Navigation – Plan du site

Cadre normatif et réalité des sites cisterciens : la notion de salubrité dans les abbayes du Midi de la France

Valérie Stauner

Entrées d’index

Index géographique :

France, Midi

Index chronologique :

Moyen Âge, XIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Il peut paraître insolite, dans un recueil consacré à l’assainissement et à la salubrité publique dans les villes de l’Europe méridionale, principalement à l’époque moderne, de présenter un article non sur les villes mais sur les abbayes cisterciennes de la France du Sud, article dont le cadre chronologique est de plus centré sur le XIIème siècle. Pourtant, par la densité de population qu’induit la vie en communauté au Moyen Âge, une abbaye s’apparente au tissu urbain avec, en plus, un souci prononcé d’organiser méthodiquement l’espace conventuel en lien avec l’aspect spirituel du lieu. En outre, il me semble important de rappeler que la plupart des abbayes cisterciennes ont globalement subsisté dans leur état médiéval jusqu’au XVIIIème siècle et ont alors vécu une reconstruction partielle ou complète. Les prescriptions concernant la salubrité et l’assainissement en vigueur lors de la fondation des abbayes au XIIème siècle ont ainsi perduré jusqu’à la période moderne et les reconstructions ont généralement réutilisé les réseaux d’adduction d’eau et d’assainissement existants, avec certains aménagements, toutefois, selon les abbayes. La recherche de l’assainissement et de la salubrité est prise en compte dans cette organisation de l’espace monastique : les réseaux d’adduction y sont pensés dès la construction, voire même dès avant l’installation des moines puisqu’une attention particulière est portée à la recherche d’un site adéquat.

  • 1 Jean-Marie Canivez, Statuta Capitulorum Generalium Ordinis Cisterciensis, Louvain, 1933-36 (abrégé (...)

2La Règle de saint Benoît, texte normatif de base de la grande famille bénédictine, définit le cadre de vie idéal des moines cénobites auxquels appartiennent les Cisterciens. Les Statuts des Chapitres généraux de l’Ordre de Cîteaux1 sont une source importante de renseignements sur l’aspect théorique de la notion de salubrité au XIIème siècle telle qu’elle est perçue par les Cisterciens, mais ils fournissent peu d’éléments en ce qui concerne les structures d’adduction d’eau et d’assainissement réclamées par l’installation d’une communauté religieuse. L’étude sur le terrain et les travaux menés par les archéologues permettent de confronter les prescriptions théoriques plus ou moins appliquées et les réalisations concrètes jusqu’au milieu du XVIIIème siècle.

  • 2 Marcel Aubert, L’architecture cistercienne, Paris, 1947.
  • 3 Charles Higounet, « Le premier siècle de l’économie cistercienne », Villes, Sociétés et Économies m (...)
  • 4 Anselme Dimier, « Encore les emplacements malsains », Mélanges Dimier, 1.1, vol. 2, Pupillin, 1975, (...)
  • 5 Léon Pressouyre, Paul Benoît, dir., L’hydraulique monastique : milieux, réseaux, usages, Grâne, « R (...)
  • 6 Georges Vigarello, Le propre et le sale, Paris, 1985 ; Histoire des pratiques de santé, Paris, 1993
  • 7 Terryl Kinder, L’Europe cistercienne, Saint-Léger-Vauban, 1997.
  • 8 Paul Benoît, « Vers une chronologie de l’hydraulique monastique » in Léon Pressouyre, Paul Benoît, (...)

3L’étude du cadre de vie des Cisterciens a inspiré beaucoup d’études : parmi d’autres, Marcel Aubert2, Charles Higounet3 et le père Anselme Dimier4 ont apporté des contributions très remarquées à ce thème de recherche dans leurs travaux sur l’économie, l’architecture ou les sites cisterciens. Les Rencontres de Royaumont de 19925 se sont aussi penchées sur ces questions en privilégiant les abbayes de la France du Nord, de l’Allemagne ou de l’Angleterre, qu’elles soient bénédictines ou cisterciennes mais en laissant de côté la France du Sud, à l’exception de la communication de Bernadette Barrière sur Obazine et Le Coyroux. D’autres études, plus éloignées du cadre strictement cistercien, permettent d’apporter un éclairage sur les conceptions médiévales en matière de salubrité et de santé : Georges Vigarello6, par exemple, a bien montré l’influence de la médecine galénique dans les récits hagiographiques. Terryl Kinder7 et Paul Benoît8, archéologues, ont apporté par leurs recherches sur l’environnement des indications précieuses sur les sites cisterciens ou sur des structures aujourd’hui enfouies ou disparues mettant en lumière l’existence d’un double réseau d’adduction d’eau.

4Est-il possible d’affirmer que le schéma « eau de source / eau de rivière » est présent dans toutes les abbayes du Midi comme il semble l’être dans les abbayes de la France du Nord ? S’agit-il d’une préoccupation tout à fait novatrice propre à un ordre religieux ou de l’application raisonnée d’un savoir empirique ? Existe-t-il enfin un « modèle » de système hydraulique propre aux Cisterciens de la France du Sud et par extension un « modèle méridional » d’abbayes cisterciennes ?

5Réfléchir sur la notion d’hygiène en général et de salubrité dans les abbayes cisterciennes du Midi de la France impose de se pencher à la fois sur les textes normatifs de l’Ordre et sur les infrastructures présentes au cœur des abbayes pour établir une typologie des abbayes cisterciennes en fonction de leurs systèmes hydrauliques.

Le choix du site : l’eau sauvage

  • 9 Statuta, 1134-I.
  • 10 Statuta, 1134-V.

6La Règle de saint Benoît, écrite au Vème siècle, est presque muette sur les installations hydrauliques des monastères. Elle évoque principalement les différents lieux de la vie quotidienne en communauté et l’unique moulin nécessaire à l’alimentation du groupe de religieux. Les Statuts de l’Ordre de Cîteaux n’offrent pas non plus de précisions réelles sur le type de site à privilégier pour implanter une abbaye cistercienne : l’éloignement des hommes (tout à fait relatif en réalité) est privilégié9 et les moines sont autorisés à posséder rivières, sources ou étangs pour leur propre usage10 sans que soient précisées leur localisation (dans l’enceinte conventuelle ou non) et leur utilisation éventuelle.

  • 11 Paul Benoît, « L’espace industriel cistercien. À la lumière des exemples bourguignons et champenois (...)

7Le choix du site de toute abbaye cistercienne doit tenir compte des possibilités de ravitaillement en eau car « avant même de bâtir un monastère [...], les Cisterciens ont dit aménager les sites de leur implantation pérenne. Leur premier souci fut l’eau »11. Dans tous les cas, il s’agit d’assurer la vie quotidienne (et pas seulement la survie) d’un groupe humain d’une dizaine à plusieurs dizaines de personnes composé de catégories (moines et convers mais aussi serviteurs laïcs et hôtes) qui vivent dans des espaces distincts. Les activités agricoles, artisanales ou industrielles des moines nécessitent aussi de faire appel aux ressources hydrauliques du site.

  • 12 Charles Higounet, « Le premier siècle de l’économie cistercienne », Villes, Sociétés et Économies m (...)
  • 13 Marcel Pacaut, Les moines blancs. Histoire de l’Ordre de Citeaux, Paris, 1993, p. 252.

8Les changements de site assez fréquents des abbayes cisterciennes dénotent le plus souvent la pauvreté et l’incommodité de l’emplacement initial et la recherche empirique de meilleures conditions de vie12. Une typologie des changements de site montre les qualités que les Cisterciens recherchent au XIIème siècle pour implanter leurs abbayes. Le site « idéal » apparaît tantôt comme le fond d’un vallon plat, entouré de bois, avec une rivière active, tantôt comme le bord d’un ruisseau en lisière de forêt, mais globalement comme un terrain plutôt plat où l’eau courante est présente13.

9La réalité est souvent moins idyllique. Bien des abbayes de la France du Sud sont installées dans des vallons sauvages (Bonnecombe, Fontfroide) ou très encaissés (Cadouin, Sénanque). D’autres encore sont implantées en plaine (Belleperche) ou sur un promontoire rocheux dominant un marais (Silvacane), voire au pied d’un éperon rocheux (Flaran). Certaines enfin sont fondées dans un site tellement affreux qu’on le juge bon « seulement pour les voleurs à cause de l’épaisseur des fourrés et des chênes » (Loc-Dieu).

10Les abbayes déplacées en raison de l’inadéquation du site l’ont parfois été de plusieurs kilomètres (le site initial de Belleperche était à dix kilomètres du site actuel) ou le plus souvent de quelques centaines de mètres pour bénéficier d’une alimentation en eau plus abondante (Obazine, L’Escaladieu). Ce déplacement est parfois rendu obligatoire par la croissance de la communauté nécessitant de nouvelles ressources hydrauliques ou par l’obtention à titre gracieux ou onéreux de droits d’eau ou d’une portion de rivière en pleine propriété, ce qui facilite les activités des moines.

11Apprivoiser l’eau est l’une des préoccupations principales des moines. La topographie du lieu joue un rôle important pour la construction et l’orientation des bâtiments. L’église est toujours le point le plus haut et les extrémités des ailes des bâtiments des moines et des convers sont au plus près de l’eau. La largeur de la vallée, l’orientation et le débit de la rivière sont des critères importants : une crue soudaine et rapide peut être désastreuse, comme l’abbaye de Mazan (Vivarais) en lit plusieurs fois l’expérience. L’importance accordée au site est tellement fondamentale que la tradition attribue d’ailleurs à saint Bernard lui-même le choix réel ou supposé du site de plusieurs abbayes cisterciennes (Sénanque ou La Bénisson-Dieu par exemple), associant ainsi dans une union quasi mystique le diffuseur de l’ordre cistercien et « l’eau, source de vie ».

  • 14 Statuta, 1262-LXVII.
  • 15 Statuta, 1262-LXVII.

12L’alimentation en eau n’est pas la seule donnée importante pour l’implantation d’un établissement religieux. Les conceptions médiévales en matière de santé, héritées de l’Antiquité, notamment d’Hippocrate et de Galien, accordent beaucoup d’attention à l’air et à sa qualité. La médecine galénique affirme que l’air stagnant des vallées encaissées et l’air vicié des vapeurs et des brumes méphitiques qu’exhalent les rivières et les marais rendent ces lieux insalubres et qu’il faut s’en écarter. L’abbaye de Franquevaux, par exemple, est contrainte de changer d’emplacement en 1262 en raison de l’air trop malsain14. Les descriptions détaillées de sites cisterciens font parfois penser à Galien et à sa liste de risques pour la santé15.

13Beaucoup d’auteurs du début du XXème siècle ont été trompés par ces références à la médecine galénique. Elles ne traduisent ni la mentalité ni la pratique des Cisterciens au XIIème siècle : elles sont plutôt destinées à mettre en valeur le travail d’aménagement réalisé par ceux-ci en noircissant volontairement le tableau et en reprenant les topoi classiques de l’hagiographie. Les moines blancs ne recherchent pas volontairement les sites malsains et ils ne s’y installent pas lorsque l’endroit est vraiment insalubre et impossible à améliorer mais ils acceptent volontiers les terres humides qui peuvent être aménagées et amendées.

Les infrastructures : l’eau apprivoisée

14Dans l’aménagement du site d’implantation, les moines blancs sont particulièrement attentifs aux notions d’assainissement et de salubrité. Leurs premières préoccupations sont l’alimentation en eau de l’abbaye et l’évacuation des déchets produits par la communauté monastique.

  • 16 Charles James Bond, « Les systèmes hydrauliques dans la Grande-Bretagne médiévale », in Léon Presso (...)

15Les besoins en eau sont de plusieurs ordres : ils peuvent être domestiques, liturgiques ou industriels. Des critères comme la pureté, l’énergie motrice procurée, le volume ou la sécurité sont des éléments variables selon les utilisations souhaitées16 et l’eau fournie n’a donc pas la même origine, pour ne pas dire la même source !

  • 17 Une des sanctions les plus fréquentes est la privation de vin et l’obligation de ne boire que de l’ (...)
  • 18 Georges Vigarello, Le propre et le sale, op. cit., p. 55-56.
  • 19 Règle, chap. LV.
  • 20 Règle, chap. LV : « il suffit à un moine d’avoir deux tuniques et deux coules pour en changer la nu (...)
  • 21 Statuta, 1157-X.

16Les besoins domestiques sont liés à la vie en communauté : boisson17, cuisine, nettoyage, lessive, ablutions, soin des malades, latrines. Les critères d’hygiène et de propreté sont anciens et liés à ce qui se voit, à l’apparence : mains propres et visage lisse ne sont pas une obligation sanitaire mais morale18. La Règle de saint Benoît n’évoque pas la toilette des moines mais « les linges avec lesquels les frères essuient leurs mains et leurs pieds »19. Se laver les mains avant de se rendre au réfectoire est certes un usage rendu nécessaire par le travail manuel auquel sont astreints les moines mais cet usage est plus encore un comportement quotidien et réglé, une purification rituelle. Si le lavage des corps n’est jamais évoqué, sinon au détour d’une phrase sur les biens de la communauté, en l’occurrence le linge, le lavage des vêtements, bien que prévu par la Règle20, est seulement suggéré par les interdictions qui touchent les lavandières. Celles-ci sont les seules femmes tolérées dans l’enceinte de l’abbaye mais elles devront être « vieilles, laides et voilées pour ne pas attirer les convoitises des moines »21... Rien n’est indiqué sur le rythme des lessives ou sur le lieu prévu pour cet usage (lavoir, bassin...). En général, les règlements des communautés religieuses insistent davantage sur la propreté des espaces et des objets communs que sur celle des personnes. Ils s’intéressent plutôt à la pureté morale ou spirituelle des religieux qu’à leur propreté corporelle ou vestimentaire.

  • 22 Je remercie Jean-Michel Garric, conservateur du patrimoine, pour les renseignements qu’il a bien vo (...)
  • 23 Terryl Kinder, op. cit., p. 84-85.

17Comme l’eau à usage domestique, l’eau nécessaire à la liturgie (eau bénite, mandatum hebdomadaire) est fournie par le lavabo du cloître, renouvelant ainsi la symbolique de l’eau jaillissante, eau pure et purificatrice par excellence. Il demeure néanmoins difficile de connaître aujourd’hui les systèmes hydrauliques médiévaux des abbayes cisterciennes car les réseaux d’adduction d’eau de source ont souvent été laissés à l’abandon à l’époque moderne, en raison du faible nombre de religieux présents, pour privilégier l’usage de puits, moins onéreux, au détriment de l’eau de source. Des fouilles « sauvages » comme à l’abbaye de Belleperche ont parfois détruit ou endommagé les témoins de ces réseaux et modifie les structures du sous-sol22. Il subsiste toutefois certains aménagements qui sont actuellement étudiés par les archéologues23. Des conduites amènent l’eau depuis des captages parfois éloignés de plusieurs centaines de mètres (800 mètres à Pontigny, seulement 30 au Coyroux) jusqu’au lavabo du cloître. À Fontfroide, une citerne de 19 mètres sur 5,5 recueille l’eau de pluie tombée sur les 1300 mètres carrés de toiture et sert de réservoir à la Fons frígida qui sourd dans cette cavité naturelle.

  • 24 Sylvie Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon du IXème au XVème siècle, Paris, 1995, p. 154.

18Les rivières sont modifiées, élargies, canalisées afin de répondre aux besoins industriels en eau pour les moulins, essentiellement destinés à moudre des céréales, et les forges. Des roues horizontales permettent d’utiliser la force variable des cours d’eau du Midi de la France24 plutôt que les roues verticales préférées dans la France du Nord où l’eau est plus abondante.

19Deux systèmes de distribution d’eau coexistent ainsi dans les abbayes cisterciennes : un système externe répartit l’eau de la rivière ou de la dérivation sur laquelle est bâtie l’abbaye, eau dont la force motrice est destinée aux moulins, aux forges et à l’évacuation des déchets ; un second système interne distribue l’eau pure issue de captages vers les lieux de consommation à partir du lavabo central, puis les eaux usées sont évacuées avec les eaux pluviales vers un collecteur général ou le cours d’eau sur lequel est bâtie l’abbaye.

Essai de typologie : un ou plusieurs modèles ?

20Il est actuellement très difficile de comparer les différentes abbayes cisterciennes car chaque monographie insiste sur des points particuliers, variables d’une étude à l’autre. Pour étudier globalement les réseaux hydrauliques des abbayes cisterciennes de la France du Sud, il fallait trouver un outil qui permette d’établir des modèles tout en étant suffisamment souple pour ne pas conduire à s’égarer dans les détails.

  • 25 Article cité.

21Le logiciel Powerpoint a donc été utilisé pour établir les schémas des systèmes hydrauliques des différentes abbayes en partant du schéma théorique établi par Charles James Bond pour les abbayes britanniques25. Le système hydraulique externe est représenté en gris tandis que le système interne d’adduction d’eau est en noir. Les tiretés montrent les canalisations hypothétiques. Les aménagements portés ne sont pas exhaustifs : ce sont ceux que les études utilisées désignent dans leurs descriptions. D’autres peuvent éventuellement s’y greffer. L’orientation du cours d’eau a été prise en compte.

Schéma théorique du système hydraulique dans les abbayes cisterciennes

Schéma théorique du système hydraulique dans les abbayes cisterciennes

22Ces schémas réalisés à partir des renseignements fournis par les différentes monographies des abbayes cisterciennes ont permis de dégager trois modèles de système hydraulique et leur répartition géographique :

23– les abbayes installées directement sur un cours d’eau (Le Coyroux, Cadouin, Fontfroide, Sénanque par exemple) : c’est le cas le plus fréquent dans le Midi en raison de la faiblesse des cours d’eau mais surtout de leur irrégularité. Le monastère du Coyroux est alimenté par une source captée à une trentaine de mètres sur l’autre rive du Coyroux. Elle alimente le lavabo du cloître puis un vivier situé à proximité de la cuisine. Des collecteurs situés dans la terrasse artificielle évacuent les eaux pluviales vers le ruisseau. Les latrines sont situées dans un bâtiment séparé construit au-dessus du ruisseau. À Cadouin, deux sources captées alimentent l’abbaye et les bâtiments sont tous construits sur le ruisseau nommé le Bélingou qui est utilisé pour évacuer les déchets de l’abbaye. Les « résurgences » qui apparaissent dans le mur de soutènement du XIIIème siècle de l’abbaye de Belleperche, située sur la Garonne, laissent penser que plusieurs sources alimentaient l’abbaye. Les bâtiments médiévaux, dont certaines structures subsistent dans les murs des bâtiments reconstruits au XVIIIème siècle, disposaient de latrines situées au-dessus du cours de la Garonne. On retrouve le même schéma à Grandselve et à Mazan.

Schémas du système hydraulique de Belleperche

Schémas du système hydraulique de Belleperche

24les abbayes installées sur une dérivation (Obazine, Pontigny, etc.). Comme le monastère du Coyroux, l’abbaye d’Obazine dispose d’une source captée qui alimente le lavabo du cloître puis les différents points d’eau du couvent. L’originalité d’Obazine réside dans le canal des moines, grande dérivation de plusieurs kilomètres bâtie par les moines au XIIème siècle dans un site impressionnant depuis le ruisseau du Coyroux jusqu’à la Corrèze. En arrivant dans l’enclos monastique, ce canal dessert les latrines des moines et des convers, la cuisine, puis alimente un vivier avant de faire tourner trois moulins et de se jeter dans la Corrèze. Parfois, un simple collecteur maçonné alimenté par une source captée permet d’évacuer les eaux pluviales et les eaux usées de l’abbaye vers le cours d’eau le plus proche : c’est le cas à La Garde-Dieu et à Mègemont, peut-être aussi à Noirlac dont les bâtiments médiévaux n’ont pas été conservés mais dont le site pourrait correspondre à une telle implantation. Dans ce cas, aucune installation (moulin ou vivier) ne semble être présente à l’intérieur de l’enceinte monastique.

Schéma du système hydraulique de l’abbaye d’Obazine

Schéma du système hydraulique de l’abbaye d’Obazine
  • 26 François Blary, Le domaine de Chaalis, XIIème-XIVème siècle, Paris, 1989.
  • 27 Valérie Stauner, « Le patrimoine foncier de l’abbaye cistercienne de Fontmorigny, aperçu sur une re (...)
  • 28 Armelle Querrien, « Un exemple cistercien de mise en valeur du sol : les domaines de l’abbaye Notre (...)
  • 29 Michel Desmarcheliers, Le cartulaire de l’abbaye de Chalivoy (ordre de Cîteaux). Essai de reconstit (...)

25– les abbayes utilisant un système d’étangs (Maubuisson, Fontmorigny, Chaalis, etc.) : c’est plutôt un modèle septentrional. Les terres lourdes et humides du bassin parisien nécessitent généralement d’être drainées avant d’être mises en valeur. Les Cisterciens créent sur de petits affluents ou des dérivations issues de rivières importantes des groupes de trois ou quatre étangs successifs destinés à alimenter le circuit externe de l’abbaye. À Maubuisson, quatre étangs successifs alimentent l’abbaye : l’étang de la Vacherie, l’étang de Liesse, l’étang de Saint-Prix et le Grand-Étang de Maubuisson. À Chaalis26, trois étangs successifs alimentés par une dérivation de la Launette desservent l’abbaye. En Berry (Fontmorigny27, Le Landais28, Chalivoy29 parmi d’autres exemples), à la limite sud du bassin parisien, un seul étang, bâti sur le ruisseau qui traverse l’enceinte monastique, dessert chaque abbaye cistercienne. On trouve également ce modèle dans certaines abbayes cisterciennes de la France du Nord : à Royaumont, par exemple, l’abbaye est desservie par trois canaux dérivés de la Thêve et de l’Ysieux dont deux s’enfoncent sous les bâtiments pour alimenter le lavabo des moines et le dernier longe l’abbaye au sud pour atteindre le bâtiment des latrines.

Schéma du système hydraulique de l’abbaye de Maubuisson

Schéma du système hydraulique de l’abbaye de Maubuisson

26Les schémas permettent aussi de prolonger la réflexion et de poser de nouvelles questions concernant les sites d’implantation et les aménagements réalisés.

27Il semble qu’une certaine prééminence soit accordée à la situation sur la rive gauche des cours d’eau. Les installations de rive droite sont plus rares sans que l’on puisse, dans l’état actuel des recherches, apporter une explication satisfaisante. Ni l’orientation des cours d’eau, ni la situation topographique ne justifient a priori cette prééminence de la rive gauche.

28La faiblesse en équipements hydrauliques des abbayes de moniales cisterciennes s’explique sans doute par l’absence d’installations de meunerie ou de forges à l’intérieur de ces monastères. Elle dénote une certaine fragilité de l’installation des moniales et des conditions de vie parfois difficiles, ainsi que le révèlent des sources médiévales ou modernes, ce qui a pu entraîner des transferts vers les villes ou des lieux plus accueillants. C’est le cas pour Mègemont dont les moniales s’installent à La Bénisson-Dieu au XVIIème siècle, de Beauvoir dans le Berry dont les moniales s’installent à Bourges, etc. C’est encore une piste à suivre pour comprendre l’implantation d’une abbaye cistercienne et son éventuel déplacement à l’époque bas-médiévale ou moderne.

29Enfin, bien qu’aucun élément ne permette encore d’apporter de réponse, il faut se demander comment les Cisterciens réagissaient au problème des odeurs, longtemps considérées comme synonymes de maladies, provoquées par l’insuffisance des cours d’eau. Les rivières de la France du Midi, irrégulières, parvenaient-elles à évacuer tous les déchets produits par les abbayes construites sur leurs rives ? La mise en place d’un collecteur maçonné était-elle alors un facteur de salubrité et de baisse de la morbidité en éloignant les déchets des bâtiments conventuels et en les dissimulant ? Il faudrait désormais pouvoir disposer de données archéologiques beaucoup plus précises pour tenter de mieux comprendre le lien entre les efforts d’assainissement et le degré de salubrité atteint dans les abbayes cisterciennes des périodes médiévale et moderne.

Conclusion

  • 30 Paul Benoît, article cité, p. 482.

30Comme d’autres avant eux, les Cisterciens se sont adaptés aux ressources hydrauliques dont ils disposaient et ont organisé la construction de leurs abbayes en conséquence. L’eau de source est toujours privilégiée au Moyen Âge pour la boisson et les usages domestiques ou liturgiques tandis que l’eau de rivière, considérée comme moins pure, a pour vocation de faire tourner les moulins et d’évacuer les déchets car « l’organisation monastique, les moyens financiers et politiques dont disposaient les maisons cisterciennes, l’ouverture de l’ordre aux problèmes techniques ont été des facteurs essentiels de la transformation du milieu »30. L’étude des différents schémas de systèmes hydrauliques montre qu’il existe bien un modèle méridional d’abbaye cistercienne. Dans la France du Midi, les rivières ayant un débit faible ou irrégulier, les abbayes sont généralement installées directement sur un cours d’eau tout en utilisant des solutions techniques pour faire face aux crues violentes. Les Cisterciens du Midi sont ainsi obligés d’accepter des risques plus importants pour bénéficier de la quantité d’eau nécessaire à leurs activités. La faiblesse du débit des sources entraîne parfois la création de citernes pour recueillir l’eau de pluie.

31Il conviendrait d’élargir cette étude par l’analyse des systèmes d’adduction et d’assainissement des bastides méridionales, qu’elles soient d’origine cistercienne ou non, qui sont contemporaines ou légèrement postérieures à la plupart des fondations d’abbayes cisterciennes : créées de toutes pièces, elles représentent un premier essai d’organisation méthodique de l’espace urbain dans le Midi. Une telle étude montrerait peut-être que la question de la salubrité et de l’assainissement se pose pour une bastide dans les mêmes termes que pour une abbaye et pour les mêmes raisons : un site à choisir, une concentration d’hommes importante, un parcellaire organisé. Les mêmes réponses ont-elles été apportées ?

32Deux exemples de bastides, choisis au hasard parmi d’autres, tendraient à montrer que la démarche est similaire : Montferrand, bastide auvergnate fondée par les comtes d’Auvergne à la fin du XIIe siècle et Villecomtal, dans le Rouergue, créée au début du XIIIème siècle. Peut-on y voir un signe des relations étroites entre les laïcs et le monde monastique, avec des échanges de compétences dans un sens ou dans l’autre ? Tant de moines sont des cadets de familles...

Haut de page

Notes

1 Jean-Marie Canivez, Statuta Capitulorum Generalium Ordinis Cisterciensis, Louvain, 1933-36 (abrégé dans la suite en Statuta).

2 Marcel Aubert, L’architecture cistercienne, Paris, 1947.

3 Charles Higounet, « Le premier siècle de l’économie cistercienne », Villes, Sociétés et Économies médiévales, Bordeaux, 1992, p. 455-474 ; La grange de Vaulerent, Paris, 1965.

4 Anselme Dimier, « Encore les emplacements malsains », Mélanges Dimier, 1.1, vol. 2, Pupillin, 1975, p. 546 sqq.

5 Léon Pressouyre, Paul Benoît, dir., L’hydraulique monastique : milieux, réseaux, usages, Grâne, « Rencontres à Royaumont », 1996.

6 Georges Vigarello, Le propre et le sale, Paris, 1985 ; Histoire des pratiques de santé, Paris, 1993.

7 Terryl Kinder, L’Europe cistercienne, Saint-Léger-Vauban, 1997.

8 Paul Benoît, « Vers une chronologie de l’hydraulique monastique » in Léon Pressouyre, Paul Benoît, dir., op. cit., 1996, p. 475-485.

9 Statuta, 1134-I.

10 Statuta, 1134-V.

11 Paul Benoît, « L’espace industriel cistercien. À la lumière des exemples bourguignons et champenois», L’espace cistercien, Paris, 1994, p. 378-390.

12 Charles Higounet, « Le premier siècle de l’économie cistercienne », Villes, Sociétés et Économies médiévales, Bordeaux, 1992, p. 455-474.

13 Marcel Pacaut, Les moines blancs. Histoire de l’Ordre de Citeaux, Paris, 1993, p. 252.

14.  15. Terryl Kinder, op. cit., p. 80-81.

14 Statuta, 1262-LXVII.

15 Statuta, 1262-LXVII.

16 Charles James Bond, « Les systèmes hydrauliques dans la Grande-Bretagne médiévale », in Léon Pressouyre, Paul Benoît, dir., op. cit., 1996, p. 457-473.

17 Une des sanctions les plus fréquentes est la privation de vin et l’obligation de ne boire que de l’eau (Statuta, 1189-4 ; 1190-81 ; 1192-59 ; 1192-60 ; 1193-10).

18 Georges Vigarello, Le propre et le sale, op. cit., p. 55-56.

19 Règle, chap. LV.

20 Règle, chap. LV : « il suffit à un moine d’avoir deux tuniques et deux coules pour en changer la nuit et pour les faire laver ».

21 Statuta, 1157-X.

22 Je remercie Jean-Michel Garric, conservateur du patrimoine, pour les renseignements qu’il a bien voulu me communiquer aimablement.

23 Terryl Kinder, op. cit., p. 84-85.

24 Sylvie Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon du IXème au XVème siècle, Paris, 1995, p. 154.

25 Article cité.

26 François Blary, Le domaine de Chaalis, XIIème-XIVème siècle, Paris, 1989.

27 Valérie Stauner, « Le patrimoine foncier de l’abbaye cistercienne de Fontmorigny, aperçu sur une recherche en cours », Actes du colloque L’Ordre cistercien en Berry, Bourges, mai 1998, CAHB no 136, 1998, p. 199-210.

28 Armelle Querrien, « Un exemple cistercien de mise en valeur du sol : les domaines de l’abbaye Notre-Dame du Landais aux XIIème et XIIIème siècles », Actes du colloque L’Ordre cistercien en Berry, Bourges, mai 1998, CAHB n o 136, 1998, p. 179-196.

29 Michel Desmarcheliers, Le cartulaire de l’abbaye de Chalivoy (ordre de Cîteaux). Essai de reconstitution analytique et chronologique, Chârost, 1993.

30 Paul Benoît, article cité, p. 482.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma théorique du système hydraulique dans les abbayes cisterciennes
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/3181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Schémas du système hydraulique de Belleperche
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/3181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Schéma du système hydraulique de l’abbaye d’Obazine
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/3181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Schéma du système hydraulique de l’abbaye de Maubuisson
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/3181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Stauner, « Cadre normatif et réalité des sites cisterciens : la notion de salubrité dans les abbayes du Midi de la France », Siècles [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 07 juin 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://siecles.revues.org/3181

Haut de page

Auteur

Valérie Stauner

Doctorante, Université Blaise-Pascal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org