Navigation – Plan du site

Histoire des familles et histoire des minorités : Les Vieux, de Paray-le-Monial au refuge

Germaine Lemétayer

Entrées d’index

Index géographique :

France, Suisse, Paray-le-Monial, Mizoën, Genève

Index chronologique :

XVIIe siècle, XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Le cadre de référence

  • 1 Myriam Yardeni, Le Refuge protestant, Paris, 1985, p. 9-11.

1Historienne du refuge, Myriam Yardeni souligne dans Le Refuge protestant à la fois la modernité et l’intérêt de l’étude de l’émigration protestante et l’impossibilité d’en « faire une histoire complète et cohérente »1. Elle démontre, au niveau méthodologique, des difficultés insurmontables liées d’abord à la géographie éclatée du refuge et à l’instabilité des réfugiés. À chaque étape de leur diaspora, « ils affrontent des réalités, des structures économiques et sociales et des traditions culturelles et religieuses différentes ». Le processus d’assimilation résultant de ces chocs et confrontations successifs, il paraît bien illusoire d’en retrouver les traces, les évaluer et les mesurer à chaque étape. Elle souligne par ailleurs la difficulté à identifier les Français parmi les flots de réfugiés où se mêlent un grand nombre de Suisses français, de Vaudois, de Wallons, etc. et à évaluer leur nombre.

2Pourtant, les effets de cette émigration présentent, dit-elle, un intérêt éminent pour l’historien tant par rapport aux pays qu’aux personnes concernés. Ils débouchent en effet sur un changement d’identité dont le processus reste à décrire.

  • 2 Michelle Magdelaine et Rudolf von Thadden, Le Refuge huguenot, Paris, 1985.
  • 3 Eckart BirnsTiel (dir.), La Diaspora des Huguenots, Paris, 2001.
  • 4 Annette Pabst-Béziat, « Les réfugiés protestants du pays castrais et leur dispersion dans le monde  (...)
  • 5 Didier Boisson, Les Protestants de l’ancien colloque du Berry de la révocation de l’édit de Nantes (...)

3La problématique ainsi posée s’applique au thème du refuge étudié dans sa globalité. Les difficultés, à ce niveau, paraissent, en effet, insurmontables. Dans Le Refuge huguenot2, comme dans La Diaspora des Huguenots3, les historiens rassemblés en 1985 puis en 2001 pour traiter la question ont presque tous choisi d’aborder l’intégration dans un cadre géographique unique : « Le cas de Francfort-sur-le-Main » (Michelle Magdelaine), « Les Huguenots à Berlin » (Eckart Birnstiel), etc. Il en résulte un constat de l’extrême diversité des modalités mises en place par les pays du refuge pour accueillir puis intégrer les migrants. Leur assimilation est repérée à partir de critères démographiques (mariages mixtes), linguistiques (évolution de la langue) et institutionnels (disparition des juridictions, églises, bourses... françaises). Mais dans La Diaspora des Huguenots, Annette Pabst-Béziat tente d’établir un lien entre le lieu d’origine et le refuge4. Remarquant la diversité des destins des exilés du pays castrais, elle mentionne la part des pertes matérielles, affectives et culturelles et leur influence sur les capacités d’adaptation au refuge : « Plus la mobilité sociale, culturelle et régionale d’un être humain est grande, plus son idiolecte se fige ». Avec les exilés de l’ancien colloque du Berry, Didier Boisson constate l’éclatement des familles, repère les retours au royaume en fonction de la législation et la permanence des contacts entre les émigrés et leur communauté d’origine5. Ainsi abordée à travers des destins individuels, dans le cadre d’un colloque ou d’un « pays », la migration huguenote révèle une très grande diversité de destins où apparaissent l’influence de la législation et de l’écart entre les situations de départ et d’arrivée. À partir de ces données, la question qui se pose est celle des critères d’évaluation, dans cet écart, des différents niveaux d’adaptation permettant de donner une cohérence à ces destins. En respectant l’unité de lieu, ou en se situant dans un cadre relativement étendu, on se place au delà de la zone de rupture des migrants, et donc au delà de leur histoire propre, les privant de leur identité d’origine. Or une personne n’existant que par les relations qu’elle établit avec sa famille, sa communauté et son milieu socio-professionnel, il est nécessaire de se poser la question du transfert relationnel qui s’effectue, à ces différents niveaux, lors de la migration.

  • 6 Germaine Lemétayer, Les Protestants de Paray-le-Monial de la cohabitation au Refuge (1650-1750), th (...)

4Ainsi nous paraît essentielle la nécessité de reconstruire le lien existant entre les deux communautés, celle du pays d’origine et celle du refuge, c’est-à-dire renouer les fils entre les repères spatiaux, temporels et sociaux délaissés et acquis. C’est dans cette perspective qu’il peut être possible, nous semble-t-il, d’appréhender le processus de changement d’identité. Dans notre recherche, nous avons donc choisi de considérer le refuge à l’échelle de la communauté d’origine, plus réelle et plus tangible à nos yeux que la communauté globale des réfugiés6.

5Nous proposons donc de changer de perspective et d’échelle. Identifions une communauté protestante et essayons de cerner son identité française en un lieu et en un temps donné. Puis suivons-la dans sa diaspora, et repérons un lieu où elle se fixe en nombre. Ensuite observons, par rapport à ce lieu unique, et dans un temps donné, le processus d’adaptation qu’elle met en œuvre pour se recréer de nouvelles racines. Ainsi se trouvent contournés les problèmes d’identification, d’identité et, en partie, ceux liés à l’instabilité de la communauté. Par contre, l’intérêt de l’étude est conservé, même si l’échelle choisie ne lui confère qu’une modeste représentativité. L’identité de l’individu n’existant que par rapport à sa communauté, c’est elle qu’il faut saisir avant et après la rupture. Avant, dans ses rapports avec la communauté tangible d’origine, la ville et ses différentes composantes démographiques, socio-économiques, culturelles et religieuses. Après, avec la nouvelle donne. Ainsi pourront être mis en lumière les nouveaux comportements destinés à adapter le groupe, c’est-à-dire, pour l’essentiel, la création de nouveaux réseaux de sociabilité.

6Tous les individus n’ayant pas les mêmes facultés d’innovation face à une situation nouvelle, nous nous proposons d’établir une typologie retraçant les différents niveaux de réussite et les échecs. Puis d’en déduire les facteurs de réussite, selon, par exemple, l’âge, le sexe, l’activité, la fortune, l’importance du groupe familial, le système relationnel, la faculté d’innover ou de reproduire... et les facteurs d’échec. L’étude des transferts de communautés d’un lieu à un autre peut être l’un des moyens d’aborder l’histoire du refuge. L’unité de lieu de départ et d’arrivée permet d’observer et de comparer les différents changements mis en œuvre par les familles pour s’adapter au nouvel environnement. C’est ce que nous avons entrepris de faire avec la communauté protestante de Paray-le-Monial. Il s’agit d’un groupe peu nombreux (50 familles en 1685) et minoritaire dans une petite ville de 500 feux en 1679. L’avantage, pour le chercheur, est de pouvoir prétendre à la connaissance à la fois globale et assez fine d’une communauté à échelle humaine. De même, les 130 émigrés identifiés dont 60 installés en Suisse constituent pour nous un ensemble cohérent comparable au premier et gérable sur le plan de notre recherche. L’exploitation des registres paroissiaux, des archives judiciaires et notariales (testaments, contrats de mariages, inventaires après décès, transactions de type économique) peut servir de base à la reconstitution d’histoires familiales et de stratégies. L’évolution de ces parcours permet d’identifier les différents niveaux d’adaptation au refuge. Nous avons choisi les dates limites de 1650 et de 1730 afin de centrer plus précisément notre étude sur la génération des exilés qui gère l’essentiel de la mutation.

Les moyens

Les concepts de la sociologie de la reproduction et de la transaction sociale

  • 7 Pierre Bourdieu, Le Sens pratique, Paris, 1980, p. 88, 91-92 et 270.

7Pour étudier les permanences et les changements induits par le processus migratoire, nous utiliserons les concepts définis par les sociologues qui, à la suite de Pierre Bourdieu dans Le Sens pratique, Jean Rémy, Liliane Voyé et Émile Servais dans Produire ou reproduire ? utilisent les notions d’habitus et de transaction pour appréhender la vie sociale. Le concept d’habitus7 permet de désigner, par opposition à la transaction, un processus, c’est-à-dire un ensemble de comportements, de pratiques individuelles ou collectives ayant une cohérence interne et aboutissant toujours au même résultat. Transmis d’une génération à l’autre, il est le moteur de la reproduction. Il montre combien le processus hérité du passé peut être reproduit par une personne ou une collectivité au prix d’une adaptation aux conditions présentes. « Produit de l’histoire, l’habitus produit des pratiques individuelles et collectives, donc de l’histoire, conformément aux schèmes engendrés par l’histoire » et « à travers lui, la structure dont il est le produit gouverne la pratique, non selon les voies d’un déterminisme mécanique, mais au travers des contraintes et des limites originairement assignées à ses inventions ». Pierre Bourdieu montre que lorsque l’individu est confronté à un événement, l’habitus suscite une infinité de pratiques qui lui permettent de trouver une solution mais cette infinité est limitée par « le sens commun ». Ainsi, il implique la soumission à l’ordre établi dans tous les domaines (démographique, économique, social...), inductrice de véritables stratégies de reproduction destinées à transmettre pouvoirs et privilèges à la génération suivante.

8L’étude du changement identitaire nécessite donc une bonne connaissance des stratégies familiales, c’est-à-dire l’ensemble des objectifs que s’assigne un groupe et des moyens qu’il met en œuvre pour les atteindre. Or ce processus ne peut être identifié comme tel que s’il se répète d’une génération à l’autre, constituant une sorte de culture familiale propre que chaque génération répète sans en être forcément conscient et sans connaître le fondement ou l’événement initiateur du processus.

9Prenons le cas des familles de marchands saisonniers de l’Oisans présentes dans le Charolais au moins depuis le milieu du XVIe siècle. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, six chefs de familles originaires de Mizoën (en Dauphiné), Paul, Mathieu, Daniel et Simon Vieux (1e et 2e générations), Paul et Pierre Coing (2e génération) déclarent résider à Paray-le-Monial. Leurs enfants nés à Paray-le-Monial se reconnaissent, en Suisse, originaires de la ville. Nous les avons donc pris en compte comme un groupe typique.

10Dans leur cas, le scénario familial répété à Paray-le-Monial par au moins deux générations montre que l’objectif de ces marchands saisonniers est la satisfaction des besoins de la communauté d’origine, c’est-à-dire les 110 feux taillables de l’un des villages les plus pauvres de l’Oisans, Mizoën en Dauphiné, sa pauvreté provenant de l’aridité du sol, de l’isolement, de charges lourdes pour l’entretien des ponts et des chemins et surtout de l’absence de communaux.

11À partir de ce constat, tous leurs comportements prennent de la cohérence : en témoigne le fait que les quatre familles présentes de façon permanente ou temporaire à Paray-le-Monial, les Vieux, les Coin, les Bérard et les Delor représentent 70 % des patronymes de Mizoën en 1686. Sur le plan économique, le commerce des régions de production (sauvagine de l’Autunois et du Charolais, épicerie lyonnaise...) vers les lieux de consommation (Lyon, Autun, le Charolais, Genève) leur permet de s’enrichir et de faire des donations importantes (testaments, legs) à Mizoën. L’efficacité du système repose sur une bonne maîtrise de l’espace entre Genève-Autun-Mizoën et des relations fiables entre les parties. Des associations, conclues exclusivement entre les quatre familles précitées, chacune ayant plusieurs représentants dans les villes ou régions de négoce, se font et se défont selon des contrats à durée déterminée établis entre elles. Sur le plan démographique, l’endogamie multiplie les mariages entre les familles nourricières et permet de renforcer leurs liens avec la communauté d’origine. Sur le plan social et religieux, les activités (certains sont consuls) et donations se font exclusivement à Mizoën. Certains émigrés reviennent au village pour se marier, y faire naître leurs enfants et y mourir. Grâce aux dons des colporteurs devenus marchands et bourgeois, le village a pu acheter des alpages. En 1671, il détient un fonds de 1 775 livres et prête de l’argent aux communautés voisines. Pourtant, les comportements n’ont pas changé : entre 1660 et 1685, le niveau d’assistance assuré par la vingtaine de marchands établie dans le Lyonnais et en Bourgogne du sud reste très élevé (en 1671, ils paient toutes les tailles). Il existe donc bien, pour ces familles originaires de l’Oisans, une stratégie familiale en faveur de laquelle se reproduisent un certain nombre de pratiques :

– L’endogamie limitée aux familles de marchands,
– La migration des jeunes,
– Le commerce itinérant en Bourgogne du sud, à Lyon et à Genève,
– La pratique exclusive du négoce des produits du colportage : épicerie, mercerie, sauvagine,
– L’association exclusivement limitée à des partenaires originaires de Mizoën,
– Une égalité stricte fondée sur la proportionnalité entre les gains ou les pertes avec les investissements d’origine,
– Des pratiques contractuelles écrites garantissant juridiquement les transactions,
– L’habitat collectif.

12Si le concept d’habitus permet de cerner la part reproduite des pratiques de la communauté de Mizoën, il ne nous permet pas, par contre, de saisir la part croissante d’autonomie prise à son égard.

Le concept de « transaction »

  • 8 Liliane Voyé, « Transaction et consensus supposé » dans Maurice Blanc (dir.), Pour une sociologie d (...)
  • 9 Bernadette Bawin-Legros, « Le concept de transaction sociale dans l’analyse sociologique du divorce (...)

13Il est défini par Liliane Voyé comme « un phénomène diffus et continu, non nécessairement explicite dans ses objectifs et ses procédures, et non pleinement conscient chez ses acteurs […c’] est une modalité du rapport social par laquelle des acteurs concernés par un enjeu médiatisé par un objet commun développent des intérêts qui sont partiellement complémentaires mais aussi partiellement opposés, chacun s’efforçant de faire valoir son point de vue et d’atteindre ses objectifs »8. Bernadette Bawin-Legros, de son côté, l’analyse comme « un ensemble de pratiques novatrices, antagoniques des acteurs pour passer de la stabilité au changement »9.

14Considérant que la réalité première est la relation, on envisagera la vie sociale comme animée par des acteurs en situation d’interaction pour la poursuite de leurs intérêts et disposant d’un certain nombre de ressources pour promouvoir leur stratégie.

15La transaction suppose intrinsèquement, au départ de la relation, des intérêts divergents et la volonté des protagonistes d’aboutir, dans leur intérêt propre, à un accord. Ce projet induit donc un processus de conciliation dans lequel chacun d’eux devra renoncer plus ou moins à une part de ses prétentions pour aboutir à une satisfaction partielle mais estimée suffisante. Cette démarche met en œuvre différentes phases d’initiative, d’information, de négociation, de réaction, de nouvelles initiatives, etc. pour s’achever sur une clôture qui scelle l’accord par un acte oral, symbolique ou juridique. Cette interaction à travers laquelle chaque protagoniste est amené à cerner plus précisément ses intérêts fondamentaux : s’informer sur les propositions faites, réévaluer la part qu’il peut concéder, faire taire ses récriminations, se situe dans l’espace créatif que chacun s’accorde, en dehors de son cadre de référence. Cet espace négociable, créé dans la relation, donne la mesure de la part d’autonomie dont disposent les interlocuteurs ; en cela, il est distinct de l’habitus qui, lui, maintient les relations à l’intérieur du cadre. La transaction débouche sur un accroissement des ressources négociées mais aussi personnelles, car chacun a enrichi, par l’exploration puis l’expérimentation d’un nouveau système de référence, le sien propre.

16Appliqué par l’analyse transactionnelle à la compréhension psychologique des individus et des familles, le concept de transaction trouve des applications dans l’étude des relations économiques et sociales et des rapports de pouvoirs. Nous pensons qu’il peut être un outil utile à la compréhension de l’histoire.

17Ainsi, pour notre étude, nous identifierons d’abord, pour un type donné, dans un temps et dans un espace donnés, les acteurs qui constituent des réseaux relationnels à différents niveaux : activité, intimité. Nous essaierons de définir la transaction qui existe entre la communauté protestante d’une part, la communauté catholique et les agents de la Contre-Réforme d’autre part. Puis nous étudierons et regrouperons les différents types de transactions utilisés par les groupes constitués.

18Dans le cas de Mathieu Vieux, nous le voyons peu à peu prendre racine à Paray-le-Monial : il achète une maison sur la place du marché, l’agrandit (1663), y laisse naître ses enfants, et développe des relations d’activité, d’amitié et de confiance avec l’ensemble de la communauté (catholique et protestante) qui l’invite à des mariages ou le sollicite comme témoin à la signature de testaments. Lorsqu’il marie deux de ses enfants à Mizoën, le pasteur mentionne les annonces faites au temple de la Nocle, soulignant qu’il est le lieu « ou nos freres de Paroy le Moneau participent aux exercices publics de la piete ». La fraternité soulignée marque bien, sur le plan émotionnel, la double appartenance.

19Nous constatons donc qu’il innove par rapport au scénario fondamental, manifestant par des actes tangibles une rupture partielle avec l’habitus. Par la relation affective, la plus forte, il appartient d’abord et désormais à la communauté de Paray. À Genève, ses fils l’identifient, lors de la signature de leurs contrats de mariage, comme « marchand de Paray-le-Monial ». La mention « originaire de Mizoën », encore utilisée à Paray, disparaît dans les références des enfants. Pour ce groupe familial, la transaction se caractérise par :

– Le choix de la sédentarité et l’appropriation d’une maison au centre de la ville,
– La spécialisation du négoce,
– Le clivage entre les relations d’activité exclusives et des relations d’intimité ouvertes et diverses, reflet de la double appartenance de ce groupe et de son objectif prioritaire.

20Ces familles de l’Oisans accroissent fortement leurs ressources grâce en particulier au négoce de l’épicerie en gros. Elles se sont enrichies (en 1690, Mathieu Vieux lègue à Genève plus de 15 000 livres de biens à ses quatre enfants), établies à Paray, Autun, Lyon et Genève et ont développé des capacités professionnelles et morales, des valeurs dont l’ensemble leur est spécifique : la mobilité géographique, l’adaptation au marché, à des milieux géographiques et sociaux différents, le sens des responsabilités, la prise en charge familiale, la compassion à l’égard de la pauvreté, la ferveur religieuse.

  • 10 Jean Kellerhals, Marianne Modak et Jean- François Perrin, « Transactions interindividuelles, cohési (...)

21La confrontation de l’habitus et de la transaction témoigne d’un compromis de coexistence où la part de reproduction du système de « nourrissage » de la communauté d’origine est importante, avec les mêmes partenaires, les mêmes circuits et les mêmes pratiques. Pour faire face à un enjeu aussi vital avec aussi peu de ressources, ils ont dû développer des pratiques à la fois extrêmement efficaces et sûres mobilisant et développant toutes leurs capacités. Ce système hyper normatif, établi au prix d’un énorme effort d’adaptation, fut créateur de ressources, mais l’obligation de réussite et l’importance de l’enjeu les a limités à une fonction d’assistance réductrice, puisque dépendante de leur communauté. En utilisant la terminologie proposée par Jean Kellerhals, Marianne Modak et Jean-François Perrin, nous constatons qu’il s’agit d’une relation d’unité positionnelle définie par des acteurs « qui partagent certaines caractéristiques mais se différencient par rapport à d’autres » et sont « les occupants d’un rôle donné parmi d’autres »10.

22Dans la transaction, on constate une distension des rapports d’interdépendance avec la communauté d’origine – c’est-à-dire de la logique de reproduction – et l’acquisition progressive de comportements autonomes, d’une dynamique modifiant peu à peu l’identité. Le passage de la relation de domination à la relation d’autonomie s’est faite probablement par l’écoute, l’observation puis l’expérimentation d’un autre système de valeur, en l’occurrence celui de la cohabitation parodienne.

23La question se pose de savoir comment ce processus en cours a déterminé le choix du départ ou du maintien en 1685 et comment il évolue à Genève avec la génération des cinq enfants. Nous reprendrons alors les différents aspects de la transaction pour cerner, à nouveau, la part d’habitus conservée et la part d’innovation mise en œuvre.

24Si nous considérons, par exemple, l’endogamie entre les familles de marchands de Mizoën, nous constatons pour les enfants de Mathieu Vieux, mariés entre 1686 et 1699, que deux d’entre eux, Elizabeth puis Daniel, épousent avant le départ des ressortissants de Mizoën, Jacques Vieux et Marie Bonnet, tandis qu’à Genève, Mathieu épouse une émigrante de Paray, Madeleine Viridet, que Pierre choisit une ressortissante de Mizoën, Marguerite Bonnet, et que Paul, lui, innove en épousant la fille d’un citoyen de Genève, Olympe Capitel.

25Sur le plan démographique, la puissante endogamie d’origine est maintenue par trois d’entre eux puisque les sœurs Bonnet sont les filles du pasteur de Mizoën et d’Isabeau Vieux. Mais la diversité des choix permet de saisir le passage de l’endogamie à l’exogamie (avec une phase intermédiaire) et l’explosion du système de référence concernant le choix de l’épouse. On mesure, pour une génération, la complexité du processus d’innovation par rapport à l’habitus. Il est clair que ce processus, dans ce cas, est très inégalement réparti.

26La seconde génération marque un rétablissement de l’habitus puisque, sur cinq mariages, l’endogamie primitive n’est strictement conservée que pour Paul Vieux fils de Jean (de Paray), qui épouse Jeanne Elizabeth Vieux, fille de Daniel (de Paray), tandis que, dans trois cas, un renouvellement s’effectue avec les alliés Assiotti originaires de Venise et surtout les Capitel-Arlaud, deux puissantes familles genevoises. Mais pour cette génération née à Genève, l’endogamie ne fait que se renouveler.

27Affineur d’or et argentier, Jérôme Capitel devient, malgré maintes péripéties et suspicions de la part de la justice genevoise, maître de la Monnaie de Genève entre 1656 et 1664. Paul Vieux épouse Olympe Capitel en 1691 (dot de 3 000 florins), tandis qu’Anne Vieux (fille de Mathieu) épouse le 8 mai 1722 André Arlaud, chirurgien, fils de Jacques Arlaud et de Suzanne Capitel (dot de 2 100 florins), et que Pierre (fils de Pierre) épouse Jeanne Jacqueline Arlaud. Par ces alliances, les Vieux élargissent leur base sociale et intellectuelle : chirurgien à Londres puis à Genève, lettré et savant, André Arlaud apparaît comme un homme des Lumières.

28Sur le plan économique, les trois frères puis leurs fils fondent, avec d’autres associés, ressortissants de Mizoën (les Delor), de Genève (Louis Blandin) et de Venise (Georges François Assiotti), des sociétés de commerce régulièrement renouvelées entre 1700 et 1716 (Vieux-Blandin), puis en 1728 (Vieux-Assiotti), en 1759 et en 1770 (Vieux-Delor). Les produits négociés sont l’épicerie, la chapellerie et la joaillerie. Les ressources familiales s’accroissent considérablement et les parts investies dans les sociétés de négoce augmentent (en 1716, 8 250 livres pour Daniel Vieux). Les espaces parcourus font fi des frontières et des continents. En 1723, Daniel Vieux est à Erlangen, près de Nuremberg. En 1764, Jacques Assiotti, le petit-fils de Mathieu Vieux, est à Batavia, en Indonésie. Une partie importante de la seconde génération quitte Genève. D’une génération à l’autre, les héritages s’étoffent, puis régressent pour la génération de l’exil, avant de s’envoler : dans la lignée de Mathieu Vieux, une part représente 3 400 livres en 1640, 3 900 livres en 1691 sans compter les biens laissés en France ; lorsqu’il décède, en 1789, l’épicier Pierre Vieux, qui n’a pas de descendance, délaisse pour 19 637 livres de biens.

29En 1691, Paul Vieux loue une boutique et une maison au centre ville, au Bourg-du-Four. En 1726, Daniel et Mathieu Vieux habitent à l’enseigne du Petit More, au même endroit. Les solidarités familiales persistent. Dans son testament, Pierre Vieux offre à sa sœur Elizabeth une pension viagère de 60 livres par an. Restée célibataire, Marie Anne Vieux (fille de Mathieu) bénéficie pendant 15 ans des services et des « soins non interrompus » de sa nièce « sans exiger aucun salaire ». Elle fait d’elle son héritière universelle.

30Nous constatons la permanence de certaines pratiques de l’habitus :

– La migration des jeunes,
– L’endogamie,
– Les associations à durée déterminée avec un partenariat familial ou originaire de Mizoën (Delor),
– Un négoce portant sur les anciens produits du colportage (épicerie, chapellerie),
– L’habitat commun,
– Le maintien de solidarités familiales.

31La transaction se caractérise par :

– La rupture avec Mizoën, le village d’origine,
– Des mariages conclus dans la classe des professions libérales et en dehors des familles originaires de Mizoën,
– Des associations incluant des partenaires extérieurs au groupe originaire de Mizoën,
– L’introduction de nouveaux produits dans le négoce : la joaillerie et l’horlogerie,
– La pratique d’activités autres que le négoce,
– L’intégration de valeurs culturelles, scientifiques et l’adhésion aux Lumières.

32En confrontant habitus et transaction, nous constatons que le caractère hyper normatif du système d’origine a disparu. La diversité des pratiques, l’ouverture à de nouvelles valeurs ont élargi le système de référence et ont introduit beaucoup plus de souplesse et de possibilités de choix pour les acteurs.

33Par rapport aux autres familles de Paray-le-Monial, les Vieux ont été les seuls à posséder les capacités d’adaptation nécessaires pour affronter l’épreuve de l’exil. L’habitus les avait adaptés au processus migratoire et au négoce tandis que la transaction leur avait permis d’évoluer vers une vie sédentaire plus autonome. L’exil genevois a accéléré un processus en cours : la rupture forcée avec Mizoën a fait disparaître l’essentiel de l’habitus, c’est-à-dire le recours à l’exclusivité, et a permis un accroissement de la transaction. Il en est résulté une ascension sociale fulgurante et une ouverture intellectuelle remarquable.

Le concept de traumatisme

34Les concepts de transaction, d’habitus et de ressources permettent de saisir la construction d’un équilibre tendant à la formation d’une nouvelle identité. Or, cette mutation ne se fait pas sans crises.

  • 11 Léon Grinberg et Rebeca Grinberg, Psychanalyse du migrant et de l’émigré, Lyon, 1986, p. 166, 114, (...)

35Le phénomène migratoire a donné lieu à de nombreuses études psychologiques. Dans Psychanalyse du migrant11, Léon et Rebeca Grinberg ont rassemblé leurs nombreuses expériences pour décrire cette phase traumatique aiguë qu’est le processus migratoire. Ils montrent en particulier les états de désorganisation affectant le sentiment d’identité.

36Pour cela, ils définissent les trois liens qui forment la base du sentiment d’identité et qui, selon leur expérience, sont affectés d’une manière générale : il s’agit du lien d’intégration spatiale, c’est-à-dire du sentiment d’individualisation, du lien d’intégration temporelle et, surtout, du lien d’intégration sociale. « Le lien social du sentiment d’identité est plus manifestement affecté par la migration, puisque justement les plus grands changements se produisent en relation avec l’environnement ». L’immigrant a des difficultés à « trouver sa place » et à récupérer la position sociale et le statut professionnel qu’il avait dans son pays d’origine.

37La nécessité de renoncer aux biens matériels et aux relations de l’ancien environnement, donc à une part de sa personnalité, produit d’abord chez le migrant des processus de deuil accompagnés de sentiments de solitude, de carence et de détresse. Il aboutit parfois à la création d’un espace transitionnel dans lequel des objets issus de l’ancien environnement servent de lien entre l’ancien et le nouvel espace. Dans des cas extrêmes, lorsque la confusion persiste ou s’aggrave, les crises débouchent sur le délire de la persécution ou des mélancolies profondes accompagnées d’un intense sentiment d’appauvrissement.

38Puis dans un second temps, « apparaissent la tristesse et la nostalgie du monde perdu » ; l’immigrant commence à pouvoir « souffrir sa douleur ». Le renoncement partiel à la culture d’origine ne se fait pas sans des efforts épuisants à la fois pour supporter la douleur du deuil et répondre aux nouvelles nécessités du temps présent. Cette phase s’accompagne de sentiments de culpabilité à l’égard de ceux qui sont restés, et pour ceux qui s’adaptent rapidement, vers la deuxième ou la troisième année, du syndrome de la « dépression différée ».

39Enfin, dans une dernière étape, le migrant récupère la capacité de faire des projets, le plaisir de penser, de désirer. Son passé est alors vécu comme son passé et non comme un « paradis perdu ». Dans ce processus, le travail revêt une importance énorme, « comme facteur organisateur et stabilisateur de la vie psychique », permettant au nouveau migrant de trouver sa place, de mettre en œuvre sa capacité créative et l’aider à « réparer » les dommages psychiques qu’il a subis. Selon Léon et Rebeca Grinberg, « cette élaboration facilite l’intégration de la culture d’origine avec la culture nouvelle, sans que l’émigrant ait à renoncer à aucune d’elles ». C’est un « remodelage » qui débouche alors sur un enrichissement de la personnalité signifiant une sorte de renaissance porteuse de nouvelle créativité. Si ce processus est caractéristique de la migration, il varie, en intensité, en fonction de nombreux facteurs. Les liens familiaux solides et stables favorisent son élaboration tandis qu’à l’inverse, des liens conflictuels accentuent les difficultés et débouchent sur des ruptures.

40Nous pouvons nous demander si les informations que nous livrent les documents d’archives nous permettent de saisir les symptômes manifestés aux différents stades du traumatisme.

41Prenons le cas de Marie Gravier, fille de Samuel Gravier, avocat, conseiller au Parlement de Paris, établi dans son domaine des Bessons, près de Paray-le-Monial. Émigrant avec l’une de ses sœurs et trois cousines, à l’âge de 20 ans, elle est recensée à Nyon de 1693 à 1700, puis s’installe à Genève où elle profite de la protection de sa cousine Jeanne- Marie Guyot, épouse, puis riche veuve du trésorier du Dauphiné, Vincent Vial. Après le décès de celui-ci, Marie Gravier obtient en faveur d’une nièce recueillie l’aide de la Bourse française (1723). Mais le 7 octobre 1743, alors qu’elle est âgée de 70 ans, elle se rend à Lausanne où elle demande son agrégation à la Bourse française de la ville. Elle l’obtient gratuitement en faisant valoir que des parentes proches (il s’agit de ses cousines, Marie et Judith Gravier, directrices de l’hôpital en 1688) ont largement contribué à son établissement. Dès lors, les archives de la Bourse française contiennent de nombreuses mentions la concernant. Par des exigences souvent incohérentes compte tenu de ses ressources (7 346 livres léguées à la Direction alors qu’elle dépense environ 150 livres par an), par chantage, elle obtient successivement une chambre à l’hôpital, un appartement, puis, à la suite d’une chute, un lit dans une boutique de boulangerie ! Protestations des boulangers à qui elle fait perdre des clients et auxquels elle ne veut payer aucun loyer… La Bourse française nomme des médiateurs qui paient, atténuent les conflits et se félicitent finalement, après sa mort, de leur « extrême prudence » : le legs a été maintenu.

42Ces péripéties semblent témoigner, à première vue, des caprices d’une vieille dame aisée, bien décidée à se servir de son legs pour se faire prendre en charge par une œuvre d’assistance. Mais l’instabilité spatiale qu’elle manifeste à la fin de sa vie peut être aussi l’expression d’une impossibilité à trouver sa place. Après 43 ans passés à Genève, elle quitte cette ville où est rassemblée alors la plus grande partie de la communauté issue de Paray-le-Monial, et, à 70 ans, entame un nouveau processus de migration interne à Lausanne. Elle justifie cette décision par le désir qu’elle a de se rapprocher de ses parents. Mais dans son testament, daté du 23 mars 1747, elle ne fait aucune mention d’eux (alors qu’elle les citait dans le premier, enregistré à Genève le 6 avril 1725) et lègue sa fortune aux réfugiés pauvres de Lausanne et 400 francs au boulanger qui l’a logée. La comparaison entre les deux testaments révèle dans ses relations la disparition du cercle familial remplacé par le cercle anonyme des pauvres et d’un propriétaire excédé. Finir sa vie dans une boutique, alors qu’elle a vécu dans la maison-forte des Bessons, près de Paray-le-Monial, fut peut-être pour elle le seul moyen d’échapper au sentiment de solitude. Ce rétrécissement du système relationnel est révélateur d’une migration qui a échoué. En nous référant aux critères de Léon et Rebeca Grinberg, il semblerait que Marie Gravier n’ait pu franchir le premier stade du traumatisme, celui de la confusion liée à l’impossibilité de se créer des repères spatiaux et sociaux nouveaux.

43Il est intéressant de remarquer que les conditions de sa migration furent défavorables. Issue d’une famille de convertis apparemment zélés, en rupture avec la communauté protestante, elle a reçu une éducation catholique puis a quitté sa famille et son pays avant l’âge de 20 ans. Parmi ses trois sœurs, une seule choisit, comme elle, l’exil genevois, mais revient à Paray-le-Monial après le décès de ses parents, en 1711. Dans cette famille éclatée, Marie, à la fois femme et célibataire, affronte alors l’épreuve seule, avec des handicaps importants.

44Relever dans les archives toutes les marques de souffrances, de perturbation, les causes des décès, mais aussi les manifestations émotionnelles d’adaptation au pays pour les confronter aux travaux des psychologues, peut fournir des indications intéressantes pour formuler des hypothèses porteuses de cohérence, et permettant d’apprécier, à un moment donné, le niveau d’intégration.

Conclusion

45L’histoire de l’adaptation au refuge est celle de bouleversements souvent considérables dans les destins humains. À travers les histoires familiales reconstituées dans leur interaction avec leur milieu d’origine puis avec le pays d’accueil, peut être évalué le niveau d’adaptation et d’intégration au refuge. Pour certains de ces exilés qui ont choisi la voie de la rupture, des pertes et des souffrances afin de sauvegarder la fidélité à leurs valeurs fondamentales, l’énergie consentie dans l’effort de reconstruction s’est démultipliée, par l’effet de la transaction, dans leur vie nouvelle. Il importe de faire le bilan de cet enrichissement à la fois démographique, socio-économique, culturel, religieux et intellectuel, de la première génération. Par contre, lorsque l’exil est vécu comme une réaction émotionnelle à la situation d’origine et non comme un choix distancié et réfléchi, l’individu cumule les traumatismes et s’enfonce parfois dans un processus pathologique. Entre ces situations extrêmes, se décline toute la gamme des cas intermédiaires variant, à l’intérieur même des familles, d’un individu à l’autre. La comparaison, pour les uns et les autres, des conditions de réussite et d’échec, permet de mettre en évidence les critères qui ont contribué à « enrichir » les uns, limiter, voire détruire les autres. Les nombreuses analogies existant dans les transactions mises en œuvre par les groupes familiaux ou (et) par les groupes socio-professionnels d’une petite ville comme Paray-le-Monial, offrent la possibilité d’établir une typologie regroupant les personnes, les familles ou groupes à processus similaires. On peut ainsi distinguer ceux qui, agis essentiellement par le processus reproductif, restent ancrés à leur cadre initial et manifestent des traumatismes inhérents à l’irréalité de leurs repères, tandis que d’autres, fonctionnant dans un processus transactionnel, s’engagent sur la voie de l’innovation et intègrent de nouveaux repères ; il s’agit, dans leur cas, de montrer comment les ressources mises en œuvre en France ont été réinvesties, renouvelées et accrues dans des activités, des pratiques et des valeurs nouvelles. Enfin, la mise en perspective du processus enclenché par deux ou trois générations peut dessiner une évolution révélatrice des acquis et des carences. Elle peut permettre, dans certains cas, d’éclairer la différence existant entre l’adaptation au pays, c’est-à-dire la soumission à un nouvel ordre donnant l’apparence d’une migration réussie, et l’intégration du migrant qui se fait par l’appropriation de nouveaux repères et la construction d’une identité « métissée ».

Haut de page

Bibliographie

Eckart Birnstiel et Chrystel Bernat (dir.), La Diaspora des Huguenots. Les réfugiés protestants de France et leur dispersion dans le monde (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Éditions Honoré Champion, 2001.

Maurice Blanc (dir.), Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan, 1992.

Didier Boisson, Les Protestants de l’ancien colloque du Berry de la révocation de l’édit de Nantes à la fin de l’Ancien Régime (1679-1789) ou l’inégale résistance des minorités religieuses, Paris, Éditions Honoré Champion, 2000.

Pierre Bourdieu, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

Michel Crozier et Ehrard Friedberg, L’Acteur et le système, Paris, Seuil, 1981.

Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, XVe-XIXe siècles, Albin Michel, 1993.

–––, Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales (XVIIe-XVIIIsiècles), Grenoble, 2003.

Léon Grinberg et Rebeca Grinberg, Psychanalyse du migrant et de l’émigré, Lyon, Césura Lyon Édition, 1986.

Luigi Lorenzetti, Économie et migrations au XIXe siècle : les stratégies de la reproduction familiale au Tessin, Berne, Berlin, Bruxelles, Francfort/M., New York, Vienne, Peter Lang SA, Éditions Scientifiques européennes, 1999.

Michelle Magdelaine et Rudolf von Thadden, Le Refuge huguenot, Paris, A. Colin, 1985.

Geneviève Massard-guilbaud (dir.), Siècles, n° 1, « Histoires de migrations », 1995.

Jean Rémy, Liliane Voyé et Émile Servais, Produire ou reproduire ?, Bruxelles, Éditions ouvrières, 1980.

Liliane Voyé, Sociologie, construction du monde, construction d’une discipline, Bruxelles, De Booeck Université, 1998.

Myriam Yardeni, Le Refuge protestant, Paris, PUF, 1985.

Haut de page

Notes

1 Myriam Yardeni, Le Refuge protestant, Paris, 1985, p. 9-11.

2 Michelle Magdelaine et Rudolf von Thadden, Le Refuge huguenot, Paris, 1985.

3 Eckart BirnsTiel (dir.), La Diaspora des Huguenots, Paris, 2001.

4 Annette Pabst-Béziat, « Les réfugiés protestants du pays castrais et leur dispersion dans le monde » dans E. Birnstiel (dir.), op. cit., p. 119-139.

5 Didier Boisson, Les Protestants de l’ancien colloque du Berry de la révocation de l’édit de Nantes à la fin de l’Ancien Régime (1679- 1789), ou l’inégale résistance des minorités religieuses, Paris, 2000, p. 318-334.

6 Germaine Lemétayer, Les Protestants de Paray-le-Monial de la cohabitation au Refuge (1650-1750), thèse en cours sous la direction de Bernard Dompnier.

7 Pierre Bourdieu, Le Sens pratique, Paris, 1980, p. 88, 91-92 et 270.

8 Liliane Voyé, « Transaction et consensus supposé » dans Maurice Blanc (dir.), Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, 1992, p. 195.

9 Bernadette Bawin-Legros, « Le concept de transaction sociale dans l’analyse sociologique du divorce » dans Maurice Blanc (dir.), op. cit., p. 219.

10 Jean Kellerhals, Marianne Modak et Jean- François Perrin, « Transactions interindividuelles, cohésion du groupe et normes de justice » dans Maurice Blanc (dir.), op. cit., p. 172.

11 Léon Grinberg et Rebeca Grinberg, Psychanalyse du migrant et de l’émigré, Lyon, 1986, p. 166, 114, 120 et 122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Germaine Lemétayer, « Histoire des familles et histoire des minorités : Les Vieux, de Paray-le-Monial au refuge », Siècles [En ligne], 19 | 2004, mis en ligne le 02 mars 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://siecles.revues.org/2434

Haut de page

Auteur

Germaine Lemétayer

CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org