Navigation – Plan du site

Introduction

Jean-Claude Caron
p. 3-11

Entrées d’index

Index géographique :

Russie, Royaume-Uni, Allemagne, France, Cantal, Pontgibaud

Index chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

« Identification. Domaine militaire.
Détection de la qualité d’ami ou d’ennemi »
Trésor de la langue française

1I. L’ambiguïté du mot « identification » constitue un bon point de départ pour réfléchir à la façon dont il s’applique à l’ennemi. Partir d’une approche militaire aide à réfléchir à la problématique sous-jacente de l’évaluation du risque, dans une optique de conflit – qu’il soit interne ou externe. Vaincre un ennemi suppose de l’avoir identifié. Quant à l’actualité de la notion d’« identification de l’ennemi », elle relève d’une évidence qu’appuie la multiplication des discours politiques et de leurs traductions juridiques, motivés par la lutte contre des individus ou des groupes érigés en facteurs de désintégration d’une société qu’il faut alors défendre par tous les moyens. Les débats actuels sur le sécuritaire, nourris par un affrontement autour du binôme liberté / protection, s’inscrivent dans une conception singulière de la notion d’ennemi : les frontières traditionnelles entre « ennemi extérieur » et « ennemi intérieur », devenu « ennemi de l’intérieur », volent en éclats. Dans une globalisation encore embryonnaire, mais progressant rapidement, de systèmes d’identification de plus en plus techniques – résumés en ce moment par des mots comme biométrie ou empreinte génétique –, on enregistre une fuite en avant que personne ne semble maîtriser. C’est l’ensemble de la population qui est identifié selon des critères de plus en plus nombreux et complexes, au risque – nié par les gouvernements – d’un fichage global de données relevant pour certaines du privé, voire de l’intime.

2Dans un sens inclusif, l’identification a pour objet de mettre en avant tout ce qui unit des individus autour de valeurs partagées, considérées comme fondamentales car constituant un ciment identitaire. Le mot est synonyme d’assimilation et nourrit le sentiment de cohésion d’une communauté. À tous égards, il relève alors de l’amicitia qu’il contribue à affermir. Célébrée par la philosophie, la théologie ou la psychologie, cette complicité absolue de l’un et du tout nourrit une mythologie de la communauté de pensée et d’action comme espace de toute vie politique et sociale. Mais il n’existe pas d’identification sans exclusion : autrement dit, définir une communauté d’amis ne peut se faire sans la construction de la figure d’un Autre inassimilable et irréductible, cet ennemi qu’il convient dès lors d’identifier pour mieux le neutraliser. Dans le registre politique et dans son prolongement policier, l’identification est d’abord affaire d’identité. Établir cette dernière permet de définir des normes – en particulier juridiques, mais aussi culturelles, voire raciales – qui serviront à distinguer les corps endogènes des corps exogènes à la Cité. Qu’il soit intérieur ou extérieur, l’ennemi est craint par sa capacité à déjouer cette identification. Il faut dans un premier temps le dévoiler, puis construire une image dépersonnalisée, typologique, qui servira à le réduire à une catégorie attribuée.

3Loin d’être l’apanage des régimes dictatoriaux ou totalitaires, l’identification de l’ennemi est au cœur de la conflictuosité des sociétés démocratiques ou en voie de démocratisation. Les différentes contributions réunies dans ce recueil en témoignent. À l’origine de ce dernier se trouve une journée d’étude consacrée à « L’identification de l’ennemi, entre ruptures et continuités » (Clermont-Ferrand, les 10 et 11 juin 2010), elle- même envisagée comme l’un des trois volets d’une recherche collective portant sur « Les figures de l’ennemi ». Encadrée par deux colloques respectivement consacrés à « La mémoire de l’ennemi » (Madrid, 2009) et au « Corps de l’ennemi » (Florence, 2011), la journée clermontoise a permis de poser une question essentielle, dépassant son objet même. Comme on l’a vu, l’identification ressort du langage militaire qui ne connaît qu’une alternative dans l’appréhension de l’inconnu : ami ou ennemi. Il est donc vital de percevoir immédiatement des signes permettant d’identifier l’autre sans risque d’erreur : car celle-ci peut être mortelle. Tel n’est pas le cas pour l’historien – sauf à évoquer une mort symbolique… – confronté en permanence à l’identification de son objet à partir de sources interrogées, pour ce qu’elles donnent à voir et aussi pour ce qu’elles cachent ou taisent. Quand, comment, pourquoi ces sources fabriquent-elles de l’ennemi en utilisant une rhétorique qui soit à la fois performative et adaptée au moment donné ? La chose dépasse les temps de conflit ouvert, guerre extérieure ou guerre civile, ainsi que toutes les formes de conflictuosité politique ou sociale référencées, pour constituer l’un des fondements mêmes de l’organisation et de la construction des sociétés humaines : la désignation d’un ennemi intérieur ou extérieur comme lien soudant la dite communauté constitue un invariant, tout en connaissant des degrés.

4II. Comme le rappelle Pierre Cornu, le citoyen contemporain de ce début de XXIe siècle est en permanence confronté à la désignation d’un ennemi polymorphe et changeant, prenant alternativement ou concomitamment la figure de l’asocial, du barbare, du terroriste, dans une graduation montant vers l’absolutisation de l’Autre ramené in fine à la figure du Mal versus celle du Bien. Chaque camp en présence produit, pour se rassembler, une rhétorique de l’inimitié dans un contexte où le sens du mot varie toutefois sensiblement. Mais les angles pour indexer cet ennemi au discours de l’inassimilable, donc potentiellement moralement destructible, varient suivant les pays et les époques. Dans le système de références britannique du XIXe siècle colonialiste, la mobilisation de la notion de « marché » fournit un substrat à la fois pratique et cohérent au regard du projet de domination mis en œuvre, comme l’analyse Pierre Cornu. Les sciences sociales mobilisées, loin de porter un œil critique sur la chose, tendent à la renforcer. En prolongeant son étude jusqu’aux plus récentes productions historiques ou anthropologiques, l’auteur donne à voir l’aporie acritique des disciplines fabriquant le passé, se limitant trop souvent à un simple aménagement d’analyses reproduites sans questionner suffisamment leur contexte d’élaboration, ou validant purement et simplement ces analyses dès lors consciemment approuvées. Et si l’on reprend l’analyse du temps présent comme celui de l’affirmation du marché comme mode de régulation universel, faisant de l’agent social improductif un ennemi potentiel, ajoutons, non sans malice, que la figure du banquier comme image du mal absolu n’est pas inintéressante non plus…

5Sous la Révolution française, l’ennemi n’est pas symbolique, mais réel : on passe donc là de sa dénonciation à son élimination. À cet égard, les journaux religieux étudiés par Guillaume Colot témoignent du passage inexorable d’un combat de mots et d’idées à un affrontement postulant l’impossibilité de tolérer un ennemi dont l’existence est considérée comme potentiellement mortelle pour la Révolution française. Mais il apparaît aussi, comme en témoigne en contrepoint la contribution de Françoise Daucé consacrée à la Russie post-soviétique, que les ennemis d’hier peuvent devenir les amis de demain. Ce fut le cas avec la Restauration qui réhabilita le clergé réfractaire, comme avec la Russie poutinienne qui réhabilite les valeurs de la Russie éternelle, foi orthodoxe en tête. Si ces débats ressurgissent tout au long XIXe siècle, dans une France en voie de laïcisation et de sécularisation, ils s’installent pourtant progressivement dans l’euphémisation et la métaphorisation. Si les mots restent des armes politiques, celles-ci ne sont plus directement létales. Julien Bouchet montre ainsi comment, dans la France de Combes, la guerre fait rage, mais que cette rage rhétorique, verbale ou écrite, n’entraîne qu’une mort symbolique ou politique, idéologique et matérielle à travers la suppression des congrégations. La violence réelle – du débat, qui n’hésite pas à recourir à la figure de la guerre civile pour stigmatiser la « congrégation » (catholique d’un côté, maçonnique de l’autre), aboutit au pire à l’expulsion du vaincu, sorte d’ostracisme ou d’exil inversé. Et que dire de la rivalité syndicale abordée par Nathalie Ponsard où l’ennemi commun – le capitalisme et ses représentants : les patrons – cède parfois la place à un « frère ennemi » incarné par la centrale rivale, CFDT ou CGT ? En mobilisant cet oxymore, Nathalie Ponsard inscrit l’histoire heurtée du syndicalisme français dans une longue durée. Le fractionnement syndical est à l’image de celui des idéologies et des modes d’action, tels que la sphère politique les connaît. Près d’un demi-siècle après le congrès de Tours, dont on sait l’impact qu’il eut sur le syndicalisme français, les événements de « Mai 68 » agissent comme un agent de contradiction et bientôt d’affrontement, à la fois au sein des centrales syndicales et entre ces dernières. Dans un contexte de fragilité ressentie comme une menace pour sa pérennité, chaque syndicat a tendance à isoler un ennemi intérieur comme garant de la consolidation de son unité. Dans le cas de la CGT, le parallèle avec la naissance du PCF est frappant : dès les années 1920, le « trotskiste » tient lieu d’ennemi intérieur, tel une sorte de nouveau « contre-révolutionnaire » qu’il convient de combattre sans faiblesse ni pitié.

6Au-delà des syndicats, aucun des régimes politiques français n’a échappé à cette tentation de la fabrique de l’ennemi intérieur, pas plus que l’Allemagne bismarckienne : à peine née, celle-ci va faire des catholiques dans un premier temps (Kultukampf), puis des socialistes, comme le montre Anne Deffarges, la figure privilégiée de l’ennemi intérieur. Verbales, ces violences de stigmatisation portent d’autant plus loin qu’elles sont relayées par un imprimé dont la diffusion ne cesse de s’étendre au XIXe siècle, puis par la retransmission radiophonique et enfin par l’image animée au XXe siècle. La publicité des débats coïncide avec l’affirmation d’une opinion publique qui, dépassant le seul groupe des « citoyens » lorsque le suffrage est limité, apprend progressivement à gérer le désaccord, non sans difficultés ni sans limites. Car ce que montre la quasi-totalité des contributions de ce volume, c’est l’impossibilité naturelle à tolérer la dissension, à abandonner le principe d’unanimité longtemps jugé comme le seul capable de préserver la Cité de la discorde. On a même le sentiment que plus « l’ennemi » est proche, plus il est érigé en figure absolue de l’inimitié contre laquelle, à défaut d’une éradication physique qui eut parfois lieu (Commune de Paris, 1871), toutes les manœuvres légales créées spécialement (lois d’exception bismarckiennes) sont essentiellement justifiées. En parallèle, dans le paroxysme de ce combat de mots, les procédés rhétoriques de déshumanisation de cet ennemi-voisin sont mis en œuvre.

7III. Si l’ennemi extérieur produit de l’unité – c’est du reste sa fonction première, que ce soit dans la France révolutionnaire avec les souverains européens ligués contre la liberté, dans l’Allemagne bismarckienne avec la figure privilégiée de l’étranger menaçant qu’est le Français ou même dans la Russie poutinienne avec le terroriste caucasien présenté comme inassimilable –, l’ennemi intérieur relève, lui, d’une autre construction rhétorique. Celle-ci se fonde d’abord sur un discours d’(in)visibilité et donc au premier chef de nécessité vitale d’identification, car en l’absence de cette dernière, la menace est latente : ce qui explique le flou rhétorique qui persiste parfois dans la délimitation des figures de cet ennemi caché, qui peut être tout le monde et personne, mais est à coup sûr le voisin proche, qui partage en apparence l’appartenance à la communauté tout en travaillant à la saper. Avant même d’être poursuivi, jugé, condamné, l’ennemi intérieur est un ennemi imagé et imaginaire, désigné par une qualification visant à le discréditer et à le discriminer, à rendre illégitime, puis illégal, non pas seulement ce qu’il fait, mais ce qu’il est. À cet égard, la terminologie révolutionnaire fait preuve d’une inventivité sans limites pour qualifier le « réfractaire », là où la Russie poutinienne sait utiliser au mieux de ses intérêts les qualificatifs d’« extrémiste » ou de « terroriste ». De plus, dans ce dernier cas, ce sont souvent les mêmes catégories que celles pourchassées sous l’URSS qui sont l’objet d’attaques, mais au nom d’autres critères juridiques, élaborés pour la circonstance et appliqués par un personnel policier et judiciaire qui est parfois directement issu de l’ancien système. Peut-on effectuer un rapprochement, mutatis mutandis, avec la rhétorique cégétiste qui, confrontée à une poussée du gauchisme dans les années 68, en revient à la thématique du « saboteur » pour stigmatiser les extrémistes politiques et syndicaux ? À l’inverse, l’accusation de « trahir la révolution » lancée par les partis ou groupes gauchistes à l’égard des syndicats majoritaires dénote aussi une volonté de « pureté » idéologique à l’œuvre, non sans évoquer ce que la Révolution française a permis d’observer – certes à une tout autre échelle.

8Mais il est un trait commun que souligne l’ensemble des textes réunis dans ce numéro : à son acmé, le processus d’identification de l’ennemi abolit toute distinction entre ennemi intérieur et ennemi extérieur. La frontière s’efface entre deux figures réduites à une même représentation, l’ennemi intérieur étant dès lors construit comme le bras armé ou l’avant-garde de l’ennemi extérieur dont il favorise l’entrée sur le territoire (sous la Révolution française, voire dans l’Allemagne bismarckienne) ou la prise de contrôle du parti ou du syndicat (mouvements syndicaux des années 68). Ce modèle est reproduit et étendu à la sphère coloniale lors du vaste mouvement d’expansion européenne et en particulier britannique tel qu’analysé par Pierre Cornu, à condition, précise celui-ci, de se livrer à une opération critique envers une lecture purement « historique » des mécanismes de colonisation propres aux Britanniques, que seule la prise en compte d’une dimension anthropologique permet de saisir. Où l’on retrouve la « main invisible » du marché comme facteur essentiel, car permettant seule de justifier la violence de l’élimination d’un autre impossible à civiliser. Du reste, dans ce regard du colonisateur sur le colonisé, il n’est pas de relation de réciprocité : le Royaume-Uni ne peut ériger au noble rang d’ennemi celui qui n’est qu’un barbare. Sans ennemi, pas de guerre, mais, au mieux, le maintien de l’ordre par des opérations de police : à lire Pierre Cornu, une passerelle semble possible avec le temps de la guerre d’Algérie et de ses opérations de maintien de l’ordre.

9IV. Ancien système soviétique, lui-même héritier du système tsariste, ancien et nouveau systèmes pré- et post-Révolution française : la comparaison qu’offre la lecture des contributions de Françoise Daucé d’un côté, de Guillaume Colot, d’Amandine Fauchon et de Sébastien Pivoteau de l’autre, est tentante, d’autant que des historiens – et même des contemporains – avaient déjà réfléchi sur la continuité des hommes, des fonctions et des lois entre Révolution, Empire et Restauration, associés dans un commun besoin de définir un ennemi intérieur. Quoi de mieux que l’échelon de la petite commune rurale, comme Pontgibaud, pour étudier la manière dont la figure de l’ennemi « contre-révolutionnaire » a pu s’acculturer ? Amandine Fauchon peut ainsi travailler au ras du sol les sourdes rivalités, mais aussi les retournements de situation qui s’inscrivent dans une temporalité où l’avenir semble en permanence être un pari. Dans ce monde de l’interconnaissance, qu’analyse également Sébastien Pivoteau dans le cas du Cantal, les rapports de force sont temporaires, mouvants, fragiles. Les gains – politiques, matériels, symboliques – sont rarement définitifs et nombre des vainqueurs du jour deviennent les vaincus du lendemain. Dans les campagnes du Puy-de-Dôme comme dans celles du Cantal, on ne peut saisir la conflictuosité à l’œuvre sans l’inscrire dans un « avant » plus ou moins ancien, facteur de rivalités, de revanche personnelle ou corporatiste, voire de vengeance.

10Plus largement, l’ensemble des contributions invite à réfléchir à la question de la temporalité de l’inimitié. Celle étudiée par Julien Bouchet au temps du combisme est l’aboutissement d’un long siècle de bataille entre fils de Voltaire et fils de l’Église. On n’hésite pas du reste à mobiliser ce passé fait de combats parfois violents, en opposant l’Inquisition à la Terreur et en maniant allègrement la notion de fauteur de guerre civile, accusation délégitimante par excellence, à l’encontre de l’ennemi. Le risque d’aveuglement devant les effets de l’événement inscrit dans le court terme – toute forme de violence dirigée contre un ennemi désigné – est réel. Dans la plupart des cas, ce n’est que la moyenne durée, voire la longue durée qui s’avère opérante pour saisir l’ampleur d’inimitiés pluri-générationnelles, dirigées contre une famille ou contre les représentants d’un groupe (ordre, classe, corporation). Le temps de l’explosion de violence, camouflée par une rhétorique la justifiant, ne fait pas illusion. C’est bien de la mémoire de l’ennemi inscrit dans une conflictuosité longue qu’il est question, renvoyant à un « avant » quelque peu mythologique, mais aussi à un présent lui-même porteur d’un « après » mythologique. Il est par ailleurs intéressant d’observer comment on passe de la dénonciation d’un ennemi-individu à un ennemi-communauté en l’espace de quelques semaines ou quelques mois. Les individus-ennemis sont réduits à devenir les figures anonymes d’une catégorie (traître à l’Empire allemand, saboteur de l’effort industriel soviétique, contre-révolutionnaire ou réfractaire sous la Terreur, congréganiste sous la Troisième République) dont l’énoncé porte en lui une culpabilité qui n’a désormais plus besoin de justifications pour aboutir à une condamnation, qu’elle soit politique, morale ou judiciaire. Le procès et la peine sont contenues dans le désignant.

11Ce numéro n’épuise pas le sujet qu’il aborde : mais il en fournit des exemples et des analyses qui, dans leur complémentarité et dans leurs différences, permettent de saisir la permanence du souci d’identification de l’ennemi. À bien des égards, ces contributions parlent autant du présent que du passé et posent une question toujours pertinente : une société organisée sous la forme d’un État-nation, quelle que soit par ailleurs son organisation politique et administrative, peut-elle vivre sans ennemi ? L’atténuation du sens de ce mot n’est pas niable dans les sociétés démocratiques, du moins lorsqu’elles ne sont pas confrontées à des formes de violence présentées comme incompatibles avec leur fondement idéologique et leurs valeurs essentielles. Depuis les années 1970, la figure du « terroriste », venu de l’intérieur comme de l’extérieur, incarne la figure privilégiée de l’ennemi. Il ne s’agit pas ici de nier la réalité des formes prises par ce « terrorisme » ultra-violent. Mais on peut aussi s’interroger sur la production d’un discours politique fabriquant cette figure universelle de l’ennemi pour ne pas avoir à l’affronter et pour ne pas s’interroger sur les conditions objectives de son avènement. Dira-t-on, enfin, en restreignant le propos au cas de la France, que, des « Irlandais de Vincennes » (1982) au « groupe de Tarnac » (2008), l’invention de l’ennemi imaginaire est la chose la mieux partagée qui soit par les gouvernements de gauche et de droite ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Caron, « Introduction », Siècles, 31 | 2010, 3-11.

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « Introduction », Siècles [En ligne], 31 | 2010, mis en ligne le 05 février 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/169

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Professeur d’histoire contemporaine
Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org