Navigation – Plan du site

Le double mythe de Saint-Just à travers ses mises en scène

Marie-Christine Bacquès
p. 9-30

Texte intégral

  • 1 André Rissier, Les Spectacles à Paris pendant la Révolution. Répertoire analytique, chronologique e (...)
  • 2 Michel Biard, « Le théâtre en révolution : changements ou continuités ? » dans Jean-Paul Bertaud, F (...)

1Saint-Just a été l’objet d’un double mythe condensé par Michelet dans la célèbre épithète d’« Archange de la Terreur » : pour les uns héroïque défenseur de la Patrie et modèle de l’amitié, pour les autres monstrueux séide de Robespierre. L’image apparaît presque banalisée, ce qui fait oublier la complexité d’un processus de construction singulièrement fluctuant et qui a mis en jeu des vecteurs multiples, au premier rang desquels figurent l’iconographie et le théâtre. Interroger les mises en scènes imagées et théâtrales présente un intérêt certain car elles ont touché directement un public étendu. Une comédie de notre corpus, L’Intérieur des Comités révolutionnaires ou Les Aristides modernes de Ducancel, jouée pour la première fois le 27 avril 1795, a été représentée 112 fois1. En outre, l’image — notamment la caricature — a été utilisée comme arme politique. Quant au théâtre, il est devenu dans le contexte thermidorien « un espace public à conquérir pour ceux qui veulent dominer l’opinion »2. Enfin, l’image comme la mise en scène théâtrale, en ce qu’elles condensent la représentation, apparaissent comme particulièrement propices à l’élaboration des mythes politiques et d’une image légendaire des personnages. Il est possible, en outre, de croiser les mises en scène théâtrales et les mises en scène par l’image car elles jouent sur le même registre d’une diffusion et d’une vulgarisation des idées avec des modes différents et parfois complémentaires de représentation.

2À travers ces mises en scènes iconographiques et théâtrales, on peut tenter de saisir l’élaboration du mythe ambivalent de Saint-Just à trois périodes différentes : celle du rejet thermidorien, celle d’une première reconstruction rétrospective de la Révolution sous le Directoire, celles des années 1824-1848 durant lesquelles s’élaborent les visions dix- neuviémistes de l’événement.

La propagande thermidorienne et les figures imagées et théâtrales de Saint-Just

Mises en scène thermidoriennes en images

  • 3 Holocauste des coiffures germaniques strasbourgeoises au temple privé (?) des prêtres jacobins, gra (...)

3Concernant Saint-Just, les images thermidoriennes sont peu nombreuses. Trois thèmes parcourent ce corpus restreint : le triumvirat, la lâcheté devant la mort et surtout la tête coupée. Seule parmi les images étudiées, une gravure anti-jacobine strasbourgeoise présente une thématique originale car d’inspiration locale. Intitulée Holocauste des coiffures germaniques strasbourgeoises au temple privé ( ?) des prêtres jacobins, elle représente des femmes venant en procession déposer au club des jacobins leurs coiffes proscrites par un arrêté de Saint-Just. Deux personnages en habit dont l’un porte un chapeau, très probablement Saint- Just et Le Bas, président la scène3. La visée anti-jacobine s’exprime dans le titre de la gravure et par la représentation des jacobins comme des énergumènes gesticulants et débraillés assimilés aux sans-culottes par leurs vêtements. Les deux personnages en bourgeois apparaissent comme les ordonnateurs de la scène. Les jacobins sont en quelque sorte les pantins des robespierristes. La scène peut également viser, à travers Saint-Just et Le Bas, les représentants en mission, objet d’une épuration en l’an III.

  • 4 Exécution de Robespierre et de ses complices conspirateurs contre la liberté et l’égalité, gravure (...)

4Les thermidoriens ont amplement brodé sur le thème d’une prétendue lâcheté de Robespierre et de ses compagnons. Nombre de récits évoquent cette accusation difficile à mettre en image. On la retrouve, cependant, dans une gravure représentant l’Exécution de Robespierre et de ses complices conspirateurs contre la Liberté et l’Égalité4. Saint-Just y figure, assis dans la seconde charrette, une main devant les yeux, le bras droit levé en signe d’horreur, agitant un mouchoir blanc. Ce thème de la lâcheté est évoqué dans plusieurs pièces de théâtre mentionnant Saint-Just. Godineau, dans La Mort de Robespierre ou la journée des 9 et 10 thermidor an II de la république française de G***, le présente craignant pour sa vie et celle de ses amis. Saint-Just plaide, en effet, pour une garde : « nous n’en avons pas qui mettent nos corps à l’abri d’un coup de main, d’un sentiment de désespoir, du feu même de l’amour de la patrie ». Il est, en outre, arrêté alors qu’il va se suicider, le suicide étant la marque de la lâcheté collective attribuée aux partisans de Robespierre. Ducancel fait dire à un de ses héros, Dufour jeune : « Nos infâmes triumvirs sont enfin abattus » ; Robespierre, Couthon, Saint-Just, mis hors la loi, viennent d’expirer « comme des lâches sur cette place où ils ont fait massacrer tant d’innocentes victimes ».

  • 5 Horrible conspiration de Robespierre dévoilée par le Comité de Salut public. Le nonedi thermidor L’ (...)
  • 6 L’Égalité triomphante ou le triumvirat puni. Villeneuve, À Paris, chez Villeneuve, Paris, Bnf, Esta (...)

5Le discours sur la conspiration est illustré par une gravure de Peyson, Horrible conspiration de Robespierre dévoilée par le Comité de Salut public Le nonedi thermidor L’an 2 de la république5. Saint-Just y est mentionné sur la liste des conspirateurs dévoilés par le génie de la France républicaine sous l’intitulé « Triumvirat ». Il figure aussi d’une façon plus élaborée dans une allégorie L’Égalité triomphante ou le triumvirat puni6. Il gît à terre, écrasé par le coin du triangle de l’Égalité, à la gauche de Robespierre, un poignard tenu par la main de l’Incorruptible à côté de son visage. Son costume de représentant en mission et le début de son dernier discours, « Je ne suis d’aucune faction », l’identifient. La vision en plongée des « triumvirs » abattus, amenuisés par l’allégorie de l’Égalité qui les surplombe, les déshumanise et met en évidence l’intention de l’auteur : « Orgueilleux, courbez-vous ». La mention de « l’Hippocrite Couthon et de l’Insolent Saint-Just » suggère une source proche des Comités car ces épithètes sont très « ciblées ».

  • 7 Antoine de Baecque, Robespierre et le terrible tableau, La gloire et l’effroi. Sept morts sous la T (...)
  • 8 « C’est ainsi qu’on punit les traîtres », frontispice du pamphlet intitulé Portraits exécrables du (...)
  • 9 Michel Naudin, « La réaction culturelle en l’an III: la représentation du jacobin et du sans-culott (...)
  • 10 Acte de justice du 9 au 10 thermidor, eau-forte d’après Viller, Paris, Bnf, Estampes, Qb 1794.
  • 11 Voir Annie Duprat, « Une fiction thermidorienne en images : Robespierre aux enfers », dans Art, Ima (...)
  • 12 Chapelet des révolutionnaires, gravure en couleur, J.-B. Louvion sculp., Paris, Bnf., Estampes.

6La rhétorique de la monstration de la tête l’emporte, cependant, dans l’iconographie. Elle est liée à une thématique déjà traditionnelle dans la gravure révolutionnaire, celle de la descente aux enfers mais aussi à la mise en récit thermidorienne de l’agonie de Robespierre7. Saint-Just est facilement identifiable par les initiales inscrites sur son front dans une gravure illustrant cette thématique au frontispice d’un pamphlet antirobespierriste intitulé « C’est ainsi qu’on punit les traîtres »8. Un Hercule figurant le peuple tient sa tête montrée de face et, de l’autre main, une moisson de trois têtes dont la seule identifiable est celle de Robespierre. Le cadrage qui présente l’Hercule coupé à mi-cuisses met les têtes en évidence9. Une autre gravure très élaborée, Acte de justice du 9 au 10 thermidor10, montre la même tête de Saint-Just. Sur le thème de la descente aux enfers, elle y est présentée par une « furie » qui de l’autre main tient celle d’un Robespierre couronné de poignards et de crânes, ce qui renvoie à la thématique de Robespierre-roi. Une autre « furie », couronnée de serpents, mène aux enfers plusieurs de leurs compagnons11. C’est peut-être encore la tête de Saint-Just qui occupe la place centrale dans la partie haute d’une gravure de J.-B. Louvion intitulée Chapelet des révolutionnaires12.

  • 13 A. de Baecque, op. cit., p. 191.
  • 14 Soleil national, Paris, Musée Carnavalet, Hist PC 26E. Sur le fantasme reptilien des thermidoriens, (...)

7Les têtes qui font l’objet de la monstration sont grimaçantes. Celle de Saint-Just apparaît ici comme une réplique de celle de Robespierre : « la tyrannie est incarnée par ce corps à plusieurs têtes dégénérées, nouvelle version de l’hydre obsédante »13. L’hydre du triumvirat est d’ailleurs figurée, terrassée par l’Hercule populaire, sur une allégorie intitulée Soleil national, mais elle n’a qu’une tête qui les figure toutes14. L’horreur de la tête coupée, la lâcheté des suppliciés, tout cela constitue un même discours sur la Terreur dont est ainsi soulignée la monstruosité. Cependant, la tête de Saint-Just est particulièrement maltraitée : peau du front tirée, expression d’horreur figée dans les deux premières, sourire féroce et macabre dans la dernière, comme si on avait voulu exorciser l’impression produite par son attitude devant la mort et sa jeunesse. C’est là une des sources possibles du mythe de « la tête de méduse » de Robespierre.

8Enfin, Saint-Just figure peut-être dans une gravure intitulée Les Robespierrots au diable qui les représente accueillis aux enfers. Est-il le personnage qui soutient Couthon reconnaissable grâce à ses béquilles, ou celui qui est placé à l’extrémité gauche en costume de représentant en mission ? Ces personnages sont difficilement identifiables.

Saint-Just et le théâtre thermidorien

  • 15 Antoine Sérieys, La Mort de Robespierre, drame en trois actes et en vers publié le 9 thermidor an I (...)
  • 16 La Mort de Robespierre ou la journée des 9 et 10 thermidor an II de la république française , drame (...)
  • 17 Les Jacobins, comédie unique en un acte, une scène, en prose (par un véritable patriote), À Paris. (...)
  • 18 Ducancel, L’Intérieur des comités révolutionnaires ou Les Aristides modernes. Comédie en trois acte (...)
  • 19 La Mort de Robespierre. Tragédie en trois actes et en vers, Lyon, Imprimerie de J. L. Maillet, an I (...)
  • 20 Dumaniant (Antoine-Jean Bourlin dit) et Pierre le Brun, La Nuit du 9 au 10 thermidor ou La chute du (...)
  • 21 Robespierre, ou les tyrans écrasés, comédie en trois actes, en prose, représentée pour la première (...)
  • 22 V- F.-S. Rey, L’École de la société ou la révolution française de la fin du dix-huitième siècle, tr (...)

9Le théâtre politique thermidorien montre fréquemment Saint-Just dans le sillage de Robespierre. Il figure dans sept pièces sur quatorze, soit la moitié du corpus étudié. Cependant, son rôle n’est relativement développé que dans deux d’entre elles, La Mort de Robespierre par Sérieys15 et La Mort de Robespierre ou la journée des 9 et 10 thermidor an II de la république française de Godineau16. Il apparaît, en revanche, épisodiquement dans plusieurs autres pièces : la comédie Les Jacobins, écrite par « un véritable patriote »17 ou celle de Ducancel, L’Intérieur des comités révolutionnaires ou Les Aristides modernes18, la tragédie de J. L. Maillet intitulée La Mort de Robespierre19. À ce bref corpus, on peut ajouter deux pièces dont nous n’avons que le compte rendu : La Nuit du 9 au 10 thermidor ou la chute du tyran de Dumaniant et Pierre Le Brun20 ainsi qu’une comédie donnée à Tours et oeuvre d’un certain Romain, Robespierre ou les tyrans écrasés21. On peut y ajouter le résumé du discours qu’il n’a pu prononcer le 9 thermidor, proféré par Tigredin-Robespierre dans la pièce de Rey, L’École de la société ou la révolution française de la fin du dix-huitième siècle22.

  • 23 François Gendron, La Jeunesse sous Thermidor, Paris, 1983.

10La figuration théâtrale de Saint-Just s’inscrit dans le vaste retournement d’opinion qui suit le 9 Thermidor, frappant les héros de la veille d’opprobre et aboutissant à la dépanthéonisation de Marat lui-même. Le refus de la Terreur est canalisé et dirigé par le nouveau parti modéré des Barras, Tallien et Fréron, appuyé sur la jeunesse dorée, contre les Montagnards. La dénonciation des robespierristes s’inscrit donc rapidement dans une dénonciation globale des jacobins qui entraîne la fermeture du club le 21 brumaire an III23.

11Les thématiques théâtrales thermidoriennes recoupent celles de l’imagerie. Elles peuvent être classées en deux groupes : les pièces « thermidoriennes », avant tout dirigées contre Robespierre, et celles dont la cible est plus largement anti-jacobine ou vise explicitement certains anciens membres des comités. Celle de Godineau développe largement l’attaque contre Collot d’Herbois et Barère. « Il faut à la nation un sang vierge et épuré ; ce n’est qu’au centre de celui qui sera versé que peut croître l’arbre de la Liberté ». Les maux sont grands. « Mais qu’est-ce qu’une génération auprès de l’université des siècles », dit le Saint-Just de Godineau. Les deux premières phrases sont en fait de Collot d’Herbois et la dernière de Barère ainsi associés aux « triumvirs » dans la monstruosité.

12Hormis les têtes coupées remplacées par le récit de l’exécution des « conspirateurs », ces pièces reprennent les thématiques de la propagande thermidorienne : le complot du triumvirat pour établir sa dictature et partager la République en trois, une fois la royauté rétablie, le projet matrimonial de Robespierre envers la fille de Louis XVI. Ainsi, dans la tragédie de J. L. Maillet, Barras décrit-il la salle de la maison commune que les conjurés viennent de quitter :

  • 24 Acte III, scène 6. L’auteur ajoute Lebas au triumvirat. Ce mensonge sur un député qui s’est lui-mêm (...)

J’entre, les factieux avaient tous disparu :
Je pénètre ; ô spectacle affreux, inattendu !
Je vois le sceau royal, un sceptre, une couronne ;
Dans tout son appareil, je reconnais le trône :
Robespierre devait y montrer aujourd’hui ;
Couthon, Lebas, Saint-Just auraient régné sous lui24.

  • 25 Michel Biard, « Les voix de la déraison ? Les représentations de la violence exercée par les « proc (...)

13En ce sens, les mises en scène théâtrales et la propagande iconographique sont bien complémentaires. Ce qui ne peut être montré au théâtre est parfois raconté. Là où l’iconographie ne peut que suggérer — volonté de rétablir la royauté partagée par le triumvirat, désir de Robespierre d’épouser Madame —, le théâtre insiste. La violence extrême du discours des révolutionnaires est retournée contre eux25. L’omniprésence de la mort à la fois donnée et anticipée apparaît en filigrane d’une représentation qui fait du triumvirat un monstre collectif. En outre, les représentations scéniques nous montrent des triumvirs unis dans leur ambition comme des complices et non comme des amis. S’il admire Robespierre, le Saint-Just de Godineau s’en méfie : « Quel homme ! [ditil à part] qu’il est redoutable pour nous-mêmes ». Chez Sérieys, dans la scène 2 de l’acte II, Robespierre, qui a affecté de proposer la royauté à Saint-Just et Couthon, projette en fait de les éliminer. Pour Godineau, il craint même Saint-Just tout particulièrement : « Pour toi, fanatique Saint- Just, tu m’es encore plus redoutable. Tes pareils ne changent point. Brutus, Seyde, Clément, Ravaillac assassinèrent leurs pères et leurs rois. Je ferai précéder ta mort de celle même du rival qui ne me dispute que l’empire ».

  • 26 Notes, acte II, vers 6.
  • 27 Les Jacobins, comédie unique en un acte, une scène, en prose (par un véritable patriote), À Paris, (...)

14La représentation théâtrale de Saint-Just est cependant beaucoup moins monolithique que l’iconographie. Contrairement à la manière univoque dont Robespierre et Couthon sont dépeints, le personnage de Saint-Just n’apparaît pas stabilisé. Robespierre apparaît dans l’ensemble du corpus sous des couleurs caricaturalement sombres. Avide de sang, manipulateur, il propose à ses deux comparses de partager la royauté pour les utiliser et envisage ensuite de les faire exécuter. Godineau en fait un traître à ses débuts, lui qui avait été « le meilleur défenseur du peuple ». Enfin, il se montre lâche devant la mort. Couthon, séide effacé, est animé seulement par le désir du pouvoir et/ou le vertige du sang. En regard, la manière dont Saint-Just est présenté apparaît plus variable et, dans les pièces où son rôle est développé, bien plus complexe. Certes, elle obéit au schéma thermidorien : conspirateur, complice de Robespierre, formant avec lui et Couthon un triumvirat aspirant à la dictature et même à la royauté. Certes, on abaisse parfois le personnage en le ridiculisant : dans la scène 6 de l’acte III de L’Intérieur des comités révolutionnaires ou Les Aristides modernes, la nouvelle de l’exécution des triumvirs fait dire à Scevola, membre du comité révolutionnaire de Dijon : « Ce petit Saint-Just qui donnait de si grandes espérances ! ». Le personnage est présenté, le plus souvent, comme admirateur fanatique de Robespierre. Sérieys, dans ses notes, reprend les dires des collègues du jeune conventionnel : « Il est temps enfin que je m’explique, dit-il avec un transport d’enthousiasme et de confiance, nous voulons tous sauver la république ; mais je ne vois qu’un seul homme, qui par ses vertus et l’influence qu’il s’est acquise en soit capable »26. Une comédie anti-jacobine en un acte de l’an III intitulée Les Jacobins lui attribue une profession de foi ridicule : « Robespierre est admirable dans ses conceptions. Je dirai, comme Barère, il est inimitable. Foi de Saint- Just, la majesté de son éloquence m’en impose. Je pense, chers collègues et citoyens, que nous n’avons rien de mieux à faire que de seconder son zèle, de nous traîner laborieusement, de loin en loin, sur ses traces, et de faire adopter en tout point sa doctrine »27. On a là un écho grotesque de l’admiration professée par Saint-Just alors à l’orée de sa carrière à l’égard de l’Incorruptible. Les prises de distance de Saint-Just, aussi bien lorsqu’il tente de donner à la Terreur un contenu social que lorsqu’il se montre plus conciliateur que Robespierre à la veille de Thermidor, doivent être effacées : il s’agit de présenter le conventionnel comme un séide ridicule en un amalgame antijacobin. Au-delà, cependant, le personnage suscite des hésitations. Pour Sérieys, Saint-Just, instrument audacieux de Robespierre, maîtrise l’assemblée en sa faveur en y tonnant. Godineau lui assigne le rôle de mettre l’armée aux ordres. On voit donc apparaître dans les deux pièces la thématique de l’homme d’action utilisée par Robespierre mais avec un rôle soit parlementaire, soit militaire.

  • 28 Journal des théâtres et des fêtes nationales, rédigé par Duchosal, no 21, 21 fructidor (7 septembre (...)

15Ducancel et Godineau le présentent comme redoutant la mort. Cependant, dans une comédie présentée à Tours le 29 thermidor, Robespierre ou les tyrans écrasés, l’auteur, un certain Romain, l’utilise pour marquer, par opposition, la peur de la mort de Robespierre. Le numéro 21 du Journal des théâtres et des fêtes nationales fait état d’un dialogue où Robespierre demande à Saint-Just « s’il compte sur la victoire ». « Non, lui répond Saint-Just, il ne nous reste d’autre ressource que la mort. Robespierre frémit, sa lâcheté paraît de tout son jour »28. L’opposition, fréquemment reprise ensuite, entre l’attitude de Robespierre et celle de Saint-Just apparaît donc chez certains dramaturges dès après thermidor. Elle véhicule l’image qui deviendra mythique d’un Saint-Just impavide devant la mort et s’y soumettant.

  • 29 Saint-Just, « Discours sur le jugement de Louis XVI prononcé à la Convention nationale le 13 novemb (...)

16Enfin, son acceptation de la royauté a des raisons variables selon les auteurs. Pour Sérieys, elle est due au moins partiellement... au patriotisme. « Le salut de l’État, notre salut l’ordonne » : les factions ne font qu’agir pour les princes, lesquels vainqueurs dépèceront la France. Aussi, « c’est servir son pays, que lui donner un maître ». Le recours à la royauté est donc un moyen pour préserver du joug étranger une France dont il confond le salut avec celui de ses amis politiques. Godineau la lui fait d’abord refuser au nom de la République égalitaire et spartiate qu’il désire fonder, simplifiant et banalisant une pensée beaucoup plus radicale. Pour Saint-Just, la royauté est d’essence tyrannique. Elle est condamnable en tant qu’institution politique parce qu’elle renvoie à la domination du monarque sur ses sujets et à une société hiérarchique. « Tout roi est un rebelle et un usurpateur »29. Ici, le personnage sert à réfuter les idées égalitaires qu’on lui prête et c’est Robespierre lui-même qui s’en charge. Même si Saint-Just est convaincu facilement par les arguments de Robespierre-Godineau, le refus primitif met le malaise en évidence : le thème du partage de la France en trois royaumes est, concernant Saint-Just, invraisemblable. En clair, on caricature Robespierre comme homme et comme politique. Lorsque le rôle de Saint-Just est développé, on se livre à une réfutation politico-idéologique (Godineau) ou l’on réplique, en creux, à ceux qui lui accordent un talent politique (Sérieys). En 1801, l’édition de La Mort de Robespierre est suivie d’une série de dialogues dont un Dialogue entre Saint-Just et Machiavel où Saint-Just figure comme un disciple de Machiavel au fond bien maladroit. « Quelque éloge qu’on ait fait de votre esprit, mon cher élève, lui reproche Machiavel, je trouve que vous n’en avez guère montré, tant que vous avez tenu les rênes du gouvernement ; vous avez composé d’ingénieux rapports ; vous avez fait livrer au tribunal révolutionnaire, ou plutôt périr sur l’échafaud vos ennemis personnels ; en un mot vous avez trop parlé, et vous n’avez point agi ». Il s’agit bien ici d’un débat politique mené par un modéré qui critique l’exécution des Dantonistes, des Girondins et du roi, et se présente discrètement comme partisan de Bonaparte : « ou César ou rien, disait mon César Borgia… ». Mais cette critique montre que Saint- Just avait alors des admirateurs. Çà et là apparaissent donc un certain nombre de traits singuliers qui font l’objet d’une mythification explicitement négative dans les pièces thermidoriennes mais qui peuvent aussi revêtir un caractère positif : des traits qui peuvent faire passer de la légende noire à la légende dorée. Le Robespierre de Godineau juge Saint-Just comme un fanatique capable de l’assassiner mais il le flatte en louant sa pureté : « Saint-Just, tes intentions sont pures ; ton coeur est franc et généreux : c’est avec raison que Collot t’appelle le jeune et vigoureux athlète de la révolution ». Le basculement est ici possible, du séide fanatiquement attaché à des idées égalitaires, au féal ami jusqu’à la mort et au champion de l’égalité. Saint-Just, contrairement à Robespierre et Couthon, semble d’ailleurs ne se résoudre à la poursuite de la Terreur que parce qu’il n’est pas possible de réformer « dans un état organisé pour le despotisme et chez un peuple corrompu comme la France ». La fougue du jeune homme est parfois caricaturée comme dans la comédie en un acte intitulée Les Jacobins. Ailleurs, la représentation est parfois porteuse d’ambivalence. Sérieys lui fait reprendre la fameuse apostrophe, « Osons ! ». Il lui fait en effet dire dans la première scène de l’acte II :

Le sénat nous poursuit ! que le sénat périsse.
C’est mériter la mort que de la redouter.
Oui, qui craint l’échafaud mérite d’y monter ;
Amis, loin de l’attendre, il faut lancer la foudre,
Ou purger le sénat, ou le réduire en poudre ;
Pour la dernière fois, demain j’y vais tonner.
Lorsque par mes accents, j’aurais pu l’enchaîner,
Osons ! La seule audace a fait notre puissance ;
Elle est en ce moment notre unique espérance.

17Il s’agit ici d’épurer la Convention, mais là encore le trait de caractère est susceptible d’être interprété positivement de même que le mépris de la mort. C’est d’ailleurs Saint-Just et non Robespierre qui semble prendre l’initiative de la lutte contre l’Assemblée. Le même Sérieys lui attribue, enfin, des motifs patriotiques pour accepter la royauté. Là encore, le thème circonstanciel de la royauté écarté, reste la noblesse de la motivation.

18Les traits de caractère attribués à Saint-Just ont donc, dans les deux pièces de théâtre où il joue un rôle conséquent, cette caractéristique qui lui est particulière de pouvoir passer facilement de la représentation noire du personnage à sa légende dorée.

Le Directoire : oubli et débuts d’une représentation mythique

Un personnage oublié ?

  • 30 Louis Antoine de Saint-Just, École française, XVIIIe siècle, Paris, Musée Carnavalet. Ce portrait e (...)

19Passée la période thermidorienne, les représentations polémiques de Saint-Just sont rares. Il figure dans les Portraits des personnages célèbres de la Révolution de François Bonneville. Sa présence dans cette série est d’ailleurs explicable si l’attribution à ce peintre d’un portrait conservé au Musée Carnavalet qui représente un Saint-Just très adolescent est bien exacte30. La gravure de Bonneville éditée en 1796 peut être considérée comme un portrait charge qui durcit les traits et leur donne une expression vulgaire. Il est d’ailleurs accompagné d’une notice de Quenard très défavorable : « Si nous n’avions pas vu tant de valets de l’ancien régime, aristocrates sans pudeur en 1789, s’emparer après de l’opinion, pour se proclamer les apôtres exclusifs du gouvernement républicain, nous aurions eu de la peine à concilier le petit soi-disant marquis de Saint-Just avec le grand sans-culotte montagnard Saint-Just ». À un Robespierre qui voulait se faire roi correspond l’aristocrate Saint-Just. On reste ici dans la perspective thermidorienne.

  • 31 Claudette Hould (dir.), La Révolution par la gravure. Les Tableaux historiques de la Révolution fra (...)
  • 32 Le Miroir du passé pour sauvegarder l’avenir ou Tableau parlant du gouvernement cadavero-faminocrat (...)

20Ultérieurement, la galerie de portraits des Tableaux historiques de la Révolution française, édition de 1804, qui comporte pourtant 67 vignettes l’ignore, tout comme sa contrefaçon néerlandaise des Tafereelen van sz staatsomwenteling in frankrijk31. L’épisode de la Terreur joue ici sur une opposition entre les bourreaux, Robespierre et ses séides, et les victimes. Le rédacteur des notices, Pagès, présente ainsi « l’exécrable Robespierre », Fouquier-Tinville, cet « homme-tigre », Carrier animé par une « rage lubrique »... Le choix de l’éditeur a porté sur les acteurs de la Terreur les plus unanimement réprouvés. Si la galerie de portraits néerlandaise inclut Couthon, c’est qu’on lui attribue les massacres de Lyon. Saint-Just ne figure pas non plus dans une gravure de l’an v, oeuvre d’un citoyen « modéré et théophilanthrope » : Le Miroir du passé pour sauvegarder l’avenir ou Tableau parlant du gouvernement cadavero-faminocratique de 93 sous la Tigro-cratie de Robespierre et Compagnie où sont représentés Robespierre mais aussi Couthon, Marat, Danton, Le Bon, Carrier, Chaumette et Fouquier-Thinville32. La thématique du triumvirat ne correspond plus aux débats de l’époque : Saint-Just ne figure plus parmi les « grands terroristes ».

21Notre corpus théâtral est révélateur de la même évolution. Toutes les pièces où Saint-Just apparaît sont écrites entre septembre 1794 et l’an IV : le théâtre politique suit, en effet, les fluctuations du moment. Parallèlement, apparaît une iconographie républicaine mythique du conventionnel dont témoigne l’image du conventionnel soutenant Robespierre blessé.

Saint-Just soutenant Robespierre blessé : élément d’une imagerie héroïque

  • 33 La Nuit du 9 au 10 thermidor an II, gravure au pointillé, dessin de F. J. Harriet, gravure de J. J. (...)

22La gravure de Tassaert d’après un dessin d’Harriet33 ramasse les divers éléments de l’arrestation de Robespierre en une image unique mise en scène comme au théâtre. Au centre de la composition, le gendarme Méda fait feu sur Robespierre. Celui-ci bascule, soutenu par Saint-Just. Une eau-forte intitulée Portraits pour la planche : la nuit du 9 au 10 thermidor permet d’identifier les personnages. Or, il existe une autre gravure, représentant cette scène. Il s’agit du no 120 de la Galerie historique ou Tableaux des Événements de la Révolution française publiée à Bruxelles de 1795 à 1799, le no 120 datant probablement de 1799. Les assaillants y sont moins nombreux, les bustes des martyrs de la Liberté manquent, les personnages sont moins individualisés, la scène moins violente, moins dramatique. Dans la version livrée par Harriet et Tassaert, la violence de l’assaut, la présence des martyrs de la Liberté mais aussi le choix de la version de la blessure infligée par Méda plaident pour une vision des faits plutôt jacobine que thermidorienne. Nulle lâcheté chez les députés assaillis. Même Robespierre et Couthon ont leurs poignards en main. La représentation du personnage de Saint-Just paraît aller dans le même sens. La posture est globalement semblable à celle de la gravure bruxelloise, mais Saint-Just y est solide et droit. La différence de taille entre les deux hommes en est soulignée, grandissant encore Saint-Just. Sa tête est aussi plus proche de celle de Robespierre qu’il soutient avec fermeté. Aucun recul, aucune difficulté à soutenir un corps qui s’affaisse alors que dans la gravure de 1799, il semble un peu déséquilibré et avance la jambe pour prendre un point d’appui. Cette fermeté, la tension du poing tendu vers le gendarme, l’expression durcie d’un visage sévère encadré de longs cheveux dessinent un personnage héroïsé qui semble tendu dans la protestation. Il y a dans le groupe des deux hommes une sorte de réminiscence des pietà, Saint-Just soutenant un Robespierre aux bras étendus et au visage de martyr dont le gilet blanc semble être le principal foyer de lumière.

23Les gravures concernant Saint-Just apparaissent donc directement liées aux débats politiques du moment : unanimité de la période thermidorienne, vision consensuelle qui préfère l’ignorer dans les Tableaux historiques de la Révolution française, apparition d’une tendance à la mythification héroïque. En revanche, les mises en scènes théâtrales présentent un tableau plus diversifié et plus complexe. La temporalité est également différente : certaines pièces de théâtre comme celle de Sérieys sont publiées à plusieurs reprises jusqu’au Consulat.

Les débuts d’une image mythique (1825-1850)

24Les mises en scènes imagées et théâtrales des années 1830-1848 sont marquées par un double phénomène : une tendance marquée au romanesque et l’élaboration du mythe. Celle-ci emprunte deux vecteurs : d’une part, une voie commémorative liée à l’apparition d’un courant montagnard, d’autre part, la naissance d’une historiographie qui, directement ou indirectement, alimente le théâtre européen.

Un Saint-Just romanesque

  • 34 Portrait de Saint-Just par H. Grevedon, lithographie de Delpech, daté et signé 1824, Musée de Laon, (...)
  • 35 Portrait de Saint-Just, gravure par V. Carl Mayer N. B. G., Scheibles Buchandlung de Stuttgart.
  • 36 Un Saint-Just de Bosselman illustre la première édition de l’Histoire de la Révolution française de (...)
  • 37 Portrait de Saint-Just dit « Portrait Jubinal », Anonyme, XVIIIe siècle, huile sur toile 61 x 50, P (...)
  • 38 Saint-Just, XIXe siècle (?), pastel sur papier collé sur carton, ovale 72,5 x 59, Paris, Musée Carn (...)

25La tendance au romanesque s’affirme avec l’apparition d’une lignée de Saint-Just blonds et mignards dont le prototype est la version d’Henri Grevedon, portraitiste à la mode sous la Restauration34. Cette représentation d’un Saint-Just sagement bouclé s’est propagée jusqu’en Allemagne35. Sous la monarchie de Juillet, Saint-Just figure parmi les portraits qui illustrent les éditions successives de l’Histoire de la Révolution française de Thiers36. Toujours blond et bouclé, il apparaît plus massif, moins féminin. Cependant, ces portraits semblent tous se référer aux mêmes modèles : une huile qui proviendrait de la collection Barras37 et le pastel évoqué par Lamartine ou son original38. Le faible nombre des portraits visibles alors et la réputation de beauté de Saint-Just peuvent rendre compte de ces évolutions : les graveurs ont pu donner à Saint-Just la beauté qui était alors à la mode, joliesse sous la Restauration, aspect plus mâle et un peu « bourgeois » sous la monarchie de Juillet. Ainsi, la représentation iconographique de Saint-Just apparaît d’une étonnante plasticité.

  • 39 Robespierre à la Convention, gravure, Imp. Vve Gosselin, Paris, à Lyon Vve Gadola, Paris, Bnf, Esta (...)
  • 40 Robespierre étendu sur la table du Comité de Salut Public, 9 Thermidor an II (27 juillet 1794), ano (...)

26Plusieurs documents de cette époque manifestent d’ailleurs une certaine difficulté à représenter le conventionnel. Ainsi, une gravure anonyme intitulée Robespierre à la Convention39 évoque l’épisode légendaire de Tallien brandissant un poignard. Saint-Just, devant la tribune, tient son discours à la main et tente de reprendre la parole. Son visage est très grossièrement dessiné par rapport à celui des autres acteurs de la scène. Il en est de même d’une huile du Musée Carnavalet représentant Robespierre étendu sur la table du Comité de salut Public40. Sur ce tableau naïf, un personnage ceinturé de tricolore, debout à gauche, regardant un peu de côté, pourrait être Saint-Just dont il a la haute cravate et les traits. Mais ceux-ci, qui ne répondent pas au modèle dominant de l’époque, sont maladroitement reproduits.

  • 41 Édouard Wacken, André Chénier, drame en trois actes en vers, Bruxelles, 1844.

27À cette iconographie fade, correspond une tendance au romanesque théâtral qui se traduit par des éléments de fictionalisation présents aussi bien dans les pièces qui lui sont favorables que dans celles qui le stigmatisent. Dans un drame d’Anicet Bourgeois et Francis, Robespierre ou le 9 thermidor, Saint-Just, transformé en chef des hommes de main de Robespierre, procède lui-même à des arrestations. Le romanesque passe cependant en général par les personnages féminins. Chez Anicet Bourgeois, l’élément mélodramatique est introduit par le personnage de Mme Tallien qui dupe Saint-Just et sauve un jeune homme promis à l’arrestation. Henri Bonnias dans un drame non joué, Le 9 thermidor, l’introduit par un personnage de fiction, Hortense. Celle-ci s’est donné à Barras pour sauver son père, mais elle aime Saint-Just dont elle est la dernière « tentation ». Le comble du romanesque et de l’invraisemblance est atteint par un drame joué à Bruxelles, André Chénier d’Édouard Wacken41. Par amour pour Aimée de Coigny, Saint-Just s’entremet auprès de Robespierre pour sauver celle qu’il aime mais aussi son rival André Chénier.

Un ou plusieurs Saint-Just mythiques ?

  • 42 Les Républicains montagnards de 1793, gravure de Casse frères à Saint- Gaudens, Bes et Dubreuil édi (...)
  • 43 La Montagne de 1793, Buffet graveur, Musée de Laon, Q2.28. Buffet travaillait pour l’éditeur Léotau (...)

28Parallèlement s’affirme une tendance à la commémoration et à la mythification du personnage. Saint-Just figure parmi les montagnards de 1793 sur plusieurs représentations collectives de personnages révolutionnaires dont l’apparition est liée à la résurgence de l’esprit républicain. La première de ces gravures est éditée par Bes et Dubreuil probablement vers 183042. Elle représente les montagnards en buste. Une autre, plus maladroite, datant de 1848-1849, les figure à la barre43. Ces représentations commémoratives des montagnards de 1793, qui ont d'ailleurs servi de modèle à de nombreuses représentations des « montagnards de 1848 », apparaissent comme des icônes du souvenir amalgamant sous l’épithète de Montagnards des héros très divers. Sur la première, Saint-Just et Robespierre voisinent avec des terroristes extrêmes tels Carrier, des thermidoriens comme Vadier mais aussi Pétion et Chénier. La mémoire se fait encore plus imprécise sur la seconde puisque parmi les Montagnards figure Mirabeau !

  • 44 Saint-Just aux armées, gravure de Leguay d’après un dessin de Lacauchy, XIXe siècle, Musée de Laon, (...)
  • 45 Panthéon républicain, 1789-93. Hoche, Marceau, Saint-Just, lithographie de F. C. Wentzel à Wissembo (...)

29C’est aussi à cette époque qu’apparaissent des images de Saint-Just en représentant en mission comme celle de Bosselman d’après Raffet qui illustre en 1848 la 4e édition de l’Histoire des Girondins de Lamartine, ou la gravure de Leguay d’après un dessin de Lacauchie où il s’appuie sur un bastion. Le visage y est typique des représentations de Saint-Just de la période romantique44. Il pourrait en être de même pour une lithographie intitulée Panthéon républicain 1789-1793 qui le représente en buste avec Marceau et Hoche encadré par deux drapeaux et deux couronnes de lauriers45. Cette image commémorative locale amalgame Saint-Just aux deux généraux dont le culte s’est développé dès le Directoire. La légende noire en fait, certes, le persécuteur de Lazare Hoche. Il partage, cependant, avec Hoche et Marceau le souvenir de l’armée du Rhin et l’éternelle jeunesse des héros morts prématurément.

  • 46 La Bataille de Fleurus 26 juin 1794, Jean-Baptiste Mauzaisse, huile sur toile, 543cm x 465cm, 1837 (...)

30C’est donc par le biais du représentant en mission que le mythe se dessine dans l’iconographie. La toile de Jean-Baptiste Mauzaisse, « Bataille de Fleurus 26 juin 1794 »46, lui accorde une place éminente aux côtés de Jourdan, de Marceau et des autres généraux. En civil, coiffé d’un chapeau emplumé de bleu, blanc, rouge, il est blond comme le veut le modèle de l’époque mais le regard d’une sévérité farouche, dardé sur Jourdan qu’il semble surveiller, est conforme à la représentation républicaine qui exalte alors son inflexibilité.

  • 47 Georg Büchner, La Mort de Danton, 1835, édition bilingue, Paris, 1972. Robert Griepenkerl, Maximili (...)

31Au théâtre, le mythe puise à une double source : la source montagnarde du souvenir en France avec Robespierre ou le 9 thermidor d’Henri Bonnias, celle des historiens libéraux, et de leur vulgarisation dans l’aire germanique. Le Saint-Just d’Henri Bonnias est un martyr impavide conformément à la tradition républicaine radicale de l’époque. Il repousse, sans même être vraiment tenté la proposition d’Hortense : quitter la vie politique par amour. Celui de Büchner, qui se réfère à Thiers, à Mignet. et à des témoignages d’ailleurs suspects comme celui du juré Villatte est bien différent tout comme celui de Griepenkerl qui puise en grande partie son inspiration dans les Girondins de Lamartine47. L’amorce d’une réhabilitation de Robespierre conduit en effet à un renversement dans le couple formé par les deux hommes. Robespierre gagnant en humanité, c’est Saint-Just qui devient un homme d’action implacable dont le rôle est à la fois de pousser l’incorruptible à l’irréparable et de valoriser ses doutes. Chez Büchner, c’est Saint-Just qui insiste pour obtenir de Robespierre la mort de Camille Desmoulins. Robert Griepenkerl oppose un Robespierre torturé à un Saint-Just qui le presse d’agir pour contrecarrer ses adversaires : « Ose, Robespierre, Ose et tu triompheras ». Certes, ces drames ne sont joués que beaucoup plus tard, mais ils dessinent l’image de Saint-Just qui est devenue plus tard dominante au théâtre et au cinéma.

32L’iconographie thermidorienne de Saint-Just apparaît liée à celle de Robespierre. En revanche, le théâtre lui confère, en particulier dans les pièces les plus élaborées et dans celles dont les auteurs semblent le mieux informés, un rôle moins uniformément noir. Certains éléments d’une représentation mythique, qu’elle soit noire ou blanche, sont présents dans les mises en scènes théâtrales, mais d’une manière moins tranchée que dans l’iconographie. Le personnage semble en effet avoir été l’objet d’une certaine indétermination. Celle-ci peut être liée à une action moins connue, plus sujette à interrogations que celle de Robespierre. Surtout, dans un souci d’efficacité, la critique de la Terreur s’est focalisée sur le seul Robespierre sensé l’incarner contre toute réalité. Le corps déformé de Couthon pouvait servir à dénoncer la monstruosité de l’hydre jacobine. Il était plus difficile de mettre en scène la beauté d’un Saint-Just à la fois théoricien et homme d’action. Pendant le Directoire, au silence iconographique des contempteurs du robespierrisme commence à s’opposer un mythe républicain. Celui-ci resurgit à partir des années 1825-1830. Il faut cependant attendre l’époque de la monarchie de Juillet pour voir apparaître, au théâtre, trois Saint-Just. Le jeune second cynique et cruel du tyran d’Anicet Bourgeois préfigure le lieutenant du chef de bande cher à toute une vision hostile. S’y opposent d’un côté un héros romanesque et de l’autre le mythe d’un Saint-Just homme d’action impitoyable qui pousse à agir un Robespierre qui doute : d’une part le héros de Bonnias ou mieux encore l’amoureux prêt à tous les sacrifices de l’André Chénier de Wacken, de l’autre le Saint-Just de La Mort de Danton ou du Maximilien Robespierre de Robert Griepenkerl.

« C’est ainsi qu’on punit les traîtres »,

« C’est ainsi qu’on punit les traîtres »,

frontispice du pamphlet intitulé Portraits exécrables du traître Robespierre et de ses complices, Paris, BnF, Estampes, Qb1 juin 1794.

La Nuit du 9 au 10 thermidor an II

La Nuit du 9 au 10 thermidor an II

gravure au pointillé, dessin de F. J. Harriet, gravure de J. J. F. Tassaert,estampe déposée le 20 messidor an VI (20 juin 1798), BnF Estampes, Qb1 27 juillet 1794.

Portrait de Saint-Just, par H. Grevedon

Portrait de Saint-Just, par H. Grevedon

lithographie de Delpech, daté et signé 1824, Musée de Laon, Inv. Q2.3.

Panthéon républicain, 1789-93. Hoche, Marceau, Saint-Just

Panthéon républicain, 1789-93. Hoche, Marceau, Saint-Just

lithographie de F. C. Wentzel à Wissembourg, Bernasconi aîné, éditeur à Lyon, Paris, BnF, Estampes, BN/69876.

Haut de page

Notes

1 André Rissier, Les Spectacles à Paris pendant la Révolution. Répertoire analytique, chronologique et bibliographique. De la proclamation de la République à la fin de la Convention nationale (21 septembre 1792 - 26 octobre 1795), Genève, 2002.

2 Michel Biard, « Le théâtre en révolution : changements ou continuités ? » dans Jean-Paul Bertaud, Françoise Brunel, Catherine Duprat et François Hincker (dir.), Mélanges Michel Vovelle. Sur la Révolution. Approches plurielles, Paris, 1997, p. 326-327.

3 Holocauste des coiffures germaniques strasbourgeoises au temple privé (?) des prêtres jacobins, gravure anonyme tirée d’une revue d’après un dessin d’époque, collection M.-A. Charmelot.

4 Exécution de Robespierre et de ses complices conspirateurs contre la liberté et l’égalité, gravure en couleurs, Paris, Bnf, Estampes, Qb1 1794 (28 juillet).

5 Horrible conspiration de Robespierre dévoilée par le Comité de Salut public. Le nonedi thermidor L’an 2 de la république, gravure de Peyson, Paris, Musée Carnavalet.

6 L’Égalité triomphante ou le triumvirat puni. Villeneuve, À Paris, chez Villeneuve, Paris, Bnf, Estampes, Qb1 1794 (28 juillet).

7 Antoine de Baecque, Robespierre et le terrible tableau, La gloire et l’effroi. Sept morts sous la Terreur, Paris, 1997.

8 « C’est ainsi qu’on punit les traîtres », frontispice du pamphlet intitulé Portraits exécrables du traître Robespierre et de ses complices, Paris, Bnf, Estampes, Qb1 juin 1794.

9 Michel Naudin, « La réaction culturelle en l’an III: la représentation du jacobin et du sans-culotte dans l’imaginaire de leur adversaire ? », dans M. Vovelle (dir.), Le Tournant de l’an III. Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, Paris, 1997, p. 285.

10 Acte de justice du 9 au 10 thermidor, eau-forte d’après Viller, Paris, Bnf, Estampes, Qb 1794.

11 Voir Annie Duprat, « Une fiction thermidorienne en images : Robespierre aux enfers », dans Art, Image(s), Histoire. Le faux et la fiction, Clermont-Ferrand, 2006.

12 Chapelet des révolutionnaires, gravure en couleur, J.-B. Louvion sculp., Paris, Bnf., Estampes.

13 A. de Baecque, op. cit., p. 191.

14 Soleil national, Paris, Musée Carnavalet, Hist PC 26E. Sur le fantasme reptilien des thermidoriens, voir Michel Biard, « Après la tête, la queue ! La rhétorique antijacobine de fructidor an II-vendémiaire an III  », dans M. Vovelle (dir.), Le Tournant […], p. 202-213.

15 Antoine Sérieys, La Mort de Robespierre, drame en trois actes et en vers publié le 9 thermidor an IX, Paris, Monory (joué pour la première fois en 1796).

16 La Mort de Robespierre ou la journée des 9 et 10 thermidor an II de la république française , drame en 3 actes par le C. G [Godineau], de l’Imprimerie de Cérion, quai Voltaire, IIIe année républicaine.

17 Les Jacobins, comédie unique en un acte, une scène, en prose (par un véritable patriote), À Paris. Chez les marchands de nouveautés, L’an 3e de la République

18 Ducancel, L’Intérieur des comités révolutionnaires ou Les Aristides modernes. Comédie en trois actes et en prose, Paris an III.

19 La Mort de Robespierre. Tragédie en trois actes et en vers, Lyon, Imprimerie de J. L. Maillet, an IV.

20 Dumaniant (Antoine-Jean Bourlin dit) et Pierre le Brun, La Nuit du 9 au 10 thermidor ou La chute du tyran, comédie en deux actes et en vers, Théâtre de la cité, 4 septembre 1794 (compte-rendu dans le Journal des théâtres et des fêtes nationales, rédigé par Duchosal, t.1 n° 19, 19 fructidor an II).

21 Robespierre, ou les tyrans écrasés, comédie en trois actes, en prose, représentée pour la première fois sur le théâtre de cette commune, le 29 thermidor (Journal des théâtres et des fêtes nationales, rédigé par Duchosal no 21, 21 fructidor an II).

22 V- F.-S. Rey, L’École de la société ou la révolution française de la fin du dix-huitième siècle, tragi-comédie historique, à Paris, chez l’Auteur et les marchands de Nouveautés. An IV de la république française.

23 François Gendron, La Jeunesse sous Thermidor, Paris, 1983.

24 Acte III, scène 6. L’auteur ajoute Lebas au triumvirat. Ce mensonge sur un député qui s’est lui-même voué à la mort, vide l’exécution des robespierristes de tout héroïsme et les assimile au « tyran ».

25 Michel Biard, « Les voix de la déraison ? Les représentations de la violence exercée par les « proconsuls » révolutionnaires (1793-1795) », dans Philippe Bourdin, Jean-Claude Caron et Mathias Bernard (dir.), La Voix et le geste. Une approche culturelle de la violence sociopolitique, Clermont-Ferrand, 2005, p. 50.

26 Notes, acte II, vers 6.

27 Les Jacobins, comédie unique en un acte, une scène, en prose (par un véritable patriote), À Paris, Chez les marchands de Nouveautés, l’an 3e de la République.

28 Journal des théâtres et des fêtes nationales, rédigé par Duchosal, no 21, 21 fructidor (7 septembre 1794).

29 Saint-Just, « Discours sur le jugement de Louis XVI prononcé à la Convention nationale le 13 novembre 1792 », dans Oeuvres complètes, éditées par Anne Kupiec et Miguel Abensour, Paris, 2004, p. 480.

30 Louis Antoine de Saint-Just, École française, XVIIIe siècle, Paris, Musée Carnavalet. Ce portrait est actuellement attribué à Bonneville.

31 Claudette Hould (dir.), La Révolution par la gravure. Les Tableaux historiques de la Révolution française, une entreprise éditoriale d’information et de diffusion en Europe (1791-1817), Musée de la Révolution française, Vizille et RMN, Paris, 2002.

32 Le Miroir du passé pour sauvegarder l’avenir ou Tableau parlant du gouvernement cadavero-faminocratique de 93 sous la Tigrocratie de Robespierre et Compagnie, déposé en germinal l’an 5e de la république française, par le citoyen Lar., Paris, Musée Carnavalet.

33 La Nuit du 9 au 10 thermidor an II, gravure au pointillé, dessin de F. J. Harriet, gravure de J. J. F. Tassaert, estampe déposée le 20 messidor an VI (20 juin 1798), Bnf, Estampes, Qb1 27 juillet 1794.

34 Portrait de Saint-Just par H. Grevedon, lithographie de Delpech, daté et signé 1824, Musée de Laon, Inv. Q2.3

35 Portrait de Saint-Just, gravure par V. Carl Mayer N. B. G., Scheibles Buchandlung de Stuttgart.

36 Un Saint-Just de Bosselman illustre la première édition de l’Histoire de la Révolution française de Thiers, Paris, Furne et Cie, 1834. Un autre, du graveur Pigeot, celle de 1844.

37 Portrait de Saint-Just dit « Portrait Jubinal », Anonyme, XVIIIe siècle, huile sur toile 61 x 50, Paris, Musée Carnavalet.

38 Saint-Just, XIXe siècle (?), pastel sur papier collé sur carton, ovale 72,5 x 59, Paris, Musée Carnavalet.

39 Robespierre à la Convention, gravure, Imp. Vve Gosselin, Paris, à Lyon Vve Gadola, Paris, Bnf, Estampes.

40 Robespierre étendu sur la table du Comité de Salut Public, 9 Thermidor an II (27 juillet 1794), anonyme, première moitié du XIXe siècle, 76x99, Paris, Musée Carnavalet.

41 Édouard Wacken, André Chénier, drame en trois actes en vers, Bruxelles, 1844.

42 Les Républicains montagnards de 1793, gravure de Casse frères à Saint- Gaudens, Bes et Dubreuil éditeurs à Paris, Musée de Laon, Q2.29. Les éditeurs exerçaient entre 1823 et 1831.

43 La Montagne de 1793, Buffet graveur, Musée de Laon, Q2.28. Buffet travaillait pour l’éditeur Léotaud entre 1846 et 1849.

44 Saint-Just aux armées, gravure de Leguay d’après un dessin de Lacauchy, XIXe siècle, Musée de Laon, Q2.13

45 Panthéon républicain, 1789-93. Hoche, Marceau, Saint-Just, lithographie de F. C. Wentzel à Wissembourg, Bernasconi aîné, éditeur à Lyon, Paris, Bnf, Estampes, BN/69876.

46 La Bataille de Fleurus 26 juin 1794, Jean-Baptiste Mauzaisse, huile sur toile, 543cm x 465cm, 1837 (daté, signé), Musée de Versailles, Galerie des batailles.

47 Georg Büchner, La Mort de Danton, 1835, édition bilingue, Paris, 1972. Robert Griepenkerl, Maximilien Robespierre, drame en 5 actes et en prose, traduit de l’allemand et précédé d’une étude par Auguste Dietrich, Paris, Louis Westerhausser éditeur, 1892 (ce drame fut joué en Allemagne en 1851 avec un grand retentissement).

Haut de page

Table des illustrations

Titre « C’est ainsi qu’on punit les traîtres »,
Légende frontispice du pamphlet intitulé Portraits exécrables du traître Robespierre et de ses complices, Paris, BnF, Estampes, Qb1 juin 1794.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1801/img-1.png
Fichier image/png, 183k
Titre La Nuit du 9 au 10 thermidor an II
Légende gravure au pointillé, dessin de F. J. Harriet, gravure de J. J. F. Tassaert,estampe déposée le 20 messidor an VI (20 juin 1798), BnF Estampes, Qb1 27 juillet 1794.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1801/img-2.png
Fichier image/png, 313k
Titre Portrait de Saint-Just, par H. Grevedon
Légende lithographie de Delpech, daté et signé 1824, Musée de Laon, Inv. Q2.3.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1801/img-3.png
Fichier image/png, 339k
Titre Panthéon républicain, 1789-93. Hoche, Marceau, Saint-Just
Légende lithographie de F. C. Wentzel à Wissembourg, Bernasconi aîné, éditeur à Lyon, Paris, BnF, Estampes, BN/69876.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1801/img-4.png
Fichier image/png, 342k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bacquès, « Le double mythe de Saint-Just à travers ses mises en scène », Siècles, 23 | 2006, 9-30.

Référence électronique

Marie-Christine Bacquès, « Le double mythe de Saint-Just à travers ses mises en scène », Siècles [En ligne], 23 | 2006, mis en ligne le 10 avril 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://siecles.revues.org/1801

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Bacquès

IUFM d’Auvergne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org