Navigation – Plan du site

La notion d’empire et la notion de légitimité politique

Jean-Luc Chappey
p. 11-127

Entrées d’index

Mots-clés :

empire, politique, légitimité

Keywords :

Empire, politics, legitimacy

Index chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur cet aspect, voir l’article de Philippe Bourdin dans ce recueil.

1Des débats préparant le senatus consulte du 18 mai au sacre de Bonaparte en décembre 1804, la notion d’empire envahit l’espace des discours politiques et, plus largement encore, le champ des productions intellectuelles et artistiques. Durant cette période, la notion sort des dictionnaires, des ouvrages historiques et érudits, pour devenir le support à partir duquel les parangons du pouvoir héréditaire cherchent à construire la légitimité du nouveau régime impérial. Il n’est pas question ici de présenter de manière exhaustive les diverses formes et usages de la notion d’empire, mais, plus modestement, d’en dégager et d’en comprendre certains enjeux. Alors que cette notion appartient depuis longtemps, par le biais de leur formation et de leurs lectures, au « bagage » culturel et intellectuel des élites sociales et politiques révolutionnaires et que son usage (susceptible d’alimenter rêves et nostalgies) n’est en rien original, il n’en reste pas moins que son introduction dans l’espace politique pour désigner le régime mis en place en 1804 mérite d’être interrogée : si l’on ne peut prétendre sérieusement que Napoléon s’est réellement identifié à un nouveau Charlemagne ou César, il convient en effet de questionner le rôle joué par cette notion dans la recomposition de la scène politique, non seulement nationale, mais aussi européenne. De fait, il convient de se détacher des interprétations téléologiques, et parfois trop simplistes, qui prétendent ne voir dans la mise en place de l’Empire que le produit de l’ambition personnelle d’un Bonaparte soucieux de s’élever au rang d’ancêtres glorieux et illustres. S’il faut naturellement prendre en compte la place particulière qu’occupe cette notion dans l’imaginaire symbolique et politique du Bonaparte (mirage oriental, rêve carolingien ou nostalgie romaine ?) et de ceux qui le servent1, il convient également de réfléchir à la dimension pragmatique, voire opportuniste, de son appropriation et de son utilisation en 1804. La mise en place du régime impérial n’est absolument pas « naturelle » ou évidente : comme pour les différents régimes qui l’ont précédé, Bonaparte et ses partisans doivent encore imposer une légitimité qui pose problème. A ce titre, la notion d’empire apparaît comme un instrument susceptible de permettre, d’un côté, la ré-appropriation de formes de légitimité anciennes et héritées et, de l’autre, l’invention de formes politiques nouvelles. Ainsi, telle qu’elle est utilisée en 1804, elle apparaît comme le produit d’un véritable bricolage théorique, comme une notion plurivoque dont la caractéristique première est qu’elle ne renvoie à aucun modèle ou héritage formalisé. Plutôt que de partir à la quête des « origines » (historiques ou orientales, individuelles ou collectives…) de cette notion, j’ai tenté d’en étudier les fonctions ; elle m’apparaît en effet comme un opérateur à partir duquel se construit un espace de discours et « s’invente » un nouveau système politique. Dans cette optique, cette notion d’empire ne renvoie pas à un passé plus ou moins lointain, mais constitue un support performatif pour des actions politiques, voire diplomatiques, auxquelles elle ouvre un champ de possibilités multiples. C’est justement parce que la notion joue un rôle moteur dans la construction du régime qu’il est impossible d’en cerner strictement les contours et l’on peut se demander si son caractère particulièrement efficace ne repose pas justement sur sa nature ambiguë, complexe, et sur l’effet de brouillage qu’elle instaure. Pour mener cette réflexion, je me suis appuyé sur deux types de documents : 1) les discours tenus au Tribunat — institution qui reste encore sous le Consulat un espace privilégié du débat politique — entre le 28 avril et le 3 mai 1804 au terme desquels fut présentée au Sénat la motion portant sur la création de l’Empire ; 2) les manuels d’histoire et de géographie publiés au lendemain de la proclamation de l’Empire, écrits qui jouent un rôle crucial dans la légitimation du nouveau régime.

  • 2 Annie Jourdan, Napoléon, héros, imperator, mécène, Aubier, 1998.
  • 3 Jean-Paul Bertaud, La France de Napoléon (1799- 1815), Paris, 1987, p. 64.

2L’introduction de la notion d’empire s’inscrit indéniablement dans les nombreuses « stratégies de l’effet » destinées à frapper l’imagination et à renforcer la charge symbolique du pouvoir bonapartiste2 : Napoléon, érigé en véritable médiateur entre Dieu et les hommes, est doté d’un pouvoir exceptionnel. Mais quelle est la nature de ce régime impérial ? Entre république et monarchie, l’empire apparaît comme un régime particulièrement ambigu ; la signification de la notion devient à ce titre l’objet essentiel des débats qui s’engagent au Tribunat. Dans leurs différentes interventions, les Tribuns, favorables à l’instauration d’un pouvoir héréditaire concentré entre les mains de Bonaparte, insistent sur la continuité qui existerait entre l’Empire et le régime républicain, et plus largement avec la Révolution. Dans cette perspective, ils mettent particulièrement en évidence le rôle joué par les contre-pouvoirs et les limites apportées au pouvoir exécutif. Une distinction est ainsi faite entre l’empereur, soumis au contrôle des lois, et le « despote » ou le « tyran » dont le pouvoir est illimité. Dès lors, l’instauration du régime impérial ne semble pas marquer une rupture par rapport au principe de légitimité républicaine fondé sur la souveraineté du peuple : dans leurs discours, les tribuns ne cessent de se présenter comme des organes qui doivent répondre — en votant favorablement à l’instauration de l’Empire — à une volonté du peuple garantie théoriquement par la Constitution, par le recours au plébiscite et par les élections3. Selon les représentants de la légitimité officielle, l’instauration de l’Empire doit ainsi assurer l’achèvement de la Révolution en mettant un terme aux « excès » et aux « abus » qu’elle aurait provoqués. Le recours à l’histoire joue sur ce point un rôle essentiel. Comme pour Charlemagne, l’instauration de l’Empire en 1804 apparaît comme le produit d’une période de troubles politiques : l’évocation du complot de Cadoudal, le danger d’une restauration monarchique conjuguée à la renaissance des troubles dans les différents départements alimentés par l’Angleterre, constituent autant d’éléments qui tendent à construire l’image d’une France menacée à l’intérieur comme à l’extérieur. Lors de ces débats auxquels la presse donne un large écho, la mythologie construite autour du personnage de Bonaparte présenté comme le « Sauveur », l’homme providentiel, se renforce : le « héros » passe alors du statut d’imperator, c’est-à-dire de chef de guerre victorieux, à celui d’empereur, chef suprême de l’Etat. Ecoutons ainsi Jean-François Curée, député non-régicide à la Convention et président du Tribunat depuis 1801, qui présente, le 28 avril, la motion portant sur l’établissement du régime impérial et sur l’hérédité du pouvoir exécutif :

  • 4 Jean-François Curée, Motion d’ordre du tribun Curée, sur l’émission d’un vœu tendant à ce que Napol (...)

« En même temps donnons un grand nom à un grand pouvoir ; concilions à la suprême magistrature du premier empire du monde le respect d’une dénomination sublime. Choisissons celle qui, en même temps qu’elle donnera l’idée des premières fonctions civiles, rappellera de glorieux souvenirs, et ne portera aucune atteinte à la souveraineté du peuple. Je ne vois pour le chef du pouvoir national aucun titre plus digne de la splendeur de la nation que le titre d’Empereur »4.

3Bien que le Tribunat n’ait aucun pouvoir pour entériner une telle proposition, plusieurs mois de tractations et d’intrigues avaient joué en faveur des intérêts de Bonaparte et les orateurs qui succèderont à Curée seront, pour l’essentiel, acquis à l’idée d’un changement de régime. Comme le Consulat avant lui, l’instauration de l’Empire est présentée par les porte- parole de Bonaparte comme l’étape ultime du processus révolutionnaire. La Révolution constitue d’ailleurs la condition qui aurait rendu possible l’instauration de l’Empire. Progressivement se dessine le portrait d’un « Empereur populaire » et, à cet égard, il convient de souligner la place importante accordée à la valorisation de la figure de Jules César qui, républicain avant d’être empereur, est préférée à celle d’Auguste. Dans un ouvrage de circonstance rédigé par un certain Barbet et publié au printemps 1804, il est ainsi affirmé que

  • 5 M. Barbet, Les Trois Hommes illustres ou dissertation sur les institutions politiques de César-Augu (...)

« la Révolution ne peut craindre d’être mise en cause, puisqu’elle est la première base de la haute fortune de Bonaparte et que ses principes populaires font partie du système politique créé par ce héros […]. Le titre impérial peut donc s’allier avec les institutions d’une république qui, consacrant elle-même par ses lois le dogme politique de l’unité, est gouvernée par un magistrat à vie »5.

  • 6 Les orateurs choisis pour défendre le passage à l’Empire se présentent d’ailleurs tous comme des « (...)
  • 7 Cette argumentation sera défendue encore par Napoléon durant son exil à Saint-Hélène. Selon lui, « (...)

4Nombreux sont les tribuns6 qui cherchent à réinscrire la mise en place du nouveau régime dans l’histoire de la Révolution. Selon eux, la mise en place d’un pouvoir exécutif héréditaire entre les mains d’un seul doit être considérée comme la condition unique et nécessaire pour renforcer la stabilité de la République et la protéger contre ses ennemis7 : on voit là le lien qui s’établit entre l’instauration de l’Empire et le coup d’Etat de Brumaire an VIII. Il semble ainsi que, si son nom change, le régime impérial ne marque pas une rupture avec le régime précédent. Comme le fait remarquer un des partisans les plus enthousiastes, Jacques Thomas Lahary,

  • 8 Opinion de Lahary (de la Gironde), sur la motion d’ordre tendante à ce que la dignité impériale soi (...)

« Il n’y a donc ici rien de changé que le nom ; la constitution reste inébranlable ; le pouvoir est le même, ou, pour mieux dire, il sera plus concentré, mieux garanti et plus sagement balancé. Ce pouvoir est toujours dans les mêmes mains, qui l’ont si miraculeusement dirigé. Enfin Napoléon Bonaparte ne cesse pas d’être le chef de la nation, mais il l’est sous une nouvelle qualification ; nous ne l’appellerons plus Premier Consul, nous ne le désignerons désormais que sous le titre d’Empereur »8.

  • 9 Lazare Nicolas Marguerite Carnot, Discours prononcé par le citoyen Carnot, sur la motion d’ordre re (...)

5Si la légitimité politique de l’empereur repose sur le peuple, reste que la question des limites et des garanties contre le « despotisme » demeure ouverte. Or, la valorisation et l’héroïsation du personnage de l’empereur permettent de lever en grande partie le problème des contre-pouvoirs : dans un argumentaire qui relève du discours organiciste, les « qualités » physiques et morales accordées à Napoléon Bonaparte sont érigées en garanties « internes » et exclusives susceptibles de prévenir la mise en place d’un pouvoir tyrannique au sein du corps politique ; si l’Empire reste « républicain » et « populaire », c’est que celui qui se voit offrir le pouvoir héréditaire détient en même temps les capacités nécessaires à limiter son pouvoir et à en prévenir le caractère despotique. Or, comme le souligne Lazare Carnot, l’un des seuls à faire entendre une voix discordante au Tribunat, qui s’appuie ici sur la signification traditionnelle de la notion d’empire, celle-ci fait glisser le statut du régime vers un autre horizon, celui de la monarchie : « Aujourd’hui se découvre enfin d’une manière positive le terme de tant de mesures préliminaires : nous sommes appelés à nous prononcer sur la proposition formelle de rétablir le système monarchique, et de conférer la dignité impériale et héréditaire au premier Consul »9.

  • 10 Jean-Luc Chappey, « Les idéologues face au coup d’Etat du 18 brumaire an VIII. Des illusions aux dé (...)
  • 11 Sur ce point, voir Isser Woloch, Napoléon and his Collaborators. The Making of a Dictatorship, New (...)
  • 12 J.B. Bonet, Du gouvernement héréditaire et de l’influence de l’autorité d’un seul sur les arts, Par (...)
  • 13 Cf. Louis du Broca, Les quatre fondateurs des dynasties françaises, Paris, chez ubroca, 1806, p. iv
  • 14 Ibidem, p. 324 et 329.
  • 15 Sur ce point, voir Paolo Viola, J.-C. Martin (dir.), « Napoléon, chef de la révolution patriotique  (...)

6Selon Carnot qui réaffirme la légitimité du coup d’Etat de Brumaire an VIII et justifie la concentration du pouvoir exécutif au nom de la défense de la République, l’instauration de l’Empire marque bien une rupture avec cette dernière et un retour à la monarchie. Critiquant particulièrement le principe d’un pouvoir héréditaire, Carnot souligne également que le régime impérial ne peut être comparé à la « dictature », ce pouvoir exceptionnel, mais provisoire, auquel les partisans de la République, et en particulier les rédacteurs de la Décade philosophique et du Conservateur, ont pu être favorables sous le Directoire10. Pour Carnot, l’instauration de l’Empire marque donc bien une atteinte aux « libertés » et une rupture avec la République. A travers ce débat qui oppose Carnot aux partisans de Bonaparte11, on saisit combien l’appropriation de la notion d’empire a pu jouer un rôle stratégique : en permettant de se situer dans un double héritage, républicain et monarchique, elle ouvre de nouvelles possibilités d’action en permettant à Napoléon de construire une autre configuration politique. Alors que durant les débats au Tribunat d’avril-mai 1804, les partisans de l’Empire ont cherché à inscrire la notion dans un horizon républicain, l’efficacité performative de cette notion réside dans le fait qu’elle peut être également utilisée pour justifier, à l’inverse, une rupture complète avec l’héritage révolutionnaire et républicain. Le recours à l’histoire, par le biais de la publication d’ouvrages de circonstance ou de manuels scolaires, joue encore ici un rôle essentiel. Napoléon prend désormais place dans « la dynastie de la gloire »12 et l’Empire, en fermant la parenthèse révolutionnaire, réinscrit la France dans son histoire monarchique. Cette idée apparaît par exemple chez Louis Dubroca pour qui la période révolutionnaire doit être considérée comme un « interrègne »13. On voit ainsi comment la notion d’empire est ambiguë dès qu’il s’agit de définir la nature précise du régime impérial. Entre monarchie et république, elle constitue en quelque sorte un support lexicologique indéterminé, flou qui rend parfaitement bien compte de la nature particulière d’un régime qui, cherchant aussi bien à rompre avec la monarchie des Bourbons qu’avec la République, tente d’inventer un nouvel espace politique susceptible de légitimer davantage le renforcement du pouvoir personnel de Bonaparte. Tout en recherchant l’ancrage dans un passé proche ou lointain, les auteurs d’écrits favorables à l’Empire ne cessent d’insister sur le caractère particulièrement novateur d’un nouveau régime dont il serait, en dépit des nombreux recours à l’histoire, impossible de rechercher les origines dans le passé et de le rattacher à un héritage. Ainsi, toujours selon Dubroca, que « l’on cesse d’établir quelque comparaison entre les chefs des précédentes dynasties royales et le fondateur de la première dynastie impériale […]. La fondation de l’empire français a des caractères auxquels rien dans notre histoire ne ressemble »14. Ces affirmations quant au caractère original et neuf du régime impérial sont importantes. En effet, il semble que c’est justement parce que la notion d’empire laisse planer une ambiguïté quant au modèle de régime auquel elle renvoie (république ou monarchie ?) qu’elle constitue un outil essentiel dans la construction du nouvel espace politique. Au lendemain de mai 1804, rien n’est encore joué et il serait faux de penser que l’évolution du régime impérial vers un despotisme de plus en plus affiché était déjà en germe. Ce qui est important, c’est que l’introduction de la notion d’empire ouvre justement un champ d’interprétations variées et des possibilités multiples d’actions quant à l’évolution future du régime. Notion souple, elle porte en elle des possibilités nombreuses et divergentes, légitimant en quelque sorte a priori les formes possibles de l’évolution du régime. Il s’agit de créer un régime nouveau, un pouvoir mixte auquel la notion d’empire doit donner corps et cohérence. Dans les faits, on le sait, la rupture avec les principes du régime républicain domine ; néanmoins, en 1804 et jusque dans les années 1808-1809, la référence à la République et à la Révolution reste encore nécessaire pour assurer la légitimité du régime. De fait, l’introduction de la notion d’empire dans l’espace politique a en quelque sorte valeur de programme politique. En 1804, Napoléon et ses partisans tentent de redonner corps à l’idéal de « réconciliation » affirmé depuis le début du Consulat. Ayant pour objectif d’empêcher le retour des Bourbons au pouvoir, l’instauration de l’Empire marque néanmoins une étape essentielle dans la politique menée par Bonaparte depuis le Consulat pour « réconcilier » la France révolutionnaire avec son passé monarchique, mais aussi pour rendre impossible le retour à des formes politiques anciennes : en recourant à la notion d’empire, il s’agit de légitimer davantage l’exclusion hors de ce nouvel espace politique de tous ceux qui, des « démocrates » aux « contre-révolutionnaires » (amalgamés par le même processus de stigmatisation), refusent de se plier aux formes officielles de la légitimité politique. Dans cette optique, on peut dire que l’introduction de cette notion d’empire marque une nouvelle étape dans le processus de dépolitisation et de neutralisation des oppositions politiques15. Il est intéressant de voir comment Napoléon Bonaparte, exilé à Sainte-Hélène, utilise encore cette ambiguïté pour justifier son régime : il affirme avoir voulu défendre la République tout en utilisant les formes et les apparences de la monarchie, stratégie de défense qui, on le sait, déforme la réalité d’un pouvoir impérial qui rompt, particulièrement à partir de 1808-1809, avec l’idéal républicain. Ainsi, tout en rendant impossible le « retour » à des formes politiques anciennes, l’introduction de la notion d’empire marque une étape essentielle dans l’entreprise de « réconciliation » des élites politiques et sociales. Nous assistons à la mise en place d’un régime dont la nature proprement exceptionnelle et ambiguë permet à Napoléon Bonaparte de reprendre l’initiative politique et de détruire, temporairement au moins, les différentes oppositions. Nous pouvons dès lors faire l’hypothèse que l’instauration de l’Empire est le résultat d’une sorte d’essoufflement du pouvoir politique de Bonaparte sous le Consulat : face à des oppositions de plus en plus ouvertes, il s’agirait d’inventer un nouvel ordre politique pacifié et ainsi, comme le prétendent les thuriféraires du nouveau régime, de « terminer » la Révolution en s’appuyant, sur le plan symbolique, sur les bénéfices liés aux victoires militaires. S’il s’agit de se tourner vers un passé plus ou moins idéalisé, il s’agit surtout de construire un avenir politique encore incertain et, cela est souvent occulté, fragile. La nécessité de renforcer davantage la légitimité politique de Bonaparte renvoie également à des enjeux géographiques : confronté à des mouvements de contestation très violents à l’intérieur d’un territoire élargi et fortement hétérogène, il s’agit, à travers l’introduction de la notion d’empire, de construire l’unité du territoire français et d’en tracer les frontières.

  • 16 June K. Burtok, « L’enseignement de l’histoire dans les lycées et les écoles primaires sous le prem (...)
  • 17 Plus généralement, on constate que ce secteur éditorial constitue un nouveau créneau dans lequel s’ (...)
  • 18 M. Barbet, Les Trois Hommes illustres […], op. cit., p. 242-243.
  • 19 Isabelle Laboulais-Lesage, « De la mise en ordre du territoire : le recours au discours géographiqu (...)
  • 20 Hegewische, Histoire de l’empereur Charlemagne, Paris, Henrichs, an XIII (1805), 507 p., p. 384.

7Si le recours à l’histoire a joué un rôle central dans la légitimation du régime impérial16, la géographie a occupé également une fonction majeure dans cette stratégie de légitimation. Cette importance accordée par le nouveau régime à la géographie se marque par la publication de nombreux ouvrages destinés aux classes des lycées, ouvrages commandés et subventionnés par l’Etat17. Parmi ces ouvrages, on peut citer l’Abrégé de géographie universelle de Guthrie (1805), l’Abrégé de la géographie moderne de Pinkerton (1805), le Nouvel Atlas de géographie de Delamarche (1806), l’Atlas historique de Las Casas (1807) ou le Dictionnaire géographique ou Description des Empires de Ladvocat (1806). Ces ouvrages pédagogiques (dont certains sont des rééditions réactualisées pour la circonstance) permettent aux lecteurs, à partir d’une cartographie particulièrement soignée, de prendre la mesure des nouvelles frontières d’une France élargie : « Les frontières de l’empire français sont reportées à ces limites que leur avaient assignées les victoires de Charlemagne […]. Des peuples, depuis près de onze siècles, séparés de la France, réunis à ses domaines, accroissent sa population, sa force militaire et son territoire. Notre heureuse nation devient le premier peuple de l’univers »18. Or, l’utilisation de la notion d’empire joue un rôle essentiel dans la construction de cette nouvelle géographie politique de la France19. Il semble en effet qu’elle permet, en 1804, de lever la tension existant entre l’hétérogénéité des peuples et des Etats et l’affirmation d’une unité, d’une homogénéité (comme dans l’espace politique, la mise en place de l’Empire doit permettre la destruction des « partis » et des « factions »). L’introduction de la notion d’empire aurait comme effet stratégique de répondre à la difficulté, récurrente durant toute la Révolution, de construire l’homogénéité des peuples et l’unité du territoire. A la lecture des différents ouvrages de géographie, une réalité s’impose qui est celle de la grande diversité des peuples et des territoires qui composent l’Empire : la diversité linguistique n’est qu’un élément de cette extrême hétérogénéité du territoire et des peuples, hétérogénéité que les enquêtes statistiques départementales publiées à partir de 1801 ne cessent de mettre en lumière. Plus qu’elle ne reflète une réalité déjà constituée, la notion d’empire vient donc donner corps à un ensemble géographique et politique qu’il faut encore construire (par les lois, l’enseignement…). Dans cette perspective, les manuels de géographie peuvent être considérés comme des textes à valeur performative, servant autant à donner cohérence à un espace géographique qu’à affirmer le caractère légitime des frontières nationales : que cela soit de manière métaphorique ou géographique, la notion sert ainsi à tracer les nouveaux contours d’un espace politique en France, comme en Europe. Si la notion d’empire justifie aux yeux des géographes des comparaisons avec des empires anciens (celui de Charlemagne) ou contemporains (l’Empire allemand), cette notion est considérée comme l’étape nécessaire dans le progrès de la civilisation : le progrès démographique, économique, l’extension des frontières géographiques justifient la mise en place du nouveau régime impérial. On retrouve cette idée chez l’historien allemand Dietrich Hermann Hegewisch dont est traduit et publié en 1805 l’Histoire de l’empereur Charlemagne. Pour lui, seul le rassemblement des petits Etats sous l’autorité de Charlemagne a empêché que ces Etats ne sombrent dans une « barbarie incurable »20. Le deuxième constat porte sur le principe d’unité de la Nation. L’Empereur devient le centre exclusif autour duquel l’ensemble doit s’organiser : c’est lui qui instaure l’ordre et construit l’unité entre des parties dont la diversité est reconnue ; il s’agit de rendre possible la mise en place d’une politique centralisatrice sur un espace dont on reconnaît l’extrême hétérogénéité. C’est ce qu’affirme le tribun Christophe Guillaume Koch :

  • 21 Christophe Guillaume Koch, Opinion du citoyen Koch, tribun, sur le gouvernement héréditaire, Imprim (...)

« Il m’a toujours été démontré, et il l’est sans doute à tous ceux qui réfléchissent sur les matières politiques, qu’un Etat tel que la France, que sa position topographique, que l’étendue de ses frontières, la grandeur de sa population, sa richesse territoriale et industrielle appellent à jouer un premier rôle parmi les puissances européennes, doit avoir une unité d’action des plus parfaites, une suprême magistrature unique, à laquelle aboutissent, en dernier ressort, toutes les branches du pouvoir exécutif. Ce principe est même applicable à tout État qui aspire à avoir quelque poids dans la balance politique de l’Europe »21.

  • 22 Sur ce point, voir J. Chas, Parallèle de Napoléon 1er avec Charlemagne, Paris, imp. de Dondey-Dupré (...)
  • 23 Cf. Hegewisch, Histoire de l’empereur Charlemagne, op. cit., p. vii : Napoléon est présenté comme u (...)
  • 24 Cf. Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues sous B (...)

8La notion d’empire constitue une rupture du modèle républicain construit autour du principe d’une nation fondée sur la reconnaissance de la souveraineté des différents peuples qui la constituent. Avec la mise en place de l’Empire, l’unité de la Nation ne dépend plus de la libre adhésion des peuples, mais s’impose par le haut. C’est désormais l’empereur qui devient comme la source unique et exclusive de l’homogénéité nationale (à travers ses représentants que sont les préfets, par exemple) : c’est d’ailleurs l’origine de la relation directe qu’il peut revendiquer avec le peuple (on trouve là la justification du plébiscite). Mais cette notion marque également une rupture par rapport à la monarchie où toutes les parties (les provinces) sont représentées comme autonomes (selon le tribun Villot de Fréville, « ce qu’on appelait le royaume de France se divisait en une infinité de parties hétérogènes »). Il s’agit ainsi de construire une unité entre les parties d’un territoire élargi dont la cohérence ne reposait jusqu’alors que sur des victoires militaires22. Avec l’instauration de l’Empire est affirmé un principe d’unité qui émane de l’Etat impérial et plus précisément de la personne de l’empereur23. Une même logique traverse les productions scientifiques. En 1804, une violente querelle met au prise les « Idéologues » et le médecin autrichien Gall24. Cette querelle dépasse largement les contours de l’espace médical puisque l’enjeu est d’imposer une nouvelle métaphorisation corporelle de l’espace politique. Selon Gall, le corps humain est composé de différentes parties dont l’équilibre et l’unité sont assurés par le cerveau, véritable moteur de l’organisation physiologique du corps humain. S’il reconnaît que toutes les parties agissent les unes sur les autres, ces interactions sont entièrement contrôlées par le cerveau. En 1804, et ce n’est naturellement pas un hasard, le médecin Cabanis, chef de file des « Idéologues » de l’Institut national et fervent défenseur de la République durant le Directoire, réédite ses Rapports du physique et du moral : alors que Gall bénéficie de la protection de Bonaparte, il s’agit pour Cabanis de lutter contre « l’empire du cerveau » et montrer que l’organisation physiologique du corps humain est tout entière fondée sur les rapports entre des parties dont aucune ne saurait commander aux autres. En 1804, au moment où s’efface le paradigme des « rapports du physique et du moral » et l’idéal de « l’Encyclopédie vivante », l’Empire met en place une nouvelle organisation du « corps » de la Nation française. Au moment où s’imposent, dans un autre domaine scientifique, les théories de Volta contre celles de Galvani, l’Empire se présente tel le corps qui est traversé d’un courant électrique qui part de la personne de l’empereur dont le « génie » devient le support de l’équilibre et de la stabilité de l’ensemble. Le symbole de cette unité est incarné par le Code civil qui électrise en quelque sorte tout le territoire : l’Empire se définit ainsi par « l’empire de la loi » à partir duquel doit se construire son homogénéité. C’est ainsi que, selon François de Neufchâteau, « ce vaste territoire, devenu homogène, se classe naturellement au nombre des premiers empires ». Cette construction n’a pas seulement des enjeux intérieurs, mais participe pleinement à la construction de la diplomatie napoléonienne : avec l’autonomie apparente accordée aux différents royaumes et états qui composent l’Empire, Napoléon favorise la recomposition de « corps » autonomes selon une stratégie de polarisation que l’on retrouve dans d’autres domaines de l’espace politique et social ; dans cette configuration, l’empereur devient la figure centrale qui donne cohérence à l’ensemble. Derrière la valorisation officielle de l’idée de « confédération » des Etats et des royaumes, la notion d’empire légitime l’organisation hiérarchique et centralisée autour d’un pouvoir qui renforce ainsi son contrôle sur un ensemble géographique dont l’unité ne reposait encore que sur les victoires militaires. C’est ainsi que Delamarche auteur d’un Atlas élémentaire publié en 1806 trace une distinction entre la monarchie et l’Empire :

  • 25 C.F. Delamarche, Atlas élémentaire composé de XXXIII cartes [3ème édition], chez l’auteur, 1806, 16 (...)

« L’Empire est un état dont le souverain prend le titre d’empereur ou un titre équivalent, comme celui de Grand Seigneur en Turquie, de Czar dans la Grande Russie, de toujours Auguste, de César, de sacrée Majesté en Allemagne […]. Le nom d’Empire vient de l’Antiquité ; elle s’en est servie pour exprimer une domination qui, ayant conquis ou rendu tributaires plusieurs états voisins, surpassait de beaucoup les états ordinaires par sa vaste étendue. C’est pour cette raison qu’elle a donné le nom d’Empire à l’étendue des dominations des Assyriens, des Mèdes, des Babyloniens, des Perses, des Grecs quoique leurs chefs ne prissent que le titre de Roi »25.

  • 26 Annie Jourdan, « Napoléon et la paix universelle. Utopie et réalité », in J.-C. Martin (dir.), Napo (...)
  • 27 Sur les débats européens concernant la question des rapports entre monarchies et républiques pendan (...)
  • 28 H. Prévost Saint-Lucien, Histoire de l’Empire français sous le règne de son premier Empereur, Paris (...)
  • 29 Antoine Casanova, Napoléon et la pensée de son temps : une histoire intellectuelle singulière, Bout (...)
  • 30 Christophe Guillaume Koch, Opinion du citoyen Koch, tribun, sur le gouvernement héréditaire, op. ci (...)
  • 31 C.F. Delamarche, Atlas élémentaire composé de XXXIII cartes, op. cit., p. 47.
  • 32 Joseph-Jérôme Siméon, Discours prononcé par Siméon, sur la motion d’ordre relative au gouverne- men (...)
  • 33 Jacques Thomas la Hary, Opinion de Lahary (de la Gironde), sur la motion d’ordre tendante à ce que (...)
  • 34 M. Barbet, Les trois Hommes illustres, op. cit., p. 5-6.
  • 35 [Anonyme], De Louis XIV et de Napoléon 1er, Empereur des Français et Roi d’Italie, Paris, imp. de G (...)

9La notion d’empire sert ainsi à construire, en même temps qu’elle le légitime, un nouvel ordre politique européen où la France se trouve placée en position prééminente. Les différentes « républiques » (comme la République batave) ou monarchies (comme la monarchie italienne à partir de 1805) apparaissent comme subordonnées dans cette nouvelle organisation. C’est par-là affirmer la puissance européenne de la France et marquer clairement la supériorité politique de l’empereur sur les autres représentants des États voisins. La cohérence de l’Empire tient tout entière dans la personne de l’empereur et non pas dans l’affirmation de la supériorité d’une nation sur une autre26. On peut estimer que cette stratégie sert ainsi à rompre symboliquement avec la représentation d’une « nation française » conquérante. L’empire renvoie à un idéal de fusion et d’uniformisation des Etats qui renvoie à l’idéal de la « grande famille » sur lequel l’empereur fonde sa légitimité politique. Avec la mise en place de l’Empire français, c’est une volonté de construire un ordre stable, un équilibre européen qui est affirmée27. L’utilisation de cette notion permet d’affirmer une sorte de statu quo qui vise, dans le contexte particulier de la guerre opposant l’Angleterre et la France à partir de 1803, à mettre en place les conditions possibles d’un rapprochement de la France avec d’autres puissances continentales. En un mot, l’introduction de la notion d’empire semble jouer un rôle stratégique dans la tentative de faire sortir la France de son isolement et de la réintégrer dans le concert des nations européennes en rendant de nouveau possibles les alliances entre la France et les grandes puissances européennes, en particulier avec les autres empires européens. Sur ce point, la notion d’empire paraît être le support essentiel d’une action diplomatique : il s’agit de délimiter nettement une sphère d’influence (montrer sa puissance), mais aussi d’affirmer des limites à cette puissance. L’historien officiel Prévost Saint-Lucien rapporte ainsi les propos de Napoléon prononcés le 17 mars 1805 lorsque ce dernier devient roi d’Italie : « ce qui a été réuni à notre Empire par les lois constitutionnelles de l’Etat, y restera réuni. Aucune nouvelle province n’y sera incorporée, mais les lois de la République batave, l’acte de médiation des dix-neuf cantons suisses et ce premier statut du royaume d’Italie, seront constamment sous la protection de notre couronne et nous ne souffrirons jamais qu’il y soit porté atteinte »28. Il s’agit, à travers ces propos, de marquer les limites de la zone d’influence de la France, zone qui doit permettre sa protection et qui ne saurait être disputée par une autre puissance. Par-là, la France ne fait qu’affirmer une influence semblable aux autres grandes puissances continentales, tel que l’Empire russe. En se conformant aux formes politiques des régimes européens, il s’agit, comme le rappelle Antoine Casanova, de « rendre la France nouvelle acceptable pour les monarchies d’Europe »29. La notion d’empire est sur ce point particulièrement stratégique. Elle permet de clore l’épisode d’une République considérée comme expansionniste et rendue coupable des guerres. L’Empire permet non pas seulement de rattacher la France à son passé monarchique, mais d’affirmer une conformité, une normalité retrouvée. On peut véritablement parler ici d’un effet stratégique du terme d’empire : la France perd ainsi sa spécificité révolutionnaire et républicaine inquiétante et réintègre les rubriques traditionnelles de la classification des régimes européens. Comme le souligne encore Christophe Guillaume Koch dans son discours au Tribunat en floréal an XII, « son chef héréditaire doit être revêtu de toute la majesté nationale. Un titre éminent doit lui être conféré, qui soit adapté aux usages reçus parmi les membres de la grande famille européenne. C’est l’intérêt le plus cher de la France ; c’est celui de sa tranquillité et de son bonheur qui exige cette mesure »30. Dans les manuels scolaires, il s’agit désormais de réinscrire l’histoire de l’Empire au sein de l’histoire des autres monarchies européennes et de faire disparaître la « parenthèse » révolutionnaire. L’histoire et la géographie viennent encore seconder cette stratégie : de nombreux manuels viennent rappeler les conditions de la formation des empires russes et allemands et ainsi en soulignent le caractère historique, et donc récent, autant d’éléments qui — en creux — permettent de rendre le nouveau régime français d’autant plus acceptable. Dans son Atlas, Delamarche insiste sur les attributs communs entre la France et les autres monarchies européennes : « L’Empire héréditaire est celui auquel les enfants succèdent ou les proches héritiers, comme l’Empire des Turcs, celui de la Grande Russie et l’Empire français […]. Les Royaumes sont aussi héréditaires comme l’Espagne, l’Angleterre, la Hongrie, la Bohème »31. On peut ainsi interpréter l’introduction de la notion d’empire à la lumière d’un programme diplomatique destiné à imposer un nouvel équilibre en Europe. La notion d’Empire recouvre en elle plusieurs champs de possibilité. En premier lieu, il apparaît que l’empire sert de fondement à un programme d’alliances diplomatiques permettant à la France de sortir de son isolement. Il s’agit de reprendre contact avec les puissances européennes. Cette idée est affirmée par Siméon : « A mesure que nous nous sommes éloignés des formes mobiles du gouvernement de plusieurs, les gouvernements d’Europe avec lesquels nous étions en trop grande disparité nous ont rendu plus d’égards, de considération et de confiance. Ils ont compté davantage sur la solidité des négociations et des traités, sur l’unité et la persévérance dans les vues ; ils désirent pour leur propre tranquillité ce que nous voulons pour la nôtre »32. Il s’agit particulièrement de construire la possibilité d’une alliance avec l’Empire russe. Ecoutons sur ce point le tribun Lahardy : « Oh ! non certes, ce ne sera pas l’empereur Alexandre, qui marche si glorieusement sur les traces de ses Illustres ancêtres ; qui réalise tout ce qui lui paraît beau, grand et utile ; qui chaque jour crée, améliore ou perfectionne ses institutions à l’instar des nôtres ; qui appelle les Philosophes et les Publicistes de tous les pays pour répandre l’instruction et les lumières dans ses vastes Etats ; non, ce ne sera pas un tel Prince, si grand admirateur de Bonaparte, son digne émule et son ami particulier, qui prendra pour offense de le voir décoré d’un titre dont il est lui-même revêtu »33. Cette idée se trouve encore particulièrement illustrée dans l’ouvrage de M. Barbet, dédicacé à l’empereur de toutes les Russie : « Sire, […] il me semble que la France et la Russie ne forment qu’un vaste empire […]. Cette union intime forme un faisceau de puissance qui garantit à l’Europe son repos politique, et fait le désespoir de ce peuple de marchands […]. Tous les efforts du machiavélisme anglais se réunissent en ce moment pour séparer vos intérêts de ceux de votre fidèle et puissant allié […]. Donnez la main à votre allié, le chef auguste de l’Empire français, et une route spacieuse et facile, conduit sur les rives de l’Inde, les vainqueurs du Rhin, du Danube et de l’Adige »34. Cette alliance diplomatique entre la France et la Russie doit permettre l’instauration d’un nouvel équilibre continental européen, susceptible de faire contre-poids à l’Angleterre présentée comme « la monarchie universelle des mers »35 et, en un mot, de « terminer la Révolution », non plus seulement en France, mais aussi en Europe. Cet usage de la notion d’empire justifie dès lors les nombreuses affirmations selon lesquelles la mise en place de l’Empire porte en elle les conditions d’une paix européenne, plus généralement d’une paix universelle. Il devient en effet envisageable de signer la paix avec l’Angleterre car, comme le prétend Lahardy,

  • 36 Jacques-Thomas Lahary, Opinion de Lahary, op. cit.

« s’il était un moyen quelconque de se réconcilier avec elle, nous le trouverions peut-être dans l’appareil extérieur des formes monarchiques, dont nous paraissons nous envelopper, vu que c’est-là à peu près le seul caractère de légitimité qu’elle reconnaisse dans les gouvernements avec qui elle traite. Emprunter de pareilles formes, c’est donc plutôt se rapprocher que s’éloigner d’elle ; et par conséquent l’établissement d’une nouvelle dynastie peut beaucoup moins être un obstacle à la paix qu’un expédient pour terminer la guerre […]. En acceptant le Gouvernement Impérial, Bonaparte fera un appel à tous les rois. Cet appel, ils l’entendront ; et bientôt arrivera cette époque, la plus mémorable de toutes, où nous verrons se réaliser ce philanthropique système de paix universelle, qui n’a été jusqu’ici qu’un beau rêve ».36

  • 37 Baron O’CaHill, La France et son Empereur. Vrai bonheur pour tout l’Univers, Paris, 1804, 16 p., p. (...)
  • 38 On sait que cet idéal de « paix universelle » est contredit, dans les faits, par la politique de Na (...)
  • 39 Comme le rappelle Marc Belissa, le « lieu commun des Lumières qui associait monarchie et guerre de (...)
  • 40 Lazare Carnot, Discours prononcé par le citoyen Carnot, sur la motion d’ordre relative au gouvernem (...)

10Comme l’affirme le baron O’Cahill, ancien colonel et aide de camp du roi de Sardaigne, « par l’avènement de Bonaparte à la dignité d’Empereur, toutes les causes pour commencer une guerre n’ont plus lieu […]. La France en se remettant dans le rang des Monarchies, donne l’assurance à tous les Monarques et Souverains d’une Paix perpétuelle, c’est donc un bienfait inexprimable pour tout l’Univers »37. La notion d’empire semble ainsi associée à la construction possible d’un idéal de paix universelle qui, dans la quête de légitimité du régime français, devient un mot d’ordre essentiel38 : il s’agit de tourner le dos à une « République » accusée — par les théoriciens contre-révolutionnaires en particulier39— d’avoir bouleversé l’ordre européen et d’avoir produit les conditions d’une « guerre perpétuelle ». En introduisant la notion d’empire dans la logique diplomatique, il s’agit de permettre la construction d’un nouvel ordre et équilibre européen et d’achever la « transition » révolutionnaire qui, pour ses adversaires, était synonyme de guerre. On comprend dès lors pourquoi la référence à Bossuet et à son Discours sur l’histoire universelle dont une nouvelle édition est publiée en 1805, est réappropriée pour légitimer la création de l’Empire : celle-ci semble en effet être le produit de la Providence. Cette idée est encore une fois combattue par Carnot qui affirme que la mise en place de l’Empire peut très bien avoir l’effet inverse et provoquer l’hostilité des grandes puissances : « Espère-t-on, en élevant cette nouvelle dynastie, hâter l’heureuse époque de la paix générale ? Ne sera-ce pas plutôt un nouvel obstacle ? A-t-on commencé par s’assurer que les autres grandes puissances de l’Europe adhéreront à ce nouveau titre ? Et si elles n’y adhérent pas, prendra-t-on les armes pour les y contraindre ? Ou après avoir rabaissé le titre de Consul au-dessous de celui d’Empereur, se contentera-t-on d’être Consul pour les puissances étrangères, tandis qu’on sera Empereur pour les seuls Français ? »40.

  • 41 Pierre Serna, « ‘Gouvernement du lion… ou règne de l’astre brillant ?’ Le 18 brumaire au regard des (...)
  • 42 Cf. les travaux de Natalie Petiteau, en particulier Napoléon de la mythologie à l’histoire, Seuil, (...)

11A cet égard, Carnot semble avoir joué le rôle de Cassandre : durant son exil à Sainte-Hélène, l’empereur déchu ne cesse de justifier son échec par l’attitude des monarques européens qui n’auraient jamais accepté de traiter comme égal et d’intégrer dans la grande famille des « princes européens », cet empereur français « issu de la canaille ». Il apparaît que nous sommes confrontés avec la notion d’empire à un véritable bricolage théorique suffisamment efficace pour s’adapter à toutes les attentes d’un régime soucieux d’assurer sa stabilité. A lire les discours et autres récits de circonstance qui en construisent la légitimité officielle, la notion d’empire constitue un opérateur d’autant plus efficace qu’il s’agit d’une notion souple et modelable, susceptible de répondre aux contradictions du nouveau régime41. Si, en se réappropriant cette notion, Napoléon ne pouvait ignorer le caractère transitoire et éphémère des différents empires dont il se proclamait l’héritier et dont il connaissait les décadences, il convient de constater qu’il a lui-même donné à cette notion une nouvelle charge politique et symbolique. Sur ce point, le succès de cette réappropriation peut être recherché du côté de la « mémoire » construite autour d’une notion dont l’écho se fait entendre pendant toute l’histoire politique du 19ème siècle42.

Haut de page

Notes

1 Sur cet aspect, voir l’article de Philippe Bourdin dans ce recueil.

2 Annie Jourdan, Napoléon, héros, imperator, mécène, Aubier, 1998.

3 Jean-Paul Bertaud, La France de Napoléon (1799- 1815), Paris, 1987, p. 64.

4 Jean-François Curée, Motion d’ordre du tribun Curée, sur l’émission d’un vœu tendant à ce que Napoléon Bonaparte, actuellement premier Consul, soit déclaré empereur des Français, et à ce que la dignité impériale soit déclarée héréditaire dans sa famille, Imprimerie

5 M. Barbet, Les Trois Hommes illustres ou dissertation sur les institutions politiques de César-Auguste, de Charlemagne et de Napoléon Bonaparte, Paris, chez Michelet, an XII (1804), p. 265.

6 Les orateurs choisis pour défendre le passage à l’Empire se présentent d’ailleurs tous comme des « hommes de la Révolution ».

7 Cette argumentation sera défendue encore par Napoléon durant son exil à Saint-Hélène. Selon lui, « le gouvernement impérial était une espèce de République », cit. in Antoine Casanova, Napoléon et la pensée intellectuelle de son temps. Une histoire intellectuelle singulière, Paris, 2001, Boutique de l’Histoire, p. 228.

8 Opinion de Lahary (de la Gironde), sur la motion d’ordre tendante à ce que la dignité impériale soit conférée au Premier Consul Napoléon Bonaparte, et soit déclarée héréditaire dans sa famille en réponse à l’opinion contraire de son collègue Carnot, Imprimerie Nationale, 1804, 46 p.

9 Lazare Nicolas Marguerite Carnot, Discours prononcé par le citoyen Carnot, sur la motion d’ordre relative au gouvernement héréditaire, Imprimerie Nationale, 1804, 10 p.

10 Jean-Luc Chappey, « Les idéologues face au coup d’Etat du 18 brumaire an VIII. Des illusions aux désillusions », Politix, 2001, p. 56.

11 Sur ce point, voir Isser Woloch, Napoléon and his Collaborators. The Making of a Dictatorship, New York/ Londres, 2001, p. 104-110.

12 J.B. Bonet, Du gouvernement héréditaire et de l’influence de l’autorité d’un seul sur les arts, Paris, Ballard, an XII (1804), 15 p., p. 9

13 Cf. Louis du Broca, Les quatre fondateurs des dynasties françaises, Paris, chez ubroca, 1806, p. iv.

14 Ibidem, p. 324 et 329.

15 Sur ce point, voir Paolo Viola, J.-C. Martin (dir.), « Napoléon, chef de la révolution patriotique », Napoléon et l’Europe, P.U.R., 2002, p. 42-44.

16 June K. Burtok, « L’enseignement de l’histoire dans les lycées et les écoles primaires sous le premier Empire », Annales d’Histoire de la Révolution française, 1972, p. 98-109.

17 Plus généralement, on constate que ce secteur éditorial constitue un nouveau créneau dans lequel s’engouffrent de nombreux auteurs en quête de réputation.

18 M. Barbet, Les Trois Hommes illustres […], op. cit., p. 242-243.

19 Isabelle Laboulais-Lesage, « De la mise en ordre du territoire : le recours au discours géographique pour cautionner les nouveaux découpages territoriaux », in Jean-Pierre Jessenne (éd.), Du Directoire au Consulat. 3. Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’Etat- Nation, Université de Rouen, 2001, p. 563-573.

20 Hegewische, Histoire de l’empereur Charlemagne, Paris, Henrichs, an XIII (1805), 507 p., p. 384.

21 Christophe Guillaume Koch, Opinion du citoyen Koch, tribun, sur le gouvernement héréditaire, Imprimerie Nationale, 1804, 3 p.

22 Sur ce point, voir J. Chas, Parallèle de Napoléon 1er avec Charlemagne, Paris, imp. de Dondey-Dupré, an XIII (1805), 18 p., p. 9-10.

23 Cf. Hegewisch, Histoire de l’empereur Charlemagne, op. cit., p. vii : Napoléon est présenté comme un « guerrier infatigable qui fait taire les discordes civiles […] qui rassemblent sous son sceptre vingt peuples différents par la langue, les mœurs et les usages ».

24 Cf. Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues sous Bonaparte, Société des Etudes robespierristes, 2002, chapitre 6.

25 C.F. Delamarche, Atlas élémentaire composé de XXXIII cartes [3ème édition], chez l’auteur, 1806, 164 p., p. 47.

26 Annie Jourdan, « Napoléon et la paix universelle. Utopie et réalité », in J.-C. Martin (dir.), Napoléon et l’Europe. Colloque de la Roche-sur-Yon, P.U.R., 2002, p. 55-69.

27 Sur les débats européens concernant la question des rapports entre monarchies et républiques pendant la période directoriale, voir Anna-M. Rao, « Républiques et monarchies à l’ère révolutionnaire : une diplomatie nouvelle ? », A.H.R.F., 1994, p. 267-278.

28 H. Prévost Saint-Lucien, Histoire de l’Empire français sous le règne de son premier Empereur, Paris, chez l’auteur, an XII (1805), 32 p., p. 18.

29 Antoine Casanova, Napoléon et la pensée de son temps : une histoire intellectuelle singulière, Boutique de l’histoire, 2000, p. 230.

30 Christophe Guillaume Koch, Opinion du citoyen Koch, tribun, sur le gouvernement héréditaire, op. cit.

31 C.F. Delamarche, Atlas élémentaire composé de XXXIII cartes, op. cit., p. 47.

32 Joseph-Jérôme Siméon, Discours prononcé par Siméon, sur la motion d’ordre relative au gouverne- ment héréditaire, Imprimerie Nationale, [Séance extraordinaire du 11 floréal an XII], 1804, 11 p.

33 Jacques Thomas la Hary, Opinion de Lahary (de la Gironde), sur la motion d’ordre tendante à ce que la dignité impériale soit conférée au Premier Consul Napoléon Bonaparte, op. cit.

34 M. Barbet, Les trois Hommes illustres, op. cit., p. 5-6.

35 [Anonyme], De Louis XIV et de Napoléon 1er, Empereur des Français et Roi d’Italie, Paris, imp. de Gillé, an XIII (1805), 15 p.

36 Jacques-Thomas Lahary, Opinion de Lahary, op. cit.

37 Baron O’CaHill, La France et son Empereur. Vrai bonheur pour tout l’Univers, Paris, 1804, 16 p., p. 4

38 On sait que cet idéal de « paix universelle » est contredit, dans les faits, par la politique de Napoléon pour qui la guerre reste un fondement essentiel de son gouvernement.

39 Comme le rappelle Marc Belissa, le « lieu commun des Lumières qui associait monarchie et guerre de conquête est retourné : c’est la nature républicaine elle- même qui est dangereuse pour la paix continentale », in « Les conséquences de la Révolution française sur l’ordre européen d’après les écrivains contre-révolution- naires (1795-1800) », La Révolution française. Idéaux, singularités, influences, Presses Universitaires de Grenoble, 2002, p. 205-218.

40 Lazare Carnot, Discours prononcé par le citoyen Carnot, sur la motion d’ordre relative au gouvernement héréditaire, Imprimerie Nationale, 1804, 10 p.

41 Pierre Serna, « ‘Gouvernement du lion… ou règne de l’astre brillant ?’ Le 18 brumaire au regard des historiens contemporains du premier Consulat (1800-1802) », Jean-Pierre Jessenne (éd.), Du Directoire au Consulat. 3. Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’Etat- Nation, Université de Rouen, 2001, p. 347-367.

42 Cf. les travaux de Natalie Petiteau, en particulier Napoléon de la mythologie à l’histoire, Seuil, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Chappey, « La notion d’empire et la notion de légitimité politique », Siècles, 17 | 2003, 11-127.

Référence électronique

Jean-Luc Chappey, « La notion d’empire et la notion de légitimité politique », Siècles [En ligne], 17 | 2003, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://siecles.revues.org/2673

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Chappey

CHEC, Université Blaise Pascal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org