Navigation – Plan du site

Sanctuaires cisterciens et aménagments hydrauliques en Limousin et en Marche.

Isabelle Pignot
p. 81-94

Entrées d’index

Index géographique :

Limousin, Marche

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Société française d’histoire des sciences et des techniques, L’Histoire des sciences et des techniq (...)
  • 2 Marc Bloch, « Avènement et conquêtes du moulin à eau », Annales d’histoire économique et sociale, 1 (...)

1En 1982, un colloque de la Société française des sciences et des techniques déplorait la place restreinte de l’histoire des techniques dans l’enseignement. La question était nettement posée : « L’histoire des sciences et des techniques doit-elle intéresser les historiens ? » Quelle place accordent historiens, historiens d’art et archéologues aux techniques ? Pour Philippe Braunstein, cette mise en retrait des techniques dans les travaux historiques résulterait des difficultés à appréhender le langage des ingénieurs ainsi que du maintien d’une idée de hiérarchie des savoirs issue de la culture médiévale et qui cède aux processus du travail une place infime dans les activités humaines1. L’historien Marc Bloch ouvre le débat dès 1935 à travers l’exemple du moulin médiéval. Il tente de montrer que la technique est étroitement liée à une société, à ses mentalités et ses formes juridiques. En effet, le moulin, déjà connu depuis l’Antiquité, n’est pas une innovation en soi. Si les mondes antiques disposent de tous les moyens matériels et intellectuels pour assurer sa diffusion, des conditions sociales particulières sont réunies au Moyen Âge rendant possible une véritable expansion. Elle n’a donc pas à voir avec l’histoire des techniques mais est de l’ordre de la relation entre technique et société. L’intervention de Marc Bloch s’inscrit comme le point de départ de nouvelles recherches menées par des historiens. Il faut néanmoins attendre les années 1980 pour voir se multiplier des études sur l’hydraulique qui prennent en compte une région, une ville ou un ordre religieux. Concernant les réseaux cisterciens, les analyses historiques sont particulièrement prolifiques tandis que les historiens de l’art associent rarement ce cadre technique à leurs études. En effet, les ouvrages d’Anselme Dimier ou Marcel Aubert sur les créations artistiques ne tiennent pas compte des aménagements hydrauliques et des modifications apportées aux paysages. Seuls les sanctuaires sont analysés, isolés de tout contexte2.

  • 3 Claude Andrault- Schmitt, Limousin gothique, Paris, 1997 ; Bernadette Barrière (dir.), Moines en Li (...)
  • 4 . G. de Commines (dir.), « Les abbayes cisterciennes et leurs granges », Cahiers de la Ligue urbain (...)

2Plus récemment, Claude Andrault-Schmitt a étudié l’émergence de formes gothiques dans le diocèse de Limoges en s’attachant particulièrement aux réalités cisterciennes. Toutefois, elle délaisse les granges, les moulins et les forges qui ne sont jamais intégrés aux études d’histoire de l’art au même titre que l’architecture religieuse. Pourtant, des techniques de construction identiques qu’il s’agisse d’une grange ou d’un sanctuaire laissent présager la nécessité de lancer des passerelles entre cadre technique et création artistique. Concernant le Limousin et la Marche, l’historienne Bernadette Barrière tente ce rapprochement en associant archéologie du bâti, fonds d’archives et occupation du sol mais ses problématiques demeurent celles d’une historienne et les liens éventuels entre architecture monastique et installations pré-industrielles ne sont pas abordés3. Les études archéologiques sont également très limitées sur l’hydraulique et l’économie grangère cistercienne, un état qui tiendrait « pour bonne part dans les choix opposant monumental à utilitaire et sacré au profane ».4

  • 5 Claude-Jean Nesmy, Saint Benoît et la vie monastique, Paris, 1959, rééd. 2001
  • 6 Serge Gady, « Fouille sur le site médiéval de Drouilles », Mémoires de la Société des sciences natu (...)
  • 7 Arch. dép. de la Creuse, H 250.
  • 8 Ibid., H 284.
  • 9 Ibid., H 240.
  • 10 Catherine Verna, Les Mines et les forges des cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne d (...)
  • 11 M. Nouger, Patrimoine et environnement aristocratique de l’abbaye cistercienne de Bonlieu en Creuse (...)

3Les historiens considèrent les sites cisterciens comme un domaine d’étude privilégié. Les moines sont d’ailleurs qualifiés « d’hydrauliciens », affirmation qui mérite toutefois d’être discutée. La maîtrise des cours d’eau n’est visiblement pas une prérogative cistercienne puisque saint Benoît, dans le chapitre 66 de sa règle, imposait à chaque communauté de disposer d’un moulin pour assurer son autarcie5. La fascination des historiens pour les réseaux cisterciens en particulier se justifie par la conservation d’archives exceptionnelles tenues par les moines en bons gestionnaires. Nous devons cependant nous méfier d’une « illusion des sources ». Si leur politique d’exploitation des ressources est bien connue, elle ne doit pas masquer l’intérêt équivalent des laïcs. En Creuse, des études archéologiques menées sur le site seigneurial de Drouilles (commune de Saint-Éloi) ont révélé deux mottes féodales accompagnées d’aménagements hydrauliques complexes sous forme de fossés et d’étangs6. D’autres communautés ont donc contribué à l’essor des techniques hydrauliques. A ce titre, les cisterciens seraient plutôt d’excellents entrepreneurs aptes à mettre en œuvre des techniques bien connues des laïcsque de réels innovateurs. Les sources écrites, outils indispensables de l’historien médiéviste sont cependant lacunaires pour les abbayes limousines et marchoises dont peu ont conservé leur cartulaire. De plus, si les textes médiévaux livrent des indications sur la localisation de ces aménagements, le fonctionnement et la mise en œuvre ne sont jamais évoqués. Ils nous permettent néanmoins de discerner une spécificité des installations cisterciennes qui tiendrait peut-être à une vocation industrielle. En effet, si les moulins à céréales dominent, nous connaissons également des moulins à foulon ou encore à tan. Les choix de production sont adaptés aux conditions naturelles et aux perspectives d’ouverture des marchés en vue d’une insertion dans les circuits d’échanges. D’après le cartulaire d’Aubignac (commune de Saint-Sébastien, Creuse), les frères Porret, issus de l’aristocratie laïque, ont cédé aux moines leurs droits de propriété sur le moulin de Malherbe où ils font moudre leurs grains et fouler leurs draps7. A l’abbaye de la Colombe (commune de Tilly, Indre), un moulin à huile dont la meule servait à écraser les noix existe encore en contrebas du monastère. A Bonlieu (commune de Peyrat-La-Nonière, Creuse), une donation de 1220 porte sur le moulin et l’aqueduc d’Aubeterre8. Ces actes évoquent simplement les conditions des donations tout en signalant une tendance au regroupement et à la concentration des moyens de production. C’est surtout lors du passage au faire-valoir indirect (XIIIe-XIVe siècles), que les actes deviennent un peu plus précis quant à la nature des moulins. Les moines de Bonlieu arrentent deux moulins en 1331, l’un à blé, l’autre à « mailler », c’est-à-dire à broyer des tiges de chanvre. En 1414, deux moulins, à blé et à foulon, sont cités à côté de l’étang d’Auge9. Ces moulins vont permettre une grande productivité et un essor des revenus, à tel point que dès la fin du XIIe siècle, la majorité des communautés ne peut consommer toutes les ressources produites par leurs domaines. Les statuts du Chapitre général les autorisent alors à écouler le surplus de leurs récoltes grâce à des maisons dont ils disposent dans les villes alentours. Les moines semblent s’être plus tournés vers le Berry (Châteauroux, Châteaumeillant, La Châtre, Argenton) pour leurs activités commerciales que vers les bourgs marchois. Peut-être le Berry, plus dynamique et prospère, assurait-il de meilleurs débouchés à leurs productions. L’idéal primitif de retrait au « désert », à l’écart des préoccupations séculières est de fait remis en cause et ne résiste donc guère à l’accumulation de richesses due à l’activité de ces moines issus de l’aristocratie et par là même certainement habitués à la gestion des vastes domaines familiaux. Ils s’emparent également de la production du fer, exploitation médiévale relativement méconnue face aux lacunes des sources écrites. Seuls certains actes de donation peuvent être accompagnés d’une autorisation de couper le bois pour alimenter les fours élevés aux abords de la mine, non loin du gisement affleurant surtout sous de vastes massifs forestiers. Ces installations, fragiles, sont rarement conservées. Des sondages archéologiques révèlent parfois des amoncellements de scories (Prébenoît, commune de Bétête, Creuse). A la fin du XIIe et pendant le XIIIe siècle, l’unité sidérurgique entre mine et forge éclate, scission qui s’explique par l’usage de forges placées le long des cours d’eau. La force hydraulique sert à mouvoir de lourds marteaux à l’aide d’un système de cames10. Malheureusement, les archives sont muettes sur ce type d’exploitation dans la Marche limousine. Nous savons que la grange de Bougnat dépendant de l’abbaye de Bonlieu (commune de Saint-Marien en Berry) disposait de forges. Cette région bénéficiait en effet d’une forte densité de matière ferreuse11.

  • 12 Arch. dép. de la Creuse, H 529.

4Les sources modernes livrent également des informations sur l’état de conservation des moulins, des étangs et des biefs. Ceux-ci semblent en effet poser des problèmes de conservation discernables dès le XVIIe siècle à travers les procès-verbaux de visite. A l’abbaye de Prébenoît en 1621, les notaires ont « visité les deux moulins appelés de la porte et des Boissières, qu’ils ont aussi dits être presque en ruines, leurs murailles et leurs toitures ayant besoin d’être remises à neuf, nécessitant d’être équipées de meules et les chambres de cheminées »12.

5D’autres prospections archéologiques réalisées récemment sur ces sites permettent de cerner la mise en œuvre des biefs, canaux et digues encore décelables dans les paysages mais révèlent surtout la dégradation progressive des installations. En effet, depuis les investigations dirigées par Bernadette Barrière en 1998, nous avons eu l’occasion de constater leur mauvaise conservation. L’exemple d’Aubepierres (commune de Méasnes, Creuse) est en cela très représentatif. Le vivier est désormais asséché. Le « ruisseau de l’Abbé » qui prend sa source à trois kilomètres en amont de l’abbaye est progressivement envahi par les friches faute d’entretien. Les moulins ne sont appréhendés que d’après d’épars vestiges modernes. Ces aménagements nous permettent ainsi de soulever le problème de la politique de sauvegarde de ces patrimoines qui ne sont pas préservés au même titre que les sanctuaires, les peintures ou les éléments de mobilier. Ce n’est le cas que d’aménagements jugés exceptionnels tel le « canal des Moines » d’Obazine en Corrèze classé au titre de l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1966 mais fermé au public en 2002 suite à des éboulements. De même, les granges cisterciennes sont bien souvent détruites, inadaptées à une agriculture moderne et la plupart du temps à l’écart des protections officielles.

  • 13 Bruno Phalip, « Le moulin à eau médiéval. Problème et apport de la documentation languedocienne », (...)
  • 14 Yves Pourcher, La Trémie et le rouet, moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à traver (...)

6Les études d’archéologie du bâti, certes lacunaires face à la dégradation de ces installations médiévales, permettent néanmoins d’en déterminer certaines caractéristiques. Les moulins à roue horizontale prédominent apparemment dans les zones méridionales. Ils correspondent souvent à de petites communautés, à des zones de montagne aux réseaux hydrauliques restreints. Le rendement est modeste, le broyage irrégulier, la farine assez grossière mais ces installations simples sont peu coûteuses par rapport aux moulins à roue verticale. Plus complexes, ils nécessitent un débit constant et important. Ils dominent dans les pays septentrionaux, dans les zones de plaine avec des cours d’eau plus puissants. Ils bénéficient d’une plus grande efficacité potentielle mais nécessitent des techniciens qualifiés13. D’après des statistiques d’Yves Pourcher en 1809, les installations creusoises adoptent majoritairement la roue verticale. En Haute-Vienne, elle concerne 80 % des moulins tandis que 20 % adoptent la roue horizontale. La Corrèze, plus nettement tournée vers le Midi, opte pour la roue horizontale14. Dans le diocèse de Limoges, il y a donc hésitation et adoption partagée. Néanmoins, considérant ces faits, ne peut-on pas aussi envisager l’hypothèse d’une continuité des techniques médiévales à l’époque moderne ? Nos informations concernant le moulin médiéval sont trop ténues pour conclure, aussi il convient d’élargir nos documentations.

  • 15 Jean-Michel Desbordes, L’Archéologie du paysage rural en Limousin, Limoges, 1997, p. 9.

7Des analyses toponymiques d’après les cartes de Cassini et les cartes IGN peuvent définir des indices d’installations totalement disparues en élévation et aider à la reconstitution de paysages médiévaux. Des lieux-dits conservent en effet la trace de ces aménagements et attestent ainsi une certaine permanence des sites d’implantation : « Le Moulin Neuf » au sud-ouest d’Aubepierres ; « Le Pont de Bonlieu », « Le Moulin de la Roche », « Le Moulin des Côtes » au sud de Bonlieu, le long de la Tardes ; « La Barrière » au nord de Prébenoît qui pourrait se rapporter à une digue associée à l’Etang Noir en amont du monastère ; le « Moulin des Costes » et le « Moulin du Cluzeau ». D’autres évoquent les activités sidérurgiques : « Les Forges » au sud-ouest d’Aubepierres, au sud-est d’Aubignac au bord du ruisseau de la Planche, au nord-est de la Colombe sur l’Almette et au nord de l’abbaye de Bonlieu sur la Tardes. Concernant ces trois dernières abbayes, les toponymes sont directement placés à proximité d’un cours d’eau, ce qui peut laisser présager l’installation d’une forge hydraulique plutôt que forestière. D’autre part, les toponymes du type « Camp romain » sont souvent révélateurs d’exploitations métallifères. En effet, les fosses à ciel ouvert entourées de déblais d’extractions du métal sont souvent confondues dans la tradition orale avec les remparts d’un camp romain15. Ainsi, le « Camp de César » à Aubepierres et le « Camp romain » non loin de l’abbaye des Pierres (commune de Sidiailles, Cher) pourraient révéler l’emplacement d’une ancienne activité métallurgique.

Aménagements hydrauliques de l’abbaye de Prébenoît (Bétête, Creuse) d’après le cadastre de 1808.

Aménagements hydrauliques de l’abbaye de Prébenoît (Bétête, Creuse) d’après le cadastre de 1808.

© Relevé R. Bernard, J. Roger.*

8Les difficultés de l’étude architecturale sont donc réelles et les sources historiques et archéologiques sont insuffisantes à la connaissance de ces installations. Les approches et problématiques propres à l’histoire de l’art peuvent-elles alors apporter quelques éléments de réponse ? Cette discipline s’attache notamment à l’étude de sources iconographiques, restreintes concernant le moulin mais néanmoins très précieuses. Elles permettent de mieux connaître l’aspect extérieur des moulins tandis que les mécanismes internes demeurent généralement cachés. L’une des premières figurations pourrait être la dalle funéraire de Bernard de Mèze, abbé de Gellone en Languedoc de 1170 à 1189. Un moulin apparaît comme une petite tour carrée fortifiée de créneaux. Le moyen appareil régulier soigné est percé d’une délicate baie géminée. Deux roues de part et d’autre sont également représentées avec leurs axes. Le manuscrit de Herrarde de Landsberg au XIIe siècle détaille avec plus de précision le mécanisme de mouture. Deux personnes versent du grain dans la trémie. La meule et les deux roues qui l’animent sont figurées dans une perspective redressée. Dans la nef de la basilique romane de Vézelay (Bourgogne), le chapiteau historié du « moulin mystique » représente un prophète qui verse du grain dans la trémie tandis que saint Paul recueille la farine. Le mécanisme du moulin se limite à une roue dentée liée à une meule par un axe horizontal. D’autres exemples sont connus comme la représentation d’une scie hydraulique par Villard de Honnecourt au XIIIe siècle. Fasciné par les techniques et en particulier par les mouvements rotatoires, il eut l’occasion d’observer un moulin à huile à Vaucelles (Picardie) près de Honnecourt. L’histoire de l’art est donc susceptible de compléter les documentations textuelles grâce à l’étude iconographique. Toutefois, de même que les autres disciplines historiques, elle connaît des limites du point de vue des aménagements cisterciens. Ne peut-on dès lors aussi poser la question de liens possibles entre choix architecturaux religieux et civils, entre un sanctuaire et un bâtiment pré-industriel ?

  • 16 Saint Bernard, Écrits sur l’art, Clermont-Ferrand, 2001.
  • 17 G. de Commines (dir.), « Les abbayes cisterciennes […] », op. cit.
  • 18 Denis Cailleaux, « Fontenay, site sidérurgique cistercien » dans P. Benoit et D. Cailleaux, Moines (...)

9Les cisterciens s’implantent souvent dans des zones de saltus et reçoivent en donation des terres parfois ingrates. Recrutés dans l’aristocratie, ils font preuve d’une grande habitude dans la gestion de vastes domaines agraires. Ne percevant pas de dîmes comme les moines noirs, ils doivent assurer leur subsistance par l’élevage, la création de multiples granges aux cultures complémentaires et l’installation de moulins céréaliers ou industriels. Ils ne disposent pas dans un premier temps des mêmes moyens financiers que les clunisiens implantés dans des zones d’ager, ce qui expliquerait entre autre la modestie des décors de leurs sanctuaires, dépouillement également révélateur de tentations « iconoclastes » propres à une culture aristocratique qui n’a guère manifesté un fort recours aux images. Les cisterciens font peut-être ainsi le choix d’investir en priorité dans la mise en valeur de leurs possessions plus que dans des architectures complexes et de vastes programmes iconographiques sculptés comme leurs homologues clunisiens. Ainsi leurs sanctuaires tolèrent les chapiteaux lisses (Prébenoît, Bonlieu) ou parfois aux décors végétaux simplifiés (La Colombe). Les vitraux ornés de délicats entrelacs de grisailles cèdent rarement la place à la couleur (Bonlieu, Obazine). Tout décor peint est exclu. Les murs des vastes nefs sont nus puisque rien ne doit distraire le moine de la méditation. Les baies sont sobrement ébrasées et n’acceptent aucune moulure particulière. Les volumes architecturaux sont simples : chevet plat (Prébenoît, La Colombe, Aubignac), plus rarement à abside (Bonlieu). Lorsque la nef dispose de bas-côtés, ceux-ci ne sont bien souvent séparés du vaisseau principal que par d’austères piles cruciformes (Prébenoît). Les façades en pignon ne s’ornent d’aucune sculpture. Ainsi le monastère cistercien ressemble plus à une forteresse ou à une grange qu’à une maison de Dieu. Cette austérité découle notamment des préceptes de saint Bernard et des statuts énoncés lors des Chapitres généraux de l’ordre qui rappellent que si les images peuvent être admises au sein des églises épiscopales pour susciter la dévotion des fidèles, les moines destinés à une vie contemplative se doivent de les rejeter16. Pour l’ordre de Cluny au contraire, l’oeuvre d’art est comprise comme un accès à Dieu, une médiation possible entre visible et invisible. La conception du travail est aussi divergente. Les clunisiens le considèrent comme un châtiment tandis que les cisterciens doivent sans doute le revaloriser par nécessité, retrouvant ainsi l’équilibre entre travail et liturgie prôné par la Règle de saint Benoît. Toutefois cet acte pénitentiel est effectué par les frères convers, paysans le plus souvent illettrés qui disposent de leurs propres bâtiments, néanmoins édifiés avec le même soin que ceux des moines de chœur. Il n’existe guère de distinction entre des formulations laïques et religieuses chez les cisterciens. L’assimilation du travail à une sorte de prière permettant elle aussi d’atteindre Dieu pourrait également justifier l’hypothèse d’une grande unité architecturale entre lieux de culte et édifices à vocation économique. Églises et bâtiments conventuels peuvent-ils ne pas être traités avec plus de soin et de décor qu’une grange ou un moulin ? Dans le Limousin et la Marche, les granges médiévales sont méconnues, détruites ou remaniées à l’époque moderne. Nous pouvons toutefois nous référer à des exemples d’autres régions17. Ainsi, la grange de Vaulerent dépendant de Chaalis dans la plaine d’Île-de-France est constituée d’un volume quadrangulaire entre deux pignons édifiés en moyen appareil régulier. La mise en œuvre est aussi soignée que pour les bâtiments monastiques. La grange de Fontcalvy, liée à Fontfroide en Languedoc, prend l’aspect d’une petite forteresse aux murs épais et consolidés par d’importants contreforts en talus pour résister à la pression du sel entreposé. Elle présente une salle principale voûtée d’ogives minces qui se rejoignent en des clefs cruciformes. Les formulations gothiques y pénètrent donc de même qu’à l’abbatiale de Fontfroide. La grange de Sainte-Procaire dépendant de Pontigny (Yonne) adopte des voûtes d’arêtes qui retombent sur des chapiteaux à feuilles d’eau très similaires à ceux de l’abbatiale. A en juger par ces sondages, nous pouvons en déduire une forte concomitance entre la mise en œuvre des bâtiments monastiques et économiques. En Haute-Marche, nombre d’églises paroissiales datées du premier tiers du XIIIe siècle (Genouillac, Gouzon, Tercillat) adoptent ce même volume quadrangulaire calé entre deux pignons et que Claude Andrault-Schmitt nomme à juste titre « églises-granges ». Ce parti pourrait être mis en relation avec les granges des moines blancs très présents dans ces zones de marches forestières. Les forges n’adoptent-elles pas une architecture similaire ? Celle de Fontenay, l’un des rares exemples conservés en élévation18, présente aussi ces façades en pignon scandées de contreforts à ressauts. Cette mise en œuvre ressemble étonnement à celle de l’abbatiale ou des églises-granges marchoises. Ce lien entre architecture cistercienne dépouillée et activités pré-industrielles expliquerait aussi la transformation logique de la plupart des abbatiales en exploitations agricoles dès la Révolution, telles Prébenoît et Varennes. Les grands volumes, les vastes espaces que nul décor ostensible ne vient troubler se prêtent notamment au stockage des grains et aux activités agricoles en général.

10Ces premiers constats pourraient nous permettre de mieux appréhender d’autres réalités cisterciennes tel le moulin, relativement méconnu hormis par certains vestiges de l’époque moderne. En se fondant sur l’hypothèse d’une cohérence forte entre architecture monastique et installations pré-industrielles, ne peut-on pas envisager ce que pouvait être le moulin médiéval en Limousin et Marche ?

  • 19 Bernadette Barrière, « Le moulin de Cougnaguet », Dossiers d’archéologie, Cîteaux. À la découverte (...)
  • 20 Jacques Roger et Philippe Loy, L’Abbaye cistercienne de Prébenoît, Limoges, 2003, p. 58-59. I. Pign (...)

11Le moulin de Cougnaguet construit sur l’Ouysse au XIIIe siècle à Obazine en Corrèze utilisait des roues horizontales à pales placées dans quatre cuves maçonnées. C’est un bâtiment rectangulaire de 17 par 10 m qui s’élève sur quatre niveaux. Le parement est constitué d’un moyen appareil régulier de granit aussi soigné que les bâtiments conventuels du monastère. L’eau est évacuée par quatre déversoirs voûtés en plein-cintre19. Le « canal des moines » est lui-même construit en gros blocs de gneiss équarris et talutés comme ceux qui constituent les assises des bâtiments monastiques d’Obazine. Du fait de la grande unité des techniques de construction, elles ont sans doute été mises en place selon un projet d’ensemble cohérent entre les années 1150-1180 et le XIIIe siècle. Les monastères marchois ont connu des débuts érémitiques plutôt chaotiques sur des terres incultes dont la mise en valeur a été le résultat d’un long processus. Par ailleurs, des abbayes comme Prébenoît ou Bonlieu ne s’affilient à Cîteaux qu’en 1162. Ce n’est qu’à cette date que débute véritablement une vague de donations des familles nobles. Les réseaux d’aménagements hydrauliques tout comme les granges ont sans doute été mises en place progressivement, suivant l’importance et le rythme des donations ainsi que la mise en valeur des terres. Cette mise en œuvre était d’ailleurs assurée par les convers peut-être sous la conduite de techniciens issus de l’abbaye Pontigny, abbaye-mère de Prébenoît et de ses soeurs marchoises. Les cisterciens auraient pu en effet former des spécialistes pour la diffusion du savoir-faire d’une abbaye à l’autre. Toutefois, les rapports entre Pontigny et ses filles étaient assez distendus et il est plus probable que les moines aient profité de techniciens issus des paroisses environnantes. Les moulins étant également en partie plus acquis que construits, les moines blancs bénéficiaient aussi de techniques déjà éprouvées par les communautés rurales qu’ils utilisaient à leur profit. Les relations étaient étroites entre laïcs et monde monastique avec des échanges dans un sens ou dans l’autre, ce qui paraît tout à fait logique si on garde à l’esprit que beaucoup de moines sont des cadets de familles nobles. A l’abbaye de Prébenoît, des installations médiévales sont révélées par le cadastre de 1808 et les sondages archéologiques. Un bief maçonné ainsi que des réseaux de drains constitués de dalles de schiste sont datés du début du XIIIe siècle, soit en même temps que l’érection du cloître du monastère et du sanctuaire. Une digue est placée au niveau de l’Etang Noir en amont de l’abbaye. Longue de 100 m environ, sa chaussée se constitue d’une levée de terre parementée de schiste. Le conduit de vidange de l’étang recourt à des dalles de granite. La roche utilisée pour la mise en œuvre est extraite dans les proches environs pour minimiser les coûts20. L’alternance de schiste et de granite caractérise aussi les parements du modeste monastère creusois. Ces mêmes matériaux sont employés pour une construction de 17 m de long et 7 m de large, très ruinée, qui surplombe le Cluzeau non loin du chemin d’accès de l’abbaye. Il s’agit très probablement d’un moulin dont la mise en œuvre se rattache aux phases anciennes de construction du monastère. A Bonlieu, la Tardes est aménagée grâce à un pont à cinq déversoirs voûtés édifié en granit gris de moyen appareil régulier. Les joints sont fins, la mise en œuvre soignée comme celle de l’abbatiale et sans doute comme celle des nombreux moulins qui dépendaient du monastère, ce qui laisse supposer une simultanéité des constructions. Les moines d’Aubepierres disposent d’au moins trois moulins sur la Creuse dépendant de la grange de Chibert (commune de Glénic). Au lieu-dit « Le Moulin Neuf », une digue de pierres sèches est encore en place de même qu’un moulin dont la roue est toujours en activité. A quelques mètres de cette installation moderne, un angle de mur (80 cm de haut) constitué de blocs de granit assemblés en pierres sèches rappelle l’ancien emplacement médiéval. Les matériaux employés sont les mêmes que ceux des ruines du monastère.

  • 21 B. Phalip, Auvergne et Bourbonnais gothiques, le cadre civil, Paris, 2003, p. 63.

12Le développement systématique d’une activité industrielle semble particulier à cet ordre qui se singularise également par un dépouillement architectural s’appliquant presque de manière indifférenciée aux sanctuaires, aux granges, moulins et forges. Ainsi, si l’histoire et l’archéologie ne nous permettent guère de connaître les aménagements pré-industriels des cisterciens de la Marche et du Limousin, l’historien de l’art peut envisager une mise en œuvre très similaire à celle des bâtiments monastiques encore observables. L’architecture cistercienne s’identifie peut-être plus aux créations d’une noblesse laïque qui investit dans les techniques qu’aux oeuvres habituelles des clercs. Des corrélations peuvent sans doute être soulignées entre bâtis civil et religieux qui s’insèrent dans une architecture médiévale commune dont les formes peuvent être pour l’essentiel universelles21. Ainsi, les baies ébrasées des monastères cisterciens marchois (Bonlieu) se retrouvent aussi bien dans un cadre paroissial (Gouzon, Tercillat en Creuse) que dans un cadre militaire (donjon de la Toque à Huriel, Allier). Des formulations civiles et militaires s’insèrent fréquemment au sein des créations religieuses. Nombre d’églises ont été fortifiées de créneaux et de mâchicoulis dès le XIVe siècle (Ajain, Ladapeyre-en-Creuse) ainsi que certaines granges cisterciennes, en Rouergue notamment. Il est dès lors bien délicat pour l’historien d’art d’établir de nettes frontières entre les diverses réalités architecturales qu’elles soient civiles, y compris à vocation industrielle, castrales ou religieuses.

Digue des Boissières sur la Petite Creuse.

Digue des Boissières sur la Petite Creuse.

© cliché J. Roger.

Digue au sud de la ferme de l’abbaye de Prébenoît.

Digue au sud de la ferme de l’abbaye de Prébenoît.

© cliché J. Roger.

Haut de page

Notes

1 Société française d’histoire des sciences et des techniques, L’Histoire des sciences et des techniques doit-elle intéresser les historiens ?, Paris, 1982 ; Philippe Braunstein, Travail et entreprise au Moyen Âge, Bruxelles, 2003, p. 23.

2 Marc Bloch, « Avènement et conquêtes du moulin à eau », Annales d’histoire économique et sociale, 1935, t.VII, p. 538-563 ; Lynn White, Technologie médiévale et transformations sociales, Paris/La Haye, 1969 ; Sylvie Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle, Paris, 1995 ; Anselme Dimier, Jean Porcher, L’Art cistercien, Saint-Léger-Vauban, 1962 ; Marcel Aubert (avec la marquise de Maillé), L’Architecture cistercienne en France, Paris, 1947 (2e éd.).

3 Claude Andrault- Schmitt, Limousin gothique, Paris, 1997 ; Bernadette Barrière (dir.), Moines en Limousin, l’aventure cistercienne, Limoges, 1998.

4 . G. de Commines (dir.), « Les abbayes cisterciennes et leurs granges », Cahiers de la Ligue urbaine et rurale, 109, Paris, 1990, p. 40

5 Claude-Jean Nesmy, Saint Benoît et la vie monastique, Paris, 1959, rééd. 2001

6 Serge Gady, « Fouille sur le site médiéval de Drouilles », Mémoires de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, t. XLVII, 2000, 2e fasc., p. 268-280.

7 Arch. dép. de la Creuse, H 250.

8 Ibid., H 284.

9 Ibid., H 240.

10 Catherine Verna, Les Mines et les forges des cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne du nord (XIIe-XVe siècles), Paris, 1995, p. 22.

11 M. Nouger, Patrimoine et environnement aristocratique de l’abbaye cistercienne de Bonlieu en Creuse aux XIIe et XIIIe siècles, mémoire de maîtrise, Limoges, 1998, p. 207.

12 Arch. dép. de la Creuse, H 529.

13 Bruno Phalip, « Le moulin à eau médiéval. Problème et apport de la documentation languedocienne », Archéologie du Midi médiéval, t. X, 1992, p. 63-96.

14 Yves Pourcher, La Trémie et le rouet, moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, Montpellier, 1989, p. 17

15 Jean-Michel Desbordes, L’Archéologie du paysage rural en Limousin, Limoges, 1997, p. 9.

16 Saint Bernard, Écrits sur l’art, Clermont-Ferrand, 2001.

17 G. de Commines (dir.), « Les abbayes cisterciennes […] », op. cit.

18 Denis Cailleaux, « Fontenay, site sidérurgique cistercien » dans P. Benoit et D. Cailleaux, Moines et métallurgie dans la France médiévale, Paris, 1991, p. 269-353.

19 Bernadette Barrière, « Le moulin de Cougnaguet », Dossiers d’archéologie, Cîteaux. À la découverte de 64 sites en France, no 234, juin/juillet 1998, p. 92-93.

20 Jacques Roger et Philippe Loy, L’Abbaye cistercienne de Prébenoît, Limoges, 2003, p. 58-59. I. Pignot, L’Abbaye cistercienne de Prébenoît en Creuse. Étude lapidaire et architecturale, mémoire de maîtrise, Clermont-Fd, 2004. Les Abbayes cisterciennes en marge des diocèses de Limoges, Bourges et Clermont, mémoire de master 2, Clermont-Fd, 2005.

21 B. Phalip, Auvergne et Bourbonnais gothiques, le cadre civil, Paris, 2003, p. 63.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aménagements hydrauliques de l’abbaye de Prébenoît (Bétête, Creuse) d’après le cadastre de 1808.
Légende © Relevé R. Bernard, J. Roger.*
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1978/img-1.png
Fichier image/png, 134k
Titre Digue des Boissières sur la Petite Creuse.
Légende © cliché J. Roger.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1978/img-2.png
Fichier image/png, 159k
Titre Digue au sud de la ferme de l’abbaye de Prébenoît.
Légende © cliché J. Roger.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/1978/img-3.png
Fichier image/png, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Pignot, « Sanctuaires cisterciens et aménagments hydrauliques en Limousin et en Marche.  », Siècles, 22 | 2005, 81-94.

Référence électronique

Isabelle Pignot, « Sanctuaires cisterciens et aménagments hydrauliques en Limousin et en Marche.  », Siècles [En ligne], 22 | 2005, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/1978

Haut de page

Auteur

Isabelle Pignot

CHEC, Université Blaise Pascal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org