Navigation – Plan du site

La visitation et la diffusion de la dévotion à sa fondatrice

La publication et la circulation des vies de Jeanne de Chantal
Sonia Rouez
p. 103-118

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une vision d’ensemble concernant les cas français, voir les développements d’Éric Suire dans L (...)
  • 2 Ibid., p. 372.
  • 3 Voir par exemple Bernard Dompnier, « Les jésuites et la dévotion populaire. Autour des origines du (...)
  • 4 Pour une étude précise sur les mécanismes de diffusion de la dévotion dans la ville d’Orléans, voir (...)
  • 5 Sur le rôle tenu par les Vies de Jeanne de Chantal dans l’historiographie de l’ordre, voir Bernard (...)

1Aux XVIIème et XVIIIème siècles, les ordres religieux, notamment les congrégations nouvelles, soucieuses de faire reconnaître la sainteté de leurs membres, spécialement dans le cadre d’une procédure de canonisation, furent particulièrement actifs dans la diffusion des cultes aux personnages morts récemment1. Parmi les congrégations féminines, l’ordre de la Visitation connaît un succès certain. Il obtient en 1666 la canonisation de son fondateur, François de Sales, et ce alors que la plupart des procédures engagées dans la première moitié du XVIIème siècle n’avaient pas abouti2, et celle de sa fondatrice, Jeanne de Chantal, seule française canonisée au XVIIIème siècle. Un tel constat amène à s’interroger sur le rôle de l’ordre dans la diffusion de la dévotion aux deux personnages. Les historiens qui se sont intéressés à l’orchestration des réputations de sainteté, souvent développée en parallèle d’une procédure de canonisation, ont mis en évidence, dans les stratégies des groupes de soutien aux candidats aux autels, l’importance de la circulation des reliques et de la diffusion des images et des biographies des « serviteurs de Dieu »3. Si la propagande active menée en faveur de François de Sales est assez bien connue4, celle concernant Jeanne de Chantal l’est un peu moins. Dès son décès cependant, en 1641, l’ordre s’engage dans des entreprises de publication visant à faire connaître la vie et les vertus de sa fondatrice, ce qui manifeste une politique de diffusion de sa renommée de sainteté, nécessairement pensée avant même son décès et bien avant l’ouverture du procès à Rome en 1715. Bien que les biographies spirituelles touchent un public plus réduit que les images, leur impact est plus profond et participe de l’extension géographique du culte. En examinant le rôle des visitandines dans les entreprises de publication des Vies de leur fondatrice avant sa béatification en 1751 et les stratégies éditoriales mises en œuvre, nous voudrions saisir ici l’un des aspects de cette politique de diffusion5.

La Visitation et les premières publications des Vies de Jeanne de Chantal

2Il semble évident que l’ordre de la Visitation joua un rôle dans la plupart des entreprises de publication de Vies de sa fondatrice, les auteurs des biographies spirituelles n’agissant pas en règle générale de leur propre initiative. Une fois ce constat fait, il reste à cerner de façon précise à quelle communauté, au sein de l’ordre, revinrent ces initiatives et à observer les conditions d’élaboration des ouvrages afin d’en comprendre les finalités.

  • 6 Abrégé de vie et de vertus de la Mère de Chaugy, 1er décembre 1681, p. 22, copie manuscrite dans Re (...)
  • 7 Dans le processus d’écriture de leur Vie, les religieuses étaient classiquement invitées par leurs (...)
  • 8 Manuscrits mentionnés dans les pièces du procès concernant la collation des archives en juin 1723, (...)
  • 9 Mémoire très fidelle pour la vie de notre très digne et bienheureuse Mère Jeanne-Françoise Frémyot (...)

3C’est au sein du premier monastère de l’ordre, à Annecy, que s’élabore, à partir de 1635, avant même la mort de la fondatrice et sous la direction de la Mère de Châtel, alors supérieure, la mise en écriture de la vie et des vertus de la fondatrice. Secrétaire de la Mère de Châtel, Françoise-Madeleine de Chaugy collationne les souvenirs de la supérieure « touchant la vie de notre venerable Mere de Chantal, luy faisant adjouter tout ce qu’elle en avoit veu elle-mesme dès le commencement de l’Institut »6. À partir de 1636, Jeanne de Chantal, rentrée de Paris, participe elle-même, sur ordre de sa supérieure, à cette entreprise de collecte7. La Mère de Châtel fait en outre appel aux premières compagnes encore vivantes de la future sainte, Louise-Dorothée de Marigny, alors supérieure à Montpellier, et Françoise-Angélique de La Croix, supérieure au second monastère d’Annecy, qui lui fournissent des mémoires manuscrits sur la vie de la fondatrice8. Ces matériaux, conservés au premier monastère de l’ordre jusqu’à la mort de la fondatrice en décembre 1641, forment la base des mémoires de Françoise-Madeleine de Chaugy rédigés dès février 16429. Dans l’histoire des publications des Vies de Jeanne de Chantal, ces mémoires tiennent une place essentielle. Ils ne semblent pas avoir été spécialement écrits pour l’édification des maisons de l’ordre, aucune circulation de copies de l’ouvrage n’étant particulièrement attestée, mais bien comme des documents préparatoires pour l’écriture des Vies de la fondatrice, servant de support à toutes les publications à venir. En fournissant aux hagiographes de Jeanne de Chantal la base de leurs informations, les religieuses pouvaient ainsi conserver le contrôle de l’image de leur fondatrice à l’extérieur de l’ordre.

  • 10 Eric Suire, op. cit., p. 30.
  • 11 Il imprime notamment les Epistres spirituelles de la Mère de Chantal en 1644.
  • 12 Comme dans l’affaire de la béatification du fondateur en 1658 (voir à ce sujet Marie-Patricia Burns (...)

4Dès sa rédaction achevée, le manuscrit est confié au jésuite Alexandre Fichet et à Henri de Maupas du Tour, évêque-comte du Puy, qui publient, sans concertation entre eux, les deux premières Vies de Jeanne de Chantal en 1643 et 1644, deux et trois ans après le décès de la Mère de Chantal. Ce délai n’a rien de surprenant, la parution des premières biographies des « serviteurs de Dieu » suivant de deux à quatre ans en moyenne leur décès au XVIIème siècle10. Le monastère d’Annecy assume seul la paternité de la première entreprise en confiant au jésuite Fichet, frère de Marie-Adrienne, religieuse dans le même monastère, la charge de rédiger la première biographie, publiée simultanément à Paris et à Lyon chez Vincent de Coeursilly, imprimeur libraire attitré de l’ordre11. Parallèlement, la sœur de Chaugy confie son manuscrit au premier monastère parisien, à charge pour lui de recruter un auteur. En relation avec Henri de Maupas du Tour en sa qualité d’aumônier d’Anne d’Autriche, protectrice de la communauté, la maison lui confie la rédaction de la biographie qui est publiée à Paris. Avec la simultanéité de ces deux publications se dessine, au sein de l’ordre, l’influence de deux pôles dans la prise en charge de la renommée de sainteté de leur fondatrice, le pôle annecien et le pôle parisien, dont les rôles parallèles se révèleront parfois concurrentiels12. Du reste, alors que le jésuite Fichet reconnaît à la soeur de Chaugy la paternité de son ouvrage, Maupas du Tour se démarque nettement du pôle annecien en ne mentionnant pas ses sources et en dédiant l’ouvrage à la reine Anne d’Autriche.

  • 13 À l’exception de l’ouvrage en vers de Jean Piolle publié en 1649, que nous n’avons pas consulté.
  • 14 Émile Gérard-Gailly, Bussy-Rabutin, sa vie, ses œuvres et ses amies, Paris, 1909, p. 212-213.
  • 15 Elle était redevable à l’ordre de la réforme de sa maison de Saint-Cyr en 1692 (Marie-Ange Du Vigna (...)
  • 16 LC, Paris I [pour Lettre circulaire du 1er monastère de Paris], 1er février 1697, p. 3.
  • 17 LC, Paris I, 4 septembre 1698, p. 3.

5Les deux ouvrages connaissent un succès assez inégal. La Vie du Père Fichet donne lieu à deux rééditions seulement, la première à Rouen, la dernière à Lyon, chez Coeursilly en 1662, les possibilités de réédition se faisant sans doute plus rares après le décès de l’éditeur lyonnais en 1664. En revanche, la biographie de Maupas du Tour connaît, à Paris, un succès certain, avec au moins huit rééditions jusqu’en 1672. Une telle diffusion semble dispenser les religieuses de se lancer dans d’autres entreprises de publication en langue française avant l’ouverture du procès de leur fondatrice en 1715, une seule Vie ayant paru en 1697 à Paris13. Il n’est pas vraiment possible de déterminer le rôle exact joué par les monastères parisiens dans la publication de cette Vie en abrégé, dont le commanditaire est l’évêque d’Autun, Monseigneur Gabriel de Roquette, sans doute soucieux de promouvoir une sainte locale, Jeanne de Chantal étant originaire de Dijon. Cependant, l’auteur, Louise-Françoise de Rabutin, entretient des liens évidents avec la Visitation, étant petite nièce de Jeanne de Chantal et soeur de Diane de Bussy-Rabutin, entrée au monastère de la rue Saint-Antoine en 166214. Ce n’est en outre sans doute pas un hasard si l’ouvrage est dédié à Madame de Maintenon, protectrice de l’ordre et bienfaitrice des maisons parisiennes15. En 1697, celle-ci était personnellement intervenue, à la demande des visitandines, pour faire retirer de la vente une nouvelle édition de l’Introduction à la vie dévote dont le style avait été remanié16. Dans la propagande menée en faveur de Jeanne de Chantal apparaît ici l’importance du réseau de relations tissé par les monastères parisiens. Ceux-ci approuvent l’ouvrage, se chargeant en 1698 de signaler aux autres maisons de l’ordre sa parution17.

  • 18 Ibid., p. 3.
  • 19 Ibid.

6Ne donnant pas lieu à des rééditions avant 1737, cette Vie connaît pourtant, à sa parution, un certain succès, du moins à Paris, comme en témoignent les religieuses dans leur lettre circulaire du 4 septembre 1698, parlant « d’un tres-joli succès en cette Ville, et par tout où elle est connuë »18. Son contenu abrégé et son prix plutôt modique, de trente sols19, permettaient de toucher un public plus large. Elle correspond sans doute aussi à un désir, de la part des religieuses, d’exercer un contrôle sur l’image de Jeanne de Chantal à un moment où, précisément, celle-ci commence à leur échapper et à faire l’objet de tentatives de récupération par la société janséniste parisienne. Dans une Lettre adressée aux religieuses de la Visitation du monastère de Paris, parue en 1697, Pasquier Quesnel rappelle les relations privilégiées ayant existé entre les fondateurs de la Visitation et Angélique Arnauld, publiant certaines de leurs lettres à la fin de l’ouvrage. Un an après paraît à Bruxelles, pôle de regroupement des jansénistes résistants, une édition détournée de la Vie en abrégé de madame de Chantal où sont publiées des lettres de Jeanne de Chantal à l’abbé de Saint-Cyran et à Angélique Arnauld. Ces tentatives suffisent à elles seules à prouver la popularité à cette date du personnage de Jeanne de Chantal en France, du moins dans les cercles parisiens, l’enjeu des publications des Vies n’étant plus tellement de faire connaître le personnage, mais bien d’orienter son image.

7Jeanne de Chantal étant d’origine française, il n’est pas étonnant de constater que ses premières Vies ont été publiées en langue française en direction des lecteurs du royaume et que le personnage ait pu être un enjeu dans les débats religieux de l’époque. Cependant, le rayonnement de l’ordre ayant rapidement dépassé les limites du royaume, il convient aussi de s’interroger sur le rôle des monastères étrangers dans la diffusion de la renommée de sainteté de Jeanne de Chantal.

  • 20 Dominique Julia, « L’expansion de l’ordre de la Visitation des origines à la Révolution française » (...)
  • 21 Dictionnaire de Spiritualité, t. II/2, Paris, 1953, col. 1300.
  • 22 LC, Turin, 3 juin 1677, p. 3.
  • 23 LC, Turin, op. cit., p. 3.
  • 24 Jean-Michel Sallmann, Naples et ses saints à l’âge baroque (1540-1750), Paris, 1994, p. 21.

8Le rapprochement de l’expansion de l’ordre avec les lieux de publication des Vies de Jeanne de Chantal en langue étrangère est significatif ; alors que la péninsule italienne constitue un axe préférentiel d’expansion pour l’ordre20, les Vies en italien tiennent une place prépondérante parmi les publications étrangères. Parmi les monastères de la péninsule, deux pôles d’activité semblent se dégager. Au sein des maisons les plus anciennes, situées le long de l’axe alpin, le monastère de Turin, fondé du vivant de Jeanne de Chantal en 1638, se révèle particulièrement actif dans la diffusion de la réputation de sainteté de la fondatrice de l’ordre. La première Vie en italien est publiée à Turin, trois ans après la mort de Jeanne de Chantal, par le Père Amedeo Comotto avec qui la Visitation entretenait des liens. Longtemps professeur en Savoie, le Père Comotto avait notamment publié une oraison funèbre de François de Sales prononcée à Annecy en 162321. À Turin, cette Vie semble avoir connu un certain succès, une nouvelle édition étant publiée en 1677 avec « un debit incroyable »22. L’ancienneté du monastère dans la ville, la proximité de la capitale du duché de Savoie avec le premier monastère de l’ordre et le souvenir laissé par Jeanne de Chantal lors de son passage en 1638 expliquent sans doute ce succès et « la veneration qui s’y voit pour la memoire de cette grande servante de Dieu »23. Plus avant dans la péninsule, la diffusion de la renommée de sainteté de Jeanne de Chantal se fait sentir plus tardivement en relation avec la création en 1671 du monastère romain. Un an seulement après l’ouverture du monastère, le Père Machirelli publie à Rome une Vie en italien, la dédiant à la duchesse de Modène qui avait favorisé en 1669 l’ouverture d’une maison dans cette ville. Cependant, malgré l’activité des monastères turinois et romain et la présence en Italie de huit maisons de l’ordre à la fin du XVIIème siècle, aucune autre Vie ne sera publiée en italien avant 1734. Les monastères italiens s’adressaient à un public moins sensibilisé par un personnage d’abord connu en France. On peut remarquer que les religieuses installées depuis 1691 à Naples, une ville pourtant située au troisième rang de l’édition italienne24, n’ont pas réussi à faire publier une Vie de leur fondatrice, la concurrence avec les autres ordres religieux devant s’avérer rude en Italie du sud pour faire connaître la fondatrice d’un ordre principalement développé en France.

  • 25 LC, Varsovie, 1er août 1693, insérée à la suite de la LC, Paris I, 26 avril 1694, p. 12. Il semble (...)

9Dans les autres pays d’implantation de la Visitation, en Pologne notamment où trois monastères sont présents à la fin du XVIIème siècle, les efforts des communautés ne semblent guère orientés vers l’extérieur mais visent plutôt à fournir aux religieuses matière à leur dévotion par les traductions des œuvres et des Vies des fondateurs. C’est tardivement, en 1693, que la supérieure du monastère de Varsovie fait traduire en polonais les Sermons du fondateur, ses Épîtres, le « Livre de l’amour de Dieu », les Petites Coutumes ainsi qu’une Vie de Jeanne de Chantal25.

10Ainsi, quand s’ouvre le procès de béatification de Jeanne de Chantal à Rome en 1715, les efforts des monastères de la Visitation pour faire connaître la fondatrice de l’ordre se sont essentiellement concentrés dans les limites du royaume de France, avec une extension progressive au Piémont et une tentative timide de diffusion autour du monastère romain. De plus, les premières Vies de la vénérable en langue française dataient d’un demi-siècle et ne correspondaient plus nécessairement aux critères de l’orthodoxie romaine. La reconnaissance officielle de la fondatrice de l’ordre par la papauté nécessitait la publication d’une nouvelle Vie.

La vie de l’abbé Marsollier et l’ouverture du procès

  • 26 Premier inventaire cotté […]contenant les actes et informations […], envoyé à Rome le 26 août 1713, (...)
  • 27 Éric Suire, op. cit., p. 45.
  • 28 LC, Annecy I, 9 juillet 1705, p. 4.
  • 29 LC, Rome,15 mai 1719, Abrégé de Marianne-Thérèse Milui, p. XXXI.

11Lors de la parution des premières Vies de la Mère de Chantal, les religieuses de la Visitation pensaient déjà à travailler à l’ouverture du procès de canonisation de leur fondatrice. Le plan chronologico-thématique adopté par Henri de Maupas du Tour dans son ouvrage, où sont présentés les épisodes de la vie du personnage dans les deux premières parties et ses vertus dans une troisième partie, témoigne lui-même d’un souci de s’adapter aux exigences d’une procédure de canonisation. Lorsque le procès de béatification de Jeanne de Chantal s’ouvre, tardivement après sa mort, essentiellement pour des raisons de mauvaise interprétation des décrets d’Urbain VIII, il n’existe plus aucun témoin oculaire, et ces premières Vies constituent des témoignages précieux sur la vie et les vertus de la vénérable qui sont envoyés à Rome, sous forme de copies, dès 171326. Si aucune biographie n’intervient de manière décisive dans une canonisation27, ces Vies ont joué, dans le cas du procès de Jeanne de Chantal, un rôle essentiel en fournissant la base documentaire nécessaire. Lorsque les religieuses d’Annecy regrettent, en 1705, « la perte qu’[elles ont] faite des Illustres témoins de la sainteté de cette Vénérable Servante de Dieu », elles remercient « la divine Providence […] [des] soins que feu nôtre Mère Françoise-Madeleine de Chaugi a pris d’écrire tout de sa main, un infolio de la Vie et des vertus de cette Vénérable Servante de Dieu »28. Les mémoires de la Mère de Chaugy, traduits en italien dès le début du procès par la supérieure du monastère de Rome29, seront un élément important pour étayer l’instruction canonique.

  • 30 Jacques Marsollier (abbé), La Vie de la vénérable Mère de Chantal […], t. I, p. IV.
  • 31 Jacques Marsollier (abbé), La Vie de S. François de Sales […], Paris, N. Couterot, 1re édition, 170 (...)
  • 32 C’est le sujet de sa lettre de septembre 1714, original ms (AVA, Série procès, carton n° 6, liasse (...)
  • 33 Lettre reçue le 30 avril 1717, p. 1, original ms (AVA, op. cit., n° 62).

12Cependant, dès 1714, la procuratrice de la cause, la sœur Marie-Alexis Costa de Massongy d’Annecy, juge nécessaire de faire composer « une nouvelle [vie] qui fût plus ample, plus circonstanciée, et plus instructive »30 et, en relation avec le premier monastère parisien, s’adresse à l’abbé Marsollier, auteur quelques années plus tôt d’une Vie du fondateur de l’ordre31. La composition de cette Vie, destinée à apporter une preuve supplémentaire de la sainteté de Jeanne de Chantal, fait l’objet d’une attention toute particulière, l’ouvrage n’étant publié que trois ans plus tard, en 1717. Pendant cette période, la biographie sera revue par le chanoine Piart, postulateur de la cause. Correspondant à ce sujet avec la soeur de Massongy, il s’inquiète dès 1714 du tort que la menace de censure pesant sur un précédent ouvrage de l’abbé Marsollier pouvait faire à la cause de la Mère de Chantal32. En 1717, c’est Joseph Falcaz, supérieur de la communauté, qui émet « quelques critiques à faire [...] sur cinq ou six expressions de l’ouvrage »33. Commandée pour servir la cause en cours, cette Vie, laissant de côté les développements insérés dans la biographie de Henri de Maupas du Tour au sujet des miracles de la Mère de Chantal, se montre prudente et tente de se conformer à la législation pontificale :

  • 34 Jacques Marsollier (abbé), La Vie de la vénérable Mère de Chantal […], t. I., p. 203.

« L’on ne parlera pas non plus des secours obtenus de Dieu par ses prières et des guerisons miraculeuses accordées à son intercession, quoiqu’on en ait entre les mains les témoignages les plus authentiques. L’on attend sur cela la décision du Saint Siège.34 »

  • 35 Ibid., p. 368.

13Une même prudence s’observe concernant les phénomènes mystiques, en écho à la condamnation du quiétisme quelques années plus tôt. Le titre du chapitre XVII l’illustre bien : « Que les sentimens et la pratique de la vénérable Mere de Chantal touchant l’Oraison mentale, sont très-opposez aux sentimens, à la pratique et aux excès de quelques modernes touchant la même Oraison mentale35 ».

  • 36 Éric Suire, op. cit., p. 196.
  • 37 Lettre reçue le 30 avril 1717, p. 1, copie ms (AVA, op. cit., n° 62).
  • 38 LC, Annecy I, 12 septembre 1717, p. 51.
  • 39 Idem.
  • 40 Lettre du chanoine Piart, 11 septembre 1716, p. 2, original ms (AVA, Série procès, carton n° 6, lia (...)
  • 41 Pier Giacinto Gallizia, La vita di S. Francesco de Sales vescovo e principe di Ginevra […], Venezia (...)

14Alors que globalement l’hagiographie française ne semble pas avoir subi le contre-coup de cette condamnation36, l’attitude de l’abbé Marsollier traduit le rôle attribué à cette Vie, destinée d’abord, dans le cadre du procès, aux milieux de la Curie romaine. En 1717, Joseph Falcaz, qui répond aux interrogations de la soeur de Massongy au sujet du financement de l’ouvrage, lui indique que le monastère d’Annecy peut « prendre sur le fond de la béatification, puisque c’est ce qu’on a eu en vûe quand on a prié Mr de Marsollier de la composer »37. Financée sur le procès, l’entreprise est prise en charge par le premier monastère qui donne les « ordres » pour le faire imprimer et le faire distribuer « dans la sacrée Congrégation des Rits »38. La Vie est traduite en italien par la supérieure du monastère de la ville au début du procès. Destinée principalement aux autorités romaines, cette Vie est sans doute appelée à influencer positivement les débats et à prouver la réalité de la renommée de sainteté de Jeanne de Chantal. En même temps, à une date où celle-ci semble s’être diffusée assez peu en Italie, si l’on s’en tient au rythme et à la géographie des publications des Vies en italien, l’ouvrage de l’abbé Marsollier est aussi destiné à circuler plus largement « dans les Villes d’Italie, où on l’attend avec impatience »39. Parallèlement à cette diffusion, s’ajoutent plusieurs entreprises visant à faire connaître l’ordre et ses fondateurs en Italie. Dans ces années, le monastère turinois est particulièrement actif ; en 1716 la Mère Graneri fournit au Père Mattei, pour son projet d’une Vie de saints, des « memoires de la vie de la Mere de Blonay, de celle de la Mere de Lucinge [...] [et] de celle de la soeur Benigne converse, qui a accompagné ici [la] Ste fondatrice »40 et supervise en 1719 la composition par le confesseur de la maison d’une Vie de François de Sales en italien41. La reconnaissance officielle de la fondatrice de l’ordre dépendant aussi de l’existence attestée d’une réputation de sainteté, l’ouverture du procès semble bien avoir motivé les efforts des monastères italiens pour faire connaître de manière plus efficace Jeanne de Chantal dans la péninsule.

Les années 1730 : la dernière vague

  • 42 Lettre du 17 janvier 1737, à la supérieure du premier monastère d’Annecy, copie ms, dans Recueil de (...)
  • 43 [Louise-Françoise De Bussy-Rabutin], La Vie en abrégé […], 1697, p. 2.
  • 44 Ibid., 1737, p. 2.

15La phase difficile que connaît l’avancement du procès entre 1733 et 1741, à la suite des accusations de jansénisme et de quiétisme pesant sur la fondatrice de l’ordre, suscite à nouveau des entreprises de publication de Vies de la Mère de Chantal. En 1737, alors que les incertitudes quant au succès du procès vont grandissant, à tel point que le chanoine Favre, postulateur de la cause à cette date, doit emprunter de l’argent en son nom pour poursuivre le procès42, la Vie en abrégé composée par Louise-Françoise de Rabutin est rééditée, suivie une année après de la réédition de l’ouvrage de l’abbé Marsollier. Si l’objectif de Louise de Rabutin en 1697 était de proposer aux lecteurs « un modèle de perfection »43 en la vie de la Mère de Chantal, l’édification passe au second plan en 1737, l’intérêt de l’ouvrage étant bien de « faciliter la Béatification de la venerable Mere de Chantal »44. Alors que la première édition avait été une entreprise parisienne, cette réédition est commanditée, dans le cadre du procès, par le monastère d’Annecy qui la fait imprimer à Annecy même. Cette réédition s’avèrait d’autant plus nécessaire que les suspicions de jansénisme pesant sur Jeanne de Chantal reposaient sur la découverte des lettres écrites à l’abbé de Saint-Cyran et à Angélique Arnauld publiées dans l’édition détournée de La Vie en abrégé de 1698.

  • 45 La reine d’Angleterre s’est intéressée de près à l’affaire de la béatification de la fondatrice de (...)
  • 46 LC, Rome, 4 mai 1734, p. 3.
  • 47 Ibid., p. 3-4.
  • 48 Livres des Comptes de l’argent que ce premier monastère de l’Ordre […] pour les frais des poursuite (...)
  • 49 Ibid., p. 88.

16Avant ces rééditions, dès l’apparition des premières suspicions de jansénisme en 1733, le monastère de Rome avait lui-même entrepris de faire publier une nouvelle Vie de la fondatrice. Utilisant les ressources offertes par la protection de la reine d’Angleterre exilée à Rome45, les religieuses s’adressent au Père Saccarelli, postulateur de la cause à cette date, étant ainsi « à portée » de consulter les documents du procès46. Financée par la reine, cette Vie était avant tout destinée aux « Cardinaux, Prelats et Consulteurs » de la cause qui voyaient en Jeanne de Chantal « une Dame du siècle, pieuse à la vérité, mais qui n’a rien fait de si extraordinaire pour mériter d’être élevée sur les Autels »47. Pour accélérer la proclamation du décret sur l’héroïcité des vertus de la fondatrice de l’ordre, les religieuses d’Annecy ne ménagèrent pas leurs efforts pour faire circuler ces nouvelles publications partout où la cause était défendue. Le premier monastère de l’ordre finance sur le procès les commandes d’ouvrages et centralise leur réception afin d’organiser leur envoi. Faisant imprimer, entre 1735 et 1741, 750 exemplaires en feuilles de la Vie écrite par Louise de Rabutin, auxquels s’ajoutent 80 exemplaires reliés envoyés par le premier monastère parisien, la maison d’Annecy en fait parvenir 300 exemplaires au monastère de Turin « don une partie estoit pour Rome » pour « des personnes de distinction »48. Concernant l’achat des Vies composées par le Père Saccarelli, les sœurs d’Annecy s’adressent aux soeurs de Turin, leur commandant au moins à deux reprises entre 1732 et 1741 des ouvrages afin de les envoyer « à diverses personnes en Italie et ailleur ausquelles [elles ont] des obligations »49. Si ces livres constituent des cadeaux de reconnaissance pour les protecteurs de la cause, ils sont en même temps un moyen de rappeler la sainteté de la Mère de Chantal à une date où l’issue du procès est incertaine.

  • 50 LC, Rome, 4 mai 1734, p. 3-4.
  • 51 Carlantonio Saccarelli, Vita della venerabile […], Avviso al Leggitore, p. 5.

17Dans ces opérations, la volonté d’élargir encore le cercle des dévots à Jeanne de Chantal est aussi manifeste, principalement en direction du public italien, comme en témoigne le choix des envois faits par le monastère d’Annecy. La Mère Lazzara de Rome indique, lors de la publication de la Vie écrite par le Père Saccarelli en 1734, que « cette Vie servira aux Monastères de notre Ordre qui n’entendent que l’Italien, mais encore à une infinité d’autres personnes Italiènes qui apprendront par là à connoitre notre Venerable Fondatrice qu’ils ne connoissent que de nom »50. L’auteur justifie de la même manière son ouvrage, indiquant « che delle diverse Vite già stampate, sono la maggior parte di esse state scritte in lingua Francese, et pero non servono a chi non intende una tale lingua »51. Le contenu de la Vie qui énumère dans deux chapitres spécifiques plus de quarante miracles accomplis par Jeanne de Chantal après sa mort, indique que le public visé est beaucoup plus large que le seul cercle des défenseurs de la cause.

Les stratégies éditoriales

18La politique de diffusion de la dévotion à Jeanne de Chantal ne se limite pas aux seules entreprises de publication des Vies de la fondatrice de l’ordre, la lecture de celles-ci étant réservée à une minorité. Néanmoins, à travers l’élaboration des biographies, il est évident que la stratégie de l’ordre a été de toucher un public le plus large possible.

  • 52 Christian Renoux, Sainteté et mystique féminines à l’âge baroque (thèse de Doctorat, nouveau régime (...)
  • 53 LC, Rome, op. cit., p. 3-4.
  • 54 Marina Caffiero, « Naissance et construction d’un culte à la fin du dix-huitième siècle : Benoît- J (...)

19À cet égard, le contenu de la biographie composée par Henri de Maupas du Tour en 1644 est tout à fait intéressant ; visant à faire connaître la vie et les vertus de Jeanne de Chantal, cette Vie est la seule rédigée en français, parmi celles publiées avant la béatification, à consacrer un chapitre entier aux miracles accomplis par elle après sa mort, éléments essentiels dans la construction des renommées de sainteté. Publiée avec succès immédiatement après le décès de Jeanne de Chantal, cette Vie a sans doute été un moyen efficace de surmonter la tension pouvant exister entre l’attente du public et la législation pontificale exigeant que tout miracle soit approuvé par l’autorité des ordinaires avant d’être publié52, à laquelle l’abbé Marsollier a dû se conformer cinquante ans plus tard dans le cadre de l’ouverture du procès. En 1730, en Italie, alors que Jeanne de Chantal n’est encore généralement connue « que de nom53 », c’est le Père Machirelli qui publie, dans sa biographie, plus de quarante miracles accomplis par la vénérable. L’exposé de ces miracles répertoriés dans les procédures canoniques, donc reconnus par l’autorité des ordinaires, ne contrevenait pas à la législation pontificale tout en répondant à l’attente d’un public sans doute moins sceptique à cette date que le public français à l’égard des phénomènes miraculaires, au regard de la réputation de thaumaturge acquise par Benoît-Joseph Labre en Italie dans la seconde moitié du XVIIIème siècle54.

  • 55 Livres des Comptes de l’argent […], p. 87.

20À côté du contenu des ouvrages, les formats des livres sont aussi révélateurs de cette volonté d’amener le plus grand nombre possible à la lecture des Vies de Jeanne de Chantal. Si l’écriture de la Vie composée par Louise de Rabutin en 1697 semble répondre aux tentatives de récupération du personnage par la société janséniste, elle permet en même temps d’offrir aux lecteurs une version plus accessible et peu coûteuse. L’importance des commandes passées par le monastère d’Annecy lors de sa réédition en 1737 prouve à quel point elle est destinée à un large public, alors que les comptes de la maison portent seulement mention d’une commande de vingt ouvrages de la réédition de la Vie de l’abbé Marsollier en deux volumes, écrite d’abord pour les besoins de la cause55.

21En outre, le choix des auteurs semble relever d’une stratégie particulière dans la politique de diffusion de l’ordre. Le fait que presque tous les biographes soient par ailleurs auteurs d’une Vie ou d’un éloge funèbre de François de Sales n’est sans doute pas un hasard. Henri de Maupas du Tour, juge apostolique à partir de 1645 dans le procès de béatification du fondateur, fait paraître, en 1657, avec les soins des visitandines parisiennes, une Vie du vénérable serviteur de Dieu François de Sales ; Louise- Françoise de Bussy-Rabutin publie en 1699 un Abrégé de la vie de Saint François de Sales et Jacques Marsollier une Vie de S. François de Sales en 1700. L’on peut imaginer que les auteurs de la Vie d’un personnage aussi populaire que François de Sales, canonisé en 1666, ont eu une plus grande audience parmi les lecteurs que les hagiographes de personnages moins prestigieux. C’est en tous les cas l’une des justifications du choix de l’abbé Marsollier exprimée dans l’avant-propos de son ouvrage :

  • 56 Jacques Marsollier (abbé), La Vie de la vénérable Mère de Chantal […], Avertissement, p. XVII.

« La vie si estimée de saint François de Sales aussi fondateur de ce saint Ordre, qui a paru en dernier lieu, a fait désirer que celle-ci fût écrite de la même main.56 »

  • 57 Lettres de S. François de sales avec l’Abrégé de la vie sainte de Madame de Chantal, Paris, Françoi (...)
  • 58 Ibid., Avertissement.

22L’utilisation du personnage de François de Sales dans la diffusion des Vies de la fondatrice de l’ordre se manifeste encore à d’autres niveaux, par exemple lors de la publication en 1713 des Lettres de S. François de Sales57. À ces Lettres, toutes adressées à des femmes, pour l’essentiel à Jeanne de Chantal, est adjoint « un abrégé de la vie que Madame de Chantal a mené dans son veuvage afin de trouver tout l’éclaircissement necessaire pour bien entendre ses Lettres »58. Comme l’indique la préface, la publication répond à la polémique engagée à cette date sur la direction spirituelle des femmes par François de Sales et notamment sur la façon dont il s’adressait à elles. Pour justifier les expressions jugées trop tendres de l’évêque de Genève, l’ouvrage met en avant autant la sainteté des dirigées elles-mêmes que celle du directeur spirituel, faisant l’apologie de « ces Veuves qui vivent en veritables veuves […] ayant les yeux attachez sur Jesus-Christ ». Au moment de l’ouverture du procès de béatification de la fondatrice de la Visitation, l’ensemble apparaît ainsi comme un manifeste en faveur de la sainteté de Jeanne de Chantal.

  • 59 Archives Départementales du Rhône, 34 H 14, Procès apostolique, diocèse de Lyon, 1730, original ms, (...)

23L’utilisation des publications concernant le saint pour diffuser les Vies de la Mère de Chantal est un choix éditorial dont l’efficacité est au moins attestée par un témoin interrogé lors du procès apostolique à Lyon en 1730, celui-ci s’affirmant « pénétré de vénération pour elle surtout depuis qu’il a entendu lire quelques traits de sa vie renfermés dans l’histoire de celle de st françois de sales »59.

  • 60 Henri de Maupas du Tour, La vie de la venerable mere Jeanne Françoise Fremiot […], Paris, 1644, p.  (...)

24Le personnage du saint est également présent à l’intérieur même du texte des biographies. Cette présence est particulièrement visible dans la première biographie composée par Henri de Maupas du Tour en 1644. En dehors même du contenu du texte, François de Sales apparaît à l’ouverture du livre sur une gravure le représentant entouré des premières visitandines, parmi lesquelles Jeanne de Chantal n’est pas identifiable. Montrant le fondateur de l’ordre et sept visitandines en train de ramasser des fleurs représentant des vertus, cette gravure met plus l’accent sur l’identité salésienne de l’ordre que sur la personnalité de Jeanne de Chantal, alors que dans les éditions postérieures de la Vie, les gravures représenteront le seul personnage de la Mère de Chantal. Ce n’est pas la Vie de Jeanne de Chantal qu’écrit l’auteur, mais celle « d’une saincte Religieuse, Disciple d’un sainct Evesque de Geneve le bien-heureux François de Sales »60. À une date où la Mère de Chantal est encore insuffisamment connue pour être l’objet d’une dévotion au niveau national, l’association au fondateur de l’ordre, en constituant en quelque sorte un label de sainteté, joue un rôle important dans la diffusion de la dévotion au personnage.

25L’étude des conditions d’élaboration des Vies de Jeanne de Chantal permet de saisir une stratégie de diffusion de la dévotion. Les grandes lignes de cette stratégie peuvent ainsi être esquissées dans le temps et dans l’espace. Prise en charge immédiatement après la mort de la fondatrice de l’ordre par les monastères annécien et parisien, cette diffusion s’effectue d’abord en direction du public du royaume de France, et la popularité de la Mère de Chantal est suffisamment étendue à la fin du XVIIème siècle pour que son image puisse échapper partiellement au contrôle de l’ordre. À l’étranger, l’expansion de l’institut dans la péninsule italienne, et tout d’abord le long de l’axe alpin, favorise une diffusion timide dans la seconde moitié du siècle, à partir des monastères de Turin et de Rome. C’est l’ouverture du procès de béatification en 1715 qui accélère le processus de diffusion en Italie, à l’initiative du premier monastère de l’ordre en collaboration avec les deux monastères italiens, les entreprises de publication visant alors autant à faire connaître la Mère de Chantal dans les milieux de la Curie romaine qu’à élargir le cercle de ses dévots. Loin de se limiter aux seuls besoins de la cause, les Vies tentent en effet, par des choix spécifiques concernant les auteurs, les formes et le contenu des ouvrages, de toucher un public le plus large possible. En aval de cette étude se pose alors la question de la réception des biographies et de leur rôle effectif dans la diffusion de la renommée de sainteté de Jeanne de Chantal. Si le rôle de la Visitation concernant la circulation des Vies au sein du public est apparu à diverses reprises, seule une recherche sur le public des lecteurs et ses motivations permettrait de vérifier l’efficacité de la stratégie de l’ordre.

Haut de page

Bibliographie

Vies imprimées de Jeanne de Chantal avant sa béatification

Alexandre Fichet, Les sainctes reliques de l’Erothée, en la saincte vie de la Mère Jeanne-Françoise de Frémiot, baronne de Chantal, […] Excellent original de saincteté et vray pourtrait de l’Espouse de Jésus, Paris, S. Huré, 1re édition 1643, 919-126 p. ; Rouen, Louis du Mesnil, 1645 ; Lyon, Vincent de Coeursilly, 1643 et 1662.

Henri de Maupas du Tour, La vie de la venerable mere Jeanne Françoise Fremiot, Fondatrice, Première Mère et Religieuse de l’ordre de la Visitation de Saincte Marie, Paris, Siméon Piget, 1re édition 1644, 602 p. ; au moins huit rééditions ; Paris, Jean de la Caille, dernière édition en 1672.

Amadeo Comotto, Della vita della Madre delle Figlie di Maria sempre Vergine, Giovanna Francesca di Chantal, fondatrice dell’ordine della Visitatione, libri tre, composti dal P. Amadeo Comotto, Turin, stamperia di G. Sinibaldo, 1646.

Odoardo Machirelli, Vita della ven. Madre Giovanna-Francesca Fremiot di Chantal, […] scritta da Odoardo Machirelli, […] Con una scelta di lettere della medesima tradotte dal francese in italiano, Rome, N.-A. Tinassi, 1672, 311 p.

F. Cubillas, Vita de la venerable Madre Sor Joanna Francisca F. fundadora de la orden de la Visitacion de Santa Maria, grande espiritual des glorioso San Francisco de Sales […], Madrid, Zafra, 1684.

[Louise-Françoise de Bussy-Rabutin], La Vie en abrégé de madame de Chantal, première mere et fondatrice de l’ordre de la Visitation de sainte Marie, Paris, S. Benard, 1re édition 1697, 254 p., réedition en 1737, même éditeur.

Roger de Bussy-Rabutin, La Vie en abrégé de madame de Chantal, par M. le comte de Bussi-Rabutin, Bruxelles, F. Foppens, 1698, 252 p. – Lettres de S. François de sales avec l’Abrégé de la vie sainte de Madame de Chantal, Paris, François Fournier, 1713, 395 p.

Jacques Marsollier (abbé), La Vie de la vénérable Mère de Chantal, Fondatrice, première Religieuse et première Supérieure de l’Ordre de la Visitation de Sainte Marie, Paris, Babuty, 1re édition, 1717, 2 vol. , 406 p., réedition en 1738, même éditeur.

Carlantonio Saccarelli, Vita della venerabile Madre Giovanni- Francesca Fremiot di Chantal, […] composta da Carlantonio Saccarelli, Rome, stamp. Del Komarek, 1734, 572 p.

Haut de page

Notes

1 Pour une vision d’ensemble concernant les cas français, voir les développements d’Éric Suire dans La Sainteté française de la Réforme catholique (XVème - XVIIème siècles), Bordeaux, 2001, p. 313-321.

2 Ibid., p. 372.

3 Voir par exemple Bernard Dompnier, « Les jésuites et la dévotion populaire. Autour des origines du culte de saint Jean-François Régis (1641-1676) », dans Les Jésuites parmi les hommes aux XVème et XVIIème siècles, Clermont-Ferrand, 1987, p. 295-308.

4 Pour une étude précise sur les mécanismes de diffusion de la dévotion dans la ville d’Orléans, voir les travaux d’Albrecht Burkardt, Les clients des saints. Maladie et quête du miracle à travers les procès de canonisation de la première moitié du XVIIème siècle (thèse de doctorat, E. H. E. S. S., 1998).

5 Sur le rôle tenu par les Vies de Jeanne de Chantal dans l’historiographie de l’ordre, voir Bernard Dompnier, « Introduction : Les visitandines, les monastères et la Visitation, parcours dans les sources et l’historiographie », dans Visitation et Visitandines aux XVIIème et XVIIIème siècles, Saint-Étienne, 2001, p. 12-18.

6 Abrégé de vie et de vertus de la Mère de Chaugy, 1er décembre 1681, p. 22, copie manuscrite dans Recueil des circulaires du monastère de Turin (AVA [pour archives de la Visitation d’Annecy]).

7 Dans le processus d’écriture de leur Vie, les religieuses étaient classiquement invitées par leurs supérieurs ecclésiastiques à rédiger une confession générale. Ce contrôle exercé par les autorités ecclésiastiques sur les faits concernant la Vie des candidates à la sainteté, était une garantie d’authenticité dans le cadre des procédures de béatification (Adriano Prosperi, « Diari femminili e discernimento degli spiriti : le mistiche della prima moderna in Italia », Dimensioni e problemi della ricerca storia, Rome, 1994/2, p. 94).

8 Manuscrits mentionnés dans les pièces du procès concernant la collation des archives en juin 1723, (AVA, Série procès, n° 8, t. II, vol. I, p. 5).

9 Mémoire très fidelle pour la vie de notre très digne et bienheureuse Mère Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal […], 1642, ms in-folio (AVA).

10 Eric Suire, op. cit., p. 30.

11 Il imprime notamment les Epistres spirituelles de la Mère de Chantal en 1644.

12 Comme dans l’affaire de la béatification du fondateur en 1658 (voir à ce sujet Marie-Patricia Burns, Françoise-Madeleine de Chaugy. Dans l’ombre et la lumière de la canonisation de François de Sales, Annecy, 2002, p. 84-94).

13 À l’exception de l’ouvrage en vers de Jean Piolle publié en 1649, que nous n’avons pas consulté.

14 Émile Gérard-Gailly, Bussy-Rabutin, sa vie, ses œuvres et ses amies, Paris, 1909, p. 212-213.

15 Elle était redevable à l’ordre de la réforme de sa maison de Saint-Cyr en 1692 (Marie-Ange Du Vignacq-Glessgen, « La Visitation de Chaillot au XVIIème siècle », XVIIème siècle, n° 165, 1989, p. 394).

16 LC, Paris I [pour Lettre circulaire du 1er monastère de Paris], 1er février 1697, p. 3.

17 LC, Paris I, 4 septembre 1698, p. 3.

18 Ibid., p. 3.

19 Ibid.

20 Dominique Julia, « L’expansion de l’ordre de la Visitation des origines à la Révolution française », dans Visitation et Visitandines […], p. 137.

21 Dictionnaire de Spiritualité, t. II/2, Paris, 1953, col. 1300.

22 LC, Turin, 3 juin 1677, p. 3.

23 LC, Turin, op. cit., p. 3.

24 Jean-Michel Sallmann, Naples et ses saints à l’âge baroque (1540-1750), Paris, 1994, p. 21.

25 LC, Varsovie, 1er août 1693, insérée à la suite de la LC, Paris I, 26 avril 1694, p. 12. Il semble que ces traductions soient restées manuscrites, aucune édition polonaise n’ayant pu être identifiée pour ces dates.

26 Premier inventaire cotté […]contenant les actes et informations […], envoyé à Rome le 26 août 1713, original ms, p. 27-31 (AVA, Série procès, n° 3).

27 Éric Suire, op. cit., p. 45.

28 LC, Annecy I, 9 juillet 1705, p. 4.

29 LC, Rome,15 mai 1719, Abrégé de Marianne-Thérèse Milui, p. XXXI.

30 Jacques Marsollier (abbé), La Vie de la vénérable Mère de Chantal […], t. I, p. IV.

31 Jacques Marsollier (abbé), La Vie de S. François de Sales […], Paris, N. Couterot, 1re édition, 1700, 2 vol. 

32 C’est le sujet de sa lettre de septembre 1714, original ms (AVA, Série procès, carton n° 6, liasse 4, n° 72).

33 Lettre reçue le 30 avril 1717, p. 1, original ms (AVA, op. cit., n° 62).

34 Jacques Marsollier (abbé), La Vie de la vénérable Mère de Chantal […], t. I., p. 203.

35 Ibid., p. 368.

36 Éric Suire, op. cit., p. 196.

37 Lettre reçue le 30 avril 1717, p. 1, copie ms (AVA, op. cit., n° 62).

38 LC, Annecy I, 12 septembre 1717, p. 51.

39 Idem.

40 Lettre du chanoine Piart, 11 septembre 1716, p. 2, original ms (AVA, Série procès, carton n° 6, liasse 4, n° 77).

41 Pier Giacinto Gallizia, La vita di S. Francesco de Sales vescovo e principe di Ginevra […], Venezia, 1720.

42 Lettre du 17 janvier 1737, à la supérieure du premier monastère d’Annecy, copie ms, dans Recueil des circulaires du monastère de la Visitation Sainte-Marie d’Annecy I, t. II, p. 688.

43 [Louise-Françoise De Bussy-Rabutin], La Vie en abrégé […], 1697, p. 2.

44 Ibid., 1737, p. 2.

45 La reine d’Angleterre s’est intéressée de près à l’affaire de la béatification de la fondatrice de l’ordre, « s’employant à ce que tous ses parents puissants la demandent au pape » (Stefania Nanni, « La Visi-tation et la sensibilité religieuse italienne des XVIIème et XVIIIème siècle », dans Visitation et Visitandines […], p. 518).

46 LC, Rome, 4 mai 1734, p. 3.

47 Ibid., p. 3-4.

48 Livres des Comptes de l’argent que ce premier monastère de l’Ordre […] pour les frais des poursuites de la Béatification de nôtre Vénérable Mere et Fondatrice […] dès le 4 mars 1732 jusqu’en 1767, p. 87, original ms (AVA, Série procès, n° 17).

49 Ibid., p. 88.

50 LC, Rome, 4 mai 1734, p. 3-4.

51 Carlantonio Saccarelli, Vita della venerabile […], Avviso al Leggitore, p. 5.

52 Christian Renoux, Sainteté et mystique féminines à l’âge baroque (thèse de Doctorat, nouveau régime, Paris I, 1996), p. 77.

53 LC, Rome, op. cit., p. 3-4.

54 Marina Caffiero, « Naissance et construction d’un culte à la fin du dix-huitième siècle : Benoît- Joseph Labre (1748-1783) », dans Religion en transition dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, textes présentés par Louis Châtellier, Oxford, 2000, p. 187- 197.

55 Livres des Comptes de l’argent […], p. 87.

56 Jacques Marsollier (abbé), La Vie de la vénérable Mère de Chantal […], Avertissement, p. XVII.

57 Lettres de S. François de sales avec l’Abrégé de la vie sainte de Madame de Chantal, Paris, François Fournier, 1713.

58 Ibid., Avertissement.

59 Archives Départementales du Rhône, 34 H 14, Procès apostolique, diocèse de Lyon, 1730, original ms, p. 128.

60 Henri de Maupas du Tour, La vie de la venerable mere Jeanne Françoise Fremiot […], Paris, 1644, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Rouez, « La visitation et la diffusion de la dévotion à sa fondatrice », Siècles, 16 | 2002, 103-118.

Référence électronique

Sonia Rouez, « La visitation et la diffusion de la dévotion à sa fondatrice », Siècles [En ligne], 16 | 2002, mis en ligne le 12 février 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2924

Haut de page

Auteur

Sonia Rouez

CHEC, Université Blaise Pascal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org