Navigation – Plan du site

Toujours si différente ? Les autorités françaises et le miracle économique espagnol des années 1960

Esther M. Sánchez Sánchez
p. 135-151

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

années 1960
Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de Pierre Géal

Texte intégral

1À partir de la fin des années 1950, l’économie espagnole s’engagea dans la voie de la libéralisation et de l’ouverture sur l’extérieur. Les origines de ce processus se trouvent, d’une part, dans l’approbation des réformes internes contenues dans le Plan de stabilisation de 1959 et, d’autre part, dans l’entrée de l’Espagne dans d’importants organismes internationaux, tels que l’Organisation européenne de coopération économique (OECE), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale. Le régime de Franco adoptait, tant bien que mal, les schémas de la coopération économique internationale occidentale, en introduisant certes toutes les mesures de précaution qu’il jugeait opportunes, mais en prenant également clairement ses distances par rapport à l’idéologie autarcique de ses débuts. En conséquence, de 1960 à 1973, malgré la persistance de certaines difficultés (inflation, déficit commercial, déficiences structurelles...) et en dépit d’irrégularités dans le rythme de croissance (sensiblement plus rapide durant la période 1960-1965), l’Espagne connut une expansion sans précédents des principaux paramètres de son économie.

2Les responsables de l’économie française, aussi bien du secteur public que du secteur privé, suivirent de très près ce processus. Leur scepticisme initial à l’égard de la nouvelle politique économique fit place à un authentique optimisme après la mise en œuvre des premières mesures de stabilisation et au vu de leurs résultats. Auparavant, leurs rapports et leurs discours sur la situation économique espagnole répétaient avec insistance les termes de pénurie, misère, isolement, interventionnisme, répression, marché noir et corruption. L’état désastreux de l’économie espagnole contrastait avec la santé florissante de l’économie française. Avec la stabilisation et la présence croissante de l’Espagne dans des organismes internationaux, ce furent désormais les mots de croissance, modernisation, européisation, maturité, confiance, potentiel et miracle économique qui firent leur apparition dans les rapports et les discours des autorités économiques françaises. Le développement économique espagnol, même s’il était encore mal assuré et irrégulier, constituait un fait irréversible. La récupération économique consolidait la reconnaissance diplomatique, favorisait le progrès social et ouvrait une porte à l’évolution politique. Tout cela faisait que le recours à la notion de différence espagnole, jadis très fréquent de part et d’autre des Pyrénées, perdait peu à peu de sa pertinence, tout au moins dans sa dimension économique.

Informateurs, interlocuteurs et canaux d’information

  • 1 Anne Dulphy, La Politique de la France à l’égard de l’Espagne de 1945 à 1955. Entre idéologie et ré (...)
  • 2 Sur l’évolution des relations franco-espagnoles sous la présidence de De Gaulle : Esther Sánchez, I (...)

3La tension qui caractérisa les relations franco-espagnoles dans les premières années qui suivirent la guerre civile céda rapidement le pas à une progressive normalisation bilatérale, surtout à partir de la fin des années 1950. Entre autres choses, la France avait commencé à contrôler l’activité des groupes anti-franquistes exilés sur son territoire, l’Espagne avait appuyé aux Nations unies la politique française à l’égard de l’Algérie, et les deux pays avaient collaboré activement en vue de contenir l’expansion marocaine en Afrique du Nord1. Ce rapprochement prit un nouvel élan dans les années 1960, alors que les intérêts extérieurs de l’Espagne prenaient une importance nouvelle et qu’arrivait au pouvoir en France le général de Gaulle, qui fit preuve à l’égard du franquisme d’une attitude plus pragmatique que les administrations qui l’avaient précédé durant la IVe République2.

  • 3 Lettre de l’ambassadeur Guy de La Tournelle au ministère français des Affaires étrangères (abrégé M (...)

4En 1957, dressant un bilan des deux décennies précédentes, les diplomates français observaient que, en dépit des désaccords qui avaient existé, il n’y avait jamais eu en Espagne une attitude générale d’opposition ouverte à l’encontre des intérêts français. Au contraire, même dans les moments où les tensions avaient été les plus vives, un secteur partisan de l’intensification des relations franco-espagnoles s’était toujours montré combatif, même s’il est vrai qu’il n’avait pas su se faire entendre autant que ses détracteurs : « Ces partisans de l’entente franco-espagnole ne trouvaient pas d’expression publique : le gouvernement partageait des vues différentes et la presse n’était pas autorisée à faire état de leur opinion »3.

  • 4 « Rapport de fin de mission » de l’ambassadeur Armand du Chayla au MAÉ, Madrid, 11 mars 1964, AMAÉ- (...)
  • 5 Note de Du Chayla au MAÉ, Madrid, 4 février 1963, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 381.
  • 6 Note de l’ambassadeur Robert de Boisseson au MAÉ, Madrid, 7 mai 1965, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1956 (...)
  • 7 « Réflexions sur les rapports franco-espagnols », rapport de Du Chayla au MAÉ, Madrid, 7 novembre 1 (...)

5Au cours de la décennie suivante, l’intérêt à l’égard de la France s’était largement répandu, selon les délégués du Quai d’Orsay, au sein du gouvernement et de la population espagnols. La France était devenue un horizon de référence, un exemple pour ce qui est des méthodes à suivre et des décisions à adopter, une nation qui possédait les clés de nombreux problèmes se posant à l’Espagne, et tout cela « malgré le regrettable attrait exercé par les modes de penser et de vivre américains »4. D’où l’importance que les Espagnols accordaient au moindre contact susceptible d’être établi entre les deux pays, faisant preuve d’un empressement — fréquemment jugé disproportionné5 — où se mêlaient des sentiments d’admiration, d’inquiétude, d’envie et de nostalgie6. Il n’y avait là rien de commun avec le degré d’attention que l’État et la société français portaient aux questions espagnoles : « Tandis que l’Espagne joue un rôle marginal dans les préoccupations et la vie du pays voisin, le poids relatif de celui-ci dans les affaires espagnoles est de toute première importance »7. Ce déséquilibre reflétait la position que chacun de ces pays occupait dans les visées internationales de l’autre, et il témoignait également de la volonté du régime de Franco d’offrir à l’opinion publique, nationale et internationale, une démonstration de la normalisation progressive de ses relations extérieures.

  • 8 Au cours de la période envisagée ici se succédèrent en Espagne les ambassadeurs Guy de La Tournelle (...)

6De surcroit, les relations économiques furent caractérisées par une plus grande réciprocité d’intérêts, en particulier à partir de l’inflexion espagnole de la fin des années 1950. En effet, la France suivit de près l’évolution de l’économie espagnole et fut attentive aux changements qui intervenaient dans ce domaine. Qui furent les agents du gouvernement français chargé d’étudier le fonctionnement de l’économie espagnole ? En premier lieu, des fonctionnaires de l’ambassade de France : les ambassadeurs, qui transmettaient l’information sur l’Espagne aux ministères intéressés, et les attachés et conseillers commerciaux et financiers, qui fournissaient des données aux ambassadeurs8. En outre, la Direction des relations économiques extérieures du ministère français de l’Économie et des Finances disposait de délégations spécifiques dont le rôle était d’observer l’évolution de l’économie espagnole, parmi lesquelles figuraient les Postes d’expansion économique de Madrid et de Barcelone. Les entreprises françaises ayant en Espagne des filiales, des succursales ou d’autres types d’intérêts, tels que des relations d’exportation, d’investissement ou d’assistance technique, suivaient également de près ce sujet. Enfin, d’importants représentants de l’État — y compris des ministres — se rendirent personnellement en Espagne afin d’avoir une connaissance de première main des transformations en cours, mais aussi pour organiser des rencontres avec leurs homologues espagnols et resserrer les liens avec des entités économiques jouant un rôle majeur, comme l’Instituto Nacional de Industria (INI), l’Organización Sindical Española (OSE) et les grandes banques (Hispano-Americano, Central, Español de Crédito, Urquijo, Bilbao y Vizcaya).

7En plus des données recueillies sur place par eux-mêmes et par leurs délégués temporaires ou permanents en Espagne, les dirigeants français se servirent des rapports élaborés par les organisations économiques internationales, particulièrement nombreux au cours des mois qui précédèrent la publication des plans de stabilisation et de développement. Ils utilisèrent également l’abondante documentation transmise par les autorités espagnoles, qui, pour asseoir le prestige du régime, avaient besoin de proclamer aux quatre vents ses succès économiques. À partir de ces diverses sources d’information, les experts français réalisèrent des études détaillées sur l’économie espagnole : ses antécédents, l’évolution de ses principaux paramètres, la politique gouvernementale, le profil de ses responsables, les caractéristiques de ses institutions, les différences sectorielles et régionales, les entreprises représentant des cas particuliers, etc. En général, ces études eurent uniquement un usage interne et ne comportaient pas de conseils et de recommandations à l’adresse du gouvernement espagnol, à l’inverse de celles élaborées par les organismes internationaux. On craignait que les personnes concernées acceptent mal les critiques, qui étaient souvent dures et désobligeantes, et l’on redoutait qu’elles se sentent blessées dans leur amour-propre, considéré comme très chatouilleux, ce qui aurait porté préjudice aux intérêts français en Espagne.

  • 9 Lettre et « Rapport de fin de mission » de La Tournelle au MAÉ, Madrid, 1er mai 1957 et 13 octobre (...)

8L’attention de la France fut attirée, en premier lieu, par les personnalités qui furent nommées à des postes clé de l’Administration de l’État à la fin des années 1950, notamment à la suite du remaniement ministériel de 1957, qui donna respectivement à Mariano Navarro Rubio et à Alberto Ullastres les portefeuilles des Finances et du Commerce. La balance penchait désormais en faveur des secteurs favorables à la libéralisation économique et à l’intégration européenne et internationale (avec des technocrates de l’Opus Dei et toute une équipe d’économistes), au détriment des secteurs réactionnaires (Phalange et INI) qui refusaient de renoncer aux avantages qu’ils avaient obtenus du dirigisme et de l’autarcie pendant des années. Les autorités françaises accueillirent favorablement la nomination de ces nouveaux dirigeants, pensant qu’ils donneraient une forte impulsion au développement économique de l’Espagne et, par voie de conséquence, au resserrement des liens avec la France. La conviction la plus répandue était que ces nouveaux ministres, pour la plupart liés aux grandes entreprises et au secteur bancaire, restaient fidèles à Franco et n’envisageaient pas un changement radical qui conduirait à la démocratie, mais aussi qu’ils étaient réalistes et disposés à adapter la dictature à un contexte national et international très différent de celui des années 1940, ne serait-ce que pour assurer leur propre survie. Ils n’étaient plus habités par la nostalgie de l’époque de l’isolement, ils avaient acquis une meilleure connaissance des problèmes internationaux et, plutôt qu’à la recherche de prestige, ils accordaient la priorité à l’adoption de solutions à caractère éminemment pratique9.

  • 10 Télégramme de Boisseson au MAÉ, Madrid, 16 avril 1964, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-65, vol. 284.
  • 11 « 1960. Rapport annuel du Groupement V », Archives historiques de Saint-Gobain (abrégé ASG), CSG HI (...)
  • 12 Rapport de l’ambassadeur Roland de Margerie au MAÉ, Madrid 19 décembre 1960, AMAÉ-F, Europe, Espagn (...)

9Les autorités françaises avaient observé que ce n’étaient pas les questions économiques qui préoccupaient le chef de l’État espagnol. C’est ce que faisait remarquer l’ambassadeur Robert de Boisseson dans un télégramme envoyé au Quai d’Orsay le jour même où il venait de présenter ses lettres de créance à Franco : « Il est à noter que cet aspect de nos relations [la collaboration économique] n’a pas été relevé de façon spéciale par mon interlocuteur »10. Une observation que confirmaient de nombreux dirigeants d’entreprises françaises travaillant avec l’Espagne, comme le délégué général de la firme Saint-Gobain : « Le chef de l’État est loin de comprendre les problèmes économiques. Il ne va pas de gaîté de cœur vers les novations et il laisse faire parce qu’il ne peut pas faire autrement »11. Ce manque d’intérêt était partagé par l’opinion publique (qualifiée d’apathique et de conformiste) et par la presse (fréquemment décrite comme confuse et contradictoire), à l’exception de certains cercles de travailleurs et, éventuellement, du journal syndical Pueblo12. Mais tout indiquait que les nouveaux responsables avaient l’intention de passer outre, au moins pendant quelque temps, cette indifférence et aux considérations politiques et idéologiques, au profit des impératifs dictés par la modernisation économique, pour suivre la voie empruntée par le libéralisme occidental.

  • 13 « Politique financière du Gouvernement à l’égard des entreprises industrielles », rapport de Boisse (...)

10Si les nouveaux responsables administratifs polarisèrent l’attention des autorités françaises, les patrons firent eux aussi l’objet de quelques commentaires. Dans ses grandes lignes, le jugement porté sur eux par le gouvernement français se caractérise par le crédit qui leur est accordé, par la compréhension et par un ton mesuré. Cependant, à plusieurs reprises, les reproches ou les éloges des autorités françaises se démarquèrent de la tonalité générale. Parmi les reproches figurent ceux qui concernaient les dirigeants des entreprises de l’INI qui, certes, avaient contribué au développement de l’industrie en Espagne, mais qui n’inspiraient qu’une confiance limitée en raison de leur tropisme autarcique, de leur engagement dans certains projets irréalisables et du manque de transparence de leurs bilans financiers13. Parmi les éloges, on peut relever ceux qui concernent les patrons catalans, qui avaient été pratiquement ignorés par la politique industrielle de la première période du franquisme, et ce non seulement à cause de la relative insuffisance de leurs industries de base, qui constituaient l’axe des programmes autarciques, mais aussi du fait de l’aversion personnelle de Franco à leur égard, en raison de leur caractère libéral, moderne et européen, à une époque où le dictateur souhaitait précisément faire des Espagnols tout le contraire. D’une façon générale, la Catalogne offrait, aux yeux des Français, un attrait particulier :

  • 14 Note de Boisseson au MAÉ, Madrid, 5 octobre 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 352.

« La Catalogne est la région espagnole qui a le plus de relations soutenues avec la France, où l’on trouve le plus de sympathies pour la France et où l’on connaît le mieux des choses de France »14.

  • 15 Note de Boisseson au MAÉ, Madrid, 17 juin 1964, AMAÉ-F, Europe, Espagne 1961-70, vol. 381. Il convi (...)

« L’atmosphère de Barcelone est très différente de celle de Madrid [...] elle [Barcelone] joue le rôle de métropole pour une bonne partie du midi français »15.

À l’ordre du jour : le développement économique espagnol

11Pour les autorités françaises, l’influence des nouveaux membres du gouvernement espagnol sur le changement économique ne faisait aucun doute. Mais il était tout aussi certain que sans l’aide financière, la formation technique et un soutien extérieur, l’Espagne aurait difficilement pu mener à bien ses réformes économiques. L’aide extérieure, assurée par les organismes économiques internationaux et par les principaux pays occidentaux, se révéla fondamentale. La France entendit jouer un rôle important dans ce processus. Elle ne manqua pas une occasion de faire observer qu’une bonne part des mesures de la politique économique espagnole, en particulier les plans de stabilisation et de développement, était clairement d’inspiration française.

  • 16 Mariano Navarro Rubio, Mis memorias. Testimonio de una vida pública truncada por el « Caso Matesa »(...)

12Les responsables de la planification espagnole se firent effectivement conseiller par leurs homologues français. En avril 1959, répondant à une invitation du Secrétariat général du Mouvement, Jacques Rueff, père de la réforme économique française de 1958, fit un voyage en Espagne. Il prononça une conférence à la Casa Sindical et rencontra, lors d’une réunion à la Banque d’Espagne, divers représentants du monde économique et financier national, pour leur exposer les lignes directrices du « Plan Rueff » et leur présenter des méthodes de lutte contre l’inflation, le déséquilibre de la balance des paiements et la désorganisation des structures économiques. Deux des principaux représentants de l’économie espagnole de cette époque, Mariano Navarro Rubio, ministre des Finances à partir de 1957, et Laureano López Rodó, ministre sans portefeuille et commissaire au Plan de développement à partir de 1962, ont reconnu dans leurs écrits respectifs l’impact et l’utilité qu’eurent les recommandations de Rueff sur les auteurs du Plan espagnol de stabilisation16.

  • 17 La planification indicative ne fut pas un modèle de politique économique exclusivement français dan (...)
  • 18 L. López Rodó, Memorias, Barcelone, 1990, p. 368-375.
  • 19 Comme Les Techniques quantitatives de la planification de François Perroux ou Le Plan ou l’anti-has (...)
  • 20 Fabián Estapé, Sin acuse de recibo, Barcelone, 2000, p. 197.

13Pour les plans espagnols de développement, qui succédèrent au Plan de stabilisation, la planification indicative française ne constitua pas seulement une source d’inspiration, mais bien leur référence principale, un modèle de politique économique fondé sur l’élaboration de plans à caractère contraignant pour le secteur public et simplement indicatif pour le secteur privé17. Au début des années 1960, de nombreux délégués espagnols rendirent visite, à Paris, au Commissariat français, et rencontrèrent des personnalités aussi significatives que Pierre Massé, commissaire au Plan, Antoine Pinay, ancien ministre de l’Économie et des Finances, et quelques-uns des plus proches collaborateurs de Jean Monnet, l’auteur du Ier Plan en 194718. D’autres Espagnols furent envoyés en France pour suivre des formations sur les techniques de planification qui étaient organisées par les ministères économiques (Industrie, Économie et Finances, Recherche scientifique...) et les entreprises nationalisées (Renault, SNCF, ÉDF...). Enfin, les responsables de l’économie espagnole étudièrent attentivement les textes des plans français et la bibliographie publiée sur ce thème, en particulier les travaux de François Perroux et Pierre Massé19. L’économiste Fabián Estapé, membre de la commission consultative du Commissariat espagnol au Plan et l’un des principaux conseillers s’agissant de la nouvelle politique économique, évoque en ces termes l’importance de l’influence française : « on ne nous demanda pas d’inventer le fil à couper le beurre, mais simplement de copier au pied de la lettre le système français »20. Ainsi la planification espagnole présenta, naturellement, de multiples similitudes avec la planification française, surtout pour ce qui est du schéma organisateur du Commissariat au Plan et de la structuration de ses rapports avec l’Administration, le secteur privé et les syndicats.

  • 21 « Où en est l’Espagne au point de vue économique ? », rapport de Boisseson au MAÉ, Saint-Sébastien, (...)

14Cette homologie des politiques économiques permit aux Français de critiquer ouvertement les méthodes espagnoles, notamment à partir de 1964, une fois lancé le premier Plan de développement. Les autorités françaises firent observer que, dans la pratique, la majorité des décisions, aussi bien dans le secteur public que dans le privé, avaient été adoptées en marge de ce qui avait été établi dans les plans, ce qui expliquait l’écart important entre prévisions et réalisations. Ils soulignèrent la capacité limitée des dirigeants espagnols à garantir le respect des textes, leur manque d’attention à l’égard d’agents économiques et sociaux fondamentaux, et leur sous-information, due à la très mauvaise qualité des statistiques nationales. Ils évoquèrent leur manque de prudence, leur excès de confiance en eux-mêmes et l’incohérence consistant à se montrer aussi ambitieux en disposant de si peu de moyens d’action. Ils insistèrent, également, sur la nécessité d’éviter une crise sérieuse et durable, qui freinerait l’évolution économique, raviverait le mécontentement social, et, avec lui, les mouvements révolutionnaires de gauche et le recours à des méthodes de gouvernement plus autoritaires21. En dernier lieu, les dirigeants du ministère de l’Économie et des Finances considérèrent comme une erreur cette simple imitation du modèle français conduisant à appliquer des éléments de planification identiques à des situations socio-économiques bien différentes :

  • 22 Note interne au ministre de l’Économie et des Finances, non datée, Archives du ministère français d (...)

« Les résultats obtenus en France étaient réellement spectaculaires et l’on fut tenté d’en conclure qu’en appliquant aux mêmes maux des remèdes analogues, on obtiendrait en Espagne des succès aussi encourageants, mais en réalité dans ce pays le mal était beaucoup plus grave que dans le nôtre »22.

  • 23 « Exemple de réussite française en Espagne : les entreprises Saint-Gobain », rapport de Boisseson a (...)

15En dépit de ces limites, il était évident que l’Espagne se développait et possédait un fort potentiel de croissance. Cette certitude amena le gouvernement et les patrons français à la considérer comme un paradis pour les affaires. Un paradis, en premier lieu, pour l’exportation de biens de production et de consommation, dans une conjoncture où convergeaient une certaine saturation du marché français, la libéralisation commerciale espagnole et les grands besoins d’importation tant de la part du secteur industriel espagnol que de ses plus de 30 millions de consommateurs, dont le nombre et surtout le niveau de confort et le pouvoir d’achat allaient croissant. Cette perception de l’Espagne comme un paradis eut plus d’importance encore s’agissant des investissements. Aux insuffisances des centres espagnols de production venaient s’ajouter les avantages qu’apportait la nouvelle réglementation franquiste, qui accordait à la participation étrangère une marge plus grande dans de nombreux secteurs économiques, ainsi que les possibilités de rapatriement des capitaux investis, des dividendes, des intérêts et des autres bénéfices obtenus. Avec la nouvelle politique économique, les marchandises et les capitaux français disposeraient, par conséquent, d’un accès plus aisé au marché espagnol. En outre, la France conserverait les privilèges traditionnels que lui valaient sa position historique et sa proximité géographique. La première lui assurait une bonne connaissance des réseaux économiques. La seconde garantissait un transport bon marché. L’une et l’autre faisaient du marché espagnol « un débouché commode, naturel et prioritaire »23. Un marché qui, en définitive, était conçu comme un excellent tremplin pour l’expansion économique française en Amérique latine :

  • 24 « Rapport sur l’activité de l’ANRT [Association nationale de la recherche technique] en Espagne », (...)

« L’association, sous les formes les plus diverses, de l’industrie espagnole avec l’industrie française, peut être, pour cette dernière, un excellent atout pour la pénétration sur les vastes marchés de l’Amérique latine. C’est ce point de vue qui, à long terme, constitue l’intérêt commercial majeur de l’action en Espagne »24.

  • 25 Note de la Direction du Personnel, 4 juin 1959, Archives historiques de Renault, fonds Verniez-Pall (...)
  • 26 Centre national du Commerce extérieur, Le Marché espagnol, Paris, 1961, p. 359.

16Outre des biens et des capitaux, l’industrie espagnole rechercha à l’étranger une importante assistance technique, difficile à obtenir en Espagne même, en raison de ses coûts financiers élevés et de l’absence de personnel qualifié. La France profita de cette opportunité pour augmenter les recettes de sa balance des paiements et favoriser l’expansion internationale de sa technologie nationale. Le déficit espagnol en matière technologique se combina avec l’intérêt que prenaient les experts français aux voyages et aux séjours en Espagne. Pour reprendre les mots du directeur du Personnel de l’entreprise Renault, « l’Espagne est un pays où les cadres, ingénieurs et techniciens français ne refusent pas d’aller »25. Au-delà de son régime politique et de son niveau de vie inférieur, l’Espagne réunissait des aspects attrayants pour les Français, tels que la proximité, les affinités de langue et de culture, le climat agréable et les possibilités touristiques. À tout cela il convient d’ajouter que, par goût ou par nécessité, la majorité des Espagnols se montra bien disposée et réceptive à l’argument mettant en avant les économies de temps et d’argent que représentait l’aide étrangère, surtout en matière de création d’emploi, d’amélioration du système productif, de diffusion des progrès techniques et de développement des relations extérieures26.

  • 27 Jacques Pinglé, « Bienvenue en Europe ! », Amitié franco-espagnole, nº51, septembre 1959, p. 6-7.

17C’est la concurrence internationale (et notamment nord-américaine) qui constituait l’obstacle le plus important à l’entrée de produits, de capitaux et de techniques français en Espagne : « Chacun connaît les immenses besoins de l’industrie espagnole : il y a là un superbe gâteau entouré d’appétits, tous solides. La lutte s’annonce sévère »27. L’ensemble des pays du monde occidental, baignant dans un climat d’expansion et d’ouverture économique, avaient intensifié leurs opérations commerciales et financières avec des nations qui, comme l’Espagne, offraient des avantages comparatifs notables. Pour sa part, le gouvernement espagnol s’efforça de renforcer la concurrence entre les différents groupes étrangers, afin de ne pas se restreindre à un seul fournisseur et de donner sa préférence au plus offrant, élargissant du même coup son horizon en matière de politique extérieure. De ce fait même, la France dut accroître ses efforts. Elle dut étudier de près la place qu’occupaient ses rivaux étrangers dans les secteurs économiques qui l’intéressaient, et se montrer prompte à réagir face à toute tentative qu’ils mèneraient pour prendre ou renforcer des positions. Elle dut intensifier la promotion et la publicité des produits qu’elle entendait exporter, par exemple par le biais des expositions et des salons. Enfin, elle dut abandonner certains privilèges en acceptant par exemple de baisser les prix, d’accorder de plus grandes facilités de financement et d’écourter les délais de livraison :

  • 28 Lettre de Boisseson au MAÉ, Madrid, 10 janvier 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 318.

« Il est indispensable de ne négliger aucun effort pour tenter de nous assurer actuellement des places dans les diverses industries espagnoles, même en faisant certains sacrifices et en surmontant l’impatience que peuvent provoquer certains insuccès [...]. Dans quelques années, les pays qui auront acquis une place la garderont et pourront même la développer. Les autres se heurteront à des obstacles de plus en plus difficiles à surmonter pour se faire admettre »28.

18L’Espagne du miracle économique était également perçue en France comme une réserve de main d’œuvre présentant un triple avantage, étant tout à la fois abondante, peu coûteuse et très peu conflictuelle. Un bon nombre de travailleurs espagnols émigrèrent en France pour occuper les postes que, dans un contexte de plein emploi, la population française délaissait au profit d’autres moins pénibles, exigeant une plus haute qualification et mieux rémunérés. D’autres trouvèrent un emploi dans les filiales espagnoles des entreprises françaises, bénéficiant de rémunérations et de conditions de travail généralement meilleures que celles qu’offraient les usines fonctionnant avec des capitaux nationaux. Enfin, se caractérisant comme un pays proche, bon marché, exotique, et doté d’une offre très large de plages ensoleillées, l’Espagne devint un paradis de vacances pour une multitude croissante de Français. Un pourcentage élevé de ces touristes ne se contentèrent pas de profiter de quelques jours de repos et d’évasion. Les prix bas et les avantages fiscaux les incitèrent à acquérir des propriétés immobilières, que ce soit pour eux-mêmes, de manière temporaire pendant l’été ou permanente après leur retraite, ou bien avec des finalités spéculatives, ces biens leur offrant d’énormes plus-values annuelles.

L’atténuation des stéréotypes

  • 29 Le Monde diplomatique, 7 juin 1965.
  • 30 Jean-Marc Delaunay, « L’Espagne dans la politique générale française au XXe siècle » dans Jean Sagn (...)
  • 31 Aline Angoustures, « L’opinion publique française et l’Espagne », Revue d’histoire moderne et conte (...)

19Au cours des années 1960, l’image dominante de l’Espagne dans la population française était une image forte, particulière, chargée de stéréotypes. À cette image romantique, constamment renouvelée au XXe siècle, vint s’ajouter celle de la guerre civile, c’est-à-dire celle des deux Espagnes, celle des vainqueurs et celle des vaincus, une image dont l’ombre allait longtemps rester présente en France. En 1965, la revue Le Monde diplomatique affirmait : « Les horreurs de la guerre civile survivent toujours en Espagne »29. Trois décennies plus tard, Jean-Marc Delaunay, aboutissait à cette conclusion : « La guerre civile espagnole fut sans aucune doute la période la plus “espagnole” de l’opinion publique française »30. De fait, les rares événements qui suscitèrent une mobilisation de l’opinion publique française au cours des deux dernières décennies du franquisme, comme le congrès de Munich (1962), l’exécution de Julián Grimau (1963) ou le procès de Burgos (1970), furent interprétés à la lumière du souvenir (simplifié ou idéalisé) de la guerre civile31.

20La société française prit à peine conscience des transformations qui agitèrent l’Espagne à partir de la fin des années 1950 : la nouvelle politique économique, l’entrée dans les organismes internationaux, l’évolution politique en germe au sein des forces intérieures du régime, etc. Le stéréotype continua à faire écran à son regard, de sorte que sa perception demeura, sinon complètement négative, du moins assez simple et irréelle. L’Espagne ? Un pays arriéré, en marge de l’Europe et replié sur lui-même, présentant l’attrait, il est vrai, d’une vie bon marché, ensoleillée et agréable. Les Espagnols ? Un peuple passionné, naïf, pauvre, orgueilleux, voire fanfaron, et très accueillant. En définitive, la réalité espagnole, complexe et plurielle, de ces années-là resta réduite à un petit nombre de clichés, pour la plupart issus du passé. Il convient de souligner, cependant, que la vision réciproque regorgeait elle aussi de préjugés, de mythes et lieux communs historiques que l’on peut résumer par la formule : français = républicain, laïc, riche, calculateur, chauvin et arrogant.

21Les déplacements touristiques et migratoires permirent un contact plus large et plus direct entre les populations espagnole et française, mais ne contribuèrent guère à modifier l’image de l’Espagne en France. D’une manière générale, les touristes français n’établirent qu’un contact très superficiel avec la société espagnole et s’en revinrent en France avec les mêmes idées préconçues qu’ils avaient en partant.

22Mieux encore, ces idées furent souvent confortées par la politique touristique officielle du régime franquiste, qui mettait en valeur une Espagne arriérée et andalouse. Les émigrants espagnols en France ne furent pas non plus de bons ambassadeurs, en termes d’image. Ils avaient émigré de façon temporaire, pour gagner de l’argent rapidement et rentrer vite en Espagne, et se préoccupèrent peu d’acquérir une formation professionnelle ou intellectuelle susceptible de faciliter leur intégration dans la société française. Les différences de niveau de vie, les difficultés de compréhension linguistique et les préjugés mutuels contribuaient à rendre les contacts difficiles. Finalement, les touristes et les émigrants ne firent que constater de visu la brèche qui séparait les deux pays, ce qui renforçait le sentiment de supériorité de la population française et, à l’inverse, le sentiment d’infériorité de la population espagnole.

  • 32 Paris Match, 26 juin 1965. Citation dans Hervé Poutet, Images touristiques de l’Espagne. De la prop (...)
  • 33 « À Malaga, le flamenco cède la place devant les guitares électriques », Combat, 12 septembre 1964.

23Les moyens de communication français rendirent compte, naturellement, des transformations que connaissait l’Espagne. Mais, à l’exception de la presse économique spécialisée — de diffusion restreinte —, les journaux français ne donnèrent pas une information suffisamment rigoureuse. Les nouvelles et les reportages furent rares, leur qualité pour le moins discutable, et ils abusèrent des stéréotypes. Ces stéréotypes étaient particulièrement abondants dès lors qu’il s’agissait de décrire le mélange de tradition et de modernité qui caractérisait l’Espagne de cette époque. Les correspondants se plaisaient à recourir aux contrastes, par exemple, entre automobiles et misère et entre bikinis et cathédrales : « la Rolls ose errer dans les quartiers déshérités et le bikini se profiler sur fond de cathédrale »32. Ou bien encore, on juxtaposait les routes récemment construites et les ânes, ou le soleil et les symboles religieux : « les ânes ont encore bien du chemin à faire, les flancs battus par deux croix énormes, le long de la route toute neuve qui s’étire au soleil »33.

  • 34 « Rapport de fin de mission », Boisseson au MAÉ, Madrid, 7 février 1970, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1 (...)

24En revanche, les rapports et les discours des autorités françaises révélèrent un changement important dans leur perception de l’Espagne à la suite du tournant économique de la fin des années 1950. L’image d’un pays pauvre, arriéré et isolé fit place à celle d’un pays mûr, sérieux, qu’il fallait commencer à prendre en compte. L’image d’un peuple imprégné de valeurs traditionnelles telles que la pauvreté généreuse, l’orgueil national et le mysticisme religieux fut remplacée par celle d’un peuple qui commençait à faire siennes les aspirations des Européens34. La nouvelle politique économique raviva l’intérêt pour l’Espagne, ce qui se traduisit par l’intensification des contacts personnels et la multiplication des études. Mais, et ceci est plus important, ces contacts et ces études, assurément encouragés par le changement économique, ne se limitèrent pas au cercle des responsables économiques mais s’étendirent, à des degrés divers, à l’ensemble des autorités françaises un tant soit peu intéressées par l’Espagne. Le gouvernement français au complet considéra qu’il était indispensable de connaître ce qui se passait de l’autre côté des Pyrénées, tant pour prendre part aux fruits de la croissance que pour intervenir dans le changement politique qui, on pouvait le présumer, commençait à se préparer pendant ces années-là.

  • 35 « Situation économique et sociale de l’Espagne », rapport de l’attaché financier au ministère de l’ (...)
  • 36 « Situation intérieure de l’Espagne », note de la direction des Affaires politiques, sous-direction (...)
  • 37 E. Sánchez, Il n’y a plus de Pyrénées ![...], op. cit.

25Par conséquent, les autorités françaises furent conscientes de la variété de nuances que recelait la réalité espagnole. Elles furent au courant des divisions complexes qui existaient au sein de la classe dirigeante, de l’affaiblissement des secteurs intransigeants au profit des plus modérés, et de l’assimilation progressive, par certaines forces intérieures du régime, des revendications démocratiques35. Elles furent informées de la fragilité de l’opposition anti-franquiste, de sa perte de contact avec les nouvelles générations et de son incapacité à prendre la tête d’un changement politique qui, selon toute vraisemblance, surviendrait à la mort de Franco36. Cela explique qu’elles ne furent pas surprises, ou du moins pas autant que la majorité des Français, par la façon pacifique, rapide et consensuelle dont se déroula le processus de transition vers la démocratie. Sans parler des bénéfices qu’elles retirèrent des exportations, des investissements et des transferts de technologie vers l’Espagne, en grande partie grâce à leur prise en compte précoce des possibilités de croissance de l’économie espagnole37.

  • 38 Lettre de Henri de Bourdeille, ministre plénipotentiaire chargé du Consulat général de France à Bar (...)
  • 39 Lettre de Michel Dondenne, consul de France à Saint-Sébastien, à Boisseson, 5 juillet 1967, AMAÉ-F, (...)
  • 40 Lettre de Boisseson au MAÉ, Madrid, 9 décembre 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne 1961-70, vol. 314
  • 41 « Rapport sur le voyage effectué en Espagne, du 28 novembre au 3 décembre 1970, par l’Institut des (...)

26L’analyse de la nouvelle politique économique, du processus d’intégration internationale, des chiffres de la croissance et des possibilités d’expansion que cela représentait pour la France laissait peu de place aux stéréotypes : « Dans cette nouvelle étape [...] bien des préjugés se sont évanouis »38. Les rapports et les discours des autorités françaises n’envisageaient plus l’éventualité qu’après la mort de Franco les Espagnols s’en aillent pour longtemps à la dérive ou qu’ils puissent replonger dans une guerre civile. On laissait les attraits de l’Espagne romantique aux brochures touristiques, aux récits historiques ou aux voyageurs. L’Espagne avait pris le chemin de la modernisation économique. Sur cette route, elle avait rencontré des obstacles semblables à ceux auxquels la France s’était heurtée des années plus tôt : « À bien des égards [...] les difficultés que rencontrait l’Espagne dans son développement économique s’identifiaient à s’y méprendre à celles que traverse la France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’aux années 1955 »39. Mais ces difficultés n’étaient pas si graves, car elles n’étaient plus spécifiquement espagnoles, mais européennes : « Le rythme espagnol est tel que rien ne le distinguera, d’ici peu, du modèle européen façonné par ces 20 dernières années de vie en commun et de travail [...] les problèmes espagnols, moins spécifiques, tendent donc à se confondre avec ceux du reste de l’Europe »40. La vie en Espagne n’était déjà plus si différente : « la tenue vestimentaire des passants, le trafic des voitures, le décor des magasins, le nombre des constructions nouvelles, tout donnait aux artères un aspect beaucoup plus proche de celui des rues françaises que nous ne nous y étions attendu d’après nos souvenirs »41.

27Mais cette transformation de l’image de l’Espagne, clairement visible, ne conduisit cependant pas les dirigeants français à renoncer complètement aux prétendus traits distinctifs caractérisant l’essence de l’Espagne et des Espagnols, en un mot, aux stéréotypes. Ainsi, il arriva (rarement, il est vrai) que, pour pallier un manque d’information ou rendre compte de comportements qui leurs semblaient étranges, les autorités aient recours, de manière plus ou moins dissimulée, aux explications traditionnelles mettant en avant l’irrationalité et la différence. Citons, à titre d’exemple, la note que l’ambassadeur Robert de Boisseson envoya au ministère des Affaires étrangères en décembre 1964 pour expliquer les arrestations de jeunes anarchistes français à Madrid :

  • 42 Note de Boisseson au MAÉ, Madrid, 31 décembre 1964, AMAÉ-F, Europe, Espagne 1961-70, vol. 381.

« ces différences de réflexes affectifs qui surprennent au premier abord nous rappellent une fois de plus que, malgré sa proximité géographique et sa sincère volonté de s’européaniser, l’Espagne demeure un pays différent où on ne saurait attendre les mêmes réactions que dans le reste de l’Europe occidentale »42.

Conclusion

28À partir de la fin des années 1950, la perception que les autorités françaises avaient de l’Espagne changea, conséquence de leur analyse du développement économique. L’image d’un pays différent, fruit du retard et de l’isolement, fit place à celle d’un pays de plus en plus semblable, c’est-à-dire prospère et européen en dépit de son régime politique. L’élaboration d’études rigoureuses sur l’évolution de l’économie espagnole, de même que l’intensification des contacts personnels, permirent au gouvernement français d’acquérir une connaissance plus large, plus profonde et plus exacte des transformations que connaissait le pays voisin. Cependant, leurs rapports et leurs discours restèrent pratiquement méconnus de la société française, dont le regard sur l’Espagne était toujours ancré dans le passé, regard plus émotif qu’intellectuel et marqué par les stéréotypes traditionnels davantage que par les réalités du présent.

29Les émetteurs et les destinataires de la documentation analysée furent les autorités françaises elles-mêmes, ce qui est la garantie d’une certaine sincérité dans leurs déclarations au sujet de l’Espagne, ou plutôt, au sujet de leurs intérêts en Espagne : tirer profit du développement économique en cours et du changement politique en germe, avec pour objectif ultime de contribuer à leur propre grandeur nationale. En définitive, la transformation de l’image de l’Espagne et la plus grande attention portée par la France à ce pays contribuèrent également à une amélioration des relations bilatérales et, du même coup, fut profitable à l’Espagne, à son économie, à sa société et probablement à sa vie politique.

Haut de page

Notes

1 Anne Dulphy, La Politique de la France à l’égard de l’Espagne de 1945 à 1955. Entre idéologie et réalisme, Paris, 2002.

2 Sur l’évolution des relations franco-espagnoles sous la présidence de De Gaulle : Esther Sánchez, Il n’y a plus de Pyrénées ! Francia ante el desarrollo económico y la apertura exterior de España, 1958- 1969, thèse de doctorat, Université de Salamanque, 2003.

3 Lettre de l’ambassadeur Guy de La Tournelle au ministère français des Affaires étrangères (abrégé MAÉ), Madrid, 30 décembre 1957, Archives du ministère français des Affaires étrangères (abrégé AMAÉ- F), Europe, Espagne, 1956-60, vol. 242.

4 « Rapport de fin de mission » de l’ambassadeur Armand du Chayla au MAÉ, Madrid, 11 mars 1964, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961- 70, vol. 381.

5 Note de Du Chayla au MAÉ, Madrid, 4 février 1963, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 381.

6 Note de l’ambassadeur Robert de Boisseson au MAÉ, Madrid, 7 mai 1965, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1956-60, vol. 358.

7 « Réflexions sur les rapports franco-espagnols », rapport de Du Chayla au MAÉ, Madrid, 7 novembre 1963, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1956-60, vol. 351.

8 Au cours de la période envisagée ici se succédèrent en Espagne les ambassadeurs Guy de La Tournelle (jusqu’en septembre 1959), Roland de Margerie (1959- 1962), Armand du Chayla (1962-1964) et Robert de Boisseson (1964-1970).

9 Lettre et « Rapport de fin de mission » de La Tournelle au MAÉ, Madrid, 1er mai 1957 et 13 octobre 1959, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1956-60, vol. 234 et 246.

10 Télégramme de Boisseson au MAÉ, Madrid, 16 avril 1964, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-65, vol. 284.

11 « 1960. Rapport annuel du Groupement V », Archives historiques de Saint-Gobain (abrégé ASG), CSG HIST 00074/42.

12 Rapport de l’ambassadeur Roland de Margerie au MAÉ, Madrid 19 décembre 1960, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1956-60, vol. 241. AMAÉ-F, Europe, Espagne 1961-70, vol. 323.

13 « Politique financière du Gouvernement à l’égard des entreprises industrielles », rapport de Boisseson au MAÉ, Saint-Sébastien, 16 août 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-80, vol. 314.

14 Note de Boisseson au MAÉ, Madrid, 5 octobre 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 352.

15 Note de Boisseson au MAÉ, Madrid, 17 juin 1964, AMAÉ-F, Europe, Espagne 1961-70, vol. 381. Il convient cependant de préciser que, indépendamment de leur lieu de fabrication, la majorité des filiales espagnoles d’entreprises françaises installèrent leur domicile social et leurs services centraux à Madrid, et non à Barcelone.

16 Mariano Navarro Rubio, Mis memorias. Testimonio de una vida pública truncada por el « Caso Matesa », Barcelone, 1991, p. 152 et Laureano López Rodó, Política y desarrollo, Madrid, 1971, p. 57-58.

17 La planification indicative ne fut pas un modèle de politique économique exclusivement français dans l’Europe de l’après-guerre. Cependant, le modèle français se distingua des autres par ses bons résultats et sa pérennité.

18 L. López Rodó, Memorias, Barcelone, 1990, p. 368-375.

19 Comme Les Techniques quantitatives de la planification de François Perroux ou Le Plan ou l’anti-hasard de Pierre Massé, un ouvrage préfacé et traduit en espagnol en septembre 1966 par López Rodó lui-même. L. López Rodó, Memorias. Años decisivos, Barcelone, 1991, p. 77.

20 Fabián Estapé, Sin acuse de recibo, Barcelone, 2000, p. 197.

21 « Où en est l’Espagne au point de vue économique ? », rapport de Boisseson au MAÉ, Saint-Sébastien, 29 août 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 314.

22 Note interne au ministre de l’Économie et des Finances, non datée, Archives du ministère français de l’Économie, des Finances et de l’Industrie (abrégé AMÉFI), B-10.837. L’opinion française coïncidait avec celle émise alors par les experts de l’OCDE et reprise plus tard par des économistes et des historiens. Arturo Pina, « Treinta años de informes de la OCDE sobre la economía española », Información Comercial Española, nº676-677, décembre 1989-janvier 1990, p. 143. José A. Miranda, La España de Franco (1939- 1975). Economía, Madrid, 2001, p. 267-268.

23 « Exemple de réussite française en Espagne : les entreprises Saint-Gobain », rapport de Boisseson au MAÉ, Madrid, 9 AMÉFI, B-55.817.

24 « Rapport sur l’activité de l’ANRT [Association nationale de la recherche technique] en Espagne », Paris, 14 janvier 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 316.

25 Note de la Direction du Personnel, 4 juin 1959, Archives historiques de Renault, fonds Verniez-Pallier (V-P), carton 34.

26 Centre national du Commerce extérieur, Le Marché espagnol, Paris, 1961, p. 359.

27 Jacques Pinglé, « Bienvenue en Europe ! », Amitié franco-espagnole, nº51, septembre 1959, p. 6-7.

28 Lettre de Boisseson au MAÉ, Madrid, 10 janvier 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 318.

29 Le Monde diplomatique, 7 juin 1965.

30 Jean-Marc Delaunay, « L’Espagne dans la politique générale française au XXe siècle » dans Jean Sagnes (dir.), Images et influences de l’Espagne dans la France contemporaine, Béziers, 1994, p. 34-54, cit. p. 41.

31 Aline Angoustures, « L’opinion publique française et l’Espagne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 37, 1990, p. 672-686.

32 Paris Match, 26 juin 1965. Citation dans Hervé Poutet, Images touristiques de l’Espagne. De la propagande politique à la promotion touristique, Paris, 1995, p. 188.

33 « À Malaga, le flamenco cède la place devant les guitares électriques », Combat, 12 septembre 1964.

34 « Rapport de fin de mission », Boisseson au MAÉ, Madrid, 7 février 1970, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 251.

35 « Situation économique et sociale de l’Espagne », rapport de l’attaché financier au ministère de l’Économie et des Finances, Madrid, 24 février 1961, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 314.

36 « Situation intérieure de l’Espagne », note de la direction des Affaires politiques, sous-direction d’Europe méridionale, Paris, 20 janvier 1969, AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 353.

37 E. Sánchez, Il n’y a plus de Pyrénées ![...], op. cit.

38 Lettre de Henri de Bourdeille, ministre plénipotentiaire chargé du Consulat général de France à Barcelone, à Boisseson, Barcelone, 30 juin 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne 1961-70, vol. 314.

39 Lettre de Michel Dondenne, consul de France à Saint-Sébastien, à Boisseson, 5 juillet 1967, AMAÉ-F, Europe, Espagne 1961-70, vol. 316.

40 Lettre de Boisseson au MAÉ, Madrid, 9 décembre 1966, AMAÉ-F, Europe, Espagne 1961-70, vol. 314

41 « Rapport sur le voyage effectué en Espagne, du 28 novembre au 3 décembre 1970, par l’Institut des hautes études de Défense nationale », AMAÉ-F, Europe, Espagne, 1961-70, vol. 362.

42 Note de Boisseson au MAÉ, Madrid, 31 décembre 1964, AMAÉ-F, Europe, Espagne 1961-70, vol. 381.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esther M. Sánchez Sánchez, « Toujours si différente ? Les autorités françaises et le miracle économique espagnol des années 1960 », Siècles, 20 | 2004, 135-151.

Référence électronique

Esther M. Sánchez Sánchez, « Toujours si différente ? Les autorités françaises et le miracle économique espagnol des années 1960 », Siècles [En ligne], 20 | 2004, mis en ligne le 09 décembre 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2417

Haut de page

Auteur

Esther M. Sánchez Sánchez

Instituto de Historia-CSIC et Université de Paris VII

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org