Navigation – Plan du site
Dossier

L’idée européenne dans Esprit et Les Temps modernes : penser ou construire l’Europe ? Idéalisme intellectuel et refus du réalisme (1945-1954)

The European Idea in Esprit and Les Temps Modernes : Thinking or Building Europe? Intellectual Idealism and Refusal of Realism (1945-1954)
Stève Bessac-Vaure

Résumés

Après la Seconde Guerre mondiale, des intellectuels français s’intéressent à l’idée européenne malgré le discrédit porté par l’Europe nazie. Parmi ces intellectuels se trouvent notamment les collaborateurs d’Esprit et des Temps modernes. Ces derniers appellent de leurs vœux la construction d’une Europe reposant sur un socle de valeurs en partie héritées des projets intellectuels de l’entre-deux-guerres. Dans un contexte de guerre froide émergente, ils prônent une Europe neutraliste c’est-à-dire indépendante de l’Est et de l’Ouest, démocratique et socialiste. Toutefois, face aux premières étapes de la construction d’une Europe jugée technocratique, les intellectuels d’Esprit et des Temps modernes prennent leurs distances par rapport à celle-ci tout en proposant un projet alternatif, fidèle à leur vœu initial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marc Ferro, « Préface » dans Lucien Febvre, L’Europe. Genèse d’une civilisation. Cours au Collège d (...)
  • 2 Jean-Luc Chabot, Aux origines intellectuelles de l’Union Européenne : l’idée d’Europe unie de 1919 (...)
  • 3 Les groupes Esprit sont des groupes qui servent notamment de lieux de discussion et de relais aux i (...)
  • 4 Jean-Paul Sartre est le directeur de la revue, celui dont le nom apparaît sur la couverture, tandis (...)

1« À la défaite de l’Allemagne, en 1945, l’“Europe”, en France, est une idée interdite. Chez tous ceux qui ont connu l’Occupation, l’espérance se situe outre-Atlantique ou bien à l’Est, où la lueur est plus forte que jamais1 », écrit Marc Ferro, préfaçant l’édition, sous le titre L’Europe. Genèse d’une civilisation, des cours donnés au collège de France en 1944 et 1945 par Lucien Febvre. Toutefois, à l’instar de ce dernier, dès l’après-guerre, des intellectuels français s’intéressent à l’idée européenne avec la volonté d’unifier une « Europe » aux antipodes de l’Europe nazie. Parmi eux se comptent les collaborateurs d’Esprit et des Temps modernes, deux revues situées dans la gauche non-communiste aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. L’intérêt des hommes de lettres français pour l’« Europe » comme idée n’est pas nouveau. Il remonte au moins au XIXe siècle. Dans l’entre-deux-guerres, cette attention s’accroît comme l’illustre la revue communisante éponyme Europe2. C’est dans ce contexte intellectuel qu’est fondée la revue Esprit en 1932. D’emblée, le mensuel personnaliste se veut paneuropéen, accueillant notamment des collaborateurs de différentes nationalités européennes. La revue est également secondée par un mouvement dont certains groupes se trouvent à Bruxelles, Gand, Bâle, Rome ou Naples3. Les Temps modernes, fondés en 1945, épousent cette même position pro-européenne. Les deux revues partagent aussi une même ligne politique, le neutralisme qui allie pacifisme, socialisme démocratique et indépendance. Ce choix politique est d’ailleurs influencé par leur philosophie commune, l’existentialisme, dans une version athée en ce qui concerne Les Temps modernes, la revue dirigée par Jean-Paul Sartre, et dans une version d’inspiration chrétienne pour ce qui est d’Esprit, la publication cofondée par Emmanuel Mounier. Quelle est la position de ces deux revues pro-européennes à leurs débuts face à la construction européenne telle qu’elle se déroule de 1945 à 1954, dans un contexte marqué par l’émergence de la Guerre froide ? Le rapport différent à la religion qu’entretiennent les intellectuels des deux revues conduit-il à une vision divergente de l’Europe ? Pour répondre à ces questions, nous prenons en compte les propos publics tenus par les deux principaux intellectuels des Temps modernes, Jean-Paul Sartre et Maurice Merleau-Ponty4, ainsi que l’ensemble des articles sur l’« Europe » publiés dans Les Temps modernes et dans Esprit, soit respectivement une demi-douzaine et une vingtaine d’articles pour la période allant de 1945 à 1954. L’attention portée par la revue personnaliste à cette thématique est d’une part plus soutenue avec la publication d’un numéro spécial en novembre 1948 et, d’autre part, plus continue. En effet, alors que Les Temps modernes sont quasiment muets entre 1948-1949 et 1953-1954, entre le plan Marshall et le rejet de la CED, Esprit maintient un intérêt visible pour la question européenne. Cette différence de traitement relève sans doute du rapport des collaborateurs des revues à la religion puisque les milieux chrétiens européens – notamment les démocrates-chrétiens – sont davantage sur le devant de la scène. Les collaborateurs d’Esprit doivent alors rendre compte de cette activité à leur lectorat, essentiellement composé de chrétiens de gauche, ainsi que prendre position par rapport à ces initiatives. Toutefois, c’est une des rares fois où le caractère confessionnel ou non des revues semble influer sur le rapport à l’Europe.

Des principes pro-européens (1945-1949)

L’Europe, un socle de valeurs

  • 5 Maurice Merleau-Ponty, Parcours I, Lagrasse, Verdier, 1997 [posthume], p. 74.
  • 6 Robert Frank, « Les contretemps de l’aventure européenne », Vingtième Siècle, no 60, octobre-décemb (...)
  • 7 Parmi les signataires se trouvent notamment Jean Baboulène, Simone de Beauvoir, Albert Béguin, Clau (...)
  • 8 En effet, l’« appel à l’opinion internationale » renvoie dos à dos les États-Unis et l’URSS, les de (...)
  • 9 Emmanuel Mounier, « Déclaration de guerre », Esprit, no 1, novembre 1948, p. 604.
  • 10 Bien que la rédaction d’Esprit fût divisée à propos de la position à tenir au moment des accords de (...)
  • 11 Ainsi, le « Premier appel à l’opinion internationale » stipule : « Nous ne sommes pas des pacifiste (...)

2Dès 1945-1946, les collaborateurs des Temps modernes et d’Esprit adoptent une position pro-européenne. Pour eux, l’« Europe » n’est pas une façon de tourner la page de la Seconde Guerre mondiale et du nazisme, thématiques qui restent très présentes dans les deux mensuels, mais de s’opposer à cette période en détruisant les germes de nationalisme. Ainsi, en septembre 1946, lors des Rencontres internationales de Genève, Maurice Merleau-Ponty déclare qu’il souhaite une « Europe en acte et non pas en représentation », c’est-à-dire que les personnes ne se disent pas seulement « Européennes » mais que le caractère « européen » soit un mode d’existence, une nouvelle identité à part entière, « un mode de relation entre l’homme et la nature ou entre l’homme et les autres hommes5 ». Le philosophe propose alors une Europe éthique, Europe qui repose sur un socle de valeurs. Cela fait écho à l’idée européenne défendue par les intellectuels dans l’entre-deux-guerres et notamment au Discours à la nation européenne (1933) de Julien Benda qui insiste sur la dimension morale de la construction européenne6. Les intellectuels des Temps modernes et d’Esprit mettent en avant un système de valeurs. En premier lieu vient le pacifisme, l’Europe étant, à leurs yeux, le meilleur moyen de garantir la paix. Cela ressort particulièrement du « Premier appel à l’opinion internationale » de novembre 1947. Ce texte, signé par de nombreux collaborateurs des Temps modernes et d’Esprit7, n’est publié que dans la revue personnaliste, Maurice Merleau-Ponty, alors proche des communistes, refusant de la faire paraître dans Les Temps modernes afin d’éviter toute tension avec ces derniers8. L’idée principale est de parvenir à une « union » européenne afin d’éviter une « troisième guerre mondiale », crainte omniprésente chez les collaborateurs des deux publications : « La première vocation de l’Europe, c’est de faire que la troisième guerre mondiale ne soit pas9 », poursuit Emmanuel Mounier. Le pacifisme mis en avant n’est pas un pacifisme intégral, celui-ci étant déconsidéré après les événements des années 1930 et de la guerre mondiale10. D’ailleurs, les intellectuels neutralistes anticipent toute critique de ce type11 :

  • 12 E. Mounier, « Déclaration de guerre », […], p. 605.

« Qu’on ne vienne pas nous faire le chantage du réalisme. Le réalisme a pu se trouver du côté de la guerre, avant l’âge atomique. Il est aujourd’hui contre toute guerre12. »

  • 13 Jean-William Lapierre, « Plan Marshall et indépendance nationale », Esprit, no 8, août 1948, p. 254
  • 14 « Premier appel à l’opinion internationale », p. 796.
  • 15 Deux économistes, Pierre Uri et François Perroux, respectivement proches des Temps modernes et d’Es (...)

3Il y a alors une prise en compte de la nouvelle donne géopolitique avec l’apparition de l’arme atomique. L’Europe doit également être socialiste pour les collaborateurs des Temps modernes et d’Esprit. Toutefois, il ne s’agit pas d’un socialisme sur le modèle soviétique mais d’un « socialisme démocratique13 ». Ainsi, l’Europe qu’ils appellent de leurs vœux « requiert une révolution socialiste et le remplacement de la propriété privée par la propriété collective réelle14 ». Derrière la critique sous-jacente de l’URSS émerge un système économique propre. Ainsi, les intellectuels neutralistes des deux revues envisagent « l’Europe contre les hégémonies », reprenant une expression d’Emmanuel Mounier forgée durant l’entre-deux-guerres : un monde « tripolaire », chaque pôle correspondant à un système économique avec l’idée d’un gradient permettant d’atténuer les chocs. Entre le communisme soviétique et le capitalisme états-unien, l’Europe socialiste serait alors un troisième modèle, un juste milieu vecteur de paix. Des principes généraux d’économie sont avancés15 : l’Europe doit adopter une économie planifiée, supprimer les intérêts capitalistes et les barrières douanières afin de créer une « unité économique. »

4Jean-William Lapierre, sociologue du pouvoir qui écrit dans Esprit, résume bien la substance de l’idée européenne des deux revues :

  • 16 J.-W. Lapierre, « Plan Marshall et indépendance nationale », […], p. 605.

« Seule une politique de résistance concertée et fermée à la pression américaine, de bonne utilisation des crédits pour la modernisation et l’équipement, et d’effort productif, de transformation hardie des structures économiques et sociales dans le sens d’un socialisme démocratique, peut permettre aux peuples européens de sauvegarder à la fois la paix et leur liberté16. »

5Les collaborateurs des Temps modernes et d’Esprit assimilent donc l’Europe à un ensemble de valeurs qui constituent le neutralisme d’après-guerre : la paix, le socialisme, la démocratie et l’indépendance, l’Europe devant former un troisième bloc. Mais ces valeurs sont déjà celles mises en avant par les intellectuels français dans l’entre-deux-guerres, l’idée européenne connaissant donc une certaine continuité au-delà de la rupture que constitue le deuxième conflit mondial.

Une Europe universelle ?

  • 17 Gilles Pécout (éd.), Penser les frontières de l’Europe du XIXe au XXIe siècle, Paris, PUF, 2004.
  • 18 Goulven Boudic, Esprit 1944-1982. Les métamorphoses d’une revue, Paris, Éditions de l’IMEC, 2005, p (...)
  • 19 Par exemple, en 1946, l’hebdomadaire Dzis i Jutro (Aujourd’hui et demain) reçoit un abonnement à Es (...)
  • 20 Piotr H. Kosicki, « Les intellectuels polonais et la pensée de Mounier », Vingtième Siècle, no 102, (...)

6Les collaborateurs des Temps modernes et d’Esprit définissent donc l’idée européenne comme un ensemble de valeurs à portée universelle. Cet universalisme apparaît notamment à propos de la question des frontières de l’« Europe17 ». D’emblée, ces intellectuels français précisent que l’« Europe » ne doit pas rassembler qu’une partie du continent, partie qui serait dressée contre l’autre. En effet, si les collaborateurs des deux revues perçoivent l’URSS comme une entité exogène à l’« Europe », à l’inverse, les pays de l’Est leur semblent être de potentiels partenaires européens. C’est notamment le cas de la Pologne qualifiée de « pays de référence18 » par Emmanuel Mounier qui s’y rend en 1946. Après ce voyage, Esprit entretient des relations suivies avec des Polonais, ce qui se traduit par l’envoi de textes19 ou par d’autres voyages, Jean-Marie Domenach se rendant de nouveau en Pologne en 195420.

  • 21 Henri Bartoli, « De l’Europe et du monde », Esprit, no 5, mai 1954, p. 656. Le livre est un réquisi (...)
  • 22 Ibid., p. 658.

7Mais les frontières de l’« Europe » sont encore plus vastes que le seul continent ; c’est une « Europe sans rivages » pour reprendre le titre éponyme d’un ouvrage de François Perroux (1954). Henri Bartoli, qui fait le compte rendu de ce livre « admirable21 » dans Esprit, définit l’Europe comme « une œuvre qu’aucun espace géographique ne borne, ni ne contient. Enfermer l’Europe dans un espace clos, c’est vouloir renoncer à sa vocation22 ». Les intellectuels des Temps modernes et d’Esprit regroupés dans le « Premier appel à l’opinion internationale » veulent donc construire une Europe sans autres frontières que celles des valeurs européennes. Cette dernière peut alors englober l’Afrique, représentée dans les revues par Léopold Sédar Senghor, signataire du « Premier appel à l’opinion internationale ». Mais il ne s’agit pas de l’Afrique comprise dans l’Union africaine et dans le Commonwealth mais d’une Afrique décolonisée, la colonisation apparaissant comme antagoniste avec les valeurs qui font l’essence de l’idée européenne. Toutefois, l’universalisme de l’Europe n’est jamais lié à l’universalisme chrétien. Dans Esprit notamment, la question religieuse n’est jamais abordée. L’« appel à l’opinion internationale » se termine sur ces mots :

  • 23 « Premier appel à l’opinion internationale », […], p. 796.

« Notre appel ne s’adresse donc pas seulement ni surtout aux Français, mais par-delà les frontières, à toutes les forces démocratiques et sociales du monde pour leur demander de se regrouper et de reprendre par-delà leurs divisions et ces nationalismes exaspérés qui dissimulent mal l’action occulte de puissances étrangères, la tradition internationale qui doit être inséparable du socialisme, et qui est le seul moyen d’assurer la paix23. »

8Cette phrase conclusive, récapitulant ce que représente l’idée européenne aux yeux des intellectuels d’Esprit et des Temps modernes, montre que celle-ci a une portée universelle ; c’est un internationalisme. Mais au cœur de cet universalisme se trouve l’Europe et plus particulièrement la France. D’ailleurs, Esprit et Les Temps modernes, deux revues pourtant ouvertes sur le monde, ayant des collaborateurs étrangers, ne leur donnent pas la parole à propos de la question européenne. La France et, en premier lieu, ses intellectuels jouent un rôle moteur.

Une Europe régénératrice ?

  • 24 Jean-Luc Chabot, Aux origines intellectuelles de l’Union Européenne, notamment p. 27.

9Dans la continuité de la pensée européenne de l’entre-deux-guerres24, l’Europe doit permettre de lutter contre le déclin du continent après la Seconde Guerre mondiale. Cela se fait par le biais des intellectuels qui ont une fonction de médiateurs comme le souligne Emmanuel Mounier :

  • 25 Emmanuel Mounier, « Déclaration de guerre », […], p. 607.

« Puisse en tous pays une milice d’intellectuels décidés de soutenir le réveil de l’instinct des peuples, cet instinct sûr mais lent, […] emporter la seule victoire préventive qui ne laisse point de ruines25. »

  • 26 En parallèle est créé le Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle qui comprend Domenach (...)

10Ce rôle social de l’intellectuel se concrétise par la fondation, en février 1948, du Rassemblement démocratique révolutionnaire (RDR), parti pro-européen qui milite pour « une libre fédération démocratique révolutionnaire des peuples ». Ce groupement d’intellectuels rassemble de nombreux collaborateurs des Temps modernes et d’Esprit de février 1948 à l’été 194926. Le RDR met surtout l’accent sur la jeunesse européenne qui apparaît être une force motrice pour la construction européenne et un vecteur de régénération pour l’Europe post-1945. La jeunesse, en tant que groupe social libéré du poids du passé, peut davantage définir le monde à venir en affirmant son existence. Ainsi, le bulletin du mouvement La Gauche-RDR (16-30 juin 1948) proclame :

  • 27 Selon le mot de Jean-Paul Sartre cité par Annie Cohen-Solal, Sartre, Paris, Gallimard, 1985, p. 514

« En faisant l’Europe, la jeunesse fera la démocratie. C’est par la constitution d’une fédération, par l’ébranlement d’un mouvement qui dépassera toutes les frontières que la jeunesse européenne pourra avoir enfin SON avenir, SA paix et SA vérité27. »

11Mais l’Europe apparaît aussi comme un moyen de régénérer la culture européenne et en premier lieu la littérature. Cet aspect de l’Europe est davantage souligné par Sartre et les collaborateurs des Temps modernes, plus ouverts à la littérature qu’Esprit. Dans son article-manifeste sur la littérature, « Qu’est-ce que la littérature ? », le directeur des Temps modernes considère que l’Europe peut être salvatrice pour la littérature :

  • 28 Jean-Paul Sartre, « Qu’est-ce que la littérature ? », Situations II, Paris, Gallimard, 1948, p. 314 (...)

« L’Europe socialiste […] est à faire […] les chances de la littérature sont liées à l’avènement d’une Europe socialiste, c’est-à-dire d’un groupe d’États à structure démocratique et collectiviste, dont chacun serait, en attendant mieux, dessaisi d’une partie de sa souveraineté au profit de l’ensemble28. »

  • 29 Jean-Paul Sartre, « Défense de la culture française par la culture européenne », Politique étrangèr (...)

12Sartre défend aussi cette idée dans « Défense de la culture française par la culture européenne29 » : il renverse alors le « paradoxe d’Iéna » selon lequel la philosophie allemande doit son essor à la défaite prussienne de 1806 pour privilégier une lecture marxisante. Pour Sartre, le rehaussement de la littérature dépend des conditions sociopolitiques de l’Europe.

13Les intellectuels des Temps modernes et d’Esprit partagent donc une même vision de l’« Europe » qui prend ses racines dans l’héritage intellectuel de l’entre-deux-guerres. Elle est définie comme une idée platonicienne vertueuse et, à ce titre, doit être promue. Or, avec les débuts de la construction européenne, leurs positions sont plus ambivalentes, leur idée ne s’incarnant pas, ne se traduisant pas concrètement.

Entre incertitude et ambivalence : les débuts de la construction européenne (1948-1951)

Le Plan Marshall

  • 30 André Rhimbaut, « Les États-Unis et l’Europe », Esprit, no 7, juillet 1947, p. 160.
  • 31 Raymond Aron, gaulliste, est pro-européen et favorable à l’alliance avec les États-Unis tandis que (...)
  • 32 T. M., « Complicité objective », Les Temps modernes, no 34, juillet 1948, p. 5.

14Les débuts de la construction européenne interrogent les intellectuels des deux revues et les laissent dans une posture d’incertitude particulièrement visible au moment du Plan Marshall. Bien qu’ils défendent une Europe distincte de l’URSS et des États-Unis, les neutralistes sont plutôt favorables à cette aide financière américaine qui permet de relever économiquement l’Europe. Leur position est alors éloignée de celle des communistes qui rejettent en bloc ce Plan. D’ailleurs, le refus catégorique et précoce de l’URSS est critiqué par un collaborateur d’Esprit en juillet 1947. Toutefois, une certaine méfiance accompagne cette acceptation, le Plan Marshall étant perçu comme un moyen de « faire passer la pilule » de la doctrine Truman considérée par les collaborateurs des Temps modernes et d’Esprit comme une politique belliciste30. Les intellectuels neutralistes adoptent donc une position intermédiaire, entre Aron et Aragon31. L’argumentation est la même dans les deux revues. Ainsi, un éditorial signé T. M. – c’est-à-dire probablement de Merleau-Ponty – considère que le Plan Marshall n’est pas impérialiste et qu’il répond à la nécessité pour les États-Unis de lier leur économie à celle des autres pays développés. C’est une cause interne, permettre la continuation de la consommation américaine, qui justifie cette aide extérieure aux yeux du philosophe français. En cela, le Plan ne peut pas être repoussé frontalement, d’autant plus qu’il peut permettre de donner un essor à l’Europe. Par contre, « il établit l’imperium32 » pour Merleau-Ponty et, à ce titre, mérite des réserves. Ainsi, ce n’est pas l’aide américaine en elle-même qui est visée mais l’utilisation impérialiste à laquelle elle peut conduire. Emmanuel Mounier résume alors la position de ces intellectuels français :

  • 33 E. Mounier, « Déclaration de guerre », […], p. 603.

« Nous disions oui à une aide technique qui laisserait l’Europe politiquement et stratégiquement indépendante. Nous disions non à toute tentative de dévier ce plan vers l’organisation économique et militaire d’un bastion stratégique33. »

15Rapidement, face au constat d’échec des pays européens à se réapproprier de manière autonome cette aide extérieure et face à l’émergence d’un « grand schisme » (Raymond Aron) sur le continent, les collaborateurs des revues existentialistes déchantent. L’orientation de l’Europe, neutraliste entre les deux blocs ou fédéraliste pro-américaine, est alors en jeu.

Neutralisme contre fédéralisme

  • 34 Bernard Voyenne, « Le congrès fédéraliste de Rome », Esprit, no 1, janvier 1949, p. 118-120.
  • 35 Jean-Marie Domenach, « Quelle Europe ? », Esprit, no 11, novembre 1948, p. 653.

16Dans les années 1945-1947, les collaborateurs des deux revues emploient le terme de fédéralisme et beaucoup, à l’instar de Sartre, acceptent que les États soient « dessaisis d’une partie de [leur] souveraineté au profit de l’ensemble. » Toutefois, dès que le fédéralisme européen est défini par des mouvements politiques, les intellectuels des Temps modernes mais surtout d’Esprit prennent leurs distances avec ce terme. En effet, le mensuel dirigé par Emmanuel Mounier s’intéresse de beaucoup plus près aux fédéralismes européens que la publication placée sous l’égide de Sartre. Cela est dû au fait que des anciens d’Esprit, voire certains de ses collaborateurs du moment, participent à ces mouvements, à l’instar de Denis de Rougemont, qualifié de « théoricien. » De même, la présence d’Henri Brugmans, « un des directeurs du mouvement personnaliste hollandais », est soulignée. Esprit ouvre également ses pages à des représentants du fédéralisme européen – Bernard Voyenne par exemple –, qui peuvent alors s’adresser directement aux lecteurs de la revue34. Toutefois, la revue cofondée par Mounier leur accorde relativement peu de place. Esprit souhaite « informer [ses] lecteurs sur les mouvements fédéralistes » mais ne pas s’y identifier. D’ailleurs, une distance est explicitement prise avec ces fédéralistes un temps proches d’Esprit. Jean-Marie Domenach écrit alors qu’il ne « suspect[e] nullement la pureté d’intentions » de Rougemont mais qu’il considère que les fédéralistes servent « les pires réalistes et march[ent] main dans la main de leurs ennemis35 », avant d’ajouter :

  • 36 Ibid., p. 647.

« Au sein de mêmes comités voisinent des fédéralistes proudhoniens comme Alexandre Marc et des hommes comme M. Larmeroux, président de l’association des propriétaires fonciers d’Europe, actuel président du Mouvement des États-Unis du Monde. De curieuses alliances s’ébauchent entre capitalistes et révolutionnaires, anciens vichystes et anciens résistants – unionistes et fédéralistes confondus : ils ont tous en commun, disent-ils, le même amour de l’Europe. En réalité, ils ont tous en commun d’abord la haine du communisme36. »

17Le proche de Mounier dénonce donc les collusions et l’anticommunisme de l’Europe en gestation dans un contexte de Guerre froide émergente.

  • 37 Ibid., p. 654.
  • 38 Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur et Pierre Milza (dir.), Le MRP et la construction européenne, Par (...)

18D’emblée, et sans équivoque, les membres de la revue personnaliste s’opposent alors aux « unionistes » considérés comme étant de droite et dont la figure de proue est Churchill. Leur position par rapport aux fédéralistes est plus nuancée. Ils distinguent d’abord les « francs-tireurs du fédéralisme ou partisans d’un fédéralisme mondial » comme Léo Hamon, des fédéralistes dits « classiques » tels que Voyenne, Brugmans, Rougemont. Une certaine sympathie émerge pour les premiers, alors que les prises de position des seconds sont dénoncées et notamment le fait de construire une « petite Europe » : « L’Europe, contre la plupart des fédéralistes, nous la revendiquons dans sa plénitude37 », écrit Domenach. Par ailleurs, ce dernier considère que le fédéralisme européen est « incompatible » avec le socialisme. Ainsi, une opposition de fond apparaît entre le fédéralisme, pro-occidental, qui façonne l’Europe à partir de la fin des années 1940 et le neutralisme qui, aux yeux des intellectuels des Temps modernes et d’Esprit, devrait être l’idéologie génitrice de l’Europe. Une autre voie est donc privilégiée pour construire l’Europe. Pour Esprit, cette divergence est aussi une différence de fond avec le parti démocrate-chrétien français, le MRP (Mouvement Républicain Populaire)38.

  • 39 Jean Baboulène, « L’Europe contre les attentismes », Esprit, no 3, mars 1951, p. 398.

19En 1951, Jean Baboulène écrit encore qu’« il semblerait […] que dans l’instant présent, l’Europe ne puisse se définir et se construire que par opposition au Pacte atlantique, c’est-à-dire dans le neutralisme39 ». Une telle conclusion est liée aux jugements portés sur les premières étapes concrètes de la construction européenne fédéraliste.

Les jugements d’Esprit face aux premières étapes de la construction européenne

20De 1948 à 1954, Les Temps modernes se désintéressent totalement de certaines étapes de la construction européenne, n’évoquant ni le Conseil de l’Europe, ni le Conseil des ministres, ni l’Assemblée européenne, ni la Cour de justice, ni la Haute Autorité, ni la CECA. Cela dénote plus un désintérêt qu’une hostilité, les collaborateurs de la revue dirigée par Sartre écrivant, au contraire, pour lutter contre les projets auxquels ils sont hostiles.

21À l’inverse, Esprit s’intéresse à de nombreuses mesures. Ainsi, un article évoque la création du Conseil de l’Europe et sa réunion à Strasbourg. Le jugement d’Arnold Mandel sur cette institution est sans appel :

  • 40 Arnold Mandel, « L’“Europe” à Strasbourg », Esprit, no 10, octobre 1949, p. 609-610.

« Peut-être qu’un jour ma ville natale deviendra vraiment la capitale d’une Europe “convenable” au lieu d’être le siège des comices de l’humiliation et de la futilité40. »

  • 41 Charles Ronsac, « Les États-Unis américains d’Europe ne sont pas l’Europe », Esprit, no 11, novembr (...)
  • 42 Alain Berger est presque le seul collaborateur à écrire sur cette étape de la construction européen (...)
  • 43 Alain Berger, « Significations du Plan Schuman », Esprit, no 10, octobre 1950, p. 555.
  • 44 Alain Berger, « Le pool et l’armée européenne », Esprit, no 11, novembre 1952, p. 747-750.
  • 45 Goulven Boudic, Esprit 1944-1982 […].
  • 46 Jean-Marie Domenach, « La fausse Europe », Esprit, no 4, avril 1953, p. 521.

22De même, Charles Ronsac commente les premières unions douanières. Pour lui, le Benelux, accord pour une union douanière passé à Londres en 1944 et ratifié seulement en 1947 par le parlement belge, est insatisfaisant de même que l’union douanière « Francital » entre la France et l’Italie41. Les premières étapes économiques de la construction européenne génèrent donc de la déception chez les collaborateurs de la revue personnaliste. Au contraire, sous la plume d’Alain Berger, les jugements à propos du Plan Schuman et de la CECA sont plutôt positifs42. Bien qu’il fasse d’abord le lien entre l’acier et les canons, le collaborateur d’Esprit souligne ensuite l’effet d’entraînement (spillover) en reprenant l’argumentaire des concepteurs du projet : « Les promoteurs du Plan, M. Schuman et M. Monnet, ont à diverses reprises insisté sur le fait que le but ultime du plan français était, par une “action immédiate sur un point limité mais décisif”, de jeter les bases d’une Fédération européenne, indispensable au développement économique de cette partie du monde et au maintien de la paix43 », autrement dit conforme au rôle que les intellectuels neutralistes attribuent à l’Europe. Deux ans plus tard, Alain Berger souligne le succès de l’entreprise – « l’Europe est sortie des limbes » – et souhaite que « l’intégration économique » poursuive son cours. Aux yeux du collaborateur de la revue dirigée alors par Jean-Marie Domenach, la CECA apparaît comme une machine irréversible dont il faut se servir dans l’intérêt des travailleurs44. Son directeur, quant à lui, a un avis un peu plus nuancé, symbolique des hésitations qui parcourent Esprit à ce moment45. En effet, il défend les « excellentes raisons » qui ont contribué à fonder la CECA mais précise que « l’Europe des Six, concevable comme association du charbon et d’acier, est un non-sens comme unité économique autarcique et doit être rejetée comme unité politique artificiellement fabriquée dans le cadre atlantique46 ». Domenach choisit alors de parler de « fausse Europe. » Les membres d’Esprit sont donc assez réservés envers les premières étapes de la construction européenne. Toutefois, dans leurs articles, on ne trouve pas de réflexions sur les formes institutionnelles que devrait prendre leur projet.

Le refus de l’« Europe réaliste » (1949-1954)

L’ennemi : la technocratie

  • 47 Ibid., p. 518.

23Les collaborateurs d’Esprit et des Temps modernes prennent donc leurs distances avec la construction européenne, émettant des critiques ou s’en désintéressant. Cela est surtout dû au refus de l’« Europe réaliste » telle qu’elle est faite par les technocrates. Pour Jean-Marie Domenach, l’Europe est le fruit de cette catégorie sociale, qui est en concurrence avec les intellectuels. Il tance alors « la technocratie qui s’installe à Luxembourg47 ». Il s’agit d’une forme de perpétuation du « désordre établi » dénoncé par Emmanuel Mounier dans les années 1930 :

  • 48 J.-M. Domenach, « Quelle Europe ? », […], p. 640.

« Il n’y avait pas que des révolutionnaires et des “non-conformistes” à La Haye, mais aussi douze anciens présidents du Conseil, soixante ministres et anciens ministres ; et le quart des délégués appartenaient à des Parlements européens48. »

24Ainsi, la régénération souhaitée avec la construction européenne n’a pas lieu, du moins politiquement. Une importante défiance se manifeste à l’égard des initiatives gouvernementales. Lors d’un meeting du RDR en décembre 1948, Jean-Paul Sartre déclare :

  • 49 Cité par Isabelle Corneloup, Sartre et le cercle des Temps modernes […], p. 55.

« Les hommes qui sont devant vous croient en l’Europe […]. Toute tentative pour unifier l’Europe, quand elle vient de la part des gouvernements ou des hommes en place est suspecte et précisément à cause de cela car nous pensons tout d’abord que c’est par l’union des masses européennes, des éléments progressistes d’Europe que cette unité européenne doit commencer49. »

  • 50 J.-M. Domenach, « La fausse Europe », […], p. 518.

25Une profonde dichotomie apparaît donc dans le discours des intellectuels neutralistes : opposition entre les petits et les grands, entre les peuples européens et les gouvernements, entre les intellectuels représentants des premiers et les technocrates issus des seconds. Les collaborateurs des deux revues se prononcent pour une Europe construite par le bas où « tout citoyen d’un pays européen » a un rôle à jouer. Ils sont alors particulièrement hostiles au mode d’élection des instances européennes puisqu’en suivant les lois électorales propres à chaque pays au lieu de créer des élections supranationales, les communistes sont évincés de ces institutions du fait des apparentements. Domenach reproche à l’Europe d’exclure « les représentants les plus qualifiés des classes ouvrières française et italienne50 », c’est-à-dire le PCF et le PCI, qui représentent environ un quart de l’électorat dans chacun des deux pays. Toutefois, la critique d’une Europe technocratique n’est pas propre aux intellectuels de ces deux revues, Raymond Aron partageant cet avis bien qu’il soit favorable à cette Europe atlantiste.

La CED ou la grande trahison

26De 1945 à 1954, le moment de la construction européenne qui mobilise le plus les collaborateurs des Temps modernes et, dans une moindre mesure, d’Esprit, est le projet d’armée européenne ou de Communauté européenne de Défense (CED). Dans un premier temps, le traité de Paris du 27 mai 1952 instituant la CED n’est pas commenté. Ce n’est qu’à l’hiver 1953-1954 que les intellectuels des deux revues prennent position, pendant le processus de ratification.

  • 51 Raymond Aron et Daniel Lerner, La Querelle de la C.E.D., Paris, Armand Colin, 1956. Pour les limite (...)
  • 52 Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Terrou (dir.), Histoire générale de la (...)
  • 53 Claude Estier, La Gauche hebdomadaire (1914-1962), Paris, Armand Colin, 1962, p. 203.
  • 54 Jean-Marie Domenach, « Le nouveau réarmement allemand », Esprit, no 1, janvier 1954, p. 665.

27Les Temps modernes et Esprit ne sont qu’une partie des adversaires de la CED, dans ce que Raymond Aron a appelé, non sans exagération, « l’affaire Dreyfus de la IVe République51 ». Dans le champ intellectuel, la presse de droite (hormis Le Rassemblement, gaulliste) est globalement favorable à la CED comme Le Figaro, Le Populaire, La Croix, Les Échos52. À l’inverse, la presse communiste (L’Humanité, etc.) mais également Combat, France-Observateur sont contre. Le Monde, L’Express, Témoignage Chrétien et Preuves sont mitigés mais le premier avec Hubert Beuve-Mery se positionne plus contre tandis que les deux suivants sont satisfaits du rejet53. Par le biais de son directeur en 1954, Jean-Marie Domenach, Esprit se positionne clairement en opposition avec le MRP qui soutient le projet54.

  • 55 [Editorial], « Contre la CED », Esprit, no 5, mai 1954, p. 641.
  • 56 Marcel Péju, « Pierre Mendès France ou les ambiguïtés », Les Temps modernes, no 109, janvier 1955, (...)

28Deux thèmes principaux motivent le refus de la CED : la rhétorique selon laquelle le projet d’armée européenne constitue une étape nécessaire du spillover et le refus du réarmement allemand dans le contexte de la Guerre froide. En mai 1954, un éditorial signé « Esprit » dénonce alors la « première mystification [qui] fut d’accrocher la CED au pool charbon-acier, pour la faire bénéficier, par un transfert frauduleux, des espoirs placés dans une tentative pacifique d’association économique55 ». Cela conduit au second argument, davantage mis en avant, le refus du réarmement allemand : « Il est plus loyal et plus fort de fonder notre refus de la CED sur le refus du militarisme allemand », poursuit l’éditorial d’Esprit, tandis que Dzelepy, collaborateur des Temps modernes, participe de la hantise du supposé militarisme germanique en dénonçant la « crainte bien fondée [du] réarmement de l’Allemagne revancharde et la renaissance du danger allemand ». Le projet de la CED est donc clairement assimilé à une intention belliqueuse dans le contexte de la Guerre froide et les collaborateurs des Temps modernes soulignent la tutelle américaine sur le projet par le biais du SHAPE (Supreme Headquarters Allied Powers in Europe), antenne de l’OTAN pour l’Europe. Ainsi, l’armée européenne apparaît être une trahison à l’égard de l’idéal pacifique européen. La revue dirigée par Sartre salue alors l’action de Pierre Mendès France qui contribue à faire échouer la CED56. Mais ce refus n’est pas celui de l’Europe.

Pour une autre Europe

  • 57 J. Pouillon, « Après la mort de la C.E.D. », […], p. 389.
  • 58 P. Buton, « La CED, L’Affaire Dreyfus de la Quatrième République ? », […], p. 51.
  • 59 Marcel Péju et Jean Pouillon, « Chronique politique : l’armée “européenne” contre l’Europe », Les T (...)

29Le refus de la CED n’est en effet pas synonyme de rejet de l’Europe mais est lié à la volonté de rester fidèle aux valeurs définies antérieurement. Jean Pouillon demande « qu’on ne dise pas qu’en rejetant la CED l’Assemblée nationale a pour longtemps rendu impossible l’unification européenne57 ». D’ailleurs, en octobre 1954, 62 % des Français sont favorables à une construction européenne, alors que deux mois auparavant, en août, seuls 31 % des Français étaient favorables à la CED58. Donc, à l’instar des Temps modernes et d’Esprit, les Français rejettent majoritairement la défense européenne sans être, pour autant, anti-européens. Au contraire, pour Péju et Pouillon, « le refus de la CED signifiera une action positive pour l’Europe59 » car cette dernière s’autonomise des États-Unis et affirme sa volonté de paix.

  • 60 J.-M. Domenach, « La fausse Europe », […], p. 529.

30Par ailleurs, les intellectuels neutralistes des deux revues mettent l’accent sur le caractère inéluctable de la construction européenne : « L’Europe se fera : elle est inscrite dans l’évolution moderne », écrit Jean-Marie Domenach60. Le projet européen ne désintéresse donc pas ces intellectuels et ce sont d’ailleurs souvent des personnalités de premier plan au sein des revues qui écrivent sur l’Europe : ainsi les trois directeurs – Jean-Paul Sartre pour Les Temps modernes, Emmanuel Mounier, puis Jean-Marie Domenach à Esprit – s’intéressent à cette question, ainsi que Jean Pouillon, cofondateur des Temps modernes, et Marcel Péju, qui devient secrétaire général de cette dernière revue à partir de 1953. L’« Europe » reste donc un leitmotiv des intellectuels neutralistes surtout dans le contexte de Guerre froide car, à leurs yeux, elle a un rôle central à jouer. Seule une profonde divergence de projets existe :

  • 61 J.-M. Domenach, « Quelle Europe ? », […], p. 652.

« Prenons-y garde. Nous sommes à un moment capital de l’histoire européenne. La fédération des peuples d’Europe, l’abandon des souverainetés nationales était jusqu’à maintenant le rêve le plus hardi des hommes de gauche ; il hanta les quarante-huitards, les communards, les syndicalistes, Jaurès, Briand, et, à sa seule évocation, les modérés hurlaient à l’utopie ou explosaient de ce gros rire qui couvrait les anticipations de Victor Hugo. Nous avons tous recueilli notre part de ce rêve, et Esprit l’avait brandi comme parade suprême devant la menace de guerre. Aujourd’hui les États-Unis d’Europe ont pour eux toute la réaction, du général de Gaulle à W. Churchill, et le capitalisme européen finance le fédéralisme. Le mot qui a tant soulevé d’idéal, on compte sur lui pour réchauffer des cœurs sincères et entraîner une partie de la gauche européenne61. »

31Ce sont sur ces mots que Jean-Marie Domenach conclut son article de novembre 1948 appelant à retrouver l’idéal trahi.

Conclusion

32Les intellectuels des Temps modernes et d’Esprit ne tournent donc pas le dos à l’Europe, l’idée européenne précédant la réalisation. Au contraire, ce sont d’emblée de fervents partisans de celle-ci. Mais pour eux, l’Europe signifie un ensemble de valeurs parmi lesquelles la paix, le socialisme, la démocratie, valeurs héritées au moins en partie des intellectuels européistes des années 1930. Or, avec la construction européenne telle qu’elle se déroule dans les années d’après-guerre, les intellectuels neutralistes ne voient pas leur projet s’incarner. Au contraire, des entreprises jugées technocratiques sont réalisées. L’utopie européenne ne se traduit pas concrètement et les collaborateurs des deux revues adoptent alors une position uchronique, dénonçant les étapes de la construction européenne.

Haut de page

Notes

1 Marc Ferro, « Préface » dans Lucien Febvre, L’Europe. Genèse d’une civilisation. Cours au Collège de France (1944-1945), Paris, Librairie Académie Perrin, 1999, ici p. 9.

2 Jean-Luc Chabot, Aux origines intellectuelles de l’Union Européenne : l’idée d’Europe unie de 1919 à 1939, Grenoble, PU de Grenoble, 2005, notamment p. 16-17 ; Philippe Niogret, La revue Europe et les romans français de l’entre-deux-guerres (1923-1939), Paris, L’Harmattan, 2004.

3 Les groupes Esprit sont des groupes qui servent notamment de lieux de discussion et de relais aux idées exprimées dans la revue (Michel Winock, Histoire politique de la revue Esprit (1930-1950), Paris, Seuil, 1975, p. 167).

4 Jean-Paul Sartre est le directeur de la revue, celui dont le nom apparaît sur la couverture, tandis que Maurice Merleau-Ponty en est le « directeur politique », celui qui s’occupe concrètement de la revue et des articles qui y sont publiés, en parallèle avec Simone de Beauvoir, en charge de la littérature.

5 Maurice Merleau-Ponty, Parcours I, Lagrasse, Verdier, 1997 [posthume], p. 74.

6 Robert Frank, « Les contretemps de l’aventure européenne », Vingtième Siècle, no 60, octobre-décembre 1998, p. 82-101.

7 Parmi les signataires se trouvent notamment Jean Baboulène, Simone de Beauvoir, Albert Béguin, Claude Bourdet, Albert Camus (qui n’est membre d’aucune des deux revues mais gravite autour des Temps modernes jusqu’en 1951), Jean-Marie Domenach, Georges Izard, Maurice Merleau-Ponty, Emmanuel Mounier ou Jean-Paul Sartre.

8 En effet, l’« appel à l’opinion internationale » renvoie dos à dos les États-Unis et l’URSS, les deux superpuissances étant perçues comme potentiellement belliqueuses. Voir Isabelle Corneloup, Sartre et le cercle des Temps modernes face aux constructions européennes (1945-1954), mémoire de maîtrise sous la direction de René Girault, Université Paris I, 1985.

9 Emmanuel Mounier, « Déclaration de guerre », Esprit, no 1, novembre 1948, p. 604.

10 Bien que la rédaction d’Esprit fût divisée à propos de la position à tenir au moment des accords de Munich en septembre 1938, la majorité des collaborateurs ont, à l’instar d’Emmanuel Mounier, dénoncé ces accords.

11 Ainsi, le « Premier appel à l’opinion internationale » stipule : « Nous ne sommes pas des pacifistes. Nous tenons au contraire le pacifisme pour abstrait et inefficace, parce qu’il veut éviter [la guerre] à tout prix. Nous ne mettons pas la Paix au-dessus de tout. Mais nous croyons que c’est l’homme qui fait l’histoire et que cette guerre-ci, absurde et injustifiable, doit être évitée » (« Premier appel à l’opinion internationale », Esprit, no 1, novembre 1947, p. 794).

12 E. Mounier, « Déclaration de guerre », […], p. 605.

13 Jean-William Lapierre, « Plan Marshall et indépendance nationale », Esprit, no 8, août 1948, p. 254.

14 « Premier appel à l’opinion internationale », p. 796.

15 Deux économistes, Pierre Uri et François Perroux, respectivement proches des Temps modernes et d’Esprit, écrivent sur l’économie européenne.

16 J.-W. Lapierre, « Plan Marshall et indépendance nationale », […], p. 605.

17 Gilles Pécout (éd.), Penser les frontières de l’Europe du XIXe au XXIe siècle, Paris, PUF, 2004.

18 Goulven Boudic, Esprit 1944-1982. Les métamorphoses d’une revue, Paris, Éditions de l’IMEC, 2005, p. 219.

19 Par exemple, en 1946, l’hebdomadaire Dzis i Jutro (Aujourd’hui et demain) reçoit un abonnement à Esprit tandis qu’en 1950, Jean-Marie Domenach envoie à un de ses confrères polonais deux des ouvrages de Mounier, Le Personnalisme et Feu la chrétienté.

20 Piotr H. Kosicki, « Les intellectuels polonais et la pensée de Mounier », Vingtième Siècle, no 102, avril-juin 2009, p. 31-47.

21 Henri Bartoli, « De l’Europe et du monde », Esprit, no 5, mai 1954, p. 656. Le livre est un réquisitoire contre l’Europe des Six.

22 Ibid., p. 658.

23 « Premier appel à l’opinion internationale », […], p. 796.

24 Jean-Luc Chabot, Aux origines intellectuelles de l’Union Européenne, notamment p. 27.

25 Emmanuel Mounier, « Déclaration de guerre », […], p. 607.

26 En parallèle est créé le Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle qui comprend Domenach, Mounier, Rovan, Merleau-Ponty, Sartre, etc. Le but de ce comité est d’« encourager l’Allemagne démocratique ». Le projet européen proposé par les intellectuels de ce comité et du RDR est le même que pour l’Allemagne en changeant d’échelle (Emmanuel Mounier, « Un comité France-Allemagne », Esprit, no 11, novembre 1948, p. 727).

27 Selon le mot de Jean-Paul Sartre cité par Annie Cohen-Solal, Sartre, Paris, Gallimard, 1985, p. 514.

28 Jean-Paul Sartre, « Qu’est-ce que la littérature ? », Situations II, Paris, Gallimard, 1948, p. 314-315.

29 Jean-Paul Sartre, « Défense de la culture française par la culture européenne », Politique étrangère, no 3, juin 1949, p. 233-249. Cité par Michel Contat et Michel Rybalka (Les Écrits de Sartre, Paris, Gallimard, 1970, p. 212-215).

30 André Rhimbaut, « Les États-Unis et l’Europe », Esprit, no 7, juillet 1947, p. 160.

31 Raymond Aron, gaulliste, est pro-européen et favorable à l’alliance avec les États-Unis tandis que Louis Aragon, communiste, est hostile à la construction européenne, considérée comme l’œuvre de la superpuissance occidentale et comme un instrument hostile à l’URSS.

32 T. M., « Complicité objective », Les Temps modernes, no 34, juillet 1948, p. 5.

33 E. Mounier, « Déclaration de guerre », […], p. 603.

34 Bernard Voyenne, « Le congrès fédéraliste de Rome », Esprit, no 1, janvier 1949, p. 118-120.

35 Jean-Marie Domenach, « Quelle Europe ? », Esprit, no 11, novembre 1948, p. 653.

36 Ibid., p. 647.

37 Ibid., p. 654.

38 Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur et Pierre Milza (dir.), Le MRP et la construction européenne, Paris, Complexe, 1993.

39 Jean Baboulène, « L’Europe contre les attentismes », Esprit, no 3, mars 1951, p. 398.

40 Arnold Mandel, « L’“Europe” à Strasbourg », Esprit, no 10, octobre 1949, p. 609-610.

41 Charles Ronsac, « Les États-Unis américains d’Europe ne sont pas l’Europe », Esprit, no 11, novembre 1948, p. 660.

42 Alain Berger est presque le seul collaborateur à écrire sur cette étape de la construction européenne, ce qui ne représente peut-être pas l’avis de toute la rédaction, bien qu’il n’y ait pas de chapeau introductif indiquant le contraire.

43 Alain Berger, « Significations du Plan Schuman », Esprit, no 10, octobre 1950, p. 555.

44 Alain Berger, « Le pool et l’armée européenne », Esprit, no 11, novembre 1952, p. 747-750.

45 Goulven Boudic, Esprit 1944-1982 […].

46 Jean-Marie Domenach, « La fausse Europe », Esprit, no 4, avril 1953, p. 521.

47 Ibid., p. 518.

48 J.-M. Domenach, « Quelle Europe ? », […], p. 640.

49 Cité par Isabelle Corneloup, Sartre et le cercle des Temps modernes […], p. 55.

50 J.-M. Domenach, « La fausse Europe », […], p. 518.

51 Raymond Aron et Daniel Lerner, La Querelle de la C.E.D., Paris, Armand Colin, 1956. Pour les limites de l’expression aronienne : Philippe Buton, « La CED, L’Affaire Dreyfus de la Quatrième République ? », Vingtième siècle, no 84, octobre-décembre 2004, p. 43-59.

52 Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Terrou (dir.), Histoire générale de la presse française, t. III : de 1871 à 1940, Paris, PUF, 1972, p. 448.

53 Claude Estier, La Gauche hebdomadaire (1914-1962), Paris, Armand Colin, 1962, p. 203.

54 Jean-Marie Domenach, « Le nouveau réarmement allemand », Esprit, no 1, janvier 1954, p. 665.

55 [Editorial], « Contre la CED », Esprit, no 5, mai 1954, p. 641.

56 Marcel Péju, « Pierre Mendès France ou les ambiguïtés », Les Temps modernes, no 109, janvier 1955, p. 961. Après le rejet de la CED, Les Temps modernes retombent dans un quasi-mutisme à propos de l’évolution de la construction européenne. Seuls deux articles de Jean Pouillon en octobre 1954 et de Marcel Péju en janvier 1955 évoquent les suites de cette affaire. Ce relatif silence des Temps modernes après le rejet de la CED peut éventuellement s’expliquer par la conscience que le réarmement allemand est inéluctable : « On peut […] soutenir que le réarmement se fera, bien qu’il soit absurde », prophétisent les collaborateurs de la revue. En janvier 1955, Marcel Péju conclut solennellement : « 287 députés [contre 256], la nuit du 31 décembre, votèrent la renaissance de la Wehrmacht. » Cela montre bien que l’opposition à la CED est surtout une opposition au réarmement allemand (Jean Pouillon, « Après la mort de la C.E.D. », Les Temps modernes, no 106, octobre 1954, p. 385-397 ; Marcel Péju, « Pierre Mendès-France ou les ambiguïtés », Les Temps modernes, no 109, janvier 1955, p. 961).

57 J. Pouillon, « Après la mort de la C.E.D. », […], p. 389.

58 P. Buton, « La CED, L’Affaire Dreyfus de la Quatrième République ? », […], p. 51.

59 Marcel Péju et Jean Pouillon, « Chronique politique : l’armée “européenne” contre l’Europe », Les Temps modernes, no 97, décembre 1953, p. 1102.

60 J.-M. Domenach, « La fausse Europe », […], p. 529.

61 J.-M. Domenach, « Quelle Europe ? », […], p. 652.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stève Bessac-Vaure, « L’idée européenne dans Esprit et Les Temps modernes : penser ou construire l’Europe ? Idéalisme intellectuel et refus du réalisme (1945-1954) », Siècles [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://siecles.revues.org/2635

Haut de page

Auteur

Stève Bessac-Vaure

Doctorant et allocataire-moniteur en histoire contemporaine
Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org