Navigation – Plan du site

« L’empereur, pareil aux fleurs qui durent peu… »

Jean-Louis Jam
p. 9-24

Texte intégral

  • 1 F. Martin, Les Mots latins groupés par familles étymologiques, d’après le Dictionnaire étymologique (...)
  • 2 Pour cette étude ont été consultés : les dictionnaires de Richelet (1680), de Furetière (1690), cel (...)
  • 3 Encyclopédie, art. Chine et Japon.
  • 4 On notera toutefois que le mot imperium n’existe pas dans le Nouveau Testament traduit par saint Jé (...)
  • 5 « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Mt. XXII, 21 ; Lc. XX, 25 ; Mc. (...)
  • 6 « Il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées (...)

1L’empire est une notion purement latine. L’étymologie du mot imperium renvoie tout à la fois à la notion de commandement et à celle de conquête1, lesquelles s’incarnent dans l’imperator, chef de guerre victorieux et général triomphant durant la République, puis dans le conquérant autocrate une fois le système impérial établi. Conséquemment, l’imperium désigne l’ensemble des territoires conquis. Enfin, du point de vue moral, l’imperium signifie l’exercice d’un pouvoir issu de la conquête. Depuis les débuts de l’ère chrétienne, ces acceptions sont constantes et sont reprises durant le XVIIIème siècle par tous les dictionnaires qui, au demeurant, se heurtent tous à la difficulté de définir clairement l’empire d’un point de vue politique, notamment lorsqu’ils se réfèrent au seul exemple européen contemporain, le Saint Empire romain germanique qui, il est vrai, est un empire sans territoire propre. Par contre, lorsque sont évoqués les empires exotiques, une image apparemment beaucoup plus claire se dessine. Au- delà de la curiosité qu’ils suscitent, l’empire de Chine et l’empire du Japon se définissent par l’étendue de leur territoire et le caractère tyrannique de leurs monarques2. Ces empires lointains partagent aussi la caractéristique institutionnelle d’être des États soumis à un pouvoir personnel mêlant intimement le civil et le religieux. En Chine, le « pays est gouverné par un empereur, qui est en même temps le chef de la religion » ; au Japon, « les chefs de la religion ont été […] les chefs de l’empire plus longtemps qu’en aucune autre nation du monde »3. Tous ces empires apparaissent finalement bien proches du modèle antique de l’Empire romain, né de la conquête d’un vaste territoire soumis à l’autorité sans partage d’un seul homme, tout à la fois imperator et pontifex maximus divinisé. Instauré par Auguste, magnifié par la dynastie des Sévère, le culte impérial sanctifiant en un seul homme pouvoir temporel et puissance divine ne prendra fin de manière formelle qu’en 379 lorsque Gratien abandonnera le pontificat suprême. Pour autant, les empereurs chrétiens, Constantin le tout premier, ne renoncèrent pas sur le fond à la dimension sacrée de leur fonction. Simplement, leur articulation au divin fut redéfinie en conformité avec l’enseignement d’une foi chrétienne strictement monothéiste. Ultime empereur romain qui, l’année même de sa mort, parvint pour la dernière fois à réunir sous son autorité les parties orientale et occidentale de l’Empire, Théodose exerce encore pleinement la double, ancestrale et prestigieuse fonction, à ceci près qu’il n’est plus un dieu : il n’est qu’un vicaire du Dieu unique. Or, cette fonction sacrée n’est pas une prérogative réservée à l’empereur : tous les évêques, et singulièrement celui de Rome, peuvent prétendre également l’exercer. Tous les conflits entre empereurs et papes que l’Occident connaîtra ultérieurement, procèdent de cette situation. À l’origine, le débat hiérarchique entre les deux vicariats tente de se résoudre par l’harmonieuse articulation de l’Empire romain et de la chrétienté. De nombreux auteurs depuis Méliton de Sardes au IIème siècle jusqu’à Eusèbe de Césarée au IVème siècle se sont efforcés d’apporter une solution fondée sur une légitimation scripturaire. Le problème de la relation entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel est, comme on le sait, traité dans le Nouveau Testament4. Deux principes y sont énoncés : — les deux pouvoirs sont strictement distincts et peut-être même étrangers l’un à l’autre5 ; — le pouvoir temporel est subsidiaire au pouvoir spirituel6. Certains commentateurs contemporains voient dans ces textes de référence une ambiguïté, voire une contradiction. C’est assurément méconnaître les continuités qui existent ou qui ont pu s’instaurer dans la Bible entre les traditions vétéro-testamentaire et néo-testamentaire. Il résulte de cette lecture cohérente de la Bible une vision providentielle de l’Histoire telle qu’Eusèbe de Césarée, grand lecteur d’Origène, la pratique et dans laquelle il convenait d’inscrire le devenir de l’Empire.

  • 7 Trévoux art. Empereur « Si le titre d’Empereur n’ajoute rien aux droits de la souveraineté, c’est p (...)
  • 8 Cf. Alexandre Y. Haran, Le Lys et le Globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux X (...)
  • 9 C’est le sens même de mâchiah en hébreu : celui qui a reçu l’onction, traduit en grec par χριστοσ, (...)
  • 10 Machiavel, Le Prince, chap. 26.
  • 11 La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire historique de l’ancien français ou Glossaire de la langue f (...)
  • 12 Montherlant, Le Maître de Santiago. I, 4.

2Les deux principes de théologie politique chrétienne qui définissent clairement la place de tous les puissants de ce monde, marquent aussi l’extrême limite du pouvoir humain dès lors qu’ils s’appliquent à l’empereur, le Roi des rois7. Dans cette perspective, l’empereur « par la grâce de Dieu » n’est qu’un instrument éminent de l’accomplissement de cette histoire qui s’achèvera par la fin du monde et par l’avènement du royaume. Ainsi, dans l’Occident chrétien, la notion d’empire est-elle indissociable de celles d’eschatologie et de messianisme8. À l’origine, la notion de messie dans la tradition judaïque fait simplement référence à un homme consacré par une onction divine9 qui le désigne et le missionne pour contribuer à l’accomplissement de la volonté de Dieu. Cette part lumineuse de l’imaginaire impérial n’a cessé d’alimenter le propos apologétique et le discours propagandiste. Ainsi Machiavel dans le dernier chapitre du Prince constate « combien l’Italie prie Dieu de lui envoyer quelqu’un qui la délivre des insolences et des cruautés étrangères »10. Cet appel, messianique s’il en est, qui s’adresse explicitement à Laurent le Magnifique, est le fait d’un auteur qui, par ailleurs, ménage une place éminente au libre arbitre. Pour Machiavel, le succès ou l’échec des « souverainetés » dépendent avant tout des qualités personnelles et innées du prince mais aussi de sa capacité à se jouer de la Fortune, ce qui exclut de fait la providence divine. Pour autant, la part obscure et sombre de l’imaginaire impérial reste prégnante et la notion d’empire profondément associée à celles de décadence et de chute. Cette pensée est si universelle qu’elle nourrit les méditations et les réflexions des élites aussi bien que les adages de la sagesse populaire. Tandis que Montesquieu et Gibbon spéculent, l’homme du peuple se fait sentencieux. La Curne de Sainte-Palaye note qu’on a souvent « abusé de ce mot (empire) pour faire des équivoques ; ainsi, pour aller en empirant, on disait : « Aller à l’empire » ; « Le monde est réduit à cette condition qu’il va plutôt à l’empire qu’au royaume » ; « Se trouver en l’empire », « tomber d’un état gracieux dans un état misérable » ; « Le monde à l’empire », « le monde qui va en empirant »11. Il y a là plus que de simples jeux de mots. En fait, personne n’ignore ni ne conteste le destin mortel des empires. L’histoire de l’humanité témoigne de ces colosses aux pieds d’argile, et les territoires de conquêtes qu’ils se sont constitués, « naissent avec la croix de mort au front »12. Par contre, la question des causes de leur chute n’a cessé d’alimenter le débat.

  • 13 Isaïe, 45, 1. La figure de Cyrus (κυριοσ = seigneur) est celle d’un empereur messianique par le seu (...)
  • 14 « Gott mit uns », « Dieu le veut », « Dieu et mon droit » etc...
  • 15 2 Rois XXIV, 3-4. Allusion à l’idolâtrie de Manassé qui sacrifia aux dieux assyriens, restaurant le (...)
  • 16 Bossuet, Oraison funèbre d’Henriette Marie de France, reine de Grande-Bretagne : « J’ai voulu soume (...)

3L’explication providentielle trouve sa source dans le texte biblique. Dans l’Ancien Testament, le personnage de Nabuchodonosor et la figure messianique de Cyrus13 se font face de part et d’autre de l’épisode essentiel de l’Exil à Babylone. Si tous les deux sont des despotes conquérants, cela ne leur est jamais reproché, les conquérants ne pouvant être vainqueurs sans l’acquiescement divin14. Bien sûr, les conquêtes successives de Jérusalem par Nabuchodonosor marquent le début de l’exil mais « cela arriva uniquement sur l’ordre de l’Éternel qui voulait ôter Juda de devant sa face à cause de tous les péchés commis par Manassé et à cause du sang innocent qu’il avait répandu et dont il avait rempli Jérusalem »15. Dans la tradition biblique, la chute de Jérusalem et l’exil qui s’ensuivit ne sont que les effets de la colère de Dieu manifestée par la conquête de Nabuchodonosor dont le pouvoir impérial se trouve par là-même justifié16 :

  • 17 Septante : αρχην ; βασιλειαν ; ισχυν ; τιμην ; δοξαν / Vulgate : imperium ; regnum ; fortitudinem ; (...)
  • 18 Daniel, II, 37-38

« — C’est toi, ô roi, roi des rois, à qui le Dieu du Ciel a donné royaume, pouvoir, puissance et honneur17. Les enfants des hommes, les bêtes des champs, les oiseaux du ciel, en quelque lieu qu’ils demeurent, il les a remis entre tes mains et t’a fait souverain sur eux tous »18.

  • 19 Daniel, II, 39-44
  • 20 Daniel, III, 1-7
  • 21 Daniel, V
  • 22 Ici la tradition biblique rejoint celle de la tragédie grecque dans laquelle la démesure (ubris), q (...)
  • 23 Bossuet, Discours sur l’histoire universelle, Troisième partie, Les empires. Chapitre premier « Les (...)
  • 24 A cet égard, l’article Babylone du Dictionnaire de Trévoux apparaît comme singulièrement obsolète.
  • 25 Voir Bernard Valade, art. Idée de décadence in Encyclopaedia universalis.
  • 26 C’est l’objet même de l’ouvrage de Machiavel.
  • 27 On pense à Gibbon, The History of the Decline and fall of the Roman empire (1778) traduite par Guiz (...)
  • 28 Voir l’article de Jean- Luc Chappey.
  • 29 Les titres II, III et IV du Sénatus-consulte du 18 mai 1804 traitent exclusivement de ce problème d (...)
  • 30 Encyclopédie, art. Sacre. « Le sacre du roi ne lui confère aucun nouveau droit, il est monarque par (...)
  • 31 Encyclopédie, art. Sacre.
  • 32 « Je sais qu’il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu, mais le Pape n’est pas Dieu ». Napoléon au Co (...)
  • 33 Chateaubriand a noté le discrédit définif de la cérémonie du sacre après celle de Napoléon. A propo (...)
  • 34 Le cérémonial du sacre doit beaucoup à monseigneur Bernier, évêque d’Orléans, au comte de Ségur, Gr (...)
  • 35 « Je n’ai pas succédé à Louis XVI mais à Charlemagne », 1804, in En verve : Napoléon Bonaparte, op. (...)
  • 36 Dictionnaire de l’Académie, 1798, article Honneurs. « En certaines grandes cérémonies, comme le sac (...)
  • 37 Le Globe terrestre, l’Orbe, porté par le maréchal Berthier et le collier par le maréchal Bernadotte
  • 38 Dans l’ancien cérémonial royal, le sceptre, le manteau, l’anneau étaient portés par des évêques.
  • 39 Selon Antoine Schnapper, David, témoin de son temps, Paris, 1980, p. 220. Mais il existe une étude (...)
  • 40 Proclamation des consuls après le coup d’État du 18 Brumaire : « La Révolution est fixée aux princi (...)
  • 41 Dans l’ancien cérémonial royal, le baudrier était porté et confié au roi par l’évêque de Noyon. cf. (...)
  • 42 Selon Napoléon, le pape Pie VII consentit sans grande difficulté à certaines de ses exigences. Sur (...)
  • 43 La bénédiction signifie étymologiquement « dire du bien » : le pape se contente de signifier sa bie (...)
  • 44 La durée moyenne d’exécution du motet qui fut chanté durant les onctions, permet de dire que le seu (...)
  • 45 Grâce à la belle restitution que Jean Mongrédien a donnée de la Messe et du Te Deum de Paisiello ju (...)
  • 46 Ce goût est partagé à l’époque par le grand public. On notera que dans le Mémorial le seul composit (...)
  • 47 On pourra à cet égard comparer la messe de Paisiello avec celle de Giroust composée pour le sacre d (...)
  • 48 Le choix de cet ancien maître de chapelle devenu bibliothécaire du Conservatoire reste inexpliqué.
  • 49 « Le Seigneur dit : Debout, donne lui l’onction : c’est lui. Donc, Samuel prit la corne et lui donn (...)
  • 50 « Les hommes de Juda vinrent et là ils donnèrent l’onction à David afin qu’il règne sur la maison d (...)

4C’est en ces termes que le prophète Daniel s’adresse à Nabuchodonosor dont il interprète le rêve. Ce rêve, qui raconte l’inexorable décadence des empires de ce monde jusqu’à l’avènement de l’éternel royaume de Dieu19, semble convertir le roi des rois qui s’incline un instant devant « le Dieu des dieux, maître des rois et révélateur des mystères ». Mais bientôt il rejette cette dépendance messianique à laquelle il était invité : il érige une statue en or à son effigie pour la livrer à l’adoration de son peuple20. On sait ce qu’il adviendra de son empire et de son fils Balthazar21. Perçus dans la perspective eschatologique de l’histoire providentielle transmise par la tradition biblique, les empires incarnent donc la limite extrême où le pouvoir humain jouxte la puissance divine et, fatalement, la transgresse. Situation prestigieuse s’il en est, mais situation tragique22 où se rejoue la scène du péché originel par lequel l’être humain en prétendant s’égaler à Dieu s’érige lui-même en idole. Dans la tradition judéo-chrétienne, la chute des empires n’est que l’anamnèse sans cesse renouvelée de la Chute originelle qui chassa l’humanité du jardin d’Éden. C’est ainsi que les empires voués à une inexorable destruction devinrent l’un des emblèmes de la Vanité. Si donc l’imaginaire impérial alimente, comme l’a démontré Alexandre Haran, le projet dynamique du messianisme dynastique, il offre également à la méditation des puissants de ce monde l’une des manifestations les plus exemplaires de la vanité humaine. La légende noire de l’Empire est aussi celle de l’idolâtrie blasphématoire d’où résultent le châtiment et la damnation. Cette vision apocalyptique du destin des empires n’est possible, nous l’avons dit, qu’au travers d’une explication providentielle de l’histoire telle que l’illustra Bossuet23. Cette historiographie chrétienne fut largement contestée puis abandonnée au XVIIIème siècle24. Le thème de la chute des empires cesse progressivement d’être un sujet de méditation sur les fins dernières pour devenir un phénomène objectif dont il convient d’expliquer les mécanismes par le seul moyen de la raison. A la suite de l’humanisme renaissant, les explications rationnelles se sont peu à peu multipliées : l’étendue excessive des territoires, et la diversité culturelle comme obstacle à un gouvernement efficace ; la nature despotique et monarchique du pouvoir soumis trop exclusivement à la personnalité de celui qui le détient ; le caractère essentiellement conflictuel d’un pouvoir de fait qui, établi par la violence, ne cesse d’être menacé par elle ; les dissensions et les rivalités internes ; l’impossible légitimation et pérennisation de ce pouvoir par la transmission dynastique ; le déclin économique ; la conjonction de l’abondance, du déclin des mœurs et de l’abandon des valeurs fondatrices au profit de la modernité ; la subversion barbare venant porter le coup de grâce, tous ces faits d’histoire apparaissent comme autant d’instruments contribuant à la chute des empires sans qu’il soit nécessaire d’en appeler à la colère de Dieu25. Tout ce catalogue des causes rationnelles de la décadence, de la chute et du démembrement des empires, s’il peut paraître hétéroclite, a pour effet d’exclure la providence comme principe explicatif. Il permet surtout d’inscrire l’analyse et la compréhension de la révolution des empires non plus dans le cadre d’une théologie, mais dans celui d’une science politique dont les préceptes peuvent enrayer efficacement le mécanisme longtemps inexorable du déclin26. A la fin du XVIIIème siècle, l’histoire des empires n’est plus celle de leur défaite éternellement renouvelée au fil du temps déployé de la Rédemption, mais celle de leurs échecs singuliers inscrits dans le temps d’une Histoire humaine dynamisée par l’idée de progrès qu’articule à l’occasion le cycle fructueux des décadences et des régénérations27. Ainsi, à la veille de la Révolution, l’image de l’empire, si elle n’apparaît pas nécessairement d’actualité du point de vue politique, est loin d’être une référence obsolète : inscrite dans la perspective d’une historiographie positive, laïcisée sans préjudice pour son caractère sublime, elle offre encore, du moins au sein des élites, un modèle pertinent d’exercice du pouvoir. A la veille de la Révolution, l’Empire est, pour ainsi dire, en réserve de l’histoire28. Sans doute Bonaparte en eut-il conscience lorsque par le sénatus-consulte du 28 floréal an XII il institua l’Empire français. On connaît les raisons qui présidèrent à cet événement considérable au premier rang desquelles l’impérieuse nécessité face au complot royaliste de pérenniser le régime du consulat à vie en lui conférant un caractère héréditaire29. Bien évidemment l’ambition dynastique ne pouvait s’incarner sous le titre de roi onze ans après l’exécution de Louis XVI. Restait donc la dignité impériale qui, au demeurant, se justifiait en 1804 par l’étendue territoriale de l’hégémonie française en Europe suite aux campagnes militaires victorieuses de Bonaparte. Au demeurant, l’empire politiquement établi, la cérémonie du sacre n’était nullement nécessaire30 : la constitution adoptée le 18 mai 1804 suffisait à légitimer la « quatrième dynastie ». Pourtant, à l’instar de l’ancienne royauté, le nouveau régime ne put ignorer les vertus de cette célébration dont le but « n’est sans doute que d’apprendre aux peuples par un spectacle frappant, que la personne du roi est sacrée, et qu’il n’est pas permis d’attenter à sa vie, parce que, comme l’Écriture dit de Salomon, il est l’oint du seigneur »31. Ainsi, comme chaque fois qu’il s’agit de faire échapper un pouvoir aux vicissitudes de la condition humaine, le recours à la caution divine apparut opportun. Le sacre devait donc conférer à la légitimité politique l’indispensable dimension symbolique sans que celle-ci hypothèque celle-là. En l’occurrence, il fallait obtenir l’onction divine sans l’allégeance à la religion32 et, pour ainsi dire, le crédit sans la dette. La cérémonie du sacre et la relation picturale qu’en a donnée David témoignent de la stratégie mise en œuvre par la propagande impériale pour cette nouvelle journée des dupes que fut le 2 décembre 180433. Le sacre décidé, il restait donc à inventer le cérémonial34. Deux impératifs s’imposaient : se distinguer du sacre royal et, nous l’avons vu, réduire le magistère pontifical à la portion congrue. Bien qu’il fallût s’en démarquer, le cérémonial de Reims représentait une incontournable référence. Manifester sensiblement tout à la fois la continuité et la rupture exigeait une manipulation subtile des images35. C’est ainsi que les honneurs du sacre royal36 furent mâtinés de références à l’empire carolingien sous l’autorité de Vivant-Denon avec l’aide d’Alexandre Lenoir37. Ils furent surtout habilement laïcisés par le choix judicieux des personnalités commises à les porter. La main de Justice et le sceptre surmonté de l’Aigle impériale étaient portés respectivement par Cambacérès, archichancelier, ci-devant deuxième consul et Lebrun, architrésorier, ci-devant troisième consul ; la main de Justice aux doigts joints et tendus n’évoquait plus la bénédiction mais plutôt le salut à l’antique. L’anneau, symbole de l’Alliance divine, était porté par Eugène de Beauharnais, fils de Joséphine que Napoléon avait épousée religieusement la veille, in articulo consecrationis ( !) ; le manteau, symbole de l’investiture, était porté par Talleyrand, Grand Chambellan, ci-devant évêque d’Autun. On notera la brutalité du réinvestissement symbolique qui parfois ressemble à de la provocation38. Mais cette volonté de laïciser le cérémonial se manifesta principalement à propos des honneurs emblématiques du pouvoir profane : la couronne, l’épée et le baudrier. La couronne était portée par Kellermann, le vainqueur de Valmy39. L’épée était portée par Lefebvre, Maréchal et naguère conjuré éminent du 18 brumaire. La personnalité de ces deux dignitaires délimite symboliquement une chronologie par laquelle l’héritage de la Révolution commencée symboliquement à Valmy en 1792 et définitivement close en 1799 à Saint-Cloud est hautement revendiquée40. Dès le début de la cérémonie Napoléon était ceint du baudrier, soutien de l’épée. Il ne le reçut de personne tout comme la couronne dont il se coiffa lui-même : la puissance et le pouvoir de l’empereur des Français ne dépendaient que de lui seul41. La laïcisation du cérémonial se manifesta bien évidemment dans tous les épisodes qui requéraient la participation du souverain pontife42. Tout d’abord, le pape consentit à célébrer le sacre à Paris, capitale de l’Empire, et non à Rome ou à Reims. Ainsi, la France affirmait à la fois son gallicanisme et récusait le titre ancestral de « fille aînée de l’Église ». Napoléon ne communia pas, comme étranger à la messe à laquelle il sembla assister pro forma ; le pape ne le couronna pas, se contentant d’une bénédiction ordinaire43. Le serment constitutionnel fut prononcé hors la présence du Saint-Père diplomatiquement retiré dans la sacristie. Les entrées et les sorties de l’empereur et du pape furent indépendantes. Enfin, seule véritable concession au magistère religieux, les onctions sans lesquelles, il est vrai, il ne saurait y avoir de sacre, furent limitées à trois au lieu des sept prévues dans l’ancien cérémonial royal44. Pour autant, rien ne fut retranché des fastes qu’il convenait traditionnellement au sacre royal. La liturgie eut toute la solennité nécessaire à laquelle la musique contribua de manière remarquable45. On sait que Napoléon souhaita entendre du Paisiello. Ce choix doit autant au goût supposé de l’empereur pour ce compositeur46 qu’au caractère divertissant et théâtral du bel canto napolitain qui, à la même époque, triomphait sur la scène lyrique. Ainsi, la Messe et le Te Deum apparurent sans doute aux assistants plus comme des divertissements profanes que comme des adjuvants à leur édification chrétienne47. Les acclamations mises en musique par l’abbé Nicolas Roze48 furent reprises vraisemblablement après le couronnement et après le serment constitutionnel. Mais les pièces musicales les plus significatives sont assurément les trois motets composés par Jean-François Lesueur, successeur en 1804 de Paisiello à la tête de la Chapelle impériale. Ces motets furent interprétés à trois moments stratégiques du sacre : les onctions, la remise de l’épée, la sortie du pape. Pendant les trois onctions, fut chanté le motet « Unxerunt Salomonem ». Le texte renvoie à l’épisode biblique de l’instauration de la royauté en Israël et de l’onction de David. Or, deux traditions différentes nous rapportent cet événement considérable. Dans l’une (1 Sam. 16, 12-13), Samuel, le prophète de Dieu, oint le jeune David : « Ait dominus : surge, unge meum : ipse est enim. Tulit igitur Samuel cornu et unxit eum (David) »49. Dans l’autre (2 Sam. 2, 4 ; 5, 3), David reçoit l’onction du peuple d’Israël représenté par les guerriers et les anciens : « Veneruntque viri Iuda et unxerunt ibi David ut regnavit super domum Iuda. [...] Venerunt quoque omnes senes de Israël ad regem in Hebron [...] unxeruntque David in regem super Israël »50.

  • 51 « Attache l’épée à ta jambe, toi le plus puissant, le plus talentueux, le plus respecté des hommes  (...)
  • 52 Selon certains auteurs (Thiers), ce motet fut chanté à l’arrivée du pape. Il importe pour notre pro (...)
  • 53 « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église et les portes de l’enfer ne prévaudront pa (...)
  • 54 « Tout ce que tu lieras sur la terre, sera lié dans le ciel, et tout ce que tu délieras sur la terr (...)
  • 55 Nous pensons naturellement à Pie VII mais aussi aux responsables probables de toutes ces subtiles « (...)
  • 56 « Napoléon, par la grâce de Dieu et les constitutions de la République, empereur des Français, à to (...)
  • 57 « L’empire a toujours du rapport avec le sacerdoce », Montesquieu, De l’esprit des lois, 23, 21.

5Ce fut naturellement cette dernière tradition qui fut retenue : l’onction « démocratique » devait l’emporter sur l’onction « théocratique ». La remise de l’épée (ou plutôt la prise de possession de l’épée) s’effectua au son du motet « Accingere gladio » dont la partition aujourd’hui disparue emprunte son texte au psaume 45, verset 4 : « Accingere gladio super femur tuum, potentissime magnificentia tua et ornatu tuo »51. Peut-on rêver texte plus adéquat aux circonstances et plus pertinent lorsqu’il s’agit de célébrer un autocrate ? Enfin, le motet « Tu es Petrus » fut chanté hors la présence de l’empereur alors que le pape s’apprêtait à sortir de Notre-Dame52. Le texte est celui de Matthieu, XVI qui n’est repris que partiellement : « Tu es Petrus et super hanc petram aedificabo ecclesiam meam et portae inferni non praevalebunt adversum eam ; et tibi dabo claves regni caelorum »53. Ici le texte évangélique n’apparaît pas dans son intégralité, la fin « et quodcumque ligaveris super terram erit ligatum in caelis et quodcumque solveris super terram erit solutum in caelis »54 n’ayant pas été retenue pour des raisons d’autant plus évidentes que le principal intéressé et destinataire du message connaissait parfaitement le texte de référence55. A bon entendeur... Ainsi, le cérémonial du sacre de Napoléon apparaît comme une entreprise largement réussie de profanation et de laïcisation. Le nouveau pouvoir s’affirme comme résolument civil, sans aucune sorte de subsidiarité à une quelconque autorité religieuse ; et si Napoléon est empereur un peu « par la grâce de Dieu », il l’est éminemment « par les constitutions de la République »56. Pour la première fois, le régime impérial semble s’être affranchi du sacerdoce57.

  • 58 Voir Antoine Schnapper, op.cit., p. 210-247. Notre réflexion se nourrit principalement des informat (...)
  • 59 En particulier en intensifiant le blocus continental auquel il espérait encore rallier le pape en d (...)
  • 60 Gérard est avec Isabey le seul peintre cité dans le Mémorial.
  • 61 Napoléon qui, selon Gérard, aurait apprécié « modérément » la composition initiale, s’est-il lui-mê (...)

6La seule image du sacre qui soit passée à la postérité traduit-elle cette mutation historique ? A cet égard, l’histoire du tableau monumental de David soulève quelques interrogations58. Commencée en décembre 1805, la toile de grande dimension est achevée deux ans plus tard et sera exposée au salon de 1808. A l’évidence, la composition de cette peinture d’histoire fut l’objet d’enjeux politiques importants. On sait que l’option avait été de représenter l’empereur se couronnant lui-même. Environ six mois avant l’achèvement du tableau, il semble que le peintre Gérard ait suggéré à David de modifier ce programme iconographique pour adopter celui que nous connaissons. Une intervention de même nature est connue, celle de Louis Bonaparte en septembre 1807, scandalisé que lui-même et son frère Joseph ne figurent pas sur le tableau. A cette occasion, David fit part au Grand Connétable des difficultés techniques qu’entraînent de telles modifications dans un tableau où « tout est calculé ». Cette intervention resta sans suite. Mais si l’objection de l’artiste était incontestable en septembre, elle l’était tout autant en juillet ; et Gérard obtint ce qui fut refusé à Lucien. Dès lors, on peut s’interroger sur le poids de l’une et de l’autre de ces interventions et s’étonner que la demande d’un collègue soit d’une efficacité supérieure à celle du frère cadet de l’empereur. Peut-être est-il possible d’avancer une hypothèse qu’il conviendrait de vérifier. Pour suggérer la modification du projet de composition initiale, Gérard aurait dit à David que « le mouvement de l’empereur se couronnant lui-même et tenant sa main gauche sur son épée en manière de défi » ne lui paraissait pas heureux. On notera que la remarque porte sur deux des éléments symboliques du sacre les plus importants : l’épée et la couronne, et qu’à leur propos Gérard parle de « défi ». Défi pour qui ? Peut-être une réponse est-elle possible si l’on replace cette anecdote dans le contexte politique du moment. En juillet 1807, après la paix de Tilsitt, Napoléon voulant se concilier les puissances européennes dans son combat contre l’Angleterre59, l’image par trop arrogante d’un empereur se couronnant lui-même, l’épée au poing, tournant dédaigneusement le dos à un souverain-pontife humilié, était sans doute dangereuse à produire. L’audace de 1804 n’était plus diplomatiquement opportune en 1807. En la circonstance, Gérard, baron d’Empire, portraitiste officiel de la cour, et en conséquence intime du pouvoir60, a pu jouer les utilités. Ainsi, moins de deux ans après son sacre laïc, Napoléon prenait acte que le pape représentait toujours une puissance politique avec laquelle il fallait compter61. Pie VII mourut à Rome deux ans après que Napoléon se fut éteint à Sainte-Hélène. L’empire constitutionnel des Français s’était anéanti à son tour et son empereur en dépit des constitutions de la République avait été déchu et exilé. L’antique malédiction semblait resurgir. La légende envahissait à nouveau l’histoire. Dans le très célèbre poème intitulé L’Expiation, inséré dans le recueil des Châtiments, Hugo retrace la chute de Napoléon en des termes qui semblent inscrire à nouveau l’empire dans l’antique et tragique affrontement avec Dieu :

A chaque instant, rentrant en lice

Cet homme aux gigantesques pas

Proposait quelque grand caprice

A Dieu qui n’y consentait pas.

Il n’était presque plus un homme

Il disait grave et rayonnant

En regardant fixement Rome :

C’est moi qui règne maintenant.

Il voulait, héros et symbole,

Pontife et roi, phare et volcan

Faire du Louvre un capitole

Et de Saint-Cloud un Vatican. […]

Comme Cyrus dans Babylone

Il voulait sous sa large main

Ne faire du monde qu’un trône

Et qu’un peuple du genre humain,

Et bâtir, malgré les huées,

Un tel empire sous son nom

Que Jéhovah dans les nuées

Fût jaloux de Napoléon.

  • 62 « Levant les mains au ciel, il dit : — les soldats morts, Moi vaincu ! mon empire est brisé comme v (...)

7L’ultime défaite — Waterloo —, l’ultime humiliation — Saint-Hélène —, et l’ultime chute — la mort obscure —, paraissent alors comme les étapes inexorables du châtiment divin62 qui réduit à néant les effets du sacre :

Il croula. Dieu changea la chaîne de l’Europe.

[...]

Adieu, cheval blanc que César éperonne !

Plus de tambours battant aux champs, plus de couronne.

Plus de rois prosternés dans l’ombre avec terreur,

Plus de manteau traînant sur eux, plus d’empereur.

Napoléon était retombé Bonaparte.

  • 63 « Le noir destin changea la chaîne de l’Europe.
  • 64 Déjà en 1840, Hugo écrivait :
  • 65 Sur ce point, voir Voltaire, Dictionnaire philosophique, art. Expiation. Sur la notion d’expiation (...)
  • 66 L’empereur pâle et tremblant.

8Le récit de l’expiation finale est parodié du texte biblique relatant le célèbre festin de Balthazar. Dans une première rédaction du poème, Hugo avait pensé à une autre référence tout à la fois païenne et romantique, celle du mythe de Prométhée63. Finalement, il préférera affronter son héros à Jéhovah plutôt qu’à Zeus64. Pour autant, Hugo n’inscrit pas la légende napoléonienne dans une vision providentialiste de l’histoire, puisque l’expiation qui conclut le poème ressortit à une gestion humaine et rationnelle de la faute propre à la religion naturelle et étrangère à toute religion révélée65. En fait, les nécessités d’une élaboration poétique déterminées par la stratégie polémique de Hugo à l’encontre de Louis-Napoléon Bonaparte expliquent ce choix dont on peut évoquer les principaux éléments. En premier lieu, le personnage de Balthazar appartient à l’imaginaire impérial : fils et successeur de Nabuchodonosor selon la Bible, lui-même roi des rois, profanateur des vaisselles sacrées du temple comme Napoléon le fut des honneurs du sacre, il encourt le châtiment de Dieu qu’il blasphème. Mais ce sont là de simples éléments anecdotiques. Plus déterminant semble avoir été le caractère fantastique du récit biblique dont Hugo reprend de manière analogique certains éléments pittoresques66 :

La tombe alors s’emplit d’une lumière étrange

Semblable à la clarté de Dieu quand il se venge ;

Pareils aux mots que vit resplendir Balthazar,

Deux mots dans l’ombre écrits flamboyaient sur César.

9Comme nous le savions déjà, il ne s’agit pas ici du jugement de Dieu, et les mots qui apparaissent sur le mur du tombeau n’en sont pas la sentence. Chez Hugo, l’inscription pariétale est moins un miracle épigraphique qu’un effet théâtral. Pourtant, replacée dans le contexte politique de 1852, elle apparaît comme essentielle puisqu’elle affirme le pouvoir du poète, ce maître des mots, dans le combat qu’il entreprend alors. Hugo à maintes reprises célébrera la puissance du mot ; ainsi, dans Les Contemplations :

Oui, tout puissant ! tel est le mot

[...]

Il sort de la trompette, il tremble sur un mur

  • 67 Les Contemplations I, 8, Suite à Réponse à un acte d’accusation, Paris, Garnier, 1962, p. 21.

Et Balthazar chancelle, et Jéricho s’écroule.67

  • 68 Mené : mesuré ; Teqel : pesé ; Perès : partagé.

10Revenons donc aux mots, ceux qu’une main mystérieuse trace sur le mur de la salle où festoie Balthazar68. Une fois de plus le prophète Daniel doit interpréter :

  • 69 Daniel, V, 25-28.

« Compté : Dieu a compté ton règne et y a mis fin. Pesé : Tu as été pesé dans la balance et tu as été trouvé léger. Divisé : Ton royaume sera divisé et donné aux Mèdes et aux Perses »69.

11Il s’agit bien d’un jugement en bonne et due forme — deux attendus, une sentence — dont le caractère prophétique garantit l’origine divine. Dans L’Expiation, Hugo prophétise comme Daniel :

« Deux mots dans l’ombre écrits flamboyaient sur César ;

Bonaparte en tremblant comme un enfant sans mère,

Leva sa face pâle et lut : — DIX-HUIT BRUMAIRE. »

  • 70 Toute prophétie est une relecture téléologique d’une histoire accomplie.
  • 71 Plan de L’Expiation, annexe III, in Œuvres complètes, Paris, Club français du livre, 1968, T.8, vol (...)
  • 72 On pense aux dédicaces successives de la 3ème symphonie de Beethoven.
  • 73 V. Hugo, La Légende des siècles. Le Lion d’Androclès.

12Mais ici, le propos est tout autre. Les deux mots prophétiques n’annoncent pas la fin mais, si l’on peut dire, le commencement de la fin de l’empire napoléonien. Hugo, qui s’adresse à Napoléon III comme l’auteur anonyme du livre de Daniel s’adressait jadis à Antiochus IV Epiphane70, se place résolument dans le temps historique, celui de la succession rationnelle des causes et des effets. Et le spectre de l’empereur déchu se trouve confronté non pas au châtiment divin qu’il appréhende, mais au crime politique dont il est responsable. Dans la tradition de la propagande révolutionnaire, Hugo opère ce que Mona Ozouf appelle « un transfert de sacralité » : le peuple spolié de la Révolution par le coup d’Etat de Brumaire demande l’expiation ; comme il le notait dans le plan du poème, « les crimes de lèse-peuple sont des crimes de lèse-dieu »71. Le message du poème achevé le 30 novembre 1852, quatre jours avant le rétablissement de l’Empire et un an presque jour pour jour après le coup d’État du prince- président, ne saurait être plus clair. La providence définitivement exclue de l’histoire des empires, reste donc le destin tragique des grands hommes égarés dont Napoléon constitue désormais l’archétype. L’empereur, figure jadis affrontée à Dieu, apparaît dès lors comme l’une des images du héros romantique déchu et affronté à lui-même72. Et tandis que l’historien continue de s’interroger sur les causes de la chute des empires, le poète rêveur songe à l’empereur « pareil aux fleurs qui durent peu… »73.

Haut de page

Annexe

DISCOGRAPHIE

Messe du sacre de Napoléon 1er

(création mondiale au Festival de La Chaise-Dieu 1995 en collaboration avec la fondation Napoléon)

— Jean-François Lesueur, Marche solennelle, Motet Unxerunt Salomonem, Motet Tu es Petrus.

— Abbé Nicolas Roze Vivat in aeternum.

— Paisiello Messe, Te Deum. Restitution musicale : Jean Mongrédien (Centre d’études de la musique française aux XVIIIème et XIXème siècles. Université Paris IV-Sorbonne). Solistes, Ensemble de cuivres Guy Touvron, Choeur et orchestre de la capella de Saint-Pétersbourg sous la direction de Vladislav Tchernouchenko. 2 CD. Koch-Schwann. 350 346 — ½

ICONOGRAPHIE INDICATIVE —

Albrecht Altdorfer, La Bataille d’Alexandre. Munich. Alte Pinakothek.

— Pieter Brueghel l’Ancien, La Tour de Babel. Vienne, Kunsthistorisches Museum.

— Nicolas Bertuzzi, Le Festin de Balthazar. Paris, Le Louvre.

— Louis David, Le Sacre de Napoléon. Paris, Le Louvre.

— Frans II Francken, Le Festin de Balthazar. Paris, Le Louvre.

— Antoine-Jean Gros, Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa. Paris, Le Louvre.

—Rembrandt, Le Festin de Balthazar. Londres, National Gallery.

— François Rude, Napoléon s’éveillant à l’immortalité.

Haut de page

Notes

1 F. Martin, Les Mots latins groupés par familles étymologiques, d’après le Dictionnaire étymologique de la langue latine de MM. Ernout et Meillet, Paris, Hachette, 1941, p. 180.

2 Pour cette étude ont été consultés : les dictionnaires de Richelet (1680), de Furetière (1690), celui de Trévoux (1743-1752) ceux de l’Académie (1694, 1718, 1740, 1762 et 1798) et l’Encyclopédie.

3 Encyclopédie, art. Chine et Japon.

4 On notera toutefois que le mot imperium n’existe pas dans le Nouveau Testament traduit par saint Jérôme.

5 « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Mt. XXII, 21 ; Lc. XX, 25 ; Mc. XII, 17. « Ma royauté n’est pas de ce monde. » Jn. XVIII, 36. On notera que Luther traduit βασιλεια/regum par Reich.

6 « Il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées par Dieu. » Ro. XIII, 1.

7 Trévoux art. Empereur « Si le titre d’Empereur n’ajoute rien aux droits de la souveraineté, c’est pourtant une prééminence dans le monde qui élève ceux qui en sont revêtus au faîte des grandeurs humaines. »

8 Cf. Alexandre Y. Haran, Le Lys et le Globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux XVIème et XVIIème siècles, Champ Vallon, 2000.

9 C’est le sens même de mâchiah en hébreu : celui qui a reçu l’onction, traduit en grec par χριστοσ, en latin christus.

10 Machiavel, Le Prince, chap. 26.

11 La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire historique de l’ancien français ou Glossaire de la langue française depuis les origines jusqu’au règne de Louis XIV. Publié par L. Favre, (1875-1882).

12 Montherlant, Le Maître de Santiago. I, 4.

13 Isaïe, 45, 1. La figure de Cyrus (κυριοσ = seigneur) est celle d’un empereur messianique par le seul fait qu’il libère le peuple d’Israël, qu’il autorise la reconstruction du Temple et qu’il restitue les vaisselles sacrées profanées par Balthazar lors du célèbre festin.

14 « Gott mit uns », « Dieu le veut », « Dieu et mon droit » etc...

15 2 Rois XXIV, 3-4. Allusion à l’idolâtrie de Manassé qui sacrifia aux dieux assyriens, restaurant les sacrifices humains. Il est également un « tueur » de prophètes dont Isaïe.

16 Bossuet, Oraison funèbre d’Henriette Marie de France, reine de Grande-Bretagne : « J’ai voulu soumettre ces terres à Nabuchodonosor, roi de Babylone, mon serviteur. Il l’appelle son serviteur quoiqu’infidèle à cause qu’il l’a nommé pour exécuter ses décrets ».

17 Septante : αρχην ; βασιλειαν ; ισχυν ; τιμην ; δοξαν / Vulgate : imperium ; regnum ; fortitudinem ; gloriam.

18 Daniel, II, 37-38

19 Daniel, II, 39-44

20 Daniel, III, 1-7

21 Daniel, V

22 Ici la tradition biblique rejoint celle de la tragédie grecque dans laquelle la démesure (ubris), qui prétend l’emporter sur les dieux, est fille d’impiété. Dans la traduction des Septante, le mot ubris apparaît chez divers prophètes pour qualifier les assyriens (Zacharie) mais aussi Israël (Osée). Chez Ezechiel, on trouve l’expression υβρισ τησ ισχυοσ traduite dans la Vulgate par superbia imperii.

23 Bossuet, Discours sur l’histoire universelle, Troisième partie, Les empires. Chapitre premier « Les révolutions des empires sont réglées par la providence, et servent à humilier les princes », 1681.

24 A cet égard, l’article Babylone du Dictionnaire de Trévoux apparaît comme singulièrement obsolète.

25 Voir Bernard Valade, art. Idée de décadence in Encyclopaedia universalis.

26 C’est l’objet même de l’ouvrage de Machiavel.

27 On pense à Gibbon, The History of the Decline and fall of the Roman empire (1778) traduite par Guizot en 1812, et surtout à Herder, Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit. (1784- 1791).

28 Voir l’article de Jean- Luc Chappey.

29 Les titres II, III et IV du Sénatus-consulte du 18 mai 1804 traitent exclusivement de ce problème d’autant plus délicat que Napoléon n’avait pas à l’époque d’héritier direct.

30 Encyclopédie, art. Sacre. « Le sacre du roi ne lui confère aucun nouveau droit, il est monarque par sa naissance & par droit de succession »

31 Encyclopédie, art. Sacre.

32 « Je sais qu’il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu, mais le Pape n’est pas Dieu ». Napoléon au Comité ecclésiastique in Correspondance de l’empereur Napoléon 1er, Imprimerie impériale, 1857-1868, cité in En verve : Napoléon Bonaparte. Mots, propos, aphorismes, Paris, Horay, 2002, p. 69.

33 Chateaubriand a noté le discrédit définif de la cérémonie du sacre après celle de Napoléon. A propos du sacre de Charles X, il écrit : « Le sacre actuel sera la représentation d’un sacre et non un sacre : nous verrons le maréchal Moncey, acteur du sacre de Napoléon, ce maréchal qui jadis célébra dans son armée la mort du tyran Louis XVI, nous le verrons brandir l’épée royale à Reims, en qualité de comte des Flandres ou de duc d’Aquitaine. A qui cette parade pourrait-elle faire illusion ? [...] le sacre nouveau, où le pape est venu oindre un homme aussi grand que le chef de la seconde race, n’a-t-il pas, en changeant les têtes, détruit l’effet de l’antique cérémonie de notre histoire ? Le peuple a été amené à penser qu’un rite pieux ne dédiait personne au trône, ou rendait indifférent le choix du front auquel s’appliquait l’huile sainte. Les figurants de Notre-Dame de Paris, jouant pareillement dans la cathédrale de Reims, ne seront plus que les personnages obligés d’une scène devenue vulgaire », Mémoires d’outre-tombe, 3ème partie, livre 6, chapitre 5.

34 Le cérémonial du sacre doit beaucoup à monseigneur Bernier, évêque d’Orléans, au comte de Ségur, Grand Maître des cérémonies, à Portalis, à l’abbé de Pradt auxquels il faut ajouter d’un point de vue technique : Vivant-Denon, Isabey, David, Paisiello, l’abbé Croze et Lesueur.

35 « Je n’ai pas succédé à Louis XVI mais à Charlemagne », 1804, in En verve : Napoléon Bonaparte, op. cit., p. 21. On notera que la référence royale fut opportunément appropriée comme, par exemple, lorsqu’en 1804 le peintre Gros exécuta sur commande Les Pestiférés de Jaffa, épisode de la campagne d’Égypte représentant Bonaparte touchant les malades comme le roi de France le faisait pour les écrouelles à l’issue de son sacre.

36 Dictionnaire de l’Académie, 1798, article Honneurs. « En certaines grandes cérémonies, comme le sacre des Rois, baptême, funérailles, etc. on appelle Les honneurs, Les pièces principales qui servent à la cérémonie, comme le sceptre, la couronne, etc. Les honneurs étaient portés par ... ».

37 Le Globe terrestre, l’Orbe, porté par le maréchal Berthier et le collier par le maréchal Bernadotte.

38 Dans l’ancien cérémonial royal, le sceptre, le manteau, l’anneau étaient portés par des évêques.

39 Selon Antoine Schnapper, David, témoin de son temps, Paris, 1980, p. 220. Mais il existe une étude préalable de David représentant la couronne portée par Pérignon. Qu’un tel honneur ait pu échoir à ce général à la retraite et Maréchal honoraire, peut surprendre. En fait, au cours de la cérémonie, les « honneurs impériaux » ont pu passer entre plusieurs mains. Antoine Schnapper évoque le même Pérignon portant le sceptre (p. 219). En fait, les « titulaires » des honneurs étaient les personnes qui figuraient comme tels dans le cortège solennel lors de l’entrée dans Notre-Dame. On notera que, selon une lettre de Louis Bonaparte à David, ce dernier aurait porté l’épée et son frère Joseph la couronne (Schnapper, op. cit., p. 229).

40 Proclamation des consuls après le coup d’État du 18 Brumaire : « La Révolution est fixée aux principes qui l’ont commencée, elle est finie ».

41 Dans l’ancien cérémonial royal, le baudrier était porté et confié au roi par l’évêque de Noyon. cf. Encyclopédie, art. Sacre. C’est le pape Léon III qui couronna Charlemagne à Rome.

42 Selon Napoléon, le pape Pie VII consentit sans grande difficulté à certaines de ses exigences. Sur les raisons de ces accommodements : Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, Paris, Seuil, 1968, Chap.X, p. 1097-1100.

43 La bénédiction signifie étymologiquement « dire du bien » : le pape se contente de signifier sa bienveillance, son consentement tacite par un geste qui n’est pas, au demeurant, sacramentel.

44 La durée moyenne d’exécution du motet qui fut chanté durant les onctions, permet de dire que le seul épisode authentiquement divin du sacre occupa entre quatre et cinq minutes sur trois heures d’une cérémonie qui devait mobiliser les invités durant six heures !

45 Grâce à la belle restitution que Jean Mongrédien a donnée de la Messe et du Te Deum de Paisiello judicieusement programmés par Guy Ramona au Festival de La Chaise-Dieu, avec le soutien de la Fondation Napoléon, le sacre est désormais connu dans sa dimension sonore.

46 Ce goût est partagé à l’époque par le grand public. On notera que dans le Mémorial le seul compositeur cité est Grétry.

47 On pourra à cet égard comparer la messe de Paisiello avec celle de Giroust composée pour le sacre de Louis XVI.

48 Le choix de cet ancien maître de chapelle devenu bibliothécaire du Conservatoire reste inexpliqué.

49 « Le Seigneur dit : Debout, donne lui l’onction : c’est lui. Donc, Samuel prit la corne et lui donna l’onction ».

50 « Les hommes de Juda vinrent et là ils donnèrent l’onction à David afin qu’il règne sur la maison de Juda [...] Tous les anciens d’Israël vinrent aussi auprès du roi à Hébron [...] ils donnèrent l’onction à David pour qu’il règne sur Israël ».

51 « Attache l’épée à ta jambe, toi le plus puissant, le plus talentueux, le plus respecté des hommes ».

52 Selon certains auteurs (Thiers), ce motet fut chanté à l’arrivée du pape. Il importe pour notre propos qu’il l’ait été hors la présence de Napoléon.

53 « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église et les portes de l’enfer ne prévaudront pas sur elle ; et c’est à toi que je donnerai les clefs du royaume des cieux ».

54 « Tout ce que tu lieras sur la terre, sera lié dans le ciel, et tout ce que tu délieras sur la terre, sera délié dans le ciel ».

55 Nous pensons naturellement à Pie VII mais aussi aux responsables probables de toutes ces subtiles « mises en musique » : Bernier, de Pradt et Talleyrand.

56 « Napoléon, par la grâce de Dieu et les constitutions de la République, empereur des Français, à tous présents et à venir, Salut. » Formule officielle et solennelle des proclamations impériales.

57 « L’empire a toujours du rapport avec le sacerdoce », Montesquieu, De l’esprit des lois, 23, 21.

58 Voir Antoine Schnapper, op.cit., p. 210-247. Notre réflexion se nourrit principalement des informations contenues dans cet ouvrage.

59 En particulier en intensifiant le blocus continental auquel il espérait encore rallier le pape en dépit de leur rupture en février 1806.

60 Gérard est avec Isabey le seul peintre cité dans le Mémorial.

61 Napoléon qui, selon Gérard, aurait apprécié « modérément » la composition initiale, s’est-il lui-même prononcé sur cette question ? On ne peut s’empêcher de penser à une suggestion de Talleyrand, ministre des Affaires extérieures, avant sa disgrâce le 9 août 1807.

62 « Levant les mains au ciel, il dit : — les soldats morts, Moi vaincu ! mon empire est brisé comme verre. Est-ce le châtiment cette fois, Dieu sévère ?

63 « Le noir destin changea la chaîne de l’Europe.

Il lia sur un roc que la mer enveloppe

Le colosse, excitant de son rire moqueur

Le vautour Hudson Lowe à lui ronger le cœur ».

64 Déjà en 1840, Hugo écrivait :

Sur Dieu même prenant l’avance

Tu prétendais, vaste espérance !

Remplacer Rome par la France

Régnant du Tage à la Neva.

Mais de tels projets Dieu se venge

Duel effrayant ! guerre étrange !

Jacob ne luttait qu’avec l’ange

Tu luttais avec Jéhovah !,

La Légende des Siècles, Le retour de l’empereur.

65 Sur ce point, voir Voltaire, Dictionnaire philosophique, art. Expiation. Sur la notion d’expiation chez Hugo, on pourra se reporter aux Misérables, livre II, chapitre 7 et au livre VIII, chapitre 9.

66 L’empereur pâle et tremblant.

67 Les Contemplations I, 8, Suite à Réponse à un acte d’accusation, Paris, Garnier, 1962, p. 21.

68 Mené : mesuré ; Teqel : pesé ; Perès : partagé.

69 Daniel, V, 25-28.

70 Toute prophétie est une relecture téléologique d’une histoire accomplie.

71 Plan de L’Expiation, annexe III, in Œuvres complètes, Paris, Club français du livre, 1968, T.8, vol. 2, p. 802.

72 On pense aux dédicaces successives de la 3ème symphonie de Beethoven.

73 V. Hugo, La Légende des siècles. Le Lion d’Androclès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Jam, « « L’empereur, pareil aux fleurs qui durent peu… » », Siècles, 17 | 2003, 9-24.

Référence électronique

Jean-Louis Jam, « « L’empereur, pareil aux fleurs qui durent peu… » », Siècles [En ligne], 17 | 2003, mis en ligne le 18 juin 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2603

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Jam

CRRR, Université Blaise Pascal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org