Navigation – Plan du site

Les dieux vénérés dans les agglomérations secondaires lémovices : étude épigraphique

Hélène Mavéraud-Tardiveau

Résumé

À travers des documents épigraphiques provenant d’Évaux-les-Bains, Rancon et Pontarion, il est possible d’approcher certaines pratiques cultuelles des populations des agglomérations secondaires lémovices. Sans surprise, les inscriptions religieuses provenant de ces sites témoignent de pratiques cultuelles romaines, parfois liées au cadre civique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Limousin, Évaux-le-Bains, Pontarion, Rancon

Index chronologique :

Antiquité, histoire romaine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Inscription de la Roche-au-Go, Limoges : AE, 1989, 519 ; Jean-Pierre Bost, Jean Perrier, « Un vergo (...)
  • 2 CIL, XIII, 1426 ; Georges Janicaud, « Essai sur les cultes locaux de la région creusoise à l’époque (...)
  • 3 AE, 1928, 31. Pierre Wuilleumier, Inscriptions latines des Trois Gaules, XVIIe suppl. à Gallia, Par (...)
  • 4 G. Janicaud, « Essai sur les cultes locaux […] », p. 386 ; P. Wuilleumier, Inscriptions latines […](...)
  • 5 Guy Lintz, Carte archéologique de la Gaule. La Corrèze, Paris, 1992, p. 160-164 ; Christophe Maniqu (...)
  • 6 AE, 1945, 17, p. 147 ; Albert de Laborderie, « Procès verbal de la séance du 24.06.1941 », Bulletin (...)
  • 7 Je tiens à remercier ici Robert Bedon et Sandra Sicard pour l’aide qu’ils m’ont apportée au cours d (...)

1Les sources épigraphiques, le fait est bien connu, constituent une documentation de premier ordre pour l’étude de la religion gallo-romaine. Plus particulièrement, le territoire lémovice a restitué vingt-quatre textes antiques à caractère religieux. Ce petit corpus rassemble des inscriptions gravées sur des supports variés, tels que des statuettes en bronze, des récipients en métal ou en céramique et bien sûr des éléments lapidaires. Si, dans leur grande majorité, ces inscriptions proviennent de lieux de cultes, il n’est cependant pas toujours évident d’identifier la nature des environnements auxquels elles se rattachent. En dehors de celles qui ont été retrouvées dans le chef-lieu de cité Augustoritum1, la distinction entre une origine urbaine et l’appartenance à un milieu rural reste parfois incertaine. Les dédicaces du dépôt de Sous-Parsat2, les inscriptions découvertes à Saint-Quentin-la-Chabanne3, à Châtelus-le-Marcheix4, dans le sanctuaire de Tintignac5, et la dédicace au dieu Silvain provenant vraisemblablement de la région de Saint-Junien6 ne peuvent être, en l’état actuel des connaissances, rattachées de façon certaine à des vici. En revanche, trois, voire quatre inscriptions religieuses proviennent visiblement d’agglomérations secondaires lémovices dûment identifiées, à savoir Évaux-les-Bains, Rancon, et Pontarion. Ce sont elles que nous étudierons dans le cadre de cet article7. Pour faible qu’il soit en quantité, cet ensemble d’inscriptions se montre cependant riche d’enseignements et nous offre l’occasion de mieux connaître les cultes présents dans les agglomérations secondaires lémovices.

Un dieu éponyme de tradition indigène à Ivaunum

  • 8 Vicus Euaunensis dans Grègoire de Tours, De gloria confessorum, 81 ; Robert Bedon, Atlas des villes (...)
  • 9 G. Janicaud, « Évaux gallo-romain », Mémoires de la Société des Sciences Naturelles, Archéologiques (...)
  • 10 G. Lintz, « Évaux-les-Bains », p. 98-99 ; D. Dussot, Carte archéologique […], p. 110-113 ; W. Van A (...)

2Connu depuis le xixe siècle, Ivaunum ou Evaunum8 est un vicus à vocation thermale situé aux confins des cités des Lémovices, des Arvernes et des Bituriges, à l’emplacement de l’actuelle ville d’Évaux-les-Bains (Creuse). L’agglomération antique, d’origine sans doute pré-romaine, doit son existence et son développement à l’exploitation de sources d’eaux chaudes réputées pour leurs vertus curatives9. Elle a restitué les vestiges de thermes qui comportent d’imposants bâtiments, plusieurs piscines et bassins, des colonnades et au moins une quarantaine de puits10. Le système de captage d’eau antique, dont la construction date de la fin du ier siècle ap. J.-C., demeure encore en partie utilisé par les thermes actuels. Vers 260, un incendie engendre un réaménagement du site, mais seulement partiel. Les thermes antiques sont définitivement abandonnés à la fin du ive siècle ou au début du ve siècle.

  • 11 Robert Mowat, » Inscriptions pointillées sur objets votifs en bronze », Bulletin Monumental, 48, 18 (...)
  • 12 Diamètre : 10 cm ; prof. : 7 cm ; longueur du manche : 9 cm.

3Selon toute probabilité, un théonyme indigène se trouve à l’origine de l’appellation de cette agglomération secondaire lémovice. Le nom dont elle paraît tirée, Ivaos ou Ivavos, a été révélé en 1855 ou 1856 par la découverte d’une inscription votive11 (fig. 1). Celle-ci figure en pointillé sur le manche d’une patère en bronze12 qui a été trouvée dans un des puits du site. Écrit au moyen d’un simple poinçon, le texte, réparti sur trois lignes, encadre l’estampille du fabricant de l’objet, imprimée en relief et dans le sens contraire, S. T. Epaprod(itus) :

  • 13 CIL, XIII, 1368.

Vimpuro Firmi lib(ertus) Iuau u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito)13
Vimpuro, affranchi de Firmus, à Ivaos, a accompli son vœu de son plein gré et à juste titre.

Fig. 1 : Patère d’Évaux-les-Bains

Fig. 1 : Patère d’Évaux-les-Bains

Musée de la Sénatorerie, Guéret. Cl. H. Mavéraud-Tardiveau.

  • 14 À noter que Vimpuro ne bénéficie pas de la terminaison latine du nominatif en –us. La possibilité d (...)
  • 15 Vimpuro Firmi lib(ertus) Iuau(u) u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito). Vimpuro, affranchi de Firmus, (...)
  • 16 Vimpuro Firmi lib(ertus) Iuau(o) u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito). Vimpuro, affranchi de Firmus, (...)
  • 17 Florian Vallentin, « Épigraphie […] », p. 139 ; É. Espérandieu, Inscriptions […], p. 17-18.

4Plusieurs solutions peuvent être proposées pour la restitution de Iuau. Si ce théonyme n’est pas abrégé, hypothèse la plus probable, le u final marquerait un datif gaulois14. Le dieu honoré par cet ex-voto se nommerait donc Ivaos. Une seconde proposition, toujours avec un datif gaulois, consisterait à y voir le nom Ivavos, le doublement du u étant alors sous-entendu15. Enfin, une troisième possibilité, avec le nom Ivavos, consisterait en une restitution avec la terminaison en -o du datif latin16. Il convient également de rappeler que deux autres patères en bronze, rapidement perdues après leur découverte, accompagnaient celle portant la dédicace précédemment étudiée. Le manche brisé de l’une d’elles portait aussi une inscription, sans doute votive17. Malheureusement, le texte ne nous est pas parvenu.

  • 18 Allier. Claude Bourgeois, Divona, I, Divinités et ex-voto du culte gallo-romain de l’eau, Paris, 19 (...)
  • 19 Michel Desnoyers, « Néris-les-Bains (Allier), ville thermale gallo-romaine », dans André Pelletier, (...)

5La patère qui a pu être conservée nous permet cependant d’identifier le dédicant Vimpuro, affranchi au nom de tradition gauloise et le dieu indigène Ivaos, ou Ivavos, auquel il offre un ex-voto. En l’état actuel des connaissances, il s’agit de l’unique mention de ce dieu et le sens de ce théonyme reste encore incertain, bien qu’un lien avec l’eau semble fort possible. L’usage d’établir le nom d’une ville à vocation thermale à partir du nom d’un dieu topique des eaux est relativement commun en Gaule, notamment dans le Massif central, riche en sources chaudes. On pourrait songer ici à Borvo, dieu indigène des eaux bouillonnantes qui a apparemment donné son nom à la station thermale biturige de Bourbon-l’Archambault18, ou encore à Nerios, théonyme formé à partir de la racine indo-européenne de base hydronymique ner– et qui est à l’origine du nom du vicus biturige de Neriomagus, actuel Néris-les-Bains19.

  • 20 Franck Delage, « Les arts en Limousin à l’époque gallo-romaine », Bulletin de la Société Archéologi (...)
  • 21 G. Janicaud, « Évaux gallo-romain », p. 401-431 ; F. Delage, « Les arts [… ] », p. 276 ; D. Dussot, (...)

6Si le nom d’Ivaunum et les rites religieux pratiqués dans cette agglomération sont selon toute probabilité intimement liés à un dieu topique indigène, l’intégration de dieux romains associés à l’eau et à la médecine dans le panthéon local se voit aussi attestée par la présence d’Esculape20 et de Neptune21 au sein de la station thermale. Mais aujourd’hui encore, le toponyme Évaux-les-Bains perpétue le souvenir d’un dieu celtique ayant vraisemblablement présidé aux eaux curatives d’une agglomération secondaire lémovice.

Hercule et Pluton, dieux romains honorés dans l’agglomération secondaire de Rancon

7Le territoire de l’agglomération antique de Rancon (Haute-Vienne), située au bord de la Gartempe dans le nord-ouest de la cité des Lémovices, au croisement de voies de communications importantes, a livré deux inscriptions lapidaires à caractère religieux.

  • 22 Autel conservé sur 60 cm de hauteur. Dom Fonteneau, Notes et mémoires de Robert du Dorat sur l’hist (...)

8La première d’entre elles figure sur la moitié supérieure d’un autel en granit22 (fig. 2). Le texte, qui se développe sur trois lignes, correspond à une inscription votive adressée à Hercule :

  • 23 CIL, XIII, 1448.

Herculi Deo / Tib(erius) Iul(ius) Iulian(us) / V(otum) S(oluit) L(ibens) M(erito)23
Au dieu Hercule, Tiberius Iulius Iulianus (a consacré cet autel), a accompli son vœu de son plein gré et à juste titre.

Figure 2 : Inscription de Rancon mentionnant Hercule

Figure 2 : Inscription de Rancon mentionnant Hercule

Cl. H. Mavéraud-Tardiveau.

  • 24 Les images d’Hercule sont particulièrement abondantes en Gaule et relèvent généralement de schémas (...)
  • 25 Inscriptions mentionnant Hercule comptabilisées à partir de la base de données épigraphiques Clauss (...)
  • 26 Actuellement, seules trois représentations iconographiques d’Hercule sont répertoriées dans la cité (...)

9Porteur des tria nomina du citoyen romain, le dédicant remercie Hercule pour l’exaucement d’un vœu, sans en préciser la nature. Cette inscription se caractérise avant tout par son caractère romain : le dévot détient un statut de citoyen, ce que confirme une onomastique manifestement latine. Aucune épiclèse indigène ne vient compléter le théonyme Hercules. Nous pouvons également souligner que le support et la nature de cette inscription laissent présumer qu’elle provient d’un sanctuaire. En Gaule et dans les Germanies, la profusion et la variété de sources iconographiques24 et épigraphiques25 relatives à Hercule témoignent de la vigueur de son culte dans cette région de l’empire romain. Cependant les témoignages de l’existence d’un culte herculéen accusent une très nette concentration dans les provinces du nord-est de ce territoire. L’inscription de Rancon, qui constitue à ce jour le seul document épigraphique lémovice afférent à un culte herculéen26, n’en est que plus remarquable.

  • 27 Dimensions du support : Longueur : 62 cm ; Largeur : 45 cm ; Épaisseur : 20 cm. Cette inscription e (...)
  • 28 Janus Grüter, Inscriptiones antiquæ totius orbis romani, Heidelberg, Francfort-sur-le-Main, I, p. C (...)

10En outre, le territoire de l’agglomération antique sur lequel a été édifiée l’actuelle ville de Rancon a livré une seconde inscription à caractère religieux. Cette fois il ne s’agit pas d’un texte votif, mais d’une inscription dédicatoire mentionnant l’existence d’un temple élevé en l’honneur du dieu Pluton. Elle figure sur un bloc d’arkose27 mouluré découvert dans le bourg pendant la seconde moitié du xvie siècle, dans des circonstances assez floues28. Le texte, aux lettres d’assez bonne facture, se développe sur quatre lignes (fig. 3) :

  • 29 CIL, XIII, 1449.

Numinibus Aug(ustorum) / fanum Plutonis / Andecamulen/ses de suo posuer(unt)29.
Aux puissances divines des Augustes, les Andecamulenses ont construit le temple de Pluton à leurs frais.

Figure 3 : Inscription de Rancon mentionnant Pluton

Figure 3 : Inscription de Rancon mentionnant Pluton

Cl. H. Mavéraud-Tardiveau.

  • 30 Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux celtique c (...)
  • 31 Ibid., p. 101.

11Les Andecamulenses mentionnés dans cette inscription dédicatoire semblent constituer une communauté locale. La théorie selon laquelle Andecamulum correspondrait au nom antique de Rancon s’appuie sur le fait que les Andecamules pourraient être des vicani, mais il paraîtrait bien singulier que ce statut n’ait pas été mentionné dans la dédicace. La possibilité d’un collège peut tout aussi bien être avancée. Si la nature de cette communauté reste incertaine, en revanche son nom relève assurément d’une onomastique celtique : il combine le préfixe intensif ande-30 et camulo31 signifiant « puissant, champion », Andecamulenses pouvant ainsi être traduit par « les Très puissants ».

  • 32 Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier, Diis deabusque sacrum. Formulaire votif et datation dans les Trois (...)

12La dédicace des Andecamulenses s’adresse aux puissances divines des Augustes : la formule Numinibus Aug(ustorum) permet donc de constater que le culte aux numina impériaux était célébré au cœur de la cité lémovice. D’autre part, le libellé Numinibus Aug(ustorum) constitue un indice de datation qui permet de pallier partiellement le manque d’information sur le contexte archéologique de provenance. En effet, en Gaule, cette formule n’apparaît qu’à partir de la période antonine et tend à se raréfier après le règne de Caracalla32.

  • 33 I. Fauduet, Les temples […], p. 99-142.
  • 34 À ce jour, il semble impossible d’établir si, à la période antique, le mot fanum désignait un type (...)
  • 35 J. Grüter, Inscriptiones antiquæ […], I, p. CXII, 6 ; F. Delage, « Les cultes [ …] », p. 123 ; J.-M (...)
  • 36 J. Scheid, La religion des Romains, p. 59 ; I. Fauduet, Les temples […], p. 21.

13Mais l’intérêt majeur de cette dédicace lémovice réside dans la mention de l’existence d’un édifice cultuel élevé en l’honneur de Pluton et désigné par le terme de fanum. Actuellement, cette appellation est communément employée par certains archéologues et historiens pour désigner une catégorie de temples gallo-romains composés d’une cella entourée d’une galerie périphérique33. Cependant aucune source épigraphique ou littéraire ne peut aujourd’hui confirmer cette appellation à la période antique34. À Rancon, l’identification archéologique du lieu de culte auquel se rapporte l’inscription35 restant encore à faire, il semble impossible de rattacher le terme fanum à un style architectural particulier. Par ailleurs, comme l’a démontré J. Scheid, les sources littéraires antiques ne sont d’aucun secours puisque le mot fanum ne détient qu’une « valeur générique et renvoie à un lieu de culte ou à un temple en général36 ».

  • 37 Littéralement, ce théonyme signifie « père des richesses » : Wilhelm Heinrich Roscher, Ausführliche (...)
  • 38 Pluton, appellation romaine du dieu grec Hadès, a pour origine le surnom hellénique « ploutos » sig (...)
  • 39 Base de données épigraphiques Clauss-Slaby : http://oracle-vm.ku-eichstaett.de:8888/epigr/epiergebn (...)
  • 40 Charente-Maritime. CIL, XIII, 11069-11070 ; AE, 1897, 50 ; Louis Maurin, Carte archéologique de la (...)
  • 41 Isère. CIL, XII, 1833. Ex-voto dédié à Pluton et Proserpine.
  • 42 Haute-Vienne.

14Si à ce jour le type architectural du lieu de culte évoqué par cette inscription ne peut être défini, le texte indique formellement qu’il était dédié à Pluton, le dieu chtonien. Assimilé précocement au dieu latin Dis Pater37, Pluton règne sur le monde souterrain, qui abrite le royaume des morts bien sûr, mais d’où proviennent aussi les richesses minières et agricoles38. Moins d’une centaine d’inscriptions mentionnent le nom de Pluton dans l’ensemble de l’empire romain39. En outre, leur répartition reste géographiquement très inégale puisque les provinces africaines en comptent à elles seules plus de soixante contre quinze pour Rome. La Gaule romaine se distingue par la quasi-inexistence de références épigraphiques à Pluton : à ce jour, seuls trois textes sont connus, à savoir une tablette de défixion mise au jour à Aumagne40 en territoire santon, une dédicace allobroge découverte à Vienne41 et l’inscription lémovice provenant de Rancon42.

  • 43 Par exemple : Maurice Rat, Mythologie, légendes des dieux et des héros grecs et latins, Paris, 1950 (...)

15Cette dernière constitue un document tout à fait exceptionnel, et ceci à plus d’un titre. La formule dédicatoire révèle ainsi que la construction d’un temple en l’honneur de Pluton a visiblement eu lieu au cours de la seconde moitié du iie siècle ou au iiie siècle ap. J.-C. dans une agglomération secondaire lémovice. D’autre part, cette inscription montre que la construction s’est effectuée dans un cadre public auquel s’ajoute une dimension civique avec la célébration du culte impérial. Par ailleurs, la singularité de ce document tient aussi au fait qu’il s’agit, à ce jour, de l’unique preuve de l’existence d’un édifice cultuel dédié à Pluton en Gaule. En effet, la tablette de défixion d’Aumagne et l’inscription votive de Vienne se contentent simplement d’attester de l’existence d’un culte à cette divinité infernale, sans pour autant faire référence à un quelconque lieu de culte. Cette inscription lémovice contredit ainsi certains auteurs du siècle dernier43, qui affirmaient que la peur suscitée par Pluton était si grande qu’on ne construisait pas de lieu de culte en son honneur.

Un culte jovien dans l’agglomération secondaire de Pontarion ?

  • 44 D. Dussot, Carte archéologique […], p. 140 ; G. Lintz, La nécropole gallo-romaine des Sagnes à Pont (...)
  • 45 W. Van Andringa, La religion […], p. 276-277.
  • 46 Base de données épigraphiques Clauss-Slaby (http://www.manfredclauss.de/fr/index.html).

16Enfin, nous pourrions aussi rappeler ici l’existence d’une autre inscription actuellement conservée à Thauron (fig. 4), petite localité creusoise attenante à Pontarion, ville connue pour avoir livré les vestiges d’une agglomération secondaire relativement importante44. L’hypothèse que ce texte provienne du territoire du vicus de Pontarion peut être envisagée : la distance entre son lieu actuel de conservation et l’emprise de l’agglomération antique reste comparable à celle séparant le centre de la ville antique et sa nécropole. Ainsi, bien que l’origine précise de l’autel de Thauron ne soit pas assurée, l’éventualité qu’il provienne du vicus de Pontarion reste forte et mérite d’être signalée. En outre, la nature même de l’inscription atteste de la présence d’un culte plutôt urbain. En effet, celle-ci témoigne de l’existence d’un culte à Iupiter Optimus Maximus, autrement dit à Jupiter Capitolin. Or, comme dans le reste de l’Empire, ce sont majoritairement des sites de nature citadine qui livrent les traces de ce culte45, en particulier dans la province d’Aquitaine, où plus de 88 % des sources épigraphiques concernant Iupiter Optimus Maximus proviennent de contextes archéologiques assurément urbains46.

  • 47 Hauteur totale : 1,28 m.
  • 48 J. Perrier, « L’autel de Thauron », Gallia, 18-2, 1960, p. 195-197 ; AE, 1961, n° 159 ; Paul-Marie (...)

17L’autel de Thauron est actuellement conservé dans l’église de la commune. Ce monument a volontairement été cassé en deux47 : la partie inférieure a été utilisée comme pierre des morts devant l’édifice, tandis que la partie supérieure servait de fonts baptismaux48. Le service des Monuments Historiques a réuni les deux blocs en 1959 et a placé l’autel à l’intérieur de l’église Saint-Christophe. La dédicace se développe ainsi sur quatre lignes :

  • 49 AE, 1961, n° 159.

Num(ini) Aug(usti) / et I(ovi) O(ptimo) M(aximo) / Taranuen / d(e) s(uo) p(ro ?) p(ieta ?) p(osuit ?)49.
À la puissance divine d’Auguste et à Jupiter Optimus Maximus, Taranuen, a déposé (cet autel) pour la piété (?).

Figure 4 : Inscription de Thauron

Figure 4 : Inscription de Thauron

Cl. H. Mavéraud-Tardiveau.

  • 50 M.-Th. Raepsaet-Charlier, Diis deabusque sacrum […], p. 43-47 ; A. Chastagnol, « L’expression épigr (...)
  • 51 P. Wuilleumier, Inscriptions latines […], p. 67-68, n° 185.

18La restitution de cette dédicace reste en partie incertaine. En premier lieu, Num Aug peut aussi bien correspondre à la formule Num(ini) Aug(usti) qu’à Num(inibus) Aug(ustorum). Cependant, quelle que soit la transcription choisie, le sens général reste le même : Jupiter se trouve associé à l’empereur régnant dans le premier cas, et à tous les empereurs vivants et morts dans le second50. Mais des interrogations subsistent également au sujet de la dernière ligne : à ce jour, le sigle D.S.P.P.P. ne semble attesté nulle part ailleurs. La formule d(e) s(uo) p(ro ?) p(ieta ?) p(osuit ?) a été proposée par Pierre Wuillemier51. Jean Perrier, avec le concours de M. Labrousse, a formulé une seconde hypothèse qui consisterait à lire d(e) s(ua) p(ecunia) p(ius) p(osuit). Pour notre part, nous verrions plutôt une dittographie au niveau des P de la formule d(e) s(ua) p(ecunia) p(osuit) : cette expression se rencontre à de multiples reprises dans le corpus épigraphique de la province d’Aquitaine, au même titre que le doublement fautif de certaines lettres, et l’utilisation d’une formule nouvelle ou très peu employée au cœur de la cité lémovice nous paraît relativement incertaine.

  • 52 Simone Deyts, Images des dieux de la Gaule, Paris, 1992, p. 100-107.
  • 53 Daniel Gricourt, Dominique Hollard, « Taranis, le dieu celtique à la roue. Remarques préliminaires  (...)

19En définitive, il semble que Taranuen s’adresse à la puissance divine impériale et à Jupiter capitolin. L’emploi d’une épiclèse formée à partir du théonyme Taranis, l’homologue celtique de Jupiter, n’aurait pas été surprenant puisque l’assimilation du dieu romain au dieu celtique est bien attestée en Gaule52. Cependant la position du mot Taranuen entre le groupe au datif (désignant les destinataires de l’invocation) et la formule dédicatoire, associée à l’absence d’un autre mot susceptible de correspondre à un sujet, permet d’écarter la théorie de l’épiclèse. En outre, les anthroponymes celtiques formés sur la racine taran- se rencontrent à plusieurs reprises en Gaule53.

  • 54 Ausone, Commemoratio, IV et X, trad. M. Jasinski, Garnier, Paris, 1934 : « Quoique plus âgé que les (...)

20Par ailleurs, le fait que cette dédicace à Jupiter émane d’un personnage dont le nom s’inspire du dieu celtique Taranis ne semble pas dénué d’importance. En effet, ceci nous rappelle deux passages des Commemorationes d’Ausone54. L’auteur aquitain y évoque une lignée de notables, issus d’une famille druidique, qui portent des noms liés aux divinités solaires Belenus et Apollon. Or, certains d’entre eux détenaient une charge, vraisemblablement sacerdotale, liée à leur culte. Bien qu’aucun élément ne permette de déterminer si Taranuen exerçait une prêtrise, le choix de son nom suggère toutefois qu’il appartenait à une famille qui affectionnait particulièrement le dieu céleste.

Conclusion

21Ce corpus épigraphique, malgré sa modestie, a pour mérite de nous aider considérablement à connaître les cultes pratiqués durant la période gallo-romaine au sein des agglomérations secondaires lémovices, avant l’implantation du christianisme. Les inscriptions présentées dans cette étude nous offrent en particulier de précieuses informations sur les divinités vénérées dans certains vici de cette cité. Elles attestent notamment de la persistance à l’époque romaine d’un dieu de tradition indigène, qui pourrait s’être appelé Ivaos ou Ivavos, et de l’intégration au panthéon local de dieux romains tels qu’Hercule, Pluton ou Jupiter Capitolin.

22Ces sources épigraphiques complètent remarquablement la documentation iconographique afférente aux divinités honorées dans les agglomérations secondaires de la cité des Lémovices, et elles nous permettent de percevoir l’adhésion de leurs habitants au culte impérial. D’autre part, les supports de ces inscriptions, lorsqu’il s’agit d’autels, ou le texte lui-même, dans le cas de la dédicace de Rancon, nous indiquent l’existence de lieux de culte aux vestiges aujourd’hui disparus ou non localisés sur les territoires d’agglomérations secondaires lémovices reconnues.

23Sans nul doute, les recherches archéologiques menées en Limousin, actuelles et futures, permettront de nouvelles identifications d’agglomérations sur le territoire lémovice. Alors, il sera sûrement possible de rattacher certaines inscriptions déjà connues à des villes nouvellement identifiées, tandis que de nouveaux textes viendront certainement enrichir le corpus épigraphique étudié dans cette présente étude.

Haut de page

Notes

1 Inscription de la Roche-au-Go, Limoges : AE, 1989, 519 ; Jean-Pierre Bost, Jean Perrier, « Un vergobret à Limoges sous le Haut-Empire romain », Travaux d’Archéologie Limousine [désormais « TAL »], 10, 1990, p. 15-22 ; J. Perrier, Carte archéologique de la Gaule. La Haute-Vienne, Paris, 1993, p. 88-89, 122 ; Jean-Pierre Loustaud, Limoges antique, Limoges, 2000, p. 169, 324 ; Jacques Lacroix, Les noms d’origine gauloise. La Gaule des dieux, Paris, 2007, p. 150. – Inscription de l’assiette votive du sanctuaire de tradition indigène fondé à la période augustéenne au sein d’Augustoritum : J. Perrier, Carte archéologique […], p. 107 ; J.-P. Loustaud, Limoges antique […], p. 321 ; William Van Andringa, La religion en Gaule Romaine. Piété et politique (ier-iiie siècle apr. J.-C.), Paris, 2002, p. 65-66 ; Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, 2e édition revue et augmentée, Paris, 2003, p. 149.

2 CIL, XIII, 1426 ; Georges Janicaud, « Essai sur les cultes locaux de la région creusoise à l’époque romaine », Mémoires de la Société des Sciences Naturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse, 27, 1938-1940, p. 389 ; id., « Le pays creusois à l’époque romaine. La religion », Mémoires de la Société des Sciences Naturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse, 31, 1950-1951, p. 324-327 ; Dominique Dussot, Carte Archéologique de la Gaule. La Creuse, Paris, 1989, p. 158 ; Patrick Léger, Le trésor de Pognat, additif au journal Les amis de Sous-Parsat, 1997, 11 p.

3 AE, 1928, 31. Pierre Wuilleumier, Inscriptions latines des Trois Gaules, XVIIe suppl. à Gallia, Paris, 1963, p. 68, n° 186 ; D. Dussot, Carte archéologique […], p. 118, 176 ; Stéfania Burnelli, « L’autel gallo-romain de l’église de Saint-Quentin-la-Chabanne », Mémoires de la Société des Sciences Naturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse, 48, 2002, p. 38-43.

4 G. Janicaud, « Essai sur les cultes locaux […] », p. 386 ; P. Wuilleumier, Inscriptions latines […], p. 69, n° 189 ; D. Dussot, Carte archéologique […], p. 71, 175.

5 Guy Lintz, Carte archéologique de la Gaule. La Corrèze, Paris, 1992, p. 160-164 ; Christophe Maniquet et al., Le sanctuaire antique des Arènes à Tintignac, Limoges, 2004, p. 91-92.

6 AE, 1945, 17, p. 147 ; Albert de Laborderie, « Procès verbal de la séance du 24.06.1941 », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, 79, 1941-1942, p. 103-104 ; P. Wuilleumier, Inscriptions latines […], p. 70-71, n° 191 ; J. Perrier, Carte archéologique […], p. 187. La provenance de cette dédicace, gravée sur un petit autel en granite, pose problème. Selon A. de Laborderie, M. Rigaud aurait récupéré quatre « stèles » gallo-romaines à Saint-Junien (Haute-Vienne), dont cet autel, dans la succession du « peintre Teillet » : M. Rigaud a rapporté à A. de Laborderie qu’il pensait que ces monuments venaient de Chassenon (Charente). Avec l’aide de Sandra Sicard, archéologue départemental du conseil général de la Charente, nous avons cherché à savoir s’il était envisageable de confirmer l’hypothèse de M. Rigaud. Mais à ce jour, cela semble impossible, d’autant plus que ces « stèles » restent introuvables.

7 Je tiens à remercier ici Robert Bedon et Sandra Sicard pour l’aide qu’ils m’ont apportée au cours de la réalisation de cet article.

8 Vicus Euaunensis dans Grègoire de Tours, De gloria confessorum, 81 ; Robert Bedon, Atlas des villes, bourgs, villages de France au passé romain, Paris, 2001, p. 161.

9 G. Janicaud, « Évaux gallo-romain », Mémoires de la Société des Sciences Naturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse, 25, 1934, p. 401-431 ; G. Lintz, « Évaux-les-Bains », Cinquante ans de recherches sur la Creuse, Études Creusoises, IV, Guéret, 1983, p. 98-99 ; G. Lintz, « Évaux », Villes et agglomérations urbaines antiques du sud-ouest de la Gaule. Histoire et archéologie, deuxième colloque Aquitania : Bordeaux, 13-15 septembre 1990, Bordeaux, 1992, p. 90-96 ; Nicole Jufer, Thierry Luginbühl, Répertoire des dieux gaulois. Les noms des divinités celtiques connus par l’épigraphie, les textes antiques et la toponymie, Paris, 2001, p. 47 ; R. Bedon, Atlas […], p. 161-162 ; J. Lacroix, Les noms […], p. 80, 130, 134, 217, 226 ; Jacques Roger et al., « Évaux-les-Bains (Creuse) : nouvelles données archéologiques sur le vicus, les thermes et l’une des nécropoles », TAL, 28, 2008, p. 163-183.

10 G. Lintz, « Évaux-les-Bains », p. 98-99 ; D. Dussot, Carte archéologique […], p. 110-113 ; W. Van Andringa, La religion […], p. 113 ; J. Lacroix, Les noms […], p. 80-81.

11 Robert Mowat, » Inscriptions pointillées sur objets votifs en bronze », Bulletin Monumental, 48, 1882, p. 261-263 ; Florian Vallentin, « Épigraphie gallo-romaine du département de la Creuse », Mémoires de la Société des Sciences Naturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse, 5, 1882-1886, p. 137-140 ; Émile Espérandieu, Inscriptions de la cité des Lémovices, Paris, 1891, p. 16-25, n° 4 ; André Leclerc, Dictionnaire topographique, historique et archéologique de la Creuse, Limoges, 1902, p. 245 ; G. Lintz, « Évaux », p. 90 ; J. Lacroix, Les noms […], p. 80.

12 Diamètre : 10 cm ; prof. : 7 cm ; longueur du manche : 9 cm.

13 CIL, XIII, 1368.

14 À noter que Vimpuro ne bénéficie pas de la terminaison latine du nominatif en –us. La possibilité de l’emploi d’un datif gaulois pour Iuau apparaît donc comme possible. En outre, la persistance du datif gaulois en –u est bien attestée en Gaule à la période antique : P.-Y. Lambert, La langue gauloise, p. 53.

15 Vimpuro Firmi lib(ertus) Iuau(u) u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito). Vimpuro, affranchi de Firmus, à Ivavos, a accompli son vœu de son plein gré et à juste titre.

16 Vimpuro Firmi lib(ertus) Iuau(o) u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito). Vimpuro, affranchi de Firmus, à Ivavos, a accompli son vœu de son plein gré et à juste titre.

17 Florian Vallentin, « Épigraphie […] », p. 139 ; É. Espérandieu, Inscriptions […], p. 17-18.

18 Allier. Claude Bourgeois, Divona, I, Divinités et ex-voto du culte gallo-romain de l’eau, Paris, 1991, p. 34, 174, 229 ; J. Lacroix, Les noms […], p. 146-148, 226.

19 Michel Desnoyers, « Néris-les-Bains (Allier), ville thermale gallo-romaine », dans André Pelletier, dir., La médecine en Gaule. Villes d’eaux, sanctuaires des eaux, Paris, 1985, p. 41 ; J. Lacroix, Les noms […], p. 81-84.

20 Franck Delage, « Les arts en Limousin à l’époque gallo-romaine », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, 83, 1949-1951, p. 276 ; D. Dussot, Carte archéologique […], p. 110-113.

21 G. Janicaud, « Évaux gallo-romain », p. 401-431 ; F. Delage, « Les arts [… ] », p. 276 ; D. Dussot, Carte archéologique […], p. 110-113.

22 Autel conservé sur 60 cm de hauteur. Dom Fonteneau, Notes et mémoires de Robert du Dorat sur l’histoire du Poitou, de la Marche et du Limousin (1624-1650), Bibliothèque municipale de Poitiers, ms. 30, p. 134 ; É. Espérandieu, Inscriptions […], p. 36-38, n° 8 ; F. Delage, « Époque gallo-romaine », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, 73, 1930, p. 352-354 ; id., « Les cultes gallo-romains en Haute-Vienne », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, 83, 1949-1951, p. 123 ; Jean-Michel Desbordes, J. Perrier, « Aux origines de Rancon », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, 109, 1982, p. 46 ; J. Perrier, Carte archéologique […], p. 67 ; id., « Les inscriptions lapidaires chez les Lémovices », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, 125, 1997, p. 18 ; Gérard Moitrieux, Hercules in Gallia. Recherches sur la personnalité et le culte d’Hercule en Gaule, Paris, 2002, p. 220-221.

23 CIL, XIII, 1448.

24 Les images d’Hercule sont particulièrement abondantes en Gaule et relèvent généralement de schémas iconographiques gréco-romains. Au moins 380 représentations iconographiques lapidaires, plus de 200 statuettes en bronze et une quinzaine de figurines en terre cuite sont actuellement répertoriées : G. Moitrieux, Hercules […], p. 3-6, 333-344, 409-417, 462.

25 Inscriptions mentionnant Hercule comptabilisées à partir de la base de données épigraphiques Clauss-Slaby (http://www.manfredclauss.de/fr/index.html) : Aquitaine, 11 ; Belgique, 21 ; Lyonnaise, 2 ; Narbonnaise, 20 ; Germanie inférieure, 38 ; Germanie Supérieure, 47 ; Alpes Cottiennes, 1 ; Alpes Grées, 3.

26 Actuellement, seules trois représentations iconographiques d’Hercule sont répertoriées dans la cité lémovice : une statuette en bronze provient d’un puits gallo-romain de la commune de Saint-Martial-le-Mont (Creuse), tandis que deux figurines de terre cuite ont été exhumées des vestiges des sanctuaires antiques de Margerides (Corrèze) et du Puy-Lautard à Saint-Pierre-Bellevue (Creuse) : G. Janicaud, « Le pays creusois […] », p. 322 ; André Sirat, « Le site des Pièces-Grandes à Margerides (Corrèze) », Mélanges Marius Vazeilles, Tulle, 1974, p. 83-90 ; J.-M. Desbordes, Jean Marquaire, René Chassoux, « Le sanctuaire gallo-romain du Puy-Lautard », TAL, 7, 1987, p. 91-96 ; G. Lintz, Carte archéologique […], p. 65-66 ; G. Moitrieux, Hercules […], n° 6, p. 462 ; D. Dussot, Carte archéologique […], p. 147, 158-159.

27 Dimensions du support : Longueur : 62 cm ; Largeur : 45 cm ; Épaisseur : 20 cm. Cette inscription est conservée à la mairie de Rancon.

28 Janus Grüter, Inscriptiones antiquæ totius orbis romani, Heidelberg, Francfort-sur-le-Main, I, p. CXII, 6 ; Dom Fonteneau, Notes et mémoires, ms. 30a, p. 134 ; É. Espérandieu, Inscriptions […], p. 27-36, n° 7 ; F. Delage, « Époque gallo-romaine », p. 347-352 ; id., « Les cultes […] », p. 123 ; J.-M. Desbordes, J. Perrier, « Aux origines de Rancon », p. 46-52 ; J. Perrier, Carte archéologique […], p. 67 ; id., « Les inscriptions lapidaires […] », p. 18 ; W. Van Andringa, La religion […], p. 106, 150, 252, 289 ; Isabelle Fauduet, Les temples de tradition celtique en Gaule romaine, nouvelle édition revue et augmentée, Paris, 2010, p. 21, 214.

29 CIL, XIII, 1449.

30 Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux celtique continental, 2e édition revue et augmentée, Paris, 2003, p. 45-46.

31 Ibid., p. 101.

32 Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier, Diis deabusque sacrum. Formulaire votif et datation dans les Trois Gaules et les deux Germanies, Paris, 1993, p. 43-47 ; André Chastagnol, « L’expression épigraphique du culte impérial dans les provinces gauloises », REA, 97, 1995, p. 593-614 ; W. Van Andringa, La religion […], p. 169.

33 I. Fauduet, Les temples […], p. 99-142.

34 À ce jour, il semble impossible d’établir si, à la période antique, le mot fanum désignait un type architectural particulier : John Scheid, La religion des Romains, Paris, 2003, p. 59 ; I. Fauduet, Les temples […], p. 9, 17-22.

35 J. Grüter, Inscriptiones antiquæ […], I, p. CXII, 6 ; F. Delage, « Les cultes [ …] », p. 123 ; J.-M. Desbordes, J. Perrier, « Aux origines de Rancon », p. 46-52 ; J. Perrier, Carte archéologique […], p. 67 (avec bibliographie) ; id., « Les inscriptions lapidaires […] », p. 18 ; W. Van Andringa, La religion […], p. 106, 150, 252, 289 ; I. Fauduet, Les temples […], p. 21, 214.

36 J. Scheid, La religion des Romains, p. 59 ; I. Fauduet, Les temples […], p. 21.

37 Littéralement, ce théonyme signifie « père des richesses » : Wilhelm Heinrich Roscher, Ausführliches Lexikon der griechischen und römischen Mythologie, Stuttgart, 1884-1937, reproduction de l’édition de Teubner, G. Olms, 1965, Hildesheim, article Pluton, c. 2568 ; Pierre Grimal, Dictionnaire de la Mythologie grecque et romaine, Paris, 1951, rééd. 1999, article Pluton, p. 390 et article Dis Pater, p. 128.

38 Pluton, appellation romaine du dieu grec Hadès, a pour origine le surnom hellénique « ploutos » signifiant « dispensateur de richesses », terme employé afin d’éviter de prononcer le funeste nom du dieu des Enfers. À Rome, il fut précocement assimilé au dieu latin et chtonien Dis Pater : P. Grimal, Dictionnaire […], article Pluton p. 390, article Dis Pater p. 128, et article Hadès p. 171-172 ; R. Lindner, article Pluto, dans Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, VI, 1, 1988, p. 399-406.

39 Base de données épigraphiques Clauss-Slaby : http://oracle-vm.ku-eichstaett.de:8888/epigr/epiergebnis_fr.

40 Charente-Maritime. CIL, XIII, 11069-11070 ; AE, 1897, 50 ; Louis Maurin, Carte archéologique de la Gaule. La Charente maritime, Paris, 1999, p. 91. L’inscription d’Aumagne figure sur une tablette de défixion en plomb découverte dans un mausolée du Haut-Empire : l’envoûteur Gallara somme Lentinus et Gastillus de rejoindre le royaume de Pluton et Proserpine.

41 Isère. CIL, XII, 1833. Ex-voto dédié à Pluton et Proserpine.

42 Haute-Vienne.

43 Par exemple : Maurice Rat, Mythologie, légendes des dieux et des héros grecs et latins, Paris, 1950, p. 79. À noter que l’édification de lieu de culte dédié à Pluton est également attestée par des sources épigraphiques africaines. Nous pouvons citer à titre d’exemple une inscription faisant mention d’un « templum Plutonis » à Sucubi (province d’Afrique proconsulaire) : AE, 1962, 182.

44 D. Dussot, Carte archéologique […], p. 140 ; G. Lintz, La nécropole gallo-romaine des Sagnes à Pontarion (Creuse), Chauvigny, 2001.

45 W. Van Andringa, La religion […], p. 276-277.

46 Base de données épigraphiques Clauss-Slaby (http://www.manfredclauss.de/fr/index.html).

47 Hauteur totale : 1,28 m.

48 J. Perrier, « L’autel de Thauron », Gallia, 18-2, 1960, p. 195-197 ; AE, 1961, n° 159 ; Paul-Marie Duval, « L’autel de Thauron », REA, 63, 1961, p. 377 et 393-394 ; P. Wuilleumier, Inscriptions latines […], p. 67-68, n° 185 ; D. Dussot, Carte archéologique […], p. 144.

49 AE, 1961, n° 159.

50 M.-Th. Raepsaet-Charlier, Diis deabusque sacrum […], p. 43-47 ; A. Chastagnol, « L’expression épigraphique […] », p. 593-614 ; W. Van Andringa, La religion […], p. 169.

51 P. Wuilleumier, Inscriptions latines […], p. 67-68, n° 185.

52 Simone Deyts, Images des dieux de la Gaule, Paris, 1992, p. 100-107.

53 Daniel Gricourt, Dominique Hollard, « Taranis, le dieu celtique à la roue. Remarques préliminaires », DHA, 1990, 16-2, p. 291.

54 Ausone, Commemoratio, IV et X, trad. M. Jasinski, Garnier, Paris, 1934 : « Quoique plus âgé que les précédents, Patera, illustre orateur, puisque tu as fleuri en ces derniers temps, et que jeune, je t’ai vu vieux, tu recevras l’hommage de mon chant funèbre, ô maître des puissants rhéteurs. Issu d’une famille druidique baiocasse, s’il faut en croire la renommée, tu tires ton origine du temple de Belenus ; de là vos noms : à toi celui de Patera, ainsi les initiés d’Apollon nomment les serviteurs d’Apollon. Ton frère et ton père ont dû leur nom à Phébus, ton fils à Delphes » ; « Je n’omettrai pas non plus le vieillard nommé Phébicius à qui un emploi au temple de Belenus ne rapporta aucun profit ; mais issu, comme on le prétend, de famille druidique, dans la nation armoricaine, il obtint à Bordeaux une chaire grâce à l’appui de son fils. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Patère d’Évaux-les-Bains
Légende Musée de la Sénatorerie, Guéret. Cl. H. Mavéraud-Tardiveau.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 2 : Inscription de Rancon mentionnant Hercule
Légende Cl. H. Mavéraud-Tardiveau.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3 : Inscription de Rancon mentionnant Pluton
Légende Cl. H. Mavéraud-Tardiveau.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 4 : Inscription de Thauron
Légende Cl. H. Mavéraud-Tardiveau.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1946/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Mavéraud-Tardiveau, « Les dieux vénérés dans les agglomérations secondaires lémovices : étude épigraphique », Siècles [En ligne], 33-34 | 2011, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/1946

Haut de page

Auteur

Hélène Mavéraud-Tardiveau

Archéologue
Société Archéoloire

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org