais pour le plateau central. Les faubourgs du nord-ouest (Fontgiève) et du sud-est (Cours Sablon) participent aussi, à un degré moindre, à ce desserrement qu’exprime le renforcement de plusieurs radiales.

12La plus saillante est sans conteste l’axe Blatin/Chamalières/Royat, à l’ouest. Si cet ensemble rassemble aux deux moments environ 20 % du groupe documenté, la part de la rue Blatin diminue sensiblement. D’autres filaments vers Montferrand ou Beaumont tendent aussi à s’affirmer, mais bien plus timidement, alors même que ces espaces connaissent à l’époque une urbanisation accélérée, dominée il est vrai par les usines et les cités ouvrières.

Approche par type d’activité

  • 12 Le traitement cartographique suivi dans cette partie s’appuie sur une vue aérienne actuelle (IGN, 2 (...)

13Le regroupement des diverses fonctions mentionnées en cinq grands domaines d’activité permet d’affiner l’analyse12.

Fonctions, types d’activité et niveaux de responsabilité des élites recensées en 1890 et dans les années 1920

Type d’activité

(niveau de responsabilités)

Fonction ou grade (liste non exhaustive)

Effectifs

(1890)

Effectifs

(années 1920)

Armée

(supérieur)

Général en chef, général de division, général de brigade, colonel, lieutenant-colonel…

19

22

Armée

(intermédiaire)

Chef de bataillon, chef d’escadron, capitaine…

27

45

Administration centrale

(supérieur)

Préfet, vice-président du conseil de préfecture, conseiller de préfecture, ingénieur en chef des Mines, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, trésorier-payeur général…

6

12

Administration centrale

(intermédiaire)

Agent voyer en chef, agent voyer d'arrondissement, chef de bureau, receveur des contributions directes ou indirectes…

4

79

Administration locale

(supérieur)

Maire, adjoint, président et vice-président de la chambre de commerce…

8

6

Administration locale

(intermédiaire)

Conseiller municipal, officier de la compagnie de sapeurs-pompiers, architecte de la ville, receveur municipal, membre élu de la chambre de commerce…

52

60

Éducation

(supérieur)

Recteur, doyen, directeur de l’école normale, directeur de l’école de médecine, inspecteur d'académie…

8

8

Éducation

(intermédiaire)

Bibliothécaire d'université, chargé de cours, directeur d'école, censeur, inspecteur primaire…

15

94

Justice

(supérieur)

Président et vice-président du tribunal civil, du conseil de prud'hommes ou du tribunal de commerce, procureur de la République

6

6

Justice

(intermédiaire)

Juge d'instruction, juge, juge suppléant, juge de paix, prud’homme, greffier en chef, avoué, président de la chambre des huissiers…

40

33

Source : Archives départementales du Puy-de-Dôme, M 4464 et 4465

Armée

Carte 4- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’armée

Carte 4- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’armée

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

  • 13 André Bach, L’Armée de Dreyfus. Une histoire politique de l’armée française de Charles X à « l’Affa (...)

14En 1890 (carte 4), les officiers recensés, qui constituent alors un quart du corpus, se concentrent sur le versant oriental du plateau central, à proximité des garnisons. Une telle logique résidentielle manifeste une quête de l’entre-soi, de relations étroites entre officiers, mais aussi entre les officiers et leurs hommes. On sait en effet à quel point, dans la France « fin de siècle », les rapports entre l’armée et l’État républicain (et la société qui s’y est massivement ralliée) sont lourds d’ambiguïtés et de tensions13.

Carte 5- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’armée

Carte 5- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’armée

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

15Trente ans après (carte 5), une nette dispersion de l’habitat se fait jour. La plupart des officiers résident toujours non loin des équipements militaires situés à l’est du centre-ville, mais la zone couverte s’est considérablement agrandie, aussi bien vers la caserne d’Assas (du 92e régiment d’infanterie) au nord qu’autour des immeubles réhabilités de la partie méridionale du plateau central. L’installation d’officiers dans les quartiers Saint-Alyre et Blatin est également révélatrice d’un certain renouvellement des affinités sociales au lendemain de la Grande Guerre.

Administration centrale

Carte 6- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les agents de l’administration centrale

Carte 6- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les agents de l’administration centrale

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

16Les effectifs très réduits de cette catégorie d’élites administratives en 1890 (carte 6) ne sauraient livrer des résultats bien significatifs. On se bornera à noter qu’aucun de ses membres ne réside dans la vieille ville, à l’intérieur des anciens remparts.

Carte 7- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les agents de l’administration centrale

Carte 7- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les agents de l’administration centrale

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

17Dans les années 1920 (carte 7), c’est un groupe singulièrement étoffé (désormais le quart des élites recensées) qui investit de larges portions de l’espace urbain, depuis le plateau central jusqu’à la gare et Saint-Alyre, sans oublier la rue Blatin. Aucune spécialisation résidentielle liée au type d’administration n’a pu être repérée. L’étalement de l’habitat matérialise d’une certaine manière l’empreinte croissante de l’État dans la vie quotidienne des contemporains.

Administration locale

Carte 8- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’élite administrative locale (municipalité, chambre de commerce)

Carte 8- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’élite administrative locale (municipalité, chambre de commerce)

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

18L’espace de résidence de ce second type d’élites administratives s’avère passablement plus restreint. En 1890 (carte 8), ses représentants se concentrent dans une poignée de secteurs du plateau central ou des faubourgs les plus anciens (celui du Champgil notamment), malgré leur importance numérique (près du tiers de l’effectif total). Il faut sans doute y voir la marque d’un solide enracinement familial et patrimonial.

Carte 9- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’élite administrative locale (municipalité, chambre de commerce)

Carte 9- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’élite administrative locale (municipalité, chambre de commerce)

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

19La stabilité l’emporte dans les décennies suivantes (carte 9). Élus municipaux et dirigeants de la chambre de commerce habitent toujours les quartiers centraux dans les années 1920, même si on peut observer un délaissement du secteur de Jaude au profit des abords de la cathédrale et de l’église du Port, soit du principal foyer d’implantation nobiliaire à l’époque moderne. Certains d’entre eux s’établissent aussi aux environs de la gare, suivant une tendance plus générale déjà soulignée.

Éducation

Carte 10- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites enseignantes

Carte 10- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites enseignantes

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

  • 14 Ch. Charle dresse un constat similaire pour les élites de l’enseignement supérieur parisien de la f (...)

20En 1890 (carte 10), les élites enseignantes vivent essentiellement au sud-est du centre-ville, dans un environnement parsemé d’équipements culturels (université, palais académique, bibliothèque, lycées). À l’évidence, l’obligation de résidence se double de la proximité de lieux d’exercice professionnel et d’assouvissement intellectuel14.

Carte 11- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites enseignantes

Carte 11- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites enseignantes

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

  • 15 Pour reprendre le titre de la cinquième partie (p. 323-402) du maître-livre d’Antoine Prost, Histoi (...)

21Dans les années 1920 (carte 11), la forte croissance numérique du groupe considéré (désormais le plus nombreux avec 28 % du corpus) se traduit sur le plan spatial par un double mouvement d’expansion depuis le territoire d’attache qui vient d’être évoqué. L’un, vers le nord-est, est tourné vers la gare ; l’autre, en direction de l’ouest et du nord-ouest, atteint les quartiers Saint-Alyre, Fontgiève et Blatin. En ces temps d’« apogée de la société enseignante15 », nul doute que cette extension de l’habitat exprime un élargissement des sociabilités.

Justice

Carte 12- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites judiciaires

Carte 12- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites judiciaires

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

22En 1890 (carte 12), le groupe des magistrats, greffiers, avoués et autres huissiers est lui aussi concentré dans une portion restreinte de la ville, en l’occurrence le vieux Clermont et son prolongement occidental le long de la rue Blatin.

Carte 13- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites judiciaires

Carte 13- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites judiciaires

Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012

  • 16 Maurice Garçon, Histoire de la justice sous la IIIe République, Paris, Fayard, 1957, p. 137-263 (ch (...)

23Si les lieux de résidence sont sensiblement plus éclatés trois décennies plus tard (carte 13), ils se situent toujours majoritairement à quelques encablures du cœur historique de la cité, ce qui ne saurait surprendre de la part de représentants d’une institution garante d’ordre et de stabilité16.

Approche par niveau de responsabilités

  • 17 Cf. le tableau ci-dessus. Biais méthodologique d’importance, la présente distinction entre élites s (...)

24Une segmentation des élites recensées suivant le degré réel ou supposé de responsabilités est également riche d’enseignements17.

Élites supérieures et élites intermédiaires en 1890

Carte 14- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890 (Clermont-Ferrand et communes périphériques) : « élites supérieures » et « élites intermédiaires »

Carte 14- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890 (Clermont-Ferrand et communes périphériques) : « élites supérieures » et « élites intermédiaires »

Cartographie Julien Vazeilles, 2012

25En 1890 (carte 14), les élites supérieures, qui comptent alors pour un quart de l’effectif total, sont surreprésentées dans certaines zones d’urbanisation récente. En effet, si le plateau central n’apparaît guère discriminant, les quartiers Delille/Gare, Blatin ou Cours Sablon attirent tout particulièrement une « élite de l’élite » en quête de logements spacieux et confortables. Par contraste, certains secteurs de la proche périphérie abritent proportionnellement davantage d’élites intermédiaires. C’est notamment le cas de Saint-Alyre et Montlosier.

Élites supérieures et élites intermédiaires dans les années 1920

Carte 15- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920 (Clermont-Ferrand et communes périphériques) : « élites supérieures » et « élites intermédiaires »

Carte 15- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920 (Clermont-Ferrand et communes périphériques) : « élites supérieures » et « élites intermédiaires »

Cartographie Julien Vazeilles, 2012

26Dans les années 1920 (carte 15), la part des élites supérieures chute à moins de 15 % sous l’effet d’une bureaucratisation qui multiplie les postes d’exécution et de contrôle de haut niveau plus encore que les fonctions de décision. Le plateau central demeure peu distinctif et le secteur haussmannien du cours Sablon conforte son statut, profondément ancré dans l’imaginaire clermontois, de quartier des élites de premier plan, qui joignent volontiers aux agréments de la résidence les plaisirs de la réception.

  • 18 Ce que Ch. Charle a bien montré pour l’espace parisien en esquissant une « typologie des logements  (...)

27Des évolutions parfois spectaculaires sont néanmoins perceptibles. Pendant occidental du cours Sablon, la zone des Salins s’affirme comme pôle d’attraction d’élites intermédiaires que ne rebute pas l’ensemble d’habitations populaires qui la sépare de la place de Jaude. Surtout, le faubourg Saint-Alyre est devenu un endroit plébiscité par des élites supérieures qui sont désormais sous-représentées dans les quartiers Delille/Gare et Blatin. L’interprétation d’une telle « inversion » n’est pas aisée dans la mesure où habiter le même secteur ne signifie pas nécessairement occuper des logements de même standing18. Il est ainsi symptomatique que plusieurs individus parmi les plus huppés aient élu domicile, à Saint-Alyre, dans les immeubles bourgeois (dont un à tourelle) de la fastueuse cité Vaudoit construite à la fin du XIXe siècle.

Conclusion

28Au total, la distribution résidentielle des 550 personnes recensées dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme présente une assez grande variété selon le type d’activité et le niveau de responsabilités. S’il semble toutefois excessif de parler de ségrégation interne au groupe documenté, en creux apparaissent très nettement des logiques d’évitement de certains quartiers précisément « populaires » ou « ouvriers », en voie d’urbanisation rapide dans la première moitié du XXe siècle (secteurs septentrionaux de Saint-Alyre et Montlosier, abords de Montferrand). En ce sens, des stratégies d’implantation plus ou moins conscientes propres à consolider symboliquement une domination d’abord « rationnelle-légale » sont bien à l’œuvre dans l’espace clermontois sous la IIIe République.

Haut de page

Notes

1 Archives départementales du Puy-de-Dôme, M 4464 et 4465.

2 Les documents conservés sous les deux cotes indiquées comprennent deux « carnets mondains » imprimés de 1914 et 1924, ainsi que deux séries de listes manuscrites datées de 1890 et 1920. La liasse de 1890 (M 4464) a été improprement intitulée « Chefs de service, fonctionnaires divers : listes et adresses », tandis que la documentation des années 1920 (M 4465) a reçu la désignation archivistique de « Carnet mondain de Clermont-Ferrand ». Ont été principalement utilisées ici les listes de 1890 et 1920, le « carnet mondain » de 1924 n’ayant apporté que quelques compléments marginaux.

3 Ils répondent de la sorte aux deux principaux critères de caractérisation des élites retenus par Christophe Charle (Les Élites de la République, 1880-1900, Paris, Fayard, 2006 [1re éd. : 1987]) : « La détention d’un certain pouvoir » (p. 23) et la jouissance d’une reconnaissance sociale, dans la mesure où « [p]ar définition, on ne fait pas partie des élites “en soi”, on doit en faire partie pour les autres » (p. 19).

4 À l’exception des élus municipaux, des huissiers et des dirigeants de la chambre de commerce. Cf. le tableau « Fonctions, types d’activité et niveaux de responsabilité des élites recensées en 1890 et dans les années 1920 ».

5 Max Weber, Économie et Société, t. 1. Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket, 1995 [1re éd. fr. : 1971 ; éd. originale : 1921], p. 289.

6 Ibid., p. 294 (développement consacré à « La domination légale à direction administrative bureaucratique »).

7 Argumentaire d’une journée d’étude sur « La dimension spatiale de la domination » organisée par Jérémie Foa et Matthieu Giroud le 6 mai 2009 à Clermont-Ferrand (http://calenda.org/197000).

8 Il va de soi que les mêmes sources, et tout spécialement celles des années 1920, auraient pu servir d’appui à d’autres approches, touchant par exemple les relations mondaines du préfet ou plus généralement les pratiques de réception au sein des élites clermontoises.

9 La présentation suivante s’appuie largement sur Philippe Arbos, « Clermont-Ferrand. Les fonctions urbaines », Revue de géographie alpine, t. 15, n° 3, 1927, p. 375-454, et idem, « Clermont-Ferrand. L’organisme urbain », Revue de géographie alpine, t. 17, n° 2, 1929, p. 289-328. Cf. aussi plusieurs contributions dans Franck Chignier-Riboulon (dir.), Clermont-Ferrand, ville paradoxale, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2009, en particulier : Christian Jamot, « Les différentes représentations de la ville de Clermont du XIXe au XXe siècle », p. 129-132 et Laurent Rieutort, « Clermont-Ferrand vue par les géographes du passé (1925-1975) », p. 97-104.

10 Ph. Arbos, « Clermont-Ferrand. L’organisme […] », p. 314.

11 Créée en 1903 avec l’inauguration de la statue équestre du chef gaulois sur la place de Jaude.

12 Le traitement cartographique suivi dans cette partie s’appuie sur une vue aérienne actuelle (IGN, 2011) de l’agglomération clermontoise.

13 André Bach, L’Armée de Dreyfus. Une histoire politique de l’armée française de Charles X à « l’Affaire », Paris, Tallandier, 2004, p. 473-555 (VIIe partie : « L’armée de la nation entre contrôle parlementaire et luttes intestines »).

14 Ch. Charle dresse un constat similaire pour les élites de l’enseignement supérieur parisien de la fin du XIXe siècle : l’écrasante majorité du corps enseignant des facultés et grands établissements du « pays latin » habite alors les quartiers de la rive gauche de la capitale, à l’exception notable de la faculté de médecine et, dans une moindre mesure, du Collège de France (Les Élites […], p. 394).

15 Pour reprendre le titre de la cinquième partie (p. 323-402) du maître-livre d’Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France. 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968. Dans une bibliographie foisonnante sur la question, on retiendra encore : Françoise Mayeur, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 3, De la Révolution à l’École républicaine, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981, p. 523-569 (ch. IX : « Le temps de Jules Ferry ») ; Pierre Albertini, L’École en France. XIXe-XXe siècle. De la maternelle à l’université, Paris, Hachette, 1992, p. 61-132 (IIe partie : « Le siècle de Jules Ferry »).

16 Maurice Garçon, Histoire de la justice sous la IIIe République, Paris, Fayard, 1957, p. 137-263 (ch. VII à IX significativement intitulés « La Défense du Régime », « La Lutte sociale » [contre le mouvement socialiste] et « La Répression de l’anarchie »).

17 Cf. le tableau ci-dessus. Biais méthodologique d’importance, la présente distinction entre élites supérieures et élites intermédiaires, comme du reste l’essentiel de la catégorisation en domaines d’activité, repose sur la subjectivité assumée de l’auteur, confronté aux silences de ses sources.

18 Ce que Ch. Charle a bien montré pour l’espace parisien en esquissant une « typologie des logements » à partir du nombre de pièces ou du montant du loyer (Les Élites […], p. 396-399).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1- Localisation schématique des quartiers de Clermont au début du XXe siècle
Légende Cartographie Julien Vazeilles, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Carte 2- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890 (Clermont-Ferrand et communes périphériques)
Légende Cartographie Julien Vazeilles, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Carte 3- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920 (Clermont-Ferrand et communes périphériques)
Légende Cartographie Julien Vazeilles, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Carte 4- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’armée
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 5- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’armée
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 6- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les agents de l’administration centrale
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Carte 7- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les agents de l’administration centrale
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 8- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’élite administrative locale (municipalité, chambre de commerce)
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 9- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par l’élite administrative locale (municipalité, chambre de commerce)
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 10- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites enseignantes
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 11- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites enseignantes
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 12- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites judiciaires
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 13- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920, selon l’activité professionnelle ou sociale. Repérage des quartiers privilégiés par les élites judiciaires
Légende Cartographie Julien Vazeilles et Isabelle Langlois, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 14- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme en 1890 (Clermont-Ferrand et communes périphériques) : « élites supérieures » et « élites intermédiaires »
Légende Cartographie Julien Vazeilles, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Carte 15- Lieux de résidence des individus mentionnés dans les « carnets mondains » du préfet du Puy-de-Dôme au début des années 1920 (Clermont-Ferrand et communes périphériques) : « élites supérieures » et « élites intermédiaires »
Légende Cartographie Julien Vazeilles, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1562/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vazeilles, « Habiter le pouvoir. Les logiques résidentielles des élites clermontoises d’après les “carnets mondains” du préfet du Puy-de-Dôme sous la IIIe République », Siècles [En ligne], 35-36 | 2012, mis en ligne le 26 février 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://siecles.revues.org/1562

Haut de page

Auteur

Julien Vazeilles

Attaché de conservation
Archives départementales du Puy-de-Dôme

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org