Navigation – Plan du site

La question des agglomérations secondaires de l’âge du fer au Moyen Âge : les Lémovices et leur territoire

Small Towns from the Iron Age to the Middle Ages: Lemovices and their Territory
Stéphanie Guédon et Blaise Pichon

Résumé

Présentation des n° 33-34 de Siècles. Revue du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », qui réunit les travaux produits lors des journées d’études qui se sont tenues à Limoges les 19 et 20 avril 2012 sur les agglomérations secondaires lémovices.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans le même cadre, une seconde session de ces journées d’étude se tiendra en janvier 2013, à l’uni (...)

1Les articles de ce numéro de la revue Siècles sont issus des journées d’études communes aux universités de Limoges et Clermont-Ferrand qui se sont tenues les 19 et 20 avril 2012 à l’université de Limoges, sur la thématique des agglomérations secondaires1. Le choix de la longue durée retenu pour ce cycle d’étude sur les Lémovices et leur territoire, de l’âge du fer au Moyen Âge, permet non seulement de croiser les études sur les acteurs, les lieux, les méthodes et les outils de la recherche, qu’elle soit archéologique ou historique, mais également de donner un aperçu des dynamiques de l’occupation du territoire lémovice puis limousin, en lien avec les enjeux spécifiques des différentes périodes envisagées.

  • 2 Cf. Philippe Leveau, « Agglomérations secondaires et territoires en Gaule Narbonnaise », Revue Arch (...)

2Les questions liées au concept d’agglomération secondaire se posent avec d’autant plus d’acuité que l’étendue du territoire des Lémovices en fait l’un des plus importants peuples de la Gaule au moment de la conquête romaine. Les différentes communications présentées au cours de ces journées constituent autant de témoignages sur la diversité des situations auxquelles les définitions théoriques du concept moderne d’agglomération secondaire doivent être confrontées sur le terrain. Toute étude de ce concept ne peut se concevoir qu’en lien avec le territoire de la cité à laquelle appartient l’agglomération : c’est ce lien qui permet de qualifier une agglomération de secondaire, parce qu’elle est placée sous la juridiction d’une autre2. Cette dépendance ne doit toutefois pas conduire à négliger l’importance et la diversité des fonctions remplies par les différentes catégories d’agglomérations secondaires identifiées par l’archéologie, dans l’organisation du territoire auquel elles appartiennent. Bien plus, les agglomérations secondaires ne sauraient être définies uniquement à travers les relations institutionnelles qu’elles entretenaient avec le chef-lieu de la cité. C’est ici que les études des sources historiques et de l’occupation du sol se complètent utilement pour dépasser les limites théoriques auxquelles la définition moderne du concept d’agglomération secondaire a longtemps cantonné ce type d’habitat.

  • 3 Michel Mangin et Francis Tassaux, « Les agglomérations secondaires de l’Aquitaine romaine », dans V (...)

3L’effort de typologie des agglomérations secondaires, proposée en 1991 par Michel Mangin et Francis Tassaux dans le cadre de leur étude sur l’Aquitaine romaine3, a offert une base de réflexion solide. Celle-ci a été enrichie depuis par les nouvelles découvertes archéologiques, qui justifient le réexamen du dossier des agglomérations secondaires en territoire lémovice et posent la question de la création éventuelle de nouvelles catégories d’agglomérations secondaires, en lien avec la requalification de certains sites, parfois abandonnés, parfois réoccupés. L’effort conjoint de l’établissement d’une typologie doit nécessairement être lié à une réflexion sur la mise en réseau des différentes catégories d’habitat ainsi reconnues, afin de mieux comprendre les systèmes d’organisation et les dynamiques de l’espace rural, et plus largement de l’espace territorial, tel qu’il se dessine par ailleurs à travers les sources écrites. Les informations fournies par celles-ci s’avèrent particulièrement précieuses pour comprendre les divers visages revêtus par les catégories d’agglomérations secondaires, et conduisent, en termes de méthodologie, à ne pas limiter celle-ci à une étude différentielle du degré d’urbanité ou de monumentalité.

4Les différentes études de cas présentées dans ce numéro confirment s’il en était besoin la relation dialectique nécessaire entre l’archéologie et l’histoire, pour approcher sous un regard particulier et mieux comprendre le long passé lémovice. C’est dans ce sens que la diversité des approches méthodologiques mises en œuvre dans les textes qui suivent ouvre la réflexion, pose certains jalons de réponse, et contribue finalement, à travers la multiplicité des visages revêtus par les agglomérations secondaires, en terme de fonction et de taille, à mieux comprendre l’évolution de l’agglomération principale sur la longue durée.

5La première étape de la réflexion a été la ré-interrogation des sources relatives aux Lémovices et à leur territoire. La collecte critique des sources littéraires éclairant l’organisation du territoire lémovice à la fin du second âge du fer et durant l’Antiquité (R. Bedon), le programme d’édition des inscriptions antiques de la cité des Lémovices (J.-P. Bost et alii) et une réflexion sur l’articulation entre agglomérations protohistoriques et antiques et réseau routier (J.-M. Desbordes) permettent de définir avec pertinence le cadre dans lequel s’insèrent ces agglomérations.

6Des approches globales des agglomérations ont constitué un deuxième angle d’attaque, pour des thématiques où les recherches sont suffisamment avancées pour fournir des résultats significatifs : la question des « lieux centraux » du Limousin médiéval (J.-L. Fray) et celle des divinités vénérées dans les agglomérations secondaires antiques (H. Mavéraud-Tardiveau).

7Enfin, des études de cas spécifiques ont concerné des agglomérations ayant bénéficié de recherches archéologiques récentes : Saint-Gence ; Blond, La Souterraine, Ladapeyre et Saint-Goussaud ; Chassenon ; Malemort-sur-Corrèze. Le cas de Saint-Gence éclaire la question des agglomérations à la fin du second âge du fer (G. Lintz). F. Baret montre l’intérêt – et les limites – de l’apport des méthodes d’archéologie non destructive à l’étude des agglomérations lémovices. L’équipe pluridisciplinaire chargée du programme de recherche sur l’agglomération de Chassenon présente la richesse des problématiques abordées lors de l’étude de cette agglomération majeure de la cité des Lémovices. Quant à A. Hanry-Besombes, son étude du site récemment mis au jour de Malemort-sur-Corrèze rappelle s’il en était besoin la difficulté de caractériser certains sites, dont l’ampleur évoque les agglomérations secondaires antiques, mais dont l’organisation montre qu’il s’agit en fait d’établissements ruraux.

Haut de page

Notes

1 Dans le même cadre, une seconde session de ces journées d’étude se tiendra en janvier 2013, à l’université de Clermont-Ferrand, autour d’une réflexion sur les élites.

2 Cf. Philippe Leveau, « Agglomérations secondaires et territoires en Gaule Narbonnaise », Revue Archéologique de Narbonnaise, 26, 1993, p. 277-299.

3 Michel Mangin et Francis Tassaux, « Les agglomérations secondaires de l’Aquitaine romaine », dans Villes et agglomérations urbaines antiques du Sud-Ouest de la Gaule. Histoire et archéologie. Deuxième colloque Aquitania : Bordeaux, 13-15 septembre 1990. Sixième supplément à Aquitania, Bordeaux, 1992, p. 461-493.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Guédon et Blaise Pichon, « La question des agglomérations secondaires de l’âge du fer au Moyen Âge : les Lémovices et leur territoire », Siècles [En ligne], 33-34 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/307

Haut de page

Auteurs

Stéphanie Guédon

Maître de conférences en histoire ancienne
Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie (CRIHAM), Université de Limoges

Articles du même auteur

Blaise Pichon

Maître de conférences en histoire et archéologie romaine
Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org