Navigation – Plan du site

Karl Kautsky et le centenaire de la révolution française

Jean-Numa Ducange
p. 63-82

Texte intégral

  • 1 Pour Karl Kautsky et les personnages cités dans cet article relatifs au mouvement ouvrier allemand, (...)

1On a perdu de vue aujourd’hui l’autorité qu’exerça Karl Kautsky sur le mouvement ouvrier allemand et international des années 1880 jusqu’en 1914. Théoricien de la social-démocratie allemande proche d’Engels, auteur du célèbre programme d’Erfurt de 1891, il a été longtemps perçu comme le vulgarisateur naturel des idées développées par Karl Marx et Friedrich Engels, ce qui lui valut d’être surnommé le « pape du marxisme »1.

  • 2 K. Kautsky, Erinnerungen und Erörterungen, La Haye, 1960, p. 522.
  • 3 K. Kautsky, Karl Marx’ökonomische Lehren, Stuttgart, 1887.
  • 4 K. Kautsky, Thomas More und seine Utopie, Stuttgart, 1888.
  • 5 K. Kautsky, Die Klassengegensätze von 1789. Zum hundertjährigen Gedenktag der grossen Revolution, S (...)

2Kautsky s’intéressa de près à l’Histoire. Dans ses mémoires2, il regrette que ses travaux historiques n’aient pas plus attiré l’attention, les jugeant plus originaux et de meilleure qualité théorique que ses écrits économiques, pourtant nettement plus diffusés, tel son abrégé du Capital de Marx3. Karl Kautsky n’a pourtant jamais prétendu faire oeuvre d’historien « classique » en explorant des sources nouvelles. Il préférait souligner la validité de la conception matérialiste à la lumière d’exemples de différentes époques. Ainsi, dans Thomas More und seine Utopie publié en 1888, il s’appuie sur une bibliographie éditée en langues étrangères4. Paru en 1889 à l’occasion du centenaire de la Révolution française, son ouvrage Die Klassengegensätze von 17895 révèle l’intérêt de Kautsky pour l’histoire des révolutions et la lecture politique qui peut en être faite par les socialistes qui se réclament du marxisme.

  • 6 Voir Werner Blumenberg, Karl Kautskys literarisches Werk, Amsterdam, 1960, p. 43-44.
  • 7 Voir l’introduction de Claude Mainfroy (éd.) dans Karl Marx et Friedrich Engels, Sur la Révolution (...)
  • 8 Friedrich Engels, La Guerre des paysans en Allemagne, Paris, 1974.
  • 9 Friedrich Engels’ Briefwechsel mit Karl Kautsky, Vienne, 1955.
  • 10 Edouard Bernstein à Karl Kautsky, 30 avril 1889. Kautsky Archiv, IISG (Institut international d’his (...)
  • 11 Peter Müller, « Karl Kautsky und die französische Revolution », Grosse französische Revolution und (...)

3Cet ouvrage illustre le rayonnement du « pape » à travers ses multiples traductions et rééditions, notamment dans le sud-est européen6. Il comble en 1889 l’absence d’un ouvrage d’ensemble sur la « Grande Révolution » dans la lignée de Marx, dessein que ce dernier avait souhaité réaliser à travers une histoire de la Convention, qu’il n’eut jamais le temps d’écrire7. Friedrich Engels qui avait en 1850, avec La Guerre des paysans en Allemagne8, ouvert l’étude des « traditions révolutionnaires » ne s’y trompe pas en accordant la plus grande attention aux travaux de Kautsky. Alors en correspondance régulière avec lui9, il lui apporte ses critiques et des compléments dans une lettre. Quant à Édouard Bernstein, il estime que c’est un travail « que nous devons promouvoir »10. Cette même année 1889, le « pape » revient sur la Révolution française, dans deux articles commémoratifs publiés par la presse autrichienne. Il rend également compte d’ouvrages sur ce même thème11.

La social-démocratie allemande sous la Sozialistengesetz et la Révolution française

  • 12 Horst Bartel, Wolfgang Schröder et Gustav Seeber, Das Sozialistengesetz, 1878-1890, Berlin, 1980.
  • 13 Jacques-Pierre Gougeon, La Social-démocratie allemande 1830-1996 : de la révolution au réformisme, (...)

4Saisir le sens de ces écrits renvoie nécessairement au contexte d’une social-démocratie allemande qui vit en 1889 les derniers mois de la Sozialistengesetz (« loi anti-socialiste »12) de Bismarck. Malgré de nombreuses restrictions, la social-démocratie a continué de s’implanter pendant ces années de « clandestinité » de 1878 à 1890. Après une première phase de difficultés, elle a progressé au niveau électoral, au niveau numérique13 et — du moins en a-t-elle la volonté — au niveau de la cohérence théorique.

  • 14 F. Engels, Anti-Dühring, Paris, 1977.

5Ce parti en phase de croissance veut être le porte-voix d’une doctrine, que l’on commence alors à qualifier de « marxiste » ; la diffuser nécessite un vaste travail pédagogique qui fut entrepris par Engels par le canal de son ouvrage l’Anti-Dühring, publié en 187814. Sa parution représente un tournant dont Kautsky rendra compte de la façon suivante quelques années plus tard :

  • 15 K. Kautsky, « Darwinismus und Marxismus », Die Neue Zeit, XIII, 1, 1894- 1895, p. 403 cité par Geor (...)

Le bouleversement que produisit l’Anti-Dühring dans nos têtes, comment nous avons appris, grâce à cet écrit, à comprendre tout à fait Marx, à le percevoir de manière globale, comment il nous a débarrassé de tous les restes du socialisme utopique, du socialisme de la chaire, du mode de pensée démocratique-bourgeois, seuls ceux qui ont accompli ce processus sont capables de le mesurer15.

  • 16 Aloys Schumacher , La Social-démocratie allemande et la IIIe République. Le regard de la revue Die (...)

6Engels inaugure ainsi un nouveau type d’ouvrage qui cherche à vulgariser ses idées et celles de Marx. Kautsky reprend cette méthode dans nombre de ses écrits. Il souhaite également élaborer, de façon empirique, un appareil de formation pour les cadres. Il prend des initiatives concrètes, créant notamment une nouvelle revue théorique : Die Neue Zeit, éditée à Stuttgart à partir de 188316. Alors que l’action politique directe lui était refusée à l’exception de son activité parlementaire, le parti s’est tourné entre 1878 et 1890 vers la formation et la tenue de conférences moins suspectes aux yeux de la loi. Cet aspect est particulièrement bien retranscrit par un témoin de l’époque, l’économiste Edgar Milhaud, qui a passé plusieurs années en Allemagne aux côtés de militants de la social- démocratie :

  • 17 Edgar Milhaud, La Démocratie socialiste allemande, Paris, 1903, p. 519.

Les rigueurs du régime d’exception, de 1878 à 1890, contribuèrent d’ailleurs largement à donner à la culture socialiste son caractère de culture générale. Les groupes politiques et les syndicats ouvriers suspects de tendance socialistes avaient été détruits [...] ils durent éviter avec le plus grand soin de traiter dans leurs conférences de sujets socialistes [...]. On choisissait des sujets purement scientifiques, mais on les prenait dans les alentours de la pensée socialiste ; on jetait ainsi dans les esprits un fonds d’idées constituant comme l’ambiance scientifique du socialisme17.

  • 18 Voir Béatrix Bouvier, Französische Revolution und deutsche Arbeiterbewegung, Bonn, 1982.
  • 19 K. Kautsky, Das Werden eines Marxisten, Leipzig, 1930, p. 124.
  • 20 Pour une présentation de cet article voir B. Bouvier, « Karl Kautsky als historiker, Kautsky und di (...)
  • 21 Sous la Sozialistengesetz, les éditions furent transférées à Zurich.
  • 22 Gabriel Deville, Babeuf und die Verschwörung der Gleichen, Hottingen-Zurich, 1887, publié en frança (...)
  • 23 Pierre Angel, Édouard Bernstein et l’évolution du socialisme allemand, Paris, 1961, p. 82-84.

7Pendant ces années, certaines personnalités du mouvement socialiste allemand n’attendirent donc pas le centenaire pour manifester leur intérêt pour la « Grande Révolution »18. Kautsky s’était intéressé tôt à ce sujet lors d’un essai de dissertation universitaire relatif à Jefferson et ses relations avec la Révolution française19. Surtout, dès le premier numéro de Die Neue Zeit en 1883, il écrivit une brève étude sur les assignats20. Quelques années plus tard, Édouard Bernstein se charge de traduire et d’éditer à Zurich21 en 1887 Babeuf et la conjuration des Égaux de Gabriel Deville en allemand, initiative audacieuse, cet ouvrage n’ayant en effet jamais été publié en français sous cette forme22. Son impact sera durable : peu avant la guerre de 1914, sa lecture est encore recommandée dans les brochures du parti. De plus, Bernstein accompagne cette édition d’une longue préface comprenant d’intéressants développements sur la violence révolutionnaire, annonçant les germes de sa « révision » du marxisme23.

  • 24 Voir l’éditorial de Jules Guesde, Le Socialiste, 23 juillet 1887 et la présentation qu’en fait Clau (...)
  • 25 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Le centenaire de la Révolution française et l’opinion publique all (...)

8L’année 1889 revêt une importance particulière pour le mouvement socialiste européen. Le choix du lieu et de la date du congrès (le 14 juillet à Paris) qui donne naissance à la seconde Internationale est suffisamment emblématique pour que l’on n’y revienne pas. Néanmoins si les socialistes français voient dans la Révolution de 1789 un jalon décisif de l’histoire moderne, une partie d’entre eux — notamment les guesdistes — refuse de s’associer à cette commémoration de la « République bourgeoise »24. En Allemagne, la situation est évidemment différente du fait de l’attitude du pouvoir. Le chancelier Otto von Bismarck organise en effet de véritables contre-commémorations vantant les mérites des « libertés germaniques », la continuité de l’histoire allemande pour mieux l’opposer à celle de la France faite de ruptures illégitimes : « L’Allemagne décline l’héritage révolutionnaire »25. La social-démocratie s’inscrit évidemment en porte-à-faux par rapport à l’orientation d’un gouvernement qui n’a pas encore cessé de les proscrire de la sphère publique. Ils célèbrent dans leur presse la « Grande Révolution », à l’image du Sozialdemokrat, paraissant en exil à Zurich de 1878 à 1890. Dans le numéro 28 du 13 juillet 1889 on met en valeur le rôle du peuple, sans lequel la bourgeoisie n’aurait pas pu être portée au pouvoir. Dans ce contexte, deux ouvrages importants consacrés à la Révolution française sont écrits par des sociaux-démocrates.

  • 26 Wilhelm Blos, Die französische Revolution. Volksthümliche Darstellung der Ereignisse und Zustände i (...)
  • 27 Voir Dieter Tiemann, « Die Rezeption der Französischen Revolution in der deutschen Arbeiterbewegung (...)
  • 28 E. Milhaud, La Démocratie […], p. 526.

9Wilhelm Blos publie fin 1888 un ouvrage volumineux (632 pages) et très illustré sur la Révolution française26, particulièrement bien diffusé. Jusqu’aux années 1920, plusieurs rééditions sont nécessaires, ce qui permet à l’ouvrage d’être vendu à plus de 47 000 exemplaires. Ce succès révèle l’intérêt des militants sociaux-démocrates pour l’histoire de la « Grande Révolution »27. Edgar Milhaud le signale parmi les ouvrages les plus rencontrés28. Il comprend un découpage chronologique classique (« L’Assemblée nationale, La Législative, La Convention, Le Directoire, Napoléon Bonaparte, Le Consulat ») et vise davantage à populariser les grands personnages et présenter positivement l’intervention populaire, qu’à inscrire la Révolution française dans une perspective théorique.

  • 29 Aloys Schumacher, La Social-démocratie […], p. 32-33.

10La logique de Kautsky, dont l’autorité politique et le rayonnement international sont sans commune mesure avec ceux de Blos, est différente. Il commence à publier une série d’articles consacrés à la Révolution française dans la Neue Zeit sous le titre Die Klassengegensätze von 1789. D’emblée il souhaite non pas retranscrire avec précision les événements, mais saisir le sens et la place de la Révolution française dans le cadre de la « conception matérialiste de l’histoire » ; il s’agit bien d’une contribution théorique. Le public auquel il s’adresse n’est pas non plus le même : en effet nulle édition sous forme de livre n’était prévue au départ, il s’agissait d’articles destinés à la Neue Zeit, une revue lue principalement par l’élite du mouvement social-démocrate, c’est-à-dire les intellectuels et certains fonctionnaires du parti29.

  • 30 Le livre est publié par l’éditeur du parti Dietz le 3 mai 1889.

11Mais sa diffusion s’élargit : les articles de Kautsky sur la Révolution française deviennent un petit livre30 de 79 pages qui fait office d’ouvrage de référence théorique dans la social-démocratie allemande au moins pour deux décennies.

Die Klassengegensätze von 1789, une analyse sociale de la Révolution française

  • 31 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Le centenaire […] », p 44.
  • 32 K. Kautsky, Das Werden eines Marxisten, Leipzig, p. 119.
  • 33 Heinrich von Sybel, Geschichte der Revolutions- zeit von 1789-1795, Dusseldorf, 1858.
  • 34 Voir Jean Bruhat, « Marx et la Révolution française », La Pensée socialiste devant la Révolution fr (...)

12Kautsky n’a pas cherché à consulter au-delà des ouvrages essentiels disponibles en français et allemand. Ses informations proviennent de références de l’époque comme celles d’Hipolyte Taine, Les Origines de la France contemporaine, et d’Alexis de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution qui sont tous deux « bien connus en Allemagne »31. Louis Blanc et son Histoire de la Révolution française sont aussi utilisés. On sait que déjà Ferdinand Lassalle admirait cette oeuvre. Kautsky lui-même reconnaîtra sa dette à l’égard de Louis Blanc32. Il utilise aussi une référence d’histoire « prussienne »33, l’ouvrage de l’historien national-libéral Heinrich von Sybel. Quant à Léopold Ranke, il était déjà étudié par Marx34. Le « pape du marxisme » se contente ici d’être un passeur auprès du public social-démocrate des principaux ouvrages disponibles, dans une optique de vulgarisation inscrite dans la lignée engelsienne de l’Anti-Dühring. Déjà son article de 1883 sur les assignats ne comportait aucun renvoi bibliographique, se contentant d’être un exposé sans références extérieures au texte.

  • 35 Friedrich Engels’ Briefwechsel mit Karl Kautsky, Vienne, 1955, p. 232-236. En français : Marx et En (...)

13Néanmoins, ces articles se sont ensuite enrichis de compléments de sources apportés par Friedrich Engels. En effet, dans une lettre du 11 février 1889, Kautsky sollicite l’aide de ce dernier suite à la demande de l’éditeur du parti, Johann Dietz, de publier ses articles sur la Révolution française sous forme de livre. Entre le 13 et le 20 février, Engels, de Londres, rédige une série de notes qu’il adresse à Kautsky le 20 février35.

  • 36 Pour une présentation détaillée des modifications voir F. Engels, Marx — Engels Gesamtausgabe. Okto (...)
  • 37 Nicolas Karéiew, Les Paysans et la question paysanne en France dans le dernier quart du XVIIIe sièc (...)

14Sa réponse est assez sèche — Engels s’excuse d’ailleurs de son ton — et dresse principalement une série de remarques de fonds, dont certaines contribueront à modifier son texte avant la publication sous forme d’ouvrage36. Il lui livre notamment une définition de la monarchie absolue, « compromis en quelque sorte naturel entre noblesse et bourgeoise » sur laquelle Kautsky n’a pas été selon lui assez clair. Mais c’est au niveau des sources qu’Engels est le plus exigeant en lui reprochant « le manque de bons matériaux » qui aurait pu selon lui être comblé si le travail avait été effectué à Londres (Kautsky résidait alors à Vienne). Les informations transmises dans cette lettre sont nombreuses, mais Engels insiste principalement sur un auteur, Nicolas Karéiew, l’historien russe de la paysannerie, dont l’ouvrage Les Paysans et la question paysanne en France dans le dernier quart du XVIIIe siècle37 avait déjà retenu l’attention de Marx et sera considéré comme majeur par l’historiographie ultérieure. Les indications transmises par Engels sont essentiellement issues de cet ouvrage. Ces notes, en majorité des données chiffrées sur les mendiants, seront incluses dans Die Klassengegensätze von 1789 lors de sa parution.

15L’ouvrage commence par une introduction de cinq pages qui a pour but d’expliquer au lecteur quelle méthode l’auteur a employée pour étudier la Révolution française et quels objectifs il a voulu atteindre. Kautsky souligne que les histoires de la « Grande Révolution » au cours du XIXe siècle présentent le plus souvent une vision partielle des événements, dans lesquels chacun trouve une légitimité pour le parti qu’il défend. En ce début de centenaire, la vivacité des oppositions demeure :

  • 38 K. Kautsky, La Lutte des classes en France en 1789, Paris, 1901, p. 7.

Les antagonismes, dont la Révolution fut l’explosion, ne sont pas encore pleinement dépassés ; et les nouveaux antagonismes qu’elle fit naître, n’ont fait depuis que prendre une forme chaque jour plus aiguë et plus grandiose. Il n’y a aucun parti moderne qui, par la tradition ou la sympathie, par l’analogie des situations ou des desseins, n’ait quelque parenté avec un parti de la Révolution et ne soit par conséquent disposé à ménager ce que ses adversaires jugent précisément avec le plus de sévérité38.

16Son ouvrage prétend être le premier exposé des antagonismes de classes au temps de la Révolution française. Il comble ainsi un manque :

  • 39 Ibid., p. 8.

dans la plupart des exposés de la Révolution, la lutte des classes (Klassenkampf) apparaissait et apparaît encore, non comme le ressort de tout le bouleversement social, mais comme un épisode s’intercalant entre les luttes des philosophes, des orateurs et des hommes d’État, comme si celles-ci n’étaient pas la conséquence nécessaire de celle- là !39

17Il refuse d’avance tout schématisme qui ne mettrait en présence que « deux classes en lutte » :

  • 40 Ibid., p. 9.

On n’est que trop disposé, lorsqu’on ramène le devenir historique à une lutte de classes, à ne voir dans la société que deux camps, deux classes en lutte, deux masses compactes, homogènes, la masse révolutionnaire et la masse réactionnaire, celle qui est en bas, celle qui est en haut40.

  • 41 K. Marx, Critique du programme de Gotha, Paris, 1966, p. 33.
  • 42 K. Kautsky, La Lutte […], p. 9.

18Il s’agit ici d’une allusion aux thèses lassaliennes que Kautsky souhaite combattre. Dans le programme de Gotha de la social-démocratie de 1875, toujours en vigueur avant celui d’Erfurt de 1891 et fortement influencé par les thèses de Lassalle, il est dit que « l’affranchissement du travail doit être l’oeuvre de la classe ouvrière, en face de laquelle toutes les autres classes ne forment qu’une masse réactionnaire »41. Marx s’éleva contre cette simplification dans des « Notes marginales » (qui deviendront sa Critique du programme de Gotha) mais elles n’étaient pas encore publiées à l’époque. L’occasion d’étudier la Révolution française pour Kautsky est aussi un moyen de lutter contre une vision de l’histoire jugée binaire et schématique. L’enjeu politique est net : « À jeter un coup d’oeil sur la situation respective des classes il y a cent ans, mainte expression du vocabulaire politique moderne s’éclaircira : ce n’est donc pas là un travail dénué d’actualité »42.

19Le choix du découpage de l’ouvrage est formulé à partir de ce souci de complexité. Le sommaire est à cet égard significatif et met en scène les différentes forces sociales :

La monarchie absolue / Noblesse et clergé / Les fonctionnaires / La révolte des privilégiés / La bourgeoisie / Les classes libérales / Les sans-culottes / Les paysans / L’étranger.

20Il revient en préalable sur la nature de la monarchie absolue et les troubles tels que la Fronde sous l’Ancien Régime. Ensuite, si l’on excepte la première phrase de l’introduction de la brochure qui évoque la réunion des députés du Tiers-État en Assemblée nationale, il faut attendre la trente-cinquième page pour voir Kautsky citer une date de la Révolution française. Contrairement à Wilhelm Blos, qui adopte une logique chronologique classique, le « pape du marxisme » n’attache que peu d’importance aux dates de la Révolution. La rupture thermidorienne n’intervient pas pour lui comme fait majeur, il la juge même inopérante, tant un processus révolutionnaire doit se saisir sur le temps long. Le principal effet de la Révolution étant d’avoir créé un nouvel ordre des choses irréversible, le 9 thermidor ne saurait être perçu comme le « naufrage de la Révolution » :

  • 43 Ibid., p. 86.

On a vu dans leur chute [les sans-culottes] — qui commence avec celle de Robespierre (9 thermidor ou 27 juillet 1794), qu’avait précédée celle d’Hébert, et qui fut consommée au 4 prairial (24 mai 1795) — le naufrage de la Révolution. Comme si un événement historique, un fait, résultant des rapports sociaux réels, pouvait « faire naufrage » ! Une entreprise projetée par des individus, une révolte, une émeute peuvent échouer, mais non un processus historique, dont une Révolution est le terme ; une Révolution qui échoue n’est pas une Révolution43.

  • 44 Erich Matthias, « Kautsky und der Kautskyanismus », Marxismusstudien II, 1957, p. 151-197.
  • 45 K. Kautsky, La Lutte […], p. 109.

21On peut voir ici le « déterminisme » de Kautsky, son « fatalisme révolutionnaire »44 pour qui le triomphe d’une révolution est un processus naturel inéluctable, l’amenant à des affirmations quelque peu péremptoires, et ainsi à sous-estimer l’importance de certaines ruptures. Cette remarque peut s’appliquer aussi à sa vision de Napoléon. L’Empire et l’occupation napoléonienne à l’étranger occupent son attention et entrent dans le cadre de sa brochure, Napoléon étant perçu comme le continuateur de la « Grande Révolution » par la formule lapidaire suivante : « Les Jacobins sauvèrent la Révolution en France ; Napoléon révolutionna l’Europe »45. Néanmoins cette appréciation est explicable : Kautsky, comme Wilhelm Blos et le mouvement social-démocrate, reconnaît les bienfaits de l’occupation napoléonienne qui a contribué à l’abolition de la féodalité dans une partie de l’Allemagne. Dans tous les cas, il s’agit bien pour lui de saisir le processus général de la « Révolution bourgeoise », et non d’établir une analyse minutieuse des faits.

  • 46 Ibid., p. 99.
  • 47 Claude Mainfroy, « Marx et la Révolution française après 1870 », Cahiers d’histoire, no 21, 1985, p (...)
  • 48 K. Kautsky, La Lutte […], p. 102.

22Kautsky propose aussi une analyse des différentes catégories sociales sous la Révolution, notamment des paysans. Il fait d’ailleurs le choix d’écrire son chapitre le plus long sur la paysannerie, et d’autres parties de l’ouvrage comportent aussi des développements sur le même thème. S’appuyant sur les données fournies par Taine, il dresse un tableau de la situation « misérable » des paysans sous l’Ancien Régime et décrit la révolte des paysans qui mène à la journée du 4 août. Le plus intéressant est probablement sa tentative de saisir la paysannerie non pas comme un bloc monolithique, mais selon une approche incluant des différenciations régionales. Il étudie son évolution durant la période révolutionnaire en portant une attention particulière aux manifestations d’hostilité à la Révolution dans l’ouest de la France. Il cherche à analyser cette partie de la paysannerie en des termes qui se démarquent nettement des visions républicaines caricaturales de l’époque. Kautsky souligne l’encadrement du clergé et des nobles et constate qu’au niveau des structures économiques, ces régions correspondaient à un ancien « mode de production, où ce qui ailleurs était devenu des chaînes insupportables, servait encore de bouclier protecteur »46. Claude Mainfroy pourra ainsi relever bien plus tard qu’à travers ces remarques et la réponse d’Engels, naissait une analyse sociale du conflit vendéen47. Ce faisant, Kautsky esquisse également une définition de la base sociale qui permettra au bonapartisme de s’imposer au pouvoir. Le paysan « n’a jamais été un fervent partisan du système représentatif, sur lequel, par suite de son isolement et de sa misère intellectuelle, il a peu d’influence »48. Il éprouve un attachement à l’armée, pilier sur lequel s’appuiera Bonaparte :

  • 49 Ibid., p. 108.

L’armée nouvelle [...] était l’institution pour laquelle ils avaient le plus d’enthousiasme, et si un général victorieux [...] jetait bas la domination du parlement pour établir sa domination absolue, [...] ils l’applaudissaient de se substituer, lui, empereur des paysans, à un régime d’avocats. Quant aux sans-culottes, qui avaient fondé la République et l’avaient sauvée de l’assaut des forces féodales, ils étaient réduits à l’impuissance49.

23Les sans-culottes, sur lesquels Kautsky revient à plusieurs reprises, forment l’autre force sociale dont il relève le rôle décisif pendant la Révolution. Un chapitre leur est aussi consacré. Ils sont analysés comme la « masse révolutionnaire » par excellence, malgré leur hétérogénéité sociale. Leur action est valorisée : c’est elle qui permit à la Révolution française de survivre aux assauts de l’intérieur et de l’extérieur :

  • 50 Ibid., p. 83.

Ce n’est pas la Législative, ce n’est pas la Convention, qui sauvèrent alors la Révolution, mais les sans-culottes. [...] ils dominèrent la Convention, ils dominèrent le gouvernement, ils dominèrent la France50.

24Kautsky évoque les revendications « taxatrices » des sans-culottes, en soulignant leur caractère illusoire à une époque où le développement du capitalisme s’avérait nécessaire :

  • 51 Ibid., p. 84.

Supprimer, ou tout au moins limiter les différentes sortes d’exploitation capitaliste, en particulier le commerce, la spéculation et l’agiotage, parut bientôt aux sans-culottes aussi nécessaire que combattre la contre- Révolution. Mais renverser le capitalisme par la base était alors chose impossible : les conditions pour le passage à une forme de production nouvelle, supérieure, n’étaient pas encore données51.

25Plus loin, il développe la notion de « nouvelle forme de production » :

  • 52 Ibid., p. 86-87.

Les Jacobins et les faubourgs de Paris ont échoué, parce que les circonstances ne permettaient pas une Révolution petite-bourgeoise ou prolétarienne, et que leur oeuvre était incompatible avec la Révolution capitaliste. Leur action n’a pas été vaine cependant. Ce sont eux qui ont aménagé et préparé le terrain sur lequel, sous le Directoire et sous l’Empire, en l’espace de quelques années, une nouvelle forme de production (eine neue Produktionsweise), une nouvelle société devaient prendre un essor si rapide et merveilleux52.

26Sur ce point, Kautsky ne tient pas compte des réserves d’Engels, qui lui reproche d’évoquer le « nouveau mode de production » de façon trop abstraite. S’esquisse ainsi un débat majeur de l’historiographie du XXe siècle : la question de la transition du mode de production « féodal » au mode de production « capitaliste ».

  • 53 Ibid., p. 82.

27Sans nier le rôle des élites bourgeoises pendant la Révolution, l’essentiel du propos de Kautsky est de démontrer le rôle majeur des paysans et sans-culottes dans le processus révolutionnaire — ce qui est original en 1889 : « C’est dans les paysans, les petits bourgeois et les prolétaires que la fraction révolutionnaire de la bourgeoisie trouva l’appui sans lequel elle eût été vaincue »53. Bien qu’il mentionne le rôle des « prolétaires », on remarque son extrême prudence quant à leur existence réelle sous la Révolution française. Il insiste sur la différence qu’il y a entre les sans- culottes de 1789 et le prolétariat de 1889 :

  • 54 Ibid., p. 81.

Assimiler ces éléments révolutionnaires aux prolétaires modernes de la grande industrie, et leur supposer les mêmes tendances, c’est se faire une idée entièrement fausse des « sans-culottes », comme on les appelle, et de la Révolution, sur la marche de laquelle ils ont eu une si grande influence54.

28Il commence de façon significative son chapitre sur la bourgeoisie par une mise au point sur la définition du prolétariat :

  • 55 Ibid., p. 51-52.

C’est devenu une mode aujourd’hui de considérer la classe capitaliste comme le troisième État et de lui opposer le prolétariat comme le quatrième État. Or, tout d’abord, le prolétariat est une classe et non un ordre ; c’est un groupe social, qui est séparé des autres groupes par une situation économique particulière, et non par des institutions juridiques spéciales. Ensuite, il est inadmissible de parler d’un quatrième État, parce que le prolétariat existait déjà dans le sein du troisième ordre, lequel comprenait tous ceux qui ne rentraient pas dans les deux premiers ordres, depuis les capitalistes jusqu’aux artisans, paysans et prolétaires55.

  • 56 Ferdinand Lassalle, Arbeiter-Programm, cité par Sonia Dayan-Herzbrun, L’Invention du Parti ouvrier, (...)

29Kautsky s’inscrit à nouveau avec ce développement dans l’affirmation du « marxisme » contre les idées de Lassalle, évoquées de façon allusive comme une « mode ». Héritier de la tradition des romantiques allemands, Lassalle avait en effet développé l’idée d’une société divisée depuis le Moyen Âge entre quatre états (Stände) dont le dernier serait « l’état ouvrier ». Il affirmait que, sous l’Ancien Régime, « la population est formée des mêmes états, des mêmes classes que ceux qui composent la société bourgeoise d’aujourd’hui »56. Cette analyse reposait sur une conception essentiellement juridique de l’histoire faisant passer au second plan les considérations économiques. Kautsky contredit ainsi la conception lassalienne de l’histoire sur une question essentielle pour le « marxisme » : la définition d’une classe sociale.

Des écrits complémentaires

30Cette volonté d’écrire, sinon une histoire sociale de la Révolution, tout au moins l’esquisse d’une méthode pour y parvenir, se retrouve dans d’autres articles de Kautsky rédigés à la même période. Le « pape du marxisme » confirme son intérêt pour la Révolution à l’occasion de son centenaire dans ses articles pour le Sozialdemokratische Monatschrift de Vienne, puis peu après dans ses comptes-rendus pour la Neue Zeit.

31Kautsky poursuit en effet au cours de l’année 1889 ses investigations sur la « Grande Révolution » dans un mensuel de la social- démocratie autrichienne. Dans deux articles intitulés Le 28 avril 1789 et À propos du 4 août 1789, il s’intéresse à ce qu’il considère comme deux événements où l’intervention populaire fut décisive.

  • 57 K. Kautsky, « Der 28. April 1789 », Sozialdemokratische Monatschrift, n° 3, 31 mars 1889, p. 1-8.

32Sa première contribution57, écrite vraisemblablement après Die Klassengegensätze von 1789, revient sur l’émeute de la manufacture Réveillon du 28 avril 1789 et mérite d’être présentée ici. Elle reprend en effet une série de définitions établies dans son ouvrage. Par exemple, il renouvelle sa critique de la « conception bourgeoise de l’histoire » qui surestime le poids des lois et du parlement. Mais son 28 avril 1789 inclut des nouveautés manifestes. Il s’ouvre en effet sur une critique des choix commémoratifs des dates de la Révolution française, à savoir le 5 mai (l’ouverture des États généraux) ou le 17 juin (constitution du Tiers-État en Assemblée nationale), critique qu’il n’était pas encore pertinent d’adresser dans ses articles de la Neue Zeit écrits à la fin de l’année 1888, avant le début des commémorations. Surtout, il choisit une date méconnue pour souligner le rôle du peuple parisien, l’émeute de la manufacture Réveillon le 28 avril 1789. Après une description de la situation de la France à la veille de la Révolution, tant dans les campagnes qu’à Paris, il souligne que « la direction de cette « masse révolutionnaire » revint aux artisans, pas aux prolétaires ». Cette situation contraste avec 1889, où le métier de petit artisan « moralement et intellectuellement se situe en dessous du chômeur ». En 1789, les artisans constituaient au contraire « d’intrépides et énergiques membres du petit peuple, avant-garde véritable de la masse révolutionnaire ».

33Cette parenthèse avec le monde contemporain s’explique par la volonté d’être compréhensible auprès d’un public militant susceptible de ne pas saisir la nature politique des artisans de 1789. Kautsky passe ensuite au contexte de la révolte elle-même : après la description de son déroulement et de sa répression, il lui assigne un caractère avant-coureur. À ses yeux, il s’agit du premier acte des faubourgs qui agiront lors de toutes les grandes journées révolutionnaires : 14 juillet et 5 octobre 1789, 10 août 1792. Il considère que la révolte des ouvriers de cette manufacture constitue le point de départ réel de la révolution. Son article se conclut en effet sur le constat suivant : « Le soulèvement du 28 avril 1789 fut de la plus grande signification, même s’il n’était pas socialiste ; il fut le précurseur de la prise de la Bastille, on peut ainsi le désigner comme le début de la Révolution à Paris ».

34Sur les conclusions théoriques, Kautsky reprend ainsi son ouvrage dans ses grandes lignes. Néanmoins, la volonté de rompre avec le consensus commémoratif pour marquer l’entrée de l’acteur décisif dans la Révolution, le peuple des faubourgs, est significative de la conception de l’histoire que le « pape » entend promouvoir.

  • 58 Neue Zeit, 1890, p. 143-144.
  • 59 Eugen Jäger, Die französische Revolution und die soziale Bewegung, Berlin, 1889.

35Kautsky poursuit la lecture d’ouvrages sur la Révolution française dans les mois qui suivent. En 1890, il rend compte dans la Neue Zeit58 de l’ouvrage Die französische Revolution und die soziale Bewegung (« La Révolution française et le mouvement social ») d’Eugen Jäger59, qui se définit lui-même comme « conservateur », écrivant du point de vue « chrétien-social ». Publié à l’occasion du centenaire, il se fonde aussi sur les « classiques » français que sont Taine et Tocqueville. On ne sera pas surpris de l’appréciation très négative de Kautsky à son égard. Dans sa recension, il tourne en dérision la conception de l’histoire de Jäger, qui l’amène à présenter Frédéric II comme un « républicain » en raison de ses liens avec les philosophes. Ce compte-rendu assez court, dont le principal objectif est de combattre une vision « réactionnaire » de la Révolution française, montre que la Neue Zeit de Kautsky est non seulement une revue de formation social-démocrate, mais aussi plus largement un organe intellectuel rivalisant avec les histoires produites par les « officiels » prussiens, à une époque où les intellectuels socialistes étaient largement exclus des institutions académiques.

  • 60 Boris Minzes, Die Nationalgüterveräusserung während der französischen Revolution, Iéna, 1892.
  • 61 Neue Zeit, 1893, p. 600-603.
  • 62 K. Kautsky, Die Vorläufer des neueren Sozialismus, Stuttgart, 1895.

36Quelques années plus tard, en 1893, Kautsky écrit, toujours pour la Neue Zeit, un compte-rendu plus fourni d’un autre ouvrage sur la Révolution française, celui de Boris Minzes, Die Nationalgüter- veräusserung während der französischen Revolution60 (« La vente des biens nationaux pendant la Révolution française »), qui s’appuie sur les sources du département de Seine-et-Oise61. Kautsky revient ainsi sur un sujet qui l’a préoccupé dix ans plus tôt, la confiscation des biens de l’Église à la fin de l’année 1789, dont il relève l’importance puisqu’il s’agit pour lui du « processus [...], un des plus importants, peut-être le plus important dans la violente lutte des classes que l’on nomme la grande Révolution française ». Les aspects politiques occupent une place majeure dans sa recension. Il explique en effet le changement de position de la bourgeoisie à l’égard de la propriété : sacralisée à l’époque où Kautsky écrit ces lignes, elle l’était bien moins un siècle plus tôt en France lorsqu’il s’agissait de toucher aux biens du clergé. Il repousse par cette analogie toute condamnation de la politique socialiste, que l’on accuse de menacer sans fondements la propriété privée. Pour appuyer son propos, il retourne même au temps de la Réforme du XVIe siècle, sur laquelle il reviendra plus longuement l’année suivante dans un important ouvrage62. Il prend pour exemple la confiscation des biens du clergé par le roi d’Angleterre Henri VIII. Reprenant, au sujet de 1793, une formule posée dans Die Klassengegensätze von 1789, il évoque la « domination de la petite bourgeoisie et du prolétariat en contradiction avec la bourgeoisie ». Ce compte-rendu n’est cependant pas qu’une simple réaffirmation des grands traits de son ouvrage de 1889. Citant les chiffres donnés par Minzes, il montre la disproportion entre les achats des « marchands urbains », très majoritaires, et ceux de la « population rurale ». Il salue cette recherche, et juge que l’importance des matériaux mis à disposition est fondamentale pour saisir les relations sociales pendant la Révolution. La publication de sources sur la Révolution française était désormais bien pensée comme un aspect important de son étude. Les remarques qu’Engels avaient formulées sur ce point ont probablement contribué à l’influencer dans ce sens. On peut d’autant l’affirmer que son compte-rendu s’achève par un appel à lire la littérature russe sur ce sujet, notamment l’oeuvre de Karéiew, qu’Engels affectionnait particulièrement. Kautsky conclut son propos en incitant vivement à tourner son attention vers ce pays au vu des rapports sociaux de la Russie de la fin du XIXe siècle, proches de ceux de la France en 1789 : « Aujourd’hui c’est probablement en Russie que l’on comprend le mieux la grande Révolution et à partir de celle-ci on peut peut-être concevoir — à vrai dire mutatis mutandis — le cours du développement au début duquel se trouve la Russie ».

Une relecture stimulée par la Révolution russe de 1905

  • 63 1649-1789-1905, Berlin, 1905 (IISG).
  • 64 K. Kautsky, Protivorjecija klassovyh intjerjesov v 1789 godu, Kiev, 1902, Saint-Pétersbourg 1902, R (...)

37Quelques années plus tard, Kautsky juge à nouveau — cette fois-ci à l’épreuve des faits — que la Russie constitue le meilleur laboratoire de la compréhension de la France de 1789. En effet, quand éclate la révolution russe de 1905, l’éditeur de la social-démocratie allemande publie une brochure au titre éloquent 1649-1789-190563 qui dresse une continuité entre les différentes « révolutions bourgeoises » tout en soulignant déjà l’autonomie des revendications « prolétariennes » dans la Russie de 1905. Le SPD profite ainsi de la révolution russe pour rappeler l’importance qu’il accordait à la Révolution de 1789. Le travail est collectif : on compte parmi les auteurs Franz Mehring, auteur d’une contribution sur la Révolution française, et Rosa Luxembourg, qui manifeste son enthousiasme pour la nouvelle révolution russe. Karl Kautsky occupe une place de choix dans ce travail. En premier lieu, il écrit une contribution spécifique Alte und Neue Revolution (« Ancienne et nouvelle Révolution ») qui établit un système d’analogie entre la France de 1789 et la Russie de 1905 et poursuit ainsi ses remarques sur Karéiew de 1893. Surtout, un long extrait de Die Klassengegensätze von 1789 est cité, plus précisément une partie du chapitre consacré aux sans-culottes, ce qui montre le statut de référence qu’occupe encore cet ouvrage dans la social-démocratie allemande. Relevons par ailleurs qu’en 1905, Die Klassengegensätze von 1789 avait déjà été traduit et publié à plusieurs reprises en russe64.

  • 65 Le Socialiste a publié une traduction de cette préface dans son édition du 1er mars 1908 que nous u (...)

38Trois ans plus tard, en 1908, Die Klassengegensätze von 1789 est réédité en Allemagne. Le texte n’est pas modifié, excepté le titre qui devient Die Klassengegensätze zur Zeit der französische Revolution (« Les contradictions de classes au temps de la Révolution française »). Est ainsi enlevée la référence explicite à l’année 1789, qui pouvait se justifier en 1889 pour marquer l’aspect commémoratif du centenaire, mais qui perdait de son sens deux décennies plus tard vu les délimitations chronologiques adoptées par l’auteur. Kautsky y ajoute une nouvelle préface où il réaffirme l’actualité de sa démarche, et constate que son ouvrage est toujours la référence marxiste sur la Révolution française : « C’est ainsi que mon esquisse, donnée il y a vingt ans, des conflits de classe à l’époque de la grande Révolution n’a malheureusement jusqu’ici été ni dépassée ni rendue inutile par un autre travail »65. Il précise l’utilité de son analyse des différentes classes sociales au temps de la Révolution française. Il refuse une vision simple opposant deux blocs monolithiques, en référence à la « politique socialiste » de l’époque :

[...] la politique socialiste ne peut pas se contenter de constater en général le conflit de classe entre capital et travail ; elle doit scruter l’organisme social dans tous ses détails, parce que, sous ce grand conflit, il en existe dans la société infiniment d’autres, de moindre importance, mais qu’on n’a pas le droit de négliger et dont la compréhension et la mise à profit facilitent grandement la politique prolétarienne et peuvent la rendre beaucoup plus féconde.

  • 66 Heinrich Cunow, Die revolutionäre Zeitungsliteratur Frankreichs während der Jahre 1789 bis 1794, Be (...)
  • 67 Vorwärts, 7 février 1909 (IISG).

39Kautsky, qui n’évoque pas l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jean Jaurès parue entre 1900 et 1904, il est vrai non disponible pour le public allemand, annonce cependant la parution prochaine d’un autre ouvrage sur la « Grande Révolution » par un social-démocrate : « Elle pourrait cependant trouver bientôt un excellent complément dans un livre sur la Révolution française que prépare Heinrich Cunow et que je voudrais dès à présent indiquer à tous ceux des lecteurs de mon opuscule qui essaieront de pénétrer plus avant dans le sujet ». Cet ouvrage connaît la même trajectoire que celui de Karl Kautsky. À partir de 1906, paraît une série d’articles dans la Neue Zeit signés d’Heinrich Cunow et relatifs à la presse sous la Révolution. En 1908, ils sont publiés sous forme d’ouvrage66 et Kautsky en fait un long compte-rendu positif dans le Vorwärts, principal organe de presse du SPD sous le titre Einneues Buch über die französische Revolution67 (« Un nouveau livre sur la Révolution française »). Heinrich Cunow de son côté ouvre son ouvrage par une préface où, après avoir rappelé que le Tiers-État constitue un« conglomérat » hétérogène aux « intérêts différents », il s’inscrit dans la lignée de l’ouvrage de Kautsky dont il souligne la singularité :

  • 68 H. Cunow, Die revolutionäre [ …], p. 2.

Ce mélange de classes dans le « Tiers-État » qui repose sur la structure économique n’a néanmoins presque pas été pris en compte dans les oeuvres historiques sur la Révolution française. Un seul écrit spécifique m’est connu qui a entrepris d’investir ce terrain inexploré dans cette direction : « Les contradictions de classes en 1789 » de Karl Kautsky68.

  • 69 Gilbert Badia, Rosa Luxembourg. Journaliste, Polémiste, Révolutionnaire, Paris, 1975, p. 161-166.
  • 70 Eckstein Gustav, Leitfaden zum Studium derGeschichte des Sozialismus,Berlin, 1910 (IISG).

40Ainsi, vingt ans après le centenaire, Kautsky transmet sa légitimité à Heinrich Cunow, enseignant de 1907 à 1914 à l’école du parti et membre en vue de la « droite » du SPD. L’année suivante est marquée par sa rupture ouverte avec l’aile gauche du parti : sa querelle avec Rosa Luxembourg (sur la question de la revendication du mot d’ordre de République69) ternit sa figure de « marxiste » orthodoxe et en fait le représentant du « centrisme ». L’ouvrage de Kautsky ne disparaît pas pour autant de l’horizon de la social-démocratie et de ses militants. En 1910,l’ouvrage est à nouveau réédité. La même année, dans un des cahiers servant à la formation des militants relatif à « l’histoire du socialisme de Thomas More à la dissolution de l’Internationale » édité par l’école du parti70 , une partie importante est consacrée à la Révolution française. Die Klassengegensätze von 1789 figure dans la bibliographie du cahier, qui recommande sa lecture. Surtout, la présentation de l’exposé de la France en1789 commence par la « Situation sociale avant la Révolution », où on peut lire un résumé proche de la vision développée par Kautsky.

Une référence maintenue tout au long de son oeuvre

41Si Kautsky a accordé une importance particulière à la Révolution française à l’occasion du centenaire de 1889 et de ses prolongements, plusieurs occasions, notamment les différentes révolutions russes, stimulent à nouveau son intérêt pour la « Grande Révolution ».

  • 71 K. Kautsky, Terrorisme et communisme, Paris, 1919.
  • 72 Brigitte Emig, Literatur für eine neue Wirklichkeit— Bibliographie und Geschichte des Verlages JHW (...)

42Dans sa controverse avec Trostky, après la révolution de 1917, on notera que son célèbre ouvrage Terrorisme et communisme71, qui porte comme sous-titre Contribution à l’histoire des Révolutions, comprend une importante réflexion sur la Terreur de 1793, faisant suite à un exposé détaillé de la nature de la violence à la fin du XVIIIe siècle. Quant à Die Klassengegensätze zur Zeit der französische Revolution, il sera réédité à trois reprises en 1919, 1920 et 1923 par le SPD. Les deux derniers tirages atteindront environ 15 000 exemplaires72.

  • 73 K. Kautsky, Die materialistische Geschichtsauffassung, Berlin-Bonn, 1998,p. 495 et p. 521-522.
  • 74 K. Kautsky, Krieg und Demokratie, Berlin, 1932

43Après 1919, Kautsky devient progressivement un intellectuel marginal au sein du mouvement ouvrier allemand. Il profite de ce retrait de la politique pour continuer à écrire des ouvrages, dont la plupart comprennent de nombreuses références à l’histoire. En 1927, dans Die materialistische Geschichtsauffassung (« La conception matérialiste de l’histoire »), que d’aucuns surnomment le magnum opus de son oeuvre,il fait un retour critique sur certaines de ses affirmations contenues dans Die Klassengegensätze von 178973. En 1932, dans sa vaste étude sur les relations entre la guerre et la démocratie74, il montre qu’il s’intéresse toujours de près à l’historiographie de la Révolution française et cite à plusieurs reprises l’historien français Albert Mathiez. La revue de ce dernier, les Annales historiques de la Révolution française prend d’ailleurs l’initiative de publier la lettre de Friedrich Engels à Karl Kautsky de février 1889, à deux reprises : d’abord en 1934, puis avec de nouvelles annotations en 1935. Elle signale ainsi au public français spécialiste de la Révolution française l’intérêt qu’avaient porté les deux grandes figures du socialisme à ce sujet.

44À l’Est, Die Klassengegensätze von 1789 connut une fortune particulière, dans la Russie d’avant 1917, mais aussi au début de la Russie soviétique. On peut recenser au moins quatre éditions entre 1918 et 1923. La dernière est éditée en Ukraine soviétique, à Kharkov, sous la direction de Christian Rakovsky, féru d’histoire de la Révolution française.

  • 75 Une comparaison des conceptions et des diffusions des deux ouvrages sera présentée dans le cadre d’ (...)

45Die Klassengegensätze von 1789 fut le premier ouvrage de référence « marxiste » sur la Révolution française, assez modeste en taille et avec des imperfections révélées par les commentaires d’Engels. Il n’en a pas moins constitué une sorte de premier « manuel » prétendant saisir l’ensemble de la « Grande Révolution » dans l’optique du matérialisme historique. Deux forces sociales retinrent particulièrement l’intérêt du« pape du marxisme » dans le processus révolutionnaire, la paysannerie et les sans-culottes, dont l’étude allait constituer au XXe siècle un enjeu majeur de l’historiographie. Enfin sa singularité par rapport à d’autres productions de la social-démocratie allemande est d’avoir été traduit en français, et ce en 1901, à une date où commençait à être publiée l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jaurès75. Ainsi, si Die Klassengegensätze von1789 n’est que rarement mentionné, il a cependant été une référence pour plusieurs générations de militants socialistes — voire communistes —, à une échelle qui dépasse largement le cadre de l’Allemagne. À ce titre, il représente un jalon non négligeable de l’historiographie internationale de la Révolution française.

Haut de page

Notes

1 Pour Karl Kautsky et les personnages cités dans cet article relatifs au mouvement ouvrier allemand, Jacques Droz, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international. Allemagne, Paris, 1990.

2 K. Kautsky, Erinnerungen und Erörterungen, La Haye, 1960, p. 522.

3 K. Kautsky, Karl Marx’ökonomische Lehren, Stuttgart, 1887.

4 K. Kautsky, Thomas More und seine Utopie, Stuttgart, 1888.

5 K. Kautsky, Die Klassengegensätze von 1789. Zum hundertjährigen Gedenktag der grossen Revolution, Stuttgart, 1889. (« Les antagonismes de classes en 1789. Pour le centième anniversaire de la grande Révolution »). Nous utiliserons dans notre étude les citations de l’édition française La Lutte des classes en France en 1789, Paris, 1901, réimpr. 1999. Pour le reste, les traductions sont de nous, sauf mention contraire.

6 Voir Werner Blumenberg, Karl Kautskys literarisches Werk, Amsterdam, 1960, p. 43-44.

7 Voir l’introduction de Claude Mainfroy (éd.) dans Karl Marx et Friedrich Engels, Sur la Révolution française, Paris, 1985.

8 Friedrich Engels, La Guerre des paysans en Allemagne, Paris, 1974.

9 Friedrich Engels’ Briefwechsel mit Karl Kautsky, Vienne, 1955.

10 Edouard Bernstein à Karl Kautsky, 30 avril 1889. Kautsky Archiv, IISG (Institut international d’histoire sociale, Amsterdam), DV 112.

11 Peter Müller, « Karl Kautsky und die französische Revolution », Grosse französische Revolution und revolutionäre Arbeiterbewegung, Berlin, 1989, p. 175-186. Cette intéressante contribution ne tient pas compte des autres articles et comptes-rendus à part Die Klassengegensätze von 1789. Même remarque pour Béatrix Bouvier, « Karl Kautsky als Historiker, Kautsky und die französische Revolution », Marxismus und Demokratie, Francfort/New York, 1992, p. 350-361.

12 Horst Bartel, Wolfgang Schröder et Gustav Seeber, Das Sozialistengesetz, 1878-1890, Berlin, 1980.

13 Jacques-Pierre Gougeon, La Social-démocratie allemande 1830-1996 : de la révolution au réformisme, Paris, 1996, p. 117-128.

14 F. Engels, Anti-Dühring, Paris, 1977.

15 K. Kautsky, « Darwinismus und Marxismus », Die Neue Zeit, XIII, 1, 1894- 1895, p. 403 cité par Georges Haupt, L’Historien et le mouvement social, Paris, 1980, p. 93

16 Aloys Schumacher , La Social-démocratie allemande et la IIIe République. Le regard de la revue Die Neue Zeit, Paris, 2001, p. 25-39.

17 Edgar Milhaud, La Démocratie socialiste allemande, Paris, 1903, p. 519.

18 Voir Béatrix Bouvier, Französische Revolution und deutsche Arbeiterbewegung, Bonn, 1982.

19 K. Kautsky, Das Werden eines Marxisten, Leipzig, 1930, p. 124.

20 Pour une présentation de cet article voir B. Bouvier, « Karl Kautsky als historiker, Kautsky und die französische Revolution », Marxismus und Demokratie, Francfort/New York, 1992, p. 350-361.

21 Sous la Sozialistengesetz, les éditions furent transférées à Zurich.

22 Gabriel Deville, Babeuf und die Verschwörung der Gleichen, Hottingen-Zurich, 1887, publié en français dans Le Socialiste du 27 août au 5 novembre 1887.

23 Pierre Angel, Édouard Bernstein et l’évolution du socialisme allemand, Paris, 1961, p. 82-84.

24 Voir l’éditorial de Jules Guesde, Le Socialiste, 23 juillet 1887 et la présentation qu’en fait Claude Mazauric, Jacobinisme et Révolution, Paris, 1984, p. 30-32.

25 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Le centenaire de la Révolution française et l’opinion publique allemande : l’Allemagne face à son histoire », dans 1889 : Centenaire de la Révolution française. Réactions et représentations politiques en Europe, Berne, 1992, p. 39-52.

26 Wilhelm Blos, Die französische Revolution. Volksthümliche Darstellung der Ereignisse und Zustände in Frankreich von 1789 bis 1804, Stuttgart, 1889.

27 Voir Dieter Tiemann, « Die Rezeption der Französischen Revolution in der deutschen Arbeiterbewegung: Wilhelm Blos », dans Heiner Timmermann, Die französische Revolution und Europa (1789-1799), Saarbrücken-Scheidt, 1989, p. 673-685.

28 E. Milhaud, La Démocratie […], p. 526.

29 Aloys Schumacher, La Social-démocratie […], p. 32-33.

30 Le livre est publié par l’éditeur du parti Dietz le 3 mai 1889.

31 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Le centenaire […] », p 44.

32 K. Kautsky, Das Werden eines Marxisten, Leipzig, p. 119.

33 Heinrich von Sybel, Geschichte der Revolutions- zeit von 1789-1795, Dusseldorf, 1858.

34 Voir Jean Bruhat, « Marx et la Révolution française », La Pensée socialiste devant la Révolution française, Paris, 1966, p. 138.

35 Friedrich Engels’ Briefwechsel mit Karl Kautsky, Vienne, 1955, p. 232-236. En français : Marx et Engels, Sur la Révolution française, Paris, 1985, p. 242-249.

36 Pour une présentation détaillée des modifications voir F. Engels, Marx — Engels Gesamtausgabe. Oktober 1886 bis Februar 1891. I. 31. Apparat, Amsterdam, 2002, p. 1262-1270.

37 Nicolas Karéiew, Les Paysans et la question paysanne en France dans le dernier quart du XVIIIe siècle, Moscou, 1879.

38 K. Kautsky, La Lutte des classes en France en 1789, Paris, 1901, p. 7.

39 Ibid., p. 8.

40 Ibid., p. 9.

41 K. Marx, Critique du programme de Gotha, Paris, 1966, p. 33.

42 K. Kautsky, La Lutte […], p. 9.

43 Ibid., p. 86.

44 Erich Matthias, « Kautsky und der Kautskyanismus », Marxismusstudien II, 1957, p. 151-197.

45 K. Kautsky, La Lutte […], p. 109.

46 Ibid., p. 99.

47 Claude Mainfroy, « Marx et la Révolution française après 1870 », Cahiers d’histoire, no 21, 1985, p. 47.

48 K. Kautsky, La Lutte […], p. 102.

49 Ibid., p. 108.

50 Ibid., p. 83.

51 Ibid., p. 84.

52 Ibid., p. 86-87.

53 Ibid., p. 82.

54 Ibid., p. 81.

55 Ibid., p. 51-52.

56 Ferdinand Lassalle, Arbeiter-Programm, cité par Sonia Dayan-Herzbrun, L’Invention du Parti ouvrier, Paris, 1990.

57 K. Kautsky, « Der 28. April 1789 », Sozialdemokratische Monatschrift, n° 3, 31 mars 1889, p. 1-8.

58 Neue Zeit, 1890, p. 143-144.

59 Eugen Jäger, Die französische Revolution und die soziale Bewegung, Berlin, 1889.

60 Boris Minzes, Die Nationalgüterveräusserung während der französischen Revolution, Iéna, 1892.

61 Neue Zeit, 1893, p. 600-603.

62 K. Kautsky, Die Vorläufer des neueren Sozialismus, Stuttgart, 1895.

63 1649-1789-1905, Berlin, 1905 (IISG).

64 K. Kautsky, Protivorjecija klassovyh intjerjesov v 1789 godu, Kiev, 1902, Saint-Pétersbourg 1902, Rostov-sur-le-Don, 1903 et 1905.

65 Le Socialiste a publié une traduction de cette préface dans son édition du 1er mars 1908 que nous utilisons ici.

66 Heinrich Cunow, Die revolutionäre Zeitungsliteratur Frankreichs während der Jahre 1789 bis 1794, Berlin,1908.

67 Vorwärts, 7 février 1909 (IISG).

68 H. Cunow, Die revolutionäre [ …], p. 2.

69 Gilbert Badia, Rosa Luxembourg. Journaliste, Polémiste, Révolutionnaire, Paris, 1975, p. 161-166.

70 Eckstein Gustav, Leitfaden zum Studium derGeschichte des Sozialismus,Berlin, 1910 (IISG).

71 K. Kautsky, Terrorisme et communisme, Paris, 1919.

72 Brigitte Emig, Literatur für eine neue Wirklichkeit— Bibliographie und Geschichte des Verlages JHW Dietz, Berlin, 1981, p. 42.On ne dispose pas de renseignements similaires sur les premières éditions.

73 K. Kautsky, Die materialistische Geschichtsauffassung, Berlin-Bonn, 1998,p. 495 et p. 521-522.

74 K. Kautsky, Krieg und Demokratie, Berlin, 1932

75 Une comparaison des conceptions et des diffusions des deux ouvrages sera présentée dans le cadre d’un prochain travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Numa Ducange, « Karl Kautsky et le centenaire de la révolution française  », Siècles, 23 | 2006, 63-82.

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Karl Kautsky et le centenaire de la révolution française  », Siècles [En ligne], 23 | 2006, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://siecles.revues.org/1807

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org