Navigation – Plan du site

La rencontre avec l’autre dans l’expansion britannique au XIXe siècle. Une inimité niée ?

Pierre Cornu
p. 13-29

Entrées d’index

Index géographique :

Royaume-Uni, Australie

Index chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Encounter : verbe transitif : rencontrer, tomber sur, affronter. To encounter enemy fire : tomber sous le feu de l’ennemi. Dictionnaire bilingue Robert & Collins senior, 2002

1L’observateur du monde contemporain ne peut qu’être frappé de la difficulté singulière des sociétés inscrites dans un ordre de type libéral à assumer les relations d’inimitié qui les traversent. Certes, dans l’espace économique globalisé, des ennemis sont désignés : le délinquant qui viole la propriété, le fanatique qui ne respecte pas la qualité de sujet libre des individus-consommateurs, et le terroriste qui se permet de détruire des sujets et des objets sans accepter la médiation universelle du marché pour équilibrer ses offres et ses demandes. Mais dès lors qu’on se demande ce que ces ennemis masqués représentent, incarnent, défendent, on se retrouve face à des abstractions insaisissables : le crime, l’axe du mal ou la barbarie, requalifications symboliques appauvries d’héritages pré-capitalistes. De fait, la figure moderne de l’ennemi est pensée comme si les peuples ou les groupes sociaux dont ils émanent n’attendaient qu’une action éducative pour entrer, eux aussi, dans l’espace pacifié du marché. Que l’on appelle cet horizon « globalisation » ou « fin de l’histoire », c’est de toute façon une perspective historique évolutionniste qui est ainsi dessinée, dans laquelle la violence n’est pensable que comme archaïsme ou comme sanction de l’archaïsme.

2Le problème fondamental réside ainsi dans le fait que la pensée du marché comme médiateur universel de la vie sociale est incapable d’intégrer la violence intérieure et la destruction « normale » de ses propres agents : les rapports de marché sont par définition non létaux, laissant les sujets, garantis dans leurs droits, exempts de toute conséquence du mouvement général des biens. Dans la fiction du marché, un agent dépouillé de tout capital à un instant T ne disparaît pas : il lui est toujours loisible de vendre sa force de travail. S’il s’y refuse, il sort du jeu et s’élimine de lui-même. Dès lors, la violence, celle qui implique la mort possible du sujet, n’est concevable que comme un délai toujours concédé à l’avènement du marché parfait, s’exerçant à la périphérie du monde qui a déjà accédé à ses bienfaits, hors de l’espace de l’échange monétaire, de la loi et de la démocratie élective : en bref, comme s’il n’y a avait aucune négativité pensable sous son empire.

  • 1 Karl Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, prem (...)

3Il s’avère donc judicieux, pour comprendre cette difficulté à penser l’ennemi et à identifier l’inimitié comme telle, c’est-à-dire comme contemporaine, et impliquant des alter ego, de faire un détour par l’histoire, et notamment par les origines de l’affirmation culturelle, on pourrait même dire cosmogonique, du marché comme mode de régulation universel. C’est donc une démarche inspirée de l’anthropologie historique comme pensée critique du libéralisme hérité des Lumières1, que l’on tentera d’appliquer à la lecture de la mise en marché de la relation d’altérité, dans une première approche essentiellement bibliographique, mais également fondée sur une relecture de la prose anthropologique ou « anthropologisante » particulièrement abondante qui a accompagné l’expansion coloniale au XIXe siècle, notamment en Océanie ; une prose qui, à notre sens, n’a pas suffisamment été reliée au système global dans lequel elle s’inscrivait et à l’urgence, pour le monde social auquel appartenaient ses auteurs, de donner sens à la disparition brutale de l’autre sur tous les continents et archipels de la rencontre.

Décentrer le regard

4Interroger l’histoire de l’interconnexion du monde, c’est rouvrir le dossier déjà lourdement chargé du colonialisme et de l’impérialisme dans leur rapport à l’altérité, avec le risque de se perdre dans une historiographie aussi pléthorique que polémique et, in fine, de ne pas ajouter grand-chose à celle-ci. Il convient donc de réfléchir soigneusement à l’entrée par laquelle cette question du statut de l’inimitié peut être le plus efficacement abordée.

5Le principal agent de la diffusion et du succès du marché autorégulateur est sans conteste le Royaume-Uni, vainqueur de la compétition avec les Provinces-Unies, puis avec la France, pour le contrôle de l’espace atlantique au XVIIIe siècle. Or, cet agent fut non pas un État-nation volontariste assumant une « fonction historique » sur le modèle français ou prussien, mais une plate-forme d’expansion insulaire dotée d’un centre de commandement aux fonctions très restreintes, de surcroît nullement soucieuse de distinguer clairement ce qui relevait des fonctions régaliennes ou symboliques et ce qui touchait aux intérêts bien compris et à la culture du marché des élites dirigeantes – comme l’illustre, par exemple, le statut ambigu au regard de la souveraineté de l’East India Company. Certes, les French Wars conduisirent Londres à développer un puissant État militaro-fiscal ; mais dès le lendemain du congrès de Vienne, celui-ci réduisit ses moyens d’intervention pour se limiter à une diplomatie de l’équilibre européen et de la police des mers, ne gardant de forces importantes qu’en Inde. En d’autres mots, c’est un agent sans ennemi identifié après la chute de Napoléon qui se trouva en situation de diffuser le modèle du marché, dans un idéal d’Empire of trade à la recherche de clients plus que de sujets – du moins jusqu’à ce que, dans le dernier tiers du siècle, la France, l’Allemagne unifiée et les États-Unis rattrapent le niveau d’industrialisation des Britanniques et, par une concurrence sévère sur les marchés extérieurs, les fassent douter des bienfaits du libre-échange et s’engager, eux aussi, dans une nouvelle phase d’expansion territoriale.

6Malgré cela, on ne décèle à aucun moment d’alter ego véritable en face des agents de la diffusion des trois « C » (Christianity, Commerce and Civilization) dans la périphérie sud du monde industrialisé : simplement, des hommes situés dans un « hier » plus ou moins lointain sur la flèche du temps historique, et appelés à choisir entre la soumission au présent et le renoncement à l’existence.

  • 2 Catherine Coquery-Vidrovitch, Enjeux politiques de l’histoire coloniale, Marseille, 2009.

7La pensée critique de la modernité a bien tenté de s’emparer de cette question, en incluant le cas britannique dans une dénonciation globale de l’impérialisme – que ce soit avec une grille de lecture marxiste ou postcoloniale – mais avec un biais quasi systématique qui consistait à chercher un responsable moral à la violence bien réelle du processus, par besoin rhétorique d’identifier des acteurs qui puissent répondre devant l’Histoire du passif douloureux de la modernisation des mondes extra-européens2. D’où la tentation de faire d’Adam Smith, de Jeremy Bentham ou de John Stuart Mill les « auteurs » à la fois de la souffrance des classes ouvrières dans le centre et de la liquidation des peuples et des cultures des périphéries, sans comprendre comment, dans les débats du siècle, ces penseurs libéraux pouvaient se trouver dans le camp des philanthropes. Erreur méthodologique : elle empêche de penser, justement, l’efficacité du processus, fondée sur l’invisibilité et la négation de la relation d’inimitié dans la dynamique d’acculturation au marché. Et l’on serait tenté d’y voir une forme d’illusio telle que théorisée par Pierre Bourdieu, sous la forme d’un leurre construit par les élites britanniques du XIXe siècle pour résoudre leurs propres contradictions, et qui se serait imposé avec succès sur les deux rives de l’Atlantique nord comme schème explicatif global.

8Ainsi, ce n’est pas la pensée libérale dans sa dimension politique ou économique habituelle qu’il faut interroger, mais bien dans ses fondements anthropologiques méconnus, à travers l’observation de schèmes d’identification d’autrui bien différents au Royaume-Uni de ceux produits dans les États-nations continentaux, avec notamment un héritage des Lumières écossaises largement ignoré de ce côté de la Manche : une forme d’anthropologie du laissez-faire, si l’on veut, pré-scientifique (voire infra-scientifique par la suite) mais éminemment normative, qui aurait « naturalisé » l’idée d’évolution ou de sélection des peuples et confié leur destin à l’œuvre de la « main invisible » du marché, en dédouanant les hommes et les institutions de leurs responsabilités morales.

  • 3 John Millar (1735-1801), The origin of the distinction of ranks. Or, an inquiry into the circumstan (...)

9« Il y a dans la société des hommes un progrès naturel qui va de l’ignorance à la connaissance et des manières brutales aux manières civilisées, avec pour chacune des nombreuses étapes, habituellement, des lois et des coutumes particulières » écrit John Millar dès 17713. Or, cette pensée historiciste du fondateur du déterminisme économique ne puise pas son inspiration seulement chez son compatriote Adam Smith : c’est dans les textes de la rencontre avec l’autre sur les fronts pionniers de l’expansion, accumulés en forme de palimpseste par les voyageurs, évangélisateurs, marchands et aventuriers britanniques depuis le XVIe siècle et diffusés dans les lieux de sociabilité de l’élite insulaire, qu’il faut chercher les origines de cette anthropologie utilitaire ; et surtout, dans la manière par laquelle cette rencontre s’est trouvée peu à peu modifiée par un principe de déni de responsabilité conforté par le triomphe du discours évolutionniste, assimilant les adversaires irréductibles du marché à des types humains obsolètes, impossibles à éduquer et encore plus à assimiler.

  • 4 Marshall Sahlins, La découverte du vrai Sauvage et autres essais, Paris, 2007.

10De fait, l’expansion britannique de l’ère post-esclavagiste, fondée non plus sur le modèle de la plantation littorale intensive, mais de la colonisation agraire et minière extensive, s’opéra essentiellement dans des espaces pré-modernes, où son intrusion avait toutes les chances de créer une relation d’inimitié frontale, avec comme aboutissement l’expérience maintes fois répétée, à partir du laboratoire irlandais du XVIIe siècle, du délitement extraordinairement rapide et brutal des « sociétés froides », telles que définies par Claude Lévi-Strauss, sous l’effet de l’introduction de la propriété, du droit du sujet et de l’échange marchand monétarisé – même si Marshall Sahlins a pu mettre en lumière, à travers l’exemple des sociétés insulaires du Pacifique, les capacités d’adaptation bien réelles de ces mondes pré-modernes4. S’élabore alors une relation d’inimitié non pas voulue et encore moins assumée par les agents de cette diffusion, dans un Royaume-Uni triomphant qui a su enfin intégrer l’Irlande et le catholicisme à son identité après 1828 et qui s’enorgueillit de l’abolition de l’esclavage dans ses colonies en 1833. Toute la subtilité du processus tient ainsi à une production en miroir de cette inimitié, sur le mode de la réaction violente et désespérée, par les populations rencontrées, et notamment par leurs élites – castes militaires ou lettrées, chefferies héréditaires ou oligarchies – qui voient s’effondrer l’ordre dont elles étaient les garantes et qui justifiait leur propre position. Ainsi, le Royaume-Uni n’a pas d’ennemi : il y a des barbares qui, pour leur malheur, se figurent que la couronne britannique est leur ennemi. Le meilleur exemple historique d’une telle négation de l’origine de la violence est sans doute la révolte des Cipayes de 1857, présentée par les autorités britanniques comme une « guerre civile indienne » nourrie d’irrationalité et de fanatisme, dont elles auraient été contraintes d’assumer l’arbitrage dans l’intérêt des parties et de la « civilisation ».

  • 5 Andrew Bank, « Losing Faith in the Civilizing Mission: The Premature decline of Humanitarian Libera (...)

11À la veille de la Grande guerre, l’essentiel est accompli : marché de la terre et du travail, monétarisation de l’échange et système judiciaire se sont imposés partout, inscrivant en tous lieux, et pour tous les survivants au processus brutal de son imposition, le principe de la soumission à la paix du vainqueur. Mais chez ce même vainqueur, un travail tout aussi important a été accompli, pour permettre aux gentlemen qui concentrent les profits du marché domestique et mondial de croire eux-mêmes à la légitimité de leurs titres de propriété sur les terres, les marchandises et le travail des hommes – tout en développant un pessimisme de plus en plus radical, à base racialiste ou eugéniste, sur la capacité de l’autre à devenir un alter ego de l’espace du marché5. La philanthropie libérale devra attendre la seconde moitié du XXe siècle pour renaître.

12En définitive, c’est tout le paradoxe de l’expansion britannique que d’avoir assuré le triomphe d’un modèle devenu effectivement universel sans avoir jamais eu à assumer directement (ou alors seulement dans des crises brèves) la relation d’inimitié à ses résistances – sinon par des opérations de « police », ou en laissant passivement s’effondrer ce (et ceux) qui ne parvenai(en)t pas à trouver leur place sur le marché, selon le principe commode du benign neglect encore en usage dans la politique extérieure américaine pour rendre invisible les contradictions inhérentes au modèle.

L’historiographie de la rencontre avec l’autre dans l’empire britannique

13Établir l’historiographie d’une question aussi vaste est un préalable indispensable à toute prétention de renouvellement. Mais ce qui est tout aussi nécessaire, c’est de tenter dans le même temps une déconstruction du rôle que joue le paradigme évolutionniste dans cette même historiographie, quand bien même celui-ci aurait disparu du discours anthropologique en tant que tel. En effet, le « jugement historique » de la production littéraire anglo-saxonne sur la globalisation et son impact sur la diversité humaine est profondément ambigu, le discours de la dénonciation des crimes de l’impérialisme comme celui de sa justification par les fins se révélant paradoxalement assez proches dans leur conception de la dynamique de l’expansion, rationalisable en dernière instance par le principe d’intérêt, pierre angulaire de l’économie classique anglo-saxonne : qu’il suffise de rappeler la dette d’un Friedrich Engels à l’égard des théories de Lewis H. Morgan sur les origines des institutions sociales élémentaires.

  • 6 Pour un bilan historiographique général, on se reportera au très riche numéro de la Revue d’histoir(...)

14Au Royaume-Uni, l’étude de l’impérialisme débute par celle du capitalisme domestique et de la différenciation sociale qu’il induit. Ce n’est pas ici le lieu d’en discuter, mais il est important de prendre en compte les tensions internes et l’extraversion très anciennes de l’économie insulaire pour comprendre comment, dès avant la révolution industrielle, la question du contrôle social s’articule à celle de la maîtrise territoriale et de la gestion des flux de population, induisant une historiographie qui, à l’inverse de celle du continent, privilégie la continuité entre « early » et « late modernity »6, Dès les années 1960, on voit ainsi se développer une analyse de l’expansion britannique qui se fonde sur la critique du système cotonnier du Lancashire dans ses effets combinés sur la prolétarisation de la population, la satellisation des régions productrices de matières premières et les pressions exercées sur le parlement britannique dans la définition de sa politique intérieure comme extérieure. C’est de fait la violence de la question sociale qui sert de mesure à la violence coloniale.

  • 7 « Sans y prêter attention »
  • 8 Éric J. Hobsbawn, L’ère des empires 1875-1914, Paris, 1997 (1987).

15La question majeure que pose l’historiographie de l’expansion britannique, au-delà de ses variations dans le temps, est bien celle du caractère insaisissable de sa force motrice, dans le cadre d’un impérialisme sans sujets ni projets identifiables : on observe certes des tensions, des conflits, des actes de violence relatés ; mais du fait de l’absence d’une institution-pilote de l’expansion, aucune responsabilité souveraine n’est assumée dans la désignation de l’autre comme ennemi ou dans l’acceptation de soi comme figure de l’ennemi pour autrui. Cela explique, paradoxalement, l’importance qu’a pu revêtir l’analyse marxiste dans les universités britanniques dans les décennies post-coloniales : il s’agissait à la fois de trouver une logique historique à une phase impérialiste qui semblait avoir été conduite, selon les mots de l’historien John R. Seeley en 1883, « in a fit of absence of mind7 », et de désigner un responsable à la part négative du bilan de l’ouverture de l’espace mondial, en l’occurrence la « classe capitaliste ». C’est ainsi que l’on peut comprendre, à partir des arguments collectés par John A. Hobson au début du XXe siècle et théorisés selon des vues bien évidemment différentes par Lénine en 1917, le travail de synthèse d’un Eric J. Hobsbawm dans les années 19708. À défaut d’un deus ex machina, on tenait un processus et des agents, et une logique d’intérêt rendant compte de la destruction des obstacles.

  • 9 Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux ori (...)
  • 10 John Newsinger, The Blood never dried. A Peoples History of the British Empire, Londres, 2006.
  • 11 David Washbrook dans Andrew Porter (dir.), Oxford History of the British Empire, vol. 3, The Ninete (...)

16Cette analyse en termes d’élites dirigeantes n’a d’ailleurs pas disparu avec le déclin du structuralisme marxiste : bien au contraire, elle s’est revivifiée dans les cultural studies, en mettant l’accent cette fois sur la violence de l’acculturation comme processus de destruction des modèles sociaux non capitalistes. L’ouvrage polémique de Mike Davis sur les « famines coloniales »9 peut ainsi être analysé comme une tentative d’actualisation des thèses anti-impérialistes du début du XXe siècle. The Blood never dried de John Newsinger, lui aussi lié à la gauche du Labour Party, va dans le même sens10 : il s’agit, dans les pas d’un George Orwell dénonçant la brutalité de la domination britannique en Birmanie dès l’entre-deux-guerres, de dénoncer l’illusion d’un impérialisme qui aurait été « a gentlemanly affair ». Moins directement engagées, les analyses qui assimilent le pouvoir britannique à partir de la fin du xviiie siècle à un « État militaro-fiscal », en lien avec des compagnies à chartes elles- mêmes dotées de prérogatives régaliennes comme l’East India Company, présentée abruptement comme « the world’s first narco-military empire » par David Washbrook11, vont également dans ce sens de l’identification des « chefs d’orchestre » de l’expansion.

  • 12 Ronald Robinson, John Gallhager et Alice Denny, Africa and the Victorians. The Official Mind of Imp (...)
  • 13 Kathleen Wilson, A New Imperial History: Culture, Identity and Modernity in Britain and the Empire,(...)

17L’historiographie de cette question ne se limite évidemment pas aux publications des universités de Cambridge et d’Oxford. Les dominions bien sûr, les États-Unis, à une place de plus en plus importante, et les ex-colonies britanniques depuis quelques décennies, ont produit des travaux d’une grande valeur qui permettent aujourd’hui de discuter à partir d’un très riche matériau de la périodisation, de la spatialisation et de la typologie des formes de la rencontre. Ce qui unit toutefois ces historiographies par-delà les différences méthodologiques, et parfois les conflits de mémoires, c’est, en contraste assez net avec l’ex-empire français, une même défiance pour la valeur explicative du discours politique ou diplomatique12 et une même attention privilégiée pour les acteurs sociaux dans la complexité de leurs appartenances et de leurs modes d’être13.

  • 14 Jan Kociumbas, The Oxford History of Australia. Possessions 1770-1860, Oxford, 1992.
  • 15 Jacques Pouchepadass, « Les subaltern studies ou la critique postcoloniale de la modernité », L’Hom (...)

18Le développement des postcolonial studies et des questionnements rétrospectifs sur la globalisation dans les universités britanniques, américaines et des principaux pays du Commonwealth a pour sa part généré un foisonnement de travaux historiques (à dimension ethnologique privilégiée) sur la thématique de la rencontre avec l’autre dans la phase d’expansion du monde britannique aux XVIIIe et XIXe siècles. Ces recherches, développées depuis les années 1970, mais avec un effet de généralisation et d’essaimage dans les ex-colonies britanniques dans les années 1990, ont permis de mettre en lumière un grand nombre de configurations singulières et de proposer des protocoles de recherche, des analyses et des éléments de comparaison particulièrement riches, notamment en croisant des études fines à l’échelle de configurations d’acteurs bien identifiés. Le travail de réexamen critique de l’épopée de la colonisation de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande que proposent aujourd’hui les chercheurs des universités des antipodes illustre bien la fécondité d’une interrogation à l’échelle la plus fine des trajectoires individuelles, à l’image des recherches sur la déportation pénale des femmes14. Malheureusement, ces travaux n’ont guère fait l’objet d’une discussion dans l’aire francophone, faute de politique volontariste de diffusion et de traduction – hormis peut-être dans le champ des subaltern studies15, en raison du dynamisme des indianistes français, ou des études centrées sur le genre, pour des raisons identiques.

  • 16 Niall Ferguson, Empire. How Britain made the Modern World, Londres, 2003.
  • 17 Andrew Porter, Religion versus Empire? British Protestant Missionaries and Overseas Expansion, 1700 (...)
  • 18 Cinq volumes parus en 1998-1999. Andrew Porter a dirigé le volume 3, portant sur le XIXe siècle.

19Si le discours critique l’emporte largement dans la production récente, on ne saurait passer sous silence des analyses qui, pour reconnaître les violences de la colonisation, n’en préfèrent pas moins mettre l’accent sur les bienfaits à terme de cette rencontre asymétrique. En lien avec la recherche américaine et une pluridisciplinarité ouverte sur la science politique et la macro-économie, la tentative de réhabilitation de l’impérialisme britannique par Niall Ferguson en 200316 reprend ainsi la thèse d’un processus rationnel indépendant de la volonté propre du pouvoir britannique, le Royaume-Uni n’ayant été que l’instrument ou le véhicule d’une évolution historique inéluctable, dont le flambeau aurait été repris ensuite par les États-Unis et dont le véritable acteur serait un mystérieux principe d’expansion propre aux Anglo-saxons. Dans une approche scientifiquement bien plus probante, mais allant dans un sens similaire, le travail d’Andrew Porter en 2004 sur les missions protestantes dans l’empire énonce un principe de séparation entre rationalité étatique et impériale d’une part, et logiques de la confrontation culturelle et symbolique d’autre part17 : cela lui permet de dénoncer les tentatives de faire de l’expansion un processus cohérent qui assignerait la même responsabilité à l’ensemble de ses acteurs. Le rôle d’Andrew Porter dans l’édition de l’Oxford History of the British Empire18 prouve le caractère dominant de cette « voie moyenne » distanciée et nuancée, malgré une relative ouverture aux analyses critiques dans certaines sections de la collection.

  • 19 M. Daunton et R. Halpern (dir.), op. cit. (dix-huit communications).

20Au vrai, pourtant, c’est encore dans les actes de colloques où se rencontrent les chercheurs des différentes régions héritières d’un passé impérial plus ou moins douloureux que l’on peut glaner les études et les discussions les plus intéressantes, notamment dans la confrontation des travaux portant sur l’Amérique du Nord et sur l’Océanie. Les actes du colloque organisé à Londres en 1997, « Empire and Others », publiés deux ans plus tard par Martin Daunton et Rick Halpern19, peuvent sans conteste être considérés comme l’acte fondateur de cette entreprise comparatiste ambitieuse.

De l’indigène au sujet anthropologique : le laboratoire océanien

21La thématique de la rencontre avec l’autre dans le monde britannique présente un aspect singulier que l’on ne saurait occulter : c’est en effet dans le mouvement général d’exploration du monde par les agents de l’expansion britannique (voyageurs, missionnaires, représentants de chartered companies…), mais également par la prise de conscience précoce du lien entre question sociale et émigration, qu’ont été jetées les bases de la science anthropologique, y compris dans ses développements ultérieurs en France et en Allemagne. De fait, l’anthropologie moderne, comme académisme et comme pratique, doit sans doute davantage à Malthus, Darwin et Spencer qu’à Rousseau, Condorcet et Auguste Comte.

22Les archives britanniques de la fin du XVIIIe siècle au début du xxe siècle sont riches d’un très grand nombre de textes et de documents iconographiques rendant compte de l’existence d’autrui sur le mode de la scientificité, avec la particularité, au xixe siècle, de s’inscrire dans une pensée très marquée par le souci de l’histoire. Celui-ci imprègne fortement l’esprit de la Geographical society of London, appelée à jouer un rôle majeur dans la collecte de données ethnographiques. De même, et quoiqu’il n’ait pas encore conçu sa théorie de l’évolution, le jeune Darwin embarqué sur le Beagle en 1831 observe avec fascination les divers peuples qu’il lui est donné de rencontrer – les Fuegiens et les Maoris notamment –, persuadé d’avoir affaire à des témoins des temps primitifs de l’humanité appelés à s’effacer dans un avenir proche, non pas du fait de la violence qui leur est faite, mais de leur propre incapacité à affronter la modernité ; et la réception de son ouvrage dit assez les passions de la classe éduquée britannique. En Amérique du Nord, le général Darling est chargé dès 1828 d’une enquête sur l’extinction des nations indiennes. En 1835, une commission parlementaire britannique est saisie de ce sujet, le Select committee on Aborigines. En 1836, est créée l’Aborigines’ protection society, fondation à la fois savante et philanthropique, dont le but est double : mieux comprendre les peuples si différents rencontrés dans les derniers voyages d’exploration – Papous, Aborigènes, insulaires du Pacifique… – et expliquer, là encore, les causes de leur disparition rapide.

23Le biais méthodologique majeur de cette approche historiciste de la relation asymétrique à l’autre est la naturalisation de la hiérarchie des cultures produite par le regard colonial et son versant scientifique au sein d’une recherche anthropologique britannique qui n’eut pas à se prononcer, comme son homologue française, pour ou contre l’État colonial – tout simplement parce que les menaces vitales sur les peuples étudiés n’étaient pas le fait des gouverneurs représentants de la couronne, plutôt portés au compromis, mais de colons que ces mêmes élites avaient appris à regarder dans le Mother Country comme des classes dangereuses. Cette recherche se contenta donc d’établir des diagnostics sur la capacité ou l’incapacité des sociétés étudiées à s’adapter à un monde gouverné par la main invisible du marché et corrigé à la marge seulement par la philanthropie des élites.

24Or, pour produire ces diagnostics, la connaissance anthropologique, elle-même détachée de l’appareil d’État dans le cas britannique, recourut à un mode de collecte de l’information très différents du monde colonial français, qui consistait à faire non pas d’agents de l’État, trop peu nombreux, mais de missionnaires indépendants (généralement d’Églises dissidentes), de propriétaires fonciers et de marchands, les collecteurs de données primaires sur les « indigènes » ou « hommes des origines », et parfois même les mécènes des recherches ou des institutions savantes. De fait, ce sont précisément ceux qui se trouvaient en première ligne de la production d’un ordre libéral dans les nouveaux mondes qui se trouvèrent chargés de produire les schèmes élémentaires du discours sur l’autre. On ne s’étonnera donc pas de la grande continuité qui, dans le cas britannique, mène des « conceptions de l’homme » engagées dans l’action jusqu’à l’anthropologie de cabinet.

25Deux types de terrain se prêtent particulièrement à notre interrogation : d’abord, les lieux où l’expansion britannique s’est heurtée à des civilisations fortement structurées, dotées de centres politiques et de systèmes religieux institutionnalisés – principalement au Moyen-Orient et en Asie méridionale, de l’Égypte à la Birmanie en passant par la Perse et surtout le Raj indien, centre des préoccupations britanniques depuis le milieu du XVIIIe siècle et objet aujourd’hui de travaux approfondis de révision historiographique. Dans ces lieux, la notion d’inimitié est clairement présente : la guerre y est récurrente, notamment sur les confins soudanais d’un côté, himalayens de l’autre, et c’est justement la stratégie des gouverneurs britanniques que d’ethniciser la figure de l’ennemi en déclarant quel peuple est le protégé, l’allié, le partenaire ou l’adversaire de la couronne, dans une application classique du principe divide et impera. Toutefois, ces territoires ne constituent pas des colonies de peuplement et l’ennemi n’y est pas un concurrent pour la maîtrise de l’espace, seulement une menace aux marges territoriales ou sociales de la pax britannica.

  • 20 Ben Kiernan, Blood an Soil. A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, Ne (...)

26Par ailleurs, on observe des configurations où l’expansion britannique s’est traduite par des flux migratoires plus ou moins organisés s’étant trouvés confrontés, à des périodes différentes selon les continents, du début du xviie siècle pour l’Amérique du Nord à la fin du xixe siècle pour le nord de l’Australie, à des formes extensives de prédation sur l’espace par des peuples de chasseurs-cueilleurs ou de pasteurs itinérants, incompatibles avec les formes d’élevage ou de grande culture pour l’exportation inhérentes à ce type de colonisation20. Ce sont donc ces espaces qui posent avec le plus d’acuité la question de la rencontre et de son caractère asymétrique ; d’où l’efficacité d’une relation médiatisée par l’institution d’une figure quasi sacralisée du marché pour imposer le code de la propriété, l’usage de la monnaie et la règle du contrat interindividuel dans les rapports sociaux et de production.

27Exemple paroxystique de l’asymétrie de la relation, l’Australie constitue, dans un lien de corrélation qu’il nous faut établir, le laboratoire par excellence du traitement combiné de la « question sociale » du siècle de l’industrialisation par le système de la déportation pénale, et de la construction d’une anthropologie évolutionniste justificatrice de l’effacement des archaïsmes humains, par la réduction au statut de fossile humain de l’Aborigène. De fait, l’Australie des années 1788 à 1914 représente l’un des terrains d’investigation majeurs de l’historiographie anglo-saxonne de la rencontre avec l’autre et de la production d’une analyse sur l’impact identitaire réciproque de cette rencontre.

  • 21 De manière symptomatique, Jan Kociumbas commence son récit de l’implantation des Britanniques en Au (...)

28Le continent austral constitue en effet un espace original du monde britannique, à la fois précocement émancipé de la tutelle directe de la couronne britannique et ayant maintenu longtemps des liens étroits avec les institutions britanniques, notamment avec les grandes universités anglaises. Plus encore, l’origine du peuplement moderne de l’Australie, constitué de réprouvés de la classe ouvrière en formation des îles britanniques, avec une recomposition socio-démographique déséquilibrée tout au long du siècle par un déficit de femmes, a joué un rôle majeur dans la construction de la mémoire nationale australienne, entre héroïsation des pionniers et déconstruction critique par la mise en exergue du rôle de la violence entre sexes et entre groupes culturels dans l’entreprise de colonisation21. Enfin, la reproduction aux antipodes, mais à l’échelle d’un continent, des rapports de domination propres aux îles britanniques, avec l’accaparement de la terre et des ressources minières par les landlords et l’utilisation des Irlandais notamment comme cheap labour, fait de l’Australie un exemple particulièrement intéressant de l’articulation entre question sociale, question indigène et question environnementale.

  • 22 Sharon Morgan, Land Settlement in Early Tasmania. Creating an Antipodean England, Cambridge, 1992.
  • 23 Cette vaste « battue » anti-Aborigènes organisée par les agents de la Couronne en Tasmanie avait po (...)

29L’exemple de la Tasmanie (alors dénommée Van Diemen’s Land) est éclairant de ce point de vue : colonie pénitentiaire à l’origine, elle s’est rapidement développée comme colonie agricole en raison de son climat tempéré favorable à l’élevage ovin et aux cultures européennes22. De ce fait, des tensions sont apparues très précocement avec les Aborigènes, dès 1803-1804, dans une confrontation compliquée par la présence de bush-rangers, anciens convicts évadés ou émancipés et ayant formé des bandes plus ou moins instables, associées parfois à des Aborigènes « détribalisés ». Les Black Wars des années 1820 et l’épisode aussi célèbre que controversé de la Black Line de 183023, constituent bien le point nodal majeur de l’analyse de la construction de la relation d’altérité, entre analyses qui mettent à juste titre l’accent sur une violence coloniale longtemps niée mais qui en surinterprètent la dimension politique, et lectures interactionnistes qui ont le mérite de restituer la complexité des jeux d’acteurs et des représentations, mais qui donnent l’impression de ne pas voir le bilan : les Aborigènes de Tasmanie ont bel et bien disparu, pour l’essentiel, en deux générations. Le témoignage de Charles Darwin, présent à Hobart en janvier 1836, est particulièrement éclairant :

  • 24 Charles Darwin, Journal of the Beagle, Londres, 1839 pour la première édition. La citation est trad (...)

« Tous les aborigènes ont été transportés dans une île du détroit de Bass, de sorte que le Van Diemen’s Land jouit du grand avantage d’être libre de toute population indigène. […] Cette très cruelle étape semble avoir été inévitable […]. Je ne connais pas de cas plus frappant de l’expansion comparative d’un peuple civilisé sur un peuple sauvage24. »

  • 25 L’auteur est professeur d’histoire à Sydney et a publié de nombreux travaux sur la colonisation de (...)

30Illustration de ce travail d’élucidation des conditions de production de la modernité sur l’effacement de l’« âge de la pierre », les recherches de Heather Goodall25 sur une série de meurtres entre colons et Aborigènes dans un district pionnier du bush australien dans les années 1840 donnent à comprendre l’efficacité de l’occultation de la relation d’inimitié dans le contexte de la colonisation. De fait, ce sont bien les Aborigènes qui sortent perdants de l’épisode, empêchés de maintenir leur mode de prédation sur les ressources de l’espace et de rapport symbolique à celui-ci, et intégrés partiellement seulement, par le bas, à un ordre de la propriété et du salariat qui leur demande désormais de prouver chaque jour leur respect des lois et leur utilité. Et s’ils décident de requalifier en ennemi leur employeur ou leur juge, eux-mêmes ne pourront même plus prétendre à cette désignation : il n’y a pas de guerre possible dans l’espace de la pax britannica, mais une « police indigène » particulièrement efficace, dans le Queensland notamment, pour faire éliminer des Aborigènes par d’autres Aborigènes.

« L’Aborigène d’Australie centrale est la vivante image de l’âge de pierre, qui façonne toujours ses pointes de flèche et ses couteaux avec du silex ou du grès, et qui pratique les opérations chirurgicales les plus terribles avec leur recours. Son origine et son histoire sont perdues dans les brumes sinistres du passé. […] Après une expérience de plusieurs années, je peux dire sans hésitation qu’il est absolument impossible à dresser. Vous pouvez l’habiller et vous occuper de lui pendant des années, quand soudain le démon de l’errance le prend ; alors il jette ses vêtements et plonge dans les profondeurs sans chemin de son bush originel, revenant immédiatement à ses anciennes et horribles coutumes, et une fois satisfait, après des mois de privation, il retournera encore aux habits et à la civilisation, simplement pour répéter la performance une nouvelle fois. De fait, son humeur est aussi excentrique que le vol de son propre boomerang. Grâce aux efforts inlassables des missionnaires et des éleveurs, il est rapidement « civilisé » de la surface de la terre, et dans une centaine d’années, les seules traces de son existence seront les fragments du silex qu’il a si grossièrement taillés. »

  • 26 Baldwin Spencer (dir.), Report on the Work of the Horn Scientific Expedition to Central Australia, (...)

31Ainsi s’exprime en 1896 l’industriel et pastoraliste australien William A. Horn dans le texte d’introduction au rapport consécutif à l’expédition qu’il vient de financer pour étudier les ressources de l’Australie centrale dans la région d’Alice Springs26. Ainsi, l’Aborigène à ses yeux ne peut-il être considéré comme un ennemi, tout simplement parce qu’il n’est déjà plus de ce monde. Il ne meurt pas sous les coups du colonisateur, il s’efface de lui-même, parce que son temps terrestre est achevé et que rien ne peut le maintenir en existence, hors peut-être la collecte et la conservation muséale de ses pauvres vestiges. Stone Age people, les habitants de l’Australie auraient disparu depuis longtemps s’ils ne s’étaient trouvés si loin des centres d’impulsion de la modernité. Cette représentation s’inscrit dans une ambiguïté fondamentale sur le rapport à l’autre, reconnu voire enfermé dans son altérité, mais nié dans la relation, c’est-à-dire dans la responsabilité de la « civilisation » dans son anéantissement, perçu comme une fatalité. Le « sauvage » ne peut pas être un ennemi dans le rapport à la propriété, à la production et aux échanges ; par conséquent, sa soumission au marché du travail, de la terre et des ressources alimentaires n’est pas une relation de domination, mais de sanction d’une aptitude à la « domestication », véritable paradigme caché de l’évolutionnisme.

32La publication des résultats de cette expédition et le travail ethnographique réalisé par le biologiste Baldwin Spencer sont appelés à une réception exceptionnelle. Dès 1896, les volumes expédiés au Royaume-Uni ont un impact majeur, tout d’abord sur le travail de cabinet de James Frazer, qui entre en relation épistolaire assidue avec Baldwin Spencer, et ensuite, par effet de diffusion dans une Europe prise de vertige face à la « question des Origines », dans les œuvres d’Émile Durkheim, Marcel Mauss, Lucien Lévy-Bruhl ou Sigmund Freud. Parachèvement de la théorie évolutionniste avec l’Aborigène d’Australie centrale comme archétype de l’homme des origines, le travail de B. Spencer est certes appelé à une révision radicale dans le champ de la science anthropologique avec les recherches d’Alfred Radcliffe-Brown et de Bronislaw Malinowski dans les premières décennies du XXe siècle, mais l’essentiel est accompli : offrir aux pôles de commandement de l’espace du marché mondial une théorie naturaliste de l’évolution des sociétés qui permette de faire le deuil de la diversité humaine et culturelle sans remise en cause morale du paradigme libéral, simple formulation rationnelle d’une loi universelle.

33Ces pistes de réflexion ne suffisent évidemment pas à fonder l’analyse d’un lien déterminant entre l’expansion britannique, l’affirmation du paradigme libéral, la diffusion proto-, infra- et méta-scientifique d’une anthropologie fataliste de l’altérité, et le développement d’une forme d’occultation de la relation d’inimitié dans la modernité globalisée. Mais elles révèlent la pertinence d’une recherche associant focale étroite sur des configurations sociales finement contextualisées et focale large sur les processus généraux à l’œuvre dans l’espace de la circulation des individus, des informations, des objets et des schèmes de signification. Avec une attention toute particulière pour le rôle historique largement sous-estimé du regard anthropologique et du paradigme de la domestication comme modes de production d’une violence médiatisée, ayant permis de naturaliser les éléments fondamentaux du grand récit de l’évolution et, une fois ceux-ci implantés, de faire vivre la fiction de la fatalité de la disparition des « hommes des origines », incapables de se soumettre à la discipline du salariat.

34Si ces hypothèses de travail sont admises, alors il devient pertinent d’importer dans le débat français un modèle d’analyse de la relation d’altérité qui, certes, perd en lisibilité une fois écarté le principe de responsabilité systématique des institutions de la domination, mais qui gagne incontestablement en capacité à interroger le temps long et les schèmes directeurs des promoteurs de la modernité socioéconomique, fort peu différents de ceux qu’ils assujettissent par leur besoin de cohérence signifiante et d’occultation des contradictions. Pour être devenue universelle, la cosmogonie du libéralisme n’est pas moins fragile que celles qu’elle a remplacées, et son discours sur l’autre, justement parce que la place de l’autre est sa principale faiblesse, constitue une entrée privilégiée pour en analyser le développement historique.

Haut de page

Notes

1 Karl Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, première publication américaine 1944, édition française Paris, 1983 ; Essais de Karl Polanyi, Paris, 2008 ; Louis Dumont, Homo aequalis I : genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, 1977 ; Maurice Godelier, L’idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, 1984.

2 Catherine Coquery-Vidrovitch, Enjeux politiques de l’histoire coloniale, Marseille, 2009.

3 John Millar (1735-1801), The origin of the distinction of ranks. Or, an inquiry into the circumstances which give rise to influence and authority, in the different members of society, Glasgow, 1771 pour la première édition.

4 Marshall Sahlins, La découverte du vrai Sauvage et autres essais, Paris, 2007.

5 Andrew Bank, « Losing Faith in the Civilizing Mission: The Premature decline of Humanitarian Liberalism at the Cape, 1840-1860 » dans Martin Daunton et Rick Halpern (dir.), Empire and Others. British Encounters with Indigenous Peoples, 1600-1850, Philadelphie, 1999, p. 364-383.

6 Pour un bilan historiographique général, on se reportera au très riche numéro de la Revue d’histoire du XIXe siècle (n° 37, 2008/2) dirigé par Fabrice Bension et Robert Tombs, « L’ère victorienne revisitée ».

7 « Sans y prêter attention »

8 Éric J. Hobsbawn, L’ère des empires 1875-1914, Paris, 1997 (1987).

9 Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, 2003 (2001).

10 John Newsinger, The Blood never dried. A Peoples History of the British Empire, Londres, 2006.

11 David Washbrook dans Andrew Porter (dir.), Oxford History of the British Empire, vol. 3, The Nineteenth Century, Oxford, 1999.

12 Ronald Robinson, John Gallhager et Alice Denny, Africa and the Victorians. The Official Mind of Imperialism, Londres, 1961.

13 Kathleen Wilson, A New Imperial History: Culture, Identity and Modernity in Britain and the Empire, 1660-1840, Cambridge, 2004.

14 Jan Kociumbas, The Oxford History of Australia. Possessions 1770-1860, Oxford, 1992.

15 Jacques Pouchepadass, « Les subaltern studies ou la critique postcoloniale de la modernité », L’Homme, 156, 2000, p. 161-186.

16 Niall Ferguson, Empire. How Britain made the Modern World, Londres, 2003.

17 Andrew Porter, Religion versus Empire? British Protestant Missionaries and Overseas Expansion, 1700-1914, Manchester, 2004.

18 Cinq volumes parus en 1998-1999. Andrew Porter a dirigé le volume 3, portant sur le XIXe siècle.

19 M. Daunton et R. Halpern (dir.), op. cit. (dix-huit communications).

20 Ben Kiernan, Blood an Soil. A World History of Genocide and Extermination from Sparta to Darfur, New Haven-Londres, 2007.

21 De manière symptomatique, Jan Kociumbas commence son récit de l’implantation des Britanniques en Australie par l’évocation des sévices subis par les femmes sur les premiers navires chargés de la déportation pénale des convicts vers la Nouvelle-Galles du Sud. J. Kociumbas, op. cit.

22 Sharon Morgan, Land Settlement in Early Tasmania. Creating an Antipodean England, Cambridge, 1992.

23 Cette vaste « battue » anti-Aborigènes organisée par les agents de la Couronne en Tasmanie avait pour but de donner satisfaction aux colons exaspérés tout en contrôlant leur action vengeresse. Cet épisode est particulièrement discuté dans l’historiographie australienne et, au-delà, dans l’histoire de la colonisation britannique, du fait de sa qualification en « génocide » par certains auteurs. D’autres préfèrent insister sur la résilience des cultures aborigènes : Lyndall Ryan, The Aboriginal Tasmanians, Saint Leonards, 1996.

24 Charles Darwin, Journal of the Beagle, Londres, 1839 pour la première édition. La citation est traduite de l’édition Penguin Classics (Londres, 1989), p. 329.

25 L’auteur est professeur d’histoire à Sydney et a publié de nombreux travaux sur la colonisation de l’Australie dans ses dimensions sociale, culturelle, de genre et environnementale. Heather Goodall, « Authority under challenge: Pikampul land and Queen Victorias law during the Britishinvasion of Australia », dans M. Daunton et R. Halpern, op. cit., p. 260-279. Voir aussi Heather Goodall et Allison Cadzow, Rivers and Resilience: Aboriginal People on Sydneys Georges River, Sydney, 2009.

26 Baldwin Spencer (dir.), Report on the Work of the Horn Scientific Expedition to Central Australia, Londres, 1896, vol. 1, p. IX-X. Trad. de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Cornu, « La rencontre avec l’autre dans l’expansion britannique au XIXe siècle. Une inimité niée ?  », Siècles, 31 | 2010, 13-29.

Référence électronique

Pierre Cornu, « La rencontre avec l’autre dans l’expansion britannique au XIXe siècle. Une inimité niée ?  », Siècles [En ligne], 31 | 2010, mis en ligne le 05 février 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/170

Haut de page

Auteur

Pierre Cornu

Maître de conférences en histoire contemporaine
Chercheur associé au Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org