Navigation – Plan du site

Entrées d’index

Mots-clés :

sources, archives
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de Siècles est particulier, dans la mesure où il donne la parole à de « jeunes » chercheurs de l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Par « jeunes », entendons des chercheurs qui soit sont doctorants, soit ont soutenu récemment leur DEA, pour utiliser une abréviation destinée à bientôt disparaître. Une chose les réunit : le goût et même le plaisir de la recherche – et naturellement la compétence pour la mener à bien. La diversité tant thématique que chronologique ou géographique que reflètent ces différentes contributions est transcendée par une demande précise faite à chacun des auteurs : expliquer leur démarche dans la constitution et l’exploitation de leurs sources. Tous les directeurs de thèse, de DEA ou de maîtrise – et maintenant de master – le savent bien : tout se joue à la naissance, c’est-à-dire à l’établissement du corpus documentaire. Ils le savent d’autant mieux qu’ils sont eux-mêmes passés par ce stade préalable de la recherche. Constituer un corpus documentaire, la chose n’est jamais aisée, y compris dans le cas de l’étude d’un parcours singulier comme celui proposé par Frédéric Derne, autour des itinéraires culturels du comte d’Espinchal dans l’Europe de l’émigration. Il convient alors d’éclairer un manuscrit – ici treize volumes de carnets de voyages représentant près de 5 000 pages, auxquels s’ajoutent quantité d’autres textes légués à la bibliothèque municipale de Clermont-Ferrand – qui ne « parle » pas de lui-même. Il parle d’autant moins qu’il faut d’abord en établir une édition scientifique : chronologie, géographie, variantes, ajouts et modifications ultérieurs, mais aussi quête des modèles ou des lectures ayant influencé d’Espinchal, sont autant d’éléments à considérer. Avec au bout du compte le souci de comprendre le degré d’acculturation à des cultures étrangères de cet homme contraint à l’exil.

2On appréciera également la diversité des approches requise pour traiter de cette famille illustrant l’histoire du Refuge, les Vieux, originaires de Paray-le-Monial, établis en Suisse romande, que présente Germaine Lemétayer. Une diversité qui se retrouve au niveau de l’appareillage conceptuel dont la maîtrise est nécessaire pour tirer le meilleur profit de sources variées et qui contraint le chercheur à sortir de la boîte à outils propre à l’historien. La formulation de Germaine Lemétayer dit bien l’une des voies du chercheur : « Relever dans les archives toutes les marques de souffrance, de perturbation, les causes des décès, mais aussi les manifestations émotionnelles d’adaptation au pays pour les confronter aux travaux des psychologues peut fournir des indications intéressantes pour formuler des hypothèses porteuses de cohérence, et permettant d’apprécier, à un moment donné, le niveau d’intégration ».

3C’est aussi d’histoire culturelle dont il s’agit avec Cyril Triolaire : sa quête des arts de la scène d’une vaste région située au cœur de la France, à l’époque napoléonienne, témoigne de la vitalité de cette branche de l’histoire culturelle, mais aussi de la persistance de vastes chantiers à défricher. S’appuyant sur une large bibliographie et des sources abondantes, l’auteur annonce sa légitime ambition : une « histoire totale des arts du spectacle » au lendemain de la scène révolutionnaire, intégrant les fêtes de tous types – à ce jour, 742 ont été repérées et la recherche n’est pas achevée. L’extrême parcellisation et dispersion de son appareil documentaire dit à la fois l’intérêt et la difficulté de ce travail qui permet de renouveler en profondeur l’histoire sociale du culturel. Une parcellisation et une dispersion qui se retrouvent dans le travail entrepris par Fabrice Boyer sur la généalogie des fayettistes. Il s’agit moins de produire une énième biographie du « héros des deux mondes » que de réfléchir à ce que fut sa postérité, sa descendance, son influence : ce qui n’a pas été vu de près à ce jour, alors que la vie politique, mais aussi intellectuelle ou sociale du XIXe siècle est traversée par de nombreuses références au général survivant de la guerre d’indépendance des États-Unis et de la Révolution française. On relèvera, au sein des nombreuses références rassemblées par l’auteur, l’importante part accordée aux sources artistiques au sens le plus large, nécessitant là aussi l’acquisition d’une méthodologie spécifique.

4Certains des auteurs de ce numéro s’inscrivent dans une filiation revendiquée, en termes d’hommes et de méthodes. Ainsi de Grégory Goudot travaillant sur les Clunisiens à la veille de la Révolution française : le propos de l’auteur ne saurait pourtant être interprété comme une vision purement chiffrée ou comptable d’un ordre religieux ; car derrière la procédure mise en action pour établir une étude quantitative de l’ordre de Cluny, se profile là encore la nécessité du recours à des sources multiples, afin de combler les vides ou de valider les pleins. Histoire comparée et approche qualitative s’imposent aussi. Au finale, Grégory Goudot donne un tableau fiable et inédit de l’état de l’ordre à la veille de sa dispersion. On sera tenté de parler également de filiation, avec le texte d’Aurélie Lonjon consacré aux élites catholiques du Puy-de-Dôme au XIXe siècle : on entrevoit toute l’influence d’une histoire sociale « à la française » – pas uniquement, certes – où l’histoire des mentalités et des représentations se mélange à l’approche prosopographique et à la réflexion sur la notion de catégorie ou de groupe. Là encore, toutes les branches de l’histoire, du politique au social en passant par l’économique et le culturel, sont mobilisées au service d’un regard croisé entre le quantitatif et le qualitatif – on verra en particulier le portrait proposé au terme de cet article sur la famille de Barante. Rangs de fortune, formes d’engagement, culture transmise ou acquise, voilà quelques-unes des orientations suggérées par la démarche de l’auteure.

5Travaillant sur le plus contemporain, Jean-Luc de Ochandiano comme Marie-Caroline Cheminot proposent, au travers de leur recherche respective, une intéressante réflexion sur les fausses continuités ou les évidences trompeuses en histoire. Le premier offre en effet une contribution nourrie de concepts empruntés à d’autres sciences sociales sur l’émergence d’une catégorie à la fois sociale, sociologique, administrative, politique, etc. : le « Bâtiment », en l’occurrence dans le cadre de la ville de Lyon et sur une durée séculaire (1848-1940). Établir et interroger les sources croisées pour dire comment se construit, de l’intérieur comme de l’extérieur, une catégorie : la démarche est exigeante, pour un travail visant à comprendre quelles sont les normes objectives qui fait qu’un individu se reconnaît ou est inclus – parfois à son corps défendant – dans une catégorie dès lors établie comme interlocutrice des pouvoirs publics. Cette étude témoigne du poids important du juridique en cette affaire et de son incarnation dans la loi (et dans l’application de celle-ci). La loi est également au cœur de la communication de Marie-Caroline Cheminot, qui a entrepris de répondre à la question suivante : qui sont les délinquantes jugées par les tribunaux pour enfants et adolescents en Auvergne au XXe siècle ? Histoire de la délinquance, histoire du genre, histoire de la justice sont mobilisées de front pour comprendre comment se construit cette catégorie spécifique de jeunes délinquantes, jugée en tant que telle et dès lors perçue en tant que telle par l’historienne : mais celle-ci doit également garder la bonne distance pour établir le processus de normalisation de cette catégorie judiciaire à partir de 1912. Le traitement de l’archive est à la fois quantitatif et qualitatif, les discours sont multiples et contradictoires, la littérature « grise » connaît une inflation sans précédent sur le sujet. Comme pour les ouvriers du Bâtiment lyonnais, il faut se garder ici de conclure à la continuité du regard et du discours sur la catégorie étudiée.

6Au total, les huit contributions réunies ici semblent représentatives de la diversité de la recherche historique dans les universités françaises – au moins pour l’histoire moderne et pour l’histoire contemporaine. Parler de progrès de la recherche, par rapport à un passé encore proche, peut sembler incongru et a-historique : pourtant, venus à l’histoire dans une période où celle-ci s’est largement ouverte à l’influence d’autres sciences de la société, les jeunes chercheurs bénéficient d’une approche forcément pluridisciplinaire dont on voit ici tout l’intérêt. Le questionnement de la source s’en trouve enrichi et les frontières interdisciplinaires, qui n’ont pas à être abolies, sont heureusement moins étanches. Cela ne retire rien à la spécificité de la démarche historienne, ni à la visibilité de son discours : n’est-ce pas l’essentiel ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Caron, « Préface », Siècles, 19 | 2004, 3-6.

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « Préface », Siècles [En ligne], 19 | 2004, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2429

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org