Navigation – Plan du site

Les Noëls de l'Auvergne et du Velay du XVIe au XVIIIe siècle

Pierre Sorus
p. 73-86

Entrées d’index

Mots-clés :

Noël, chanson, catholicisme

Keywords :

Christmas, Catholicism, song

Index géographique :

Auvergne

Index chronologique :

XVIe siècle, XVIIe siècle, XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dictionnaire universel de Français et Latin, Trévoux, 1704, article « chanson ».
  • 2 Ibid., article « Noël ».
  • 3 Ibid., article « cantique ».

1Les noëls dont il est question sont de petites pièces, écrites en vers, et mettant généralement en scène les personnages de la Nativité. Ces compositions se rencontrent très rarement en dehors de recueils, qui peuvent être manuscrits ou imprimés. Les ouvrages les plus importants sont généralement intitulés « Bibles de Noëls ». Dans le fonds collecté, les livrets ne comportent pas cette dénomination, probablement en raison de leur volume, plus réduit que celui des « Bibles ». Aller plus loin dans la définition soulève déjà des interrogations. Entre chant, chant religieux, cantique ou cantique spirituel, il est difficile de classer le noël dans une de ces catégories. L’ambiguïté se rencontre dès l’époque étudiée. Pour le Dictionnaire universel de Français et Latin de Trévoux, une chanson est une « petite pièce de vers aisés simples et naturels qu’on met en air pour les chanter »1. Le genre est défini par sa forme et non par son sujet, qui peut être sacré ou profane. La définition est complétée par celle des « chansons spirituelles, […] qui se font sur des matières pieuses ». La chanson n’appartient donc pas seulement au répertoire profane. Pour le noël, le même dictionnaire parle de « chanson spirituelle, faite à l’honneur de la Nativité de N.S.J.C. »2. La différence avec le cantique est alors floue, ce dernier pouvant être « un chant spirituel qui témoigne de quelque joie ou alégresse et qui est à l’honneur de Dieu » ou bien « tout chant qui traite de matière pieuse »3. L’analyse des noëls est alors nécessaire pour mieux les définir et comprendre le flou sémantique les entourant.

2La période comprise entre le XVIe et le XVIIIe siècle correspond à celle du succès des noëls. Ils apparaissent en effet, sous la forme rencontrée, entre la fin du XVe siècle et le début du suivant, marqués par diverses influences littéraires. Le genre évolue au cours de l’époque moderne et semble connaître un déclin vers la fin du XVIIIe siècle.

  • 4 Une analyse plus approfondie de cet ensemble a été conduite dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, (...)

3Le fonds qui a été étudié, pour l’Auvergne et le Velay, est formé de 217 noëls4. Le choix des limites géographiques pour un tel sujet est tributaire des sources. Ajouter le Velay à l’Auvergne, comprenant la ville de Clermont comme principal lieu d’édition des noëls, permet de disposer d’une aire assez vaste pour repérer des spécificités locales. Après la collecte des sources, le travail consiste à s’interroger sur les auteurs et leurs sources d’inspiration, les éditions, la circulation des œuvres et leur utilisation. Dans un deuxième temps, une analyse des textes, reposant sur des études de vocabulaire, a permis de repérer le message véhiculé et son évolution. Un ensemble de thèmes, propres au contenu des noëls, a pu être mis en évidence. Il s’agit de comprendre quels renseignements l’histoire de ces œuvres peut apporter à la compréhension du contexte religieux et pastoral de l’époque.

Des œuvres écrites et diffusées

Présentation des recueils

4Les premiers changements visibles au cours de la période concernent les supports et les formats. Le fonds recueilli comprend trois manuscrits et six recueils imprimés. Un classement par ordre chronologique montre que les manuscrits datent tous des XVIe et XVIIe siècles, alors que le premier recueil imprimé apparaît seulement en 1653. Tous les imprimés retrouvés proviennent de Clermont ou de Riom. 1651 est l’année où l’évêque de Clermont fait appel, par contrat, à un imprimeur de Champagne, Nicolas Jacquard, pour éditer un nouveau bréviaire. La date peut être considérée comme celle de l’apparition de l’imprimerie dans la ville. Pour les noëls, les imprimés remplacent alors les manuscrits.

5Entre 1653 et la fin de la période, le format des recueils ne cesse de diminuer. Le premier ouvrage est un in-octavo de cent quatre pages. Un autre recueil, de 1739, ne compte plus que trente six pages en format in-12, et le plus récent, imprimé au début des années 1790, compte trente deux pages dans un format in-16. Les recueils ne sont donc pas des objets figés dans leur forme. Ces évolutions immédiatement visibles ne sont pas les seules ; elles en annoncent d’autres.

Les auteurs et leur langue

  • 5 Noëls nouveaux et chant pastoral des Bergers Auvergnats, pour la Nativité de Ne Seigneur Iesus Chri (...)
  • 6 Noëls nouveaux et chant pastoral des bergers auvergnats […] À Clermont, chez G. Jacquard […].
  • 7 Geneviève Bollême, La Bible bleue, anthologie d’une littérature populaire, Paris, 1975, p. 30.

6À travers la connaissance des auteurs de noëls, les conditions de l’écriture des textes pourraient être mieux connues mais les fonds d’archives consultés ne percent pas le mystère autour de ces personnes. Les recueils imprimés ont la particularité de contenir des noëls en langue régionale. Les ouvrages les plus anciens sont entièrement consacrés à ces compositions, puis les noëls en français apparaissent à leurs côtés et occupent une place de plus en plus importante. Les chants en langue régionale ont la particularité d’être attribués à des auteurs, même si cet usage se raréfie avec le temps. Dans le plus ancien recueil consulté, daté de 16535, tous les noëls sont accompagnés d’un nom d’auteur. Un autre, de la fin du XVIIe siècle6, indique seulement que ses neuf premiers noëls sont d’un certain François Pezant. Au total, les recueils livrent une quinzaine de noms, sans autres précisions. Rien ne permet de retrouver l’existence de ces auteurs. Au XVIIIe siècle, les noms ont disparu des livrets de noëls. Il est à noter que celui de François Pezant se perpétue plus longtemps que les autres. Il pouvait être connu et constituer un atout pour la vente des imprimés. Le succès n’est cependant pas dû aux auteurs, leur œuvre est indépendante. Comme le rappelle GenevièveBollême, « l’anonymat n’est ni le secret, ni l’inconnu, ni l’ignoré, mais seulement le signe d’un déplacement d’intérêt »7.

7Dans les manuscrits, les informations sont un peu plus nombreuses. Sur les trois rencontrés, deux, de la fin du XVIe et du début du XVIIsiècle, sont des œuvres de prêtres, sans qu’il soit possible de déterminer totalement s’ils sont auteurs ou simples compilateurs d’écrits existants. L’un d’eux, NatalisCordat, est prêtre d’une paroisse du diocèse du Puy au XVIIe siècle. Son ouvrage comprend des noëls dont chacun porte une date, comprise entre 1631 et 1648. Au début du manuscrit, il affirme avoir composé des noëls dans un but pastoral :

  • 8 Noëls composés par l’abbé N.Cordat, vicaire à Cussac, 1631-1648 […].

« Ami lecteur, puisque l’esprit de l’homme appesanti du faix de son corps a tant de peine de s’élever en haut et se faire libre des choses terrestres, il faut chercher tous les moyens qu’on peut pour le soulager et le rendre plus habile à se guinder vers celui à la ressemblance duquel il a été créé »8.

  • 9 Simone Escoffier et Anne-Marie Vurpas, Textes littéraires en dialecte lyonnais. Poèmes, théâtre, no (...)
  • 10 B.C.I.U., Clermont- Ferrand, Ms 707.

8De tels renseignements ne se rencontrent plus dans les recueils imprimés, donc du milieu du XVIIe siècle à la fin du suivant. La langue dans laquelle les noëls sont composés est un autre élément marqué par des évolutions. Comme nous l’avons vu, une cinquantaine de chants, soit près du quart des sources collectées, sont écrits en langue régionale. Le plus grand nombre date du XVIIe siècle et leur rareté est donc à souligner pour le siècle précédent. En dehors des cas étudiés pour l’Auvergne et le Velay, le même constat a été fait pour les Noëls d’autres régions. À Lyon, par exemple, la situation est identique. Une étude des textes en langue lyonnaise constate, à propos des noëls du XVIe siècle, que « presque tous sont écrits en français ; deux seulement, parmi ceux qui, à notre connaissance, sont parvenus jusqu’à nous, sont écrits en patois »9. À ce titre, le manuscrit le plus ancien de noëls d’Auvergne, daté du milieu du XVIe siècle10, présente un aspect particulier. L’ouvrage est réalisé avec soin et agrémenté d’illustrations. Il contient des noëls dont certains se retrouvent dans des ouvrages imprimés au XVIe siècle, notamment à Lyon et à Paris. Sur les vingt chants, deux seulement ne sont pas en français. Les noëls en langue régionale semblent alors peu répandus, à moins qu’ils ne circulent qu’oralement. Leur succès dans l’édition correspond au XVIIe siècle. L’aire de circulation géographique de tels noëls est obligatoirement plus restreinte que pour ceux composés en français. Avec le développement de l’imprimerie, il est possible que des œuvres véhiculant une identité territoriale se diffusent. Il se peut également que des chants circulant oralement soient imprimés lorsque se répand le recours à l’écrit.

  • 11 Louis Châtellier, La Religion des pauvres, Paris, 1993, p. 58.

9Le manuscrit de Natalis Cordat contient quelques noëls en langue régionale. L’utilisation de parlers locaux ne s’oppose pas au but pastoral. De tels usages sont attestés et connus : ils se retrouvent par exemple au cours des missions du XVIIe siècle. Louis Châtellier explique que, dans l’île d’Ouessant, comme les missionnaires « avaient du mal, en quelques jours, à faire entrer dans les têtes aussi peu théologiennes tout le catéchisme du concile, ils mirent ce dernier en vers bretons »11.

  • 12 Poésies auvergnates de M. Joseph Pasturel, C. de l’E de M. ; À Riom, de l’imprimerie de P. Thomas [ (...)

10Un autre recueil de noëls, daté de 1733, apporte des informations différentes sur les langues régionales. Dans un avertissement au lecteur, Thomas, imprimeur à Riom, affirme recueillir des noëls « en patois » pour leur éviter l’oubli. Pour lui, au XVIIe siècle, « dans les meilleures maisons de la ville et de la campagne, la langue ordinaire était le patois […] le français en ce temps-là était une langue de parade »12. D’après ce document, le regard porté sur la langue a changé, et le déclin des noëls en langue régionale semble perceptible. S’ils sont toujours présents dans les recueils, leur nombre diminue au XVIIIe siècle pour laisser la place au français. Il s’agit de plus de rééditions ; les nouveautés sont absentes, et les mots sont de plus en plus francisés. Enfin, les noëls en français ne semblent pas spécifiques à la région. Parmi ceux contenus dans les livrets, beaucoup ont été retrouvés dans plusieurs « Bibles de noëls », imprimées à la même époque dans les principaux lieux d’édition en France. L’imprimeur riomois semble bien traduire un intérêt pour une chose dont il a conscience de la disparition. La production et la circulation des noëls présentent moins de spécificités locales qu’au début de l’époque étudiée.

Les noëls et le chant

  • 13 Monique Rollin, « Les mélodies de timbres de cantiques et de noëls : les critères de choix, les str (...)
  • 14 Noëls composés par l’abbé N. Cordat, vicaire à Cussac, 1631-1648 […].
  • 15 J. Quéniart, Les Hommes, l’Église et Dieu dans la France du XVIIIe siècle, Paris, 1978, p. 114.

11La conservation écrite n’est toutefois pas le but premier d’œuvres faites pour être chantées. À côté du titre, les indications de timbres sont fréquentes. Il s’agit d’un « système de tout temps très employé dont le rôle fut énorme et qui consiste à appliquer des paroles nouvelles [...] sur un air connu, donc préexistant. Dans la majorité des cas, l’air choisi n’est pas noté musicalement, il est seulement désigné par le titre ou par le premier vers des anciennes paroles »13. Lorsque les timbres sont connus, il est possible de les classer en deux catégories : les airs d’autres noëls et les airs profanes. Dans le dernier cas, cette utilisation comporte une dimension pastorale, comme pour la langue. Natalis Cordat confie vouloir « donner sujet de dire adieu aux profanes mélodies »14. Il utilise des timbres comme : « Si j’aime la taverne », « Je ne sais si je suis ivre », ou encore : « Ah ! ainsi il faut que je te baise ». Il reprend ici une pratique répandue. Les cantiques de mission, par exemple ceux de Grignion de Montfort, montrent également le recours à ce procédé. Jean Quéniart note, à propos de cet auteur, que « la transposition n’est d’ailleurs pas arbitraire car elle procède souvent, lorsque c’est possible, par déplacement du profane au religieux du lieu des sentiments »15. Au XVIIIe siècle, les airs d’autres noëls deviennent plus fréquents que les airs profanes, qui se raréfient. Sur cent quarante timbres répertoriés, vingt-huit ont été identifiés. Parmi eux, huit correspondent à des airs d’autres noëls, presque tous rencontrés dans les recueils du XVIIIe siècle. La réutilisation de chansons connues n’appartenant pas au répertoire religieux n’est plus recherchée à la fin de la période étudiée.

  • 16 M. Garnier-Butel, « Du répertoire vocal... », dans J. Quéniart (dir.) Le Chant [...], p. 125.

12Toujours au XVIIIe siècle, les noëls appartenant au fonds de la maîtrise du Puy font ressortir un aspect original dans l’évolution du genre. Plusieurs d’entre eux ont fait l’objet d’une transcription musicale. Il s’agit, selon la définition de Monique Garnier-Butel, de « l’arrangement d’une œuvre destinée à des instruments ou des voix pour lesquels elle n’a pas été écrite originellement »16. Le but est de former le goût de l’amateur et de provoquer des réminiscences à partir d’airs connus. La compréhension du phénomène des transcriptions montre un éloignement par rapport aux préoccupations pastorales rencontrées au XVIIsiècle. Le cas de la cathédrale du Puy illustre de plus une évolution du genre des noëls : leur plus grande complexité musicale les rapproche de la tradition des compositions jouées par exemple lors de concerts.

Le contenu des textes

13Au-delà de l’écriture et de l’utilisation des noëls, il convient de mesurer de quelle façon les changements survenus au fil du temps se répercutent sur les textes.

14La longueur des récits ne cesse de diminuer au cours de la période. Si l’on classe les noëls selon leur longueur, la catégorie comprise entre soixante et soixante-dix vers est la plus représentée pour ceux du XVIe siècle. Au siècle suivant, la première place revient aux noëls comptant de quarante à cinquante vers. Au XVIIIe siècle, la catégorie la plus représentée est celle des chants de trente à quarante vers.

  • 17 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.

15Dans le même temps, le nombre de thèmes abordés se réduit. Au XVIe siècle, il est fréquent qu’un noël fasse un récit complet de la Nativité. Selon les évangiles, l’événement trouve son origine lors de l’Annonciation et se termine avec la visite des Mages. Alors que les noëls les plus anciens relatent différents épisodes du récit, l’évolution va dans le sens de l’évocation d’un nombre plus restreint d’événements au sein d’un même chant. En décomposant le récit biblique en séquences, telles que l’apparition de l’ange à Joseph, l’arrivée des Mages, l’apparition de l’ange aux bergers ou leur visite à l’étable, il est possible de repérer une réduction du nombre de thèmes évoqués dans chaque noël au cours du temps. En effet, 38 % des chants du XVIe siècle contiennent des allusions à trois épisodes du récit. Ils ne sont plus que 7 % à en évoquer le même nombre au siècle suivant, et plus aucun n’est dans ce cas au XVIIIe siècle. L’aspect narratif, permettant de connaître l’évangile, parfois en le paraphrasant, s’efface devant une invitation à méditer l’événement. Dans les recueils les plus récents, les noëls sont disposés de façon à reconstituer grossièrement le récit biblique, chacun se rapportant à un événement. Un livret, daté de 173917, débute avec un chant intitulé « L’Annonciation de la Vierge ». Plus loin, un autre titre précise : « L’ange annonce aux hommes la naissance du Sauveur ». Le noël suivant porte sur la méditation de l’un d’eux, parti voir le nouveau-né. Dans cet imprimé, les chants se décomposent en deux groupes : ceux en français, puis ceux en auvergnat. L’ouvrage s’achève sur le texte d’antiennes. La volonté de préparer à la cérémonie, en s’inspirant des formes du culte pour permettre de mieux le connaître, est visible. Le but recherché par ces œuvres n’est pas le même au cours des siècles.

Les aspects traditionnels

16Parallèlement à cette évolution, le nombre de personnages apparaissant dans les textes diminue. Les victimes de cette évolution sont le bœuf et l’âne, ou encore la visite des bergers. Certains thèmes sont également bannis : les appels à faire la fête ou le froid enveloppant la scène.

  • 18 Noëls composés par l’abbé N. Cordat […].
  • 19 Poésies auvergnates de M. Joseph Pasturel […], de l’imprimerie de P. Thomas […], 1733.
  • 20 Noëls composés par l’abbé N. Cordat […].
  • 21 G. Bollême, Les Almanachs populaires aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, La Haye, 1969, p. 62.
  • 22 Collection des Noëls de la cathédrale du Puy-en- Velay.

17À propos des bergers, leur rôle est souvent détaillé, surtout dans les noëls du XVIe siècle et ceux en langue régionale. Natalis Cordat met en scène des personnages dont il indique le nom : il s’agit peut-être d’habitants de sa paroisse, ayant réellement existé. Il est, entre autres, question de « Blaise Greilho » ou de « Mathieu Dyrail »18. Certains noëls assimilent aux bergers des artisans ou des fidèles exerçant de petits métiers : il est quelquefois question de « barbiers »19, « grangiers » ou « tisserands »20. L’intervention de personnes modestes permet au lecteur de s’identifier plus facilement au récit et rappelle que « la vertu est cachée dans le peuple, [...] car elle appartient au pauvre peuple dans la mesure où celui-ci, démuni de tout autre bien, doit l’exercer pour vivre »21. À l’annonce de la Nativité, les bergers chantent et jouent de la musique. Parmi les instruments, le tambour est toujours mentionné au XVIsiècle. Les musettes sont également fréquentes. Noël est l’occasion de faire des aubades pour inviter la population à se rendre auprès du nouveau-né. Les chants en langue régionale sont ceux qui insistent le plus sur ces aspects. La comparaison peut être faite avec le départ des fidèles pour l’église : les descriptions contenues dans les textes feraient alors allusion à des pratiques réelles. Il faut encore mentionner l’amalgame réalisé entre le récit biblique et les événements contemporains rapportés par les noëls ; la disparition de la chronologie donne l’impression que la Nativité se rejoue chaque année. Les noëls imprimés du XVIIIe siècle, en français, contiennent des descriptions beaucoup moins longues et détaillées des bergers. L’image donnée de ces personnages ne présente plus d’originalité : généralement chaussés de sabots, ils « sortent de leur chaumière »22, par exemple. Les descriptions faisant davantage appel au pittoresque qu’au recueillement ont disparu.

  • 23 Ms 707.
  • 24 Cité par M. Vloberg, Les Noëls de France, Grenoble, 1938, p. 101.

18La même évolution concerne le bœuf et l’âne présents dans l’étable. Quand ils sont évoqués, c’est-à-dire essentiellement dans les noëls les plus anciens et dans ceux en langue régionale, ils aident le nouveau-né à lutter contre le froid. Cet aspect est important au XVIe siècle ; l’Enfant est par exemple « de froid transi / Le boeuf l’inspire / Et l’âne aussi »23. Le thème, ancien, reprend la tradition médiévale. Dans l’un d’eux, il est expliqué que « le boeuf Mâchelent et l’âne Trottemenu, avançant leur museau au-dessus de la crèche, jetaient de leur haleine et donnaient de la chaleur comme s’ils connussent que les nouveau-nés vagissent de douleur sous la froidure »24. Les noëls en français des XVIIe et XVIIIe siècles suppriment tout rôle aux deux animaux. Ils disparaissent d’ailleurs presque totalement. La transformation peut être rapprochée de l’évolution de l’iconographie de la Nativité. À la suite du concile de Trente, la scène est épurée de ses éléments apocryphes et de ceux jugés manquer de noblesse.

  • 25 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.
  • 26 Collection des Noëls de la cathédrale du Puy-en-Velay.

19De la même façon, le thème du froid disparaît avec le temps. Il constitue un des éléments d’une description mettant l’accent sur l’inhospitalité du lieu de la naissance de Jésus. Son évocation peut symboliquement signifier le rejet par les hommes de celui qui vient les sauver, ou encore identifier le Christ à la pauvreté. Dans les noëls les plus récents, il est en revanche fait mention de « la crèche adorable / Du roi divin »25, ou d’un endroit « où tout brille à mes regards »26. Le lieu de la naissance apparaît alors comme magnifié par la présence de l’Enfant. La disparition d’un thème ancien est là encore perceptible.

Les aspects nouveaux

20Tous ces aspects sont remplacés, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, par des thèmes à la fois plus abstraits et faisant référence à la piété.

  • 27 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.
  • 28 J.Quéniart, Les Hommes […], p. 198.

21Dieu le Père est mentionné plus fréquemment à la fin de la période étudiée, et les allusions au Saint-Esprit font leur apparition. Dieu apparaît dans sa figure de justice et de bonté. Il est par exemple rappelé que Jésus-Christ, par sa naissance « dans cet état de misère / Faible et mortel comme nous / D’un Dieu vengeur, sévère / […] désarme le courroux »27. La vision est conforme à celle de la « pastorale de la peur », dans laquelle « la vengeance, la justice ou la bonté et l’indulgence de Dieu sont plus souvent évoquées que son amour pour les créatures »28.

  • 29 BCIU Clermont-Fd, Ms 707.
  • 30 Noëls composés par l’abbé N. Cordat […].
  • 31 Collection des Noëls de la cathédrale du Puy-en-Velay.
  • 32 Noëls nouveaux et chant pastoral des bergers auvergnats […], À Clermont, chez G. Jacquard […].

22Le personnage de Jésus-Christ évolue également. Au XVIe siècle, le terme « Noël » est parfois employé pour nommer l’Enfant : « Est venu le fils Nohël / Dans le ventre d’une vierge »29. Cet usage, qui disparaît au cours de la période, dénote une certaine familiarité avec le nouveau-né. Il reprend en fait une dénomination traditionnelle de Jésus, héritée du Moyen Âge. Dès le XVIIe siècle, le terme « Dieu » est de plus en plus souvent usité pour parler de l’Enfant. Le souci de mettre en avant sa nature divine peut se traduire de la sorte. Il est également rappelé que chaque personne divine est indissociable des deux autres, dont il porte le même nom. Jésus-Christ n’est donc plus isolé mais se situe dans la Trinité. D’enfant pauvre et proche des hommes au début de la période, il devient plus souvent le fils de Dieu. Une autre nouveauté, au XVIIe siècle, correspond à l’apparition d’un champ lexical soulignant sa nature royale. Il est par exemple qualifié de « Roy des Cieux »30. Un autre noël annonce que « bientôt avec vous les rois se rangeront sous ses lois »31. Les progrès de la monarchie absolue peuvent se traduire par un vocabulaire présentant le « roi des cieux » en parallèle au « roi des hommes » qui lui obéit. À la même époque, quelques noëls comprennent une prière pour le roi de France. Un de ceux imprimés à Clermont recommande de s’adresser à Jésus-Christ : « Prions-le tous / Qu’il nous serve de guide / Que donne au roi et à toute sa maison / Bon temps, bon cœur et bonne vie / Et que chacun vive dans la raison »32. De cette façon, la personne du roi est intégrée à l’événement religieux.

  • 33 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.
  • 34 Collection des Noëls de la cathédrale du Puy-en-Velay.

23Au cours du temps, est aussi plus fréquemment évoqué l’enfer. Il est mentionné dans 12 % des chants du XVIe siècle, contre 25 % de ceux du dernier siècle étudié. Dans le noël du XVIIIe siècle intitulé « Venez divin Messie »33, il est rappelé que la Nativité est un combat contre le diable. Dans le second couplet « les Enfers sont déchaînés », mais dans le suivant, « Dieu vient les fermer ». L’événement de Noël sert à montrer le chemin du Salut. L’Enfant vient pour créer une nouvelle relation entre les hommes et Dieu. L’extrait précédemment cité, dans lequel Jésus « d’un Dieu vengeur, sévère / [...] désarme le courroux », insiste sur l’importance de l’Incarnation pour le salut. Plus rares au XVIe siècle, les évocations de l’enfer sont aussi plus rassurantes qu’aux siècles suivants. Les noëls plus récents insistent parfois sur le fait que la naissance de l’Enfant ne constitue pas une victoire automatique et définitive sur le Mal. Au contraire, le combat permanent du fidèle est nécessaire pour le contenir. Un noël de la cathédrale du Puy comporte une prière appelant le Messie à venir : « Ha ! si vous tardez davantage à nous dégager de ses fers / Satan contre nous plein de rage nous entraîne dans les enfers »34. L’urgence de la situation est perceptible, devant les enfers qui représentent un péril imminent. L’événement de la naissance de l’enfant Jésus apparaît alors moins cité pour lui-même que pour permettre l’exposé de conceptions théologiques.

La Sainte Famille

24Au cœur des noëls, à côté de la disparition de certains éléments et de l’intervention de nouveaux, l’évolution de l’image de la Sainte Famille mérite une attention particulière. Parmi les personnages de la crèche, celui de Joseph constitue un cas à part. Dans les textes rencontrés, il est assez rarement mentionné, même s’il est plus présent dans les noëls en langue régionale.

  • 35 Poésies auvergnates de M. Joseph Pasturel […], de l’imprimerie de P. Thomas […], 1733
  • 36 Noëls nouveaux […], À Clermont, par Jean Barbier […], MDCLIII.

25Au XVIe siècle, il est décrit sous des traits lui donnant un aspect que l’on peut qualifier de traditionnel. Il s’agit en effet d’un vieillard : il est question de « ses cheveux gris »35. Il est préoccupé par le froid, voire même enrhumé. Il doute fréquemment et se laisse parfois emporter par la colère : « Mais Joseph trop fut mécontent / Quand il fut quasiment jaloux / Et la colère lui monta »36. Dans quelques noëls, il cherche aussi du foin ou tient une chandelle. Paraissant anecdotiques, ces éléments sont typiques du personnage et ont été analysés par Jean Delumeau :

  • 37 Jean Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, 1 (...)

« Aux XIVe et XVe siècles, les représentations de Joseph s’étaient multipliées au rythme des évocations de la nativité de Jésus et de la crèche. Il était le plus souvent figuré sous les traits d’un vieillard. On le voyait à genoux ou assis près de l’enfant Jésus ou encore lavant les langes, s’affairant aux soins de la cuisine, soufflant sur le feu pour préparer le potage, tenant une lanterne ou un cierge au moment de la naissance du Christ. Au XVIe siècle apparurent des images d’un saint Joseph jeune »37.

  • 38 Alphonse Dupront, Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, 1987, p. 181.

26Dans les Noëls du XVIe siècle, Joseph présente encore les caractères qui lui ont été donnés à la fin du Moyen Âge. Ses qualités humaines sont mises en avant, auxquelles il est facile pour les fidèles de s’identifier. Joseph constitue, au même titre que les bergers ou le bœuf et l’âne, ce qu’Alphonse Dupront appelle un « élément humain ». À côté des indices manifestant le mystère de l’Incarnation, les éléments humains sont, selon cet auteur, nécessaires à la compréhension de la scène : « la lisibilité du mystère exige une distance peu ou prou égale entre l’étrange qui tout à la fois attire, interdit ou repousse, et les éléments humains, quotidiens, viscéraux, sensibles, d’accès à la représentation du mystère »38.

  • 39 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.
  • 40 Noëls composés par l’abbé N. Cordat […].

27Au cours de l’époque moderne, la description évolue. Joseph se fait plus rare dans les récits. Lorsqu’il est évoqué, au XVIIIe siècle, sa place au sein de la Sainte Famille est mise en avant : il est par exemple le « chef de la maison ». Il est également porteur de sainteté : « homme juste », il est « obéissant »39, animé par « son zèle et son amour »40. Son rôle est cependant limité. Traité comme un personnage traditionnel au début de la période, le thème de Joseph est épuré par la suite, sans qu’un intérêt particulier lui soit porté.

28L’évolution est à comparer à celle, différente, de la figure de Marie. Son rôle se développe dans le temps. Les aspects, traditionnels, de l’accouchement, sont évacués au profit du modèle de mère et de sainte. Dans un noël du début de la période, il est précisé, à propos de l’Enfant :

  • 41 BCIU Clermont-Fd, Ms 707.
  • 42 Barbier, Noëls nouveaux […], À Clermont, par Jean Barbier […], MDCLIII.
  • 43 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.

29« Et de sa mamelle / Le va allaitant »41. Dans un noël en auvergnat, Marie apparaît « toute fatiguée »42 après avoir donnée la vie. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’accent est mis, toujours plus fortement, sur des valeurs morales. Un chant relate que la Vierge « prie », « médite » et « s’attache / Sans relâche / À remplir les lois du Ciel »43. Le but est de montrer qu’une vie exemplaire passe par un comportement dévot.

30En résumé, le tableau de la Nativité perd progressivement en personnages mais gagne en intimité et invite à la méditation en présentant des modèles. Le rôle que jouent Marie et Joseph à l’étable confirme, à la fin de la période, leur valeur d’exemples. En plus de cette dimension édifiante, dans les Noëls de cette époque, des conseils moraux et un enseignement de la Foi sont parfois adressés directement au lecteur. L’un d’eux est révélateur :

  • 44 Noëls nouveaux et chant pastoral des bergers auvergnats […], À Clermont. Chez G. Jacquard […].

« Rentrez dans l’église romaine / Ne faites plus difficultés / De renoncer à votre Cène / Recevez la réalité / La foi vous apprendra comment / Un Dieu est dans ce sacrement / Encore qu’il y soit invisible / Ce mystère est grand et profond / Tout y est incompréhensible / Il surpasse notre raison. / Quand le Seigneur dit c’est mon Corps / Pour n’en pas demeurer d’accord / Il faut être Capharnaïstes »44.

31Dans ce cas, le noël est pris comme prétexte à la diffusion d’un enseignement à destination des protestants. La connaissance d’un résumé du catéchisme prend le pas sur l’évocation de la Nativité. Le fidèle dispose d’éléments pour méditer, à l’occasion de Noël, et non plus de récits auxquels il peut s’identifier.

32Les noëls montrent une évolution au cours de laquelle ils perdent les spécificités qui étaient les leurs au début de la période étudiée, et dont les plus remarquables sont une forme narrative relatant l’événement de Noël, la présence de thèmes profanes et l’emploi de timbres musicaux extérieurs au répertoire religieux. L’emploi de langues régionales constitue un autre élément qui ne semble pas se retrouver en dehors du XVIIe siècle. La disparition d’aspects typiques conduit à une banalisation des recueils de noëls. En filigrane, la méfiance de l’église envers le genre transparaît. Même transformé pour le rendre plus conforme à la vision tridentine, il conserve une approche familière du sacré. Au souci de donner au Noël une dimension pastorale au cours du XVIIe siècle, succède, au siècle suivant, le soin de l’intégrer dans la masse des cantiques. L’identification entre les récits et la joie des fidèles laisse la place à une dimension spirituelle. Le message véhiculé par les textes évolue en ce sens. Les noëls ont alors davantage pour but de préparer à la célébration de la Nativité, en la rappelant. Ils prennent une fonction qui peut être qualifiée de pré-liturgique, tout en conservant une ambiguïté entre la récupération d’éléments profanes et leur élimination.

33La transformation ne fait pas oublier la simplification des rééditions et l’absence de nouveaux titres à la fin du XVIIIe siècle, faisant penser à un désintérêt pour un genre ayant perdu ses caractères originaux.

Haut de page

Notes

1 Dictionnaire universel de Français et Latin, Trévoux, 1704, article « chanson ».

2 Ibid., article « Noël ».

3 Ibid., article « cantique ».

4 Une analyse plus approfondie de cet ensemble a été conduite dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, Les Noëls de l’Auvergne et du Velay du XVIe au XVIIIe siècle, Université Blaise- Pascal, 2001.

5 Noëls nouveaux et chant pastoral des Bergers Auvergnats, pour la Nativité de Ne Seigneur Iesus Christ […] À Clermont, par Jean Barbier imprimeur du Roy et Libraire. MDCLIII.

6 Noëls nouveaux et chant pastoral des bergers auvergnats […] À Clermont, chez G. Jacquard […].

7 Geneviève Bollême, La Bible bleue, anthologie d’une littérature populaire, Paris, 1975, p. 30.

8 Noëls composés par l’abbé N.Cordat, vicaire à Cussac, 1631-1648 […].

9 Simone Escoffier et Anne-Marie Vurpas, Textes littéraires en dialecte lyonnais. Poèmes, théâtre, noëls et chansons, Paris, 1981, p. 19.

10 B.C.I.U., Clermont- Ferrand, Ms 707.

11 Louis Châtellier, La Religion des pauvres, Paris, 1993, p. 58.

12 Poésies auvergnates de M. Joseph Pasturel, C. de l’E de M. ; À Riom, de l’imprimerie de P. Thomas […], 1733.

13 Monique Rollin, « Les mélodies de timbres de cantiques et de noëls : les critères de choix, les structures musicales et leur évolution », dans Jean quéniart (dir.), Le Chant acteur de l’histoire, sociabilité, pastorale, propagande, Rennes, 1999, p. 39.

14 Noëls composés par l’abbé N. Cordat, vicaire à Cussac, 1631-1648 […].

15 J. Quéniart, Les Hommes, l’Église et Dieu dans la France du XVIIIe siècle, Paris, 1978, p. 114.

16 M. Garnier-Butel, « Du répertoire vocal... », dans J. Quéniart (dir.) Le Chant [...], p. 125.

17 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.

18 Noëls composés par l’abbé N. Cordat […].

19 Poésies auvergnates de M. Joseph Pasturel […], de l’imprimerie de P. Thomas […], 1733.

20 Noëls composés par l’abbé N. Cordat […].

21 G. Bollême, Les Almanachs populaires aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, La Haye, 1969, p. 62.

22 Collection des Noëls de la cathédrale du Puy-en- Velay.

23 Ms 707.

24 Cité par M. Vloberg, Les Noëls de France, Grenoble, 1938, p. 101.

25 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.

26 Collection des Noëls de la cathédrale du Puy-en-Velay.

27 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.

28 J.Quéniart, Les Hommes […], p. 198.

29 BCIU Clermont-Fd, Ms 707.

30 Noëls composés par l’abbé N. Cordat […].

31 Collection des Noëls de la cathédrale du Puy-en-Velay.

32 Noëls nouveaux et chant pastoral des bergers auvergnats […], À Clermont, chez G. Jacquard […].

33 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.

34 Collection des Noëls de la cathédrale du Puy-en-Velay.

35 Poésies auvergnates de M. Joseph Pasturel […], de l’imprimerie de P. Thomas […], 1733

36 Noëls nouveaux […], À Clermont, par Jean Barbier […], MDCLIII.

37 Jean Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, 1989, p. 341-342

38 Alphonse Dupront, Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, 1987, p. 181.

39 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.

40 Noëls composés par l’abbé N. Cordat […].

41 BCIU Clermont-Fd, Ms 707.

42 Barbier, Noëls nouveaux […], À Clermont, par Jean Barbier […], MDCLIII.

43 Noëls nouveaux […], À Clermont-Ferrand, chez P. Viallanes […], 1739.

44 Noëls nouveaux et chant pastoral des bergers auvergnats […], À Clermont. Chez G. Jacquard […].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Sorus, « Les Noëls de l'Auvergne et du Velay du XVIe au XVIIIe siècle », Siècles, 21 | 2005, 73-86.

Référence électronique

Pierre Sorus, « Les Noëls de l'Auvergne et du Velay du XVIe au XVIIIe siècle », Siècles [En ligne], 21 | 2005, mis en ligne le 17 septembre 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2198

Haut de page

Auteur

Pierre Sorus

CHEC, Université Blaise Pascal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org