Navigation – Plan du site

Le service de la voirie toulousaine sous l’Ancien Régime

Jean-Luc Laffont

Entrées d’index

Mots-clés :

voirie, hygiène publique

Index géographique :

France, Toulouse
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une vue générale, même si elle tend à noircir quelque peu le tableau, voir Camporesi (P.), Les (...)
  • 2 La situation était peu reluisante, mais sans être pour autant plus déplorable qu’ailleurs, voire mê (...)
  • 3 Boudriot (P.-D.), « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque pré-industrielle. Boues, immondi (...)

1Le tableau qu’on peut brosser de la situation de l’hygiène publique à Toulouse à l’époque moderne ne dépareille guère de celui qui a déjà pu être dressé par les historiens pour maintes autres villes1. Comme toutes les métropoles de son temps, la capitale languedocienne était un espace mortifère, situation imputable en partie aux conditions ambiantes d’hygiène qui paraissent s’être détériorées au XVIIIème siècle du fait de l’augmentation notable de la population2. Toulouse pouvait donc apparaître comme un gigantesque dépotoir à ciel ouvert. Dès lors, face à l’ampleur prise par le problème, « l’ordure a force de défi, un défi permanent et de gravité croissante, qui requiert toute la vigilance des magistrats chargés de la police »3.

  • 4 Delamare (N.), Traité de la police, Paris, 1705-1738, t. IV, avertissement.
  • 5 Mercier (L.-S), L'an 2440, Londres, 1772, p. 154.
  • 6 Archives municipales de Toulouse [A.M.T.], BB 283, fo 338.
  • 7 A.M.T., BB 169, p. 155. 16 avril 1781. Ordonnance portant nouveau règlement sur le nettoyement des (...)

2Ce défi nous situe au cœur du procès hygiéniste instruit par le siècle des Lumières à une ville perçue comme un corps malade de ses miasmes fétides. Pour les contemporains, l’assainissement des cités était un impératif autant qu’un idéal tant il est vrai qu’à leurs yeux une ville ne pouvait être belle que si elle était propre. Ainsi que l’écrivait Anne Leclerc du Brillet, « après les bâtimens, la plus grande beauté d’une ville consiste dans le pavé et le nettoyement des rues »4. Ce faisant, pour Louis-Sébastien Mercier, cette propreté était « le signe le moins équivoque de l’ordre et de l’harmonie publique »5. Les magistrats municipaux toulousains (dénommés capitouls) furent très tôt acquis à ces idées, convaincus qu’ils étaient que la netteté des rues convient a la beauté et a la dignitté de la seconde ville du royaume6. À leurs yeux, par-delà l’embellissement de la ville et son prestige, l’assainissement constituait un véritable enjeu. Ainsi qu’ils se plaisaient à le souligner : « Si la propreté des rues procure aux habitants des villes plus d’agréments et de commodités, elle contribue plus essentiellement encore à la conservation de leur santé, comme étant le premier et le principal moyen de prévenir la corruption de l’air [...] »7.

  • 8 Nous nous permettons de renvoyer à notre doctorat (Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale (...)

3Notre propos visera à étudier la façon dont ils mirent leurs actes en accord avec leurs discours. Ce faisant, nous avons pris le parti de nous focaliser sur un aspect encore peu connu tant de l’histoire de l’hygiène publique que de celle des institutions municipales sous l’Ancien Régime. Il s’avère, en effet, que l’organisation du nettoiement des rues et les personnels chargés de ce service de la voirie n’ont guère retenu l’attention des historiens. Malgré les carences qui affectent les archives du capitoulat, l’étude du cas toulousain permet de saisir des réalités méconnues de l’action prophylactique des pouvoirs publics dans le domaine de la voirie. De la sorte, l’on peut dépasser le stade de l’étude des cadres institutionnels généraux de la municipalité pour toucher son fonctionnement réel. L’indigence de l’historiographie dans ce domaine témoigne de la difficulté de l’entreprise tant il est vrai qu’il faut brasser une masse considérable de documents pour des résultats très aléatoires, sinon décevants, et certainement moins gratifiants pour le chercheur que l’étude générale d’une politique prophylactique. Néanmoins, cet investissement n’est jamais vain car il permet d’interroger la représentativité des sources municipales qui nous sont parvenues. C’est donc un réel enjeu pour toute étude fondée sur l’exploitation de cette documentation8.

L’organisation traditionnelle du nettoyage et de l’entretien de la voie publique

4Afin d’être mieux à même de mettre en évidence les éléments d’évolution qui caractérisent le siècle des Lumières, nous considérerons dans un premier temps les composantes et modalités de l’organisation traditionnelle du service du nettoiement et de l’entretien des voies publiques. Telle qu’elle se présentait à la fin du XVIIème siècle, cette organisation existait déjà depuis des décennies, sinon des siècles. Ainsi l’assainissement de la voirie dépendait-il en premier lieu, et pour l’essentiel, de la population selon une pratique urbaine assez générale remontant à l’époque médiévale. Au capitoulat revenait d’une part le ramassage des ordures et, d’autre part, l’entretien des lieux publics et des infrastructures (en l’occurrence, les égouts).

Les obligations des particuliers

  • 9 Le développement qui suit synthétise les informations tirées de ces ordonnances de police dont l’in (...)

5Tous les particuliers sans exception de même que les institutions laïques ou religieuses ayant pignon sur rue avaient pour obligation impérative de veiller à ce que rien ne puisse entraver de quelque façon que ce soit le passage public devant leur résidence. C’était ce principe premier de liberté de circulation qui dictait les dispositions réglementaires du capitoulat en matière de nettoiement des rues9. Toutes les mesures visaient ainsi à limiter autant que possible la gêne que pouvait causer les dépôts d’ordures ménagères ou d’origine artisanale de toute nature (désignées sous le vocable de « boues »), de matières fécales (on parlait alors d’immondices), ou de décombres en tout genre. Il était donc formellement prohibé de jeter ou d’entreposer dans les rues de façon sauvage ou anarchique ces diverses matières. Sous peine d’amende, tout un chacun était tenu de nettoyer tous les jours les abords de sa résidence. Avant neuf heures du matin, ils devaient avoir été correctement balayés et les détritus poussés jusqu’aux abords des ruisseaux situés au milieu des voies publiques. Pendant l’été, injonction était faite d’arroser ces ordures tant pour éviter la poussière que pour faciliter leur écoulement dans les ruisseaux. Quant aux immondices et aux matériaux encombrants, ils devaient être entassés le long des murs des maisons jusqu’au prochain passage des tombeliers.

6L’entretien des rues ne se limitait pas à ces seules mesures mais embrassait aussi la question du pavage qui concernait tant l’hygiène de la voirie que la liberté de la circulation. Les particuliers devaient veiller à maintenir en bon état le pavé de la rue bordant leur propriété et, le cas échéant, le réparer « à neuf » (selon l’expression des capitouls) à leurs dépens. Dans le cas contraire, après l’établissement d’un procès-verbal en bonne et due forme, les capitouls pouvaient commettre d’office des paveurs afin de remettre en état le pavé aux frais des particuliers concernés. Le travail de ces paveurs et leur rétribution (calculée par canne carrée de pavé outre les matériaux employés) étaient strictement réglementés pour prévenir tout abus de leur part. En outre, ils étaient tenus de ne pas modifier (notamment en le rehaussant) le niveau de la rue.

  • 10 A.M.T., DD 233, 23 novembre 1699. Ordonnance de MM. les maire et capitouls.

7Les habitants du gardiage n’échappaient pas à ce genre de dispositions contraignantes, lesquelles étaient simplement modulées en fonction du caractère rural de cette partie de la juridiction du capitoulat. En l’occurrence, les particuliers ne devaient pas embarrasser les chemins bordant leurs possessions et, surtout, veiller à l’entretien des fossés. Ainsi injonction était-elle faite « aux propriétaires du gardiage qui ont leurs possessions aboutissant aux grands chemins des avenuës de la présente ville, de faire recurer incessament les fossez chacun en droit soi, pour que les eaux puissent facilement s’écouler, et par ce moyen rendre les chemins accessibles dans toutes les saisons de l’année (...) »10. Lorsque tel n’était pas le cas, les capitouls procédaient de la même façon contraignante qu’en ville avec le pavé.

L’affermage du ramassage des ordures aux entrepreneurs des boues

  • 11 Rambaud (P.), « Le nettoyage des rues de l’ancien Poitiers », Bull. Soc. Antiquaires de l’Ouest, 19 (...)
  • 12 Pontet-Fourmigue (J.), Bayonne. Un destin de ville moyenne à l'époque moderne (XVIIème siècle- mili (...)
  • 13 Le système des entreprises adjudicataires ne présentant aucune originalité par rapport à ce qui éta (...)
  • 14 Rambaud (P.), « Le nettoyage des rues de l’ancien Poitiers », Bull. Soc. Antiquaires de l’Ouest, 19 (...)

8Comme dans bien d’autres villes de quelque importance, le service de ramassage des ordures était affermé par le capitoulat à des entrepreneurs privés. On ignore quand cette organisation fut mise en place, mais il est acquis qu’elle fonctionnait en 162511. Toulouse fut ainsi vraisemblablement l’une des premières villes de province à se mettre au diapason de Paris où cet affermage fut instauré en 1601. Ailleurs, il ne fut établi que plus tardivement comme, par exemple, à Bayonne (1685) ou Besançon (1713), etc.12.L’attribution de ce marché public se faisait lors d’une séance de moinsdites, sur le même principe et selon la même procédure que celle utilisée pour les travaux publics13. Le nettoiement des rues faisait ainsi partie des dépenses ordinaires de la ville. Notons ici que, contrairement à ce qui se pratiquait dans d’autres villes comme Poitiers14 par exemple, le capitoulat se refusa toujours à faire peser le poids de cette dépense sur la population en levant une taxe à cet effet, politique qui se vérifie dans d’autres domaines.

9Les baux étaient passés pour une durée de quatre ans. Entre le XVIIème siècle et la fin de l’Ancien Régime les conditions fixées aux adjudicataires par les capitouls n’ont guère varié (on verra cependant comment elles furent codifiées et clarifiées). Chaque entrepreneur devait fournir son propre tombereau (d’où le nom de « tombelier » donné à ces entrepreneurs) dont il était responsable, ce qui signifiait qu’il devait tenir cette charrette en bon état de fonctionnement, entretenir l’attelage à ses dépens, et que, pour des raisons d’hygiène, il ne devait pas utiliser cette charrette pour d’autre usage.

  • 15 Saddy (P.), « Le cycle des immondices », Le Sain et le malsain, revue XVIIIème siècle, 1977, no 9, (...)

10La collecte des ordures devait être quotidienne, quel que soit le temps, et se faire impérativement durant la matinée. Mais, comme les tombeliers ne pouvaient parcourir en une même journée tout l’espace dont ils avaient la charge, leur activité s’organisait selon des tournées. La veille de leur passage, ils avertissaient les habitants des rues où ils devaient se rendre le lendemain « par le son d’une cloche ». Le ramassage des ordures effectué, le tombelier devait charrier (d’où le nom de « charrieur » qu’on leur donnait aussi) son chargement dans des décharges indiquées par les capitouls hors les murs de la ville. Trop connus des contemporains pour qu’ils prennent la peine de les indiquer précisément, les sites de décharges publiques se dérobent à l’investigation de sorte qu’on ignore où ils se situaient et comment ils étaient gérés (si tant est qu’une telle gestion ait jamais existé). On sait seulement qu’ils se trouvaient non loin des murs de la cité de sorte qu’il n’y a aucune comparaison possible avec les « voiries à boues » parisiennes15.

  • 16 A.M.T., AA 25/116.

11L’attribution de ce marché public ne se faisait que pour une portion donnée de l’espace urbain, soit qu’il ne se soit pas trouvé d’entrepreneur à même d’assurer l’enlèvement des boues pour toute la ville, soit que les capitouls aient préféré scinder le marché pour faire travailler un plus grand nombre de personnes. En 1688, la municipalité promulgua un Règlement pour le nettéiement des rues, ruelles, culs-de-sacs et des places publiques de la ville16. Premier document de cette nature connu, il fixait la division de l’espace toulousain en huit « quartiers» et déterminait le parcours que devaient suivre les entrepreneurs des boues pour leurs tournées de ramassage des ordures. Deux faits majeurs se dégagent de l’analyse de ce document.

12Il apparaît tout d’abord que ces quartiers ne concernaient que l’espace urbain intra muros et certains de ses abords immédiats. La seule exception concernait le sixième quartier qui comprenait une partie du faubourg Saint-Étienne. On retrouve donc ici un principe d’organisation spatiale identique à celui qui présida la ventilation des balayeurs publics lors de leur création. En fait, ces deux exemples concordants rendent bien compte de la façon qu’avait le capitoulat de concevoir l’espace de sa juridiction et sa gestion. Ainsi eut-il toujours tendance à négliger le gardiage et à n’accorder qu’une attention épisodique aux faubourgs pour focaliser leur action sur l’espace urbain intra muros. D’autre part, l’on constate que, contrairement à ce que pouvait laisser penser leur nombre, les limites de ces « quartiers » ne se calquaient pas sur celles des capitoulats, ni d’ailleurs, sur celles des paroisses. L’inégale superficie qu’on observe d’un « quartier » à l’autre et l’apparente incohérence de leurs limites semblent résulter d’un savant compromis entre divers paramètres où entraient en ligne de compte la superficie des « quartiers », la densité de l’habitat et de la population qu’ils contenaient, et donc la masse de déchets à collecter. Contrairement aux apparences, les capitouls paraissent donc avoir cherché à établir une division relativement équitable de l’espace urbain au regard du travail affermé.

  • 17 Marcou (N.), Capitoulat et fiscalité à Toulouse sous Louis XIV, ou la vie municipale toulousaine de (...)

13Les entrepreneurs des boues se recrutaient essentiellement parmi les jardiniers et les potiers de terre des faubourgs et gardiage de la ville. Disposant déjà de tombereaux, ils trouvaient dans cet emploi de manœuvre une source de revenus d’appoint non négligeable pour ces gagne-petit, quand ils n’y trouvaient pas un avantage supplémentaire, à l’instar des jardiniers qui avaient ainsi de l’engrais à volonté. Aussi les moinsdiles étaient-elles âprement disputées. Le salaire et les à-côtés n’étaient pas les seules raisons de cet engouement. En effet, il ne peut se comprendre que si l’on tient compte du laxisme généralisé chez ces entrepreneurs des boues qui transformaient ainsi cette tâche ingrate et astreignante en un travail facile et lucratif. Ainsi avaient-ils la fâcheuse tendance à ne pas respecter la régularité de leurs tournées ou à se délester hâtivement et n’importe où de leur chargement. Il semble que la plupart ne redoutaient point les contrôles des agents municipaux qui pouvaient donner lieu à des amendes et ne se souciaient guère des retenues sur leurs gages auxquelles ils s’exposaient s’ils ne respectaient pas les clauses du bail. Par exemple, « en 1690, le sieur Baron, responsable du premier quartier, ne l’a pas tenu propre, il reçoit 50 livres de moins. De même, le sieur Cromaria, du 4ème quartier, se voit privé de 40 livres pour la même raison »17. Cette attitude laisse à penser qu’ils trouvaient leur compte dans l’exploitation qu’ils faisaient des ordures qu’ils collectaient.

Les personnels de la police et du service municipal de la voirie

14Le capitoulat se devait de veiller au bon fonctionnement du système de nettoiement des rues qu’il avait mis en place en s’assurant que les particuliers et les entrepreneurs des boues s’acquittaient bien de leurs obligations respectives. En outre, il lui incombait d’entretenir les espaces publics : ponts, places, quais, ports, portes, remparts et les deux halles publiques servant respectivement aux marchés au blé et au poisson. Ces deux types d’activités répondaient à deux des quatre fonctions traditionnelles des capitouls : la police et les réparations. Chacune de ces fonctions était exercée conjointement par deux des huit capitouls élus annuellement. Cette direction bicéphale de ces deux départements de l’Hôtel de ville nous échappe faute de sources permettant de saisir ses modalités, le rôle respectif des capitouls, la nature exacte et le rythme de leurs activités dans ce cadre. L’on touche ici un problème de fond de portée plus générale qui tient à la difficulté d’appréhender le fonctionnement réel du capitoulat et le quotidien des hommes qui le constituaient. Ce constat se vérifie lorsqu’on se penche sur les personnels municipaux.

15La police de la voirie comptait parmi les compétences juridictionnelles des capitouls qui surent la préserver des tentatives d’empiétement des trésoriers de France. Ce n’est qu’au XVIIIème siècle qu’elle s’individualisa en tant que branche à part entière de la police. À Toulouse, l’origine de cette évolution remonte au début du XVIème siècle avec la création par la municipalité, en 1515, de la fonction de capitaine au fait de la santé.

  • 18 Selon la formule de P. Lunel qui l’appliquait pour la seconde moitié du siècle (Pouvoir municipal e (...)

16Initialement, il était chargé « de faire observer les mesures sanitaires prescrites en temps d’épidémie ». Ce qui n’était, semble-t-il, à l’origine qu’un poste temporaire ne tarda pas à se pérenniser à la faveur du retour récurrent des épidémies. Le capitaine au fait de la santé prit alors rang parmi les officiers de l’Hôtel de ville. Dès lors, son rôle au sein de la municipalité n’a cessé de s’affirmer au gré de l’extension de ses divers champs de compétences au point qu’au début du XVIIème siècle, il faisait déjà figure de « factotum nécessaire » de l’Hôtel de ville18. Il est donc difficile de circonscrire un tel champ d’activité d’autant plus qu’il faut composer avec l’absence de texte réglementaire fixant ses attributions et les déficits documentaires affectant les archives du greffe de la police municipale qui rendent malaisée l’identification de ces domaines d’intervention et impossible l’analyse de son activité.

17Ses attributions en « temps ordinaires » embrassaient d’abord le vaste secteur des « réparations ». Il avait donc en charge l’entretien de tous les biens patrimoniaux de la ville sans exception. Il apparaît alors comme l’intendant général du capitoulat. De fait, de l’inspection de l’état des édifices appartenant à la ville à l’achat d’un fifre pour la fanfare du guet, il devait avoir l’œil sur tout ce qui appartenait en propre à la municipalité ainsi qu’à tous les types de matériels nécessaires pour son fonctionnement. En matière de police, ses compétences embrassaient tout ce qui pouvait concerner à quelque titre que ce soit les questions d’hygiène publique. Ainsi devait-il surveiller la qualité de tous les produits de consommation approvisionnant les marchés publics et les commerces d’alimentation, de sorte qu’il était partie prenante dans la police des métiers. Enfin, et c’est à ce titre qu’il nous intéresse ici, il était responsable de la police de la voirie comprise dans son acception la plus large. Dans ce cadre, son rôle consistait notamment à s’assurer que les particuliers, les entrepreneurs des boues et les paveurs s’acquittaient bien de leurs devoirs et, dans le cas contraire, les verbaliser. Pour ce faire, il devait donc effectuer régulièrement des tournées d’inspections dans la ville.

  • 19 A.M.T., DD 240.
  • 20 A.M.T., BB 168. 23 avril 1766. Disposition rappelée, entre autres exemples, dans l’ordonnance du 23 (...)
  • 21 Laffont (J.-L.), « La conception de la police et de son exercice selon les magistrats municipaux de (...)

18Cependant, ses multiples et diverses activités ne lui permettaient pas d’être sur le terrain aussi fréquemment que nécessaire. C’est la raison pour laquelle, à une époque qui n’a pu être déterminée avec certitude (assurément avant 1600), les capitouls décidèrent de lui adjoindre deux commis pour l’épauler. Le 1er mars 1619, ils promulguèrent une ordonnance de police portant règlement pour le nettoiement des rues dans laquelle ils annonçaient qu’il serait établi deux commis pour veiller uniquement a l’execution de ce règlement auxquels on donnera 100 livres a chacun19. Quelques années plus tard, cet effectif fut doublé. Malheureusement, on ignore tout de leurs activités et de leurs rapports avec le capitaine au fait de la santé. Curieusement, les procès-verbaux de cet officier et ceux dans lesquels il est mentionné ne le montrent quasiment jamais agissant avec ses subalternes. Par contre, il apparaît souvent escorté de commis au fait de la police, voire de soldats du guet. De fait, les ordonnances de police capitulaires relatives au nettoiement des rues enjoignaient régulièrement au capitaine au fait de la santé de « veiller à ce que les commis de la police parcourent fréquemment leurs quartiers et dressent des verbaux contre les contrevenans »20. Il ne faut voir dans cette situation qu’une illustration de l’indétermination de la notion de police dans l’ancien droit et de son application dans la pratique municipale21.

19Ces quelques éclairages tendent à souligner l’importance du capitaine au fait de la santé dans les rouages de l’administration municipale et son rôle cardinal dans l’organisation du service d’hygiène publique municipal toulousain.

  • 22 Sur ces personnages-clefs de l’ancienne vie urbaine, voir nos publications : « Les cadres tradition (...)

20En ce qui concerne l’entretien des lieux publics, jusqu’au milieu du XVIIème siècle, il ne semble pas que le capitoulat se soit doté de personnels spécialement chargés du nettoiement des lieux publics, ni qu’il ait affecté d’autres employés municipaux à cette tâche. On ignore donc qui nettoyait les places publiques. On imagine cependant mal que ces espaces aient pu être totalement négligés tant il est vrai que la plupart accueillaient quotidiennement toutes sortes de marchands ambulants et, hebdomadairement, des marchés de plein air. Aussi paraît-il plausible que ce nettoyage incombait aux dizeniers qui avaient en charge un moulon donnant sur une place22.

21À la fin des années 1650, la municipalité se préoccupa de l’état de la voirie et de son assainissement. En 1657 et 1658, elle s’employa à faire rénover le pavé des rues. Pour faire face à la pénurie de paveurs à Toulouse, en 1658, elle prit le parti d’en faire venir de Paris en leur payant le voyage. L’année suivante, elle établit des balayeurs publics. À la fin du XVIIIème siècle, ils étaient au nombre de dix, un pour chacune des principales places de la ville (Saint-Georges, Matabiau, du Salin, de la Daurade, Rouaix, de la Pierre, ainsi que celle dite du « bout du Pont [Neuf] » et celle située « devant le Château Narbonnois »). La place Saint-Étienne (et ses alentours) était la seule où il y en avait deux. Ainsi qu’on peut le constater, le service de nettoiement était concentré sur la seule ville et, ce faisant, surtout sur la Cité, les faubourgs, y compris celui de Saint-Cyprien, étant négligés.

22Pour ce qui est des autres lieux publics, on sait que la municipalité les avait pourvus, pour un certain nombre d’entre eux, de gardes ayant pour mission de les surveiller et entretenir. Le fait est acquis pour les affachoirs (i.e. abattoirs), les marchés de la Pierre (aux grains) et la Halle au poisson ainsi que le port Garaud. En ce qui concerne les portes de la ville et leurs abords, leur entretien incombait aux gardes des portes (ou portiers) municipaux. Malheureusement, l’on ne dispose d’aucune indication sur l’activité de ces divers suppôts de l’Hôtel de ville ni sur la façon dont ils s’acquittaient de leurs obligations.

  • 23 Gazier (A.), « La police de Paris en 1770. Mémoire inédit composé sur ordre de G. de Sartine sur la (...)

23Dans l’organisation traditionnelle du nettoyage des rues et de la collecte des boues, la municipalité se déchargeait autant que possible de ce service sur la population et les entrepreneurs privés. Durant le XVIIIème siècle, les capitouls apportèrent à cette organisation quelques modifications de détail de nature à l’améliorer sensiblement. Lorsqu’on compare le cas toulousain avec d’autres villes du royaume à la même époque, on constate qu’il ne se distinguait guère de ce qui existait ailleurs comme à Paris, Dijon, Troyes, Poitiers, etc.23 et ce, que l’on considère l’organisation ou la qualité du système de nettoiement et de ramassage des ordures.

Les efforts d’amélioration du service du nettoyage des rues

24D’une façon générale, les cadres généraux de l’organisation traditionnelle du nettoyage et de l’entretien des rues n’ont pas connu de changements fondamentaux au XVIIIème siècle. On enregistre cependant un certain nombre de modifications plus ou moins ponctuelles visant à tenter d’améliorer ce système, lesquelles concernèrent tant les employés municipaux que les entrepreneurs et charrieurs des boues, alors qu’en ce qui concerne la population, on se borna à lui rappeler ses obligations par la voie réglementaire des ordonnances de police.

  • 24 A.M.T., FF 530. 29 mars 1719.
  • 25 Voir les quelques lettres de provision de ces suppôts conservées dans les registres des A.M.T. côté (...)

25Les premiers signes d’évolution qu’on observe à propos du personnel municipal participent de l’évolution des attributions du capitaine au fait de la santé, laquelle conditionna une redistribution des tâches de cet officier de ville agrémentée d’une augmentation de postes de suppôts. Comme ils l’avaient fait en 1619, pour veiller à l’application de l’ordonnance qu’ils promulguèrent le 1er mars 1719 concernant le nettoiement des rues, les capitouls annonçaient dans l’une des dispositions de cette ordonnance la création de deux inspecteurs au nettoiement des rues. Le 29 mars suivant, les nommés François Auguillon et Simon Duprat prêtaient serment entre les mains des magistrats municipaux en qualité de commis et officiers pour le nettoyement des rues pour soulager les capitouls24. Leur mission consistait exclusivement à s’assurer que les particuliers et les entrepreneurs des boues s’acquittaient rigoureusement de leurs obligations respectives et à les verbaliser dans le cas contraire. C’est ce qui explique que, selon les documents, ils peuvent apparaître sous des désignations différentes, soit en tant qu’« inspecteur » ou de « commis des boues », ou bien de « garde du nettoyement des rues » (on précise parfois : « garde de la police et garde du nettoyement des rues »)25. Une fois encore, l’on ne peut que déplorer les déficits des archives du greffe de la police qui interdisent de suivre l’action de ces deux employés municipaux.

  • 26 La date exacte de l’institution de ce gadouart n’a pu être établie.
  • 27 Pour plus de détails, voir : Laffont (J.-L.), « L’animal dans la ville à l’époque moderne. Le cas d (...)
  • 28 A.M.T., BB 169, p. 167. 16 avril 1781.

26Entre 1735 et 174126, le personnel de la voirie municipale s’étoffa avec la création d’un « gadouart », autrement dénommé « préposé pour enlever les bêtes mortes », création qui témoigne de l’attention nouvelle portée par le capitoulat au problème animalier et de leur prise de conscience que les progrès de l’hygiène publique passaient par un contrôle de la présence animalière dans la ville27. À partir de 1759, lorsque le problème de la vidange des latrines se posa avec acuité au capitoulat, il y a lieu de croire que le gadouart fit aussi office de vidangeur. Le 6 mars 1779, les capitouls demandèrent et obtinrent de l’intendant (15 avril) l’autorisation d’établir un gadouart de plus et de donner à chacun d’eux 50 livres de gages annuels. Cette augmentation était motivée par la volonté du capitoulat de développer le service de la vidange des latrines, opération qui nécessitait au moins deux ouvriers. Réitérant l’article LXXVII de l’ordonnance du 10 novembre 1769, l’article XXIII de l’ordonnance du 16 avril 1781 rappelait quel était le cadre de cette activité : « Défendons auxdits gadouards de commencer les vidanges des latrines, avant dix heures du soir, pendant l’hiver et avant minuit pendant l’été ; leur enjoignons de discontinuer leur travail, demi heure avant le jour, et de porter les matières fécales aux lieux accoutumés, sans les répandre dans les rues, le tout à peine de prison arbitraire »28.

  • 29 A.M.T., BB 123, fo 44.
  • 30 A.M.T., DD 240.

27Le cas des balayeurs des places publiques fut considéré par la Commission des affaires économiques dans sa séance du 28 décembre 1776. Un des commissaires observa alors qu’on avoit projeté il y a quelques années d’établir des balayeurs publics pour toutes les rues et places de la ville et qu ’il seroit peut être utile de donner des suites a ce projet pour entretenir la propreté de la ville29. La Commission fut d’avis de faire des recherches pour découvrir les opérations qui furent faites relativement au projet demeuré sans effet à l’époque. Le fruit de ces recherches et l’état des finances publiques dissuadèrent les capitouls de donner suite à ce projet. Néanmoins, ils semblent avoir reconnu la nécessité de redistribuer les affectations de ces suppôts. C’est ce que met en évidence une pièce comptable du 18 mai 1781 les concernant qui montre que la redistribution des postes s’est faite au bénéfice des faubourgs (place Saint-Michel) et des zones excentrées (places Arnaud-Bernard et de Saint-Orens)30.

  • 31 A.M.T., BB 169, p. 209. 1er juillet 1782.

28L’année suivante fut institué un balayeur place Dauphine qui apparaît dans l’article III de l’ordonnance du 1er juillet 1782 enjoignant « sous peine de destitution, en cas de négligence, au balayeur établi pour le marché aux herbes de la place Dauphine, de balayer encore chaque jour, sauf les dimanches et fêtes, celle de devant la porte Saint-Étienne où se tenoit l’ancien marché ; comme aussi, de veiller aux contraventions qui seront commises, tant à la présente ordonnance, qu’à la précédente, et de nous en avertir, pour raison de quoi, le tiers des amendes que l’on décernera, à cet égard, lui appartiendra »31. C’est à la même époque (vers 1784) qu’un autre poste de balayeur fut créé pour la place du Salin où il avait été supprimé à une date qui n’a pu être déterminée.

  • 32 A.M.T., FF 610. 16 février 1741.
  • 33 A.M.T., DD 235.

29Au bout du compte, l’on retrouve dans le cas particulier des personnels municipaux chargés de la voirie les traits qui caractérisent l’évolution générale du personnel municipal toulousain au XVIIIème siècle avec une augmentation des effectifs et une spécialisation accrue de leurs fonctions, les deux faits étant étroitement liés. Si cette évolution rend compte d’un réel effort du capitoulat pour le service du nettoiement des rues, les effets de ce progrès ne semblent pas avoir été à la hauteur des espérances des capitouls. En effet, ils adressèrent à plusieurs reprises des rappels à l’ordre à leurs suppôts chargés de l’entretien de la voirie, qu’il s’agisse des gadouarts ou, surtout, des balayeurs. Par exemple, le 16 février 1741, ils ordonnaient à ces derniers « de balayer tous les jours lesdites places, et de ramasser les bouës et immondices en un ou plusieurs tas dans les endroits desdites places où elles seront moins exposées à être répanduës par les equipages ou voitures publiques, sous peine de destitution de leur emplois, et de plus grande peine, s’il y échoit »32. L’article LXIX de l’ordonnance du 10 novembre 1769 rappelait que « les préposés au nettoyement des places publiques, où sont tenus les marchés, les balayeront chaque jour après le marché ; et ayant ramassé les immondices au milieu desdites places, ils les feront enlever le même jour, sous peine de 5 livres »33.

  • 34 A.M.T., BB 239, fo 84.

30Ces mises en demeure furent parfois assorties de sanctions. Nous avons déterminé dans notre thèse que les cas de destitutions d’employés municipaux furent peu fréquents. Ce faisant, il s’avère que c’est parmi les suppôts chargés de l’entretien de la voirie qu’on en trouve le plus grand nombre. Ainsi, par exemple, le 20 novembre 1752, Dominique Goudillon fut nommé en qualité d’inspecteur des rues à la place du nommé Barès, destitué pour négligence34. Sans accabler ces employés municipaux, l’on peut s’accorder sur l’idée qu’ils ne faisaient pas montre d’un grand empressement pour faire leur travail, ce qui se conçoit au demeurant fort bien lorsqu’on sait que leur salaire annuel s’élevait à peine à 5 livres, d’une part, et qu’on connaît l’irrégularité avec laquelle ils étaient payés, d’autre part. Voici sans doute pourquoi le capitoulat ne se montra pas trop exigeant à leur égard.

  • 35 Soula (J.-P.), L’administration capitulaire à Toulouse de 1700 à 1715, thèse de Droit, Faculté de D (...)

31Les manquements des employés municipaux apparaissent négligeables comparés à ceux des entrepreneurs des boues et des charrieurs publics. En 1701, lorsque le bail des sieurs Sensac et Moyset toucha à son terme, les capitouls les évincèrent du marché qui fut attribué pour toute la ville à un seul et même entrepreneur en la personne de Jean Delherm. Pour motiver son ardeur, « il recevait 8 sols pour chaque tombereau d’ordure qui franchissait les murailles de la ville. On voit l’avantage de ce système qui encourageait l’entrepreneur à évacuer le plus d’ordures possible. Le contrôle était facile : à chaque voyage les commis à la perception des droits d’entrée [de la ville] remettaient aux gadouarts un billet qui devait être joint à la note mensuelle que l’entrepreneur envoyait aux capitouls »35. Ce système perdura jusqu’en 1713 (au moins). Mais, à une date qui n’a pu être déterminée (entre 1713 et 1725), on revint à l’ancien système de paiement ce qui coïncida avec la redistribution du marché entre plusieurs entrepreneurs.

  • 36 A.M.T., BB 165, f113.
  • 37 Par exemple, dans l’ordonnance du 7 février 1732, ils constataient que « le nettoyement des rues a (...)

32Ces derniers ne tardèrent pas à retomber dans les travers de leurs prédécesseurs. Aussi, dans le courant des années 1730, les capitouls se livrèrent à un véritable bras de fer avec les entrepreneurs afin de les contraindre à faire correctement leur travail. Pour autant que l’on puisse en juger, les hostilités débutèrent en 1729. Le 24 novembre de cette année, ils dénoncèrent la « mésintelligence qui regne entre les habitans et lesdits entrepreneurs, faute par ces derniers d’exécuter ponctuellement les conditions de leur bail, qui les oblige de passer avec leurs chariots dans toutes les rues regulierenient certains jours de la semaine »36. Durant la décennie suivante, leurs plaintes ne cessèrent pas37. Les multiples rappels des devoirs contractés par les entrepreneurs et les tombeliers, les amendes, les changements d’entrepreneurs, finirent-ils par faire de l’effet ou les capitouls jetèrent-ils l’éponge ?

33Quoi qu’il en soit, l’on constate qu’après 1741 et pendant une quarantaine d’années, le problème disparaît des préoccupations du capitoulat. Révélateur de cette attitude, les charrieurs publics n’apparaissent qu’au détour de deux articles dans l’ordonnance générale sur la voirie du 10 novembre 1769 (art. LXVII et LXVIII) dans laquelle les entrepreneurs des boues ne sont pas mis en cause pour leur travail. Il y a cependant lieu de croire que les carences de la documentation faussent partiellement notre appréhension du comportement de la municipalité face à ce problème. En effet, à une date qui n’a pu être déterminée (entre 1742 et 1768), les capitouls opérèrent une subdivision des quartiers pour le transport des boues dont le nombre fut porté de 8 à 18. Il est probable que cette réforme fut conjuguée avec la réduction de la durée des baux qui n’était plus, à partir de 1770, que de trois ans. Tenant vraisemblablement compte d’un accroissement de la masse des détritus consécutive à l’augmentation de la population, cette modification avait pour but d’améliorer le service d’enlèvement des boues en restreignant l’espace que devaient couvrir les tombeliers.

  • 38 Les informations présentées dans le développement qui suit s’appuient sur l’étude de J. Maestre (op (...)

34Brusquement, en 1773, le capitoulat changea d’attitude à l’égard des entrepreneurs et charrieurs publics, donnant l’impression de vouloir crever un abcès38. Durant cette année, fait sans précédent en la matière, 13 procès-verbaux furent dressés contre les entrepreneurs du nettoiement des rues pour négligence, la plupart à la suite de plaintes de la population et, le plus souvent, à la suite d’injonctions verbales répétées de la part du capitaine au fait de la santé ou des commis de police. Huit des 18 quartiers pour le ramassage des boues furent concernés, mais certains plus que d’autres. Il est difficile de savoir si cette volée de sanctions traduisait une dégradation de la situation de l’hygiène publique consécutive à un relâchement généralisé des personnes chargées de l’enlèvement des boues, mais il semble que tel n’ait pas été le cas, ou du moins que d’autres considérations entrèrent en ligne de compte. En effet, le terme de leurs baux arrivait à échéance le 1er janvier 1774 et il s’agissait là du premier renouvellement des baux des boues depuis l’ordonnance générale sur la voirie du 10 novembre 1769. Il y a donc lieu de croire que, dans cette perspective, les capitouls voulurent mettre un peu d’ordre dans le service de la voirie en se donnant les moyens d’éliminer les entrepreneurs négligents et de dissuader ceux qui auraient été tentés de les imiter de participer aux moinsdites. Cette redistribution du marché public d’enlèvement des boues se traduisit par une vive concurrence lors des moinsdites dont il résulta une baisse sensible du montant des baux.

  • 39 Leitmotiv qu’on retrouve dans les baux. Ainsi que l’a relevé J. Maestre (op. cit., p. 74), l’envoi (...)
  • 40 A.M.T., DD 240.

35Comme c’était prévisible, travaillant au rabais, une partie des nouveaux entrepreneurs ne furent pas plus soucieux de respecter les clauses de leurs baux que les précédents39. Les capitouls en tirèrent les conclusions qui s’imposaient en acceptant d’augmenter leurs salaires lors de la nouvelle attribution du marché en 1777. Le montant total des baux contractés enregistra ainsi une augmentation globale de 25 % par rapport au précédent, passant de 4 500 à 6 000 livres. La perspective du renouvellement du bail des boues en 1780 engagea les capitouls à reconsidérer le nombre des quartiers en tenant compte de l’extension de la ville et de l’augmentation de la population générant une masse plus importante d’immondices. Ils décidèrent donc, le 5 mars 1779, d’augmenter le nombre de quartiers de boues jusqu’à 24 en créant à cet effet de nouveaux quartiers dans les faubourgs Saint-Étienne, Saint-Michel et Saint-Cyprien40. Le total des nouveaux contrats passés en janvier 1780 s’éleva à 10 800 livres, soit une augmentation de près de 45 % par rapport à la précédente adjudication, laquelle n’était pas seulement imputable à l’augmentation du nombre de quartiers des boues.

  • 41 A.M.T., BB 169.

36Si les capitouls étaient prêts à payer plus cher, ils entendaient que les clauses des baux soient respectées. Aussi les entrepreneurs et charrieurs publics firent-ils leur réapparition dans la réglementation capitulaire à l’occasion de l’ordonnance du 16 avril 1781 portant nouveau règlement sur le nettoyement des rues dans laquelle quatre articles (art. XVIII à XXI) leur étaient consacrés41, lesquels ne faisaient que reprendre les clauses des baux contractés par les entrepreneurs du nettoiement des rues. L’article XVIII rappelait les horaires du service des tombeliers : « tous les jours de l’année, savoir, à compter du premier avril, jusqu’au premier octobre, depuis huit heures du matin jusqu’à onze heures, et depuis deux heures de l’aprés-midi, jusqu’à sept heures du soir ; et à compter du premier octobre jusqu’au premier avril, depuis neuf heures du matin jusqu’à midi, et depuis deux heures de l’aprés-midi jusqu’à cinq heures du soir, à peine contre lesdits entrepreneurs de cent sols d’amende pour la premiere contravention, du double et de prison en cas de récidive, et d’être privés, à la troisième contravention, de l’effet de leur bail, qui sera adjugé à tout autre ; leur défendons, sous la même amende, de commencer leur travail du matin avant les heures indiquées par le présent article, afin que les habitans ayent le temps de remplir de leur côté les obligations qui leur sont imposées […] ».

37En outre, les capitouls réitéraient l’interdiction faite aux entrepreneurs « d’employer leurs tombereaux à aucun autre usage, et de suspendre leur travail pour s’arrêter, sous quelque prétexte que ce soit, en allant, ou revenant des voiries publiques ». Après avoir précisé les obligations du service des tombeliers (art. XIX), l’article XX portait qu’ils « seront tenus d’avoir à leurs tombereaux une pelle et un balai, et afin que les habitans soient avertis du moment auquel les tombeliers passeront dans les rues, ils seront aussi tenus de suspendre en la forme usitée, une clochette de cinq pouces de diametre à chacun de leurs tombereaux, sous peine dans l’un et l’autre cas, de cent sols d’amende ». Enfin, était renouvelée l’obligation faite aux tombeliers « d’entretenir leurs tombereaux en bon état, clos et ferrés de maniere qu’il n’en puisse rien sortir, avec une planche, pour fermer le derriere, plus haut que le devant, et attelés de deux chevaux » (art. XXI).

  • 42 Nous n’avons retrouvé que deux documents de ce genre : A.M.T., FF 559 (10 décembre 1783) et A.M.T., (...)

38Mieux payés, les entrepreneurs des boues et les cliarrieurs publics paraissent avoir été dès lors plus exacts à remplir leurs obligations de crainte de perdre un travail lucratif. De fait, si quelques procès-verbaux dressés à l’encontre d’entrepreneurs des boues négligents attestent de la persistance de ce problème, il n’avait cependant plus rien de comparable avec ce qu’on pouvait observer en 177342.

39Cette évolution éclaire le sens et la portée de l’ordonnance du 16 avril 1781 portant nouveau règlement, sur le nettoyement des rues [...]. La réactualisation de l’ordonnance générale sur la voirie du 10 novembre 1769 n’avait de sens qu’à partir du moment où la ville pouvait compter sur un service de la voirie correct, ce qui fut le cas lorsqu’elle y mit véritablement le prix (1780). Sur cette base, le capitoulat put relancer sa politique hygiéniste en promulguant un nouveau code de la voirie faisant le point des usages et pratiques prohibées. À l’heure où la population connaissait une croissance exponentielle et un important renouvellement, cette initiative n’était pas superflue.

  • 43 On n’a trouvé qu’un contre-exemple : « Toulouse n’a que quelques quartiers agréables et ce sont les (...)

40Durant la dernière décennie de l’Ancien Régime, le capitoulat fit donc des efforts importants pour améliorer le service du nettoiement des rues en développant une politique cohérente à cet égard. Les résultats de cette politique sont très difficiles à apprécier compte tenu de l’état des sources. Pour en juger, l’on peut se référer aux témoignages laissés par les voyageurs de passage à Toulouse. On constate alors qu’aucun d’entre eux ne fut frappé par la malpropreté de la ville43, alors qu’on ne se privait pas à la même époque de dénoncer la saleté qui régnait à Paris. Les éléments d’information dont on dispose inclinent donc à penser que les mesures des capitouls furent bien suivies d’effets positifs pour l’hygiène publique, même si ces derniers n’étaient sans doute pas à la hauteur des attentes des édiles acquises à l’hygiénisme.

Conclusion

41Malgré les nombreuses zones d’ombre qui subsistent, notre étude tend à montrer qu’il convient de relativiser – plus qu’on ne le fait d’ordinaire – les déplorations récurrentes des contemporains sur l’état calamiteux de l’hygiène publique dans la ville des Lumières, dans la mesure où elles ont eu pour effet d’occulter les réels efforts développés au quotidien par les pouvoirs publics, et singulièrement par l’autorité municipale, pour tenter d’améliorer la situation. Ainsi, le développement de l’hygiène publique apparaît-il bien concomitant de l’essor du souci de l’hygiène domestique et corporelle au siècle des Lumières. Les édiles paraissent avoir cherché à transposer à l’échelle de leur ville les pratiques sanitaires qui commençaient à s’imposer dans leurs foyers.

42À bien des égards, l’évolution du service de la voirie est une illustration représentative de phénomènes plus généraux qu’on observe dans d’autres secteurs de la gestion des affaires publiques à Toulouse. Ainsi, l’évolution des employés affectés au service de la voirie participa-t-elle de celle du personnel du capitoulat dont les effectifs ne cessèrent de croître en même temps que les fonctions tendaient à se spécialiser de plus en plus tout au long du XVIIIème siècle. Ce faisant, le cas du service de la voirie illustre bien ce glissement caractéristique du siècle des Lumières qui vit les pouvoirs publics prendre de plus en plus en charge des tâches qui incombaient auparavant à la population. De même, l’assainissement de l’espace urbain fut-il l’une des composantes du développement de l’emprise du capitoulat sur l’espace urbain d’abord, suburbain ensuite.

43À travers ces éclairages, c’est bien un aspect d’un processus beaucoup plus essentiel qu’on saisit avec la remise en cause de l’assiette traditionnelle des rapports public/privé dans la ville. Le développement du service de la voirie urbaine peut ainsi se lire comme une manifestation de l’extension de la sphère publique, laquelle coïncida avec la valorisation nouvelle de la sphère privée qui est mieux connue des historiens.

Haut de page

Notes

1 Pour une vue générale, même si elle tend à noircir quelque peu le tableau, voir Camporesi (P.), Les effluves du temps jadis, Paris, 1995.

2 La situation était peu reluisante, mais sans être pour autant plus déplorable qu’ailleurs, voire même moins grave du fait de la relative faiblesse du nombre, voire de l’activité, des établissements insalubres.

3 Boudriot (P.-D.), « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque pré-industrielle. Boues, immondices et gadoues à Paris au XVIIIème siècle », H.E.S., 1986, no 4, p. 515. Pour une approche diachronique de la question, quoique centrée sur Paris, voir Silguy (C. de), Histoire des hommes et de leurs ordures du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1996.

4 Delamare (N.), Traité de la police, Paris, 1705-1738, t. IV, avertissement.

5 Mercier (L.-S), L'an 2440, Londres, 1772, p. 154.

6 Archives municipales de Toulouse [A.M.T.], BB 283, fo 338.

7 A.M.T., BB 169, p. 155. 16 avril 1781. Ordonnance portant nouveau règlement sur le nettoyement des rues (...).

8 Nous nous permettons de renvoyer à notre doctorat (Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, thèse d’Histoire, Université de Toulouse le Mirail [U.T.M.], 1997, 3 vol.) dans lequel on trouvera des compléments d’information sur les points abordés sommairement dans la présente étude, de même que pour l’appareil critique qui a été sacrifié ici qu’on pourra réactualiser avec nos publications citées.

9 Le développement qui suit synthétise les informations tirées de ces ordonnances de police dont l’inventaire sera prochainement publié : Laffont (J.-L.), La production réglementaire des capitouls de Toulouse (1690-1790). Toulouse. À paraître.

10 A.M.T., DD 233, 23 novembre 1699. Ordonnance de MM. les maire et capitouls.

11 Rambaud (P.), « Le nettoyage des rues de l’ancien Poitiers », Bull. Soc. Antiquaires de l’Ouest, 1918, no 1, p. 303-304.

12 Pontet-Fourmigue (J.), Bayonne. Un destin de ville moyenne à l'époque moderne (XVIIème siècle- milieu du XIXème siècle), Biarritz, 1990, p. 301. Guigo (D.), « Sisyphe dans la ville. La propreté à Besançon au fil des âges », Annales de la Recherche Urbaine, 1992, no 53, p. 52. Voir aussi Lelièvre (P.), Nantes au XVIIIème siècle. Urbanisme et architecture, Nantes, 1942, p. 229 ; Ricommard (J.), La lieutenance générale de police de Troyes au XVIIIème siècle (1700-1790), thèse de Lettres, Faculté des Lettres de Paris, 1934, p. 382.

13 Le système des entreprises adjudicataires ne présentant aucune originalité par rapport à ce qui était pratiqué à la même époque dans le royaume et qui est bien connu (cf. Monnier (F.), Les marchés de travaux publics dans la généralité de Paris au XVIIIème siècle, Paris, 1984, p. 174 et sq.), il n’y a donc pas lieu de s’appesantir sur ce point.

14 Rambaud (P.), « Le nettoyage des rues de l’ancien Poitiers », Bull. Soc. Antiquaires de l’Ouest, 1918, no 1, p. 303-304.

15 Saddy (P.), « Le cycle des immondices », Le Sain et le malsain, revue XVIIIème siècle, 1977, no 9, p. 208-209 ; et surtout : Boudriot (P.-D.), op. cit., p. 519-520 et p. 523-525.

16 A.M.T., AA 25/116.

17 Marcou (N.), Capitoulat et fiscalité à Toulouse sous Louis XIV, ou la vie municipale toulousaine de 1688 à 1700, maîtrise d’Histoire, U.T.M., 1990, p. 150.

18 Selon la formule de P. Lunel qui l’appliquait pour la seconde moitié du siècle (Pouvoir municipal et gestion financière : Toulouse au XVIIème siècle, thèse de Droit, Université de Toulouse I, 1976, t. I, p. 97).

19 A.M.T., DD 240.

20 A.M.T., BB 168. 23 avril 1766. Disposition rappelée, entre autres exemples, dans l’ordonnance du 23 avril 1770. A.M.T., BB 68, p. 105.

21 Laffont (J.-L.), « La conception de la police et de son exercice selon les magistrats municipaux de Toulouse sous l’Ancien Régime », Revue Internationale de Criminologie et de Police Technique, 1999, no 3, p. 338-361.

22 Sur ces personnages-clefs de l’ancienne vie urbaine, voir nos publications : « Les cadres traditionnels de l’institution des dizeniers à Toulouse à l’époque moderne », La ville en Occident du Moyen Âge à nos jours. Pouvoirs, administration, finances. Actes du colloque international du Centre interuniversitaire d’études juridiques de Bourges, Bourges, 5-7 octobre 1995, à paraître ; et « La police de voisinage, à la base de l’organisation policière des villes de l’ancienne France », Annales de la Recherche Urbaine, 1999, nos 83-84, p. 23-30.

23 Gazier (A.), « La police de Paris en 1770. Mémoire inédit composé sur ordre de G. de Sartine sur la demande de Marie-Thérèse », Mém. Soc. d’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, t. V, 1878, p. 102-104. Giroux (H.), « La “qualité de la vie” à Dijon à la fin du XVIIIème siècle », Mém. Acad. Sciences, Arts, et Belles Lettres de Dijon, t. XCCII, 1975, p. 133-141. Ricommard (J.), La lieutenance générale de police de Troyes..., op. cit., p. 172-181. Rambaud (P.), « Le nettoyage des rues de l’ancien Poitiers », op. cit., p. 287-310; et, du même auteur : « L’ancien pavé de Poitiers », Bull Soc. Antiquaires de l’Ouest, 1919, nos 3-4, p. 256-269.

24 A.M.T., FF 530. 29 mars 1719.

25 Voir les quelques lettres de provision de ces suppôts conservées dans les registres des A.M.T. côtés : BB 237 à 239.

26 La date exacte de l’institution de ce gadouart n’a pu être établie.

27 Pour plus de détails, voir : Laffont (J.-L.), « L’animal dans la ville à l’époque moderne. Le cas de Toulouse », Marandet (M.-C.) éd., L'homme et l'animal dans la société méditerranéenne, Perpignan, 2000, p. 187-251.

28 A.M.T., BB 169, p. 167. 16 avril 1781.

29 A.M.T., BB 123, fo 44.

30 A.M.T., DD 240.

31 A.M.T., BB 169, p. 209. 1er juillet 1782.

32 A.M.T., FF 610. 16 février 1741.

33 A.M.T., DD 235.

34 A.M.T., BB 239, fo 84.

35 Soula (J.-P.), L’administration capitulaire à Toulouse de 1700 à 1715, thèse de Droit, Faculté de Droit de Toulouse, 1949, p. 126.

36 A.M.T., BB 165, f113.

37 Par exemple, dans l’ordonnance du 7 février 1732, ils constataient que « le nettoyement des rues a été jusqu’à présent fort négligé par les entrepreneurs en faveur desquels le bail a été consenti ce 20 août dernier ». A.M.T., FF 610.

38 Les informations présentées dans le développement qui suit s’appuient sur l’étude de J. Maestre (op. cit., p. 64-66 et p. 70-73), mais la responsabilité de l’analyse nous incombe.

39 Leitmotiv qu’on retrouve dans les baux. Ainsi que l’a relevé J. Maestre (op. cit., p. 74), l’envoi des contrats passés en 1777 commençait par cette phrase : « Les différents abus qui ont été commis dans l’execution du precedent bail sur un point aussi essentiel a la police [...] ».

40 A.M.T., DD 240.

41 A.M.T., BB 169.

42 Nous n’avons retrouvé que deux documents de ce genre : A.M.T., FF 559 (10 décembre 1783) et A.M.T., FF 613 (7 janvier 1790).

43 On n’a trouvé qu’un contre-exemple : « Toulouse n’a que quelques quartiers agréables et ce sont les plus modernes. Tout le reste n’est qu’un amas confus de [...] rues sales, tortueuses et étroites ». Laurent (A.), « Notre ville jugée par un “sans-culotte” », l'Auta, 1928, no 17, p. 114-117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Laffont, « Le service de la voirie toulousaine sous l’Ancien Régime », Siècles [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 19 juin 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://siecles.revues.org/3227

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Laffont

Université de Perpignan

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org