Navigation – Plan du site
Dossier

Essai d’archéologie spatiale des Lémovices : les exemples des inscriptions et du funéraire

Spatial Archaeology test in the city of Lemovices : Epigraphy and funeral
Patrice Montzamir

Résumés

Cette étude s'attache à analyser les grandes lignes de l'organisation spatiale de la cité des Lémovices à l'époque romaine au travers de la répartition des inscriptions et du funéraire. La cartographie des inscriptions, des cippes et des stèles montre que ceux-ci sont assez diffus dans le nord de la cité des Lémovices et proportionnellement moins présents dans le chef-lieu de cité que dans ceux des cités voisines, ce qui pourrait révéler une romanisation plus poussée d'une petite élite rurale. La carte des coffres funéraires incite quant à elle à voir dans ce phénomène un trait identitaire propre aux Lémovices, car ne débordant que très peu des limites supposées de la cité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christophe Batardy, Olivier Buchsenschutz et Françoise Dumasy (éds.), Le Berry antique : atlas 2000(...)

1Jusqu’à présent, compte tenu du caractère épars des découvertes et du caractère limité des fouilles archéologiques préventives en Limousin, aucune synthèse d’archéologie spatiale à l’échelle du territoire lémovice n’existait, comme cela a pu être le cas pour les Bituriges Cubes1. Il est donc difficile d’analyser le rapport entre les élites lémovices et leur territoire durant le Haut-Empire. Deux domaines se prêtent cependant assez bien à un travail de mise en série et d’analyse spatiale : celui des inscriptions et celui du funéraire. Afin de ne pas rester dans une vision lémovico-centriste, l’aire de cette étude a été élargie aux cités voisines des Lémovices et aux cités méridionales du Massif central (ces petits peuples que l’on considère traditionnellement comme étant clients des Arvernes). Les limites retenues sont celles des diocèses médiévaux qu’on applique généralement aux cités romaines par une méthode régressive et sur la base de la liste du concile de Chalcédoine de 451 posant le principe de l’identité des nouveaux diocèses avec les divisions territoriales du pouvoir civil (fig. 1).

Fig. 1 – Carte de l’aire d’étude

Fig. 1 – Carte de l’aire d’étude

Patrice Montzamir, 2013

Les inscriptions

  • 2 À l’exclusion des graffites et timbres de potiers sur céramiques.
  • 3 Aurélien Blanc, La société locale du Massif central à l’époque romaine (Lémovices, Arvernes, Vellav (...)

2La carte des inscriptions2 (fig. 2) est bien évidemment sujette à caution puisque nous savons que celles-ci ont parfois pu voyager sur de longues distances. Elle permet néanmoins de dégager de grandes lignes. Le volume des inscriptions latines d’Aquitaine consacré aux Lémovices n’est pas encore paru. On dispose cependant du travail d’Aurélien Blanc qui est ici suivi majoritairement3.

Fig. 2 – Carte de répartition des inscriptions (Ier-IIIe siècle)

Fig. 2 – Carte de répartition des inscriptions (Ier-IIIe siècle)

Patrice Montzamir, 2013

3Comme pour l’ensemble de la Gaule centrale, le territoire lémovice a livré un nombre relativement restreint d’inscriptions : un peu plus d’une centaine. Les Lémovices se démarquent des cités voisines des Pétrucores, des Bituriges ou des Santons par une importance moindre prise par le chef-lieu de cité, Augustoritum (un peu plus d’un tiers des inscriptions des Lémovices). Le cas arverne est un peu particulier avec un nombre important d’inscriptions fournies par le Temple de Mercure du sommet du puy de Dôme, mais il est sans nul doute lié à Augustonemetum. Quant au cas vellave, il se distingue par le transfert de chef-lieu de cité de Saint-Paulien au Puy.

4La carte des inscriptions montre également, dans le territoire lémovice, une dichotomie entre le nord, où les inscriptions sont diffuses, et le sud, donc l’actuel département de la Corrèze, où elles sont plus rares. On ne peut pourtant pas dire que la Corrèze a fait l’objet de moins de recherches que la Creuse. Par cette rareté, elle s’inscrit plutôt dans une continuité avec l’actuel département du Cantal ou la cité voisine des Cadurques.

  • 4 Ainsi que l’a noté Aurélien Blanc, la formule dis manibus et memoriae est par ailleurs un « marqueu (...)

5Comment expliquer cet état de fait ? Si l’on s’attache au rapport entre le nombre total d’inscriptions par cité et le nombre d’inscriptions funéraires, on constate qu’une bonne part des inscriptions lémovices (60 %) est funéraire de façon certaine (et près de 90 % de celles-ci comportent la formule dis manibus4). On retrouve d’ailleurs la dichotomie nord-sud dans la cartographie des inscriptions funéraires (fig. 3).

Fig. 3 – Carte de répartition des inscriptions funéraires (Ier-IIIe siècle)

Fig. 3 – Carte de répartition des inscriptions funéraires (Ier-IIIe siècle)

Patrice Montzamir, 2013

Les « cippes » et les stèles

6Compte tenu du flou qui existe dans la bibliographie entre les « cippes » et les stèles, ces deux catégories ont été regroupées en une seule bien qu’il reste souhaitable de réaliser une typologie plus précise de ces monuments pour obtenir des cartes plus déterminantes. Quoi qu’il en soit, en réalisant la cartographie des cippes et des stèles (fig. 4), on opère les mêmes constatations que pour les inscriptions avec une répartition très diffuse au nord du territoire lémovice, qui ressemble plus aux cités des Bituriges Cubes, des Vellaves ou des Gabales. En termes numériques, les Lémovices sont seconds après les Bituriges Cubes pour le nombre de cippes et de stèles. Toutefois, il existe une différence bien marquée entre les deux cités, les Lémovices se caractérisant par l’importance de monuments qualifiés de « cippes » et les Bituriges Cubes par des stèles décorées et inscrites qui les rattachent aux Éduens. Mais il n’est pas certain que l’on puisse aller beaucoup plus loin dans une caractérisation autre que celle de groupes locaux, « cippes » et stèles répondant, en fin de compte, à une volonté similaire de marquer la sépulture dans le paysage.

Fig. 4 – Carte de répartition des cippes et stèles (Ier-IIIe siècle)

Fig. 4 – Carte de répartition des cippes et stèles (Ier-IIIe siècle)

Patrice Montzamir, 2013

Les coffres funéraires

  • 5 Celle-ci a été réalisée sur la base des Cartes archéologiques de la Gaule recoupées pour le Limousi (...)
  • 6 Souvent, on trouve simplement la mention de « plusieurs » coffres découverts. Dans ce cas, seulemen (...)

7Le phénomène des coffres funéraires est particulièrement bien connu en Limousin, mais aucune synthèse n’avait été réalisée jusqu’ici5. La cartographie montre qu’il est particulièrement notable dans les deux tiers est du territoire lémovice, mais déborde sur les territoires arverne, biturige et picton (fig. 5). Le nombre de coffres funéraires chez les Lémovices s’approche des 1 700 et encore la bibliographie n’est-elle pas toujours précise sur le nombre de coffres funéraires découverts6. Certes, la carte de répartition est avant tout une carte des découvertes ; néanmoins les coffres sont des objets assez facilement identifiables, souvent trouvés lors des labours, assez résistants, et leur cartographie a une pertinence.

Fig. 5 – Carte de répartition des coffres funéraires (Ier-IIIe siècle)

Fig. 5 – Carte de répartition des coffres funéraires (Ier-IIIe siècle)

Patrice Montzamir, 2013

  • 7 R. Durand, La mort […], p. 99.
  • 8 Laurence Brissaud, « « Les sépultures gallo-romaines », dans Gérard Coulon et Jean Holmgren (dir.), (...)
  • 9 R. Durand, La mort […], p. 106-107.
  • 10 Ibid., p. 98.

8Raphaël Durand, dans sa thèse sur la mort chez les Bituriges Cubes, a bien montré que ces coffres étaient produits localement, le matériau utilisé s’accordant avec la géologie7 ainsi que l’avaient déjà esquissé Laurence Brissaud dans la Carte archéologique de la Gaule du département de l’Indre8 – on retrouve cette concordance avec la géologie en basse Corrèze. Raphaël Durand pense que la pratique de l’incinération en coffre traduit l’existence d’un faciès régional qui dépasse les notions de frontières et de civitas et non des échanges de conception du rite funéraire9. Il se pose ainsi la question, pour les coffres se trouvant au cœur de la cité des Bituriges, de la présence de Lémovices installés en territoire biturige10.

  • 11 Frédéric Trément et al., « Aux origines de la cité arverne », dans Daniel Martin (dir.), L’identité (...)

9Avons-nous donc affaire, avec les coffres funéraires, à un phénomène identitaire caractérisant les Lémovices ? La réponse n’est pas aisée car une proportion non négligeable de coffres a été trouvée à Augustonemetum et dans sa périphérie de la Limagne des buttes. Or, sur la base d’une étude toponymique de Jean-Pierre Chambon et de divers éléments archéologiques, Frédéric Trément pense que les Arvernes avaient surtout des relations avec le sud – ce qu’il qualifie de tropisme méridional des Arvernes – mais peu avec les Lémovices11. À Augustonemetum même, les coffres funéraires constituent d’ailleurs une part très importante de la connaissance des nécropoles de la ville, et portent notamment plusieurs inscriptions, malheureusement sans précision de l’origine géographique du défunt. Peut-on imaginer qu’il s’agisse de Lémovices ?

10En Limousin, on peut trouver toutes sortes de types de coffres, carrés, parallélépipédiques, cylindriques, mais les plus nombreux semblent être de forme plus ou moins ovoïde. À Augustonemetum, les plus nombreux comportent un couvercle de forme pyramidale, parfois tronquée. A-t-on dès lors affaire à un micro-faciès ? Lorsque l’on cartographie les coffres à couvercle pyramidaux (fig. 6), on constate cependant qu’ils ne sont pas absents du territoire lémovice, même si le phénomène est très diffus. Il convient toutefois de noter ici que la bibliographie indique rarement la forme des coffres et que bien souvent ceux-ci ont perdu leur couvercle. Enfin, si l’on croise cette carte avec celle des cippes pyramidaux, le contraste paraît moins prononcé (fig. 7). Bref, s’il n’est pas possible de trancher de façon catégorique, il n’est pas non plus exclu que Raphaël Durand ait raison et que nous soyons en face d’une population lémovice installée à Augustonemetum.

Fig. 6 – Carte de répartition des coffres funéraires pyramidaux (Ier-IIIe siècle)

Fig. 6 – Carte de répartition des coffres funéraires pyramidaux (Ier-IIIe siècle)

Patrice Montzamir, 2013

Fig. 7 – Carte de répartition des coffres et cippes funéraires pyramidaux (Ier-IIIe siècle)

Fig. 7 – Carte de répartition des coffres et cippes funéraires pyramidaux (Ier-IIIe siècle)

Patrice Montzamir, 2013

  • 12 F. Eygun, Le cimetière […].
  • 13 Jean Perrier, Carte archéologique de la Gaule – la Haute-Vienne, Paris, Académie des Inscriptions e (...)

11On pourrait mettre en relation cette population avec la voie dite d’Agrippa reliant Augustonemetum et Augustoritum. Mais, à l’inverse, on est alors frappé par le caractère anecdotique des coffres funéraires chez les Santons alors qu’ils sont censés être en relation avec les Lémovices et Augustoritum par cette voie. Au contraire, on constate l’importance du phénomène à Lemonum chez les Pictons. Notons cependant que la bonne connaissance de la nécropole des Dunes à Poitiers par les notes de fouilles du Père de La Croix à la fin du XIXe siècle12 conduit certainement à une surreprésentation de la ville – à titre de comparaison nous n’avons qu’une connaissance très vague d’une seule nécropole à Augustoritum, celle du Petit-Tour, dont on sait simplement qu’elle comportait « plusieurs dizaines » de coffres13. Néanmoins cette géographie des coffres funéraires est peut-être révélatrice des relations entre Lémovices et Pictons et Lémovices et Arvernes.

12Par ailleurs, la répartition des coffres funéraires sur le territoire lémovice traduit-elle des différences de peuplement ? En Corrèze, 32 % des communes ont livré au moins un coffre, 42 % en Haute-Vienne et 69 % en Creuse. Ce résultat apparaît paradoxal puisque l’on s’attendrait plutôt à ce que le tiers ouest de la région, bénéficiant d’un climat plus clément et de meilleurs sols, soit plus peuplé. Si l’on s’attache à observer le phénomène de l’incinération en urne (céramique ou verre) déposée en pleine terre (fig. 8), on ne remarque pas de différence notable entre les départements du territoire lémovice. Au contraire, le nombre de communes où des urnes déposées en pleine terre ont été découvertes est plus important en Corrèze (13 %) que pour la Creuse (9 %) et la Haute-Vienne (9 %). Néanmoins, ce phénomène est beaucoup plus fugace que celui des coffres, les urnes étant souvent brisées lors des labours et moins aisément repérables.

Fig. 8 – Carte de répartition des urnes cinéraires en pleine terre (Ier-IIIe siècle)

Fig. 8 – Carte de répartition des urnes cinéraires en pleine terre (Ier-IIIe siècle)

Patrice Montzamir, 2013

Permanences ou « romanisation » ?

  • 14 J. Perrier, Carte archéologique […], p. 64. Voir également l’article de B. Pichon et F. Baret dans (...)

13On peut dire que les inscriptions funéraires, les cippes et stèles et les coffres funéraires témoignent d’une volonté de matérialiser dans la pierre le souvenir du défunt. Peut-être les urnes déposées en pleine terre étaient-elles signalées par un objet en bois, mais nous n’en avons aucune trace. Ce choix de monumentalisation, même miniature, de la tombe, traduit-il une permanence ou une forme de « romanisation » des Lémovices ? Le phénomène est complexe. Ainsi cette exceptionnelle tombe à char retrouvée en 1946 à Châteauponsac, en Haute-Vienne14 et datée des deux premiers tiers du IIe siècle ap. J.-C. (à condition qu’elle soit le fait d’un Lémovice), ou encore ces exemples de tumulus d’époque romaine en Corrèze (à Lacelle, Soudaine-Lavinadière, Tarnac, Viam, Chasteaux, Eyburie, Eyrein) sont très clairement l’illustration de permanences. À Eyburie et Eyrein, le tumulus contenait même un coffre funéraire. En même temps, la langue et les formules utilisées sur les inscriptions funéraires lémovices sont latines.

14Qu’est-ce que cette géographie apprend des élites lémovices ou installées en territoire lémovice ? Dans les autres cités, les inscriptions se concentrant principalement dans les chefs-lieux, on peut donc subodorer qu’elles sont plutôt le fait d’une élite même si l’on peut rarement connaître avec certitude le statut social du commanditaire. Que doit-on en conclure pour les Lémovices et cette dispersion des inscriptions ? S’agit-il d’une romanisation plus poussée d’élites rurales ? Ou encore des élites urbaines lémovices qui adoptent un comportement différent de celles des cités voisines dans leurs domaines fonciers ? Voire d’une pratique des inscriptions qui serait plus répandue dans une classe sociale inférieure chez les Lémovices ?

15La carte de répartition des inscriptions et celle des cippes et stèles incitent à penser que les deux phénomènes peuvent ressortir du même mécanisme. En effet, bien souvent les inscriptions se trouvent sur ce type de monument. Ceux-ci n’étant pas retrouvés en place, on ignore le dispositif architectural qui les accompagnait mais ils ne devaient pas être le fait de l’élite la plus fortunée qui avait les moyens de s’offrir de véritables mausolées, ce qui orienterait plutôt vers l’idée d’une romanisation plus poussée d’une petite élite que dans d’autres cités.

  • 15 Jean-Louis Paillet et Dominique Tardy, « Les monuments funéraires des Cars en Corrèze : premier bil (...)

16Quant aux coffres funéraires, leur large diffusion à travers le territoire lémovice conduit à considérer qu’ils n’étaient pas seulement le fait d’une élite, même si les élites les plus fortunées utilisaient également cette pratique comme en témoignent les coffres funéraires des mausolées des Cars en Corrèze par exemple15. Ces petits monuments sont pourtant bien souvent réalisés dans du granite, une roche assez dure à travailler, et le coût devait, cela va de soi, être plus élevé que pour les urnes simplement déposées dans la terre. Si on ne peut pas parler avec certitude d’élites lorsque le coffre funéraire ne porte pas une inscription ou ne se trouve pas dans un mausolée, cette population devait néanmoins être capable de mobiliser des moyens financiers pour ses sépultures, sorte de plèbe sans doute composée d’artisans et de petits agriculteurs libres. Mais il faut bien dire que la carte des mausolées livre assez peu d’informations compte tenu du caractère exceptionnel de la découverte de ce type de monument (fig. 9). Tout juste peut-on relever l’absence de mausolée du Haut-Empire à Augustoritum, contrairement aux chefs-lieux de cité des grands peuples voisins que sont les Arvernes, les Santons et les Pictons, alors que le territoire lémovice en compte plusieurs. Mais plus qu’un comportement particulier des élites lémovices, cet état de fait doit certainement beaucoup au hasard des découvertes. Ainsi jusqu’à récemment on ne supposait qu’un seul mausolée à Lemonum sur la base de fragments de marbre.

Fig. 9 – Carte de répartition des mausolées (Ier-IIIe siècle)

Fig. 9 – Carte de répartition des mausolées (Ier-IIIe siècle)

Patrice Montzamir, 2013

  • 16 Christine Mennessier-Jouannet et Michel Provost, Carte archéologique de la Gaule – le Puy-de-Dôme, (...)
  • 17 ILA Arvernes, 8 = CIL XIII, 1466.

17Notons enfin que les coffres funéraires du Limousin sont souvent accompagnés de mobilier annexe en offrande, ce qui semble moins le cas chez les Arvernes16. Cette distinction, si elle n’est pas due aux conditions des découvertes, traduit-elle des différences de statut ? En même temps, on a vu que beaucoup des coffres arvernes avaient été retrouvés dans le chef-lieu de cité. Cette population fait-elle partie d’une élite ? Dans un cas, à savoir le coffre funéraire de Lucius Julius Cadgatus17, on sait que ce personnage était marbrier. Un marbrier faisait-il partie d’une élite ? De toute façon, le fait que ce personnage soit qualifié de marbrier prête également à confusion car on ne sait pas s’il était un simple ouvrier ou un artisan indépendant. Enfin, l’emploi des tria nomina atteste que Cadgatus était citoyen romain. Il n’était donc sans doute pas un personnage quelconque. Chez les Lémovices, 10 inscriptions sur les 75 funéraires comportent les tria nomina, dont 4 à Augustoritum, témoignant là encore d’une romanisation assez diffuse sur le territoire.

Haut de page

Notes

1 Christophe Batardy, Olivier Buchsenschutz et Françoise Dumasy (éds.), Le Berry antique : atlas 2000, Tours, FERACF, 2001.

2 À l’exclusion des graffites et timbres de potiers sur céramiques.

3 Aurélien Blanc, La société locale du Massif central à l’époque romaine (Lémovices, Arvernes, Vellaves, Gabales, Rutènes, Cadurques). L’apport des inscriptions, mémoire de master, sous la direction de Laurent Lamoine, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, 2011. Il convient sans doute d’incorporer à l’inventaire pour les Lémovices des inscriptions sur coffres funéraires dessinées par La Ruelle de Beaumesnil à Tulle (cf. Guy Lintz, Carte archéologique de la Gaule – la Corrèze, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1992, p. 159). En effet, les découvertes réalisées lors de la construction de l’école Turgot, notamment un fragment de statue représentant l’enlèvement de Ganymède, pouvant appartenir à un pilier funéraire, suggèrent la présence d’une petite nécropole gallo-romaine à Tulle (cf. Patrice Montzamir, « Pistes de recherche sur les origines de Tulle », Revue des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, t. 110, 2009, p. 263-277). Elles crédibilisent donc les dessins de Beaumesnil.

4 Ainsi que l’a noté Aurélien Blanc, la formule dis manibus et memoriae est par ailleurs un « marqueur caractéristique » de la cité des Lémovices (A. Blanc, La société […], p. 142).

5 Celle-ci a été réalisée sur la base des Cartes archéologiques de la Gaule recoupées pour le Limousin par les données de la base de la DRAC. Dans le Puy-de-Dôme, les données de la Carte archéologique de la Gaule ont été complétées par le volume des Inscriptions Latines d’Aquitaine – Arvernes, par l’article de Frédéric Trément et Lucille Humbert sur les découvertes du col de Ceyssat (Frédéric Trément et Lucille Humbert, « Une incinération spectaculaire au pied du puy de Dôme. Le bûcher funéraire du col de Ceyssat (Saint-Genès-Champanelle) », dans Mireille Cébeillac-Gervasoni, Laurent Lamoine et Frédéric Trément (dir.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2004, p. 464-487) et par le manuscrit d’Émile Kuhn sur les Martres-de-Veyre, conservé dans le fonds Audollent aux archives départementales du Puy-de-Dôme (A.D. du Puy-de-Dôme, 19J). Pour le département de la Vienne, pour lequel le volume de la Carte archéologique de la Gaule n’est pas encore publié, des découvertes, peu nombreuses, sont répertoriées dans le Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest et dans les informations archéologiques publiées dans Gallia, mais l’essentiel provient de le publication des fouilles de Camille de La Croix (François Eygun, Le cimetière gallo-romain des Dunes à Poitiers, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 3e série, t. 11, 1933) complétée par les découvertes plus récentes du Montmorillonnais (Christian Richard, « Coffres et vases funéraires gallo-romains en Montmorillonais », Le pays chauvinois, t. 36, 1998, p. 139-143). Des découvertes ont été réalisées à la nécropole des Dunes en 2007, mais jusqu’à présent insuffisamment publiées (Anne-Sophie Vigot, « La nécropole des Dunes à Poitiers », Bulletin de l’association des archéologues de Poitou-Charentes, no 38, 2009, p. 57-63 n’apporte aucune information de détail). Pour le Cher, l’Indre et une partie de l’Allier, Raphaël Durand a repris dans sa thèse l’inventaire des coffres funéraires en le complétant et le corrigeant (Raphaël Durand, La mort chez les Bituriges Cubes, thèse de doctorat, Paris I, 2005).

6 Souvent, on trouve simplement la mention de « plusieurs » coffres découverts. Dans ce cas, seulement deux coffres ont été comptabilisés.

7 R. Durand, La mort […], p. 99.

8 Laurence Brissaud, « « Les sépultures gallo-romaines », dans Gérard Coulon et Jean Holmgren (dir.), Carte archéologique de la Gaule – l’Indre, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1992, p. 49.

9 R. Durand, La mort […], p. 106-107.

10 Ibid., p. 98.

11 Frédéric Trément et al., « Aux origines de la cité arverne », dans Daniel Martin (dir.), L’identité de l’Auvergne (Auvergne-Bourbonnais-Velay). Mythe ou réalité ?, Nonette, Créer, 2002, p. 188-189 ; Frédéric Trément, Jean-Pierre Chambon, Vincent Guichard et David Lallemand, « Le territoire des Arvernes : limites de cité, tropisme et centralité », dans Christine Mennessier-Jouannet et Yann Deberge (dir.), L’archéologie de l’Âge du Fer en Auvergne, Lattès, 2007, p. 105.

12 F. Eygun, Le cimetière […].

13 Jean Perrier, Carte archéologique de la Gaule – la Haute-Vienne, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1993, p. 120.

14 J. Perrier, Carte archéologique […], p. 64. Voir également l’article de B. Pichon et F. Baret dans ce même volume.

15 Jean-Louis Paillet et Dominique Tardy, « Les monuments funéraires des Cars en Corrèze : premier bilan des recherches », dans Jean-Charles Moretti et Dominique Tardy (dir.), L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’Empire romain, Paris, 2006, p. 466-467.

16 Christine Mennessier-Jouannet et Michel Provost, Carte archéologique de la Gaule – le Puy-de-Dôme, t. 1, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1994, p. 85.

17 ILA Arvernes, 8 = CIL XIII, 1466.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de l’aire d’étude
Crédits Patrice Montzamir, 2013
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2247/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 2 – Carte de répartition des inscriptions (Ier-IIIe siècle)
Crédits Patrice Montzamir, 2013
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2247/img-2.png
Fichier image/png, 815k
Titre Fig. 3 – Carte de répartition des inscriptions funéraires (Ier-IIIe siècle)
Crédits Patrice Montzamir, 2013
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2247/img-3.png
Fichier image/png, 780k
Titre Fig. 4 – Carte de répartition des cippes et stèles (Ier-IIIe siècle)
Crédits Patrice Montzamir, 2013
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2247/img-4.png
Fichier image/png, 776k
Titre Fig. 5 – Carte de répartition des coffres funéraires (Ier-IIIe siècle)
Crédits Patrice Montzamir, 2013
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2247/img-5.png
Fichier image/png, 858k
Titre Fig. 6 – Carte de répartition des coffres funéraires pyramidaux (Ier-IIIe siècle)
Crédits Patrice Montzamir, 2013
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2247/img-6.png
Fichier image/png, 727k
Titre Fig. 7 – Carte de répartition des coffres et cippes funéraires pyramidaux (Ier-IIIe siècle)
Crédits Patrice Montzamir, 2013
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2247/img-7.png
Fichier image/png, 757k
Titre Fig. 8 – Carte de répartition des urnes cinéraires en pleine terre (Ier-IIIe siècle)
Crédits Patrice Montzamir, 2013
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2247/img-8.png
Fichier image/png, 804k
Titre Fig. 9 – Carte de répartition des mausolées (Ier-IIIe siècle)
Crédits Patrice Montzamir, 2013
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2247/img-9.png
Fichier image/png, 725k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Montzamir, « Essai d’archéologie spatiale des Lémovices : les exemples des inscriptions et du funéraire », Siècles [En ligne], 38 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://siecles.revues.org/2247

Haut de page

Auteur

Patrice Montzamir

Attaché de conservation au Conseil général de la Corrèze

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org