Navigation – Plan du site

Entrées d’index

Mots-clés :

mort, dévotion, jésuite

Keywords :

death, devotion, Jesuit

Index géographique :

Pologne

Index chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1La mort a depuis la nuit des temps intrigué l’être humain. Aux diverses périodes de son histoire, la société humaine a tenté de faire face, de plusieurs manières, à cet inévitable « dernier départ » et de se préparer de façon convenable aux derniers moments de l’existence sur terre. Vers la fin du Moyen Âge, au début du XVème siècle, un nouveau genre littéraire très particulier apparaît : « les arts de bien mourir ». L’auteur du premier ouvrage de ce type fut un théologien connu au Moyen Âge, Maître Mathieu de Cracovie (1345-1410), issu de la bourgeoisie. Vers la même époque, un traité similaire fut préparé par Jean Gerson (1363-1429), chancelier de l’Université de Paris. Jusqu’au XIXème siècle, un grand nombre d’ouvrages furent publiés qui prirent comme modèle les Artes bene moriendi datant du XVème siècle. Le problème de la préparation à la mort constituera pour le christianisme, le catholicisme et par la suite pour le protestantisme, l’élément principal de l’office du prêtre ou du pasteur. Dans ce même contexte religieux, naît l’idée que bien mourir doit constituer une préoccupation essentielle. Les entreprises en ce domaine furent multiples. Déjà en 1650, chez les Jésuites à Rome avait été créé un office du vendredi à la Sainte Vierge, dit de la Bonne Mort. Par là, la confrérie de la Bonne Mort était fondée, et les Jésuites s’installaient au premier plan quant à la préparation à la mort. Des confréries de la Bonne Mort se répandirent en de nombreux pays. De pareilles initiatives furent prises par d’autres Jésuites, notamment en Pologne, et ce au tournant des XVIIème et XVIIIème siècles.

  • 1 S. ZałęsKi, Jezuici w Polsce [Les Jésuites en Pologne], Lwów 1900-1906, t. IV, 3ème partie, p. 1144

2Sur les terres de l’ancienne Pologne, un certain nombre d’initiatives similaires virent le jour. Des confréries de la Bonne Mort furent créées dans toutes les villes importantes de la République pourvues de collèges jésuites. Sans doute, le niveau épouvantable de la mortalité provoquée par la guerre avec la Suède, époque pendant laquelle la Pologne était divisée (début du XVIIIème siècle), mit encore davantage la question de la réflexion sur la mort au premier plan. C’est ainsi qu’après la période des épidémies très violentes qui touchèrent le Grand Duché de Lituanie au début du XVIIIème siècle, la Confrérie de la Bonne Mort fut fondée en 1716, dans l’église jésuite de Brześć Litewski1.

  • 2 H. Borcz, Bractwa religijne w kościołach parafialnych diecezji przemyskiej w okresie przedrozbio-ro (...)
  • 3 B. Kumor, « Kościelne stowarzyszenia świeckich na ziemiach polskich w okresie przedrozbiorowym » [L (...)

3Parmi les initiatives similaires prises dans des églises paroissiales, on citera, entre autres, la confrérie de la Bonne Mort fondée en 1701 à Łańcut2. Des recherches détaillées sur les confréries polonaises apportent encore d’autres exemples3.

4Certaines confréries s’engageaient parfois dans la publication de livres de prières destinés à leurs membres. Il s’agit surtout de confréries importantes créées par des ordres religieux disposant d’un matériel d’impression. Ainsi, la plupart des livres de piété publiés en Pologne le furent par les Jésuites. Parmi ces livres, on retrouve notamment des manuels destinés aux confréries de la Bonne Mort.

  • 4 Nabożeństwo do umierającego na krzyżu P. Jezusa y boleyącey pod krzyżem Matki Maryi według zwyczaju (...)

5On constate ainsi que le plus ancien livre de dévotion de ce genre fut imprimé en 1697 par les jésuites de Cracovie. Il s’agit d’un petit livre de prières à l’usage de la confrérie de la Bonne Mort fondée en 1683 à Cracovie dans l’église Saint-Pierre et Saint-Paul. Cet imprimé, de petit format, contient essentiellement des informations relatives au but de la confrérie, à ses règles d’affiliation, de même que des textes de prières et d’offices divers. En guise d’introduction se trouve la phrase suivante : « Par le service divin consacré à la mort du Christ et à sa mère douloureuse très sainte, priez [les membres de la Confrérie le peuvent aussi] pour une bonne mort pour vous-même et pour les autres membres de la Congrégation ». Les groupes confraternels éprouvaient des sentiments complexes envers la mort. Ils ont certainement eu une influence quant à la maîtrise de soi face à la mort. Dans cet ouvrage, l’on trouve également les principes de base relatifs à l’affiliation à la confrérie. Les membres s’engageaient à certaines pratiques religieuses et étaient astreints à certaines prières précises destinées aux mourants. L’ouvrage qui vient d’être évoqué a encore été publié à deux reprises en 1725 et 1741, ce qui démontre la popularité de l’office particulier de préparation à une mort paisible, célébré en présence de prêtres membres de la confrérie4.

  • 5 Nauka dobrej śmierci albo nabożeństwo do umierającego na krzyżu jezusa Pana y bolesney pod krzyżem (...)

6D’autres confréries de la Bonne Mort semblables à celle de Cracovie ont été créées, notamment en 1719 à Wilno. Dans ce dernier cas, elle fut établie dans l’église jésuite Saint-Casimir, et les religieux apportèrent un soin particulier à l’impression d’un manuel sur le modèle de celui de Cracovie, dont l’introduction renvoie d’ailleurs au précédent (1697) et à la fondation de la confrérie de la Bonne Mort de Cracovie5. D’ailleurs, cet ouvrage de Wilno possède à peu près le même contenu que l’original édité à Cracovie.

7On connaît aussi quelques livres de prières appartenant aux confréries de la Bonne Mort imprimés par les jésuites de Varsovie. Dans cette ville a été imprimé, à plusieurs reprises, un manuel destiné aux confréries de la « Providence divine » ainsi qu’à celles de la Bonne Mort fondées auprès du collège jésuite de Pułtusk, ville proche de la capitale. En 1732, un petit livre traitant de l’office divin fut publié pour la première fois à Varsovie. Deux autres éditions en sont connues, imprimées par les jésuites, notamment en 1752. Ce manuel populaire a encore été édité en 1774 par les jésuites de Sandomierz. Ainsi, les idées de la Congrégation de la Bonne Mort ont été transférées de Pułtusk vers le sud polonais, où il est possible qu’une confrérie ait été fondée, ce qui rendait un livre nécessaire. Il est très intéressant de connaître la façon dont le but de la confrérie de Pułtusk a été défini au moment de sa fondation :

  • 6 A. Naramowski, Tydzień opatrzności boskiey ze dniem dobrey śmierci złączony ; świętym na każdy dzie (...)

8« Le but premier de cette congrégation est de toujours se préparer à une mort heureuse. La mort fulgurante ou la maladie n’offrent pas toujours le temps de se préparer convenablement au départ de cette terre. Le second but est, par l’office divin dédié à la mort du Christ et à sa très sainte mère de douleur, de prier pour une bonne mort pour soi-même et pour les autres membres de la congrégation ». Dans ce cas, l’ouvrage peut être attribué au jésuite Adam Naramowski (1686-1736)6.

  • 7 Nadzieja niezawodna otrzymania pociechy y pomocy wszelkich stanów ludzi we wszystkich przygodach, u (...)

9En 1754, un livre de prières destiné aux membres des confréries de la Providence divine et de la Bonne Mort fut rédigé au collège jésuite de Łomża, autre ville située près de Varsovie. Dans cet ouvrage on trouve des prières typiques de la confrérie de la Bonne Mort et des textes destinés à l’office de la « Providence divine »7.

  • 8 Lekarstwo na śmierć, to jest na posilenie serca zbytnie się lękających y na zagrzanie w nabożeństwi (...)
  • 9 M. Włodarski, Ars moriendi w literaturze polskiej XV i XVI w. [L’Ars moriendi dans la littérature p (...)

10Au milieu du XVIIIème siècle, un autre bréviaire publié à Cracovie fut consacré à la pratique de l’office divin et aux prières pour obtenir une bonne mort. En plus des prières typiques et des exercices spécifiques de la confrérie, le livre présente, de manière plus détaillée, « les sciences nécessaires pour se préparer à une bonne mort ». Ce manuel contient beaucoup de remarques concrètes sur la nécessité de réfléchir pendant toute la vie sur les expériences particulières aux derniers moments de l’existence. Ainsi, il évoque la nécessité de la confession régulière, de la rédaction d’un testament, de la réflexion fréquente sur l’éternité et sur la mort. En outre, il invite à adopter des règles de comportement particulières : chaque membre de la confrérie doit se concerter avec d’autres, par exemple un ami de la maison, un serviteur pieux et fiable, ou encore quelqu’un d’autre, afin de conclure une alliance relative à leur santé : le co-contractant sera averti en cas de maladie pour qu’il puisse appeler le prêtre qui a été désigné à cette fin. Il faut également s’entendre avec un confesseur qui puisse donner l’absolution au dernier moment et qui, dans l’exercice de sa fonction, soit fermement décidé à faire comprendre au moribond qu’il est grand temps de regretter les péchés commis8. En somme, il s’agit d’une sorte d’instruction sur l’art de bien mourir. À cette époque, beaucoup de guides de ce genre ont été imprimés ; cette littérature a constitué une aide très importante pour les fonctions pastorales, aussi bien pour les prêtres que pour les fidèles9.

  • 10 M. Olszewski, Kazanie pod czas solenney introdukcyi Bractwa szczęśliwej śmierci, pod tytułem Konają (...)

11Il convient encore d’évoquer un autre genre d’ouvrages en relation avec la confrérie de la Bonne Mort. En 1758, les Franciscains de Wilno ont publié le sermon prononcé par Michał Olszewski lors de la fondation de la confrérie de Szeszole. Dans ce sermon, le prédicateur insiste sur l’adhésion à la nouvelle confrérie : « Quelle vertu est la meilleure ? Le souvenir de la mort et sa préparation quotidienne de façon assidue suivant les valeurs et les avis du Saint Esprit : memorate novissima tua, et in aeternum non peccabis ». L’affiliation à cette confrérie paroissiale garantit comme naturellement, « grâce à un effort intense », une approche des bonheurs célestes. Les membres de la confrérie bénéficiaient d’indulgences fréquentes pendant leur vie et, au moment de leur mort, disposaient d’un bref pontifical spécial. Les membres de la confrérie recevaient une aide particulière en vue d’une bonne mort par l’office dédié au Christ souffrant et à sainte Barbe, patronne des mourants. « Sainte Barbe arrive comme un médicament assuré lors d’un paroxysme terrible et mortel ». Beaucoup de personnages de l’histoire ont déjà éprouvé l’aide de cette sainte ; c’est ce que rappelle le prédicateur, en citant de nombreuses histoires pieuses. Dans l’édition, le texte du sermon est suivi des « devoirs » de la confrérie en question, de ses règles de fonctionnement ainsi que des brefs pontificaux relatifs aux indulgences particulières destinées à ses membres. Ceux-ci avaient l’obligation d’accomplir d’autres actes religieux et d’assister aux messes des morts et aux enterrements, « pour l’âme des frères et sœurs de la confrérie ». Ce livret est le premier ouvrage imprimé par les franciscains pour propager la préparation à la mort auprès des confréries10.

12La plupart des livres de prières destinés aux confréries de la Bonne Mort ont été édités par les jésuites polonais et publiés grâce à leurs propres imprimeries monastiques. Tous ces livres de prières contiennent l’office divin destiné à l’entrée dans la confrérie de la Bonne Mort, et ceux dédiés au culte du Christ agonisant, de la Vierge de douleur et aussi au culte de la Providence divine. Les réflexions sur la Passion, popularisées par des méditations mais aussi par la littérature des Arts bene moriendi, plongeaient dans une atmosphère de souffrance du Dieu-homme ; elles rapprochaient aussi l’homme de l’expérience dure de l’agonisant et de ses proches. De manière semblable, les motifs mariaux, notamment l’exemple de Marie qui prévoit la mort de son fils, contribuaient à créer une atmosphère de douleur dans les méditations sur cette approche de la mort. Par contre, les réflexions sur la Providence donnaient à l’homme l’espoir de l’accès à la miséricorde au moment de l’adieu à la vie terrestre. À l’approche de la mort, les vérités de la foi étaient rappelées à nouveau. Le rappel de l’existence de Dieu et de sa miséricorde sans limites avait pour but d’adoucir l’amertume du départ.

  • 11 B. Kumor, Kościelne stowarzyszenia świeckich [Les associations de laïcs], p. 503-546.

13Dans tous les ouvrages traitant de la mort est démontrée la nécessité des prières à l’intention des mourants, ce qui permet d’avertir de la damnation éternelle. La littérature religieuse catholique reflète aussi le souci de mettre le moribond en sécurité par l’administration des derniers sacrements : la confession, la communion en forme de viatique et l’extrême onction. Il s’agit du plus important des « devoirs » des confréries parmi ceux qui ont été énumérés11. Mais elles avaient encore d’autres finalités eschatologiques profondes. Ainsi elles avaient aussi généralisé l’habitude de services religieux pour les âmes de leurs membres et pour celles des fondateurs ou des bienfaiteurs. En premier lieu, elles exigeaient que soit organisé un enterrement digne pour tous les membres la confrérie ; ensuite elles imposaient l’usage de commémorer les noms des défunts lors de leurs offices religieux. Les autres types de confréries pratiquaient aussi de la même façon. Ce sont à l’évidence les questions eschatologiques qui dominaient de façon particulière la vie religieuse en Pologne au XVIIIème siècle.

  • 12 B. Rok, Zagadnienie śmierci w kulturze Rzeczy-pospolitej czasów saskich [La question de la mort dan (...)

14Il est intéressant d’attirer l’attention sur un élément essentiel du fonctionnement de toutes les confréries, surtout celles de la Bonne Mort. Elles tenaient de façon méticuleuse des registres de leurs membres, en y notant les noms et prénoms des inscrits. Cela permettait de garder la mémoire des personnes ayant quitté la terre mais qui, grâce aux confréries, restaient encore longtemps présentes dans la mémoire des vivants. Ainsi les confréries constituent des sociétés unissant les vivants et les défunts. Leurs pratiques adoucissaient en grande partie l’amertume de la séparation terrestre pour leurs membres. Elles se proposaient également de recruter leurs nouveaux membres dans toutes les catégories sociales et elles représentaient ainsi une sorte de solution eschatologique aux clivages sociaux, qui semblaient comme dépassés. En général, le développement des activités des confréries d’orientation eschatologique se traduit dans la société du XVIIIème siècle par une diffusion assez large des pratiques de préparation à une bonne mort. D’une manière générale, l’essor de ces confréries constitue une manifestation tardive des conceptions pastorales héritées du concile de Trente12.

Haut de page

Notes

1 S. ZałęsKi, Jezuici w Polsce [Les Jésuites en Pologne], Lwów 1900-1906, t. IV, 3ème partie, p. 1144.

2 H. Borcz, Bractwa religijne w kościołach parafialnych diecezji przemyskiej w okresie przedrozbio-rowym » [Les confréries religieuses dans les églises paroissiales du diocèse de Przemyśl jusqu’en 1772], « Roczniki Teologiczno- Kanoniczne », t. XXVIII, 1981, z. 4, p. 80.

3 B. Kumor, « Kościelne stowarzyszenia świeckich na ziemiach polskich w okresie przedrozbiorowym » [Les associations de laïcs en Pologne jusqu’en 1772], in Księga Tysiąclecia Katoli-cyzmu w Polsce, t. 1, Lublin 1969, p. 503-546.

4 Nabożeństwo do umierającego na krzyżu P. Jezusa y boleyącey pod krzyżem Matki Maryi według zwyczaju Kongregacyi Dobrey Śmierci w kościele krakowskim SS. Apostołów Piotra y Pawła Soc. Jesu w jedną niedzielę każdego miesiąca na upros-zenie wszystkich w to bractwo wpisanym szczęśliwego skonania z odpustami od stolice apostolskiey nadanymi... [L’office de Jésus mourant sur la Croix et de sa mère, la Vierge de douleurs au pied de la Croix, suivant la coutume de la Congrégation de la Bonne Mort, dans l’église des saints apôtres Pierre et Paul de la Compagnie de Jésus à Cracovie, célébré un dimanche par mois pour obtenir l’heureux trépas de tous les membres de cette confrérie, avec les indulgences accordées par le Saint-Siège...], Kraków 1697, Druk. Franciszka Cezarego, et Kraków 1725 et 1741 ; K. Estreicher, Bibliografia Polska [Bibliographie polonaise], t. XXIII, Kraków, 1910, p. 6-7.

5 Nauka dobrej śmierci albo nabożeństwo do umierającego na krzyżu jezusa Pana y bolesney pod krzyżem naydroższey Matki na uproszenie szczęśliwego skonania, według ustaw y zwyczaju kongregacyi dobrey śmierci, założoney w kościele Soc. Jesu pod titułem S. Kazimierza w Wilnie [L’enseignement de la Bonne Mort, ou office du Seigneur Jésus mourant sur la Croix et de sa très chère Mère, la Vierge de douleurs au pied de la Croix, pour obtenir un heureux trépas, selon la coutume de la congrégation de Bonne Mort créée dans l’église de Saint-Casimir de la Compagnie de Jésus à Wilno], Wilno, 1719, Druk Akademicka Soc. Jesu.

6 A. Naramowski, Tydzień opatrzności boskiey ze dniem dobrey śmierci złączony ; świętym na każdy dzień patronem w rzeczach róznych od opatrzności boskiey nadany... [Une semaine de providence divine unie avec un jour de Bonne Mort, offert par la providence divine à chaque jour d’un saint patron sur les sujets différents...], Warszawa, 1732 ; K. Estreicher, Bibliografia Polska, t. XXIII, p. 38 ; S. załęsKi, Jezuici w Polsce [Les jésuites en Pologne], t. III, 2ème partie, p. 1132-1133.

7 Nadzieja niezawodna otrzymania pociechy y pomocy wszelkich stanów ludzi we wszystkich przygodach, uciskach y rozmaitych utrapieniach w boskiey opatrzności stale y nieporuszenie ugruntowana a po wprowadzeniu dwóch konfraternii opatrzności boskiey y dobrey śmierci do kościoła łomzieńskiego Societatis Jesu... [L’espoir infaillible de la consolation et l’aide de la providence divine pour toutes sortes d’aventures de la vie humaine, d’oppressions et de tourments divers, affirmés avec constance et fermeté, avec la fondation de deux confréries de la providence divine et de la Bonne Mort dans l’église de la Compagnie de Jésus à Łomża...], Warszawa, 1754, Drukarnia Jezuicka.

8 Lekarstwo na śmierć, to jest na posilenie serca zbytnie się lękających y na zagrzanie w nabożeństwie dobrey żmierci oziębłych, w odrobinie dla ocho-tniejszego zażycia podane, a przy nim nabożeństwo do umierającego na krzyżu P. Naszego Jezusa Chrystusa y bolesney pod krzyżem Matki Jego dla uproszenia szczęśliwey śmierci... [Le remède pour la mort, c’est-à-dire la nourriture du cœur pour ceux qui la redoutent trop et le réconfort de l’office de la Bonne Mort, pour Notre Seigneur Jésus Christ mourant sur la Croix et sa Mère de douleurs au pied de la Croix, afin d’obtenir la Bonne Mort par ses prières...], Kraków, 1749, p. c/4.

9 M. Włodarski, Ars moriendi w literaturze polskiej XV i XVI w. [L’Ars moriendi dans la littérature polonaise aux XVème et XVIème s.], Kraków 1987, p. 253.

10 M. Olszewski, Kazanie pod czas solenney introdukcyi Bractwa szczęśliwej śmierci, pod tytułem Konającego Pana Jezusa miane w kościele szeszols-kim, z wyrażeniem powinności y odpustów pozwolonych od Stolicy Apostolskiey temuż bractwu przez... dla pożytku dusz ludzkich..., [Le sermon fait à l’occasion de l’érection solennelle de la confrérie de la Bonne Mort, sous le titre du seigneur Jésus agonisant, dans l’église de Szeszel, avec l’explication des devoirs des confrères et les indulgences conférées par le Saint-Siège à cette confrérie [...] pour le salut des âmes], Wilno, 1758, Druk. Franciszkanów

11 B. Kumor, Kościelne stowarzyszenia świeckich [Les associations de laïcs], p. 503-546.

12 B. Rok, Zagadnienie śmierci w kulturze Rzeczy-pospolitej czasów saskich [La question de la mort dans la culture de la République aux temps de la dynastie des rois de Saxe], Wrocław, 1991, p. 60-64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bogdan Rok, « Les jésuites et la bonne mort », Siècles, 16 | 2002, 77-83.

Référence électronique

Bogdan Rok, « Les jésuites et la bonne mort », Siècles [En ligne], 16 | 2002, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2888

Haut de page

Auteur

Bogdan Rok

Université de Wrocław

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org