Navigation – Plan du site
Dossier

Les Pays-Bas entre l’Europe et le monde. L’européisme hésitant aux Pays-Bas durant l’entre-deux-guerres

The Netherlands between Europe and the World. Tentative Dutch Europeanism in the Inter-War Period
Anne-Isabelle Richard

Résumés

Cet article analyse les dilemmes des européistes néerlandais pendant l’entre-deux-guerres. Pour les Pays-Bas, l’européisme n’était pas un choix naturel. Son large empire colonial et sa profonde imbrication dans le commerce mondial faisaient que le libre-échange à l’échelle globale occupait une place prépondérante. Un européisme libre-échangiste et pragmatique existait néanmoins dans ce pays. Dans cet article, l’européisme néerlandais est replacé dans le contexte des relations internationales et dans la nébuleuse des organisations européistes continentales. L’analyse des réseaux de l’Union douanière européenne (UDE) et de l’Entente douanière européenne (EDE) permet de situer les Pays-Bas dans les débats européistes transnationaux et par la même occasion de montrer les limites et déterminants nationaux des initiatives transnationales.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

européisme, pacifisme

Index géographique :

Pays-Bas

Index chronologique :

entre-deux-guerres
Haut de page

Texte intégral

1« La citadelle la plus avancée du libéralisme en Europe » fut l’expression utilisée par Lucien Coquet, délégué général de l’Union douanière européenne (UDE) pendant l’entre-deux-guerres, pour parler des Pays-Bas, petit pays à la marge du continent européen mais avec un vaste empire colonial et un commerce international important. Pour les Néerlandais, la neutralité, les colonies, le commerce mondial et le libre-échange étaient les piliers de la politique étrangère. Cette perspective mondialiste explique le faible intérêt européiste aux Pays-Bas pendant l’entre-deux-guerres. Alors que Coquet avait ses contacts aux Pays-Bas, que l’UDE avait une organisation affiliée dans ce même pays – l’Entente douanière européenne (EDE) – et qu’il existait un certain nombre d’autres organisations européistes, l’européisme n’y était pas très répandu, à l’inverse de la France. Dans cet article, nous replacerons l’européisme néerlandais dans le contexte des relations internationales et dans la nébuleuse des organisations européistes. Nous examinerons plus particulièrement les réseaux de l’UDE/EDE. L’analyse de ces réseaux nous permettra de situer les Pays-Bas dans les débats européistes transnationaux et par la même occasion de montrer les limites et les déterminants nationaux des initiatives transnationales menées par les organisations de la société civile.

Les relations internationales aux Pays-Bas pendant l’entre-deux-guerres

  • 1 Cet article s’appuie en partie sur : Anne-Isabelle Richard, « Les boutiquiers idéalistes. Federalis (...)
  • 2 H.A.M. Klemann, « Gedanken zur europäischen Integration in den Niederlanden während des Interbellum (...)

2Les Néerlandais se sont pendant longtemps définis comme un peuple tourné vers l’extérieur, prêt à coopérer avec d’autres peuples et sociétés1. Les Pays-Bas sont l’un des six membres fondateurs de l’Union européenne. Même si après 1945 il y eut un courant transatlantique fort prônant un rapprochement avec les États-Unis, la coopération européenne fut un pilier important de la politique étrangère néerlandaise. Pendant l’entre-deux-guerres, la balance entre mondialisme et européisme penchait en faveur du premier. Durant cette période, les Néerlandais ont projeté une image internationaliste mais l’aspect européiste, si présent après 1945, était beaucoup moins prononcé. C’est la raison pour laquelle plusieurs historiens ont affirmé qu’il n’existait pas de mouvement européiste aux Pays-Bas pendant l’entre-deux-guerres2. Dans cet article, nous montrerons, au contraire, qu’un mouvement européiste exista bel et bien aux Pays-Bas, mais nous expliquerons aussi pourquoi le climat politique et économique dans ce pays ne fut pas très favorable à l’européisme.

  • 3 Joris Voorhoeve, Peace, Profits and Principles. A Study of Dutch Foreign Policy, La Haye, Nijhoff, (...)

3Les trois traditions que Joris Voorhoeve a mises en avant pour caractériser la politique étrangère des Pays-Bas dans son ouvrage Paix, Profit et Principes, peuvent se révéler utiles3.

  • 4 Voir aussi : Wim Klinkert, Gerke Teitler, « Nederland van neutraliteit naar bondgenootschap. Het ve (...)
  • 5 Remco van Diepen, Voor Volkenbond en Vrede. Nederland en het streven naar een nieuwe wereldorde 191 (...)

4La première est une tradition de neutralité et d’abstentionnisme4. Ayant mené une politique de neutralité depuis le XIXe siècle, les Pays-Bas ont compté sur leur importance géostratégique pour dissuader les grandes puissances d’intervenir dans leurs affaires internes. En raison de leur position géographique et de l’importance de leur commerce, aucune des grandes puissances ne laisserait une autre s’emparer des Pays-Bas – ou du moins le pensait-on. En dernier recours, cependant, les Néerlandais comptaient sur les Britanniques pour les protéger, surtout en Asie. Cette perspective a été décrite comme une forme de « pseudo-neutralité5 ».

  • 6 Jan Luiten van Zanden, De dans om de gouden standaard. Economisch beleid in de depressie van de jar (...)

5La deuxième tradition est une tradition maritime et commerciale. Depuis 1862, les Pays-Bas avaient adopté une politique de libre-échange, caractérisée notamment par l’absence de barrières douanières aux Indes Néerlandaises. Le libre-échange et l’étalon-or étaient érigés comme dogmes. Avec la détérioration de la situation économique pendant les années trente, cette politique changea, mais les deux piliers constitués par le libre-échange et l’étalon-or restèrent. Après 1930, quelques tarifs douaniers furent introduits, d’une part comme outils de négociation, d’autre part en raison de pressions de l’industrie manufacturière et de l’agriculture6.

  • 7 International Conciliation, The Netherlands, 30 juin 1930, 659-662 (Archives Nationales (NA), La Ha (...)
  • 8 Ger van Roon, Small States in Years of Depression. The Oslo Alliance 1930-1940, Assen, Van Gorcum, (...)

6La peur de la cartellisation et celle des barrières douanières en Europe contre les États-Unis furent les principales raisons du manque d’enthousiasme manifesté par les Néerlandais à l’égard du « projet » européen d’Aristide Briand, le ministre des Affaires étrangères français7. Des projets plus portés sur le libre-échange sans être forcément européistes, comme la conférence sur la trêve douanière de 1930, la coopération avec les pays Scandinaves, « les États d’Oslo » et la coopération avec la Belgique culminant avec les accords d’Ouchy, furent mieux accueillis par les Néerlandais8. Cependant, tout comme le plan Briand, ces initiatives n’eurent guère de succès.

  • 9 Pour une analyse plus approfondie de cette tradition : Peter Malcontent et Floribert Baudet, The Du (...)
  • 10 Hugo Grotius, De iure belli ac pacis, Paris, Nicholas Buon, 1625.
  • 11 Madeleine Herren, Hintertüren zur Macht : Internationalismus und modernisierungsorientierte Außenpo (...)
  • 12 Le VvVeV comptait environ 100 sections aux Pays-Bas. Au sommet de sa popularité, 10 000 personnes e (...)
  • 13 IIHS, VvVeV, 28-96, Program van Actie 1933.

7La troisième tradition de la politique étrangère était une politique internationaliste, voire idéaliste9. En tant qu’héritiers des idées développées par Hugo Grotius10, les Néerlandais se considéraient comme les propagateurs du droit international, mais dans un but pragmatique. Il était en effet dans l’intérêt de ce petit pays n’ayant pas les moyens de défendre son territoire et qui dépendait du commerce, de soutenir le droit international comme mécanisme de résolution des conflits11. La Société des Nations a joué un rôle important dans cette troisième tradition. Après les hésitations initiales sur la manière de concilier neutralité et participation à la SDN, l’enthousiasme pour cette organisation gagna en importance et le mouvement pour la SDN rallia de nombreux membres dans tout le pays12. Par contre, les projets européistes étaient souvent vus comme des concurrents directs de la SDN13.

  • 14 International Conciliation, The Netherlands, 30 juin 1930, 659-662, Archives Nationales, La Haye, M (...)

8À l’aune de cette tradition politique, les raisons pour lesquelles la politique officielle néerlandaise montrait peu d’enthousiasme à l’égard du plan Briand deviennent claires. Les objections du ministère des Affaires étrangères étaient proches, à bien des égards, de celles de l’Angleterre. Le ministère regrettait que la coopération politique y fût privilégiée en lieu et place de la coopération économique. Il insistait par ailleurs sur les dangers des barrières douanières élevées autour de l’Europe, sur les implications pour la SDN. Enfin, et c’est peut-être la raison la plus importante, il se méfiait des conséquences d’une union européenne pour ses relations avec l’empire colonial14.

9Même si la politique étrangère néerlandaise ne s’orientait pas directement vers une union européenne, il subsistait tout de même un certain nombre d’organisations et de nombreux individus promouvant les idées européistes. Deux de ces organisations, leurs réseaux et leurs motivations seront d’abord présentées ici. Nous examinerons ensuite le cas de l’Entente douanière européenne.

La nébuleuse des organisations européistes aux Pays-Bas

  • 15 Pour une analyse de cette organisation : A.-I. Richard, Les boutiquiers idéalistes […].
  • 16 Sur la Ligue pour les États-Unis d’Europe : Géneviève Duchenne, Esquisses d’une Europe nouvelle. L’ (...)

10La première organisation européiste à être fondée aux Pays-Bas fut la Société pour la promotion de la fondation des États-Unis d’Europe15. Après sa fondation en 1925 et des premiers pas hésitants, la Société s’affirma au début des années trente comme le seul mouvement européiste de masse aux Pays-Bas. Elle était aussi imbriquée dans les réseaux européens. Elle entretenait notamment des contacts avec le Bloc d’action européenne et l’Union Jeune Europe. La Société avait un but plus ambitieux que les autres organisations actives aux Pays-Bas dans la mesure où elle militait pour un gouvernement européen central. Cette ambition s’explique essentiellement par l’absence de personnalités connues. En effet, les organisations qui comptaient des personnalités influentes parmi leurs membres adoptaient des positions plus modérées : des positions trop ambitieuses étaient difficiles à soutenir pour des individus dotés de responsabilités. Après 1932, toutefois, au sommet de sa popularité, l’organisation fut démantelée en raison de mésententes entre ses dirigeants. Une partie de ses membres, en particulier ceux qui étaient actifs dans le mouvement pacifiste, maintint des liens avec la Ligue pour les États-Unis d’Europe16. Une autre partie rejoignit la section néerlandaise de Paneuropa.

  • 17 Sur la Paneuropa Union : Frank Théry, Construire l’Europe dans les années vingt. L’action de l’Unio (...)
  • 18 A.-I. Richard, In Search of a Suitable Europe […].
  • 19 Archives nationales, La Haye, Pays-Bas, Buitenlandse Zaken, 2.05.21, 1600, Ministre des Affaires ét (...)

11Paneuropa est la deuxième organisation que nous présenterons ici17. Dès le milieu des années vingt, Paneuropa, fondée à Vienne, comptait des membres néerlandais. Pourtant, la section néerlandaise ne fut mise en place qu’en 1932. Ceci s’explique par le décalage entre les idées de Richard Coudenhove-Kalergi, son fondateur, et la réalité politique des Pays-Bas18. Initialement, Coudenhove envisageait une Europe sans la Grande-Bretagne. À la place du libre-échange, il proposait un système fondé sur des cartels, ou au moins doté de barrières douanières autour de l’Europe. Enfin, il militait en faveur d’une exploitation des colonies par tous les Européens en lieu et place d’une porte ouverte universelle comme la pratiquaient les Pays-Bas aux Indes néerlandaises. D’un point de vue organisationnel, Coudenhove-Kalergi préférait une section composée de personnalités connues. Toutefois, les élites de la politique étrangère néerlandaise n’étaient pas forcément intéressées par de tels projets, d’autant plus que le ministère des Affaires étrangères vouait un certain mépris à Coudenhove-Kalergi19. Une organisation de masse aurait pu avoir plus de succès, mais ce n’était pas le projet que Coudenhove-Kalergi imaginait.

12La section néerlandaise, fondée en 1932, comprenait malgré tout des personnalités importantes, comme le président de la banque nationale, L. J. A. Trip. On peut expliquer cela par le fait que Paneuropa semblait offrir une nouvelle piste à suivre dans les relations internationales. L’élite de la politique étrangère néerlandaise avait poursuivi plusieurs stratégies internationales pendant l’entre-deux-guerres pour réactiver l’économie mondiale. Comme les diverses tentatives de portée globale n’avaient pas trouvé de succès, d’autres pistes plus limitées, comme Paneuropa ou l’Entente douanière européenne, furent poursuivies. Après 1935, toutefois, la section de Paneuropa cessa la plupart de ses activités.

L’Entente douanière européenne

  • 20 Pour une analyse plus approfondie de l’UDE : Laurence Badel, Un milieu libéral et européen. Le gran (...)
  • 21 L’Europe de Demain, 1, 1, 1927.
  • 22 Conférence de la Trêve Douanière, organisé par la SDN à Genève en février 1930 (Patricia Clavin, Se (...)

13Une troisième organisation active aux Pays-Bas était l’Entente douanière européenne (EDE), membre de l’Union douanière européenne (UDE). Pour comprendre les caractéristiques de cette section, il faut d’abord parler des activités de l’UDE20. Le comité international de l’UDE fut fondé en 1926. Les sections les plus actives étaient celles de France, d’Allemagne et de Hongrie21. Son premier objectif était l’abaissement graduel et automatique des barrières douanières, avec pour finalité la mise en place d’une union douanière. Ces idées suivaient celles avancées à la conférence de la trêve douanière22, avec l’incorporation de la clause de la nation la plus favorisée pour des conventions plurilatérales. Le second objectif de l’UDE passait par des cartels et des ententes industrielles. L’initiative privée sectorielle était considérée la mieux placée pour conclure des accords internationaux et résoudre les problèmes de cette période : la surproduction et la sous-consommation. L’UDE soulignait qu’elle concevait ses idées dans le réseau de la SDN et de ses conférences internationales. Ses promoteurs considéraient tout de même que les problèmes européens devaient être résolus au niveau européen. Après l’échec de la conférence sur la trêve douanière, les idées d’abaissement des barrières douanières passèrent au second plan, après les cartels et les ententes industrielles.

  • 23 Jean-Michel Guieu, « Le Comité fédéral de Coopération européenne : l’action méconnue d’une organisa (...)
  • 24 Archives du ministère des Affaires Étrangères (AMEA), Paris, Série Y Internationale 635, Lettre min (...)
  • 25 Laurence Badel, Un milieu libéral et européen. Le grande commerce français 1925-1948, p. 171 ; G. D (...)

14L’UDE était active dans la nébuleuse des organisations européistes. Ses relations étaient particulièrement étroites avec le Comité fédéral d’Émile Borel23. Toutefois, l’UDE entretenait aussi des contacts avec des organisations telles que la Chambre de commerce internationale. Comme c’était le cas pour la plupart de ces organisations européistes en France, les relations entre l’UDE et les dirigeants français étaient étroites. Cela s’exprimait en termes personnels – l’UDE comptait parmi ses membres Jacques Seydoux, Henry de Jouvenel et toute une liste de députés – mais aussi en termes financiers : le Quai d’Orsay soutenait l’UDE financièrement24. L’UDE était une des nombreuses organisations européistes dont Aristide Briand était le président d’honneur. Ces contacts avec les réseaux officiels donnèrent à l’UDE une certaine importance en dehors de leur activité. Vers 1930, l’UDE possédait un réseau de sections européennes dont les orientations n’étaient cependant pas en tous points identiques25.

  • 26 Gemeentearchief Rotterdam (GR), Plate, 422, 17, Rapport sommaire sur le travail du Comité National (...)

15Ces différences sont évidentes si l’on examine les relations que l’UDE entretenait avec la section néerlandaise. Premièrement, la section néerlandaise avait adopté un nom différent : au lieu d’Union douanière européenne, elle s’appelait Entente douanière européenne. La raison de cette différence était que les Néerlandais ne voulaient pas donner l’impression de poursuivre une union douanière comme le Zollverein. Comme expliqué, un Zollverein avait peu de soutiens aux Pays-Bas. Ceci se justifiait d’autant plus que si l’on voulait intégrer les Britanniques, il fallait éviter une solution de ce type. Les Néerlandais soulignaient ainsi qu’ils étaient libre-échangistes avant tout, et que leur principal objectif était d’abaisser les barrières douanières26.

  • 27 GR, Plate, 422, 44, Lettre A. Plate - Ch. Stork, 18 février 1933.
  • 28 GR, Plate, 422, 17, Rapport sommaire sur le travail du Comité national néerlandais de l’EDE, 22 jui (...)
  • 29 Ibid.

16L’EDE fut fondée en 1929 par Auguste Plate, un des dirigeants du port de Rotterdam et un libre-échangiste convaincu. Composé de personnalités influentes, le comité qu’il fonda resta actif jusqu’à 1933 (environ), date à laquelle Plate pensa dissoudre le comité. Il ne le fit pas pour deux raisons. D’une part, il ne voulait pas brusquer ses amis français, d’autre part, il voulait conserver des liens avec le Quai d’Orsay à travers ses contacts avec l’UDE27. L’EDE était composée de l’élite de la politique étrangère, même si le ministère des Affaires étrangères n’y était pas représenté28. Les membres de l’EDE comptaient deux anciens premiers ministres, Hendrik Colijn et P.A.M. Aalberse, cinq députés, plusieurs représentants de la marine marchande, des grandes banques, du commerce et de l’industrie, ainsi que deux professeurs d’économie. Un grand nombre de membres venaient de la Société pour le libre-échange, comme par exemple Ernst Heldring, le président de la chambre de commerce d’Amsterdam, qui était aussi membre du Cobden Club en Angleterre, et qui soutenait l’EDE pour son discours libre-échangiste29.

  • 30 Comme l’expliquait Plate dans une lettre d’invitation au comité. GR, Plate, 422, 16, Lettre A. Plat (...)
  • 31 GR, Plate, 422, 44, Lettre A. Plate - Ch. Stork, 18 février 1933.

17Ces libre-échangistes, au vu de la situation mondiale, étaient convaincus qu’il fallait agir pour rassembler les régimes protectionnistes et libre-échangistes. Comme une solution universelle n’était pas réaliste, un projet régional semblait être une solution plus convenable. Ils savaient qu’ils entraient dans une organisation qui soutenait non seulement l’abaissement des barrières douanières, mais aussi la cartellisation. Ils soutenaient l’UDE parce que le but final de l’UDE était le libre-échange, et en combinant ces deux traditions, l’UDE pouvait fonctionner comme trait d’union30. Toutefois, la focalisation des Néerlandais sur le libre-échange les fit ignorer l’enthousiasme pour la cartellisation qui animait les Français. En même temps, les Néerlandais espéraient modérer les projets les plus extravagants de leurs collègues français31.

  • 32 GR, Plate, 422, 17, Lettre L. Coquet - A. Plate, 7 novembre 1930. Les comités représentés étaient l (...)
  • 33 GR, Plate, 422, 17, Lettre A. Plate - L. Coquet, 25 juin 1930.

18Ces contradictions implicites devinrent explicites autour du Congrès de l’UDE en 1930. Après l’échec de la conférence internationale sur la trêve douanière, l’initiative du ministre des Affaires étrangères français, Aristide Briand, offrit de nouveaux espoirs aux militants de l’UDE. Même si l’organisation était un peu hâtée, le congrès fut un succès dans la mesure où il réussit à rassembler beaucoup de membres venus de toute l’Europe autour d’un nombre important de résolutions32. Celles-ci étaient assez diverses : la ratification immédiate des actes de la conférence économique face au protectionnisme américain, le commencement de pourparlers entre l’Europe et les États-Unis, la création d’une union postale européenne et la suppression de l’obligation des passeports entre les pays européens. Avant le congrès, les projets de résolutions avaient déjà circulé parmi les sections. Pour les Néerlandais, la plupart des résolutions étaient superflues. Ils ne soutinrent activement que les résolutions qui avaient trait au libre-échange33.

  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.
  • 36 GR, Plate, 422, 18, Lettre A. Plate - E. Heldring, 25 novembre 1929.

19Une des résolutions portait sur l’organisation de la production ainsi que sur les cartels et trusts en particulier. Cette proposition fut reçue avec beaucoup d’appréhension de la part des Néerlandais. Selon Plate, le président de l’EDE, beaucoup d’individus aux Pays-Bas l’interprétaient comme une « politique visant à poursuivre le protectionnisme autant que possible34 ». Ils craignaient aussi que cette discussion sur les cartels ne détourne l’attention des discussions sur l’abaissement des barrières douanières, qui étaient déjà assez difficiles. Les Néerlandais exigeaient que ces résolutions soient retirées. Dans le cas contraire, ils seraient forcés de voter contre. Ces événements allaient clairement contre l’image d’unité que le congrès souhaitait donner35. Même si « M. Cartel », Louis Loucheur, assistait au congrès, les cartels disparurent de l’agenda. Si dans ce cas les sections de l’UDE se mirent d’accord, ces différences d’opinion resurgirent régulièrement. Plate écrivit en effet fréquemment à Coquet que tel ou tel article ne devait pas être soutenu par l’organisation ou même publié dans son journal36.

  • 37 Auguste Plate, Holland und die europäische Zollunion, Heidelberg, Winter, 1927, p. 7.

20Alors que les Néerlandais avaient adopté une approche régionale en fondant l’EDE, les Français tendaient de plus en plus vers une approche sectorielle. Le fait que les Français incluaient les colonies dans leurs projets alarmait les Néerlandais encore plus. Les Néerlandais ne soutenaient certes pas les projets de cartels, mais la relation avec les colonies était primordiale. Un projet européen incluant les colonies pouvait mettre en danger cette relation. Plate soulignait par exemple que les Pays-Bas ne pourraient jamais participer à une Union Douanière du type Zollverein. Être séparés de leurs colonies, de l’Angleterre, du reste du monde par un mur douanier le long la mer du Nord était inconcevable37.

  • 38 Pour une étude de cas pour la période suivante 1945 : Holger Nehring, « National Internationalists: (...)
  • 39 Patricia Clavin, « Transnationalism », Contemporary European History, 14, no 4, 2005, p. 421-439; M (...)

21S’il était difficile de trouver des personnalités plus internationales, polyglottes, et cosmopolites que celles de l’EDE et de l’UDE, les différences d’opinion entre ces deux sections reflétaient essentiellement des points de vue nationaux38. Cette perspective nationale fut aussi instrumentalisée par Plate quand il évoqua la possibilité d’influencer la politique étrangère française comme raison pour ne pas dissoudre l’EDE. L’EDE poursuivait une stratégie européenne, après avoir perdu quelque peu espoir dans les voies internationales et sans avoir un réel attachement à la communauté européenne. Pour eux, la piste explicitement européiste de l’UDE était trop restrictive. Quand l’UDE insista de plus en plus sur des projets autres que l’abaissement des barrières douanières, le soutien à l’EDE diminua. Les aspirations transnationales de ces organisations étaient conçues dans des cadres nationaux, avec des moyens internationaux pour servir des buts nationaux39.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie en partie sur : Anne-Isabelle Richard, « Les boutiquiers idéalistes. Federalism in the Netherlands in the interwar period » dans Geneviève Duchenne, Michel Dumoulin (éd.), Générations de fédéralistes européens depuis le XIXe siècle. Individus, groupes, espaces et réseaux, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2012, p. 93-108 et « In Search of a Suitable Europe: Paneuropa and the Netherlands in the Interwar Period » dans Carlos Reijnen et Marleen Rensen (éd.), European Encounters: Intellectual Exchange and the Rethinking of Europe 1914-1945, European Studies: an Interdisciplinary Series in European Culture, History and Politics, Amsterdam / New York, Rodopi, 2014.

2 H.A.M. Klemann, « Gedanken zur europäischen Integration in den Niederlanden während des Interbellums » dans Jac Bosmans (éd.), Europagedanke, Europabewegung und Europapolitik in den Niederlanden und Deutschland seit dem Ersten Weltkrieg, Münster, Lit-Verlag, 1996, p. 79-99. Du même auteur : « The Dutch Reaction to the Briand Plan » dans Antoine Fleury et Lubor Jilek (éd.), Le Plan Briand d’Union fédérale européenne. Perspectives nationales et transnationales, avec documents, Berne, Peter Lang, 1991, p. 147-169 ; Annemarie van Heerikhuizen, Pioniers van een Verenigd Europa : bovennationaal denken in het Nederlandse parlement 1946-1951, Thèse de l’Université d’Amsterdam, 1998, p. 39.

3 Joris Voorhoeve, Peace, Profits and Principles. A Study of Dutch Foreign Policy, La Haye, Nijhoff, 1979.

4 Voir aussi : Wim Klinkert, Gerke Teitler, « Nederland van neutraliteit naar bondgenootschap. Het veiligheids- en defensiebeleid in de twintigste eeuw » dans Bob de Graaff, Duco Hellema et Bert van der Zwan (éd.), De Nederlandse buitenlandse politiek in de twintigste eeuw, Amsterdam, Boom, 2003, p. 9-36.

5 Remco van Diepen, Voor Volkenbond en Vrede. Nederland en het streven naar een nieuwe wereldorde 1919-1946, Amsterdam, Bakker, 1999 ; Peter Malcontent et Floribert Baudet, « The Dutchman’s burden ? Nederland en de internationale rechtsorde in de twintigste eeuw », dans B. de Graaff, D. Hellema et B. van der Zwan (éd.), De Nederlandse buitenlandse politiek in de twintigste eeuw, p. 69-104.

6 Jan Luiten van Zanden, De dans om de gouden standaard. Economisch beleid in de depressie van de jaren dertig, Amsterdam, Oratie Vrije Universiteit, 1988 ; H.A.M. Klemann, Tussen Reich en Empire. De economische betrekkingen van Nederland met zijn belangrijkste handelspartners : Duitsland, Groot-Britannië en België en de Nederlandse handelspolitiek 1929-1936, Amsterdam, Huisdrukkerij VU, 1990 ; H.A.M. Klemann, « Een handelsnatie in de twintigste eeuw » dans B. de Graaff, D. Hellema et B. van der Zwan (éd.), De Nederlandse buitenlandse politiek in de twintigste eeuw, p. 105-129.

7 International Conciliation, The Netherlands, 30 juin 1930, 659-662 (Archives Nationales (NA), La Haye, Ministerie van Buitenlandse Zaken, 2 mai 1921, 1568, Ministre des Affaires étrangères, Légation à Berlin, 19 juin 1930).

8 Ger van Roon, Small States in Years of Depression. The Oslo Alliance 1930-1940, Assen, Van Gorcum, 1989.

9 Pour une analyse plus approfondie de cette tradition : Peter Malcontent et Floribert Baudet, The Dutchman’s burden ? […].

10 Hugo Grotius, De iure belli ac pacis, Paris, Nicholas Buon, 1625.

11 Madeleine Herren, Hintertüren zur Macht : Internationalismus und modernisierungsorientierte Außenpolitik in Belgien, der Schweiz und den USA 1865-1914, Munich, Oldenbourg, 2000.

12 Le VvVeV comptait environ 100 sections aux Pays-Bas. Au sommet de sa popularité, 10 000 personnes en étaient membres (Institut International d’Histoire Sociale (IIHS), Amsterdam, Vereniging voor Volkenbond en Vrede (VvVeV), 1, Verslag van de XIIIde algemeene vergadering van de VvVeV, 19 novembre 1932, et 13, Jaarverslag 1932-1933).

13 IIHS, VvVeV, 28-96, Program van Actie 1933.

14 International Conciliation, The Netherlands, 30 juin 1930, 659-662, Archives Nationales, La Haye, Ministerie van Buitenlandse Zaken, 2 mai 1921, 1568, Ministre des Affaires étrangères, Légation à Berlin, 19 juin 1930.

15 Pour une analyse de cette organisation : A.-I. Richard, Les boutiquiers idéalistes […].

16 Sur la Ligue pour les États-Unis d’Europe : Géneviève Duchenne, Esquisses d’une Europe nouvelle. L’européisme dans la Belgique de l’entre deux-guerres (1919-1939), Bruxelles, Peter Lang, 2008, p. 410-530.

17 Sur la Paneuropa Union : Frank Théry, Construire l’Europe dans les années vingt. L’action de l’Union Paneuropéenne sur la scène franco-allemande, 1924-1932, Genève, Institut européen de Genève, 1998 ; Anne-Marie Saint-Gille, La « Paneurope. » Un débat d’idées dans l’entre-deux-guerres, Paris, Presses de la Sorbonne, 2003 ; Anita Ziegerhofer-Prettenthaler, Botschafter Europas. Richard Nikolaus Coudenhove-Kalergi und die Paneuropa-Bewegung in den zwanziger und dreißiger Jahren, Vienne, Böhlau Verlag, 2004 ; Verena Schöberl, “Es gibt ein großes und herrliches Land, das sich selbst nicht kennt… es heißt Europa.” Die Diskussion um die Paneuropaidee in Deutschland, Frankreich und Großbritannien 1922-1933, Berlin, Lit Verlag, 2008.

18 A.-I. Richard, In Search of a Suitable Europe […].

19 Archives nationales, La Haye, Pays-Bas, Buitenlandse Zaken, 2.05.21, 1600, Ministre des Affaires étrangers, Ministre de Justice, 2 juillet 1934.

20 Pour une analyse plus approfondie de l’UDE : Laurence Badel, Un milieu libéral et européen. Le grand commerce français 1925-1948, Paris, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, 1999.

21 L’Europe de Demain, 1, 1, 1927.

22 Conférence de la Trêve Douanière, organisé par la SDN à Genève en février 1930 (Patricia Clavin, Securing the World Economy. The Reinvention of the League of Nations, 1920-1946, Oxford, Oxford University Press, 2013).

23 Jean-Michel Guieu, « Le Comité fédéral de Coopération européenne : l’action méconnue d’une organisation internationale privée en faveur de l’union de l’Europe dans les années trente (1928-1940) » dans Sylvain Schirmann (éd.), Organisations internationales et architectures européennes (1929-1939), Metz, CRHCEO, 2003, p. 73-91.

24 Archives du ministère des Affaires Étrangères (AMEA), Paris, Série Y Internationale 635, Lettre ministre des Affaires étrangères – L. Coquet, 26 janvier 1928.

25 Laurence Badel, Un milieu libéral et européen. Le grande commerce français 1925-1948, p. 171 ; G. Duchenne, Esquisses d’une Europe nouvelle. […] ; AMAE, Série Y, 635, B 47, Lettre Y. Le Trocquer, 17 mars 1930.

26 Gemeentearchief Rotterdam (GR), Plate, 422, 17, Rapport sommaire sur le travail du Comité National Néerlandais de l’EDE, 22 juin 1930.

27 GR, Plate, 422, 44, Lettre A. Plate - Ch. Stork, 18 février 1933.

28 GR, Plate, 422, 17, Rapport sommaire sur le travail du Comité national néerlandais de l’EDE, 22 juin 1930.

29 Ibid.

30 Comme l’expliquait Plate dans une lettre d’invitation au comité. GR, Plate, 422, 16, Lettre A. Plate, 25-10-29.

31 GR, Plate, 422, 44, Lettre A. Plate - Ch. Stork, 18 février 1933.

32 GR, Plate, 422, 17, Lettre L. Coquet - A. Plate, 7 novembre 1930. Les comités représentés étaient les comités français, allemand, hongrois, britannique, néerlandais, belge, tchèque et roumain.

33 GR, Plate, 422, 17, Lettre A. Plate - L. Coquet, 25 juin 1930.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 GR, Plate, 422, 18, Lettre A. Plate - E. Heldring, 25 novembre 1929.

37 Auguste Plate, Holland und die europäische Zollunion, Heidelberg, Winter, 1927, p. 7.

38 Pour une étude de cas pour la période suivante 1945 : Holger Nehring, « National Internationalists: British and West German Protests against Nuclear Weapons, the Politics of Transnational Communications and the Social History of the Cold War, 1957-1964 », Contemporary European History, 14, no 4, 2005, p. 559-582.

39 Patricia Clavin, « Transnationalism », Contemporary European History, 14, no 4, 2005, p. 421-439; M. Herren, Hintertüren zur Macht […].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Isabelle Richard, « Les Pays-Bas entre l’Europe et le monde. L’européisme hésitant aux Pays-Bas durant l’entre-deux-guerres », Siècles [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://siecles.revues.org/2601

Haut de page

Auteur

Anne-Isabelle Richard

Maître de conférences en histoire contemporaine
Université de Leiden (Pays-Bas)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org