Navigation – Plan du site
Varia

Industrie, société et environnement. Mines, hauts-fourneaux et forêts de basse Maurienne au XIXe siècle

Industry, Society and Environment. Mines, blast-furnaces and forests in Basse Maurienne (Savoie) in the nineteenth century
Pierre Judet

Résumés

Très bien dotée en forêts, en torrents et en gisements métalliques capables de fournir « l’acier naturel », la basse Maurienne (Savoie) a développé très tôt une industrie sidérurgie qui adopte les techniques dites « alpines » ou « bergamasques » à la fin du XVIe siècle. Le développement de la demande en produits métallurgiques dès la fin du XVIIIe siècle débouche sur une intensification de l’exploitation des ressources naturelles au profit des maîtres de forges – particulièrement de la famille Grange – qui donnent du travail à une foule de pluriactifs dépendants. La persistance d’un système de production qui repose sur des techniques considérées comme « archaïques » par les élites au cœur même de la « révolution industrielle » interroge d’autant plus l’historien que l’environnement forestier ne semble pas menacé par le développement d’une industrie pourtant réputée comme « dévoreuse de bois ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le minerai de fer spathique permet de fabriquer des aciers de haute qualité grâce à sa forte teneur (...)
  • 2 Sur l’histoire de l’acier, voir Bertrand Gille, La Sidérurgie française au XIXe siècle, Genève, Dro (...)
  • 3 Sur la question de la forêt et de l’industrie métallurgique, voir D. Woronoff (dir.), Forges et for (...)
  • 4 Le fonds Grange [désormais « FG »] est déposé au Musée de Grand-Filon à Saint-Georges-d’Hurtières ( (...)
  • 5 Ces rapports ainsi que de nombreux autres types de documents sont rassemblés dans le fonds Despine (...)

1Très bien dotée en forêts, en torrents et en gisements métalliques, la basse Maurienne a développé très tôt une industrie appuyée sur l’exploitation du gisement de Saint-Georges-d’Hurtières qui fournit un minerai de fer spathique1 comparable à celui de Styrie et de Carinthie avec lequel l’on fabrique de l’« acier naturel2 ». Le haut-fourneau bergamasque qui s’est répandu dans les Alpes à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle permet de produire en grande quantité des « fontes aciéreuses » très recherchées. Se met alors en place un système de production qui, outre l’installation d’aménagements (hauts-fourneaux, halles, équipements et moyens de transport), repose sur l’exploitation systématique des ressources naturelles locales au profit des maîtres de forges propriétaires des hauts-fourneaux qui donnent du travail à une foule de pluriactifs. Déjà dopé par la demande militaire au moment de la Révolution qui conduit à la première annexion de la Savoie par la France, ce monde de production connaît son apogée à la veille de la seconde annexion (1860). Cette persistance au cœur même de la « révolution industrielle » interroge d’autant plus l’historien qu’aucun investissement ni aucun aménagement matériel important n’est effectué. Ce système de production ne prend fin qu’en 1875, quand Schneider met la main sur les mines dont il fait fondre le minerai au Creusot. Dans quelle mesure l’exploitation des ressources naturelles et humaines de la basse Maurienne peut-elle remplacer des aménagements matériels conséquents sans faire disparaître la forêt3 et sans déstructurer la société ? Fort heureusement, les sources relatives à la gestion de l’activité ne manquent pas. D’une part la famille Grange, qui devient au cours du XIXe siècle le principal exploitant des mines de fer de Saint-Georges-d’Hurtières et le principal producteur de fonte de la basse Maurienne, a laissé un ensemble documentaire de premier ordre4. D’autre part, les ingénieurs des mines rédigent une multitude de rapports5 qui dénoncent la mauvaise qualité du travail effectué par la main d’œuvre locale. Cette critique est d’autant plus sévère que, qu’elle soit sarde ou française, la législation sur les mines stipulant que tout exploitant doit être reconnu par l’État comme concessionnaire n’est pas appliquée. De multiples procès opposent les principaux entrepreneurs miniers, ce qui produit une troisième série de sources. Trois aspects de cette histoire méritent d’être abordés : l’exploitation des ressources locales sur la longue durée, la persistance en plein XIXe siècle d’un système de production considéré par les élites comme « archaïque » alors que les techniques métallurgiques anglaises s’imposent, et la question de l’exploitation et de l’aménagement des forêts en fonction des besoins de l’industrie alors que la « révolution industrielle » bat son plein.

Un type d’exploitation des ressources naturelles et sociales de longue durée

La Révolution bergamasque, la société rurale et l’environnement

  • 6 Jean-François Belhoste, « Conséquences de l’essor sidérurgique sur les usages forestiers et les pra (...)

2La méthode bergamasque, beaucoup plus productive, remplace la méthode dite « directe » utilisée jusqu’alors qui consiste en l’utilisation d’un bas fourneau dont la montée limitée en température (environ 1 000 °C) ne permet pas de réduire complètement le minerai ni d’obtenir une production homogène. Les nouvelles techniques, qui reposent sur la dissociation entre la fabrication de la fonte dans un haut-fourneau et son affinage dans un martinet, mettent le haut-fourneau au centre du système productif6. Le haut-fourneau, qui permet de traiter de grandes quantités de minerai de fer et qui consomme beaucoup de bois, emploie une main d’œuvre nombreuse au sein de laquelle on distingue un petit nombre de spécialistes et une masse de travailleurs pluriactifs mobilisables à des moments-clés.

  • 7 Louis Crabières, « L’exploitation du minerai de fer des Hurtières en Savoie au XVIIe siècle » dans (...)
  • 8 H. Tavernier, « Le vallon des Vuavres. Ancienne fabrique de Faulx », Revue savoisienne, no 2, 28 fé (...)
  • 9 Grégoire Hudry-Menos, « La Savoie depuis l’Annexion. Forces productives du sol et richesses minéral (...)
  • 10 Lettres d’Ottavio Thaon di Revel à Cavour, 18 août 1854, dans C. Pischedda et M. L. Sarnicelli (dir (...)

3Les nouvelles méthodes sont introduites par des entrepreneurs et des ouvriers venus d’au-delà des Alpes. Originaire de Gênes et déjà bien implantée en Savoie, la famille Castagneri, qui dispose d’une solide expérience dans le domaine de la métallurgie du fer, s’installe à Argentine en basse Maurienne et obtient très rapidement des privilèges qui lui permettent de produire du fil de fer, du fer blanc, des armes et des faux ; elle obtient également l’autorisation de faire appel à des ouvriers étrangers7. Les Castagneri font venir de nombreux spécialistes, notamment des aciéristes et des fabricants de faux réputés, comme ceux de Taninges8. À côté du haut-fourneau, ils établissent une fabrique d’acier, des tréfileries et des taillanderies9. En dehors de la basse Maurienne, ils prennent en location de longue durée les principaux hauts-fourneaux savoyards et, à la fin du XVIIe siècle, la famille domine la métallurgie du fer du duché. Le 22 février 1687, Jean-Baptiste Castagneri, sénateur de Savoie, achète la seigneurie des Hurtières. Toutefois, leurs énormes dépenses, notamment la construction d’un château à Chambéry, conduisent les Castagneri – devenus Castagneri de Châteauneuf – à s’endetter et à laisser à leurs héritiers de lourdes charges qui pèsent encore sur eux au XIXe siècle10. La métallurgie n’est pour les Castagneri qu’un moyen pour s’élever dans la société.

  • 11 Ce droit est régulièrement cité dans les nombreux procès relatifs aux droits d’exploitation des min (...)
  • 12 Le grillage permet d’augmenter la qualité du minerai et de diminuer son poids.
  • 13 Horace-Bénédict de Saussure, « Mines de Saint-Georges », Voyage dans les Alpes, t. 3, Neuchâtel, Lo (...)

4L’activité ne fait donc l’objet que d’investissements et d’aménagements matériels limités. Le haut-fourneau qui est installé dans la vallée mesure environ six mètres de hauteur ; il est adossé à une pente, ce qui permet de l’alimenter par son sommet en minerai et en charbon de bois. La combustion est activée par des trompes hydrauliques. Le minerai est extrait entre 1 000 et 1 400 m d’altitude de la montagne de Saint-Georges-d’Hurtières qui domine la vallée dont l’altitude ne dépasse pas 330 m. Le travail dans les mines se fait à la mode paysanne. La main d’œuvre est payée en fonction de la quantité de minerai extrait. D’après la tradition qui s’appuie sur le « droit des paysans11 », les habitants du lieu ont le droit de prospection et l’inventeur d’un site en devient le propriétaire. Évidemment, les divers exploitants se livrent à une concurrence acharnée. Les galeries, qui ne sont pas boisées en raison de la bonne qualité du rocher, suivent les filons et se chevauchent dans tous les sens. Les aménagements, sommaires, consistent en des galeries dont l’accès est fermé par une porte, des plans de grillage à la sortie des « fosses12 » et des « rengraines » pour déposer le minerai. Une fois grillé, le minerai est vendu à des marchands qui le font descendre dans la vallée pour le revendre aux propriétaires des hauts-fourneaux. Les représentants des élites estiment que l’exploitation des mines est menée de façon irrationnelle et archaïque. Horace-Bénédict de Saussure, qui visite les mines de Saint-Georges le 5 mai 1789, décrit ces « paysans qui […] ne mettent aucun art dans leur travail ; ils vont en avant, sans boussole, sans aucun instrument de géométrie ; suivant les filons quand ils les tiennent13 ».

  • 14 L. Crabières, « L’exploitation du minerai de fer […] ».

5La production de charbon de bois permet de valoriser les forêts de basse Maurienne qui appartiennent aux communautés, aux seigneurs ou aux paysans. Si on favorise le développement de taillis de hêtres qui produisent les meilleurs charbons, on s’accommode du sapin en altitude et du châtaignier à proximité des cultures. La croissance du nombre des « promesses de [vente de] charbon de bois » tout au long du XVIIe siècle14 montre que la société locale saisit avec empressement cette opportunité. Plus significatif encore, le 6 septembre 1676, le seigneur du lieu, le baron Delavillanne, vend le haut-fourneau et ses dépendances à la communauté d’Épierre, qui peut ainsi valoriser ses forêts.

6Mal connu à l’époque moderne, le convoyage du charbon de bois et du minerai par les sentiers de montagne et les chemins muletiers donne un travail complémentaire à une foule de « porteurs » et de muletiers dont le rôle est d’autant plus important que, comme le charbon de bois se conserve mal et supporte mal les trajets sur de longues distances, son transport doit être synchronisé avec la marche des hauts-fourneaux qui ne fonctionnent pas en continu.

La place de plus en plus centrale des mines et de la forêt de basse Maurienne dans la nébuleuse métallurgique alpine (seconde moitié du XVIIIe siècle)

  • 15 Pierre Judet, « La “Savoie industrielle”. Des territoires industriels en mouvements » dans Denis Va (...)

7Dans un contexte de croissance continue de la consommation de fer qui se traduit par l’augmentation de la production d’armes, d’outils agricoles et d’objets domestiques comme les poêles, l’ensemble sidérominier de basse Maurienne développe ses relations dans un espace compris entre Annecy et Rives en Dauphiné. Outre les sites d’Argentine et d’Épierre, la mine de Saint-Georges alimente notamment les hauts-fourneaux des Bauges (Aillons, Bellevaux et Seythenex-Tamié) implantés au cœur de vastes forêts ; les fontes sont vendues aux artisans locaux (cloutiers, fabricants d’outils agricoles notamment), à ceux du val Gelon voisin (Arvillard, La Rochette) mais aussi dans le bassin de Faverges (Le Villaret de Faverges) et jusqu’aux forges de Rives qui alimentent en « acier naturel » l’armurerie et la quincaillerie de la région stéphanoise et la coutellerie de Thiers. Ces relations fluctuent en fonction de la conjoncture économique et des politiques douanières. L’existence des ensembles locaux qui constituent cette nébuleuse métallurgique alpine aux dimensions variables repose donc sur la flexibilité que leur confère le caractère pluriactif de leur main d’œuvre et la faible importance des investissements et des aménagements nécessaires à la production15.

  • 16 Randens se trouve à proximité d’Aiguebelle, à deux kilomètres au nord d’Argentine et à cinq d’Épier (...)

8De profondes transformations s’opèrent dans la métallurgie savoyarde au XVIIIe siècle. Dans un premier temps, ce sont surtout les non ferreux comme le cuivre, supposés très rémunérateurs, qui sont recherchés. De grandes sociétés capitalistes souvent dominées par des étrangers, comme la Compagnie anglaise, se forment pour exploiter le cuivre et le plomb argentifère. Très ambitieuses, elles effectuent quelquefois des investissements massifs, font venir à grands frais des ouvriers étrangers et procèdent à d’audacieuses prospections. Mais comme les profits sont décevants, ces compagnies se lancent alors dans la métallurgie du fer dont les débouchés se développent. D’abord implantée dans la vallée de l’Isère, la compagnie de Bonvillard afferme le haut-fourneau d’Épierre, multiplie les rachats et améliore les nouvelles acquisitions. Formée en 1758 pour faire fructifier ses capitaux sur l’extraction du cuivre dans les mines de Saint-Georges, la société Villat effectue d’abord des travaux de prospection coûteux qui ne permettent pas de relancer une production décevante. Pour rembourser ses dettes et donner satisfaction à ses actionnaires, la Compagnie se réoriente vers la production de fonte. Elle procède d’une part à des aménagements en construisant un haut-fourneau à Randens16 et rachète le prévôté voisin d’Aiguebelle pour le transformer en bâtiments de travail et en logements pour ses ouvriers. Elle acquiert d’autre part des forêts pour disposer d’une partie du bois dont elle a besoin et rachète les fosses de nombreux paysans indépendants, ce qui la conduit à s’attacher une clientèle de plus en plus nombreuse de travailleurs pluriactifs. En recentrant ses activités sur la sidérurgie, la société Villat s’inscrit dans le territoire en se glissant dans les structures existantes.

  • 17 D. Woronoff, L’Industrie sidérurgique en France pendant la révolution et l’Empire, Paris, EHESS, 19 (...)
  • 18 Jean Chambon, Le Canton d’Aiguebelle (Savoie). Son évolution sociale, économique et démographique, (...)
  • 19 FG 379, Retranscription des procès-verbaux de la direction de la société Villat.

9En septembre 1792, l’annexion de la Savoie par la France révolutionnaire permet à celle-ci de renforcer ses capacités industrielles. En guerre depuis le mois d’avril, la Grande Nation, qui manque d’acier, est prête à soutenir tous les procédés de production, y compris ceux qui sont considérés par ses ingénieurs des mines comme les plus archaïques17. Les propriétaires des hauts-fourneaux de Maurienne répondent à la demande nouvelle et renforcent leurs liens avec les aciéristes de Rives qui sont au cœur de la politique nationale d’armement. Pour soutenir cet effort, le Directoire approvisionne les mineurs de Saint-Georges en blé, les dispense de service militaire et l’administration départementale ordonne la construction d’un chemin carrossable pour remplacer les chemins muletiers dans la partie basse des pentes de la montagne de Saint-Georges18. Mais la perte de valeur de l’assignat perturbe gravement la vie économique et les compagnies connaissent des difficultés financières. Le secrétaire de la société Villat, Louis Grange, chargé des achats de forêts nationales, des approvisionnements en minerais et en charbon de bois, et même du recouvrement d’une partie des créances, finit par racheter les biens de la compagnie Villat pour 70 000 F en 180219. Quant à la compagnie de Bonvillard, l’ampleur de ses dettes la conduit à la faillite et elle disparaît en 1807. Les gros investissements et les projets d’aménagement les plus importants se sont révélés inefficaces en raison de leur manque d’insertion ou de leur insertion trop tardive dans la société locale.

Un système de production « archaïque » mais intégré au développement économique du XIXe siècle

L’activité sidérominière de basse Maurienne et les transformations de la production de l’acier

10Durant la première moitié du XIXe siècle, l’augmentation de la demande de métal, particulièrement d’acier, se fait toujours plus forte en raison du développement économique général en Europe. La production d’aciers à l’anglaise à partir de fonte au coke ne s’impose que très progressivement puisque tous les charbons ne sont pas cokéfiables et puisque le système de transport ne permet pas d’acheminer partout le nouveau combustible de façon rentable. Produire des « fontes aciéreuses » à partir des minerais de fer spathiques alpins reste donc très lucratif à condition de maîtriser les ressources naturelles et sociales. Ce mode de production atteint son apogée à la fin des années 1850, après la signature du traité de commerce de 1852 entre le Piémont et la France qui permet d’approvisionner sans contraintes les aciéristes de Rives. Ainsi, d’après les estimations des ingénieurs des mines, la production minière de Saint-Georges, qui est de 2 688 tonnes de fer spathique en 1807, passe à 7 000 tonnes à la veille de l’Annexion.

Carte 1 : La nébuleuse métallurgique alpine au milieu du XIXe siècle

Carte 1 : La nébuleuse métallurgique alpine au milieu du XIXe siècle

Pierre Judet et Fabrice Delrieux, 2015.

  • 20 Véronique Protat, « La production du fer à Saint-Georges-d’Hurtières (Savoie) du XVIe au XIXe siècl (...)

11Cependant, la réunion de la Savoie à la France en 1860 coïncide avec le développement des transports et les traités de libre-échange européens, et le système décline à la fin des années 1860. L’extraction minière n’est plus que de 1 600 tonnes en 186820. Diminuant lentement, la production de fonte aciéreuse au bois se poursuit jusqu’au début des années 1870. À ce moment-là, ayant mis la main sur la quasi-totalité des « fosses », Humbert Grange peut prétendre à la concession de l’ensemble des mines de Saint-Georges pour céder ses droits à Schneider qui recherche des minerais spathiques en vue de produire de l’acier dans ses convertisseurs du Creusot. La sidérurgie au bois disparaît et le minerai de Saint-Georges, extrait en grandes quantités, est descendu dans la vallée par un système de plans inclinés sur lesquels circulent des trucks tractés par des câbles puis expédié au Creusot par chemin de fer. Ce système d’exploitation ne dure pas : la mise au point du procédé Thomas et Gilchrist qui permet d’utiliser les minerais phosphoreux lorrains condamne l’exploitation des minerais alpins. Dés 1886, l’activité diminue fortement et cesse complètement en 1896.

  • 21 Lettres d’Ottavio Thaon di Revel à Cavour des 18 et 29 août 1854 et réponse de Cavour du 23 août 18 (...)
  • 22 FG 634, Lettre de Lavaudan à Grange, 10 décembre 1839.

12Dans les deux premiers tiers du XIXe siècle, alors que la production de la métallurgie évolue très vite, la situation juridique des mines de Saint-Georges n’est évidemment pas favorable aux investissements. La législation minière contraignante mise en place par la loi de 1810 et confirmée par les lois sardes n’est pas appliquée en basse Maurienne avant les années 1870 et, pendant toute cette période, les trois propriétaires de hauts-fourneaux de la vallée – Grange, Castagneri et la commune d’Épierre – se déchirent dans des procès incessants. La mise en vigueur de cette législation qui prescrit l’établissement de concessions est susceptible de permettre des investissements de long terme mais elle risque également de remettre en cause l’équilibre de cette société fondée sur la terre et la pluriactivité. Cavour lui-même avait conscience de ce problème21, ce qui explique sans doute la longue passivité de l’État. Dans ces conditions, l’activité ne fait pas l’objet d’investissements particuliers. Toutefois, les archives laissées par la famille Grange, qui forment un impressionnant ensemble documentaire constitué notamment de livres de compte, témoignent d’une gestion rigoureuse. Le travail à la mine garde un caractère paysan et les aménagements anciens – fosses, plans de grillage à la sortie des fosses, sentiers, chemins muletiers et chemin carrossable qui permettent de descendre bois et minerai de la montagne – sont conservés et leur utilisation est intensifiée. Économie de moyens ne signifie pas laisser-aller technique. On sait l’importance des machines soufflantes pour la combustion dans le haut-fourneau, et c’est là un des sujets auxquels Grange accorde la plus grande attention : il se rend à Saint-Étienne pour y visiter des installations et fait venir un technicien comtois pour perfectionner ses installations de Randens22.

Le système Grange

  • 23 Cet écart est dû au classement de certaines parcelles « en bois, terres stériles et rochers ».
  • 24 A. D. de Savoie, 2 O Montgilbert, Adjudication des coupes de bois communaux, 12 octobre 1865.

13Louis Grange et son fils François accentuent les efforts initiés par la société Villat pour maîtriser ses approvisionnements. D’après la succession de François Grange en 1860, la famille possède dans le canton d’Aiguebelle entre 250 et 420 ha de bois23. Elle prend des adjudications de coupes, souvent à bon prix24, et achète du charbon de bois à des particuliers.

Carte 2 : La main d’œuvre du maître de forges de Randens

Carte 2 : La main d’œuvre du maître de forges de Randens

Pierre Judet et Fabrice Delrieux, 2015.

  • 25 J. Chambon, Le Canton d’Aiguebelle […], p. 71-72.
  • 26 FG 634, Correspondance de Grange avec le Grenoblois Lavaudan, son principal client (1811-1873).
  • 27 FG 88, Livre des « Annotations », 1858-1864.
  • 28 FG 233, Livre des « Entrées et sorties du maïs » ; FG 88, Livre des « Annotations » ; FG 162, « Pet (...)
  • 29 Emma Petrod, Les Charbonniers à façon en porte de Maurienne, Mémoire de L3, P. Judet (dir.), univer (...)
  • 30 FG 399, Conventions pour transport de charbon et de mine.

14Cette maîtrise des ressources naturelles ne serait rien sans un véritable contrôle des hommes. La famille Grange emploie plus d’une centaine de pluriactifs qui travaillent non pas, comme l’écrivent les représentants des élites, en complément de l’agriculture, mais en fonction du marché. En 1847, les hauts-fourneaux coulent toute l’année. Il faut dire que les acheteurs français sont alors prêts à payer le prix fort25 et, quand la conjoncture s’y prête, ses clients demandent à Grange de se hâter de mettre le fourneau à feu26. C’est ainsi qu’une dizaine d’ouvriers fourneliers de Grange travaillent sans interruption de février 1858 à avril 1859, d’avril 1860 à février 1861, de septembre 1861 à décembre 1862 et de mai 1863 à mars 186427. Les mineurs résident à Saint-Georges-d’Hurtières ou dans la commune voisine du Pontet située de l’autre côté des crêtes des Hurtières (1 200 m). Les charbonniers résident et travaillent dans toutes les communes de basse Maurienne jusqu’à 15 km de Randens. Tous ces hommes sont sous la coupe de Grange qui leur prête de l’argent et les paie largement en nature, ce qui semble convenir à de nombreux petits exploitants qui n’arrivent pas à se nourrir de leur production agricole. Le maître de forges leur fournit du maïs, du vin et du fromage qu’il produit lui-même ou qu’il achète dans la région28. Toutes ces « denrées » sont défalquées du salaire. Le maître de forges doit coordonner toute une chaîne humaine qui va des « fournisseurs de bois » aux « voituriers » en passant par les « charbonniers à façon », les « porteurs » et les « traîneurs ». C’est pourquoi ses relations avec la main d’œuvre sont souvent régies par des « promesses » ou des « conventions ». La convention ou promesse de vente est un texte stéréotypé de forme juridique – Grange est aussi avocat – très précis, lu et signé devant témoins, qui prévoit la quantité de « charbon » ou de « mine » à livrer et la date de livraison. En général assorti d’une avance soumise à intérêt, l’acte stipule la présence d’une tierce personne se portant caution et prévoit des sanctions en cas de non respect du contrat29. Pour convoyer jusqu’au haut-fourneau les pondéreux dont il a besoin, notamment le minerai et le charbon de bois, Grange fait appel aux muletiers. Ces derniers sont souvent des petits propriétaires du Pontet dont les fils travaillent pour Grange à la mine ou au transport du minerai et du charbon de bois. Pour sécuriser ses approvisionnements, Grange passe des conventions à long terme avec des muletiers et des voituriers30.

  • 31 Ce fonctionnement n’est pas exceptionnel dans les Alpes : voir Laurence Fontaine, Le Voyage et la m (...)
  • 32 Le canton correspond au mandement de l’époque sarde.
  • 33 FG 488 et Base de données historiques de l’Assemblée nationale : Dictionnaire des députés.

15Ce monde est criblé de dettes. Si la plupart d’entre elles ne sont pas remboursées, c’est que le maître de forges tient à conserver une relation et à fidéliser la main d’œuvre31. Certaines dettes, toutefois, donnent lieu à poursuites, notamment lorsque les « promesses » ne sont pas honorées, et quand il y a des poursuites de vieilles dettes réapparaissent. Le crédit est donc une relation structurante et c’est la propriété – ne serait-ce que d’un lopin de terre – qui le garantit. Ce mécanisme peut conduire à des cessions de terres et à l’accroissement des propriétés de Grange. Aussi la place de nombreux employés de Grange au village dépend-elle bien souvent du maître de forges. Dans ces conditions, on comprend que la famille tienne la mairie de Randens et le canton d’Aiguebelle32. François Grange est élu député en novembre 1857. Son fils Humbert, après avoir échoué à l’élection législative de 1863, se présente en 1872 contre le républicain Jacquemond. Il bénéfice de la mobilisation en sa faveur des curés de sa circonscription et de l’appui de l’archevêque de Chambéry qui menace de péché ceux qui ne voteraient pas pour lui33. Il est élu.

  • 34 A. D. de Savoie, Mutations par décès, François Grange, Randens, 3 Q210, Aiguebelle no 1.
  • 35 Dominique Levet, La Propriété foncière dans le canton d’Aiguebelle en 1810, TER, université de Cham (...)
  • 36 Les listes de recensement de Maurienne ont en grande partie disparu.

16Efficace pour la famille dominante, le système favorise également la croissance démographique. La commune de Saint-Georges, qui compte 898 habitants en 1801 – ce qui est déjà beaucoup pour une commune de montagne dotée de potentialités agricoles limitées –, en rassemble 1 504 en 1858. Cette croissance cesse et s’inverse avec la fin du système pluriactif. La commune ne compte plus que 825 habitants en 1911 avant que la population ne s’effondre au XXe siècle, minée par une émigration qui enlève à la commune ses éléments les plus dynamiques. Si le système mis en place par Grange présente un intérêt à la fois pour le maître de forges et pour sa main d’œuvre, c’est que, même si c’est à des niveaux différents, acquérir ou garder de la terre est le but de tous. Le patrimoine familial déclaré dans le canton d’Aiguebelle au moment du décès de François Grange en 1861 est d’une valeur d’environ 400 000 F. Il est composé aux trois quarts d’avoirs immobiliers34 qui, en plus de la belle maison familiale, consistent en bois, prés, champs et vignes. Sur ce total, l’équipement minier et sidérurgique ne représente que 90 000 F. En effet, si elle ne refuse pas les adaptations, la famille Grange essaie de les limiter au maximum. En 1854, l’ingénieur Janicot évalue les bénéfices annuels dus à l’activité sidérominière à 40 000 F, somme qui, par rapport aux investissements, explique ce type de fonctionnement. Si Grange pérennise des structures proto-industrielles, c’est aussi parce que ses partenaires, à leur niveau, y trouvent également leur compte. Ses employés sont en général de petits propriétaires. En 1810, sur les 300 propriétaires que compte la commune de Saint-Georges, on dénombre 37 % de propriétaires de moins de ½ hectare et 45 % de propriétaires de ½ à 5 hectares35. Or, comme on l’a vu, la population a très fortement augmenté dans la première moitié du siècle : la pression sur la terre et l’importance du travail industriel croissent de pair. Aussi, à côté de paysans-mineurs, compte-t-on nombre de mineurs-paysans qui cherchent à devenir de vrais « propriétaires-cultivateurs ». L’espoir d’acquérir de la terre ou au moins de se maintenir sur place se manifeste dans les sources nominatives disponibles36 par l’adoption formelle des normes agrariennes : les employés de Grange – même les plus modestes – apparaissent comme « agriculteurs », « cultivateurs » ou « propriétaires ». Sauf exception, ils ne sont désignés comme « mineurs », « casseurs » ou « charbonniers » que dans les livres de comptes du maître de forges, ce qu’induit la logique de cette source.

L’environnement forestier, l’industrie et la désindustrialisation au temps de la « révolution industrielle »

Pillage des forêts ou équilibre ?

  • 37 Paul Mougin, Les Torrents de la Savoie. Savoie et Haute-Savoie. Inondations et catastrophes, Grenob (...)
  • 38 A. D. de Haute-Savoie, 11 J 929, Joseph Despine, « Maurienne », Rapport sur les forêts, 1828, p. 99 (...)

17L’absence d’aménagements nécessaires au développement d’une métallurgie moderne à la houille est-elle responsable d’une éventuelle « déforestation » ? Aux côtés du pâturage, la métallurgie au bois a longtemps fait figure d’accusée. C’est l’idée que défend, à la fin du XIXe siècle, l’inspecteur des Eaux et Forêts Paul Mougin pour plaider la nécessité du « reboisement ». Pour lui, la dévastation des forêts a commencé très tôt et les industries métallurgiques portent une lourde responsabilité dans ce domaine37. Pourtant l’enquête sur les forêts de l’ingénieur des Mines Joseph Despine, qui a été menée avec soin commune par commune, laisse une impression plus nuancée38. La basse Maurienne est dotée de riches forêts. Si l’on excepte les communes de Randens et d’Aiguebelle, peu étendues et situées essentiellement en vallée, le taux de boisement évolue entre 28 % (Saint-Pierre-de-Belleville) et 60 % (Saint-Léger) pour des superficies communales comprises entre 700 et 5 000 ha. Les types de boisement sont variés, mais dans l’ensemble c’est le taillis qui domine. Dans les communes d’ubac comme celle d’Argentine boisée à environ 37 %, la haute futaie occupe les parties les plus élevées tandis que le taillis composé de hêtres, de châtaigniers, de coudriers et de chênes peuple les altitudes moyennes et basses. Dans les communes d’adret comme celle de Saint-Georges-d’Hurtières, environ la moitié de la superficie communale est boisée en taillis.

  • 39 D. Levet, La Propriété foncière […].

18Le boisement de la basse Maurienne correspond à la fois à des conditions naturelles précises et à des usages variés. Comme environ la moitié de la surface concernée se trouve sur les communaux, la domination du taillis apparaît comme le fruit d’un choix collectif dont les communautés rurales – notamment montagnardes – ont le secret. C’est surtout dans les parties les plus hautes et les plus difficilement accessibles que l’on rencontre les résineux. Quand ils peuvent être exploités, ces conifères qui fournissent notamment du bois d’œuvre sont souvent vendus, ce qui permet d’alimenter les finances de la commune. Près des habitations, le châtaignier abonde. En plus de ses fruits, indispensables à la nourriture du plus grand nombre, cet arbre qui se prête bien à la coupe et qui pousse vite fournit de grosses quantités de charbon de bois. À Saint-Georges-d’Hurtières, les petits propriétaires ont souvent une parcelle de châtaigniers39. À côté des usages domestiques du bois, la consommation des hauts-fourneaux domine. Dans toute la Maurienne, au milieu des années 1820, les usines métallurgiques consomment environ 40 % de la production de bois. L’on ne dispose pas de données de ce type pour la seule partie basse de la vallée, plus boisée, qui concentre les installations industrielles les plus importantes, mais cette proportion ne paraît pas excessive pour la région d’Épierre, d’Argentine et de Randens.

  • 40 Sandrine Paradis-Grenouillet, Étudier les « forêts métallurgiques », Thèse, Limoges, Ph. Allée et M (...)
  • 41 Il est vrai que ce calcul reste théorique car la surface concernée devrait être, en principe, dimin (...)
  • 42 Bernard Juillard, Les Forêts de Maurienne du XVIIIe siècle à nos jours, Mém. de maîtrise, universit (...)

19Toute une série d’éléments convergents laisse penser que l’ampleur de la « déforestation » a été surestimée. Si elle a un côté prédateur, l’industrie permet aussi de valoriser les forêts. Comme de nombreuses autres, celles de Maurienne sont sans doute, au moins en partie, des « forêts métallurgiques »40. Il est donc important de ménager la ressource. Comme on l’a vu avec le cas de Grange, les maîtres de forges savent acheter du combustible hors de leurs propriétés pour économiser leur bois. De son côté, la commune d’Épierre affecte à son haut-fourneau une partie de ses affouages dont l’ensemble est organisé de façon à éviter d’épuiser la ressource. À Argentine dans les années 1820, il se vend annuellement 5 à 10 hectares de bois, et l’on accorde 10 à 12 hectares à l’affouage, ce qui, sur un total de 1 117 ha de bois, représente un cycle théorique de trente ans environ, soit le cycle du taillis41. À Saint-Alban-d’Hurtières, les hêtres se coupent tous les trente ans pour l’affouage. Le travail mené par Bernard Juillard42 sur une série de parcelles distribuées entre les parties basses, moyennes et hautes de la commune d’Argentine montre que le recul de la forêt a été estimé au double de la réalité étudiée.

  • 43 Jérôme Buridant, Le Premier choc énergétique : la crise forestière dans le nord du bassin parisien, (...)
  • 44 Comptes rendus des séances du conseil général de Savoie, 1860-1861.
  • 45 Emmanuel Garnier, Terre de conquêtes. La forêt vosgienne sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2004, (...)
  • 46 Goffredo Casalis, Dizionario geografico, storico, statistico, commerciale, vol. 6, Turin, 1840, p.  (...)
  • 47 FG 515, Correspondance Bonfan, 2 novembre 1869.

20Si le recul de la forêt a été exagéré, c’est sans doute à la fois en raison de la vieille peur de la « famine de bois43 », de la dénonciation sous la Restauration sarde de la Révolution française et de ses effets, et de l’attitude de la nouvelle administration française qui s’installe en Savoie après l’annexion de 1860 et qui a intérêt à présenter l’administration sarde comme incompétente et archaïque44. Or dans les États sardes comme en France, il existait une législation de protection des forêts. Pour Joseph Despine, qui a réalisé une étude de terrain, ce ne sont pas les activités sidérominières de basse Maurienne qui menacent la forêt, mais les pâturages abusifs et la montée des prix du charbon de bois vendu hors de la région. De plus, certains historiens de l’environnement forestier considèrent que la présence et l’absence de certains animaux peuvent jouer le rôle de « bio-indicateurs45 » susceptibles d’aider à évaluer l’importance des forêts. Vers 1840, Goffredo Casalis mentionne dans son dictionnaire géographique des États sardes l’abondance des faisans, des lapins, des lièvres, des renards, des blaireaux, des chamois et des marmottes, et il signale la présence des ours que l’on peut apercevoir dans la montagne bien boisée d’Épierre46. Une génération plus tard, le contremaître de Grange aperçoit trois ours, dont un jeune47. S’il est vrai que cela ne semble pas très fréquent, on sait par la même source que les paysans de Saint-Georges ont l’habitude de poser des pièges à loups. Exploitée mais bien vivante, la forêt est à l’image de la société locale. De même que celle-ci est pluriactive, la forêt remplit de multiples fonctions à la fois domestiques, industrielles et nourricières – comme la place du châtaignier le prouve.

La longue reconversion de la forêt

  • 48 Jean-François Belhoste, Une Histoire des forges d’Allevard des origines à 1885, Thèse, EHESS, 1982, (...)
  • 49 J. Chambon, Le Canton […], p. 93.

21L’arrivée de Schneider en 1875 se traduit par la mise en place de gros aménagements qui signent un nouveau rapport à l’espace et à l’environnement. La sidérurgie au bois disparaît et le minerai, extrait en grandes quantités, est évacué vers la gare à destination du Creusot par des trucks à câbles circulant sur des plans inclinés. Comme à Allevard48, de l’autre côté des crêtes, où Schneider s’installe de la même manière, la question de la reconversion des espaces forestiers est posée. Si, sur le long terme, le taillis est condamné pour laisser place à la futaie, certains débouchés permettent de ménager une transition. Grange vend des fagots pour l’allumage des feux à des particuliers ou au PLM et du bois pour le chauffage, pour le treillage ou pour faire des piquets. Les expéditions sont facilitées par la présence de la voie ferrée, ce qui permet d’étendre le marché vers le sud dans le Grésivaudan et vers le nord jusqu’à Genève. Dès 1877, les papeteries, qui connaissent un développement impressionnant en Savoie et surtout en Isère, commencent à passer des commandes. En 1869, Charles, frère cadet d’Humbert, établit une scierie à Randens qui tend à se spécialiser dans les bois de noyer et de cerisier qu’elle expédie à Paris, Lyon et Toulouse, notamment pour les fabricants de chaises49. La scierie de Randens devient l’une des plus importantes scieries spécialisées de Savoie.

Conclusion

  • 50 Alain Dewerpe, L’Industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du nord (1800 (...)

22Pour inégale qu’elle soit et malgré un essor démographique impressionnant, la société rurale de basse Maurienne a trouvé dans la première moitié du XIXe siècle un certain équilibre dans son rapport aux ressources naturelles caractérisé par de faibles aménagements et de faibles investissements ; sans doute l’ampleur de la « déforestation » a-t-elle été exagérée. Cette situation s’explique par l’organisation sociale. La famille Grange domine la société locale avec laquelle elle s’en tient à une « convention proto-industrielle50 » non écrite. Selon ce contrat tacite, les activités minières et métallurgiques, bien que très mal rémunérées, permettent de maintenir tant bien que mal jusqu’au milieu du siècle de la « révolution industrielle » un environnement et des cadres sociaux connus de tous, tout en laissant aux plus modestes l’espoir d’accéder à la petite propriété. Mineurs, charbonniers et bûcherons ou maîtres de forges partagent en effet un idéal terrien selon lequel la propriété foncière assure la place de la famille au bourg et au village. Le nouveau système créé par Schneider met fin à cette organisation et à cet équilibre en s’extrayant de la société locale. Il repose sur d’importants aménagements mais il ne dure pas : la fin de la sidérurgie signe dans le même temps celle d’un environnement forestier dominé par le taillis et enrichi par le châtaignier, l’arbre aux multiples usages symbole d’une société locale profondément marquée par la pluriactivité.

Haut de page

Notes

1 Le minerai de fer spathique permet de fabriquer des aciers de haute qualité grâce à sa forte teneur en carbonate de manganèse.

2 Sur l’histoire de l’acier, voir Bertrand Gille, La Sidérurgie française au XIXe siècle, Genève, Droz, 1968, et Philippe Mioche et Denis Woronoff (dir.), L’Acier en France, produits et marchés, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Dijon, CHEFF, PUD, 2006.

3 Sur la question de la forêt et de l’industrie métallurgique, voir D. Woronoff (dir.), Forges et forêts. Recherches sur la consommation proto-industrielle de bois, Paris, EHESS, 1990.

4 Le fonds Grange [désormais « FG »] est déposé au Musée de Grand-Filon à Saint-Georges-d’Hurtières (Savoie).

5 Ces rapports ainsi que de nombreux autres types de documents sont rassemblés dans le fonds Despine (A. D. de Haute-Savoie). L’ingénieur Joseph Despine, directeur des mines de l’État sarde, s’est beaucoup intéressé à la question forestière.

6 Jean-François Belhoste, « Conséquences de l’essor sidérurgique sur les usages forestiers et les pratiques forestières », Études rurales, no 125-126, janv.-juin 1992, p. 81-98.

7 Louis Crabières, « L’exploitation du minerai de fer des Hurtières en Savoie au XVIIe siècle » dans Marie-Christine Bailly-Maître et alii, Le Fer dans les Alpes du Moyen-Âge au XIXsiècle, Montagnac, M. Mergoil, 2001, p. 59-69.

8 H. Tavernier, « Le vallon des Vuavres. Ancienne fabrique de Faulx », Revue savoisienne, no 2, 28 février 1878, p. 18-19. Taninges se trouve dans la vallée du Giffre, dans la Haute-Savoie actuelle.

9 Grégoire Hudry-Menos, « La Savoie depuis l’Annexion. Forces productives du sol et richesses minérales du sous-sol. Les mines des Hurtières », Revue des deux mondes, 1862, t. 42, 15 novembre 1862, p. 366-420.

10 Lettres d’Ottavio Thaon di Revel à Cavour, 18 août 1854, dans C. Pischedda et M. L. Sarnicelli (dir.), Camillo Cavour. Epistolario, Florence, Olschki, 1973-2004, t. 11.

11 Ce droit est régulièrement cité dans les nombreux procès relatifs aux droits d’exploitation des mines, notamment par M. Berthod, Mémoire sur la propriété des mines de Saint-Georges-d’Hurtières et autres localités voisines, Paris, Divry, 1865.

12 Le grillage permet d’augmenter la qualité du minerai et de diminuer son poids.

13 Horace-Bénédict de Saussure, « Mines de Saint-Georges », Voyage dans les Alpes, t. 3, Neuchâtel, Louis Fauche-Borel, 1796, p. 29-32.

14 L. Crabières, « L’exploitation du minerai de fer […] ».

15 Pierre Judet, « La “Savoie industrielle”. Des territoires industriels en mouvements » dans Denis Varaschin, Hubert Bonin et Yves Bouvier (dir.), Histoire économique et sociale de la Savoie de 1860 à nos jours, Genève, Droz, 2014, p. 245-297.

16 Randens se trouve à proximité d’Aiguebelle, à deux kilomètres au nord d’Argentine et à cinq d’Épierre.

17 D. Woronoff, L’Industrie sidérurgique en France pendant la révolution et l’Empire, Paris, EHESS, 1984.

18 Jean Chambon, Le Canton d’Aiguebelle (Savoie). Son évolution sociale, économique et démographique, thèse, Grenoble, 1947, p. 60.

19 FG 379, Retranscription des procès-verbaux de la direction de la société Villat.

20 Véronique Protat, « La production du fer à Saint-Georges-d’Hurtières (Savoie) du XVIe au XIXe siècle » dans M.-C. Bailly-Maître et alii, Le Fer […], p. 71-75.

21 Lettres d’Ottavio Thaon di Revel à Cavour des 18 et 29 août 1854 et réponse de Cavour du 23 août 1854, dans C. Pischedda et M. L. Sarnicelli (dir.), Camillo Cavour […], t. XI.

22 FG 634, Lettre de Lavaudan à Grange, 10 décembre 1839.

23 Cet écart est dû au classement de certaines parcelles « en bois, terres stériles et rochers ».

24 A. D. de Savoie, 2 O Montgilbert, Adjudication des coupes de bois communaux, 12 octobre 1865.

25 J. Chambon, Le Canton d’Aiguebelle […], p. 71-72.

26 FG 634, Correspondance de Grange avec le Grenoblois Lavaudan, son principal client (1811-1873).

27 FG 88, Livre des « Annotations », 1858-1864.

28 FG 233, Livre des « Entrées et sorties du maïs » ; FG 88, Livre des « Annotations » ; FG 162, « Petit livre de compte porteurs et traîneurs de charbon », 1837-1839.

29 Emma Petrod, Les Charbonniers à façon en porte de Maurienne, Mémoire de L3, P. Judet (dir.), université de Grenoble 2, 2008, 71 p.

30 FG 399, Conventions pour transport de charbon et de mine.

31 Ce fonctionnement n’est pas exceptionnel dans les Alpes : voir Laurence Fontaine, Le Voyage et la mémoire. Colporteurs de l’Oisans au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1984 et Pierre Judet, Horlogeries et horlogers du Faucigny (1849-1934), Grenoble, PUG, 2004.

32 Le canton correspond au mandement de l’époque sarde.

33 FG 488 et Base de données historiques de l’Assemblée nationale : Dictionnaire des députés.

34 A. D. de Savoie, Mutations par décès, François Grange, Randens, 3 Q210, Aiguebelle no 1.

35 Dominique Levet, La Propriété foncière dans le canton d’Aiguebelle en 1810, TER, université de Chambéry, 1974.

36 Les listes de recensement de Maurienne ont en grande partie disparu.

37 Paul Mougin, Les Torrents de la Savoie. Savoie et Haute-Savoie. Inondations et catastrophes, Grenoble, 1914, rééd. Montmélian, La Fontaine de Siloé, 2001, p. 138-158.

38 A. D. de Haute-Savoie, 11 J 929, Joseph Despine, « Maurienne », Rapport sur les forêts, 1828, p. 99-158.

39 D. Levet, La Propriété foncière […].

40 Sandrine Paradis-Grenouillet, Étudier les « forêts métallurgiques », Thèse, Limoges, Ph. Allée et M.-C. Bal-Serin (dir.), 2012.

41 Il est vrai que ce calcul reste théorique car la surface concernée devrait être, en principe, diminuée des surfaces communales plantées en résineux, chiffre que nous ignorons.

42 Bernard Juillard, Les Forêts de Maurienne du XVIIIe siècle à nos jours, Mém. de maîtrise, université de Chambéry, 1980.

43 Jérôme Buridant, Le Premier choc énergétique : la crise forestière dans le nord du bassin parisien, début XVIIIe-début XIXe siècle, Mémoire HDR, université de Paris IV, 2008.

44 Comptes rendus des séances du conseil général de Savoie, 1860-1861.

45 Emmanuel Garnier, Terre de conquêtes. La forêt vosgienne sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2004, p. 540.

46 Goffredo Casalis, Dizionario geografico, storico, statistico, commerciale, vol. 6, Turin, 1840, p. 370-75.

47 FG 515, Correspondance Bonfan, 2 novembre 1869.

48 Jean-François Belhoste, Une Histoire des forges d’Allevard des origines à 1885, Thèse, EHESS, 1982, p. 219-261.

49 J. Chambon, Le Canton […], p. 93.

50 Alain Dewerpe, L’Industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du nord (1800-1880), Rome, École française de Rome, 1985, p. 466.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La nébuleuse métallurgique alpine au milieu du XIXe siècle
Légende Pierre Judet et Fabrice Delrieux, 2015.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Carte 2 : La main d’œuvre du maître de forges de Randens
Légende Pierre Judet et Fabrice Delrieux, 2015.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/2977/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Judet, « Industrie, société et environnement. Mines, hauts-fourneaux et forêts de basse Maurienne au XIXe siècle », Siècles [En ligne], 42 | 2015, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://siecles.revues.org/2977

Haut de page

Auteur

Pierre Judet

Maître de conférences HDR en histoire contemporaine
LARHRA, Université Grenoble Alpes, UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org