Navigation – Plan du site

Introduction

Gérard Loubinoux
p. 3-7

Entrées d’index

Mots-clés :

empire

Keywords :

Empire

Index chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’empire n’est pas un sujet d’étude qui s’impose naturellement à une assemblée de chercheurs réunis par leur intérêt pour le XVIIIème siècle. Cela tient peut-être à l’ombre affective jetée sur les consciences par l’empire napoléonien perçu d’abord comme élément inaugural d’une tout autre époque, d’une tout autre légende. Doit-on pour autant s’acharner à renverser l’optique et à vouloir fouiller le XVIIIème dans l’espoir d’y dénicher les prodromes de l’empire ? L’une et l’autre optiques pèchent par schématisme. Il n’est pas nécessaire de s’abandonner à la tentation d’un déterminisme sommaire et de vouloir à tout prix chercher des origines ou des aboutissements.

2Ceci posé, si la tentation existe, c’est justement parce que l’empire s’y prête, pas seulement celui de Napoléon. Nous nous trouvons, avec un tel sujet, à la croisée de l’histoire positive et de sa rêverie. Jean Ehrard, le littéraire, rappelle que « l’empire est une réalité de fait » tandis que Jean-Luc Chappey, l’historien, note qu’il y a là une notion « susceptible d’alimenter rêves et nostalgies ». C’est dire que la question a des racines anthropologiques dépassant de loin le cadre étroit que nous nous sommes fixé.

3Si le thème offre quelque universalité, il importe d’en définir les constantes avant de se pencher sur le traitement particulier qu’en a pu faire la période qui nous intéresse. La composante métaphysique est un des éléments fondateurs de notre problématique. Réalité de fait, l’empire pose de façon aiguë la question téléologique. Comme le rappelle Jean-Louis Jam, la chute des empires — tout comme leur existence d’ailleurs — est « sujet de méditation sur les fins dernières ».

4De l’examen des faits ressort la répétition d’un scénario qui voit l’érection d’un prodigieux édifice, nommé empire, unifiant peuples et nations, aboutir à un effondrement, lequel semble inscrit dans ses destinées. L’Ancien Testament apporte sa réponse : la diversité des peuples, l’émiettement des civilisations, mis en parabole dans l’épisode de la tour de Babel (de Babylone), est sanction de la prétention à la maîtrise, par une construction humaine, de l’ensemble de la communauté des hommes. La chute de Babylone et de l’empire de Nabuchodonosor redouble la sanction. Les grands débats chrétiens sur la double nature christique, son instauration en dogme par l’Église de Rome dès le concile de Chalcédoine, fondent et confortent la doctrine des deux pouvoirs. Le pouvoir impérial n’apparaît plus alors comme défi humain à la suprématie divine, mais comme réalisation d’un dessein divin sur les hommes. Il n’y a pas de chute envisageable mais seulement un aboutissement. L’Empire romain est présenté comme le creuset temporel de la chrétienté, comme le vecteur de son triomphe. L’Empire d’Orient, ceux de Charlemagne, puis d’Othon en sont la continuation. Bien évidemment, cette vision, très médiévale, ne tient plus au XVIIIème siècle. Les articles des dictionnaires, ceux de l’Encyclopédie — Lucette Pérol le met en évidence — reviennent sur la dégradation inexorable et la chute des empires. Le dessein divin laisse la place à une vision beaucoup plus machiavélienne. L’empire se définit par l’empereur, belle tautologie formulée par d’Holbach, mais qui traduit le sentiment d’avoir bel et bien affaire à un fait humain, de pure politique. L’empire devient « phénomène objectif dont il convient d’expliquer les mécanismes par le seul moyen de la raison » (J.-L. Jam). C’est ce à quoi s’attache Montesquieu qui voit dans l’empire « une sorte de monstre institutionnel », mécanique perverse, offrant le despotisme pour tout horizon et un penchant irrésistible à « s’agrandir indéfiniment » (J. Ehrard). L’abbé Casti, né en terre romaine, et que ses pérégrinations ont conduit au centre névralgique des deux empires chrétiens survivants, très sensible à cette dernière idée, insiste, dans ses nouvelles érotiques et ses épopées burlesques, sur l’appétit insatiable et ravageur des fondateurs d’empires. Les images du géant, de l’ogre, du colosse, réinvesties politiquement, planent sur ses récits. La chute du colosse est, chez lui aussi, inscrite dans les destinées impériales (G. Loubinoux). Bonaparte lui-même, dans sa jeunesse du moins, adhère à cette vision cyclique et s’il est fasciné par les grands conquérants que sont les empereurs, considère néanmoins le déclin et la chute comme un autre état de fait (Ph. Bourdin). Comme Casti, il s’en prend alors à l’ambition qui « ne finit qu’après avoir tout consumé », conclusion que, sans doute, il oubliera par la suite.

5La raison, non totalement délivrée des vieux schémas, cherche des compromis entre logique linéaire de l’accomplissement et sentiment d’une cyclicité inexorable. Elle cherche dans le présent de quoi exercer son acuité. Le Saint Empire romain germanique se présente à elle comme évident témoignage, moribond, spectral, de la réalité impériale. Son examen n’apporte pas de réponse claire : son état de délabrement, une fois constaté, doit-il être interprété comme confirmation d’une loi inexorable du déclin ou peut-on imaginer, comme le fait Hegel, une possible régénérescence par l’adoption de réformes institutionnelles aptes à lui donner un sens nouveau, dans une Europe moderne (J. Delinière) ? Cette fin d’empire ne représenterait-elle pas un simple avatar dans une destinée de très longue haleine ? Le cycle ne serait-il pas alors qu’un simple élément dans un processus de progrès ? L’instable roue de la Fortune ne céderait-elle point la place à des réincarnations successives, à chaque fois supérieures, de l’entité impériale ? Le dessein divin ne laisserait-il pas place à un autre dessein, à un autre type d’accomplissement ?

6N’est-ce pas dans une logique de ce genre que Diderot croit voir dans l’Empire russe l’opportunité d’un commencement ? Il se plaît à rêver d’une (re)construction impériale qui se fonderait sur d’autres conquêtes que celle des armes. En s’adressant directement à l’impératrice, il ne fait que suivre le glissement, de l’empire à l’empereur, relevé dans les dictionnaires par Lucette Pérol. Comme Hegel, faisant appel, pour mener à bien sa régénération de l’empire, à un « nouveau Thésée » à venir, le philosophe français appuie ses espoirs sur les talents d’une personne unique et hors du commun : cette Catherine que, sous les traits de l’ogresse Cattuna, Casti, plus machiavélien et donc plus pessimiste, récuse violemment.

7Cependant, en dépit de leur angle d’approche antithétique — début d’empire / fin d’empire —, Diderot et Hegel focalisent leur intérêt sur une seule et même nécessité : fédérer, sous une même autorité suprême, une mosaïque de communautés séparées par les vicissitudes de l’histoire politique, religieuse, culturelle… La vieille malédiction babélienne, disqualifiée, mais sous-jacente, semble appeler un remède paradoxal dans l’érection d’un nouvel édifice impérial ou, mieux, d’un édifice impérial nouveau. C’est que la préoccupation téléologique ayant cédé la place à une vision franchement laïque, l’émiettement de l’humanité n’est plus perçu comme châtiment, mais comme effet délétère de l’héritage féodal. Entrave à la libération et au progrès de l’humanité, cet émiettement ne peut se résoudre que par une dynamique impériale. Et comme les enchaînements logiques ont la vie dure, se pose à nouveau la question de l’investiture. Un empereur certes, mais légitimé par quelle instance supérieure ? Lucette Pérol rappelle les réticences de Diderot face à une investiture de type religieux, affirmant que « Catherine et Montesquieu ont ouvert leurs ouvrages par Dieu, ils auraient mieux fait de commencer par la nécessité des lois, fondements du bonheur des hommes ». Jean Delinière montre que si Hegel, un gros quart de siècle plus tard, conférait, en dernier ressort, l’investiture impériale aux représentants princiers dispersés d’une nation allemande assez imprécise dans ses contours, il recentrait cet empire germanique rénové sur l’armée impériale, et sur un empereur largement auto-proclamé.

8Tout cela ne brille pas par la cohérence du propos. Jean-Luc Chappey, se penchant sur les discours bourgeonnant autour de la notion d’empire, au moment où l’on débat de son instauration, insiste sur l’inconsistance, ou plutôt sur le flou qui l’entoure. « Véritable bricolage théorique » la notion d’empire joue sur un « effet de brouillage » : mêlant l’hybridation du vieux rêve babélien et de l’aspiration à réunir peuples et nations sous la même bannière d’un empire « républicain et populaire », elle en appelle elle aussi à un « imperator », « c’est-à-dire [à un] chef de guerre victorieux » se muant en « empereur, chef suprême de l’État ». Philippe Bourdin s’attache, de son côté, à scruter la façon dont la propagande bonapartiste navigue en louvoyant entre un argumentaire où l’entreprise impériale est accomplissement logique, programmé, de la grande geste révolutionnaire et la mythique du chef de guerre dont les succès sont autant de preuves de son élection par la Fortune, laquelle devient alors seule véritable instance investitrice. Continuité ou rupture ? Telle est, schématiquement, la question. Résurrection providentielle de l’empire de Charlemagne ou consécration des acquis de la Révolution ? L’importance du problème n’échappera pas à Fouché qui en mesurera bien les implications pratiques dans les analyses qu’il en fera, après coup, attribuant la chute, non à une quelconque Fortune adverse, mais à « la soif d’une domination tyrannique ». Mais, en attendant la chute et le châtiment, et pour que l’empire prenne corps, il faut bien que l’investiture en fasse autant. Jean-Louis Jam analyse, de façon pointue, le cérémonial du sacre par lequel Bonaparte résout les contradictions par un rituel où l’investiture divine, chère au dogme catholique de la double nature, est rappelée pour mémoire, mais seulement pour mémoire, façon habile de se placer dans une continuité prestigieuse, sans pour autant renier ouvertement le rejet des anciennes tyrannies.

9On le voit donc, s’il est hors de question de présenter sommairement l’apparition de l’empire napoléonien comme l’éclosion d’une idée ou d’une rêverie mûrie sourdement au fil du XVIIIème siècle, les études ici rassemblées montrent bien comment la question d’un gouvernement universel ne cesse de travailler penseurs et rêveurs dans une dialectique complexe entre projet d’un avenir révolutionnaire largement utopique, rappels d’une histoire travaillée par la téléologie, et réalités politiques et humaines fuyantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Loubinoux, « Introduction », Siècles, 17 | 2003, 3-7.

Référence électronique

Gérard Loubinoux, « Introduction », Siècles [En ligne], 17 | 2003, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2548

Haut de page

Auteur

Gérard Loubinoux

CRRR, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org