Navigation – Plan du site

Les religieux, les saints et les dévotions

Entre pastorale et identité des ordres.
Marek Derwich et Bernard Dompnier
p. 3-10

Texte intégral

  • 1 Pour la période médiévale, voir en particulier la table ronde de l’EFR, Faire croire. Modalités de (...)
  • 2 On retiendra particulièrement, comme essai de réflexion sur cette thématique, S. Nanni (dir.) Devoz (...)
  • 3 On parle ici d’objet de la piété ou de la dévotion pour tous les destinataires d’une vénération cla (...)
  • 4 J. Le Brun, « Dévotion et dévotions à l’époque moderne », Siècles, n° 12, 2000, p. 139-150.
  • 5 Pour une vue d’ensemble de ces formes de relations, Les mouvances laïques des ordres religieux, Sai (...)
  • 6 B. Hours, « Réseaux laïques de dévotion à l’enfance autour du Carmel de Beaune : le cas parisien au (...)
  • 7 M.-H. Froeschlé-Chopard et F. Hernandez, « Les dévotions des confréries, reflet de l’influence des (...)

1Qu’il s’agisse du christianisme médiéval ou du catholicisme moderne, les exemples ne manquent pas qui font apparaître les religieux au premier rang dans la diffusion des dévotions, dont monastères et couvents constituent d’ailleurs fréquemment le lieu d’éclosion1. Le Rosaire demeure ainsi durablement lié aux dominicains, même après que beaucoup d’autres ordres religieux se furent faits les propagandistes de cette pratique de piété et que le tissu des confréries eut gagné les paroisses les plus reculées. Le test de l’iconographie suffit pour s’en convaincre : la remise du Rosaire à saint Dominique et sainte Catherine demeure durablement la scène centrale des tableaux et rappelle ainsi jusque dans les villages à quelle famille religieuse la dévotion doit son origine. Le privilège – au moins théorique – des prêcheurs pour la concession d’indulgences contribue aussi au maintien du Rosaire dans une étroite association à l’ordre. Cet exemple invite donc en définitive à considérer le lien qui unit les dévotions aux religieux d’un double point de vue : si elles leur doivent leur propagation et leur succès, elles peuvent aussi être constitutives de leur identité ; comme le Rosaire le montre, elles participent à la construction de leur image. Dans le champ de la spiritualité, elles traduisent aussi hors du cloître les options que valorise un ordre et le caractérisent pour une durée qui peut être longue. Le rapport entre religieux et dévotions relève donc de plusieurs niveaux d’analyse. Ajoutons que, même si la règle n’est pas absolue – comme le Rosaire le montre parfaitement –, c’est autour de la figure de saints que se noue le plus fréquemment cette relation complexe, qui met en jeu les rapports que les religieux entretiennent à l’Église et à la société. Si l’on cherche à définir plus précisément les diverses facettes de ces rapports, l’aspect apparemment le plus simple à étudier semble celui du rôle des religieux dans la diffusion des dévotions, encore qu’il recouvre un ensemble de questions diverses, rarement abordées pour elles-mêmes, plus rarement encore dans un cadre comparatif entre les familles régulières2. S’il faut certes introduire des distinctions entre ordres actifs et contemplatifs, on ne saurait toutefois oublier que les uns et les autres disposent de certains moyens communs pour répandre de nouveaux objets de piété ou propager de nouvelles formes de dévotion3. Le plus important est le lieu où les fidèles peuvent partager le culte avec eux, les églises monastiques et conventuelles. Qu’elles soient situées dans des villes ou dans des bourgs de taille plus modeste, voire isolées dans un « désert », ces églises constituent des pôles où vient s’exprimer la piété des fidèles, qui effectuent ainsi la plupart du temps la démarche constitutive des « dévotions », celle d’opter pour des pratiques de piété surnuméraires4. Les raisons qui poussent ainsi vers les églises des moines et des religieux sont diverses. Parfois, c’est la présence d’une image sacrée, dont le monastère – qui peut avoir été fondé à cette fin – a reçu la garde et qu’il propose à la vénération, de la simple statue rustique à la riche icône chargée de symbolique qu’est la Vierge de Jasna Góra chez les Paulins de Częstochowa. Parfois, le support de l’influence dévotionnelle des religieux est fourni par les mouvances spirituelles qui créent autour des maisons des réseaux aux figures diversifiées5. Il s’agit ici de confréries ou de tiers ordres ; ailleurs, de simples affiliations par lettre, voire d’une toile plus virtuelle encore lorsque sa trame est constituée principalement de l’échange de correspondances spirituelles entre des dévots et des religieux. La diffusion de la dévotion à l’Enfant Jésus autour du Carmel de Beaune fournit un bel exemple de cette modalité de fonctionnement au XVIIème siècle6. Finalement, dans le champ de l’histoire de la piété, l’apostolat des ordres actifs ne constitue peut-être qu’une sorte de prolongement de l’activité que tous les moines et religieux déploient quotidiennement dans leurs propres édifices, souvent par anticipation de ce qu’ils proposent ensuite au-dehors à travers leurs prédications ou au cours de leurs missions. Le cas des confréries semble probant : lorsqu’une nouvelle titulature apparaît dans une contrée – et, avec elle, une nouvelle expression d’une forme de piété –, c’est fréquemment dans les églises conventuelles qu’elle se rencontre d’abord7. L’église conventuelle fonctionne souvent comme un laboratoire de l’innovation dévotionnelle.

  • 8 Voir en particulier M. Rosa, Settecento religioso. Politica della Ragione e religione del cuore, Ve (...)
  • 9 L. Châtellier, La religion des pauvres. Les sources du christianisme moderne. XVIème-XIXème siècles(...)

2Si, de manière incontestable, la nouveauté dévotionnelle trouve dans les religieux les agents les plus actifs de sa diffusion tout au long de l’histoire du christianisme médiéval et du catholicisme moderne, la détermination des motifs qui conduisent à leur engagement au service d’une nouvelle figure de la piété à un moment donné demeure l’une des questions les plus complexes dans ce champ de recherche. Certes, diverses explications sont à rechercher au-delà du seul monde des réguliers, tant il est évident que l’émergence d’objets dévotionnels inédits trouve ordinairement sa source dans les mutations globales des contextes spirituels, eux-mêmes tributaires de plus larges changements culturels et théologiques. Le succès du Sacré-Coeur au XVIIIème siècle illustre parfaitement ces phénomènes8. L’activité des religieux peut donc souvent être perçue comme une composante de plus amples mouvements qui affectent le champ de la piété, et cela peut expliquer qu’il arrive qu’à un moment donné un nombre important d’ordres diffusent la même dévotion. Mais ce constat général ne dispense pas de recourir par ailleurs à un questionnaire plus serré, visant à cerner plus précisément leur action et à caractériser leur rôle spécifique, de manière à définir le degré d’autonomie de leurs entreprises et à mieux comprendre les dynamiques profondes de leur relation aux fidèles dans le commerce sacral. En schématisant sans doute à l’excès, on peut distinguer des situations dans lesquelles les religieux répondent à une demande et d’autres où l’offre se fait davantage motu proprio, même si l’on n’ignore pas les étroits enchevêtrements qui existent entre les deux catégories ainsi distinguées par commodité. L’adaptation des propositions dévotionnelles aux attentes des fidèles, qui peut correspondre à la volonté des ordres de s’assurer un meilleur enracinement dans une contrée ou un plus grand succès auprès d’un groupe social, est incontestable dans beaucoup de cas, tels tous ceux où – à des époques variées – ils se font les défenseurs, voire les promoteurs, de cultes de recours autour de statues réputées miraculeuses. Mais on trouve aussi des figures plus complexes caractérisées par une véritable adaptation, notamment lorsque l’essor de certaines dévotions participe au XVIIIème siècle à l’émergence d’une « religion des pauvres »9.

  • 10 Voir, par exemple, la propagande active des jésuites en faveur du culte de saint Ignace au moment d (...)

3Dans d’autres situations, à l’opposé, l’initiative appartient pleinement aux religieux. La promotion du culte de nouveaux saints semble toute entière relever de cette catégorie, qui englobe à coup sûr la diffusion de la dévotion aux fondateurs et aux autres personnages ayant porté le même habit que leurs zélateurs. L’intervention des religieux commence même parfois avant la canonisation officielle et vise à l’accélérer par l’accroissement de la fama sanctitatis. Cette recherche d’amplification des cultes de la famille, si elle n’est pas dépourvue d’objectifs strictement religieux, tend aussi à améliorer la reconnaissance sociale et le prestige de l’ordre, en insistant sur la puissance de ses intercesseurs célestes, susceptibles de prendre le pas sur ceux qui étaient traditionnellement vénérés10. Mais il existe aussi sans doute des dévotions dont les religieux se font les propagateurs de manière tout à fait gratuite, si l’on veut conserver un vocabulaire emprunté à l’économie ; on pense ici plus particulièrement à celles qu’ils développent d’abord au sein de leurs maisons parce qu’elles sont en harmonie avec leur sensibilité spirituelle et qu’ils proposent ensuite à leurs réseaux dévots, voire plus largement encore. Globalement, dans tous les cas où le curseur de l’innovation semble davantage se situer du côté de l’offre des réguliers que de la demande des fidèles, les enjeux dépassent sans doute la seule question de la diffusion des dévotions ; l’attachement que manifestent les religieux à l’égard de saints ou d’autres objets de la vénération trouve alors son explication dans la place qu’ils leur accordent dans la définition de leur propre identité. Ce constat est évident pour les saints de l’ordre, dont le culte permet de façonner la figure pour un usage à la fois interne et externe. Peut-être peut-on même faire l’hypothèse que les divers supports de la dévotion (prédication, iconographie, associations pieuses) constituent des voies privilégiées pour la construction de l’image d’un saint et, à travers elle, la représentation sociale de l’ordre auquel il a appartenu. Mais le culte des saints n’est pas le seul à fournir des repères identitaires ; la place accordée au Saint Sacrement, à l’Enfant Jésus ou encore au Sacré-Coeur semble bien conférer à ces objets de la piété une fonction du même type dans certaines familles religieuses de l’époque moderne. Pour débusquer ces cultes étroitement associés à la vie spirituelle de l’ordre et à la construction de son image, en amont de leur émergence sur la scène dévotionnelle, la meilleure piste est celle de la liturgie, terrain encore trop négligé par les historiens. L’analyse de sources telles que les calendriers, les cérémoniaux ou les bréviaires, permet en effet de mettre à jour des surclassements de fêtes et la célébration d’offices propres dans les maisons d’un ordre plusieurs décennies avant qu’il ne se fasse le propagandiste de la dévotion correspondante.

  • 11 À titre d’exemple, B. Dompnier, « Les jésuites et la dévotion populaire. Autour des origines du cul (...)
  • 12 F. Hernandez, « Les confréries de l’agonie de Jésus et des agonisants », Siècles, 12, 2000, p. 29-5 (...)

4Même lorsque l’offre dévotionnelle ne se fait pas en réponse à une demande, du moins doit-elle toujours se trouver en adéquation avec une attente, sans quoi l’échec n’est pas exclu. Peut-être les historiens devraient-ils d’ailleurs inclure dans le champ de leurs investigations le rejet des greffes pieuses. Vraisemblablement toutefois, et sous réserve de plus ample enquête, celui-ci n’est pas très fréquent dans la mesure où la mutation dévotionnelle se fait rarement par brutale substitution d’un culte à un autre, mais beaucoup plus souvent par empilement (ce dont témoignent par exemple les titulatures complexes de certaines confréries, qui révèlent les strates successives de la piété des confrères), par glissement des pratiques ou par passage progressif d’un objet de la piété à un autre. Le cas d’un certain nombre de sanctuaires de pèlerinages est maintenant bien connu, où les religieux qui en ont la charge invitent fermement les fidèles à associer la prière et la fréquentation des sacrements aux traditionnels rituels du contact avec la statue ou de l’absorption d’une eau réputée miraculeuse11. Les changements qui s’opèrent lentement aux XVIIème et XVIIIème siècles dans les confréries dédiées aux fins dernières, avec le déplacement de leur centre de gravité de la prière pour les agonisants vers la préparation du fidèle à sa propre agonie, disent aussi le patient travail des agents de la Réforme catholique, à commencer par les religieux12.

  • 13 Pour le Moyen Âge, voir la mise au point extrêmement complète (avec d’abondantes notes) par Charles (...)

5Les moyens dont disposent ceux-ci pour leur intervention dans le domaine de la piété sont relativement nombreux. La prédication, les missions et les confréries sont sans doute ceux qui sont le plus souvent cités. Mais la gamme des instruments d’action est évidemment beaucoup plus étendue13. Elle inclut par exemple l’iconographie des églises conventuelles et monastiques, dont la fonction doit être perçue dans sa complexité : supports de dévotions chez les religieux comme chez les laïcs fréquentant le monastère, tableaux et statues contribuent aussi à la construction d’une identité collective comme à celle d’une représentation sociale de l’ordre. Il ne faut pas non plus omettre le secours qu’apporte l’imprimé aux entreprises des réguliers, depuis la simple image de piété jusqu’au traité dévotionnel, en passant par toute la gamme des produits susceptibles de sortir des presses, tel le placard associant une image et de brefs conseils ou le petit livret appartenant par ses caractéristiques matérielles à la bibliothèque de colportage. L’importance accordée à l’imprimé est suffisante pour que les abbayes et les monastères installent leurs propres presses lorsque les hommes de l’art sont insuffisamment nombreux ; les grandes abbayes polonaises fournissent de bons exemples de cette manière de faire, mais on trouve aussi des impressions de planches d’images dans des monastères français. La vaste gamme des supports imprimés utilisés pour la diffusion des dévotions ouvre plus largement à la passionnante et difficile question de la diversification des moyens de la pastorale en fonction des publics visés, sur laquelle il faut sans doute se garder de positions trop tranchées séparant une pastorale populaire d’un discours réservé aux élites. Il suffit de penser aux indulgences, puissant moyen dont disposent traditionnellement les religieux afin de favoriser certaines formes de piété, pour prendre la mesure de la complexité des phénomènes. Pas plus que l’on ne peut opposer une époque moderne qui verrait la concession d’indulgences contenue dans des bornes étroites après l’exubérance du Moyen Âge finissant, l’on ne peut non plus mettre en contraste des élites réservées sur de telles pratiques alors que le « peuple » en serait friand.

  • 14 Cf. la mise au point de Jerzy Kłoczowski, « Les ordres mendiants en Europe du Centre-Est et du Nord (...)
  • 15 M. de Certeau, « Crise sociale et réformisme spirituel au début du XVIIème siècle : une « nouvelle (...)

6Les réguliers disposent enfin d’atouts considérables dans leurs entreprises de diffusion des dévotions, à commencer par l’extension géographique de leur implantation dans l’Europe chrétienne comme dans le Nouveau Monde après la conquête14. Les effets en sont renforcés, à des degrés divers selon les ordres, par l’unité des pratiques pastorales et de la spiritualité. En particulier lorsqu’il s’agit de la promotion des saints de la famille, toutes les maisons – même les plus éloignées des lieux où ils ont vécu – concourent à l’entreprise. On est tenté de supposer que les ordres les plus centralisés sont aussi ceux qui assurent avec le plus d’efficacité la diffusion de nouvelles formes de piété à partir d’une injonction de leurs supérieurs généraux ; les recherches actuelles invitent toutefois à une extrême prudence en ce domaine, dans la mesure où les caractères « régionaux » peuvent l’emporter sur les traits communs et ne laisser subsister, dans le champ de la spiritualité ou des pratiques de piété, qu’une unité un peu formelle. Par une sorte d’apparent paradoxe, les ordres les moins centralisés dans leur gouvernement pourraient bien figurer parmi ceux pour lesquels le partage des dévotions tient une place très importante, en devenant un moyen substitutif de l’union. Cette hypothèse formulée, la question des modalités concrètes de la circulation des nouvelles formes et des nouveaux objets de la piété à l’intérieur des ordres demeure entière pour l’ensemble de ceux-ci, quel que soit leur degré de centralisation du pouvoir, dans tous les cas où l’innovation ne procède pas de l’injonction d’un supérieur. On peut supposer que les déplacements des religieux, l’envoi de notices nécrologiques à visée édifiante, l’enseignement des maîtres des novices ou la diffusion de la littérature de spiritualité constituent autant de facteurs favorables à une adhésion commune à une dévotion particulière ; toutefois, dès lors qu’elle n’a pas été prônée par le fondateur et qu’elle ne s’ancre donc pas dans les origines mêmes de l’ordre, elle doit surmonter le handicap que constitue son caractère de nouveauté ; chez les jésuites du début du XVIIème siècle, le Général s’inquiète ainsi du développement de la dévotion à saint Joseph, qui lui semble peu compatible avec la tradition spirituelle de la Compagnie15.

7Finalement, le rôle des religieux dans la diffusion des dévotions demeure un terrain offrant la possibilité de nombreuses enquêtes. Le présent volume, pour la contribution qu’il apporte à ce chantier, a choisi un angle d’approche original, en rassemblant des dossiers de recherche relatifs à la Pologne et à la France. Deux raisons ont présidé à ce choix. La première renvoie à la collaboration qui s’est nouée depuis de nombreuses années déjà entre le Laboratoire de Recherche sur l’Histoire des Ordres et Congrégations religieuses de l’Université de Wroclaw et le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » de l’Université Blaise-Pascal. De part et d’autre, des travaux ont été engagés sur les religieux aux époques médiévale et moderne ; de nombreux échanges ont déjà eu lieu sous formes de conférences lors de missions ou de participations à des colloques organisés par l’un des deux partenaires. Ce volume représente une étape nouvelle : à travers le partage d’un objet commun, il se veut le gage d’un partage toujours plus approfondi des questionnements. La seconde raison se rapporte à l’objet même de la recherche. L’histoire du rôle des religieux dans le culte des saints et la diffusion des dévotions se prêtait particulièrement bien à notre projet, dans la mesure où la pleine intelligence des phénomènes étudiés, qu’il s’agisse des modalités ou des motivations de l’action des réguliers, requiert une prise en compte de la diversité de la catholicité par une approche géographique large. La Pologne et la France représentent deux figures contrastées du christianisme médiéval et du catholicisme moderne, ne serait-ce qu’en raison de l’inégale densité du maillage paroissial et de la diversité du rôle pastoral des religieux qui en découle, ou encore des formes de leur rapport à Rome. Les motifs d’une recherche commune ne manquaient donc pas, et les travaux présentés ici assurent à notre sens que l’entreprise mérite d’être poursuivie.

Haut de page

Notes

1 Pour la période médiévale, voir en particulier la table ronde de l’EFR, Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIème au XVème siècle (Rome, 1979), Rome, 1981 ; M. Derwich, M. Staub (dir.), Die « Böhmische devotio moderna » im kontekst. Neue Wege der Frömmigkeit in Mittel und Osteuropa mitte 14. anfang 15. Jahrhundert, Göttingen, 2003.

2 On retiendra particulièrement, comme essai de réflexion sur cette thématique, S. Nanni (dir.) Devozioni e pietà popolare fra Seicento e Settecento : il ruolo delle congregazioni e degli ordini religiosi (Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1994/2).

3 On parle ici d’objet de la piété ou de la dévotion pour tous les destinataires d’une vénération clairement identifiée et organisée. Il peut s’agir des saints, mais aussi du Christ ou de la Vierge, vénérés l’un comme l’autre au travers d’épisodes de leur vie (Annonciation par exemple) ou encore de leurs qualités ou attributs (Vierge de Miséricorde, Vierge Auxiliatrice) ; les objets de la piété peuvent enfin être des mystères de la foi (le Saint Sacrement par exemple). Le calendrier des fêtes fournit une base pour la détermination de la liste des objets de la piété, même s’il donne plutôt la liste des cultes (liturgiques et donc officiels) que celle des dévotions (qui, par définition, correspondent à des choix au-delà des strictes obligations de piété). La notion de formes de dévotion renvoie aux modalités, variables, de l’expression de la vénération.

4 J. Le Brun, « Dévotion et dévotions à l’époque moderne », Siècles, n° 12, 2000, p. 139-150.

5 Pour une vue d’ensemble de ces formes de relations, Les mouvances laïques des ordres religieux, Saint-Étienne, 1996.

6 B. Hours, « Réseaux laïques de dévotion à l’enfance autour du Carmel de Beaune : le cas parisien au XVIIème siècle », dans Les mouvances laïques, p. 451-461.

7 M.-H. Froeschlé-Chopard et F. Hernandez, « Les dévotions des confréries, reflet de l’influence des ordres religieux », dans Devozioni e pietà popolare, p. 104-126.

8 Voir en particulier M. Rosa, Settecento religioso. Politica della Ragione e religione del cuore, Venise, 1999.

9 L. Châtellier, La religion des pauvres. Les sources du christianisme moderne. XVIème-XIXème siècles, Paris, 1993.

10 Voir, par exemple, la propagande active des jésuites en faveur du culte de saint Ignace au moment de sa canonisation (H. Platelle, Les chrétiens face au miracle. Lille au XVIIème siècle, Paris, 1968). Autres exemples dans A. Burkardt, « Rayonnement et voies de diffusion de nouveaux cultes de saints à travers le témoignage des procès de canonisation », Siècles, n° 12, 2000, p. 91-113.

11 À titre d’exemple, B. Dompnier, « Les jésuites et la dévotion populaire. Autour des origines du culte de saint Jean-François Régis (1641-1676) », dans G. Demerson, B. Dompnier et A. Regond (éd.), Les jésuites parmi les hommes aux XVIème et XVIIème siècles, Clermont- Ferrand, 1987, p. 295-308.

12 F. Hernandez, « Les confréries de l’agonie de Jésus et des agonisants », Siècles, 12, 2000, p. 29-56.

13 Pour le Moyen Âge, voir la mise au point extrêmement complète (avec d’abondantes notes) par Charles-Marie de La Roncière, « Les Mineurs et les campagnes européennes au XIIIème siècle : prédication et évangélisation », dans Alle frontiere della Cristianità. I frati mendicanti e l’evangelizzazione tra 1200 e 1300, Actes du 28ème Congrès de la Société internationale d’études franciscaines (Assise, octobre 2000), Spolète, 2001, p. 3-37. Cf. également Hervé Martin, Les Ordres mendiants en Bretagne, vers 1230 vers 1530. Pauvreté volontaire et prédication à la fin du Moyen Âge, Rennes, 1975 ; Jacques Chiffoleau, « Culte des saints et pastorale de la sainteté chez les cordeliers d’Avignon », dans Le peuple des saints. Croyances et dévotions en Provence et Comtat Venaissin à la fin du Moyen Âge, numéro spécial des Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1985, p. 223-238.

14 Cf. la mise au point de Jerzy Kłoczowski, « Les ordres mendiants en Europe du Centre-Est et du Nord », dans L’Église et le peuple chrétien dans les pays de l’Europe du Centre-Est et du Nord (XIVème-XVème siècles), Actes du Colloque de l’EFR (1986), Rome, 1990, p. 187- 200.

15 M. de Certeau, « Crise sociale et réformisme spirituel au début du XVIIème siècle : une « nouvelle spi-ritualité » chez les jésuites français », dans Le mépris du monde. La notion de mépris du monde dans la tradition spirituelle occidentale, Paris, 1965, p. 107-154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marek Derwich et Bernard Dompnier, « Les religieux, les saints et les dévotions », Siècles, 16 | 2002, 3-10.

Référence électronique

Marek Derwich et Bernard Dompnier, « Les religieux, les saints et les dévotions », Siècles [En ligne], 16 | 2002, mis en ligne le 20 novembre 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://siecles.revues.org/2701

Haut de page

Auteurs

Marek Derwich

LARHCOR, Université de Wrocław

Bernard Dompnier

CHEC, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org