Navigation – Plan du site

Le culte des saints dominicains au couvent de la sainte-Trinité à Cracovie au Moyen-Age

Maciej Zdanek
p. 11-24

Texte intégral

  • 1 Sur la sainteté et les saints en général, voir « Santità », dans G. Pellicia, G. Rocca (dir.), Dizi (...)
  • 2 A. Vauchez, La Sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de canonis (...)

1Les saints des ordres religieux constituent un genre particulier parmi les saints1. Ce sont avant tout les fondateurs des communautés religieuses. Par leur règle et leur exemple personnel, ils ont découvert de nouveaux espaces spirituels de la tradition chrétienne, ont enrichi ou actualisé la doctrine de l’Église et ont organisé les institutions pour réaliser leur mission. Ils ont montré un programme de vie pour leurs imitateurs et continuateurs, sont devenus le signe d’une origine divine de leur ordre. Les saints religieux suivants ont prouvé la vivacité de cet idéal et la présence constante de la grâce de Dieu dans la vie de l’ordre. Leurs confrères les ont entourés de cultes qui étaient une expression de l’identité religieuse de l’ordre, un moyen infaillible pour recevoir aide, patronage et intercession célestes, de même que pour développer le prestige de l’ordre, attirer bienfaiteurs et adeptes, mobiliser influences sociales et économiques. L’ordre des Frères Prêcheurs, comme d’autres communautés religieuses, développa le culte de ses saints avec soin dès le milieu du XIIIème siècle. Cinq canonisations intervinrent au Moyen Âge, mais les dominicains réunirent tous les souvenirs des religieux ayant manifesté dans leur vie et leur activité les signes de la sainteté, prouvant alors la sainteté de la vocation des prêcheurs2. Ainsi, à l’exception des cultes généraux, de multiples cultes locaux fleurirent, d’ailleurs répertoriés soigneusement par les pouvoirs de l’ordre.

  • 3 L. Taurisano, Catalogus hagiographicus Ordinis Praedicatorum, Rome, 1918, p. 8, 13, 17, 31, 34 ; L. (...)

2Le culte fondamental était celui de saint Dominique Guzman, le Père de l’ordre, mort le 6 août 1221 et canonisé par le pape Grégoire IX en 1234. Dans l’ordre on célébrait sa fête le 4 août et la fête de la translation de son corps le 24 mai. En 1253, Innocent IV éleva sur les autels le martyr dominicain pour la foi Pierre de Vérone, tué à peine un an auparavant par des hérétiques. Les prêcheurs le commémoraient le 29 avril. Le dominicain canonisé ensuite fut Thomas d’Aquin, mort en 1274. Il fut reconnu comme saint par le pape Jean XXII en 1323 et avait sa fête le 7 mars. Le pape Callixte III reconnut en 1455 la sainteté du prêcheur Vincent Ferrier, mort en 1419. On célébrait sa fête le 5 avril. Enfin, une dominicaine, Catherine de Sienne, fut canonisée 81 ans après sa mort par Pie II en 1461 et commémorée le 30 avril3.

3Je voudrais rassembler les informations sur ces cultes au couvent de Cracovie. Celui-ci jouissait d’une considération spéciale, car il était la première et l’une des plus grandes fondations dominicaines en Pologne, le centre de la province polonaise de l’ordre, et était situé dans la capitale du royaume, agglomération de 14 000 habitants au milieu du XIVème siècle et de 20 000 à 25 000 habitants au XVIème.

  • 4 H. Fros, « Nasza hagiografia średniowieczna. Stan i potrzeba badań » [Notre hagiographie médiévale. (...)
  • 5 R. Świetochowski, « Biblioteka OO. Dominikanów w Krakowie » [La bibliothèque des dominicains de Cra (...)
  • 6 Descriptions de l’église et du cloître dans la littérature antérieure : A. Bochnak, J. Samka (dir.) (...)

4Il y a deux problèmes à surmonter : les études hagiographiques critiques en Pologne sont toujours assez incomplètes et faibles4 et le manque de sources rend difficile leur développement. À la suite des incendies – au couvent de la Sainte-Trinité les plus grands eurent lieu en 1462, 1681 et 1850 –, des visites des savants bibliophiles aux XVIIIème - XIXème siècles, des réorganisations des bibliothèques, de l’usure ou de la négligence à l’égard des textes5, des transformations architecturales enfin, ainsi que des changements d’agencement et de décor de l’église, des chapelles et du cloître aux siècles postérieurs6, les collections ont été dévastées ou dispersées, et le matériel à étudier s’avère insuffisant. D’autre part, beaucoup de sources, particulièrement des sermons, des traités philosophiques et théologiques, de même que des livres liturgiques ou différents manuels, ne sont toujours pas inventoriés et analysés. C’est pourquoi je n’oserai pas définir le but de cet essai comme une analyse d’ensemble, mais plus modestement comme une collecte des informations.

5Les frères du couvent dominicain de la Sainte-Trinité de Cracovie développaient les cultes des saints de l’ordre parce qu’ils avaient un aspect institutionnel. Ces cultes étaient introduits, promus et définis par les pouvoirs centraux de l’ordre. Parfois, il est vrai, des mouvements issus de certaines communautés ou provinces, ou du peuple, jouaient un grand rôle, mais pas en Pologne où les saints dominicains étaient ceux de l’extérieur, de l’importation. C’était la machine administrative de l’ordre qui les implantait. Après avoir conduit à bien le procès et obtenu la bulle de canonisation, on préparait les copies pour les distribuer à tous les couvents. On composait les textes des offices puis les chapitres généraux, par le biais des chapitres provinciaux, ordonnaient d’introduire les dates et les textes convenables dans les calendriers et livres liturgiques.

  • 7 K. Kaczmarczyk, Katalog dyplomów perga- minowych w Archiwum OO. Dominikanów w Krakowie [Catalogue d (...)
  • 8 Archives de la Province Polonaise des Dominicains [ = APPD] Kr 1, f. 35r (p. 45 r).
  • 9 R. F. Madura (éd.), Acta capitulorum provinciae Poloniae Ordinis Praedicatorum, t. 1, Rome, 1972, p (...)
  • 10 Ibid., p. 86-87, 98-99.

6À Cracovie, nous ne pouvons observer que des fragments de ces procédures. Dans les archives, les frères ont conservé la bulle de canonisation de Dominique7. Le cartulaire du XVIème siècle donne la preuve qu’ils y ont aussi gardé la bulle Magna mirabilia du culte de saint Pierre de Vérone8. Le couvent cracovien, en tant que siège du provincial, conservait dès 1461 le transumptus de la bulle de canonisation de Vincent Ferrier avec l’information sur l’indulgence de sept ans et quarante jours pour ceux qui visiteraient les églises de l’ordre au moment de sa fête ; en 1462, on rappela le caractère de la fête et des grâces identiques dans le cas de Catherine de Sienne9. Les chapitres provinciaux tenus en 1465 à Warka et en 1470 à Lvov exhortèrent tous les frères à inscrire les notices correspondantes dans les martyrologes et calendriers, ainsi qu’à introduire dans les chants d’office les antiennes qui proclamaient la gloire de l’ordre à travers ses saints10. Malheureusement, la mise en œuvre des décisions dans les livres liturgiques ne peut pas être complète parce que, pour le couvent de Cracovie, nous ne disposons que les livres du XVIème siècle, donc bien postérieurs.

  • 11 F. Piekosiński (éd.), Kodeks dyplomatyczny Małpolski [ =KDM], t. 1, n° 36 ; I. Sułkowska- Kuraś, S. (...)
  • 12 S. Kuraś (éd.), Zbiórdoku-mentów katedry krakowskiej [ = ZDKK], t. 1, n° 11 ; BP, t. 1, n° 662.
  • 13 Codex diplomaticus Silesiae, t. 7, part 2, n° 774 ; I. Zakrzewski, Kodeks dyplomatyczny Wielko- pol (...)
  • 14 KDM, t. 1, n° 111.
  • 15 APPD, document n° 136.

7Un soutien important du culte était constitué par les indulgences. En 1251, l’église de la Sainte-Trinité obtint un document pontifical avec quarante jours d’indulgences pour les fidèles qui la visiteraient lors de la fête de Dominique11. En 1258, le couvent de Cracovie reçut l’indulgence de cent jours pour les fêtes de Dominique et Pierre Martyr ainsi que les sept jours suivants12. C’était un standard, puisque des indulgences identiques furent obtenues, par exemple, par les dominicains de Wrocław et Poznań13. En 1286, Jacques Świnka, archevêque de Gniezno, donna de nouvelles indulgences pour les fêtes de Dominique et de Pierre Martyr14. L’indulgence concédée en 1453 par l’évêque Sbigneus Oleśnicki pour l’autel de fondation de Catherine de Melsztyn cite aussi la fête de saint Dominique au sein d’une longue liste15.

  • 16 J. Dąbrowski (éd.), Ioannis Dlugossi Annales seu Cronicae incliti Regni Poloniae, livres V- VI, Var (...)
  • 17 17. S. Kuraś (éd.), Zbiór dokumentów małopolskich [ = ZDM], t. 4, n° 882 ; t. 5, n° 1494, 1495, 150 (...)

8Les frères propagèrent les deux premiers cultes là où ils fondèrent de nouveaux couvents. Jean Długosz annonce qu’en 1231 – peut-être un peu plus tard, 1234-35 ou 1236, en tout cas avant 1239 – Paul, l’évêque de Poznań, organisa la communauté des prêcheurs dans sa ville ; en 1234, le prince de Mazovie Conrad fit la même chose à Płock16. Les deux couvents prirent le nom de saint Dominique. On voit le soutien du culte de saint Pierre Martyr à Opatowiec, dans les biens de l’abbaye bénédictine de Tyniec, où les prêcheurs de Cracovie fondèrent un couvent en 1283. Bien que cette dénomination ne trouve confirmation dans les sources que dans les années 80 du XIVème siècle et au début du XVème siècle, elle est sans doute originelle17.

  • 18 APPDKr 3, f. 451r; Pp 78, f. 1r.
  • 19 APPDKr 399, f. 2r; Pp 78, f. 55v; ZDKK, t. 2, n° 531.

9Nous en savons peu sur les chapelles et les autels situés dans l’église conventuelle de Cracovie. L’autel de saint Pierre Martyr est attesté en 140718 et en 144919. L’autel de saint Dominique du XVème siècle, que nous connaissons, était peut-être situé dans la nef droite, probablement dans la chapelle gothique fondée vers 1432 par le grand seigneur Pierre Szfraniec et où l’on a construit au XVIIème siècle la chapelle baroque sous le nom de Dominique. Nous connaissons aussi un autel de sainte Catherine de Sienne au XVème siècle et un autre au début du XVIème siècle. Il n’est pas sûr qu’il se trouvait à l’emplacement de la chapelle postérieure de sainte Catherine. Les informations sur les autels de saint Thomas et de saint Vincent proviennent des XVIème et XVIIème siècles. Nous n’en savons pas beaucoup sur le contenu de ces cultes. Qu’apprenait-on au couvent de Cracovie sur les saints de l’ordre ? Dans quels contextes les mentionnait-on ?

  • 20 Sur la fondation, cf. Z. Kozłowska, « Założenie klasztoru OO. Domini-kanów w Krakowie » [La fondati (...)
  • 21 L. ĆwiklińsKi (éd.), De vita et miraculis sancti Iacchonis (Hyacinthi) ordinis Fratrum Praedicatoru (...)
  • 22 J. DąbrowsKi (éd.), Ioannis Dlugossi Annales […], livres V-VI, Varsovie, 1973, p. 228- 229 (a. 1218 (...)

10Tout d’abord, dans la mémoire de la fondation on gardait avec soin le fait que les origines du couvent étaient étroitement liées à la personne de saint Dominique. Le couvent fut fondé par l’évêque de Cracovie Yves Odrowąż20. Yves était devenu évêque en 1218 après la résiliation de son prédécesseur, maître Vincent dit Kadłubek. Le nouvel ordinaire s’était rendu à Rome où il avait rencontré saint Dominique et vu, près de l’église Saint-Sixte, le miracle de la résurrection de Napoléon, neveu du cardinal Étienne de Fossanova. À cette occasion, plusieurs personnes de l’entourage d’Yves, son parent Hyacinthe Odrowążs en tête, impressionnées, étaient entrées dans l’ordre dominicain puis, après avoir accompli une année de noviciat, s’étaient rendues en Pologne. Nous connaissons cette tradition grâce à la Vita sancti Hyacinthi écrite par le lecteur Stanislas, dominicain de Cracovie, dans la deuxième moitié du XIVème siècle21. En construisant son œuvre, il s’est appuyé sur le catalogue des Miracula sancti Hyacinthi, élaboré dans la seconde moitié du XIIIème siècle, sur d’autres textes des archives dominicaines de Cracovie, ainsi que sur la tradition orale des frères. La chronologie des événements est erronée dans la Vita. Les historiens qui datent cette rencontre avec le fondateur des Prêcheurs de 1220 sauvent la valeur de la Vita en ce qui concerne le déroulement des événements ; ceux qui datent le miracle de Dominique de 1221 rejettent le récit de la Vita qui souligne le rôle d’Yves et doivent trouver une explication à l’initiative de Hyacinthe lui-même. Celui-ci avait pu connaître l’idéal dominicain et peut-être Dominique lui-même plus tôt, pendant ses études en Italie. D’autres faits nous sont connus grâce à ce que rapportent les Annales capituli Cracoviensis du XIIIème siècle et les ouvrages de Jean Długosz, un grand historien polonais du XVème siècle qui a profité des textes et de la tradition dominicaine à Cracovie22. D’après ces récits, les dominicains polonais arrivèrent à Cracovie par Friesach à l’automne 1221. Ils trouvèrent un établissement provisoire dans la maison de l’évêque sur la colline du Wawel, près de la cathédrale, et en 1222 obtinrent l’église de la Sainte-Trinité, consacrée en 1223. Le couvent fut bâti à côté.

  • 23 J. Szymański (éd.), Katalogi biskupów krakowskich Długosza, dans Monumenta Poloniae Historica serie (...)
  • 24 Vita, p. 846. Citation d’après le fragment de la Vita du XIVème s. dans APPDKr, k. 1r. L’édition do (...)
  • 25 Vita, p. 847. APPDKr, k. 1v.
  • 26 Ibid.

11Ainsi, quand les frères évoquaient les origines de leur couvent, ils enseignaient à tous que l’idée de la fondation était née de la rencontre personnelle d’Yves et Hyacinthe avec Dominique, qu’ils l’avaient vu personaliter23 et avaient assisté au miracle accompli par lui, puis que les premiers dominicains polonais étaient des disciples du fondateur même de l’ordre. Ce fut lui qui les « habitu sui ordinis vestiuit, et anno integro circa se retinuit informatosque humilitate, caritate ceterisque ordinis obseruanciis, ad professionem recepit »24 ; lui qui « dans eis ymbrem celestis benediccionis, in Poloniam misit »25. Quand ils fondèrent le couvent de Freisich, ils transmirent aux frères toutes les instructions « ut ex ore beati Dominici docti fuerant »26.

  • 27 Vita, p. 863.
  • 28 Ibid., p. 849. APPDKr, k. 1v.
  • 29 Cf. Monumenta historica Sancti Patri Nostri Dominici, dans Monumenta Ordinis Fratrum Praedicatorum (...)
  • 30 Vita, p. 863.
  • 31 MOPH, t. 16, p. 247- 248 (Pierre Ferrand), p. 419 (Humbert de Romans) ; Acta Sanctorum [ = AASS], A (...)
  • 32 Cf. discussion: K. Dobrowolski, « Żywot św. Jacka. Ze studjów nad polska hagjografia średniowieczna (...)
  • 33 R. TatarzyńsKi (éd.), Peregrini de Opole Sermones de tempore et de sanctis, Varsovie, 1997, p. 602.

12Hyacinthe, « primus pater et fundator »27 de la communauté de Cracovie, était le plus clair, le plus parfait reflet du Père de l’ordre, lui, qui « uite sue asperitatem tamquam a fonte originali a beato Dominico sumpsit »28. Il possédait le même don des larmes, les mêmes habitudes de prière nocturne à l’église, les mêmes pratiques de flagellation29. Leurs miracles étaient presque analogues. Avant sa mort, il apprit à ses confrères les idéaux de la règle : « ea, que ex ore patris nostri beati Dominici audiui, uobis relinquo, ut humilitatem seruetis, caritatem mutuam habeatis et paupertatem uoluntariam possideatis. Hoc enim est testamentum eterne hereditatis »30. Faut-il rappeler qu’il s’agit là d’une réplique de la scène de la mort de Dominique, qui a dit : « Hec sunt [...] fratres carissimi, que uobis relinquo. Caritatem habete, humilitatem servate, paupertatem voluntariam possidete »31 ? Une telle duplication était naturelle pour l’auteur de la Vita et pour Hyacinthe aussi, répondant à l’invitation « Imitemur, fratres, ut possumus, paterna vestigia... » ; elle reflète, non un plagiat, mais une unité profonde d’esprit32. Hyacinthe était toutefois un frère prêcheur modèle et le disciple fidèle de Dominique – « alter Dominicus ». Les dominicains de Cracovie honoraient alors saint Dominique pour lui-même, mais aussi à travers le culte de saint Hyacinthe. Peregrinus, qui pendant son provincialat demeura à Cracovie, proclamait : « Certe mirabilis pater, quia mirabiles filios educavit post se. Qualis filius beatus Petrus, martyr in Longobardia, qualis Iordanus ultra mare, qualis Iaccho in Cracovia, qualis Ceslaus in Wratislavia »33.

  • 34 Vita, p. 841.
  • 35 G. Klimecka, « Legenda o świętym Stanisławie i domini-kanie polscy » [La légende de saint Stanislas (...)

13Il n’est pas étonnant que le lecteur Stanislas, pour décrire la sainteté de Hyacinthe, se soit servi des légendes de Dominique, de celles de Pierre Ferrandi ou d’Humbert de Romans. Dans son œuvre, on voit les influences de l’ouvrage de Théodoric d’Apolda et on peut relever aussi une inspiration du prologue de la Vita de saint Thomas d’Aquin écrite par Guillaume de Tocco, notamment dans une lumineuse métaphore de Hyacinthe qui, comme « predicator doctrine lucide » et « radius noui solis » « lumine fidei corda Polonorum illustravit »34. Dans la deuxième moitié du XIIIème siècle, le dominicain du couvent de Cracovie Vincent de Kielcza, en travaillant sur sa Vita minor sancti Stanislai, a regardé, dans la légende de Dominique écrite par Humbert et dans la Legenda aurea de Jacques de Voragine, les passages sur Dominique et Pierre martyr35. Ainsi les dominicains de Cracovie possédaient-ils dès le début – ce qui est naturel – les textes sur les saints de l’ordre, les lisaient et en étaient imprégnés. Ces textes fournissaient des renseignements aux auteurs des tableaux que nous connaissons. Les auteurs travaillaient d’ailleurs sous les ordres ou le contrôle des frères et traduisaient leurs idées.

  • 36 J. Gadomski, Gotyckie malarstwo tablicowe Małopolski 1460-1500 [La peinture gothique de la Petite P (...)
  • 37 A. Bochnak, J. Samek (dir.), Katalog zabytków […], p. 154, ill. 326.

14Dans la chapelle des Trois Rois, près du tombeau du fondateur Arnolfo Pierozzi Tedaldi, se trouvait l’autel du XVème siècle avec la représentation de l’Annonciation. Saint Dominique y figure aussi. Il est debout dans un doux paysage et son visage tranquille se penche sur un livre ouvert – voilà le « vir evangelicus », dont la sainteté avait sa source dans la lecture approfondie de l’Écriture36. On voit le même motif sur le tableau du début du XVIème siècle représentant la Vierge avec l’enfant Jésus dans les bras ; Dominique, à ses côtés, tient le livre contre sa poitrine37.

  • 38 MOPH, t. 16, p. 304, 392 ; AASS, Août, t. I, n° 70 ; R. TatarzyńsKi (éd.), Peregrini de Opole Sermo (...)
  • 39 AASS, Août, t. I, p. 557- 558.
  • 40 Vita, p. 865; J. Gadomski, Gotyckie malarstwo tablicowe […], p. 63.
  • 41 R. TatarzyńsKi (éd.), Peregrini de Opole Sermones […], p. 597.

15Le livre n’est pas seulement le rappel de la règle ; il évoque aussi l’Évangile, instrument et inspiration de Dominique dans son office apostolique ; il est enfin le symbole de la science et du docteur. Les hagiographes décrivent la vision du fondateur de l’ordre au cours de laquelle saint Paul – Peregrinus dit : « doctor mundi » – lui donna le livre comme signe de l’office du prêcheur38. Barthélemy de Trente, puis d’autres hagiographes, citent la vision d’un frère qui, après la mort du fondateur, « vidit sanctum Dominicum in throno glorioso inter doctores sedentem ». Un autre frère vit Dominique « corona adornatum gloriae »39. Pareillement, saint Hyacinthe en entrant au ciel « habebat in capite duas coronas aureas [...] unam doctorum et aliam uirginum ». Son attribut était aussi le livre40. Ainsi, le prêcheur apparaît comme docteur par excellence, il appartient à l’ordo doctorum et son office le couronne. Il faut faire de nouveau appel à Peregrinus, qui explique : « Unde scribunt sancti, quod praedicatori debetur spiritualis corona. Ista corona totum mundum illuminavit [Dominicus] per se et per fratres suos »41. Les dominicains de Cracovie maintenaient avec fierté ce point de vue.

  • 42 MOPH, t. 16, p. 210, 370-371 ; M.-H. Vicaire, Dominik i jego Bracia Kaznodzieje [Dominique et ses F (...)

16Au bas de l’habit du saint on voit la petite étoile du soir, Vesperus, l’attribut de Dominique « qui appropinquante mundi termino, quasi novum sydus emicuit »42. Nous avons ici une plus large construction iconographique. Face à Dominique se tient debout saint Jean Baptiste, conformément à la comparaison hagiographique : « Sicut enim Iohannes Baptista velut Lucifer solis ortum preveniens, Salvatoris primum prenunciavit adventum, sic sanctus iste Dominicus vespertini syderis in se gerens officium, occidente solis luce, vicinum creditur prevenisse iudicium ». Tous les deux, « in spiritu et virtute Helye » (por. Ml 4, 5 ; Lc 1, 15-17), annonçaient adventus Domini : l’un in carno préparant la Naissance, l’autre in gloria préparant le Jugement dernier. La perspective messianique et eschatologique était donc très vive dans l’ordre au XVème siècle et elle était partagée à Cracovie.

  • 43 J. Gadomski, Gotyckie malarstwo tablicowe […], p. 62.

17Ce qui est également frappant et en même temps évident dans ces peintures, c’est l’accent sur la liaison entre le saint et Marie, dont témoignent une multitude de textes hagiographiques. On peut trouver cette idée dans les fragments du triptyque du XVème siècle de la chapelle de saint Dominique qui ont été conservés43. Une des quatre scènes présente celui-ci en prière devant la Vierge. Elle le recommande au Christ et, d’après le miraculum connu, arrête la colère de son Fils qui avait l’intention de frapper de trois lances l’humanité pécheresse. Les trois autres scènes présentaient aux fidèles la résurrection du neveu du cardinal Étienne de Fossanova, la flagellation de Dominique devant le crucifix et enfin sa vision de la visite de deux saints, Pierre et Paul, pendant sa prière : l’un lui donna le bâton, l’autre le livre, ce qui symbolisait la vocation du prêcheur. Par ces représentations « classiques », on montrait Dominique comme thaumaturge, homme de la pénitence et de l’oraison, prêcheur choisi par Dieu et mystique.

  • 44 MOPH, t. 1, p. 248 ; AASS, Avril, t. III, p. 714 : « In conventu Bononiensi fr. Joannes Polonus qua (...)
  • 45 Vita, cap. 15, 16 (la chronologie de ces miracles n’est pas sûre) ; R. J. Loenertz, « La vie de S.  (...)

18Il est certain que le saint martyr dominicain fut très vite objet de vénération chez les dominicains de Cracovie. Il en existe des indices plus précis que les seules recommandations des chapitres généraux. Dans la Vita de Pierre écrite par Thomas de Lentino, qui a exploité les miracles du procès de canonisation, et dans les Vitae fratrum, se trouve le miraculum du frère Jean Polonais, demeuré à Bologne probablement à cause de ses études et qui éprouva le pouvoir miraculeux de ce saint44. On a déjà essayé de l’identifier avec Jean Zarych, lecteur – peut-être en 1257 ou peu après – et prieur du couvent de Cracovie, de manière assurée, en 1267-126845. Il lui était donc possible d’organiser le culte de Pierre à Cracovie avec zèle, étant donné son expérience personnelle.

  • 46 Cf. R. TatarzyńsKi (éd.), Peregrini de Opole Sermones […], p. 578-583.

19Un des revers des battants de l’autel d’Arnolfo Pierozzi Tedaldi du XVème siècle nous montre le personnage de saint Pierre martyr. Il porte l’habit avec capuchon, chape noire et ceinture, le tout peint avec grand soin, ce qui souligne à merveille les significations de la robe dans la vie spirituelle et dans l’expression de l’identité de l’ordre. Pierre est debout, la blessure au crâne et le poignard dans sa poitrine – les attributs les plus importants de sa torture. Vraiment, il est « verus praedicator » et « verus martyr », « similis Christo in officio et in morte »46. Sa main droite bénit.

  • 47 Th. Graesse (éd.), Jacobi de Voragine Legenda aurea vulgo historia Lombardica dicta, Wroclaw, 1890, (...)
  • 48 A. Ferrua (dir.), S. Thomae Aquinatis vitae fontes praecipuae, Alba, 1968, p. 31, 51, 54, 119 (Guil (...)
  • 49 Z. WłodeK, « Tendencje doktrynalne na Wydziale Teologicznym Uniwersytetu Krakowskiego w XV wieku » (...)
  • 50 A. Bochnak, J. Samek (dir.), Katalog zabytków […], p. 150, ill. 305.

20L’autre revers des battants de cet autel présente la figure du « doctor angelicus ». Ainsi sont placés en vis-à-vis Pierre et Thomas, deux docteurs, celui-ci par excellence, celui-là « doctor in eo, quod etiam, cum pateretur, fidem veram edocuit »47. L’habit de Thomas, tellement désiré de lui et tellement haï par sa famille, est peint très soigneusement aussi. Sa main droite bénit, sa main gauche tient le modèle de l’Église. C’est en effet lui qui « prae aliis clarior stella praefulsit Ecclesiae », qui « toti Ecclesiae [...] de alimentis divinae Sapientiae sine invidia distribuenda providit », « totam Ecclesiam, quasi agrum divinis seminis complutum sapientiae pluviis satiavit » et « in [...] oboedientia Romanae Ecclesiae vivens servierat »48. Les épaules de Thomas sont ornées de la couronne à rebours. C’est une couronne spirituelle, le signe de la gloire, de la dignité de l’office du prédicateur et de la royauté du service du docteur. On veut souligner avant tout la royauté de Thomas, « doctor communis », parmi les théologiens. Autrefois, on prétendait que ce tableau avait été réalisé juste après l’incorporation du studium generale des dominicains à l’Université de Cracovie, où le thomisme se serait développé d’une manière significative. Maintenant, nous savons que celui-ci n’a pas profondément influencé le corps professoral de Cracovie, où dominaient le nominalisme modéré et l’albertisme49. Dans ce contexte, l’image de Thomas serait la proclamation de la valeur de son enseignement et la proclamation plutôt polémique de sa position « royale ». La même image, identifiée comme une représentation de saint Hyacinte, se trouve sur un vitrail du premier quart du XVème siècle50. Il est certain qu’il s’agit du portrait de Thomas.

  • 51 APPD, mss. L. XV. 8, f. 17r- 20r.

21Nous possédons en outre le sermon sur saint Thomas rédigé par un étudiant du studium generale, Pierre de Kościan. Le thème en est la phrase Illuminabit abscondita tenebrarum (I Cor 4, 5), et l’argument la chasteté du corps et de la pensée qui doit caractériser chaque prêcheur et enseignant. Le « docteur commun » en est l’exemple : il resta insensible à la tentation d’une jeune fille et défendit sa virginité et sa vocation religieuse. Le jeune frère proclame sa grandeur par la litanie des titres glorieux : « sanctissimus doctor », « doctor katholicorum », « contemplator supernorum », « cultor diuinorum sublimitatis excellentium », « reuelator occultorum » et par d’autres encore : « declarator dubiorum », « subiugator viciorum », « castigator peruersorum », « rector et illustrator perplurimum »51.

  • 52 M. A. Mongini, « Św. Katarzyna Sieneńska W ikonografii. Przegląd typowych atrybutów » [Sainte Cathe (...)
  • 53 B. Przybyszewski, Złoty dom Królestwa. Studium z dziejów krakowskiego cechu złotniczego od czasu je (...)
  • 54 J. Gadomski, Gotyckie malarstwo tablicowe […], p. 62.
  • 55 M. Otto, « Późnogotycki ołtarz św. Katarzyny Sieneńskiej z kościoła OO. Dominikanów w Krakowie » [L (...)
  • 56 APPDKr 39, p. 203, inventaire de 1820.

22Des effigies de sainte Catherine, s’il faut en croire les déclarations de Thomas Caffarini pendant le procès de canonisation, se trouvaient en Pologne au début du XVème siècle52. Cela est possible, car la dévotion mystique était présente au couvent de Cracovie, en lien avec le culte des saints de l’ordre. La preuve en est le reliquaire du Sang du Christ daté du début du XVème siècle, au pied orné des effigies des deux saints dominicains53. De la deuxième moitié du XVème siècle, nous avons un portrait de la sainte, de provenance cracovienne. Vêtue de l’habit de l’ordre, Catherine est présentée comme mystique. La couronne d’épines et la couronne royale sur la tête, elle reçoit les stigmates du Christ crucifié. Ils marquent ses mains, ses pieds et son cœur, tiré de sa poitrine et donné au Seigneur54. L’autel de Sainte Catherine date du début du XVIème siècle55. Quatre scènes sur les battants de l’autel, peintes par trois artistes, avec une habileté différente mais sans subtilités, présentent les images suivantes : l’oraison devant le crucifix et la flagellation avec chaîne, Dominique remettant l’habit à Catherine, le soin des malades, la donation d’un manteau au mendiant et la réception d’un autre du Christ lui-même, l’absorption du sang du côté du Christ crucifié, la communion donnée par le Christ, l’échange des cœurs entre la sainte et le Christ, les attaques des démons. La partie centrale, aujourd’hui perdue, contenait le portrait de la sainte56. Tout cela a été fondé sur le texte de la Legenda maior de Raymond de Capoue, ce qui prouve sa lecture assidue dans le couvent de Cracovie. Il faut constater quand même que les stigmates ont été relégués au second plan, sûrement sous l’effet de la controverse avec les franciscains et des recommandations du Saint-Siège, mais pas totalement abandonnés.

  • 57 M. A. Mongini, « Św. Katarzyna Sieneńska w ikonografii […] », p. 88-93.
  • 58 P. Kielar, « Studia nad kulturą szkolną i intelektualną dominikanów prowincji polskiej w średniowie (...)
  • 59 APPD, document n° 146.
  • 60 K. Górski, « Uwagi o « Rozmyslaniach dominikańskich » na tle prądów religijnych XV i początku XVI w (...)

23Il est difficile de préciser quel courant de spiritualité présentent ces tableaux. On y voit un rapport à l’iconographie toscane de Catherine, plus mystique que didactique57. Ils peuvent être aussi un signe de la diffusion d’une piété individuelle, marquée d’un dolorisme qui reposait sur le contact intime et contemplatif avec Jésus souffrant. L’humanité du Christ douloureux y est soulignée avec force dans deux scènes. On y trouve aussi un désir ardent et affectueux à l’égard de la communion. Tout cela ne marquait pas, cependant, un affaiblissement des liens avec l’Église, et Catherine elle-même était le symbole vivant de la fidélité à la hiérarchie par sa formation doctrinale et son activité. D’ailleurs, ne reçoit-elle pas la communion du Christ en présence d’un dominicain qui célèbre la Messe et observe cette scène avec joie ? Il semble que nous n’avons pas ici une évocation de la communion fréquente des laïcs, puisque Catherine était religieuse. On connaissait en Pologne les discussions menées sur ce thème en Bohême au XIVème siècle et, entre autres, le traité d’Henri Bitterfeld, dominicain de Silésie lié à Cracovie, De crebra communione, avec son assertion « quod licite possit cotidie communicari laycus devotus »58. C’était une attitude affirmative et prudente à la fois, car limitée à ceux qui avaient obtenu une formation solide et prouvé leur vraie dévotion. À Cracovie, les dominicains pouvaient offrir un tel modèle aux sœurs du tiers ordre. Pour les autres, ils développaient le culte du Sacrement eucharistique dans l’aspect théophorique en le combinant avec le culte de leurs saints. En 1467, le légat Rudolf de Rüdesheim leur permit d’organiser dans l’église des processions avec le Saint Sacrement lors des fêtes de la dédicace, de la Sainte-Trinité, de Dominique, Pierre martyr, Thomas d’Aquin, Vincent Ferrier et Catherine de Sienne ; tous les participants obtenaient cent jours d’indulgence59. L’aspect eucharistique du culte des saints de l’ordre est très intéressant et significatif. Nous ne trouvons pas, ainsi, de ressemblances avec les idées de la « devotio moderna ». Les Méditations dominicaines, œuvre écrite en polonais au couvent de Cracovie à la fin du XVème siècle ou au début du XVIème, se caractérisent par le dolorisme, par une sensibilité et une mentalité religieuse populaires et ne confirment pas la présence de ce type de spiritualité60.

  • 61 APPD, document n° 139.
  • 62 H. Zaremska, Bractwa w średniowiecznym Krakowie. Studium form społecznych życia religijnego [Les co (...)

24À quels milieux appartenaient les adeptes de la spiritualité dominicaine et les destinataires des entreprises apostoliques des frères ? C’est la question de la réception, de la popularité et de la portée sociale des cultes des saints dominicains hors du couvent qu’il faut ici poser. Le premier cercle des adeptes était formé par les membres des confréries religieuses. Cependant, nous n’en avons pas trace chez les prêcheurs de Cracovie. Le couvent de Sandomierz, par exemple, obtint en 1457 un document du provincial pour une congrégation qui avait choisi comme patrons les saints Dominique, Pierre, Thomas et Vincent61. On suppose qu’à Cracovie la piété dominicaine se développa plutôt par le mouvement du tiers ordre de la pénitence de saint Dominique, très populaire parmi les femmes62. Elle influença également des milieux de bienfaiteurs et de dévots de Hyacinthe. Il est significatif que l’extension géographique du nom de Dominique dans la région de la Petite Pologne coïncide à peu près avec l’aire d’influence du culte de Hyacinthe, établie d’après les témoignages des pèlerins dans ses miracula. Sa plus grande intensité s’observe dans la région de Cracovie, soit précisément dans l’espace de la prédication et de l’activité des frères.

  • 63 MPH series nova, t. 5, p. 130, 160 ; J. FijałeK (éd.), Najstarsze statuty synodalne krakowskie bisk (...)

25Il faut tenir compte du fait que l’extension du nom de Dominique peut être trompeuse du point de vue de la diffusion du culte des autres saints. Saint Dominique bénéficiait d’une reconnaissance générale par le calendrier et la liturgie du diocèse. La comparaison avec les autres saints de l’ordre est très instructive. Dans le plus ancien martyrologe de Cracovie conservé, datant du milieu du XIIIème siècle, saint Dominique confesseur est porté dans les rubriques au 5 août. Aux XIVème et XVème siècles, il figurait parfois le 4 août aussi. Dans ses statuts de 1325, l’évêque Nanker définit sa fête comme semiduplex, l’évêque Pierre Wysz en 1396 la classa duplex. Pierre martyr est apparu dans le missel de 1323-1350, donc très tard. La fête de Thomas d’Aquin a été inscrite comme duplex dans le plus ancien martyrologe, avec une écriture de la seconde moitié du XIVème siècle, en raison d’un autel dans la cathédrale, qui est pourtant inconnu – est-ce une confusion avec saint Thomas de Canterbury ? Il est intéressant de noter que, par exemple, le bréviaire de l’église Saint-Florian de Cracovie de 1399-1405 omet Thomas ; ce n’est que plus tard qu’est inscrit en marge, comme duplex, ce qui était en relation avec les dispositions de l’évêque Sbigneus Olesnicki en 1436. Pierre et Thomas ne sont vraiment entrés universellement dans les livres liturgiques du diocèse qu’au XVème siècle. Les évêques suffragants de l’ordre n’ont rien fait pour accélérer le processus. C’est la centralisation romaine qui a uniformisé l’implantation des cultes, ce qui explique que celui de Vincent Ferrier ait été très vite introduit. En 1459, l’évêque Thomas Strzempinski, à la suite de la décision du Saint-Siège, proclama sa fête comme duplex le 6 avril63.

  • 64 S. Kętrzyński, « O elementach chronologicznych dokumentów Kazimierza Wielkiego » [Éléments chronolo (...)
  • 65 . ZDM, t. 7, n° 1869.

26La datation des documents apporte une preuve de cette différence entre les saints. Dès le XIIIème siècle, on rencontre des datations d’après la fête de Dominique. La chancellerie du roi Casimir le Grand (1333-1370) a constamment utilisé cette fête pour dater les documents le 5 août64. Pour les rédacteurs et notaires, Pierre martyr est resté ignoré. En ce qui concerne saint Thomas, j’ai trouvé un document du 7 mars daté par sa fête au temps du roi Ladislas Jagellon (1386-1434)65. Enfin, hors du couvent, il est difficile de trouver des autels, des chapelles ou des églises dédiés aux saints de l’ordre. La cathédrale de Cracovie était déjà saturée d’autels, c’est vrai, mais aux XIV-XVème siècles on a fondé dans la région quelques dizaines d’églises ou de chapelles. Il y avait à l’évidence des saints plus en vogue.

27Cette revue des sources convainc qu’on peut parvenir à une meilleure connaissance des cultes de l’ordre dominicain, avant tout par l’élargissement du champ d’analyse à d’autres couvents et par l’exploitation des œuvres d’art et des textes de provenance dominicaine, particulièrement des collections qui se trouvent dans les anciennes bibliothèques dominicaines de Silésie – les mieux conservées, rassemblées au XIXème siècle à Wrocław – comme des collections de Silésie et de Lvov rassemblées à Cracovie, qui constitueront la base la plus solide pour de prochaines études.

Haut de page

Notes

1 Sur la sainteté et les saints en général, voir « Santità », dans G. Pellicia, G. Rocca (dir.), Dizionario degli Istituti di Perfezione, t. 8, p. 855-890 ; « Saints », Dictionnaire de spiritualité, ascétique et mystique, doctrine et histoire, t. 14, p. 196- 320 ; « Sainteté », dans G. Mathan, G-H. Baudry (dir.), Catholicisme. Hier- Aujourd’hui-Demain, t. 13, p. 655-726.

2 A. Vauchez, La Sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, 1988, p. 138-141.

3 L. Taurisano, Catalogus hagiographicus Ordinis Praedicatorum, Rome, 1918, p. 8, 13, 17, 31, 34 ; L. Venchi, Catalogus hagiographicus Ordinis Praedicatorum, Rome, 1988, p. 45, 51, 52, 62, 102. Pour des informations sur ces saints, voir Bibliotheca Sanctorum, Instituto Giovanni XXIII nella Pontificia Università Lateranense, t. 3, p. 996- 1044 ; t. 4, p. 692-734 ; t. 10, p. 746- 762 ; t. 12, p. 544-566, 1168-1176.

4 H. Fros, « Nasza hagiografia średniowieczna. Stan i potrzeba badań » [Notre hagiographie médiévale. État et besoins des recherches], Roczniki Humanistyczne, t. 34, 1986, p. 169-172.

5 R. Świetochowski, « Biblioteka OO. Dominikanów w Krakowie » [La bibliothèque des dominicains de Cracovie], Archiwa, Biblioteki i Muzea Kościelne, t. 33, 1976, p. 299-311.

6 Descriptions de l’église et du cloître dans la littérature antérieure : A. Bochnak, J. Samka (dir.), Katalog zabytków sztuki w Polsce [Catalogue des monuments artistiques de Pologne], t. IV : Miasto Kraków, part II : Kościoły i klasztory Śródmieścia, 2, Varsovie, 1978, p. 114- 201 ; T. Mroczko, M. Arszynski (dir.), Architektura gotycka w Polsce [L’architecture gothique en Pologne], part II : A. WłodareK (dir.), Katalog zabytków [Catalogue des monuments], Varsovie, 1995, p. 128-130.

7 K. Kaczmarczyk, Katalog dyplomów perga- minowych w Archiwum OO. Dominikanów w Krakowie [Catalogue des documents parcheminés dans les Archives des Dominicains à Cracovie], Cracovie, 1944, n° 8.

8 Archives de la Province Polonaise des Dominicains [ = APPD] Kr 1, f. 35r (p. 45 r).

9 R. F. Madura (éd.), Acta capitulorum provinciae Poloniae Ordinis Praedicatorum, t. 1, Rome, 1972, p. 59, 67.

10 Ibid., p. 86-87, 98-99.

11 F. Piekosiński (éd.), Kodeks dyplomatyczny Małpolski [ =KDM], t. 1, n° 36 ; I. Sułkowska- Kuraś, S. Kuraś (éd.), Bullarium Poloniae [ = BP], t. 1, n° 511.

12 S. Kuraś (éd.), Zbiórdoku-mentów katedry krakowskiej [ = ZDKK], t. 1, n° 11 ; BP, t. 1, n° 662.

13 Codex diplomaticus Silesiae, t. 7, part 2, n° 774 ; I. Zakrzewski, Kodeks dyplomatyczny Wielko- polski [ = KDW], t. 1, n° 370.

14 KDM, t. 1, n° 111.

15 APPD, document n° 136.

16 J. Dąbrowski (éd.), Ioannis Dlugossi Annales seu Cronicae incliti Regni Poloniae, livres V- VI, Varsovie, 1973, p. 262, 271 ; G. Labuda, Zaginiona kronika w Rocznikach Królestwa Polskiego Jana Długosza. Próba rekons-trukcji [Une chronique perdue dans les Annales du Royaume Polonais de Jean Długosz. Essai de reconstitution], Poznań, 1983, p. 88, n. 221, p. 118-120.

17 17. S. Kuraś (éd.), Zbiór dokumentów małopolskich [ = ZDM], t. 4, n° 882 ; t. 5, n° 1494, 1495, 1501, 1508, 1509. Cf. APPD Pp, n° 125 : Inventaire des couvents d’après la visitation du provincial polonais George Trebnic 1619-1621.

18 APPDKr 3, f. 451r; Pp 78, f. 1r.

19 APPDKr 399, f. 2r; Pp 78, f. 55v; ZDKK, t. 2, n° 531.

20 Sur la fondation, cf. Z. Kozłowska, « Założenie klasztoru OO. Domini-kanów w Krakowie » [La fondation du cloître des Pères Dominicains à Cracovie], Rocznik Krakowski, t. 20, 1926, p. 17 ; R. J. Loenertz, « La vie de S. Hyacinthe du lecteur Stanislas, envisagée comme source historique », Archivum Fratrum Praedicatorum, t. 27, 1957, p. 14-22 ; P. Kielar, « Początki zakonu dominikańskiego w Polsce » [Les origines de l’ordre dominicain en Pologne], Nasza Przeszlość, t. 39, 1973, p. 41-43 ; D. A. DekańsKi, Początki zakonu dominikanów prowincji polsko-czeskiej. Pokolenie św. Jacka w zakonie [Les origines de la province polono-tchèque de l’ordre dominicain. La génération de saint Hyacinte dans l’ordre], Gdańsk, 1999, p. 40-63 ; G. Labuda, « Nowe spojrzeniea na źródła dotyczące dziejów dominikanów w Polsce XIII-XIV wieku. Lektor Stanisław i jego żywot św. Jacka » [Les vues nouvelles sur les sources concernant les origines des dominicains en Pologne aux XIIIème-XIVème siècles. Lecteur Stanislas et sa Vita sancti Hyacinthi], in J. KłoczowsKi, J. A. spież (dir.), Dominikanie w środkowej Europie w XIII-XIV wieku. Aktywność duszpasterska i kultura inte-lektualna, Poznań, 2002, p. 45-59.

21 L. ĆwiklińsKi (éd.), De vita et miraculis sancti Iacchonis (Hyacinthi) ordinis Fratrum Praedicatorum auctore Stanislao lectore Cracoviensi eiusdem ordinis [ = Vita], dans Monumenta Poloniae Historica, t. IV, Lvov, 1884, p. 819-903.

22 J. DąbrowsKi (éd.), Ioannis Dlugossi Annales […], livres V-VI, Varsovie, 1973, p. 228- 229 (a. 1218), 234-235 (a. 1222) et livres VII-VIII, Varsovie, 1975, p. 116-117 (a. 1257) ; A. PrzeździecKi (éd.), Ioannis Dlugossi Liber Beneficiorum dioecesis Cracoviensis, t. 3, Cracovie, 1864, p. 448-450.

23 J. Szymański (éd.), Katalogi biskupów krakowskich Długosza, dans Monumenta Poloniae Historica series nova, t. X, part 2, Varsovie, 1974, p. 166.

24 Vita, p. 846. Citation d’après le fragment de la Vita du XIVème s. dans APPDKr, k. 1r. L’édition donne le mot « castitate », le manuscrit « caritate ».

25 Vita, p. 847. APPDKr, k. 1v.

26 Ibid.

27 Vita, p. 863.

28 Ibid., p. 849. APPDKr, k. 1v.

29 Cf. Monumenta historica Sancti Patri Nostri Dominici, dans Monumenta Ordinis Fratrum Praedicatorum Historica [ = MOPH], t. 16, p. 243-244 (Pierre Ferrand), 416- 417 (Humbert de Romans).

30 Vita, p. 863.

31 MOPH, t. 16, p. 247- 248 (Pierre Ferrand), p. 419 (Humbert de Romans) ; Acta Sanctorum [ = AASS], Août, t. I, Paris-Rome, 1867, p. 508 (Théodorique d’Apolda).

32 Cf. discussion: K. Dobrowolski, « Żywot św. Jacka. Ze studjów nad polska hagjografia średniowieczna » [Vita sancti Hyacinthi. Les études sur l’hagiographie polonaise médiévale], Rocznik Krakowski, t. 20, 1926, p. 20-34 ; J. Woroniecki, Hagiografia. Jej przedmiot, trudności i zadania w Polsce [L’hagiographie. Ses objets, difficultés et devoirs en Pologne], Cracovie, 1939, p. 27 ; id., Św. Jacek Odrowąż i wprowadzenie Zakonu Kaznodziejskiego do Polski [Saint Hyacinthe et l’installation de l’Ordre des Prêcheurs en Pologne], Katowice, 1947, p. 306-310.

33 R. TatarzyńsKi (éd.), Peregrini de Opole Sermones de tempore et de sanctis, Varsovie, 1997, p. 602.

34 Vita, p. 841.

35 G. Klimecka, « Legenda o świętym Stanisławie i domini-kanie polscy » [La légende de saint Stanislas et les dominicains polonais], Przegląd Tomistyczny, t. 6- 7, 1997, p. 25-44 ; cf. D. Borawska, Z dziejów jednej legendy. W sprawie genezy kultu św. Stanisława biskupa [Histoire d’une légende. Sur les origines du culte de saint Stanislas évêque], Varsovie, 1950, p. 37-40. M. pLezia, « Na margi- nesie Złotej Legendy (chronologia hagiografii polskiej w połowie XIII w.) » [En marge de la Légende dorée. Chronologie de l’hagiographie polonaise du milieu du XIIIème s.], in id., Od Arystotelesa do Złotej Legendy, Varsovie, 1958, p. 452-453.

36 J. Gadomski, Gotyckie malarstwo tablicowe Małopolski 1460-1500 [La peinture gothique de la Petite Pologne 1460-1500], Varsovie, 1988,

37 A. Bochnak, J. Samek (dir.), Katalog zabytków […], p. 154, ill. 326.

38 MOPH, t. 16, p. 304, 392 ; AASS, Août, t. I, n° 70 ; R. TatarzyńsKi (éd.), Peregrini de Opole Sermones […], p. 603.

39 AASS, Août, t. I, p. 557- 558.

40 Vita, p. 865; J. Gadomski, Gotyckie malarstwo tablicowe […], p. 63.

41 R. TatarzyńsKi (éd.), Peregrini de Opole Sermones […], p. 597.

42 MOPH, t. 16, p. 210, 370-371 ; M.-H. Vicaire, Dominik i jego Bracia Kaznodzieje [Dominique et ses Frères Prêcheurs], Poznań, 1985, p. 306-313.

43 J. Gadomski, Gotyckie malarstwo tablicowe […], p. 62.

44 MOPH, t. 1, p. 248 ; AASS, Avril, t. III, p. 714 : « In conventu Bononiensi fr. Joannes Polonus quartana laborabat. Cum autem in festo B. Petri Martyris sermonem ad clerum facere deberet, et accesionem eadem nocte juxta cursum febris expectaret, vehementer extimuit, ne in injuncto sibi sermone deficeret. Conversus itaque ad s. Petri Martyris suffragia, ad altare ipsius magna cum devocione accessit, orans, ut ejus meritis juvaretur, cuius debebat gloriam predicare ; sicque factum est, ut febris illa nocte cessarit, et postmodum eum numquam invasit. » J. Pleziowa (trad.), M. Plezia (éd.), Jakuba de Voragine ZŁota legenda [Légende dorée], Varsovie, 1955, p. 228 ; Z. KozłowsKa-Budkowa, C. zawodzińska, « I primi studenti polacchi all’universita di Bologna (fino al. 1364) », dans S. Cynarski (dir.), Commentationes Historicae, Varsovie-Cracovie, 1988, p. 31.

45 Vita, cap. 15, 16 (la chronologie de ces miracles n’est pas sûre) ; R. J. Loenertz, « La vie de S. Hyacinthe […] », p. 12.

46 Cf. R. TatarzyńsKi (éd.), Peregrini de Opole Sermones […], p. 578-583.

47 Th. Graesse (éd.), Jacobi de Voragine Legenda aurea vulgo historia Lombardica dicta, Wroclaw, 1890, p. 281-282.

48 A. Ferrua (dir.), S. Thomae Aquinatis vitae fontes praecipuae, Alba, 1968, p. 31, 51, 54, 119 (Guillaume de Tocco).

49 Z. WłodeK, « Tendencje doktrynalne na Wydziale Teologicznym Uniwersytetu Krakowskiego w XV wieku » [Les tendances doctrinales à la Faculté Théologique de l’Université de Cracovie au XVème siècle], dans T. MichałowsKa (dir.), Literatura i kultura późnego średniowiecza w Polsce, Varsovie, 1993, p. 17-27.

50 A. Bochnak, J. Samek (dir.), Katalog zabytków […], p. 150, ill. 305.

51 APPD, mss. L. XV. 8, f. 17r- 20r.

52 M. A. Mongini, « Św. Katarzyna Sieneńska W ikonografii. Przegląd typowych atrybutów » [Sainte Catherine de Sienne dans l’iconographie. Revue des attributs typiques], dans J. Misiurek, A. J. Nowak, J. M. PopławsKi (dir.), Mistrzynie świetości i prawdy. Katarzyna ze Sieny. Teresa z Avila, Lublin, 1997, p. 87.

53 B. Przybyszewski, Złoty dom Królestwa. Studium z dziejów krakowskiego cechu złotniczego od czasu jego powstania (ok. 1370) do połowy wieku XV [La maison d’or du Royaume. Étude sur l’histoire de la corporation des orfèvres de Cracovie jusqu’au milieu du XVème siècle], Varsovie, 1968, p. 27-29.

54 J. Gadomski, Gotyckie malarstwo tablicowe […], p. 62.

55 M. Otto, « Późnogotycki ołtarz św. Katarzyny Sieneńskiej z kościoła OO. Dominikanów w Krakowie » [L’autel gothique de sainte Catherine de Sienne dans l’église des dominicains de Cracovie], Analecta Cracoviensia, t. 23, 1991, p. 371-389.

56 APPDKr 39, p. 203, inventaire de 1820.

57 M. A. Mongini, « Św. Katarzyna Sieneńska w ikonografii […] », p. 88-93.

58 P. Kielar, « Studia nad kulturą szkolną i intelektualną dominikanów prowincji polskiej w średniowieczu » [Études sur la culture scolastique et intellectuelle des dominicains de la province polonaise au Moyen Âge], dans J. Kłoczowsli (dir.), Studia nad historia dominikanów w Polsce 1222-1972, t. I, Varsovie, 1975, p. 479-481. Cf. l’expression de mss. Gdańsk Biblioteka PAN Mar Qu 35, f. 162r.

59 APPD, document n° 146.

60 K. Górski, « Uwagi o « Rozmyslaniach dominikańskich » na tle prądów religijnych XV i początku XVI wieku » [Quelques remarques sur les « Méditations dominicaines » et leur rapport avec les courants de la pensée religieuse du XVème et du début du XVIème siècle], Średniowiecze. Studia o kulturze, t. II, Wrocław, 1965, p. 303-321.

61 APPD, document n° 139.

62 H. Zaremska, Bractwa w średniowiecznym Krakowie. Studium form społecznych życia religijnego [Les confréries à Cracovie au Moyen Âge. Étude des formes sociales de la vie religieuse], Wrocław, 1977, p. 52.

63 MPH series nova, t. 5, p. 130, 160 ; J. FijałeK (éd.), Najstarsze statuty synodalne krakowskie biskupa Nankera z 2 X 1320 r., Cracovie, 1915, p. 24-26 ; S. Zachorowski (éd.), Statuty synodalne krakows- kie Zbigniewa Oleśnickiego (1436, 1446), Cracovie, 1915, p. 50 ; U. Heyzmann (éd.), Statuta synodalia episcoporum Cracoviensium XIV et XV saeculi, dans Starodawne Prawa Polskiego Pomniki, t. 4, Cracovie, 1875, p. 58, 114 ; H. wąsowicz, Kalendarz ksiąg liturgicznych Krakowa do połowy 16. wieku. Studium chronologiczno- typologiczne, Lublin, 1995 (avec base de sources incomplète), cf. BJ mss. 1255, f. 331v.

64 S. Kętrzyński, « O elementach chronologicznych dokumentów Kazimierza Wielkiego » [Éléments chronologiques des documents de Casimir le Grand], Rozprawy Akademii Umiejetności wydział his-toryczno-filozficzny, t. 56, Cracovie, 1914, p. 82-86. 65. ZDM, t. 7, n° 1869.

65 . ZDM, t. 7, n° 1869.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maciej Zdanek, « Le culte des saints dominicains au couvent de la sainte-Trinité à Cracovie au Moyen-Age », Siècles, 16 | 2002, 11-24.

Référence électronique

Maciej Zdanek, « Le culte des saints dominicains au couvent de la sainte-Trinité à Cracovie au Moyen-Age », Siècles [En ligne], 16 | 2002, mis en ligne le 27 novembre 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2719

Haut de page

Auteur

Maciej Zdanek

doctorant, Université Jagellonne (Cracovie)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org