Navigation – Plan du site
Dossier

La Grande Guerre de la littérature catalane

Réflexion transfrontalière sur la littérature en langue catalane durant la Première Guerre mondiale
The Great War in Catalonian Literature: Cross-border Reflections about Catalan Literature during the First World War
Nicolas Berjoan

Résumés

La Grande Guerre a influencé la littérature en langue catalane aussi bien en Roussillon qu’en Catalogne. Elle y a provoqué l’éclosion de quelques œuvres que l’on peut désigner comme relevant de la « littérature de guerre ». Celle-ci a renforcé les liens entre écrivains catalans et roussillonnais, en permettant à ces derniers de se faire connaître à Barcelone. Mais elle n’a pas pu contrarier les trajectoires divergentes de la littérature catalane de part de d’autre de la frontière franco-espagnole, dans des conditions sociales et politiques différentes.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

littérature catalane

Index géographique :

Roussillon, Catalogne
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la synthèse récente : Jay Winter (dir.), La Première Guerre mondiale, 3 vol., Paris, Fayard, 2 (...)
  • 2 Il n’existe pas d’ouvrage de synthèse sur le Roussillon en guerre, si ce n’est le rapide panorama d (...)
  • 3 Josep Termes, De la revolució de setembre a la fi de la guerra civil, Barcelone, Edicions 62, 1987.

1La Première Guerre mondiale est un exemple d’événement global. Un choc politique ayant provoqué d’importantes transformations sociales et culturelles non seulement parmi les populations des pays belligérants, mais parmi celles de pays restés en marge du conflit, qui ont vécu au rythme des efforts de guerre et des bouleversements politiques qu’il a suscités1. Et le monde catalan n’a pas échappé à ces mouvements. Ni sur son versant français, en Roussillon, où la guerre a provoqué une saignée humaine tout en accélérant l’intégration culturelle et politique des populations à la nation française, ni sur son versant espagnol2. Ici, la mise en branle de la machine industrielle au service des pays en guerre et les difficultés matérielles croissantes découlant de la voracité des belligérants, débouchent sur une crise sociale et une ébullition politique telles qu’elles contribueront à l’établissement de la dictature de Primo de Rivera en 1923 et à l’effondrement définitif du régime de la Restauration quelques années plus tard3.

  • 4 Pour un panorama des mutations culturelles en Catalogne autour de la Première Guerre mondiale, Jord (...)
  • 5 Pour une vision globale de la galaxie littéraire catalane, Joan Fuster, La literatura catalana cont (...)

2La guerre a donc affecté l’espace catalan dans son intégralité mais suivant des modalités différentes. Elle y a également influencé la production littéraire, qui ne pouvait s’abstraire de ce contexte dramatique. Lorsque débute le conflit, les espaces littéraires présentent de notables différences en Roussillon et en Catalogne, qui correspondent à des dynamiques sociolinguistiques propres à chacun de ces territoires. Alors qu’en Catalogne on assiste, entre les dernières décennies du XIXe siècle et les années 1930, à un retournement culturel majeur, à une promotion de la langue catalane comme langue de culture et à une expansion généralisée de l’écrit et de la littérature en catalan, en Roussillon le français, langue d’État, assoit sa domination4. Malgré les plaintes et les efforts des défenseurs de la langue vernaculaire, l’écrit en catalan se retranche dans quelques bastions dont il a du mal à sortir. Et ces trajectoires contraires expliquent les relations déséquilibrées qu’entretiennent ces deux mondes littéraires. Au sud de la frontière, la littérature catalane tourne ses regards vers l’Europe du nord pour s’émanciper des modèles espagnols, quand en Roussillon elle vit dans l’orbite éloignée d’un monde culturel dont Barcelone constitue le centre d’impulsion5.

  • 6 Nicolas Beaupré, Écrire en guerre, écrire la guerre. France-Allemagne 1914-1918, Paris, CNRS Éditio (...)

3Observer l’impact de la Première Guerre mondiale sur des espaces littéraires aussi différents, mais aussi liés, oblige à multiplier les niveaux d’analyses. En surface, il faut guetter les répercussions directes de la guerre sur l’acte d’écrire : les prises d’écriture, les formes nouvelles induites par l’expérience du conflit, à plus ou moins grande distance du front. Mais au-delà, il s’agit de mesurer de possibles reconfigurations des espaces littéraires catalans et de leurs relations, qui seraient le résultat indirect de la guerre. Cette étude n’exploite aucune source nouvelle et met volontiers à profit les nombreuses histoires de la littérature catalane parues depuis le dernier tiers du XXe siècle. Ne s’appuyant ni sur une recension systématique de la littérature de guerre en Roussillon et en Catalogne, ni sur une somme cohérente d’études permettant de dresser un état détaillé de la production littéraire, dans les trois langues écrites de part et d’autre de la frontière pendant les années du premier conflit mondial, elle ne peut prétendre qu’au statut de « réflexion ». Réflexion fragile, qui n’affronte pas la question délicate de ce qu’est la « littérature » et qui n’a d’autre but qu’’apporter une touche d’histoire sociale comparée sur un paysage historiographique des écrits de guerre penchant vers l’analyse des représentations et les approches anthropologiques6. Aussi n’y trouvera-t-on pas de lecture approfondie des quelques textes illustrant la littérature de guerre en Roussillon et en Catalogne, qui ne passeront dans ces pages que pour mention, mais plutôt des considérations génériques sur les conditions de la production littéraire en catalan des deux côtés de la frontière dans le premier tiers du XXe siècle. Comme une ébauche pour une recherche qui reste à faire.

1914. Panorama transfrontalier des littératures en langue catalane

  • 7 Eulàlia Pérez Vallverdú, Francesc Fontbona, Pere Verdaguer, « La creació d’un marcat cultural » dan (...)

4Dresser un état exhaustif de la production et de la consommation littéraire en Catalogne et en Roussillon aux portes de la Première Guerre mondiale, qui permettrait d’identifier la situation spécifique de la littérature en langue catalane, est aujourd’hui impossible à partir des instruments dont nous disposons. Les inventaires des publications et des tirages manquent de part et d’autre de la frontière. Cela n’empêche pas d’en dessiner l’ébauche à gros traits, en nous servant des nombreux travaux d’histoire de la littérature publiés en Catalogne depuis les années 1970 et des précieux outils bibliographiques dont nous disposons pour le Roussillon. Ils laissent apparaître un contraste frappant entre un Roussillon où les rares publications en langue catalane sont cantonnées dans des genres populaires ou surannés, et une Catalogne où la littérature en langue vernaculaire, éprise de modernité, prend d’assaut tous les secteurs de la création7.

Naissance d’une littérature nationale

  • 8 Pour une vision globale de ce retournement et de ses limites, assis sur une analyse sociale, on ver (...)
  • 9 Pour une analyse sociale des débuts de la Renaixença, Josep Maria Fradera, Cultura nacional en una (...)
  • 10 Josep Termes, Història del catalanisme fins al 1923, Barcelone, Pòrtic, 2000.
  • 11 Père Anguera, El català al segle XIX. De llengua del poble a llengua nacional, Barcelone, Empùries, (...)
  • 12 Milà Sagarra, Història de l’ortografia catalana, Barcelone, Les naus d’Empùries, 1985, pour la ques (...)
  • 13 Sur le concept de diglossie, Charles Fergusson, « Diglossia », Words, 15, 1959, p. 325-340. Pour un (...)
  • 14 Rafael Tasis, La novel.la catalana, Barcelone, Dalmau, 1954 et Jordi Castellanos, « Novel.la i merc (...)
  • 15 En France méridionale par exemple, August Rafanell, La il.lusió occitana, Barcelone, Quaderns Crema (...)
  • 16 Ferran Carbó, Vicent Simbor, Literatura catalana del siglo XX, Madrid, Sintesis, 2005.

5Depuis le mouvement de la Renaixença qui débute dans les années 1830 et s’étire jusqu’aux années 1880, l’aspiration existe dans les milieux intellectuels catalans de bâtir une littérature catalane autonome, s’exprimant dans la langue du pays, suivant ses propres normes, et capable de s’aventurer sur tous les terrains de la production littéraire8. Ce mouvement de récupération culturelle, qui accompagne des transformations profondes de la société locale, connaît un tournant radical à partir des années 18809. C’est alors que le naufrage du projet national espagnol et l’originalité croissante d’une société catalane, marquée par l’industrialisation au sein d’un État qui se modernise difficilement, provoque la politisation du particularisme catalan et l’apparition d’un nationalisme périphérique qui va bientôt dominer la scène politique locale10. La langue catalane et les diverses formes de sa pratique sociale deviennent alors des enjeux politiques majeurs11. L’écrit en catalan normalise ses formes et connaît une première explosion dans la sphère publique, par le biais de journaux, de revues, et d’une offre littéraire croissante12. Ce dynamisme littéraire, qui revendique son ouverture européenne pour marquer ses distances avec la littérature espagnole, brise finalement les carcans de la diglossie13. La poésie catalane abandonne le pastiche médiévalisant pour des formes plus contemporaines et l’usage de la langue catalane devient habituel sur le champ de la prose et du roman14. Ce renversement culturel ne manque pas d’interpeller les défenseurs des langues minoritaires dans les contrées alentour15. Et dans les pays catalanophones en premier lieu, sans qu’un tel succès ne puisse se reproduire ailleurs16.

Au nord, rien de nouveau…

  • 17 N. Berjoan, L’Identité […].
  • 18 Pierre Courtais, Flors del Rosselló, Perpignan, Bardou-Job, 1868.

6En Roussillon, les érudits et les lettrés qui ont continué d’entretenir des relations avec leurs homologues de Catalogne méridionale ont suivi les évolutions de la Renaixença depuis son principe17. La première publication d’un recueil de poésie prétendant à une qualité et à un statut littéraires, les Flors del Rosselló que fait paraître Pierre Courtais en 1868, est fruit de la double influence du Félibrige et des succès renaixentistes18. Les relations intellectuelles entre Roussillonnais et Catalans deviennent même plus denses à partir des années 1880, grâce à l’activité de passeurs tels que Justin Pépratx, ou l’évêque Jules de Carsalade du Pont, et de leurs connaissances catalanes Francesc Matheu, Àngel Guimerà, ou Jacint Verdaguer, qui s’efforcent de les réunir autour du culte de la langue partagée. Les rencontres littéraires pancatalanes se multiplient. Roussillonnais et Catalans se retrouvent par deux fois à Banyuls pour des aplecs poétiques en 1883 et en 1887, puis pour des jeux floraux à Saint-Martin-du-Canigou en 1902, à Saint-Michel-de-Cuxa en 1913. Mais, comme aux Baléares ou à Valence, l’exemple de récupération linguistique venu de Barcelone se heurte à un terrain politique et social tout autre.

  • 19 Jean Sagnes (dir.), Nouvelle histoire du Roussillon, Perpignan, Trabucaire, 1999.
  • 20 Voir notamment Michel Brunet, Le Roussillon, une société contre l’État, 1780-1820, Perpignan, Trabu (...)
  • 21 Le mécanisme de nationalisation par le biais de la politisation a été analysé pour le début du XIXe(...)
  • 22 Luc Bonnet, L’Instituteur Louis Pastre (1863-1927). Le catalan et l’école en Roussillon de 1881 à 1 (...)

7Depuis la seconde moitié du XIXe siècle l’intégration du Roussillon au marché français a progressé à grands pas et les élites locales se satisfont de son rôle de pourvoyeur de matière première pour un pays qui entre de plain-pied dans le monde industriel19. L’intégration nationale et l'intégration culturelle vont du même pas. La période qui suit la guerre de 1870 est un moment d’intense nationalisation des populations locales. Les flambées nationalistes, qui se succèdent entre 1870 et la Première Guerre mondiale, participent de l’intégration du référent national et de sa perception comme élément primordial de l’identité, parmi ces Roussillonnais connus jusqu’alors pour leur rude campanilisme et leur mépris des pouvoirs étatiques20. La démocratie, qui s’installe à partir de cette même date, les implique dans des luttes politiques d’échelle française21. Et l’école républicaine, premier instrument d’acculturation de masse, en plus de leur inculquer un solide patriotisme français, les éduque dans la langue de l’État22. Autrement dit, l’alphabétisation des Roussillonnais, comme leur entrée dans la consommation culturelle de masse, se fait en français.

  • 23 N. Berjoan, « L’honneur d’une langue. Les Roussillonnais et le catalan durant le premier XIXe siècl (...)

8Cette situation ne permet pas aux défenseurs de la langue catalane d’obtenir les mêmes succès que les Catalans d’Espagne. En Roussillon, la diglossie s’enracine dans le contexte social. L’acculturation française, promue par l’école, est perçue par les populations comme une possibilité de réussite. Et la langue catalane est, de ce fait, mécaniquement rejetée du côté de l’oralité, du populaire, du passé, quand le français, utilisé jusqu’alors par les catégories supérieures comme marque de civilité, est conforté dans son statut de langue de la culture, de l’écrit, de la modernité. Certains, qui s’insurgent contre les stigmates affligeant le catalan, brandissent la création littéraire, et celle de Catalans d’Espagne en premier lieu, pour combattre des préjugés qui se répandent en même temps que l’éducation23. Mais leur propre production littéraire est durement marquée par les conditions pratiques de son élaboration et de sa réception. Des contraintes qui se lisent dans la faiblesse numérique des ouvrages publiés en catalan, aussi bien que dans leur répartition générique.

  • 24 La somme de René Noell, Bibliographie roussillonnaise, Prada, Terra Nostra, 2002, ne mentionne au c (...)
  • 25 Dolors Serra i Kiel, Bibliografia de Catalunya Nord, Prada, ICRESS-Terra Nostra, 2000.
  • 26 Par exemple Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, S (...)
  • 27 D. Serra i Kiel, Bibliografia […].
  • 28 Jean Amade, Anthologie catalane, Perpignan, Bibliothèque catalane, 1908. Les « catalanades » sont d (...)

9Nous ne sommes pas renseignés sur les volumes des publications littéraires en français en Roussillon, qui nous permettraient d’utiles comparaisons, et peut-être de nuancer le propos24. Mais l’inventaire des livres écrits en catalan réalisé par Dolors Serra témoigne du petit nombre d’ouvrages publiés dans cette langue durant le XIXe siècle : 116 en Roussillon entre 1800 et 1900, malgré une accélération dans la seconde moitié du siècle, qui se poursuit entre 1900 et 1918, où 63 titres sont édités ou réédités25. La rareté de la production littéraire est d’autant plus grande que tous ces ouvrages ne prétendent pas au statut « littéraire », si l’on considère la littérature comme une activité de création perçue comme telle par les auteurs aussi bien que par les lecteurs et impliquant des usages et des formes de reconnaissance spécifiques26. Le tiers de cette centaine de livres sont des ouvrages d’édification religieuse, vies de saints ou catéchismes, publiés par le clergé local en catalan pour mieux se faire entendre de ses ouailles, et la moitié seulement sont considérés par Dolors Serra comme des œuvres littéraires27. Tant et si bien que Jean Amade, lorsqu’il se propose en 1908 de rendre compte de la production littéraire roussillonnaise en catalan depuis le début du XIXe siècle dans son Anthologie catalane, ne retient que vingt-deux livres – encore s’agit-il plus souvent d’opuscules que de livres – en plus de la vingtaine de recueils de « catalanades » d’Albert Saisset, qu’il hésite à ranger dans cette catégorie du fait de leur grivoiserie et de leur langue impolie28.

  • 29 Il faut faire un sort ici aux écrits de Carles Bosch de la Trinxeria, roussillonnais d’origine, écr (...)

10Le survol des revues culturelles de la Belle Époque perpignanaise, telles que La Clavellina, (1897-1902), La Veu del Canigó (1911-1914) ou la Revue catalane (1907-1923), organe d’une Société d’études catalanes (SEC) dont l’objectif explicite est de défendre la langue et la culture locale, renforcent l’impression de faiblesse d’un écrit en catalan toujours minoritaire et toujours osé par les mêmes plumes. Dans la première, les lamentations sur l’état déplorable et la pratique déclinante du catalan en Roussillon contrastent avec les rares textes qui l’illustrent, traductions de fables de La Fontaine par le prêtre Joseph Bonafont ou « catalanades » d’Albert Saisset maintes fois ressassées29. Guère plus dans les deux autres, sinon dans la Revue catalane, où l’on publie quelques alexandrins du docteur Émile Boix, des traductions d’Edgar Allan Poe et de Racine par Paul Bergue, des pages de Joseph-Sébastien Pons, au milieu d’une masse d’écrits français.

  • 30 J. Amade, Anthologie […]. Mais trois écrivains en français seulement lui semblent mériter d’être me (...)

11Peu de livres donc, et encore moins d’auteurs. Au point que Jean Amade ouvre son Anthologie en questionnant sa possibilité même, faute de matériaux. Il ne connaît en 1908 que dix-sept auteurs méritant de figurer dans son ouvrage comme écrivains de langue catalane en Roussillon depuis la fin du XVIIIe siècle, dont certains n’ont écrit que de façon occasionnelle et sans toujours publier30. Une poignée d’auteurs qui n’ont jamais franchi les bornes que la situation diglossique assigne en catalan. Pas de prose romanesque, ni sérieuse ; outre les rééditions de textes religieux, le circuit littéraire repasse sans cesse par les mêmes stations de la poésie, du conte et de la « catalanade ».

  • 31 François Furet, Jacques Ozouf, Lire et écrire, l’aphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferr (...)
  • 32 Joan-Daniel Bezsonoff (éd.), Catalanades d’Un tal. Obres completes, Barcelone, Llibres de l’Índex, (...)

12La faiblesse numérique des publications en langue catalane et leur manque d’audace témoignent de la faiblesse du lectorat potentiel dans un des pays qui est encore, au milieu du XIXe siècle, l’un des plus analphabètes de France, même s’il rattrape à grands pas son retard à partir des années 187031. Et surtout de l’absence d’un public capable d’apprécier et de lire de la littérature dans une langue catalane normalisée. Les classes supérieures et les classes moyennes du pays ont intégré la hiérarchie des langues et leurs bonnes lectures sont françaises. Les classes populaires ne savent pas lire, ou apprennent à lire en français à la fin du siècle. Et le succès des « catalanades », entre les années 1880 et la Première Guerre mondiale, ne contredit pas ce schéma32. Il signale bien une progression de l’alphabétisation parmi les populations locales, qui maintenant peuvent lire ces fables écrites dans un catalan phonétique et une graphie française, mais pas de texte écrit dans les normes qui sont en train d’être élaborées au sud de la frontière.

  • 33 C’est encore l’effort que leur demande de faire J. Amade, Anthologie […] en 1908. Et c’est tout l’e (...)

13Enfin, à la faiblesse du lectorat répond la maigreur du vivier d’écrivains. Car l’alphabétisation en français, qui ne va pas sans éloge de cette langue et de sa littérature par l’institution scolaire, rend plus facile et plus légitime aux Roussillonnais d’écrire en français qu’en catalan. Ceux qui s’y aventurent peuvent le faire à la manière de Saisset, sans vouloir combattre les patrons diglossiques. Ou bien, s’ils veulent faire une œuvre littéraire moderne, doivent-ils assumer un lourd effort de réapprentissage et de correction33. Dans ces conditions on ne peut s’étonner qu’ils s’arrêtent aux frontières de la prose, genre inaccessible à la plupart d’entre eux, qui peinent déjà à polir quelques vers. Non seulement la tâche est ardue pour qui veut bien écrire en catalan, mais elle est ingrate aussi, puisque la reconnaissance sociale que l’on peut en attendre est nulle ou presque. Cet isolement de l’écrivain roussillonnais de langue catalane au sein de sa propre société le pousse à rentrer dans l’orbite du monde littéraire barcelonais. C’est de la métropole catalane et de sa modernité linguistique et littéraire qu’il reçoit ses modèles. C’est d’elle qu’il peut attendre une manière de reconnaissance et un soutien très pratique, sous la forme d’une publication de ses œuvres.

L’éclat de la Grande Guerre : littérature d’occasion et pesanteurs structurelles

14L’impact de la Grande Guerre est plus directement perceptible sur l’espace littéraire roussillonnais qu’en Catalogne. Au nord de la frontière franco-espagnole, le catalan, langue de l’intimité et de la petite patrie, est mobilisé pour raconter les souffrances de la guerre avec des paroles qui parlent au plus près du cœur. En Catalogne, la littérature de guerre est une curiosité qui ne concerne que de rares écrivains, amis des Roussillonnais, souhaitant pour la plupart manifester leur soutien à la France. La guerre y favorise, par contre, la floraison d’une littérature d’avant-garde dont les prémices sont antérieures au conflit.

Prises de plumes

  • 34 François (signant P.) Francis, Poemes de guerra. L’abraçada, Perpignan, Barrière, 1915, et Les Hore (...)
  • 35 Par exemple, et respectivement, dans Lo Llop, H. Chauvet, Tochs […], p. 7, França P. Francis, Les H (...)

15Le résultat le plus évident du premier conflit mondial sur la production littéraire catalane en Roussillon est la publication de quatre recueils de poésies de guerre à Perpignan entre 1915 et 1917 : les Poemes de guerra. L’abraçada (1915) et les Hores que passen (1917) de François Francis, les Tochs de guerra (1916) d’Horace Chauvet, et El clam roig de Carles Grando (1917)34. Ils sont très différents dans leur forme comme dans leur contexte d’écriture : Grando et Francis ne sont pas au front, écrivent dans un catalan plus travaillé que Chauvet mais sont assez cohérents par leur contenu thématique. Quoique le ton soit plus nostalgique et réflexif dans le second recueil de Francis, ces quatre opuscules dénoncent tous la barbarie des Allemands, louent l’héroïsme de la France et le courage de ses soldats catalans, magnifient la figure du général Joffre, sauveur roussillonnais de la patrie française35. Rien que de très attendu, si ce n’est la particularité locale qui s’exprime dans l’éloge de Joffre, et dans la langue bien sûr.

  • 36 Sur le parcours du personnage, N. Berjoan, L’Identité […].
  • 37 C. Grando, Amos y domestichs. Comedia catalane en un acte, Perpignan, Pique, 1912, et Aqueixa maina (...)
  • 38 Els Poetes d’Ara. Carles Grandó, Barcelone, Lira, 1924.

16Il est remarquable que la guerre provoque ou transforme l’écriture en catalan chez ces auteurs. Charles Grando, qui fera carrière dans les bureaux de la mairie de Perpignan, est des trois celui qui nourrit l’ambition littéraire la plus grande36. Une ambition que la guerre va servir, puisqu’elle va lui permettre, lui qui n’est pas mobilisé, de devenir la cheville ouvrière d’une SEC déplumée de ses membres, et de nouer ainsi des relations dans le monde culturel catalan qu’il utilisera finalement pour gravir les échelons du Félibrige, en réussissant à créer une maintenance catalane en 1929. Son apparition sur la scène intellectuelle transfrontalière s’accompagne d’un changement de registre littéraire. Car Grando est jusqu’alors connu à Perpignan pour ses talents de conteur d’histoires pittoresques, et les seuls ouvrages qu’il ait publiés avant-guerre, si l’on excepte un feuillet poétique de huit pages, sont les scripts de deux courtes pièces de théâtre comique appartenant à ce genre37. El clam roig lui donne l’occasion de manifester une autre prétention, en s’affirmant comme poète. Un saut qualitatif que le monde intellectuel barcelonais reconnaît et qui lui vaudra la publication d’une anthologie de ses poèmes par Tomàs Garcès dans la collection Poetes d’ara des éditions Lira en 192438.

  • 39 N. Berjoan, L’Identité […].

17Pour François Francis la guerre constitue également une incitation à courtiser la muse, en même temps qu’à nouer des relations en Catalogne espagnole qui en feront l’un des défenseurs les plus hardis du nationalisme catalan en Roussillon dans les années 192039. Mais il ne courra pas la carrière littéraire avec autant de constance que Grando. Les deux seuls ouvrages que l’on connaît de lui sont ses poésies de guerre. Comme Chauvet, figure du républicanisme roussillonnais, il préfèrera le journalisme en français et s’illustrera dans les colonnes du grand quotidien local, L’Indépendant. Comme Chauvet, et peut-être mieux que Grando, il témoigne de l’impact direct que la Grande Guerre a pu avoir sur la littérature roussillonnaise en catalan. Car dans ces deux cas la guerre a provoqué l’écriture en catalan. Chauvet, mobilisé comme brancardier sur le front, qui a déjà en 1914 une longue trajectoire d’écrivain puisqu’il a publié plusieurs recueils de folklore ou d’études d’histoire locale en français, passe exceptionnellement au catalan et à la poésie en 1916, et ne le fera plus jamais ensuite. Comme si la langue du pays lui avait semblé le recours le plus adéquat pour dire l’expérience de la guerre, pour en transcender la violence et la souffrance peut-être, dans un geste qui ne brise pas le schéma diglossique mais l’adapte à cette situation de crise. Le catalan n’est jamais utilisé en Roussillon pour raconter en prose l’expérience du combat, même sous une forme romancée. Mais il est légitime, même pour un homme aussi hostile à toute entreprise de récupération linguistique que Chauvet, quand il s’agit d’exprimer les sentiments de haine, d’admiration, de douleur, que la guerre provoque.

  • 40 Pere Verdaguer, Joseph-Sébastien Pons, Perpignan, Publications de l’Olivier, 2002. Il a déjà publié (...)
  • 41 Joseph-Sébastien Pons, L’Estel de l’escamot, Barcelone, La Revista, 1921.
  • 42 Edmond Brazés, Els tres ocells, Obres completes, Perpignan, Trabucaire, 2003, p. 265.

18L’incitation, ou l’injonction, à écrire en catalan qu’a pu représenter la guerre pour les Roussillonnais a également débouché sur des productions différées. Joseph-Sébastien Pons, qui est déjà en 1914 un poète reconnu de langue catalane et qui passe l’essentiel de la guerre prisonnier dans un camp en Courlande, voudra lui aussi faire référence à son expérience du conflit et de l’exil forcé40 : après-guerre, quand il le pourra, dans son recueil L’Estel de l’escamot publié en 1921 à Barcelone41. Quant à Edmond Brazés, dont toute l’œuvre sera publiée dans la seconde moitié du XXe siècle, il raconte dans ses souvenirs que ses « primers versos van descloure a les trinxeres de Verdun », dans un catalan qu’il considère alors bien fruste et qu’il parviendra à étoffer peu à peu, au prix d’un long apprentissage42.

19Si l’on ne peut mesurer exactement le prix de la guerre pour le monde littéraire roussillonnais et pour ses écrivains en catalan qui ont perdu des auteurs potentiels comme Alphonse Talut, agrégé d’espagnol et défenseur acharné de cette langue tué sur le front en 1915, on peut considérer qu’elle a constitué un moment propice à l’expression en catalan. Mais cette petite effervescence ne portera de véritable fruit que chez ceux qui, déjà, se pensaient ou se voulaient écrivains. Pons fera une œuvre de sa réclusion, Grando, en devenant l’âme de la SEC, se fera mieux connaître des milieux littéraires catalans avec lesquels il entretiendra dès lors d’étroites relations. Quant à la révolution des genres littéraires, elle ne viendra pas encore. La publication des souvenirs de Brazés, racontant sa guerre en prose et en catalan, devra attendre 1979 et la poésie reste dans l’entre-deux-guerres le genre presque unique d’une littérature dont les conditions d’existence demeurent extrêmement contraignantes.

Alliadophiles et avant-gardistes

  • 43 Sur la vie politique catalane durant la guerre on peut se reporter au récent ouvrage de Joan Esculi (...)
  • 44 N. Berjoan, L’Identité […].
  • 45 Pour un exemple du premier registre, Àngel Guimerà, « El somni del Kaiser », La Revue catalane, aoû (...)

20Dans une Catalogne du sud qui n’est pas directement concernée par la guerre mais qui en subit toutes les conséquences sociales et qui voit surtout la dispute entre germanophiles et alliadophiles devenir une pièce centrale du débat public et de la vie politique, il existe aussi une production de littérature de guerre43. Une production qui n’a pas été recensée, mais sur laquelle on peut hasarder quelques hypothèses, au regard de l’écho qu’en donnent des revues roussillonnaises telles que La Revue catalane ou Montanyes regalades44. Elle est surtout le fruit d’une intellectualité alliadophile, très majoritaire en Catalogne, dont les fers de lance sont des figures assises du monde littéraire barcelonais, ayant des relations anciennes avec la France et avec le monde culturel roussillonnais. C’est le cas du poète et dramaturge Àngel Guimerà, décoré de la légion d’honneur pour son activité francophile lors de la visite des intellectuels catalans à Perpignan en avril 1916, ou de l’homme de théâtre Apel.les Mestre, qui obtiendra la même décoration en 1920. Autrement dit, et comme en Roussillon, il s’agit d’une poésie de circonstance, émanant d’écrivains déclinants, dont les formes sont tout sauf novatrices et qui oscillent entre imprécations lancées contre la brutalité germanique et louanges à la France, défenseur de la justice et des libertés45.

  • 46 Joaquim Molas, Les Avant-gardes litèraries a Catalunya, Madrid, Iberoamericana, 2005 pour une visio (...)

21La nouveauté apportée par la Grande Guerre, par ses conséquences politiques et culturelles, dans le monde littéraire catalan, doit plutôt être cherchée du côté des avant-gardes, qui prennent alors leur envol. En 1916, Joan Salvat-Papasseit et Josep Maria Junoy lancent la revue Troços où, dans une ambiance très francophile, les contributeurs s’inspirent des inventions poétiques et graphiques de Guillaume Apollinaire, et traduisent les surréalistes Philippe Soupault et Pierre Reverdy46. C’est là, comme dans La Revista, revue postsymboliste de Josep Maria López-Picó, ami de Grando et éditeur de Pons, que maturent les convictions du groupe qui, autour de Josep Carbonell i Gener et Josep Vicenç Foix, vont animer durant les années 1920 l’une des principales revues catalanes des avant-gardes littéraires et plastiques de l’entre-deux-guerres, L’Amic de les arts. Mais il faut, une fois de plus, relativiser le rôle déclencheur de la guerre pour ces nouvelles aventures littéraires catalanes. C’est un mouvement international que l’expansion des avant-gardes en Europe durant le conflit. Les bouleversements culturels et sociaux qu’il a précipités ne pouvaient que le favoriser. Pourtant les avant-gardes ne naissent pas du conflit, cubisme comme surréalisme précèdent la guerre et les écrivains catalans y ont été attentifs dès avant 1914. C’est même une des caractéristiques du monde littéraire catalan que d’être à l’affut des nouveautés qui lui parviennent du nord de l’Europe et particulièrement de France depuis la fin du XIXe siècle au moins.

Des relations plus étroites

  • 47 D. Serra, Bibliografia […].

22Si elle ne semble pas avoir dérouté les littératures catalanes de leurs trajectoires propres, ni d’un côté ni de l’autre de la frontière, la Première Guerre mondiale a renforcé les liens entre les deux espaces littéraires. La propagande alliadophile réalisée par les intellectuels roussillonnais en Catalogne, comme l’aumônier des école françaises Esteve Caseponce, et le bon accueil qu’elle reçoit de la part d’un monde intellectuel barcelonais francophile, donnent une nouvelle visibilité aux écrivains nord-catalans dans la capitale catalane. Alors qu’avant-guerre seul Carles Bosch de la Trinxeria, qui n’est roussillonnais que de naissance, est régulièrement édité à Barcelone, pendant le conflit et les années 1920 les contes vallespirencs de Caseponce, les poésies de Grando, Pons et Josep Bonafont sont publiés en Catalogne47. Les formats sont souvent modestes, les tirages sans doute aussi, mais la multiplication de ces publications, dont les auteurs sont des protagonistes importants des relations transfrontalières, témoigne de l’attention nouvelle dont les Roussillonnais sont l’objet en Catalogne et de l’opportunité qu’a constituée pour eux le conflit en terme de reconnaissance au sud de la frontière. Charles Grando essaya d’institutionnaliser ces relations plus serrées et de les utiliser pour s’offrir une surface sociale en créant sa maintenance catalane du Félibrige à la fin des années 1920.

  • 48 Pons voit quelques-unes de ses pièces publiées dans la petite anthologie que dirige Garcés, Els poe (...)
  • 49 J. Fuster, Història […], p. 169-171.

23Une dernière fois, pourtant, l’importance de la guerre doit être nuancée. Des Roussillonnais ont été publiés à Barcelone avant-guerre, comme Caseponce dont les contes sortent dès 1913, parce qu’ils y étaient connus, notamment depuis les efforts faits par le groupe de Justin Pépratx pour susciter une Renaixença roussillonnaise dans les années 1880. La reconnaissance dont ils bénéficient à Barcelone est d’ailleurs parfois le résultat des amitiés qu’ils ont pu y nouer, plus que la manifestation d’un intérêt véritable pour leur production, d’une qualité très inégale. Joseph-Sébastien Pons, le meilleur poète roussillonnais de l’époque, est connu en Catalogne depuis la publication de son recueil Roses i xiprers en 1911, et son œuvre y est défendue par Tomàs Garcés dans les années 192048. Cependant, comme le signalent Joan Fuster aussi bien qu’Enric Bou, sa place reste marginale dans le monde des lettres catalanes. Ses formes poétiques, l’inspiration qu’il puise dans le monde rural roussillonnais, sa langue marquée par les dialectalismes, contribuent à l’installer dans le rôle du « poète du Roussillon49 » : emblème attestant l’existence d’un Roussillon catalan, mais dont l’œuvre est rangée au chapitre des curiosités. Et ce sont surtout des écrivains occitans, en manque de figures tutélaires, qui s’intéresseront à son œuvre à partir des années 1930.

Le poids des structures. Conclusion

24Tout bien pesé, il ne semble pas que la Première Guerre mondiale ait bouleversé les structures et les dynamiques des espaces littéraires de langue catalane en Roussillon ou en Catalogne. Son effet le plus évident a été de provoquer une écriture de circonstances, une littérature de l’hommage, de l’imprécation ou du témoignage, composée sur le front aussi bien qu’à l’arrière. Une fois la guerre terminée, l’expérience du conflit a aussi pu inspirer des auteurs tel que Joseph-Sébastien Pons, ou bien plus tard encore Edmond Brazés, qui s’en sont emparés comme objet littéraire. Plus généralement, le choc qu’a représenté la guerre pour les sociétés européennes a facilité l’émergence des avant-gardes littéraires, là où une société urbaine, inquiète, attentive aux mouvements les plus modernes de la culture continentale, pouvait les accueillir et les revendiquer, en Catalogne plutôt qu’en Roussillon. Enfin, les relations entre écrivains roussillonnais et catalans se sont à nouveau resserrées, grâce à l’attention que les élites intellectuelles catalanes ont portée au conflit et à leur parti pris alliadophile. Ce rapprochement a permis à de jeunes écrivains roussillonnais de se faire connaître et publier à Barcelone, même si l’écho de leur œuvre ne pouvait être que modeste au sud de la frontière.

25Mais les relations entre écrivains roussillonnais et catalans font justement toucher du doigt des pesanteurs que la Première Guerre mondiale n’a pas pu modifier. En Roussillon, l’isolement social des écrivains roussillonnais est renforcé par une guerre qui représente un moment fort d’unification culturelle et linguistique à l’échelle de la France. Il devient d’autant plus difficile après elle de trouver une audience ailleurs qu’au sud de la frontière. Une audience qui ne peut être que limitée, étant donné leurs difficultés à faire œuvre en catalan et la consistance d’un monde littéraire barcelonais qui, en plus d’être fourni et compétitif, reflète dans sa production la complexité et la modernité d’une société bien différente de celle du Roussillon.

Haut de page

Notes

1 Voir la synthèse récente : Jay Winter (dir.), La Première Guerre mondiale, 3 vol., Paris, Fayard, 2013-2014.

2 Il n’existe pas d’ouvrage de synthèse sur le Roussillon en guerre, si ce n’est le rapide panorama d’Étienne Frenay, La Grande Guerre et le Roussillon (1914-1918), Perpignan, Direction du service des archives, 1989. Beaucoup d’informations sont toutefois données par l’étude de Miquèl Ruquet, Déserteurs et insoumis de la Grande Guerre sur la frontière des Pyrénées-Orientales, Perpignan, Trabucaire, 2009.

3 Josep Termes, De la revolució de setembre a la fi de la guerra civil, Barcelone, Edicions 62, 1987.

4 Pour un panorama des mutations culturelles en Catalogne autour de la Première Guerre mondiale, Jordi Casassas, « Les bases inicials de la democratització de la societat catalana », dans Pere Gabriel (dir.), Història de la cultura catalana, Barcelone, Edicions 62, 1996, vol. 7, p. 37-80. Et pour le Roussillon, Nicolas Berjoan, L’Identité du Roussillon, Perpignan, Trabucaire, 2011.

5 Pour une vision globale de la galaxie littéraire catalane, Joan Fuster, La literatura catalana contemporania, Barcelone, Curial, 1972.

6 Nicolas Beaupré, Écrire en guerre, écrire la guerre. France-Allemagne 1914-1918, Paris, CNRS Éditions, 2006.

7 Eulàlia Pérez Vallverdú, Francesc Fontbona, Pere Verdaguer, « La creació d’un marcat cultural » dans Borja de Riquer (dir.), Història, polìtica, societat i cultura dels Països Catalans, Barcelone, Enciclòpedia catalana, 1995, vol. 7, p. 338-355.

8 Pour une vision globale de ce retournement et de ses limites, assis sur une analyse sociale, on verra J. Fuster, Història […], et le monument plus hétérogène de Martí de Riquer, Antoni Comas, Isidre Molas (dir.), Història de la literatura catalana, vol. 8, Barcelone, Ariel, 1986.

9 Pour une analyse sociale des débuts de la Renaixença, Josep Maria Fradera, Cultura nacional en una societat dividida, Barcelone, Curial, 1992.

10 Josep Termes, Història del catalanisme fins al 1923, Barcelone, Pòrtic, 2000.

11 Père Anguera, El català al segle XIX. De llengua del poble a llengua nacional, Barcelone, Empùries, 1997.

12 Milà Sagarra, Història de l’ortografia catalana, Barcelone, Les naus d’Empùries, 1985, pour la question de la normalisation orthographique.

13 Sur le concept de diglossie, Charles Fergusson, « Diglossia », Words, 15, 1959, p. 325-340. Pour une réflexion catalane sur le thème, Josep Lluís Marfany, Llengua, nació i dliglossia, Barcelone, L’Avenç, 2008.

14 Rafael Tasis, La novel.la catalana, Barcelone, Dalmau, 1954 et Jordi Castellanos, « Novel.la i mercat literari » dans M. de Riquer, A. Comas, J. Molas, Història […], vol. 8, 1986, p. 481-485.

15 En France méridionale par exemple, August Rafanell, La il.lusió occitana, Barcelone, Quaderns Crema, 2006.

16 Ferran Carbó, Vicent Simbor, Literatura catalana del siglo XX, Madrid, Sintesis, 2005.

17 N. Berjoan, L’Identité […].

18 Pierre Courtais, Flors del Rosselló, Perpignan, Bardou-Job, 1868.

19 Jean Sagnes (dir.), Nouvelle histoire du Roussillon, Perpignan, Trabucaire, 1999.

20 Voir notamment Michel Brunet, Le Roussillon, une société contre l’État, 1780-1820, Perpignan, Trabucaire, 1990.

21 Le mécanisme de nationalisation par le biais de la politisation a été analysé pour le début du XIXe siècle par Peter Mac Phee, Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales 1846-1852, Perpignan, Publications de l’Olivier, 1995, et Michel Brunet, Bonnets rouges et blancs bonnets. La politisation des campagnes catalanes 1815-1852, Perpignan, Trabucaire, 2009. Pour les années précédant la Première Guerre mondiale on trouvera à réfléchir dans Joseph Ramonéda, La République concordataire et ses curés dans les Pyrénées-Orientales (1870-1905), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2011.

22 Luc Bonnet, L’Instituteur Louis Pastre (1863-1927). Le catalan et l’école en Roussillon de 1881 à 1907, thèse de doctorat d’études occitanes, université de Montpellier III, 2012.

23 N. Berjoan, « L’honneur d’une langue. Les Roussillonnais et le catalan durant le premier XIXe siècle », Romantisme, no 145, 2009, p. 119-139.

24 La somme de René Noell, Bibliographie roussillonnaise, Prada, Terra Nostra, 2002, ne mentionne au chapitre littérature que les études réalisées sur les écrivains locaux. Mais même les chiffres connus, comparaison ne saurait être raison en ce domaine, puisque pour les Roussillonnais l’essentiel des ouvrages littéraires en français consommés en Roussillon sont publiés dans les grands pôles de l’édition française. Au contraire, les écrivains en catalan ne peuvent se faire éditer ailleurs qu’à Perpignan, sinon à Barcelone, ce qui est plus difficile.

25 Dolors Serra i Kiel, Bibliografia de Catalunya Nord, Prada, ICRESS-Terra Nostra, 2000.

26 Par exemple Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

27 D. Serra i Kiel, Bibliografia […].

28 Jean Amade, Anthologie catalane, Perpignan, Bibliothèque catalane, 1908. Les « catalanades » sont des histoires amusantes de la rue et du champ roussillonnais, alors très courues du public local.

29 Il faut faire un sort ici aux écrits de Carles Bosch de la Trinxeria, roussillonnais d’origine, écrivant bel et bien de la prose et des romans en catalan, mais qui passe l’essentiel de sa vie à La Jonquera, publie à Barcelone, et peut être considéré comme une figure de la Renaixença catalane.

30 J. Amade, Anthologie […]. Mais trois écrivains en français seulement lui semblent mériter d’être mentionnés à la même date.

31 François Furet, Jacques Ozouf, Lire et écrire, l’aphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Éditions de Minuit, 1977.

32 Joan-Daniel Bezsonoff (éd.), Catalanades d’Un tal. Obres completes, Barcelone, Llibres de l’Índex, 1994.

33 C’est encore l’effort que leur demande de faire J. Amade, Anthologie […] en 1908. Et c’est tout l’enjeu de la dispute linguistique entre Paul Bergue et Joseph-Sébastien Pons l’année suivante. Sur ce dernier point voir N. Berjoan, L’Identité […].

34 François (signant P.) Francis, Poemes de guerra. L’abraçada, Perpignan, Barrière, 1915, et Les Hores que passen, Perpignan, Imprimerie catalane, 1917. Horace Chauvet, Tochs de guerra, Barrière, Perpignan, 1916. Charles Grando, El clam roig. Poemes dels nous temps bàrbars en vint malediccions, Perpignan, Imprimerie catalane, 1917.

35 Par exemple, et respectivement, dans Lo Llop, H. Chauvet, Tochs […], p. 7, França P. Francis, Les Hores […], p. 13, Catalans y mes Catalans, et Lo general Joffre, Tochs, H. Chauvet, p. 30-31.

36 Sur le parcours du personnage, N. Berjoan, L’Identité […].

37 C. Grando, Amos y domestichs. Comedia catalane en un acte, Perpignan, Pique, 1912, et Aqueixa mainada ! Comedia catalana en un acte, Perpignan, Comet, 1913. Le feuillet s’intitule Tristors, Perpignan, Comet, 1913.

38 Els Poetes d’Ara. Carles Grandó, Barcelone, Lira, 1924.

39 N. Berjoan, L’Identité […].

40 Pere Verdaguer, Joseph-Sébastien Pons, Perpignan, Publications de l’Olivier, 2002. Il a déjà publié Roses i xiprers, Perpignan, Bibliothèque catalane, 1911, qui l’a fait remarquer par le monde des lettres barcelonais et occitan.

41 Joseph-Sébastien Pons, L’Estel de l’escamot, Barcelone, La Revista, 1921.

42 Edmond Brazés, Els tres ocells, Obres completes, Perpignan, Trabucaire, 2003, p. 265.

43 Sur la vie politique catalane durant la guerre on peut se reporter au récent ouvrage de Joan Esculies et David Martínez-Fiol, 12 000. Els Catalans a la Primera Guerra mundial, Barcelone, Ara, 2014.

44 N. Berjoan, L’Identité […].

45 Pour un exemple du premier registre, Àngel Guimerà, « El somni del Kaiser », La Revue catalane, août 1914, p. 20, et Apel.les Mestres, « Atila…, Montanuyes regalades » dans Atila. Flors de sanch, Barcelone, Fidel Giró, 1917, p. 69-70.

46 Joaquim Molas, Les Avant-gardes litèraries a Catalunya, Madrid, Iberoamericana, 2005 pour une vision globale. Pour les personnages évoqués, Ferran Aisa, Mei Vidal, Joan Salvat-Papasseit (1894-1924), Barcelone, Editorial Base, 2012, et Vinyet Panyella, Josep Carbonell i Gener. Entre les avant-gardes i l’humanisme, Barcelone, Edicions 62, 2014.

47 D. Serra, Bibliografia […].

48 Pons voit quelques-unes de ses pièces publiées dans la petite anthologie que dirige Garcés, Els poetes d’Ara. Josep Sebastià Pons, Barcelone, Lira, 1923.

49 J. Fuster, Història […], p. 169-171.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Berjoan, « La Grande Guerre de la littérature catalane », Siècles [En ligne], 39-40 | 2014, mis en ligne le 27 novembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/2768

Haut de page

Auteur

Nicolas Berjoan

Maître de conférences en histoire contemporaine
Université de Perpignan-Via Domitia

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org