Navigation – Plan du site
Dossier

Élites lémovices : état des lieux de la documentation épigraphique et quelques études de cas

Lemovices Elites. State of epigraphic documentation and some case studies
Aurélien Blanc et Laurent Lamoine

Résumés

Cet article permet de réaliser un état des lieux des rapports entre élites et territoires à partir de la documentation épigraphique du Limousin. Ce corpus comporte trois magistrats de la cité des Lémovices et deux prêtres du Confluent. Cependant, le concept d’élite dépasse la seule définition politique et permet d’appréhender d’autres individus qui occupent une position éminente dans la société locale.

Haut de page

Texte intégral

1La recherche actuelle a réévalué la relation entre territoire et élites gauloises comme objet d’étude en se fondant notamment sur l’archéologie. Ce travail n’est pas une gageure lorsqu’il s’applique au Limousin antique : bien qu’elles ne soient pas inexistantes, les sources lapidaires qui évoquent clairement cette thématique ne sont pas nombreuses, et celles plus éloignées de cette dernière, mais plus abondantes, qui pourraient être mobilisées, sont difficiles à interpréter. Dans ce contexte, la documentation épigraphique est un support de choix : elle permet d’appréhender les individus, leurs représentations ainsi que leur inscription dans le territoire. Elle fait de plus l’objet d’une mise à jour du corpus, commencée dès 2009 dans le cadre des programmes du laboratoire d’archéologie du CHEC.

2Dans l’Antiquité, les élites locales se définissent avant tout par la participation à la vie politique municipale. Les anciens peuples de la Gaule sont devenus sous l’Empire romain des cités qui s’administrent elles-mêmes. Les élites guerrières de la conquête, augmentées d’éléments nouveaux venus de la Gaule elle-même ou d’Italie, ont continué d’exercer le pouvoir local pour le compte de Rome. Elles ont favorisé l’adoption des institutions municipales romaines et se sont donc réservé, quand celles-ci étaient opérationnelles, les magistratures et les conseils des décurions qui dirigeaient les affaires locales. Cette plongée dans l’univers politique et institutionnel romain s’est accompagnée de l’octroi par Rome de sa citoyenneté.

  • 1 Voir Mireille Cébeillac-Gervasoni et Laurent Lamoine (dir.), Les élites et leurs facettes. Les élit (...)

3Cependant, les travaux récents d’anthropologie et de sociologie invitent à dépasser la seule définition politique du concept d’élites. Ce terme a été adopté pour qualifier les individus ou groupes sociaux qui occupent une position éminente et influente dans l’ordre social grâce à leurs aptitudes, à leur maîtrise de ressources, au contrôle du capital économique, social et symbolique. Cette acception s’appliquerait à l’Antiquité : elle pourrait désigner des individus et des groupes qui exercent une emprise forte sur la société et l’économie de leur temps, domination qui est en même temps reconnue et célébrée par leurs contemporains1.

  • 2 Pour une approche régionale, voir Aurélien Blanc et alii, « Les élites et les marqueurs du développ (...)

4En partant de ce postulat, l’étude de l’influence de ces élites conduit à une approche territoriale multiscalaire, dépassant le cadre public et le seul territoire de la cité. C’est pourquoi cet état des lieux des élites lémovices permet d’appréhender des espaces de pouvoir à l’échelle de la cité des Lémovices – en particulier Augustoritum, et des Trois Gaules – le sanctuaire fédéral du Confluent, dans une perspective diachronique. Cependant, d’autres textes, dont l’inscription inédite de Glénic, permettent de pénétrer dans l’espace funéraire souvent consacré à l’autocélébration familiale et individuelle2.

Les inscriptions des Lémovices

  • 3 CIL XIII, 1803 et PIR², F, 153.

5La cité des Lémovices se situe en Gaule Aquitaine et reprend à peu près les limites du Limousin actuel. Son chef-lieu est la ville de Limoges antique, Augustoritum. On possède une attestation de la signature [ci]uitas Lem[oui]c(um) dans une dédicace honorifique à l’ancien gouverneur d’Aquitaine, le sénateur Fidus Gallus Paccianus, réalisée à Lyon3.

6Émile Espérandieu (1857-1939), qui a réalisé le premier corpus des inscriptions de la cité des Lémovices en 1891, faisait un constat sévère, à un moment où 74 inscriptions avaient déjà été dénombrées, ce qui est un nombre important :

  • 4 Émile Espérandieu, « Inscriptions de la cité des Lémovices », Mémoires de la société des antiquaire (...)

« L’épigraphie de la cité des Lémovices est assez pauvre, cette cité n’a pas fourni, ou du moins on ne lui connaît pas d’inscriptions importantes comme en possèdent les cités voisines4 ».

  • 5 Aurélien Blanc, La société locale du Massif central à l’époque romaine (Lémovices, Arvernes, Vellav (...)
  • 6 Ce nombre correspond à l’état de la recherche en janvier 2013 et ne tient pas compte des inscriptio (...)

7Avec nos recherches déjà effectuées5 et la collaboration avec Jacques Roger et Dominique Dussot du Service Régional de l’Archéologie du Limousin, nous arrivons au chiffre actuel de 110 inscriptions6, qui représente un tiers de l’épigraphie du Massif central : 344 inscriptions au total. Les Lémovices constituent la cité qui a fourni le plus de textes, devant les Arvernes (tableau 1).

Tableau 1 – Part des inscriptions pour chaque peuple du Massif central

Tableau 1 – Part des inscriptions pour chaque peuple du Massif central

Jacques Roger et Dominique Dussot (SRA du Limousin), Laurent Lamoine et Aurélien Blanc, 2014

  • 7 L-74 = RIG II-2 ; L-75 (cette numérotation se réfère aux travaux d’A. Blanc, La société […], Annexe (...)

8Quelle est la composition du corpus ? Essentiellement des épitaphes (les deux tiers), près de 20 % de dédicaces, la plupart aux divinités (tableau 2). Les mentions d’élites sont peu nombreuses ; toutefois la possibilité de les appréhender est double : par leurs fonctions politiques, en tant que cadres de la cité des Lémovices, et à travers leur dimension sociale qui se laisse saisir dans les textes. La relative richesse de l’épigraphie lémovice s’explique peut-être aussi par une tradition gallo-latine attestée dès le Ier siècle av. J.-C7.

Tableau 2 – Typologie des inscriptions lémovices

Tableau 2 – Typologie des inscriptions lémovices

Jacques Roger et Dominique Dussot (SRA du Limousin), Laurent Lamoine et Aurélien Blanc, 2014

Les Primores Lemouicum, élites par la fonction publique

  • 8 Yves Burnand, Primores Galliarum, II, Prosopographie, Bruxelles, Latomus, 2006, p. 433-434, et III, (...)

9Jusqu’à aujourd’hui, la documentation de la cité des Lémovices n’a pas fourni de chevaliers ou de sénateurs romains : d’après les travaux d’Yves Burnand, le Massif central n’a livré qu’un unique chevalier, d’origine cadurque, Tiberius Pompeius Priscus, qui fut tribun militaire de la Ve légion macédonienne et iudex arcae du sanctuaire des Trois Gaules8.

Les Lémovices au Confluent

  • 9 Sur le sanctuaire « supramunicipal » du Confluent voir William Van Andringa, La religion en Gaule r (...)
  • 10 CIL XIII, 3162, ainsi que Pascal Vipard, Marmor tauriniacum, le marbre de Thorigny (Vieux, Calvados (...)

10En 12 av. J.-C., dans un contexte troublé dû à la contestation du cens général commencé en 13, ainsi qu’au début des opérations en Germanie, l’empereur Auguste fit inaugurer par son beau-fils Drusus l’Ancien le sanctuaire et son « autel du dieu César », consacrés au culte de Rome et du Prince, au confluent de la Saône et du Rhône, à proximité de la colonie romaine de Lyon, sur la colline de la Croix-Rousse9. La charge de sacerdos Romae et Augusti (ad aram quae est ad confluentem) représente pour les aristocrates gaulois qui ne connaissent pas un destin équestre ou sénatorial le sommet de la carrière locale. Parmi eux, seul le Viducasse T. Sennius Sollemnis du célèbre Marbre de Thorigny aurait intégré l’ordre équestre10.

  • 11 Duncan Fishwick, The Imperial Cult in the Latin West, III, 2, Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2002, p. (...)
  • 12 CIL XIII, 1698-1700 et AE, 1980, 635. Les textes sont en très mauvais état et les restitutions très (...)
  • 13 Dans le CIL XIII, Theodor Mommsen proposait l’âge de 22 ans dans une restitution.

11Parmi les quarante sacerdotes attestés pour l’époque impériale11, deux sont issus de l’élite politique lémovice : Q. Licinius Ultor, fils de [Q. Lic]inius Tauricus et [Q. Licinius T]auricus II, son fils. Ils sont connus par la documentation épigraphique du Confluent car ils ont été honorés par les Trois Provinces des Gaules et les Lémovices dans l’enceinte du sanctuaire12 (fig. 3). Le premier, Ultor, semble avoir été choisi comme prêtre alors qu’il était jeune, dans ses vingt ans13, sans doute en bénéficiant de l’aura paternelle, tandis que son fils a été magistrat dans la cité, [apud suos publi]cis honoribus fun[cto], avant d’obtenir le sacerdoce fédéral. Un Licinius Sabinus, dont il est difficile de préciser le lien de parenté avec les deux précédents, est nommé dans l’inscription CIL XIII, 1698 et peut-être dans l’inscription CIL XIII, 1700. Il s’agit donc d’une dynastie de notables lémovices qui, de la fin du Ier siècle au milieu du IIe, se maintient non seulement aux affaires de la cité, mais aussi à celle de la fédération des Trois Provinces.

Fig. 3 – Inscriptions du Confluent se rapportant à des prêtres du Confluent

Fig. 3 – Inscriptions du Confluent se rapportant à des prêtres du Confluent

CIL XIII, 1698-1700 et AE, 1980, 635

Les duumvirs

  • 14 ILTG 174. L’inscription a été découverte en avril 1959 à Limoges, boulevard des Petits-Carmes, dans (...)
  • 15 L-61 = CIL XIII, 1391 : --- duumui]ral aug(ur) / [---.

12On retrouve cette dimension familiale avec les Taurii qui ont donné deux duumvirs à la cité des Lémovices : Taurius Silvanus et son fils Tib. Taurius Taurianus14. Père et fils sont honorés par la cité. Ces deux mentions demeurent importantes dans l’étude à l’échelle régionale de cette magistrature qui marque l’aboutissement de la carrière locale : en effet, seuls quatre duumvirs ont pu être répertoriés parmi les six peuples du Massif central, dont nos deux Lémovices. Un fragment supplémentaire, trouvé à la cathédrale de Limoges en 1878, pourrait attester de l’adjectif duumviral15 :

L-55 = ILTG 174.
[T]ib(erio) Taur(io) * Tau[r(ii) / S]iluani * IIui[ri f(ilio) / Ta]uriano II[u(iro) / ci]uitas * Lem[o/ui]c(orum) ob eius e[r/ga] se merit[a / pu]blic(e) decr[e/ui]t pater im/[pen]d(io) * remiss[o p(osuit)]
« À Tiberius Taurius Taurianus, duumvir, fils de (…) Taurius Siluanus, duumvir, la cité des Lémovices pour les services qu’il a rendus à son égard a décidé officiellement (ce monument) ; le père, après que la dépense a été remise, a posé (ce monument)».

  • 16 Pierre Wuilleumier, Inscriptions latines des Trois Gaules, Paris, CNRS, 1963, p. 63, n174.
  • 17 Ce même raisonnement, qui privilégie l’investissement public au caractère héréditaire de la charge (...)

13Il s’agit d’une dédicace décidée par la cité des Lémovices pour un de ses duumvirs. Son père s’est chargé des frais liés à l’érection du monument, ce qui lui a permis de rappeler qu’en plus de son fils qui est honoré, il a lui-même revêtu la charge de magistrat suprême. Son intérêt est clair, l’enjeu étant de présenter la respectabilité et la dignité des Taurii à l’ensemble de la communauté lémovice. Nous ne suivrons pas Pierre Wuilleumier qui évoquait « un duumvirat transmissible de père en fils dans la cité pérégrine de Limoges16 ». Le fait que les fils de magistrats sont privilégiés dans la course aux honneurs ne signifie pas que le processus électoral dissimule des principes héréditaires. Il s’agit d’ailleurs de la seule mention conjointe de deux membres d’une même famille ayant revêtu le duumvirat dans les Trois Gaules. Il convient d’inverser le raisonnement : comme tous les magistrats sont élus par l’ordo decurionum, il paraît difficile que cette gens ait pu accaparer le pouvoir de la sorte, le principe même de l’élection à cette magistrature ne pouvant que l’empêcher. Il faut davantage considérer une famille influente et fortunée, comptant parmi les primores de sa cité, grandement impliquée dans la vie civique. C’est cette implication qui a permis à deux de ses membres d’accéder aux plus hautes marches du cursus local et de revêtir la charge suprême. Il ne faut ainsi pas y voir une confiscation du pouvoir par certains individus ou certaines familles17.

  • 18 En fait les éditeurs du texte, Michel Labrousse et Jean Perrier, proposaient la fin du Ier siècle o (...)

14L’attestation du duumvirat prouve que les Lémovices étaient engagés alors dans une romanisation juridique et que leur caractère pérégrin était sérieusement teinté de droit latin. On a coutume de dater ce texte de la fin du Ier siècle ap. J.-C. ou du début du IIe siècle, en se fondant sur l’hypothèse que les Flaviens auraient été à l’origine de la diffusion générale du droit latin dans les Trois Gaules18.

Le vergobrétat, survivance des institutions celtiques

  • 19 AE 1989, 521. Découverte en 1987 dans la rue de la Roche-au-Go à Limoges.
  • 20 César, La Guerre des Gaules, I, 16 et VII, 32-33.
  • 21 Laurent Lamoine, Le pouvoir local en Gaule romaine, Clermont-Ferrand, PUBP, 2009, p. 106-116.

15La chronologie précise des promotions juridiques successives de la cité des Lémovices est impossible à établir même si on possède des jalons qui relèvent de temps différents, celui du droit latin et celui de la cité pérégrine. Pour ce dernier, il est possible d’évoquer l’inscription du vergobret Postumus, fils de Du[m]norix19. On connaît huit attestations du vergobrétat dans les Trois Gaules : quatre par César20, et quatre autres par l’épigraphie, dont deux sont originaires du Massif central21.

L-28 = AE 1989, 521.
Postumus Du[m]/norigis f(ilius) verg(obretus) aqu/am Martiam decam/noctiacis Granni d(e) s(ua) p(ecunia) d(edit)
«Postumus, fils de Dumnorix, vergobret, a réalisé sur ses deniers l’aqueduc de Mars pour les Dix-Nuits de Grannus ».

16Ce texte est intéressant à plus d’un titre : Postumus ne présente pas une nomenclature romaine mais témoigne d’une époque – sous Auguste ou Tibère ? – où les Lémovices ne constituaient encore qu’une cité pérégrine. De plus, Dumnorix, son père, possède un nom porté par l’un des protagonistes des débuts de la guerre des Gaules, Éduen et frère de Diviciacus. En outre, l’inscription mentionne sans ambigüité l’existence chez les Lémovices du vergobrétat, qui est l’une des magistratures suprêmes gauloises. Enfin, ce magistrat a offert un aqueduc à l’occasion d’une fête religieuse vraisemblablement locale.

17Cette magistrature indigène disparaît seulement progressivement avec l’octroi du droit latin ; ces attestations se retrouvent toutes dans un contexte de transition ou récemment romanisé, ce qui explique sa survivance, et il est admis qu’elle est ensuite remplacée par la préture puis le duumvirat. Ce titre désigne très vraisemblablement une réalité différente de celle de l’indépendance, avec d’autres fonctions, ou des attributions moindres ; toutefois son emploi restait chargé de symbolique, ce qui explique son maintien, qui doit être à justifier par la réussite de la diplomatie romaine. En effet, dans un contexte de transition et de transformation des institutions, le jeu des relations entre Rome et les cités gauloises a permis d’aboutir au consensus de la conservation des magistratures indigènes et de leur dignité tout en assurant l’évolution de leurs prérogatives vers des normes administratives calquées sur le modèle romain.

  • 22 Michel Lejeune, « Notes d’étymologie gauloise, XI. Les “Dix-Nuits” de Grannos », Études Celtiques, (...)
  • 23 On se tournera volontiers vers Rafaella Biundo, « Aqua publica : propriété et gestion de l’eau dans (...)

18L’inscription lémovice permet également d’appréhender le comportement d’évergète des magistrats supérieurs, comportement qui ne leur est d’ailleurs pas réservé et dont les dépenses contribuent à l’aménagement de la cité. Postumus est un évergète ; il a offert un aqueduc, celui d’Aigoulène, à Grannus et, par là, à ses concitoyens, à l’occasion des fêtes du dieu, les « Dix-Nuits »22. Il permet ainsi à la ciuitas de posséder la complète gestion de l’eau, destinée à l’ensemble de la communauté. La dépense liée à l’aménagement logistique pouvait être immense et atteindre plusieurs millions de sesterces, répartie entre infrastructure et personnel administratif ; cette considération permet de mettre en perspective et d’appréhender la juste mesure de la concession de Postumus23. Par ce type d’actes, les individus se distinguent en assurant le bon fonctionnement de la cité, tout en garantissant la cohésion civique et sociale.

L’art de la distinction : les élites sociales

  • 24 L-35 = CIL XIII, 1393 = AE 1989, 520.
  • 25 L-86 = CIL XIII, 1449.
  • 26 À paraître.

19La dimension politique n’épuise pas le concept : le nombre d’inscriptions funéraires témoigne de l’existence de personnes ou de groupes qui ont une certaine importance dans la cité, sans que l’on en connaisse très précisément les raisons économiques, professionnelles, sociales ou familiales. Il est ainsi possible de citer, à titre d’exemples, Blaesianus, professeur d’art grammatical, qui a réalisé un buste accompagné d’une épitaphe versifiée24, ou encore les Andecamulenses, vraisemblablement une association religieuse, ayant offert un temple à Pluton, à Rancon25. Dans ce contexte, nous avons fait le choix de présenter le cas d’un document inédit, dont l’étude fait l’objet d’une étroite collaboration avec Jacques Roger et Dominique Dussot26. Il provient de Glénic, en Creuse, et témoigne de la stratégie matrimoniale d’une famille locale.

L’épitaphe des Paccii de Glénic

20Découvert en 2003 par Dominique Dussot et Jacques Roger, à l’occasion du démontage du parement de l’église de Glénic, le bloc était remployé dans un contrefort de la face nord de l’église, face inscrite vers l’intérieur. Conservé par la suite face contre le sol, en appui contre une pierre, le bloc a été retourné le 1er décembre 2009. Il est aujourd’hui conservé à l’intérieur de l’église, posé sur des tréteaux (fig. 4).

21

Fig. 4 – Épitaphe des Paccii de Glénic, Église de Glénic (Creuse)

Fig. 4 – Épitaphe des Paccii de Glénic, Église de Glénic (Creuse)

Cliché A. Blanc, 2012

22Le support du texte est une pierre de taille en granite de grand appareil de 173 cm de long pour 52 cm d’épaisseur et 44 cm de profondeur. Il est possible qu’il ait été employé comme linteau d’un grand monument funéraire. En effet, l’église de Glénic recèle de nombreuses pierres de taille de grand appareil d’époque romaine, dont un fût de colonne monolithe avec base. En outre, l’inscription est localisée sur un promontoire, à proximité d’une voie romaine ainsi que d’un passage à gué de la Creuse, sur l’emplacement d’une nécropole mérovingienne. Rien n’indique toutefois la présence d’une nécropole romaine préexistante. Enfin, les dimensions du support et la mention de plusieurs individus bénéficiaires de la sépulture concordent pour identifier un bâtiment à destination funéraire.

23L’inscription reste aisément lisible ; si le temps a partiellement effacé la partie gauche du texte, la faible détérioration de la pierre ne laisse aucune place au doute :

L(ucius) * Paccius * Andomi f(ilius) * Pacatus * pater / uiuos * m(onumentum) * posuit * et sibi * et * suis (hedera) / L(ucio) * Remmio * Andomo patri (hedera) / Pacciae * Dami * f(iliae) * Suiato * uxori / Pacciae * Pacatae * filiae
« Lucius Paccius Pacatus, le père, fils d’Andomus a placé ce monument pour lui et les siens, de leur vivant, Lucius Remmius Andomus, son père, Paccia Suiato, fille de Damus, son épouse, Paccia Pacata, sa fille ».

24Le texte, qui court sur cinq lignes et occupe l’intégralité du champ épigraphique, est ponctué de deux hederae grossièrement taillées aux lignes 2 et 3. L’absence d’invocation initiale, la paléographie et la forme de la filiation incitent à penser à une datation haute, probablement de la seconde moitié du Ier siècle ou de la première moitié du IIe siècle.

Des singularités onomastiques

  • 27 À Dijon, CIL XIII, 5474 et 5475, ILLingons 51 et 52. Ce pagus est cité chez Alfred Holder, Alt-Celt (...)
  • 28 La forme Suhetius, qui semble à privilégier, est proposée par Carl Zangemeister et reprise dans le (...)
  • 29 D’après Alfred Holder, Alt-Celtischer […], I, 1222, et Xavier Delamarre, Noms […], p. 81.

25L’inscription peut sembler commune : un individu a réalisé une sépulture collective pour sa famille, vraisemblablement un grand monument. Mais ce texte possède plusieurs spécificités onomastiques. En effet, il livre la première occurrence du nomen latin Paccius en Gaule Aquitaine. De plus, le cognomen du père, Andomus, probablement d’origine celtique, est un hapax ; deux inscriptions de Gaule Belgique mentionnent cependant un pagus Andomus27. Le cognomen de l’épouse, Suiato, est également un hapax. Il est possible de faire une analogie avec Titus Iulius Suhetius, qu’Alfred Holder lit Suietius28, attestée à Embken, en Germanie inférieure, à proximité de Cologne. Enfin, Damus est un cognomen celtique rare, puisqu’il n’est attesté qu’en deux autres occasions dans les Gaules et les Germanies29.

Un témoignage de stratégie matrimoniale et d’autocélébration des Paccii

26Cette inscription pose en outre la question de la transmission des noms : en effet, Lucius Paccius Pacatus possède un nomen latin différent de celui de son père, Lucius Remmius Andomus. Par ailleurs, son épouse partage ce même nomen ; l’union matrimoniale de deux individus issus de la sphère citoyenne n’impliquant pas de changement de nomen, il apparaît que les Paccii de Glénic sont engagés dans une opération d’autocélébration et de stratégie de notabilité locale.

27Une première hypothèse retenue implique que le fils de Lucius Remmius Andomus aurait été adopté à un âge indéterminé par un Paccius ; la proposition de retenir (Paccius) Damus serait d’ailleurs tout-à-fait envisageable. Il aurait ainsi épousé la fille de Damus, son père adoptif. L’adoption, qui relevait dans le monde romain de stratégies familiales et de notabilité, ne se substituait pas à la filiation biologique : elle la complétait et conférait à l’adopté la dignitas et la fama de la gens qu’il intégrait. Elle ne remet pas en cause la présence du nom du père naturel de Pacatus dans l’évocation de sa filiation, leur concomitance n’étant nullement incompatible. L’hypothèse d’une endogamie serait à écarter étant donné la faible représentativité du nomen Paccius à l’échelle des Gaules.

28Une seconde hypothèse privilégierait une filiation illégitime : Lucius Paccius Pacatus serait issu d’une relation non-matrimoniale entre Lucius Remmius Andomus et une femme issue de la gens Paccia. Il aurait ainsi pris le nomen de sa mère et, évoluant dans l’entourage des Paccii, il aurait épousé l’une d’entre eux, Paccia Suiato, fille de (Paccius) Damus. On pourrait de même envisager que sa mère était la sœur de ce dernier, l’oncle ayant pris l’enfant à charge et lui ayant donné sa fille pour épouse ; le mariage entre cousins germains n’était pas rare dans le monde romain.

29Ce titulus pose la question de la notabilité des Paccii au sein de la cité des Lémovices. L’hypothèse de l’adoption de Paccius Pacatus abonde dans ce sens : la singularité de cette pratique témoignerait de l’importance et de l’influence de la famille des Paccii au sein de la ciuitas Lemovicum. De plus, la filiation de son épouse est indiquée, ce qui n’est pas l’usage ; la présence du cognomen de Damus est intrigante, puisque ce dernier ne semble pas concerné par l’érection de la sépulture. À l’échelle du Massif central, la filiation de l’épouse n’est jamais indiquée, le terme coniux ou uxor se suffisant à lui-même. Ces éléments sont autant d’indices quant à l’autocélébration des Paccii, témoins de leur respectabilité et de leur situation au sein de la société locale, ou tout du moins de celle qu’ils veulent se conférer.

Conclusion

30Le Limousin antique n’est ainsi pas dénué de sources qui attestent du rapport entre territoire et exercice d’une influence. La cité des Lémovices a livré des magistrats, présents à toutes les échelles, temporelles ou spatiales, avec des singularités : un vergobret, ainsi que deux familles qui ont su s’imposer au pouvoir durant deux générations successives, à des échelles différentes, les Taurii père et fils, duumvirs de leur cité, et les Licinii, qui ont obtenu la charge suprême de prêtre du culte impérial dans les Trois Gaules.

31Par ailleurs, l’examen global de la documentation épigraphique permet de mettre en évidence certaines situations où la position sociale dominante échappe à la sphère politique. L’épitaphe des Paccii de Glénic illustre cette prééminence qui se manifeste par leur capacité à s’intégrer dans le cadre de la romanité, ainsi qu’à concevoir et à mettre en scène des stratégies matrimoniales afin de se maintenir durablement au sommet de la société locale et régionale.

Haut de page

Notes

1 Voir Mireille Cébeillac-Gervasoni et Laurent Lamoine (dir.), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Rome - Clermont-Ferrand, PUBP et EFR, 2003 et Mireille Cébeillac-Gervasoni, Frédéric Trément et Laurent Lamoine (dir.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain : contexte, textes, images (IIe s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.), Clermont-Ferrand, PUBP, 2004.

2 Pour une approche régionale, voir Aurélien Blanc et alii, « Les élites et les marqueurs du développement » dans Frédéric Trément (dir.), « Les Arvernes et leurs voisins du Massif central à l’époque romaine », t. 2, Revue d’Auvergne, 606-607, 2013, p. 11-29.

3 CIL XIII, 1803 et PIR², F, 153.

4 Émile Espérandieu, « Inscriptions de la cité des Lémovices », Mémoires de la société des antiquaires de l’Ouest, t. 13, 1891, p. 1.

5 Aurélien Blanc, La société locale du Massif central à l’époque romaine (Lémovices, Arvernes, Vellaves, Gabales, Rutènes, Cadurques). L’apport des inscriptions, mémoire de master, sous la direction de Laurent Lamoine, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, 2011.

6 Ce nombre correspond à l’état de la recherche en janvier 2013 et ne tient pas compte des inscriptions sur bornes milliaires.

7 L-74 = RIG II-2 ; L-75 (cette numérotation se réfère aux travaux d’A. Blanc, La société […], Annexe 1, Corpus de la cité des Lémovices). L-75 : sur une assiette on peut lire le nom Durotincio, le dieu et le nom de l’ancienne capitale des Lémovices.

8 Yves Burnand, Primores Galliarum, II, Prosopographie, Bruxelles, Latomus, 2006, p. 433-434, et III, Étude sociale, 1, Les racines, Bruxelles, Latomus, 2007, p. 40.

9 Sur le sanctuaire « supramunicipal » du Confluent voir William Van Andringa, La religion en Gaule romaine. Piété et politique (Ier-IIIe siècle apr. J.-C.), Paris, Errance, 2002, p. 33-39.

10 CIL XIII, 3162, ainsi que Pascal Vipard, Marmor tauriniacum, le marbre de Thorigny (Vieux, Calvados), La carrière d’un grand notable gaulois au début du IIIe siècle ap. J.-C., Paris, De Boccard, 2008.

11 Duncan Fishwick, The Imperial Cult in the Latin West, III, 2, Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2002, p. 60-71.

12 CIL XIII, 1698-1700 et AE, 1980, 635. Les textes sont en très mauvais état et les restitutions très hypothétiques. Nous donnons la transcription de l’Année Épigraphique : [Q(uinto) Licinio Vlt]ori Licini(i) Taurici f(ilio) / [cui duo et ui]ginti annos nato / [conuentu]s sacerdotium / [--- ge]rere permisit / [tres pro]uinciae Galliae / [Q(uinto) Licinio Vlt]ori Lemouici et b) et c) [Q(uinto) Lic]inio Taurico [---. D. Fishwick, The Imperial Cult […], n10 et 17.

13 Dans le CIL XIII, Theodor Mommsen proposait l’âge de 22 ans dans une restitution.

14 ILTG 174. L’inscription a été découverte en avril 1959 à Limoges, boulevard des Petits-Carmes, dans le jardin de l’ancien couvent de la Visitation. Elle est conservée au musée de Limoges. Le monument est un bloc cubique, difficile à déterminer ; l’inscription, qui semble être une dédicace, pourrait être un piédestal de statue. Dimensions 75 x 86 x 76 cm. Elle porte un texte de neuf lignes.

15 L-61 = CIL XIII, 1391 : --- duumui]ral aug(ur) / [---.

16 Pierre Wuilleumier, Inscriptions latines des Trois Gaules, Paris, CNRS, 1963, p. 63, n174.

17 Ce même raisonnement, qui privilégie l’investissement public au caractère héréditaire de la charge s’applique également au cas des Licinii au Confluent, mentionné supra.

18 En fait les éditeurs du texte, Michel Labrousse et Jean Perrier, proposaient la fin du Ier siècle ou le IIe siècle (Michel Labrousse et Jean Perrier, « Inscription municipale de la “cité” des Lémovices trouvée à Limoges, dans l’ancien couvent de la Visitation », Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, t. 87, 1960, p. 281). François Eygun (« Circonscription de Poitiers », Gallia, 1961, p. 413), propose le Ier siècle, AE, 1961, 56 et Paul-Marie Duval (« Chronique gallo-romaine », Revue des Études Anciennes, 1961, p. 395) ne propose pas de datation.

19 AE 1989, 521. Découverte en 1987 dans la rue de la Roche-au-Go à Limoges.

20 César, La Guerre des Gaules, I, 16 et VII, 32-33.

21 Laurent Lamoine, Le pouvoir local en Gaule romaine, Clermont-Ferrand, PUBP, 2009, p. 106-116.

22 Michel Lejeune, « Notes d’étymologie gauloise, XI. Les “Dix-Nuits” de Grannos », Études Celtiques, t. 31, 1995, p. 91-95.

23 On se tournera volontiers vers Rafaella Biundo, « Aqua publica : propriété et gestion de l’eau dans l’économie des cités de l’Empire », dans Clara Berrendonner, Mireille Cébeillac-Gervasoni et Laurent Lamoine, Le quotidien municipal dans l'Occident romain, Clermont-Ferrand, PUBP, 2008, p. 365-377, et plus particulièrement p. 373 pour une mise en perspective des dépenses liées aux infrastructures.

24 L-35 = CIL XIII, 1393 = AE 1989, 520.

25 L-86 = CIL XIII, 1449.

26 À paraître.

27 À Dijon, CIL XIII, 5474 et 5475, ILLingons 51 et 52. Ce pagus est cité chez Alfred Holder, Alt-Celtischer Sprachschatz, Leipzig, Teubner, 1896, I, 149.

28 La forme Suhetius, qui semble à privilégier, est proposée par Carl Zangemeister et reprise dans le CIL XIII, 7911, ainsi que dans Xavier Delamarre, Noms de personnes celtiques dans l’épigraphie classique, Paris, Errance, 2007, p. 174.

29 D’après Alfred Holder, Alt-Celtischer […], I, 1222, et Xavier Delamarre, Noms […], p. 81.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Part des inscriptions pour chaque peuple du Massif central
Crédits Jacques Roger et Dominique Dussot (SRA du Limousin), Laurent Lamoine et Aurélien Blanc, 2014
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 2 – Typologie des inscriptions lémovices
Crédits Jacques Roger et Dominique Dussot (SRA du Limousin), Laurent Lamoine et Aurélien Blanc, 2014
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3 – Inscriptions du Confluent se rapportant à des prêtres du Confluent
Crédits CIL XIII, 1698-1700 et AE, 1980, 635
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2269/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 4 – Épitaphe des Paccii de Glénic, Église de Glénic (Creuse)
Crédits Cliché A. Blanc, 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2269/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Blanc et Laurent Lamoine, « Élites lémovices : état des lieux de la documentation épigraphique et quelques études de cas », Siècles [En ligne], 38 | 2013, mis en ligne le 02 décembre 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2269

Haut de page

Auteurs

Aurélien Blanc

Professeur certifié d'histoire-géographie

Laurent Lamoine

Maître de conférences en histoire romaine
Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (CHEC), Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org