Navigation – Plan du site

Magistrature de santé, médecins et politiques sanitaires à Naples au XVIIIe siècle : de la lutte contre les épidémies aux mesures d’hygiène publique

Brigitte Marin

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Naples

Index chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Salvatore De Renzi, Storia della medicina in Italia, Naples, 1845-1848.
  • 2 Cf. Antonio Borrelli, « Medicina e società a Napoli nel secondo Settecento », Archivio storico per (...)

1Pour Salvatore De Renzi, inspecteur sanitaire et professeur de médecine à Naples, dans la première moitié du XIXème siècle, les médecins contribuèrent au siècle précédent, par leur investissement au sein des administrations, à introduire de « nombreux règlements de police sanitaire, et diverses dispositions tutrices de l’hygiène publique »1. Cette remarque invite, pour étudier la notion de « salubrité publique », dans sa genèse et son évolution historique, à se situer au croisement de deux domaines de l’historiographie dont il faut bien convenir qu’ils restent ordinairement relativement peu perméables. D’un côté, l’étude des pratiques institutionnalisées d’assainissement, ou encore des politiques sanitaires, c’est-à-dire de l’ensemble des moyens mis en œuvre par les autorités, qu’elles soient centrales ou locales, pour lutter contre les maladies et tout ce qui peut nuire à la santé. De l’autre, celle des configurations sociales, professionnelles et intellectuelles des groupes de médecins, qui produisent les légitimations « scientifiques » des pratiques de régulation sanitaire et hygiénique. Sans oublier que l’affirmation de la notion de « salubrité publique », au sein des administrations comme au sein de l’opinion publique, a constitué, en retour, à travers l’expertise notamment, un puissant élément de reconnaissance des milieux médicaux, de leur position, de leur action et de leur utilité sociales. Le cas de Naples illustre assez clairement la conjonction entre la croissance des préoccupations relatives à la santé publique et la constitution d’un milieu de médecins, souvent proches de la Cour, associant réussite dans les institutions de la profession et insertion dans les réseaux scientifiques italiens et européens. Cheminent en effet du même pas, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le renforcement des mesures de prévention en matière d’hygiène urbaine, dont témoigne l’activité de la Députation de la Santé, et l’affirmation, à la fois au sein des milieux savants de la capitale et des milieux réformateurs éclairés proches de la monarchie des Bourbons, d’un groupe très consistant de médecins2. Je partirai d’une description des activités de la Députation de la Santé, et chercherai à saisir l’évolution de ses pratiques en rapport avec la conjoncture sanitaire du Royaume et avec la structuration et la professionnalisation des milieux médicaux au cours du XVIIIe siècle.

Administration de la santé et pouvoirs urbains : la « Deputazione della salute »

  • 3 Carlo Maria Cipolla, Contre un ennemi invisible. Epidémies et structures sanitaires en Italie de la (...)

2L’organisation de Magistratures de Santé, dans les États italiens, est une conséquence de la pandémie de peste de 1347-51 et des épidémies suivantes. Ainsi, à Venise, dès mars 1348, le Grand Conseil prend la décision d’élire trois sages du Grand Conseil pour prendre toute décision touchant à la conservation de la santé3. À Florence, on désigne également, lors de la peste du XIVe siècle, des officiers chargés de prendre des mesures sanitaires. Dans un premier temps, il s’agit de commissions temporaires, dont la durée est limitée à la crise épidémique. Cependant, assez rapidement, des magistratures permanentes sont mises en place. Celle de Venise est assurément la plus précoce : par un décret du 7 janvier 1486, on institue trois provéditeurs à la Santé, élus au Sénat. Ces trois officiers sont aidés par les presidenti di sestiere qui, dans les quartiers, notent les maladies qui surviennent. La qualité des denrées alimentaires est en outre contrôlée par trois inspecteurs. Les villes de la République de Venise sont dotées de magistratures locales qui dépendent de celle de la capitale. Les autres villes d’Italie suivent le mouvement, avec l’institution de magistratures permanentes, comme en 1527, par exemple, à Florence. À Milan, au début du XVe siècle, les mesures sanitaires émanent du Duc, puis est créé un commissaire permanent pour les questions de santé, dépendant directement du prince. Progressivement, la Magistrature de Santé se développe sous la forme d’une structure collégiale ; elle est précisément réglementée par les Statuta Sanitatis de 1534.

  • 4 Carlo Maria Cipolla, op. cit., p. 23.

3Ces institutions ont été mieux étudiées pour l’Italie du Nord. Les offices, créés lorsque les épidémies de peste se déclaraient, devinrent progressivement des institutions permanentes dans un but évident de prévention et de rapidité d’intervention dès les premiers signes de la contagion. Elles formèrent, à l’échelle de l’État régional, un réseau articulé, avec des bureaux établis dans les capitales dont dépendaient des offices permanents dans les villes les plus importantes, ou temporaires dans les localités plus modestes. Se constitua ainsi un réseau italien, grâce à une intense correspondance permettant une bonne information sur les progressions des épidémies4. Ces Magistratures promulguent des lois, des édits, des décrets pour préserver la santé publique et disposent d’une juridiction permettant de poursuivre et de punir les contrevenants.

  • 5 Les seggi, appelés également piazze ou sedili, sont au nombre de cinq : Capuan, Nido, Montagna, Por (...)
  • 6 Chaque piazza, y compris celle du Popolo, nommait six députés à la Santé. L’approbation de quatre p (...)
  • 7 Archivio di Stato de Naples (dorénavant ASN), Supremo Magistrato di Salute, registre des délibérati (...)
  • 8 Document cité.

4Contrairement à la Magistrature de Santé de Florence, placée sous la tutelle du Grand Duc qui devait approuver tout décret émanant de cette institution, le Bureau de Santé de Naples est une émanation du Corps de Ville. En effet, l’administration de la ville (police, construction, appro­visionnements, etc.) appartenait aux sept Élus du Tribunal de San Lorenzo : un Élu du Peuple et six Élus issus de la noblesse patricienne, inscrite dans les seggi de la capitale5. Ce tribunal formait des « députations», avec ou sans juridiction, pour des branches particulières du gouvernement citadin : celle de la santé ne fut établie de façon permanente qu’à la fin du XVIIe siècle6. En effet, d’après un document du 3 juillet 1754, les Élus se chargèrent d’abord directement des affaires de la « santé générale » (generale salute) : il leur appartenait de « désigner tous les subordonnés nécessaires, dont les médecins, pour une affaire aussi délicate que la Santé Publique »7. Puis, à partir de 1624, à l’occasion de la peste de Païenne, les Élus formèrent pour la première fois une « députation » provisoire pour faire face aux urgences ; ils firent de même lors des attaques épidémiques de 1646 et 1656, ou encore au moment de la peste de Marseille de 1664. Une fois le danger éloigné, l’administration ordinaire de la santé revenait aux Élus. À partir de 1691, année de la peste de Conversano, la municipalité décida « d’établir de façon perpétuelle la Députation de la Santé Générale afin de disposer d’un Corps qui assume en permanence tons les soins d’une affaire si intéressante »8. Le gouvernement central créa à son tour, après la peste de 1656, un officier royal pour contrôler l’activité de la députation et des Élus dans ce domaine. Ce « Surintendant Général de la Santé » était un conseiller, généralement même le Président, du Sacro Regio Consiglio, cour suprême de justice ; il était secondé par un chancelier.

  • 9 Un conflit de même nature était survenu dès 1724, pendant la domination autrichienne, et la controv (...)

5Après la conquête de Charles de Bourbon en 1734, Naples retrouve son indépendance après plus de deux siècles de domination étrangère, espagnole puis autrichienne, et un prince résidant sur place. Au cours du XVIIIe siècle, l’extension de la sphère d’intervention de 1’État central se manifeste directement, dans la capitale, par une vive concurrence entre pouvoirs locaux et pouvoir monarchique pour la gestion de la population et de l’espace urbains. Aussi ne s’étonnera-t-on pas des critiques sévères adressées à la Députation de la Santé par des hommes éclairés qui recommandent l’établissement d’une véritable police sanitaire qui s’attacherait aux métiers, à la surveillance atmosphérique, aux aliments, à l’eau, aux égouts et aux sépultures en prenant appui sur des informations régulières délivrées par les médecins. Il ne faudrait pas en déduire que la députation municipale, réduite à des prescriptions archaïques, ait été indifférente à ces objets de vigilance sanitaire. Ces critiques ont d’évidentes motivations d’ordre politique et soutiennent la prise en main par le prince et les élites de la profession médicale de la politique d’assainissement de la capitale. Ces conflits sont également perceptibles à la lecture des archives de la Députation, dans l’opposition souvent manifeste entre le Surintendant, officier royal, et les Députés, jaloux des prérogatives municipales. Ainsi, en 1754, un différend intervient au sujet de la désignation des médecins de la Députation, lorsque le Surintendant, le marquis Carlo Danza, prétend que cette « élection » relève de sa juridiction9. Une disposition royale du 29 mars 1757 fait obligation à la Députation municipale d’informer le Surintendant de toutes ses décisions. Plus que jamais, au XVIIIe siècle, dans la lutte qui oppose, pour la maîtrise du contrôle social urbain, pouvoir central et pouvoirs locaux, le domaine du contrôle sanitaire et les institutions qui le règlent apparaissent comme un enjeu politique.

  • 10 Carlo Maria Cipolla, op. cit., p. 20.

6Les officiers qui composaient ces administrations chargées de la santé n’avaient aucune connaissance médicale. L’essentiel de leur travail consistait à rédiger des règlements relatifs au contrôle ou à l’isolement des malades, à la surveillance des échanges commerciaux ou à l’établissement de cordons sanitaires et de quarantaines. Ces magistratures entretenaient néanmoins des rapports avec les médecins dont elles sollicitaient les conseils. À Milan et Crémone, par exemple, un ou deux représentants du Collège des Médecins faisaient partie de droit de la Magistrature de Santé. En outre, un ou plusieurs médecins ou chirurgiens étaient employés et rétribués par ce Bureau10. Carlo Maria Cipolla souligne que les rapports entre ces magistratures et les Collèges des médecins étaient souvent bons. Cependant, il existait aussi des conflits et des désaccords, notamment lorsque les savants qui appartenaient à la magistrature abusaient de cette autorité et tentaient de s’affirmer contre le Collège des médecins, en délivrant par exemple des autorisations d’exercer.

  • 11 Francesco Serao (Aversa, 1702 – Naples, 1783) étudie à Naples les mathématiques et la philosophie, (...)
  • 12 Cf. par exemple, en 1768, l’élection de Luca Piccolo comme médecin extraordinaire (ASN, Supremo Mag (...)
  • 13 ASN, fonds cité, 499, 3 août 1776.

7Au cours du XVIIIe siècle, le poids des avis médicaux, au sein de la Députation de la Santé de Naples, ne cesse de croître, et les médecins y acquièrent progressivement une plus grande visibilité. L’Office de Santé comprenait, au XVIIIe siècle, trois (jusqu’en 1740) puis deux charges de médecins ordinaires pour les expertises quotidiennes. Étaient également désignés des « médecins surnuméraires » auxquels on avait recours lorsqu’un des médecins ordinaires était indisposé. C’est ainsi que Francesco Serao, un de plus importants médecins napolitains du siècle11, est appelé à remplacer progressivement le médecin ordinaire Felice Di Cesare, vieillissant et souvent souffrant, à partir de 1743. D’autres médecins de la ville sont régulièrement sollicités, ou mobilisés en cas d’urgence, notamment lors de l’épidémie de 1764. De grands universitaires ou des médecins de la Cour travaillent pour la Députation à partir des années 1770. Une plus grande attention au mérite, à la science et à la réputation intervient dans le choix des médecins ordinaires de la députation. Ainsi, dans un premier temps, l’accroissement des charges des médecins au sein de la Députation, qui multiplie ses interventions dans le domaine de l’hygiène publique après la tragique année 1764, avait conduit à une augmentation des médecins « surnuméraires »12. Mais en 1776, les Députés proposent la suppression des cinq postes de médecins extraordinaires car ces derniers se présentent sur les charges ordinaires à la première vacance et prétendent y avoir droit au nom des services rendus à l’Office de Santé, alors que des médecins plus compétents, extérieurs à la Députation, pourraient être candidats13.

L’épidémie de 1764, un tournant dans l’activité de la Députation de la Santé

8La Députation de la Santé se réunit régulièrement, à peu près tous les dix jours, à San Lorenzo, où se tiennent les assemblées des autorités municipales. Ses interventions en matière de santé publique, du moins jusqu’en 1764, se limitent presque exclusivement à la prévention des épidémies. C’est ce que montre le dépouillement des registres des délibérations. Ainsi, en 1738, la Députation s’occupe de l’épidémie qui frappe le cheptel bovin dans les Pouilles, et établit la surveillance nécessaire pour que les bêtes contaminées n’arrivent pas sur le marché urbain. L’activité quotidienne comprend la surveillance des ports du royaume, le recueil des informations auprès des autres Magistratures de Santé italiennes et du royaume sur les progrès des contagions en Méditerranée orientale, et le contrôle des embarcations provenant de régions suspectes.

9Un premier vent de réforme souffle au milieu du siècle, au moment de la peste de Messine de 1743. L’épidémie suscite une importante réflexion sur le rôle du Bureau de Santé, avec notamment l’essai sur le Governo politico della Sanità de Carlo Antonio Broggia en 1743. L’auteur insiste sur la prévention « lorsque le mal est encore loin », c’est-à-dire ce qu’il appelle « l’ordinaire préservation », et sur le bon ordre à donner aux Magistratures de Santé, sur le modèle de Venise. Il montre qu’un État qui veut étendre son commerce maritime, surtout avec les Turcs, doit avant toute chose établir de bonnes lois par le moyen d’un Magistrato di Sanità, au moment même où Charles de Bourbon cherche à développer le commerce du Levant : un traité de navigation et de commerce est signé avec la Porte ottomane en 1740. Cette proposition de réforme, qui insistait sur la place des compétences médicales dans un Office indépendant des pouvoirs municipaux, reste lettre morte.

10La grave crise de subsistances de 1764 a pour conséquence une épidémie de lièvre qui se déclare en avril et se prolonge jusqu’à l’automne. La contagion frappe en premier lieu le grand nombre de mendiants accourus dans la capitale pour y trouver du pain. Mais dès juin, les gens de bien ne sont plus épargnés et la maladie s’insinue jusque dans les palais des aristocrates. Cette extension sociale de la contagion pousse les autorités citadines à prendre des mesures extraordinaires.

  • 14 Notons que Naples a connu, au XVIIIème siècle, une forte croissance démographique ; sa population e (...)

11La Magistrature de Santé citadine qui, jusqu’alors, ne s’était occupée que de la qualité du grain et des farines vendus dans la capitale, commence à se soucier de l’épidémie. Les médecins, pour la première fois, vont pouvoir faire entendre leur voix avec force, au sujet d’une maladie épidémique qui n’est pas la peste et qui n’est pas venue de l’extérieur du royaume. Ils recommandent de multiplier les hôpitaux et de les excentrer dans la campagne environnante plus aérée. La question de la distribution des équipements hospitaliers fait l’objet de nombreux rapports et demandes de réformes. Les médecins remarquent que les hôpitaux situés au milieu du dense tissu urbain de la capitale sont néfastes pour les patients, qui ne bénéficient pas d’aération suffisante, comme pour la population voisine qui respire les exhalaisons des malades concentrés au sein des quartiers populeux de la ville14. Ces hôpitaux urbains doivent donc être remplacés par des établissements suburbains plus nombreux. Les médecins précisent qu’il faut les situer à la périphérie du territoire urbain, et pas seulement à l’extérieur de l’enceinte, car dans les faubourgs également la population est dense. Ils insistent sur la nécessité d’interdire les sépultures dans les églises, et d’ouvrir des fosses extra-muros. Un nouveau cimetière est projeté, à l’ouest de la ville, près de Bagnoli. On sépare les pauvres – les premiers frappés par la maladie – dans des couvents sur les collines environnantes. On veille à l’aération des lieux publics et des habitations, à la propreté des rues et au bon écoulement des égouts.

12Les médecins cherchèrent, à l’occasion de la crise, à imposer des maximes générales d’hygiène qui reflètent bien la pensée aériste, néo-hippocratique, du milieu médical. Il ne s’agit pas seulement de freiner le mal, mais d’introduire des réglementations d’hygiène publique ordinaires qui demeureraient en vigueur une fois l’alarme passée. C’est un projet général et très cohérent, systématique, d’assainissement de la capitale qui est proposé par les médecins consultés à l’occasion de l’épidémie. C’est alors que se diffusent les préoccupations sociales des médecins : les pauvres sont l’objet d’une attention sanitaire nouvelle, car ils sont perçus comme la cause de la propagation du mal. Les conditions de logement, les modes de vie des « gens de basse condition » sont observés et des mesures d’assistance médicale particulières sont suggérées pour ce groupe social. Une attention nouvelle se développe également pour les métiers urbains, les activités polluantes et les maladies du travail.

13On peut remarquer que les recours des habitants, auprès de la Députation, se font plus nombreux à partir des années 1770. Les plaintes, le plus souvent collectives, émanant des quartiers ou des paroisses, sont relatives à des « puanteurs » de différentes natures : tanneries, fabriques d’amidon, dépôts d’ordures, sépultures des églises, etc. Soulignons que les plaignants accompagnent désormais leurs doléances de certificats de médecins. Aussi conviendrait-il de s’interroger sur la formation de ces médecins, nombreux à exercer dans la capitale, et sur leur rôle auprès des populations qui expriment désormais auprès de la magistrature compétente leur intolérance pour certaines « nuisances » urbaines. La Députation, de plus en plus souvent sollicitée par les habitants eux-mêmes, est ainsi engagée à multiplier ses inspections, ses expertises et ses réglementations.

Le développement de l’hygiène urbaine dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

  • 15 Carlo Maria Cipolla, op. cit., p. 16.

14Les Magistratures de Santé permanentes ont permis un développement réel, et souvent précoce, en Italie, de mesures d’assainissement urbain. En effet, le seul fait que ces institutions soient permanentes implique une activité, même lorsqu’aucun danger de contagion n’est imminent, et donc une attention particulière portée à l’action préventive, à la nécessité d’instaurer de bonnes règles d’hygiène en période d’accalmie. Carlo Maria Cipolla évoque ainsi la Magistrature milanaise qui, dès 1590, tente de réglementer, entre autres choses, le nombre d’occupants par maison et le système d’écoulement des eaux usées15. À Naples, l’épidémie de 1764 a été décisive pour l’introduction, dans les délibérations de la Magistrature de Santé, de soucis véritablement hygiéniques.

15Ainsi, par exemple, de nouvelles mesures sont prises en 1779 pour l’abattage des animaux en ville. Dans les années 1770-1780 est débattue la grande question des sépultures, sensible dès les années 1750-60. Les médecins font alors pression sur le gouvernement pour interdire les enterrements dans la ville : un rapport dans ce sens est rédigé en 1779, une proposition pour édifier trois cimetières à l’extérieur du périmètre urbain suit en 1782, et une résolution royale approuve ces dispositions le 3 octobre 1782.

16En 1764, c’est encore le Corps de Ville qui assume complètement la gestion de la santé urbaine. La Députation prend l’initiative de consulter les médecins de la capitale, et soutient leurs propositions et suggestions auprès du monarque. Le pouvoir central se contente alors de répondre favorablement ou pas aux mesures suggérées. En outre, c’est le gouvernement citadin qui assume l’essentiel des frais destinés à garantir la salubrité de la cité. Cependant, dans les années 1770-80, le monarque s’intéresse plus directement à la santé publique et au contrôle sanitaire.

  • 16 Elvira Chiosi, « “Humanitates” e scienze. La reale accademia napoletana di Ferdinando IV : storia d (...)

17Un programme scientifique médical visant la définition de procédures politico-sanitaires applicables par l’État, tout particulièrement dans la capitale où les risques de contagion et les pollutions sont plus importants, est précisément soutenu dans le cadre de la nouvelle Académie des Sciences fondée en 1778 par Ferdinand IV16 : les médecins sont encouragés à élaborer des programmes de travaux scientifiques touchant en particulier l’état sanitaire de Naples et la pathologie des citadins. Par cette initiative, la monarchie vient relayer l’administration citadine, impuissante à stimuler les recherches médicales d’utilité publique sur la base desquelles prendre les justes mesures d’assainissement. En effet, les Statuts précisent bien les fonctions de cette académie placée sous patronage royal : les recherches ne devront pas servir la seule curiosité, mais devront s’appliquer aux besoins de l’État dans les domaines de la santé, du commerce et des arts et métiers. On retrouve, parmi les médecins pensionnaires de cette nouvelle académie, les grands noms des professeurs de l’Université qui conseillent régulièrement l’Office de Santé, comme Domenico Cotugno, professeur d’anatomie aux Incurables, Francesco Serao, médecin personnel du roi depuis 1778, ou encore Giuseppe Vairo, médecin à la Cour et médecin ordinaire de la Députation de la Santé.

18La capitale est présentée, dans le domaine médical, comme un objet d’investigation prioritaire, puisque Domenico Cotugno propose, pour l’année 1781, l’analyse de l’atmosphère dans les différents sites de la ville, de la nature des eaux potables, des vins, des farines et des aliments en général, avec une enquête sur les fraudes les plus courantes des commerçants et un plan pour remédier à leurs inconvénients. Il propose également une étude sur les maladies déterminées, dans la capitale, par le lieu ou l’environnement. Cette initiative, soutenue par le monarque, entre donc dans le cadre d’un projet de politique urbaine visant à rassembler toutes les informations sur les pathologies de la capitale et sur leurs causes pour mieux dresser le programme des mesures sanitaires destinées à les corriger.

  • 17 Ricerche fisico-mediche sulla costituzione del clima della città di Napoli. Sur Filippo Baldini et (...)

19Ce programme inspire, à n’en pas douter, les travaux d’un médecin académicien, Filippo Baldini, qui publie, avec une dédicace à Ferdinand IV, une topographie médicale de la ville en 178717. L’auteur présente son traité comme un manuel à l’usage du prince, lui indiquant les moyens les plus propres à conserver les Napolitains en bonne santé, la population étant le « nerf principal et constitutif de l’État ». On y retrouve cet intérêt pour les pauvres, les artisans, les citadins qui s’est manifesté lors de l’épidémie de 1764. Le médecin aériste prend ici la ville comme objet prioritaire de vigilance atmosphérique et ordonne ses normes de salubrité autour de tout ce qui peut en corrompre l’air : émanations des abattoirs, des marchés, des ateliers, des magasins – liées à l’économie urbaine – et celles des hôpitaux, des prisons, des égouts, des fosses d’aisance – liées à l’entassement des hommes dans la ville. Sur la base de ses observations et d’un diagnostic, le médecin propose des interventions, et la définition progressive d’une politique de la santé en milieu urbain.

20Ces enquêtes et programmes médicaux nouveaux, soutenus par la monarchie, ne sont pas sans lien avec les recommandations de la Magistrature de Santé. Ce sont les mêmes savants qui, dans le dernier tiers du XVIIIsiècle, collaborent aux projets réformateurs de la monarchie éclairée, affirment leur rôle au sein des hôpitaux, de l’université, et plus généralement des administrations citadines, et favorisent l’introduction de nombreux règlements d’hygiène publique. On ne saurait donc opposer, comme pourrait nous y inviter la littérature du temps, qui dénonce vivement l’incurie des Élus du gouvernement citadin, une Magistrature de Santé inefficace et « archaïque » à des médecins réformateurs, attentifs aux besoins sanitaires des populations et aux devoirs de l’État dans ce domaine. Eu faisant plus de place à la compétence et à l’avis des médecins, l’Office de Santé a pu, au contraire, favoriser l’émergence du citadin sur la scène de l’observation médicale, comme objet d’enquête sanitaire et sujet à conserver au monarque. Avant la réforme universitaire de 1777, avant la fondation de l’Académie royale des sciences, les médecins ont accru leur audience, comme observateurs du monde urbain et comme conseillers en matière de politiques sanitaires, à l’occasion de l’épidémie de 1764. Cette crise fut sans aucun doute un moment fondamental pour la mobilisation des médecins autour des projets d’assainissement de la ville. En témoigne l’abondante littérature médicale qui suit l’épisode épidémique. Consultés par la Députation de la Santé, les médecins de la ville acquirent à cette occasion une autorité nouvelle et cherchèrent, au-delà des mesures d’urgence que réclamait l’épidémie, à imposer définitivement de nouveaux règlements d’hygiène. Le poids de la conjoncture ne doit cependant pas être surévalué ; la question des sépultures urbaines avait déjà acquis une certaine importance, au sein de la Magistrature de Santé, dans les années qui précédèrent l’épidémie de 1764. L’évolution des savoirs et celle des institutions universitaires et scientifiques expliquent aussi l’affirmation sans précédent des médecins dans la société napolitaine à la fin du XVIIIe siècle. Il est vraisemblable que les incertitudes de la science médicale et le sentiment d’impuissance devant la maladie orientèrent bien des médecins, dans la seconde moitié du siècle, vers une médecine préventive dont la topographie médicale se veut l’instrument à l’échelle de la ville. Mais il faut souligner aussi le rôle déterminant des pouvoirs publics et des sociétés savantes. Ainsi, la réflexion des médecins est stimulée par la demande monarchique car l’État central programme de prendre en charge et de gérer la croissance et la santé de la population en se passant de la médiation des Élus de la ville. Une nouvelle formation (réformes universitaires, accès des médecins hospitaliers aux chaires universitaires, enseignement partiellement donné à l’hôpital des Incurables et transfert à l’hôpital de la chaire d’anatomie de Domenico Cotugno en 1779), davantage fondée sur l’observation, préparait les médecins à analyser l’environnement et à porter leur regard sur la société. Les études de médecine devenaient aussi, au cours du siècle, attractives pour des jeunes gens d’origine modeste, en consentant une reconnaissance du mérite plus que de la naissance. On comprend que ces hommes nouveaux, habités par une conception tout à la fois pragmatique, utilitaire et progressiste de la science, se soient rangés dans les bataillons de scientifiques et d’intellectuels au service de la monarchie réformatrice, trouvant auprès de cette dernière une source de rémunération, de gratifica­tion, de reconnaissance, en alliant promotion sociale et adhésion à un idéal scientifique et civique de recherche du bien public.

Haut de page

Notes

1 Salvatore De Renzi, Storia della medicina in Italia, Naples, 1845-1848.

2 Cf. Antonio Borrelli, « Medicina e società a Napoli nel secondo Settecento », Archivio storico per le Province Napoletane, 1994, CXII, p. 128-131, ainsi que Brigitte Marin, « Milieu professionnel et réseaux d’échanges intellectuels : les médecins à Naples dans la seconde moitié du XVIIIème siècle », dans Naples, Rome, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (XVIIème-XVIIIème siècle), ouvrage collectif, École française de Rome, à paraître.

3 Carlo Maria Cipolla, Contre un ennemi invisible. Epidémies et structures sanitaires en Italie de la Renaissance au XVIIème siècle, Paris, Balland, 1992 (édition originale, Bologne, 1985), p. 11-12.

4 Carlo Maria Cipolla, op. cit., p. 23.

5 Les seggi, appelés également piazze ou sedili, sont au nombre de cinq : Capuan, Nido, Montagna, Porto et Portanuova. Le seggio est une institution fondamentale du pouvoir communal puisque l’exercice des charges municipales était strictement réservé aux familles nobles qui y étaient inscrites. Chaque seggio désignait un Élu, à l’exception de celui de Montagna représenté par deux Élus qui ne disposaient toutefois que d’une seule voix. Ces seggi ont connu une fermeture oligarchique au XVIème siècle. Les députés au gouvernement des piazze nobiliaires, cinq pour Nido, six pour les autres, appelés les Cinque e Sei, désignent les Élus nobles du Tribunal de San Lorenzo ainsi que des représentants au sein des différentes « députations » citadines.

6 Chaque piazza, y compris celle du Popolo, nommait six députés à la Santé. L’approbation de quatre piazze au moins était nécessaire pour valider les décisions de la Députation.

7 Archivio di Stato de Naples (dorénavant ASN), Supremo Magistrato di Salute, registre des délibérations 496, supplique des Députés de la Santé du 3 juillet 1754.

8 Document cité.

9 Un conflit de même nature était survenu dès 1724, pendant la domination autrichienne, et la controverse avait été portée devant la magistrature suprême du royaume, le Conseil Collatéral. Ce dernier n’avait pas tranché entre les deux parties, mais avait remis le choix du médecin au vice-roi. Cf. « Nota in cui si dimostra, che il dritto di eleggere il Medico della Pubblica Salute, si spetta all’illustre Deputazione Generale della medesima », manuscrit du 25 septembre 1724, Bibliothèque de la Società Napoletana di Storia Patria, S. D. IV. 12, 29. À l’issue du conflit de 1754, les députés et le Surintendant doivent proposer, pour toute nomination d’un médecin de la Députation, trois noms au roi à qui revient le choix final.

10 Carlo Maria Cipolla, op. cit., p. 20.

11 Francesco Serao (Aversa, 1702 – Naples, 1783) étudie à Naples les mathématiques et la philosophie, ainsi que la médecine pratique avec Biagio de Pozzo, puis Niccolò Cirillo, médecin à l’hôpital des Incurables, professeur à l’Université et Président de l’Académie des Sciences fondée par Celestino Galiani. En 1732, il obtient, à l’Université de Naples, sa première chaire (anatomie). En 1753, il passe à la première chaire de médecine pratique, la plus prestigieuse, qu’il occupe jusqu’à sa mort. Il est également premier médecin de Ferdinand IV, et protomedico (tutelle de la formation des médecins et contrôle de toutes les formes d’activités médicales du royaume) à partir de 1778. Il est très bien inséré dans le milieu académique napolitain : secrétaire de l’Académie des sciences fondée en 1732 par Celestino Galiani et pensionnaire de l’Académie des Sciences et Belles Lettres, dès ses débuts, en 1780.

12 Cf. par exemple, en 1768, l’élection de Luca Piccolo comme médecin extraordinaire (ASN, Supremo Magistrato di Salute, registre des délibérations 497, 5 février 1768).

13 ASN, fonds cité, 499, 3 août 1776.

14 Notons que Naples a connu, au XVIIIème siècle, une forte croissance démographique ; sa population est alors de 35 0000 habitants environ.

15 Carlo Maria Cipolla, op. cit., p. 16.

16 Elvira Chiosi, « “Humanitates” e scienze. La reale accademia napoletana di Ferdinando IV : storia di un progetto », Studi Storici, avril-juin 1989, p. 435-456.

17 Ricerche fisico-mediche sulla costituzione del clima della città di Napoli. Sur Filippo Baldini et cet ouvrage, voir mon article « La topographie médicale de Naples de Filippo Baldini, médecin hygiéniste au service de la Couronne », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 101, 1989, 2, p. 695-732.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Marin, « Magistrature de santé, médecins et politiques sanitaires à Naples au XVIIIe siècle : de la lutte contre les épidémies aux mesures d’hygiène publique », Siècles [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 14 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://siecles.revues.org/3194

Haut de page

Auteur

Brigitte Marin

École française de Rome

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org