Navigation – Plan du site

L'ordre des prêcheurs vu par ses frères d'après quelques sermons modèles du XIIIème siècle

Dagmara Wójcik
p. 25-40

Entrées d’index

Mots-clés :

Dominicains, culte, sermon

Keywords :

Dominicans, cult, sermon

Index géographique :

France, Italie

Index chronologique :

XIIIe siècle
Haut de page

Notes de l’auteur

Pour les citations de sermons, je donnerai d’abord la référence dans J.B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters, Münster, 1969-1980, cité RLS, suivi du tome, de la page et du numéro d’ordre du sermon.

Texte intégral

1L’objectif de cette analyse est de présenter comment les Dominicains du XIIIème siècle se représentaient leur ordre et ce qu’ils en écrivaient dans un type de source particulier, les sermons modèles. La base de l’analyse est constituée de sermons concernant le fondateur de l’Ordre, saint Dominique, composés pour deux occasions liturgiques : la fête de saint Dominique (4 août) et celle de la translation des reliques (24 mai). Treize sermones évoqués proviennent de sept collections de sermons modèles, écrits par les Frères prêcheurs en France et en Italie. Pour la plupart d’entre eux, il est difficile de donner la date exacte de leur création. Ils ne sauraient être datés qu’approximativement de la seconde moitié du XIIIème siècle.

  • 1 A. Dondaine, « Guillaume Peyraut. Vie et oeuvres », Archivum Fratrum Praedicatorum [ = AFP], t. 18, (...)
  • 2 T. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevii, II, p. 72, no 1400. Cf. P. Michaud-Quant (...)
  • 3 N. Bériou, L’Avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au XIIIème siècle, I, Paris (...)
  • 4 L.-J. Bataillon, « Béatitudes et types de sainteté », Revue Mabillon, t. 7, 1996, p. 83.
  • 5 Id., Jean d’Opreno prieur de Milan », AFP, t. 68, 1998, p. 135-163.
  • 6 Les reprises de De septem donis Spiritus Sancti d’Étienne de Bourbon (œuvre mise en circulation apr (...)
  • 7 T. Kaeppeli, Scriptores [], II, p. 350, n° 2155.

2La plus ancienne des collections analysées, celle d’un Frère prêcheur lyonnais, Guillaume Peyraut, date des années 1254-12591. Guy d’Évreux, un autre dominicain français, a travaillé sur son recueil nommé Summa Guillotina dans les années 1290-12932. Quant aux Themata sermonum de Nicolas de Gorran, nous pouvons seulement dire qu’ils ont été écrits à Paris où leur auteur a longtemps exercé la fonction de prieur du couvent de Saint-Jacques3. Ces deux derniers auteurs nous ont laissé de courts textes compacts, qui constituaient une matière de base à remodeler et à compléter ultérieurement en vue des sermons prononcés en chaire. La production des Frères prêcheurs des couvents italiens est représentée par quatre recueils. La collection De sanctis d’Aldobrandino Cavalcanti est sans doute antérieure à 1274-1276 et l’on peut même supposer qu’elle a été composée en Italie avant 12684. À peu près à la même époque, Jean d’Opreno5 et Martin le Polonais, eux aussi, écrivent leurs sermons en Italie. La collection de ce dernier est certainement postérieure à 12616. La génération suivante est représentée par le recueil De sanctis de Jacques de Voragine, postérieur à la fameuse Légende dorée composée vers les années 1263-12677. D’un point de vue formel, les sermons de Jacques de Voragine, longs, bien élaborés et riches de références hagiographiques, se situent à l’opposé des textes de Nicolas de Gorran ou de Guy d’Évreux. Pour l’analyse, je me sers des transcriptions de certains manuscrits de même que des éditions incunables. Le choix des textes, conditionné par l’accès limité à certaines bibliothèques et à des microfilms, a été un peu accidentel.

  • 8 M. M. Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study... »: Dominican Education before 1350, Toronto, 1 (...)
  • 9 D. L. D’Avray, « Method in the Study of Medieval Sermons », dans N. Bériou, D. L. D’Avray (dir.), M (...)

3Toutes les questions que j’aimerais poser aux sermons choisis concernent des idées qui y apparaissent à propos de la description de l’Ordre même. L’avantage de l’application d’un tel point de vue dans cette analyse est triple. Premièrement, les sermons écrits par des prêcheurs renommés témoignent de leur engagement personnel dans la vie de l’Ordre et montrent de quelle manière ils se le représentaient. Deuxièmement, de même que la liturgie et l’hagiographie, le recueil de sermons modèles, utilisé comme l’un des manuels fondamentaux de la formation de futurs prêcheurs, formait la conscience et l’identité des frères dominicains8. Troisièmement, en tant que medium spécifique de la culture médiévale, il diffusait une certaine manière de voir l’Ordre en dehors du cercle étroit des Dominicains. Les idées dominicaines parvenaient ainsi aux membres d’autres ordres de même qu’au clergé séculier. Enfin, même si l’on considère que l’impact des sermons composés pour les fêtes a été incomparablement plus faible que l’influence de ceux du dimanche, la parole vive prêchée en chaire dans la langue vernaculaire réussissait parfaitement à convaincre les masses chrétiennes9.

4Les motifs concernant les Dominicains, présents dans les sermons choisis, peuvent être groupés autour de trois sujets principaux : la conviction que l’Ordre des dominicains a été élu pour jouer un rôle spécial dans l’histoire du salut ou, autrement dit, le messianisme dominicain ; les réflexions sur l’office de la prédication, constitutif et essentiel pour l’Ordre ; la relation entre le fondateur, saint Dominique, et l’Ordre instauré.

Le messianisme dominicain

  • 10 Voir Gérard de Frachet, Vitae Fratrum I, 3, § XV, éd. B. Reichert, Monumenta Ordinis Praedicatorum (...)

5Le messianisme dominicain s’appuie essentiellement sur le fragment de l’Évangile selon saint Luc Misit servum suum hora cene dicere invitatis, ut venirent (14,17), de même que sur une interprétation de la Glose ordinaire qui l’accompagne habituellement, influencée par le commentaire de Grégoire le Grand10. À propos de ce passage, la Glose remarque : le serviteur envoyé par le père de famille signifie l’ordo praedicatorum qui viendra à la fin des temps.

  • 11 Nicolas de Gorran, RLS IV, 300 no 674 ; Jacques De Voragine RLS III, 259 no 494.
  • 12 Jacques de Voragine RLS III, 259 no 491 et no 492, Aldobrandino Cavalcanti RLS I, 209 no 349, Jean (...)

6Nous rencontrons ce fragment dans des contextes différents au sein de six sermons. Il joue le rôle de thème scripturaire11 ou d’argument biblique dans leur développement12. Le nombre des significations cachées dans ce texte biblique, et la riche tradition que les ouvrages patristiques et les commentaires médiévaux y ont ajoutée, rendent l’interprétation dominicaine pluridimensionnelle. Comme il n’est pas possible de présenter tous ses aspects dans un article aussi bref que celui-ci, je me contenterai de les illustrer par quelques exemples choisis, considérés comme représentatifs pour la tradition dominicaine de prédication. Un lecteur attentif remarquera vite que le motif messianique revient à maintes reprises, avec une force différente, dans beaucoup de sermons cités.

7Deux dimensions interprétatives du verset Misit servum constituent des lieux communs spécifiques de la prédication dominicaine. La première met en relief le verbe misit en soulignant ainsi le rôle de Dieu dans la constitution de l’Ordre. C’est Dieu même qui envoie les Prêcheurs et seule la personne de Celui qui envoie garantit la véridicité, la pérennité et la canonicité de l’Ordre.

  • 13 RLS IV, 300 no 674. Manuscrits utilisés : Troyes, Bibliothèque municipale 1250 (T), f. 121va-b, col (...)

8Dans un sermon consacré à ce sujet, Nicolas de Gorran met au centre la mission de l’ordopraedicatorum13.

  • 14 uelit] corr. inV uenit T

« – Misit seruum suum hora cene dicere inuitatis ut uenirent quia parata sunt omnia. Lc xiiii [, 17]. – Quantum Deus uelit14 saluari hominem clare patet ex multiplicitate missorum. Misit enim primo prophetas, Matth xxiii [, 34] : Ecce ego mitto ad uos prophetas, etc. Secundo proprium filium, Gal iiii [, 4] : At ubi uenit plenitudo temporis. Tercio, sibi et filio communem spiritum sanctum. Quarto apostolos et discipulos, Matth x [, 16] : Ecce ego mitto uos. Quinto doctores sacros, Prov ix [, 3] : Misit ancillas suas ut. Sed in fine seculi misit ordinem predicatorum, cuius pater et institutor fuit beatus Dominicus, ut uerum sit de eo et de ordine suo specialiter, quia : Misit seruum suum, etc. »

9Dieu désire le salut de l’homme à tel point qu’au cours de l’histoire il a envoyé maintes fois ses messagers pour qu’ils servent cette mission. Les prophètes furent les premiers envoyés, « lorsque le temps fut accompli », le Fils vint au monde, et, après lui, le Saint Esprit y descendit, envoyé par le Père et le Fils ensemble. Les Apôtres et les disciples, quatrièmes envoyés, vinrent après et les saints docteurs furent les cinquièmes. Maintenant, à la fin des temps, Dieu, inlassable dans son œuvre pour sauver l’homme, envoie ses nouveaux serviteurs, prêcheurs, dont saint Dominique est le père et le fondateur. L’heure de la cène s’approchant, saint Dominique et particulièrement son ordre doivent offrir aux hommes l’ultime possibilité d’entendre l’appel de Dieu.

  • 15 L’expression pater et institutor revient à maintes reprises dans les sermons cités : Jacques De Vor (...)
  • 16 Pour la question des relations entre deux « ordres », je me sers de l’article de R. Ladner, « L’Ord (...)
  • 17 Humbert de Romans, Legenda Sancti Dominici, « Prologus », op. cit.

10Dans ce sermon, l’ordo praedicatorum qui, pris au sens le plus large du mot, signifie un état parmi d’autres au sein de l’Église, est identifié exclusivement avec l’Ordre des Frères prêcheurs, c’est-à-dire avec la société de vie et de prédication instaurée par saint Dominique. Une telle idée est particulièrement vive et féconde dans la pensée dominicaine du XIIIème siècle. Chez Nicolas de Gorran, le serviteur de l’Évangile est une figure de l’ordo praedicatorum dont saint Dominique est pater et institutor15. Cependant, dans l’ancienne tradition de l’Église, représentée, entre autres, par Grégoire le Grand, la formule et l’idée d’ordo praedicatorum correspondaient à une catégorie d’hommes qui s’adonnaient à l’office de la prédication, catégorie représentée notamment par les évêques, prédicateurs par excellence. Or, le sens du passage de Nicolas de Gorran est clair : c’est saint Dominique qui commença et fonda l’ordo praedicatorum. Il apparaît donc qu’aux yeux des Frères prêcheurs du XIIIème siècle leur ordre, novus ordo, soit l’incarnation de l’ordo antiquus. Il englobe de cette façon tout ce qui, dans la tradition de l’Église, relève de la vocation d’annoncer l’Évangile16. Cette conviction, Humbert de Romans la résume de la façon la plus complète dans le Prologue de la Légende de saint Dominique : « Novus institutione, antiquus auctoritate [...] novissimus spatio, primus autem officio »17. Dominique a instauré un ordre nouveau, mais du point de vue de l’idéologie, du charisme et de la mission, c’est un ordre ancien, aussi vieux que l’annonce de l’Évangile même.

11Ces religieux prêcheurs, au sens premier du terme, concret, participent d’une manière particulière à la mission du salut. Notons que, dans le sermon de Gorran, la division entre les différents envoyés de Dieu s’effectue en fonction de la chronologie de leur apparition, l’essence de leur mission restant toujours la même : sauver les hommes. C’est bien cette dernière qui place l’Ordre des Frères prêcheurs au même rang que les prophètes, les apôtres, les disciples et les docteurs de l’Église et qui le rend égal au Fils de Dieu et au Saint Esprit.

  • 18 RLS III, 259 no 492. Édition utilisée : Bologna [Balthasar de Hyrberia] 1484 – Kraków, Biblioteka J (...)

12Dans la divisio thematis du sermon Spiritus meus18, Jacques de Voragine dit que la qualité d’un prêcheur véritable se confirme, entre autres, par une sage et nombreuse descendance engendrée, dans l’ordre spirituel, dans le Christ. Pour saint Dominique, cette descendance est constituée de membres de l’Ordre des Prêcheurs qu’il a instauré. C’est dans ce même sermon qu’apparaît, dans la description de l’Ordre, la formule semen beati Dominici qui m’a servi de titre. La troisième partie du sermon est entièrement consacrée aux Prêcheurs. Jacques de Voragine y prouve le caractère providentiel de l’Ordre en présentant des raisons qui confirment la légitimité de son existence et son rôle essentiel dans le plan divin de salut ainsi que dans l’Église.

« – Spiritus meus ... [Is 59, 21] – Verum predicatorem tria commendant, scilicet vita sancta, doctrina assidua et proles sapiens et fecunda. ... [f. 70ra] Semen enim beati Dominici est ordo predicatorum quem in Christo Ihesu per euuangelium generauit. Non enim ipse ordo fuit casu inuentus vel humana prudentia institutus, sed diuina. Lc 24 [14, 7] : Misit seruum suum dicere inuitatis vt venirent. Gregorius : Hora cene finis est seculi. In hoc fine mittitur seruus, id est ordo predicatorum ad inuitatos per legem et prophetas, vt repulso fastidio ad gustandum cenam se prepararent.

Secundo fuit a prophetis prefiguratus et maxime Zach 8 [6, 1-3] vbi dicitur, quod in quarta quadriga erant equi varij et fortes. Isti equi sunt predicatores Christum per mundum portantes et dicuntur varij non tamen propter habitum, sed etiam varietatem virtutum, et dicuntur fortes quia fortiter sciunt pugnare et se defendere et sunt in quadriga quarta. In prima quadriga fuerunt equi ruffi, id est ordo martirum. In secunda equi nigri, id est ordo confessorum qui se per mortificationem carnis denigrauerunt. In tercia equi albi, id est ordo virginum. In quarta equi varij, id est ordo doctorum predicatorum.

Tercio iste ordo fuit a Matre Dei impetratus et habitu insignitus. Nam cum quidam sanctus vir ante ordinis institutionem orationi instaret, vidit Beatam Virginem pro humana generatione exorante, cui Christus : “Quid possum amplius facere ? Misi patriarchas et prophetas et parum se emendauerunt. Sed quia non est phas vt aliquid tibi denegem, dabo eis predicatores meos”. Fuit etiam ad ipsa Virgine habitu insignitus, nam cum prius fratres alium habitum deferrent, Beata Virgo istum quem habent ostendit et dedit.

  • 19 es] add.

Quarto fuit ab apostolis Dei scientia et constantia decoratus. Nam Petrus et Paulus sibi apparuerunt, cui Petrus baculum, Paulus vero librum tradiderunt dicentes : Vade, predica quoniam a Deo ad hoc ministerium electus es19. Per librum autem significatur donum scientie, per baculum vero fortitudo constantie que due maxime in predicatoribus requiruntur.

Quinto fuit a vicario Dei confirmatus. Cum enim summus pontifex beato Dominico confirmationem petenti se difficilem exhiberet, [f. 70rb] sequenti nocte vidit in visione quod ecclesia latranensis minaretur ruinam. Et ecce beatus Dominicus occurrit et humeris suppositis ecclesiam sustentauit.

Sexto fuit a beato Dominico institutus, vnde super illud Eccle. [Sir] 10 [, 4] : Utilem rectorem in tempore suscitauit Dominus, dicit interlinearis : ordinem predicatorum. »

13L’auteur recourt à six arguments pour démontrer que l’apparition des Dominicains dans le monde ne fut nullement l’œuvre d’un hasard ou d’une sagesse humaine, mais de la volonté de Dieu. Comme preuve de la provenance divine de l’Ordre, revient le motif du serviteur envoyé par Dieu à la fin des temps dont il a déjà été question. Étant donné que l’ordopraedicatorum ou l’Ordre des Frères prêcheurs doit s’adresser à ces hommes mêmes qui ont déjà été appelés par la Loi et les prophètes, il ne constitue qu’une étape dans le plan divin de salut.

14Le fait que l’Ordre était déjà annoncé par les prophètes ressort sensiblement du discours prophétique de Zacharie où de forts chevaux tachetés attelés au quatrième char symbolisent, selon la Glose, l’ordre des docteurs prêcheurs (ordo doctorum praedicatorum). Ceux-ci sont appelés à annoncer le Christ au monde et se distinguent parmi les autres états de l’Église par la richesse et la diversité de leurs vertus, de même que par la force et le courage dans la lutte.

15Les Dominicains sont essentiellement les fils de la Vierge. Jacques de Voragine rappelle ici l’image de la Vierge Marie suppliant le Christ de vouloir contenir sa colère contre le monde et obtenant pour les hommes le don des prêcheurs. C’est elle également qui offre aux Dominicains leur habit, en signe de sa protection particulière.

16De par la personne de son fondateur, l’Ordre des Prêcheurs se trouve confirmé par les princes des apôtres, saint Pierre et saint Paul. Le bâton et le livre offerts par ceux-ci symbolisent les deux dons les plus nécessaires pour les prêcheurs, la science et la persévérance.

17L’office de saint Dominique et de ses fils spirituels a été également confirmé par le pape, agissant, en tant que vicaire de Dieu dans le monde, au nom de l’Église. Lors d’un de ses rêves, le pape a vu saint Dominique soutenir sur ses épaules la basilique romaine de Saint-Jean de Latran chancelant dans ses fondements. Grâce à cette intervention miraculeuse de la divine Providence, le pape, malgré ses réserves préliminaires, a confirmé l’Ordre.

18Le sixième argument, évoqué à grands traits seulement, concerne l’instauration de l’Ordre par saint Dominique. La sainteté du fondateur garantit le caractère transcendant de l’Ordre.

  • 20 RLS III, 259, no 491. Éd. cit., f. 69vb-70rb. 21. Humbert de Romans, Legenda Sancti Dominici, cap. (...)

19Le second lieu commun de la prédication dominicaine, lié à l’autre dimension interprétative du fragment de l’Évangile selon saint Luc, est fortement influencé par une interprétation provenant de la Glose ordinaire. Je pense ici au motif eschatologique de la fin du monde. Selon Grégoire le Grand, l’heure de la cène où l’Ordre des Prêcheurs apparaît marque justement le moment du second avènement du Christ pour le jugement dernier. Dans le contexte historique du tournant des XIIème et XIIIème siècles, particulièrement tourmenté et favorable à des sentiments apocalyptiques, l’apparition des Dominicains semblait annoncer la proche consommation des siècles. Jacques de Voragine y consacre un fragment du sermon Quasi stella20.

« – Quasi stella ... [Sir 50, 6] – ... Quarto fuit solis nuncius. Sicut enim Iohannes baptista primum [Christi] prenunciauit aduentum, sic et iste vicinum creditur preuenisse iudicium. Lc 14 [, 7] : Misit seruum suum hora cene, id est ordinem predicatorum, vt exponit Gregorius : Hora cene, id est in fine seculi. Missus est igitur in extremo tempore quia sicut dicitur I Cor 10 [, 11] : Nos sumus in quos fines seculorum deuenerunt. Missus est ab extremis terre partibus, id est de finibus Hispanie. Is 41 [, 9] : Ab extremis terre et a longinquis eius uocaui te, etc. »

  • 21 Humbert de Romans, Legenda Sancti Dominici, cap. I. Éd. cit., p. 370-371.

20De même qu’à l’époque saint Jean-Baptiste annonçait le premier avènement du Christ, de même maintenant saint Dominique précède directement son second avènement pour le jugement dernier. Ce fragment constitue la reprise presque exacte du premier chapitre de la Vie de saint Dominique écrite par Humbert de Romans21.

La prédication, vocation des Dominicains

  • 22 RLS III, 640 no 342. Manuscrit utilisé : Colmar, Bibliothèque de la ville, 26, f. 223vb.

21En ce qui concerne l’office de la prédication, auquel les Frères prêcheurs se consacrent entièrement et exclusivement en vertu des vœux qu’ils ont prononcés, les textes en parlent plusieurs fois. Les auteurs dominicains sont unanimes à penser que, grâce à l’exercice de cet office, leur ordre occupe une place privilégiée au sein de l’Église, une place supérieure par rapport aux autres états. Une telle idée apparaît, entre autres, chez Jean d’Opreno qui parle du caractère exceptionnel de l’Ordre des Frères prêcheurs dans sa longue seconde partie du sermon Non potest civitas22.

  • 23 Isidore De Séville, Etymologiarum sive Originum libri XX, lib. 14, cap. 1, § 1. Éd. W. M. Lindsay, (...)
  • 24 Humbert De Romans, Legenda Sancti Dominici, « Prologus ». Éd. cit., p. 369.

« – Non potest ciuitas abscondi supra montem posita [Matth 5, 14]. – ... Secundus status [beati Dominici] scilicet prelationis notatur ibi : Supra montem posita, id est super ordinem predicatorum. Ysidorus : Montes sunt tumores terrarum altissimi, dicti montes, quasi eminentes23. Sic ordo predicatorum altissimus est et eminet omnibus ordinibus officii dignitate. In legenda dicitur : Ordo predicatorum est primus officio24. Est enim hoc officium trium ualde eminentium, scilicet Christi, angeli, apostoli. De primo Mc 1 [, 38] : Eamus in proximos uicos ut ibi predicere, ad hoc enim ueni. De secundo Apoc 5 [, 2] : Vidi angelum fortem predicantem uoce magna. De tercio dictum est apostolis Mc ult. [16, 15] : Predicate euangelium omni creature. De hoc monte dictum est in Is [2, 2] : Erit in nouissimis diebus preparatus mons domus Domini in uertice montium et eleuabitur super colles, et licet ordo predicatorum aliis montibus possit comparari multiplici ratione, tamen specialiter potest assimilari monti Sinai, quod ualde famosus est in sacra pagina. »

22La métaphore de la ville située sur une montagne illustre la relation de supériorité entre saint Dominique et l’Ordre fondé. Jean d’Opreno prouve que les Frères prêcheurs ont tous les droits de s’approprier la symbolique de la montagne. Ils peuvent se cacher derrière cette figure car ils sont altissimi, les plus hauts, en raison de l’office de la prédication qu’ils exercent et dont la dignité les élève au-dessus de tous les autres états de l’Église. Cet office-là, ils le partagent avec le Christ même, avec les anges et les apôtres dont la prédication est évoquée dans le Nouveau Testament. Jean d’Opreno conclut ce fragment par l’évocation de la prophétie d’Isaïe qui associe l’apparition de l’ordre des prêcheurs à l’idée de la fin des temps (in novissimis diebus) et qui témoigne de sa supériorité (elevabitur super colles).

23La dimension intérieure – relative au contenu – de la prédication est décrite par trois désignations : illumination (illuminatio), instruction (instructio), défense de la foi (defensio fidei).

  • 25 RLS III, 355, no 507. Manuscrit utilisé : Vaticano, Vat. lat. 1252, f. 195vb- 196ra.

24Pour la fête de saint Dominique, Guy d’Évreux choisit parmi plusieurs thèmes celui de l’étoile : Dabo illi stellam matutinam25. L’introduction du sermon composé autour de ce motif traite d’une manière très imagée du rôle des Prêcheurs dans l’Église.

« – Dabo illi, etc. [Apoc 2, 28] – Videmus ad oculum quod homines qui habent ire longam uiam plenam periculis et tenebrosam multum gaudent quando aliquis prebet eis luminis beneficium ad eos dirigendum et ad terminum deducendum, maxime si essent deuiati. Karissimi, omnes qui in ecclesia Dei // [f. 196ra] sunt habent ire maximam uiam et longuam [ !] que est plene periculis et ideo Dominus cui incumbit regere et ducere ecclesiam uoluit sibi de lumine directiuo prouidere. Istud autem lumen dirigens est beatus Dominicus et etiam suus ordo et ideo nominat ipsum nomine corporis luminosi. »

25Confrontés à un long chemin ténébreux et plein de dangers, les gens sont reconnaissants lorsqu’ils obtiennent une lumière qui leur permet d’atteindre leur but. Cette situation quotidienne illustre parfaitement le chemin spirituel des fidèles dans l’Église. Pour ce chemin le plus long, le plus important et le plus dangereux qu’est le pèlerinage de l’Église vers le ciel, Dieu a eu la volonté de pourvoir les hommes de lumière. Cette lumière qui conduit vers la fin heureuse (lumen dirigens) symbolise justement saint Dominique et son ordre.

  • 26 RLS IV, 143 no 256. Manuscrit utilisé : Paris, Bibliothèque Nationale de France, lat. 3301A, f. 224 (...)

26Ce n’est plus une étoile, comme chez Guy d’Évreux, mais le soleil brillant dans le ciel qui doit représenter les Prêcheurs dans le sermon Quasi stella matutina26 de Martin le Polonais. Leur ordre est à maints égards le plus parfait. La vie de saint Dominique, qui, par la décision de se joindre à l’Ordre des Prêcheurs qu’il avait instauré, a parachevé son cheminement vers une perfection de plus en plus grande, le démontre parfaitement.

« – Quasi stella matutina [Sir 50, 6] – ... Et quia scriptum est in Apoc [22, 11] : Qui sanctus est sanctificetur adhuc, beatus Dominicus de hoc statu [regularium] transiuit ad statum predicatorum quem instituit, secundum quem statum soli fulgenti comparatur. Et hoc propter tria. Sol enim non solum inferiora, sed etiam superiora, id est stellas et lunam illuminat. Item, sol est fons caloris et causa generationis, sic ordo predicatorum cuius caput beatus Dominicus extitit, non solum inferiora, id est simplices, set etiam stellas, id est clericos et prelatos, et lunam, id est religiosos illuminat quantum ad intellectum, et calore uerbi Dei accendit quantum ad effectum, et generat quantum ad animarum fructum. De qua generatione apostolus [I Cor 4,15] : In Christo, inquit, per euuangelium ego uos genui. O ! quot beatus Dominicus genuit hunc ordinem plantando multos quidem, sed multo plures genuit ipsum ordinem per orbem pro fructu animarum dispergendo. »

27Le soleil traduit d’une manière très adéquate le sens du ministère des prêcheurs dominicains. L’éclat du soleil, le plus clair parmi les corps célestes, éclaire la Lune et d’autres étoiles. Telle est la raison pour laquelle l’ordre instauré par saint Dominique a pour mission d’éclairer, en matière de connaissance de la vérité, les autres états de l’Église : les simples laïcs autant que le clergé, les prélats et les autres ordres monastiques. Le soleil donne aussi de la chaleur et les Prêcheurs, pour leur part, réchauffent la foi par le feu de la parole divine. La troisième correspondance renvoie à l’action motrice du soleil dans le processus de naissance de la vie. Le fruit né de l’activité de l’Ordre des Prêcheurs, c’est le fructus animarum, les âmes détournées, grâce à son office, de la voie du péché vers celle du salut. L’Ordre, envoyé dans le monde par le fondateur, prolonge dans le temps et dans l’espace sa mission de donner la vie aux âmes.

  • 27 RLS IV, 300, no 680. Mss cit. : T, f. 122va-b ; V, f. 86vb-87ra.

28Dans le sermon Positus sum ego praedicator27, Nicolas de Gorran a rédigé le schéma désormais traditionnel de laboratores-bellatores-oratores qui décrit les fonctions sociales dans l’univers médiéval.

  • 28 instruit] corr. inV des-tribuit T.

« – Positus sum ego predicator. I Tim ii [, 7] – Secundum apostolum Rom xii [, 4] et [I] Cor xii [, 12] : Sicut in uno corpore multa membra habemus, omnia autem membra non eundem actum habent. Pedes quippe cetera membra sustinent, manus defendunt, lingua // [V f. 87ra] instruit28. Sic in uno corpore ecclesie cuius Christus est capud, posuit Deus diuersos status hominum propter diuina officia. Coloni quippe sustinent alios labore suo, milites defendunt suo uigore, predicatores instruunt in moribus et fide. Ad quod officium temporibus nostris posuit Deus in ecclesie corpore/ [T f. 122vb] beatum Dominicum, cui attestatur uisio apostolorum Petri tradentis baculum et Pauli librum, etc., ut vere possit dicere : Positus sum ego predicator. Unde et ad tale officium et sub tali nomine confirmatus est eius ordo. »

  • 29 Alain de Lille, Summa de arte praedicatoria, PL 210, coll. 111 : « Praedicatio est manifesta et pub (...)

29Le dernier élément de sa triade coloni-milites-praedicatores ne désigne plus des moines séparés du monde et voués exclusivement à la prière, mais les Prêcheurs dont la tâche in corpore ecclesiae consiste, selon la définition d’Alain de Lille répétée presque mot à mot par Nicolas29, dans l’instruction de la foi et de la morale. Compris de cette façon-ci, l’office de la prédication est devenu la vocation de saint Dominique et de son ordre.

  • 30 RLS II, 560, no 360. « De beato Dominico confessore ». Sermo 62. Édition utilisée : Joannes Otmar, (...)

30L’idée selon laquelle saint Dominique a instauré l’Ordre en vue de la défense de la foi contre les hérésies n’apparaît qu’une seule fois dans le sermon Enoch placuit Deo30 de Guillaume Peyraut.

« – Enoch ante translationem... [Hébr 11, 5] – ... fuit beatus Dominicus similis Enoch, quia fuit valde fidelis cum vitam suam ad fidei defensionem expendere voluit ... Ipse ad defensionem fidei ordinem predicatorum instituit.”

  • 31 Saint Dominique, lui-même, a vite décidé de ne pas enfermer les frères dans la formule de prédicati (...)

31La foi inébranlable de saint Dominique sert à prouver sa parenté avec le patriarche biblique, Enoch. Peyraut évoque ici les actions entreprises par saint Dominique contre les Albigeois et parle de l’intérêt qu’il accordait à l’orthodoxie comme de la raison majeure de l’instauration de l’Ordre. Cependant, même si la prédication contre les hérésies, dans la pauvreté et l’humilité, fut à l’origine de l’instauration de l’Ordre, les sermons analysés ne consacrent pas beaucoup de place à cet aspect-là. Il semble que les frères du XIIIème siècle, en considérant globalement la mission de leur ordre, accordent une plus grande importance à l’instruction des fidèles dans les vérités de foi et dans les bonnes mœurs. Pour eux, la défense de la foi, quelque importante qu’elle soit, n’apparaît nullement comme l’objectif unique de leur activité31.

Saint Dominique et son ordre

  • 32 Pour la chronologie de la querelle et pour les textes principaux la concernant, voir Y. Congar, « A (...)
  • 33 RLS III, 256 no 450. Éd. cit., f. 45rb : « ...ipse toti mundo fuit reuelatus per exempla uite et pe (...)
  • 34 RLS I, 175 no 352. Manuscrit utilisé: Milano, Ambrosiana, O.1.sup (Mi), f. 282ra.
  • 35 RLS III, 640 no 342. Ms. cit., f. 225rb.

32Les sermons analysés nous renseignent également sur la manière dont les frères voient la relation entre le fondateur et l’Ordre. Deux convictions y apparaissent. Selon l’une, l’Ordre, sa constitution et l’office qu’il accomplit au sein de l’Église révèlent et confirment la sainteté du fondateur tout autant que le font sa vie, sa parole, ses miracles et ses signes. L’argument est fort, car il ne faut pas oublier que l’office exercé par nos auteurs avait pour cadre la querelle entre mendiants et séculiers, querelle qui se déroulait autour du droit à l’existence et aux privilèges des ordres nouveaux, dont les Dominicains32. Cette perspective assimile toute contestation de la légitimité de l’Ordre à une remise en cause de la sainteté de Dominique. Une telle argumentation apparaît chez Jacques de Voragine dans le sermon pour la fête de la translation Ecce odor filii mei33, chez Aldobrandino Cavalcanti dans le sermon Qui fecerit34 et chez Jean d’Opreno dans Non potest civitas35.

« – Qui autem fecerit ... [Matth 5, 19] – ... Circa tercium nota, quod magnus uocatur beatus Dominicus in regno celorum propter magna <doctrina ?> que docuit, propter magna miracula que fecit, propter magnum ordinem quem instituit et propter magna premia que recepit. Lc 6 [, 23] : Merces uestra copiosa est in celis. Eccle [Sir] 42 [45, 3] : Magnificauit eum in conspectu regum et dedit illi coronam glorie. »

  • 36 fructum] add.

« – Non potest ciuitas... [Matth 5, 14] – ... Tertius status, scilicet manifestationis notatur ibi : Non potest abscondi, quasi dicens licet fuerit beatus Dominicus absconditus in tumulo quantum ad corporem, tamen non potuit abscondi, sed fuit manifestatus. Quinque autem sunt in ipsum manifestatione, scilicet sanctitas cordis, odor corporis, gratia sanitatis, fides plebis, fructus ordinis. ... De quinto Lc [6, 44] : Ex fructu arbor cognoscat. Jn [12, 25] : Si alimentum mortuum fuerit multum fructum36adfert. Fructus ergo et multiplicatio ordinis de tam bonis et sanctis fratribus post mortem beati Dominici ipsius sanctitatem et gloriam manifestant. Glosa : Ornamentum doctoris est bona uita discipuli. Prov 10 [, 1] : Gloria patris est filius sapiens. »

  • 37 Nicolas de Gorran RLS IV, 300 no 674; Jacques de Voragine RLS III, 256 no450, RLS III, 259 no 491, (...)
  • 38 RLS IV, 300 no 678. Mss. cit.: T, f. 122rb; V, f. 86vb.

33L’autre conviction concerne une communion profonde, voire une identification, qui s’opère entre le fondateur et l’Ordre des Frères Prêcheurs. De nombreux sermons témoignent de ce lien indissoluble37. Parmi ceux-ci, Crescere me fecit38 de Nicolas de Gorran l’exprime d’une manière explicite en présentant saint Dominique qui, grâce à la bénédiction de Dieu, continue à « croître » dans les Frères.

« Crescere me fecit Deus in terra paupertatis mee. Gen 41 f. [, 52] – ... Sic creuit beatus Dominicus per graciam. ... In longum per institucionem ordinis predicatorum, sicut pecunia crescit per multitudinem, unde Iacob Gen xlviii [, 16] : Angelus qui erripuit me de cunctis malis benedicat pueris istis crescantque in multitudine. Hunc ordinem edificauit super fundamentum paupertatis ut uere possit dicere cum Ioseph : Crescere me fecit Deus etc. »

  • 39 RLS I, 209 no 349. Manuscrits utilisés : Milano, Ambrosiana, O.1.sup (Mi), f. 253ra-b, collationné (...)

34Le sermon Vas electionis39 d’Aldobrandino Cavalcanti peut encore être cité à titre d’exemple. Dans l’introduction à la divisio thematis, l’auteur rappelle les mérites du saint : l’annonciation de la Parole de Dieu et l’instauration de l’Ordre, mérites qui lui ont valu la désignation de « vase élu » (vas electionis). Dans la seconde subdivisio de la première partie, Aldobrandino cite des arguments qui doivent confirmer le privilège de l’élection spéciale dont ce saint a joui.

« – Vas electionis ... Act 9 [, 15] – Verba ista que dicuntur de apostolo non immerito competunt et conueniunt patri nostro beato Dominico. Ille fuit summus predicator gentium, iste egregius predicator infidelium et institutor ordinis predicatorum. ... [f. 253rb] Approbatio vero sanctitatis notatur cum dicit : uas electionis, id est uas electum et approbatum.

Electus autem et approbatus fuit a Deo qui eum ad officium predicationis elegit. Lc 14 [, 17] : Misit seruum suum hora cene. Glosa Gregorii : id est ordinem predicatorum. Is 41 [, 9] : Ab extremis terre et a longinquis uocaui te, scilicet de Yspania et dixi seruus meus es tu, elegi te. Et hoc maxime patet ex eo quod nichil unquam a Deo petiit quod non optineret [ ?], sicut ostensum est in conuersione cuiusdam fratris Conradi, ut habetur in legenda.

  • 40 premonstracensis] cister- siensis V2
  • 41 adinuenit] et ei dedit add. in V2
  • 42 Et radicaui] corr. in V2 eradicaui Mi

Item, approbatus fuit a Matre Dei que a Deo ordinem inpetrauit, sicut fertur in uisione cuiusdam premonstracensis40 et habitum ordinis adinuenit41, sicut patet in conuersione magistri Raynaldi. Gen 2 [, 10] : Fluuius, id est beatus Dominicus uel ordo ipsius egrediebatur de loco uoluptatis, id est a Beata Uirgine que dicitur locus uoluptatis quia habet in se copiam omnium gratiarum ad irrigandum paradysum, id est ecclesiam. Ecc. [Sir] 24 [, 16] : Et radicaui42in populo honorificato, id est radices posui in ordine predicatorum.

Item approbatus fuit a principibus apostolorum Christi, scilicet Petro et Paulo qui ei in ecclesia beati Petri apparentes dederunt ei baculum et librum dicentes : « Vade et predica uerbum Dei ad hoc enim missus es ». Ps [44, 17] : Pro patribus tuis nati sunt tibi filii. Item electus et approbatus fuit a uicario Christi, scilicet papa Honorio, qui habita uisione de ecclesia lateranensi que dum rueret sustentabatur a beato Dominico, ordinem confirmauit. »

35Du discours du prêcheur, il résulte clairement qu’une force d’argumentation égale est accordée aux exemples concernant Dominique lui-même (la vocation à annoncer la Parole de Dieu, la vision des apôtres Pierre et Paul) aussi bien qu’à ceux qui parlent directement de l’Ordre (la vision prophétique d’un religieux inscrite dans Vitae fratrum, le don de l’habit fait par la Vierge Marie et, précédée directement par le miracle, la confirmation de l’Ordre). Il est important de considérer également l’analyse du fragment de référence de la Genèse dans lequel il est dit explicitement : « Fluuius, id est Dominicus uel ordo ipsius egrediebatur de loco uoluptatis... ».

  • 43 Peut-être est-ce le reflet de deux histoires de Vitae Fratrum traitant le rôle d’intermédiaire que (...)

36Indépendamment des influences éventuelles du texte de Gérard de Frachet43 sur ce fragment, il faut remarquer qu’entre le fondateur et l’Ordre, Aldobrandino pose la conjonction « ou ». Leur identification va pour lui si loin qu’il n’introduit aucune différenciation entre le discours sur saint Dominique et celui concernant les frères. L’idée que saint Dominique vit et agit par les frères dans le monde rend inutile, aux yeux des Dominicains, toute ligne de partage entre ce qui est propre au fondateur et ce qui relève de l’Ordre en tant qu’institution.

  • 44 L. A. Canetti, « Da San Domenico alle « Vitae Fratrum ». Publicistica agiografica ed ecclesiologia (...)

37Dans les sermons analysés, nous observons fréquemment l’interpénétration et la complémentarité de différentes idées. L’affinité dans la manière de penser et d’argumenter des Prêcheurs, de même que l’identité des convictions et des idées sont souvent manifestes. Étant donné que les sermons furent tous composés pendant la même période, il est presque impossible de penser qu’ils aient été copiés les uns sur les autres. Nous retrouvons les traces d’une telle identité dans les parallèles entre les sermons, l’hagiographie et l’historiographie dominicaines que j’ai signalés plusieurs fois au cours de mon analyse, sans épuiser certainement le problème. Ceux-ci constituent des lieux communs proprement dits en ce qui concerne l’analyse littéraire des sermons. En revanche, du point de vue de leur contenu idéologique, les lieux communs déterminent les catégories fondamentales qui nourrissent l’identité dominicaine au XIIIème siècle. Rappelons-les brièvement : le messianisme ou la croyance dans la provenance divine de l’Ordre (1), la prédication leur conférant une place privilégiée au sein de l’Église (2), l’identification du fondateur et de l’Ordre (3). Ces trois thèmes majeurs ont en commun une dimension apologétique présentée, soit explicitement, soit d’une manière cachée, et orientée vers la défense de l’Ordre. Une telle attitude polémique est causée notamment par des conditions extérieures, dont l’hostilité du clergé séculier à l’égard des Dominicains italiens et français, ainsi que par les sources dont les Prêcheurs disposent, composées le plus souvent en vue de la défense de l’Ordre des Prêcheurs44. Celle-ci a pu faire l’objet d’un sermon de manière explicite, comme nous le montre l’exemple du Spiritus meus de Jacques de Voragine, car la prédication était simultanément l’espace et l’instrument de la lutte.

Haut de page

Notes

1 A. Dondaine, « Guillaume Peyraut. Vie et oeuvres », Archivum Fratrum Praedicatorum [ = AFP], t. 18, 1948, p. 197-210.

2 T. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevii, II, p. 72, no 1400. Cf. P. Michaud-Quantin, « Guy d’Évreux, technicien d’un sermonnaire médiéval », AFP, t. 20, 1950, p. 213-233.

3 N. Bériou, L’Avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au XIIIème siècle, I, Paris, 1998, p. 184.

4 L.-J. Bataillon, « Béatitudes et types de sainteté », Revue Mabillon, t. 7, 1996, p. 83.

5 Id., Jean d’Opreno prieur de Milan », AFP, t. 68, 1998, p. 135-163.

6 Les reprises de De septem donis Spiritus Sancti d’Étienne de Bourbon (œuvre mise en circulation après la mort de l’auteur en 1261), que l’on retrouve dans les sermons, peuvent en témoigner. Pour ce sujet, je me permets de renvoyer à mes recherches préliminaires : D. Wójcik, Wybrane kazania de sanctis Marcina Polaka z Opawy : Analiza strukturalna i ideowa, mémoire de maîtrise de l’Université Jagellonne, Cracovie, 2000.

7 T. Kaeppeli, Scriptores [], II, p. 350, n° 2155.

8 M. M. Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study... »: Dominican Education before 1350, Toronto, 1998, p. 184-193.

9 D. L. D’Avray, « Method in the Study of Medieval Sermons », dans N. Bériou, D. L. D’Avray (dir.), Modern Questions about Medieval Sermons: Essays on Marriage, Death, History and Sanctity, Spolète, 1994, p. 8-10 et 16-17.

10 Voir Gérard de Frachet, Vitae Fratrum I, 3, § XV, éd. B. Reichert, Monumenta Ordinis Praedicatorum Historica, vol. 1, Rome, 1897, p. 17. Sans doute la plupart des auteurs se réfèrent-ils à la Glose par l’intermédiaire des Vitae Fratrum. Le passage de Luc est constitutif, par exemple, de la première partie du « Prologus » de la légende officielle de saint Dominique écrit par Humbert de Romans (Legenda Sancti Dominici, « Prologus », éd. A. Walz, Monumenta Ordinis Praedicatorum Historica, vol. 16, Rome, 1935, p. 369). Pour le texte de saint Grégoire, cf. Commentaria in quattuor evangelia, PL 76, coll. 1267.

11 Nicolas de Gorran, RLS IV, 300 no 674 ; Jacques De Voragine RLS III, 259 no 494.

12 Jacques de Voragine RLS III, 259 no 491 et no 492, Aldobrandino Cavalcanti RLS I, 209 no 349, Jean D’Opreno RLS III, 640 no 342.

13 RLS IV, 300 no 674. Manuscrits utilisés : Troyes, Bibliothèque municipale 1250 (T), f. 121va-b, collationné avec Vaticano, Vat., lat. 963 (V), f. 86rb.

14 uelit] corr. inV uenit T

15 L’expression pater et institutor revient à maintes reprises dans les sermons cités : Jacques De Voragine, Misit servum suum RLS III, 259 no 494, Spiritus meus RLS III, 259 no 492 ; Martin Le Polonais, Quasi stella RLS IV, 143 no 256 ; Jean D’Opreno, Non potest civitas RLS III, 640 no 342 et Aldo-Brandino Cavalcanti, Vas electionis RLS I, 209 no 349.

16 Pour la question des relations entre deux « ordres », je me sers de l’article de R. Ladner, « L’Ordo praedicatorum avant l’Ordre des Prêcheurs », dans P. Mandonnet, Saint Dominique. L’idée, l’homme et l’œuvre, augmenté par M.-H. Vicaire, R. Ladner, II, Paris, 1937, p. 11-68, notamment p. 49-68.

17 Humbert de Romans, Legenda Sancti Dominici, « Prologus », op. cit.

18 RLS III, 259 no 492. Édition utilisée : Bologna [Balthasar de Hyrberia] 1484 – Kraków, Biblioteka Jagiellońska, Inc. 1663, f. 69vb-70rb.

19 es] add.

20 RLS III, 259, no 491. Éd. cit., f. 69vb-70rb. 21. Humbert de Romans, Legenda Sancti Dominici, cap. I. Éd. cit., p. 370-371.

21 Humbert de Romans, Legenda Sancti Dominici, cap. I. Éd. cit., p. 370-371.

22 RLS III, 640 no 342. Manuscrit utilisé : Colmar, Bibliothèque de la ville, 26, f. 223vb.

23 Isidore De Séville, Etymologiarum sive Originum libri XX, lib. 14, cap. 1, § 1. Éd. W. M. Lindsay, 1911 (CLCLT-4, Turnhout, Brepols 2000).

24 Humbert De Romans, Legenda Sancti Dominici, « Prologus ». Éd. cit., p. 369.

25 RLS III, 355, no 507. Manuscrit utilisé : Vaticano, Vat. lat. 1252, f. 195vb- 196ra.

26 RLS IV, 143 no 256. Manuscrit utilisé : Paris, Bibliothèque Nationale de France, lat. 3301A, f. 224rb, collationné avec l’édition : Strasbourg [G. Husner] 1484 – Kraków, Biblioteka Jagiellońska, Inc. 1261, Sermo CCIII.

27 RLS IV, 300, no 680. Mss cit. : T, f. 122va-b ; V, f. 86vb-87ra.

28 instruit] corr. inV des-tribuit T.

29 Alain de Lille, Summa de arte praedicatoria, PL 210, coll. 111 : « Praedicatio est manifesta et publica instructio morum et fidei ».

30 RLS II, 560, no 360. « De beato Dominico confessore ». Sermo 62. Édition utilisée : Joannes Otmar, Tübingen 1499 – Kraków, Biblioteka Jagiellońska, Inc. 1677.

31 Saint Dominique, lui-même, a vite décidé de ne pas enfermer les frères dans la formule de prédication contre les hérésies et a obtenu pour l’Ordre, à l’instar des évêques, la mission de la prédication positive. M.-H. Vicaire, Dominik i jego Bracia Kaznodzieje [Dominique et ses frères prêcheurs], Poznań, 1985, p. 80. Voir Humbertus de Romanis, « Expositio super Constitutiones Fratrum Praedicatorum », dans Opera de vita regulari, Roma, éd. J. J. Berthier, vol. II, 1889, p. 38.

32 Pour la chronologie de la querelle et pour les textes principaux la concernant, voir Y. Congar, « Aspects ecclésiologiques de la querelle entre mendiants et séculiers dans la seconde moitié du XIIIème siècle et au début du XIVème », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 36, 1961, p. 44-52.

33 RLS III, 256 no 450. Éd. cit., f. 45rb : « ...ipse toti mundo fuit reuelatus per exempla uite et per uerba doctrine et miraculorum operatione et sui ordinis institutione. »

34 RLS I, 175 no 352. Manuscrit utilisé: Milano, Ambrosiana, O.1.sup (Mi), f. 282ra.

35 RLS III, 640 no 342. Ms. cit., f. 225rb.

36 fructum] add.

37 Nicolas de Gorran RLS IV, 300 no 674; Jacques de Voragine RLS III, 256 no450, RLS III, 259 no 491, RLS III, 259 no 492; Jean D’Opreno RLS III, 640 no 342; Martin le polonais RLS IV, 143 no 256; Gui D’Evreux RLS II, 355 no 507; Aldobrandino Cavalcanti RLS I, 175 no 352.

38 RLS IV, 300 no 678. Mss. cit.: T, f. 122rb; V, f. 86vb.

39 RLS I, 209 no 349. Manuscrits utilisés : Milano, Ambrosiana, O.1.sup (Mi), f. 253ra-b, collationné avec Vaticano, Palat., lat. 157 (V2), f. 48v-49r.

40 premonstracensis] cister- siensis V2

41 adinuenit] et ei dedit add. in V2

42 Et radicaui] corr. in V2 eradicaui Mi

43 Peut-être est-ce le reflet de deux histoires de Vitae Fratrum traitant le rôle d’intermédiaire que la Vierge Marie a joué dans la constitution de l’Ordre. L’une d’entre elles parle de l’« ordo praedicatorum », l’autre de Saint Dominique présenté au Christ par la Vierge Marie. Cf. Vitae Fratrum, cap. I, § II, III. Éd. cit. p. 6-9.

44 L. A. Canetti, « Da San Domenico alle « Vitae Fratrum ». Publicistica agiografica ed ecclesiologia nell’Ordo Praedicatorum alla metà del XIII secolo », Mélanges de l’École Française de Rome, t. 108, 1996, fasc. 1, p. 169-172. Pour le rôle de Vitae Fratrum dans la formation des frères, voir J. Van Engen, « Dominic and the Brothers : Vitae as a Life-forming exempla in the Order of Preachers » dans K. Emery, J.Wawrykow (dir.), Christ among the Medieval Dominicans, Notre Dame, USA, 1998, p. 14-25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dagmara Wójcik, « L'ordre des prêcheurs vu par ses frères d'après quelques sermons modèles du XIIIème siècle », Siècles, 16 | 2002, 25-40.

Référence électronique

Dagmara Wójcik, « L'ordre des prêcheurs vu par ses frères d'après quelques sermons modèles du XIIIème siècle », Siècles [En ligne], 16 | 2002, mis en ligne le 30 novembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/2748

Haut de page

Auteur

Dagmara Wójcik

Doctorante, Université Jagellonne (Cracovie)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org