Navigation – Plan du site

Marges et "Marches" médiévales

Bruno Phalip

Entrées d’index

Mots-clés :

frontière, marges, marches

Index géographique :

France, Auvergne, Limousin, Massif central

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gabriel Fournier, dans A.-G. Manry, Histoire de l’Auvergne, Toulouse, 1974, p. 115 : Pays de transi (...)
  • 2 M. Rouche, Des Wisigoths aux arabes, l’Aquitaine, Paris, 1979. P. Charbonnier, Histoire de l’Auverg (...)

1En 1997, le numéro 5 de la revue Siècles réunissait plusieurs chercheurs, médiévistes et modernistes, souhaitant discuter de la question des frontières. Convenant des difficultés à utiliser un vocabulaire assez peu adapté aux réalités médiévales, il fut élargi en admettant la réalité des confins, termes, ou encore des limites. Afin de prolonger ces questionnements, il a semblé utile de revenir sur ces terminologies, en envisageant aussi le cas des marges et des marches, convenant mieux à la définition d’espaces médiévaux voisins. Des marches sont connues dès la période carolingienne – saxonne, sorabe, pannonienne, d’Espagne, de Bretagne – sur tout le pourtour de l’empire. Cependant, bordant le Massif Central, lors des campagnes d’Aquitaine, Pépin le Bref crée aussi la marche d’Argenton en 766, pour surveiller le Poitou, l’Auvergne et le Limousin. Plus tard, le comté de la Marche lui succède, en faisant éclater les anciennes limites des cités gauloises. Cependant, ces marquisats ne peuvent être eux-mêmes réduits à leurs aspects militaires. Plus largement, ils signalent des zones de rencontres possibles, des lieux d’osmose et d’interpénétration des cultures. L’historien de l’art et l’historien y trouvent ainsi matière à reconsidérer la place de l’Auvergne, marche de l’Aquitaine et des pays d’Empire, ou encore en marge des pays méridionaux et septentrionaux. De fait, l’ancien diocèse de Clermont voisine la Marche limousine, le comté du Bourbonnais, le Forez, le Velay, ou encore le Carladez, jouant un rôle de trait d’union avec d’autres espaces limitrophes, plus vastes. Clarifiant la situation entre les VIIIème et XIIIème siècles, Marie Saudan reprend le dossier des limites de l’Auvergne, en justifiant pleinement l’emploi de la cartographie historique. Deux cartes illustres donc son travail. Politiquement lié au sort de l’Aquitaine, l’ancien diocèse de Clermont est confronté aux pays d’Empire. Il se signale également par des fractures internes témoignant à la fois d’axes de pénétration, de multiples influences, et du caractère fluctuant de la plupart des limites habituellement prises en compte. Pour notre part, les données artistiques disponibles, dans cet ancien diocèse de Clermont, sont fermement replacées dans les différents cadres historiques du haut Moyen Âge. Ce nouvel ancrage prétend ainsi échapper au cadre d’une historiographie régionaliste ne permettant pas d’expliquer la plupart des phénomènes constatés dans l’architecture et la sculpture romanes. De fait, si la méridionalité est généralement reconnue à l’Auvergne par différents auteurs1, son intégration à l’Aquitaine paraît moins soulignée2. Ce sont ces articulations qui ont retenu notre attention de manière à mieux replacer le diocèse de Clermont entre Grand Midi et pays septentrionaux, entre Aquitaine et Pays d’Empire. Pascale Chevalier travaille également à préciser la définition de certaines zones de l’empire carolingien, telles que l’Istrie, sur l’Adriatique. Cette “marche”, très éloignée de l’Auvergne, répond néanmoins aux différentes questions posées : celle du rôle joué par ces espaces intermédiaires dans la diffusion des architectures et du décor pour les sanctuaires, ou celle des cadres liturgiques adoptés (espaces et mobiliers). Cet éloignement géographique se révèle toutefois relatif, tant la recherche suivante insiste justement sur l’existence de byzantinismes artistiques en Auvergne et Velay. Anne Courtillé questionne donc les documentations artistiques, sous la forme des ensembles peints dont disposent encore l’Auvergne et le Velay, entre le XIIème et le XIVème siècle. Dans ces deux diocèses, des italianismes succèdent aux byzantinismes, ce qui a pour effet de renforcer une méridionalité accusée (particulièrement en Velay et Brivadois). En revanche, cette relation doit être tempérée, grâce à l’introduction du gothique français qui vient lier l’Auvergne aux zones septentrionales. Relations ponctuelles ou affirmées, difficiles à saisir du fait des lacunes documentaires, les différents “ferments” – italiens, byzantins, français – sont révélés grâce à l’étude d’une quinzaine d’ensembles peints. Clermont et Le Puy apparaissent alors en marge d’ensembles influents servant en permanence de référence. Jean-Luc Fray considère la question sous l’angle d’une révision. Si le rapport nord-sud existe effectivement (axe limagnais du Val d’Allier), les sources disponibles permettent une analyse plus contrastée. Parallèlement aux réalités de la politique royale, les comtes de Champagne-Blois et le duché capétien de Bourgogne constituent des directions relationnelles à envisager. Plus encore, par l’intermédiaire du Dauphiné, ce sont les relations entre les marges orientales du royaume de France (XIème-XIIIème) et les “Terres d’Empire” qu’il s’agit de reprendre. Aucun “enclavement” n’est donc perceptible au Moyen Âge pour ce diocèse qui entretient des relations suivies avec le Midi, le sillon rhodanien, les Bourgogne, jusqu’au nord de l’Europe. Josiane Teyssot insiste sur la fracture provoquée par la guerre de Cent Ans en Auvergne. La perception de la “frontière” occidentale du diocèse en sort bouleversée. D’abord ducale, l’Auvergne devient royale au début du XIIIème siècle. Puis, ce sont les périls du XIVème siècle (Brétigny-Calais en 1360) qui coupent la région de l’Aquitaine anglaise. L’expression le pays d’Auvergne supplante alors celles de diocèse de Clermont, ou encore de duché d’Auvergne. Cette prise de conscience s’accompagne également de références insistantes à la France. Dès lors, la fidélité au roi a bien remplacé celle, plus ancienne, nouée avec le duché d’Aquitaine. En définitive, il convient de souligner l’importance des perméabilités dans le cadre des différentes délimitations religieuses ou seigneuriales. Bien plus que sur l’étanchéité des frontières, les auteurs insistent au contraire réellement sur leur rôle dans les échanges. Les documentations exploitées par les historiens, historiens de l’art ou archéologues, se complètent pour confirmer les relations multiples entre les espaces. Y compris dans les longues périodes de conflits, l’affaiblissement des liens avec le Limousin suppose une nouvelle ouverture sur les pays “français”. Le terme de mouvance prend alors ici tout son sens afin de caractériser ces marges et ses marches.

Haut de page

Notes

1 Gabriel Fournier, dans A.-G. Manry, Histoire de l’Auvergne, Toulouse, 1974, p. 115 : Pays de transition entre Nord et Midi. Elisabeth Magnou-Nortier, dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen, Paris, 1980, Les mauvaises coutumes en Auvergne…, p. 135-172. Christian Lauranson-Rosaz dans M. Zimmermann, Les Sociétés méridionales autour de l’an mil, Paris, 1992, p. 13-54 ; même auteur, L’Auvergne et ses marges, Le Puy, 1987 ; Le Midi de la Gaule en l’an mil, Hortus Artium Medievalium, p. 123- 133.

2 M. Rouche, Des Wisigoths aux arabes, l’Aquitaine, Paris, 1979. P. Charbonnier, Histoire de l’Auvergne, Clermont, 1999, p. 140-141, Les comtes d’Auvergne, ducs d’Aquitaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Phalip, « Marges et "Marches" médiévales », Siècles [En ligne], 15 | 2002, mis en ligne le 22 février 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://siecles.revues.org/3125

Haut de page

Auteur

Bruno Phalip

Maître de conférences en histoire de l’art
Centre d’Histoire "Espaces et Cultures" (CHEC) EA 1001, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org