Navigation – Plan du site

Salubrité publique et assainissement à Narbonne, XVIème-XVIIIème siècles

Gilbert Larguier

Entrées d’index

Index géographique :

France, Narbonne

Index chronologique :

XVIe siècle, XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Proche de la Méditerranée, entourée d’étendues marécageuses, sensible aux inondations de l’Aude, Narbonne jouissait d’une réputation détestable. La ville souffrait à la fois d’un excès et d’une pénurie d’eau : excès en raison des eaux stagnantes, du changement de lit de l’Aude au XIVème siècle qui avait perturbé le réseau de drainage de la plaine ; pénurie car l’alimentation de sa robine, l’ancien cours du fleuve, menaçait de s’interrompre à chaque dégradation du barrage qui détournait les eaux vers elle. Narbonne, de plus, ne disposait pas de source à proximité de ses remparts. Le déclin de la draperie ainsi que du travail du cuir au XVème siècle réduisait le rejet d’eaux corrompues. La reconstruction de l’enceinte fortifiée au début du XVIème siècle selon les nouvelles techniques de défense avait par contre littéralement enterré la ville pour la dissimuler aux assaillants éventuels. Les caractères de cette configuration font de Narbonne, dont la population oscille entre 9000 et 10 000 habitants aux XVIIème et XVIIIème siècles, un bon exemple pour étudier les questions de salubrité publique et d’assainissement : les pratiques, les discours, l’action des édiles municipaux.

La ville : une citadelle à protéger des agressions extérieures (XVIème siècle)

  • 1 Arch. num. Narbonne, BB 4, 19 février 1581 ; BB 5, 20 novembre 1591.

2La salubrité publique et l’assainissement ne sont pas au XVIème siècle au premier plan des préoccupations du conseil de ville de Narbonne. On ne relève en effet qu’une dizaine de mentions les concernant au cours de la seconde moitié du siècle où le compte rendu de ses délibérations a été conservé, en des occasions précises à chaque fois : lorsque l’épidémie menace ou s’est déclarée en ville, les consuls prennent en toute hâte des dispositions pour évacuer les eaux stagnantes ou corrompues, chasser de la ville les vagabonds et les pauvres. Dans l’intérêt de la santé, ils font ainsi « vuyder de la ville les vagabons, putains et bateurs de pavé » qui s’y trouvaient en 1581 et ordonnent le recreusement ou le curage des canaux collecteurs des ténements envahis par l’eau. En 1591, ils désignent un surintendant de la police pour surveiller la boucherie, la propreté des rues, « ceulx qui blasphèment le nom de Dieu, de la Vierge Marie et saincts de Paradis1 ».

  • 2 Ibid., CC 2543.

3La rareté des délibérations consacrées aux problèmes de salubrité publique n’est pas surprenante. Ils relevaient en effet du bureau de police. Celui-ci prononçait des amendes – assez rarement – contre ceux qui jetaient des immondices dans l’eau de la robine ou dans les rues, tenaient des porcs en ville, refusaient de nettoyer les rues. Le bureau de police pourvoyait au quotidien. Le conseil de ville intervenait en période critique, lorsqu’une menace pesait sur tous les habitants2.

  • 3 Ibid., BB 18, 31 mars 1631. On fait pareil en 1652 : BB 23, 3 août 1652, les gueux et les pillards (...)

4Cette attitude et cette répartition des tâches, anciennes, se maintiendront au moins jusqu’au milieu du XVIIème siècle. À la justification de la rétribution de Simon Bosc inscrite sur le registre du clavaire de 1534 – « on a payé Simon Bosc alias Villefranche pour avoir jeté les marauds hors de la ville, conduit les pauvres à l’hôpital et avoir nettoyé des rues » – répondent la raison invoquée pour combattre l’invasion des pauvres en 1597 – « ils vivent si salement que plusieurs maladies pourraient estre par ce moyen engendrées, voire jusques contagieuses, en infectant les maisons des particuliers, les portes et les rues » – ou les mesures d’expulsion prononcées en 1631 et 1652. La rudesse des expressions s’adoucit cependant au XVIIème siècle. Un cas de peste venant à se déclarer dans une hôtellerie en 1631 alors que l’on croyait l’épidémie éteinte, on fit, certes, sortir les pauvres de la ville, mais on décida de pourvoir à leur subsistance et de les loger dans des huttes construites à leur intention3.

5Les sources limitent nos observations au discours et à l’action du conseil de ville. Il est difficile de savoir exactement dans quelle mesure leurs décisions répondaient à une demande sociale. Les amendes données par le bureau de police montrent que, dans la vie quotidienne, la population était beaucoup plus sensible à l’approvisionnement en nourriture qu’à l’hygiène. L’inquiétude perçait seulement au bruit d’une contagion ou lorsque l’épidémie se déclarait. La santé régnait lorsque la mortalité se trouvait conforme à la normale et les habitants observaient à peu près les ordonnances de police. La contagion, signe de la colère divine, devait être reçue comme une grâce. L’expiation, la prise de précautions et un contrôle de plus en plus rigoureux allaient de pair cependant malgré l’apparente contradiction des deux attitudes. La ville vivait en permanence comme une citadelle assiégée. On se défendait des étrangers, des pauvres plus particulièrement, en gardant ou en fermant les portes. L’air, porteur de miasmes infectieux, s’infiltrant partout, on disposait d’un seul moyen à son encontre : la suppression des sources de pestilence et d’odeurs nauséabondes. Au premier bruit de peste, on s’activait pour éliminer les eaux stagnantes des fossés qui entouraient les remparts ou des marécages dispersés sur le territoire communal.

6Est-ce à dire que rien ne changeait ? Depuis la promotion de Narbonne comme place forte, un important effort de construction de fontaines publiques et d’adduction d’eau avait été entrepris. Les fontaines de Bourg et de Cité – les deux parties de la ville de part et d’autre de la robine – absorbèrent dès lors la majeure partie des sommes consacrées aux travaux d’urbanisme à l’intérieur des murs d’enceinte. Il fallut attendre le début du XVIIème siècle pour qu’on commençât à s’occuper régulièrement du pavage des rues et de l’enlèvement des immondices. On ne connaît pas exactement la réglementation qui les régissait jusque-là. Les habitants paraissent avoir eu entièrement la charge de la voirie en dehors des places. En 1602, un premier marché de pavage des rues et des ruelles fut passé au prix de 7 s. t. la canne carrée. D’autres suivront. En 1643, un maître paveur reçut le bail de l’entretien du pavage de la ville moyennant un prix convenu par canne carrée de pavé et une indemnité annuelle – 18 l.t.

  • 4 BB 25, 14 juillet 1664.

7L’année précédente, le conseil avait décidé de procéder à l’acquisition de deux charrettes destinées à l’enlèvement des boues et des immondices en Bourg et en Cité. Mais on n’aperçoit pas clairement pendant une quinzaine d’années si l’enlèvement des ordures fut mis en œuvre. La municipalisation de la voirie ne s’effectue que très lentement. Le pavé restait partiellement à la charge des propriétaires des maisons qui donnaient sur les rues : le bureau de police intervenait de temps à autre pour ordonner aux particuliers de procéder aux réparations qui leur incombaient4. Si l’on était sensible à l’image de la ville – à l’annonce de la réunion des États de Languedoc à Narbonne pour leur session annuelle en 1645 on pave la rue Entre-Deux-Villes et l’on fait enlever les boues et les immondices – la voirie n’était pas encore une priorité pour le conseil de ville : la suppression du paveur figure ainsi parmi les premières économies proposées en 1658 pour réduire les dépenses.

  • 5 Ibid., 7 octobre 1664.
  • 6 Ibid., 27 décembre 1662.

8L’augmentation du nombre d’occurrences concernant la salubrité publique dans les délibérations municipales au cours de la première moitié du XVIIème siècle montre néanmoins qu’on lui portait une plus grande attention que précédemment. On rejette hors de la ville les principales nuisances : le lavage des laines et des cuirs, les abats des animaux tués par les bouchers. La fin de la décennie 1650-1659 et le début de la décennie suivante constituent un tournant décisif à cet égard. Les ordonnances du bureau de police se multiplient et deviennent beaucoup plus fermes : les habitants sont priés de « tenir les rues nettes de tous immondices » ; faculté est donnée à « tous jardiniers et autres habitants de prendre et retirer à leur profit tout le fumier qui se trouvera épars dans la ville, sans qu’ils puissent être recherchés directement ou indirectement »5. De même, on fait nettoyer les portes d’entrée de Narbonne et les chemins qui y aboutissent6.

9L’autorité municipale entreprend de lutter contre l’habitude de produire du fumier à partir de la décomposition de détritus accumulés. La possibilité donnée à qui voulait de les prendre revenait à les rendre publics. Simultanément, l’enlèvement des ordures par la ville s’organisait. Un premier bail était passé en 1657 à cet effet moyennant 150 l. t. Ce service devient régulier au cours de la décennie suivante. Le carreirier chargé du nettoyage des rues reçut même un manteau de livrée. La salubrité publique entrait ainsi dans le champ d’intervention de la municipalité.

Les conditions nécessaire de l’assainissement : le pavé, l’eau, l’enlèvement des immondices (XVIIème siècle)

  • 7 Ibid., 27 décembre 1662.
  • 8 Gilbert Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, (...)

10On a du mal, à partir de nos sources exclusivement municipales et insuffisamment explicites, à apercevoir les raisons qui ont pu inciter les consuls à être plus vigilants et exigeants sur la propreté des rues et des chemins. Le coût de l’enlèvement des immondices était en effet de peu d’objet. La récurrence des épidémies et la violence de l’attaque pesteuse de 1652, où la ville se vida de sa population, engageaient à redoubler de vigilance. Remarquons également la réception comme habitants de nombreux médecins issus d’à peu près toutes les provinces de la moitié sud du royaume entre 1609 et 16597. Leur présence n’a sans doute pas été sans effet pour passer d’un type d’intervention de crise à une action continue. Le contraste est grand en effet, à partir de là, avec les périodes antérieures. C’en est fini – les contemporains ne pouvaient le savoir encore – de la peste et des grandes épidémies, bien qu’il y ait encore quelques crises aiguës ainsi qu’une succession de mortalités de moindre ampleur tout au long du XVIIIème siècle qui laissa Narbonne sans guère d’excédent naturel8. Le nombre de délibérations où il est question d’assainissement et de salubrité publique augmente sensiblement. De plus, la question n’est plus abordée à partir de l’extérieur et des menaces pesant sur la ville, mais par l’intérieur, à équiper et à purger de la malpropreté.

  • 9 BB 26, 19, 28 octobre 1675, 12 mars 1676.

11Une des principales nouveautés vient de l’intérêt porté à ces questions par l’archevêque de Narbonne. Monseigneur de Bonzi résida peu. Mais dès son accession au siège métropolitain, il exprima des souhaits dont les consuls durent tenir compte. Ils entreprirent de paver les rues en 1675 « à la forte recommandation de S. E. Monseigneur le cardinal de Bonzy » ; « ils s’étaient mis en devoir de satisfaire à des ordres qui regardaient non seulement le désir de S. E. mais encore la santé d’une ville qui a paru, jusqu’ici, très suspecte à tous les étrangers ». Le prélat avait manifesté aussi le désir de voir « multiplier les fontaines » et de rechercher à cette fin les sources susceptibles d’augmenter l’eau disponible9. La présidence par les archevêques de Narbonne des États provinciaux, dont l’action en matière de travaux publics ira en se développant au XVIIIème siècle, renforcera leur autorité.

  • 10 BB 31, 18 septembre 1695.
  • 11 Ibid., 16 mars 1696.

12Le pouvoir municipal investit la rue. Le tombereau destiné à l’enlèvement des ordures passait d’abord un jour sur deux, alternativement en Cité et en Bourg. Il fut décidé qu’il circulerait chaque jour dans les deux parties de la ville. Le bail de 1729 porta que deux carreiriers seraient mis à la disposition du jardinier qui emporterait le marché. La régularité du service se doubla d’une exigence accrue à l’égard des entrepreneurs auxquels on imposa un respect strict de leurs engagements. Leurs manquements furent systématiquement relevés. L’habitude se prenait ainsi d’un enlèvement quotidien des immondices. Signe manifeste de l’accoutumance à voir les rues plus propres, on faisait périodiquement la chasse aux dépôts de gravats et d’ordures laissés dans les recoins. Une enquête de comodo et incomodo fut lancée en 1695 pour la fermeture d’impasses « afin que l’on ne puisse plus jeter des immondices... qui corrompent l’air et peuvent causer des maladies populaires »10. Le conseil de ville étudia également les mesures susceptibles de préserver les fontaines des souillures. Ces intentions furent rapidement suivies d’effet. Des couvents et des habitants influents obtinrent la fermeture de ruelles. Des couvertures en fer furent placées sur les deux fontaines de Bourg et de Cité de manière à empêcher que l’on y jette des vilenies11.

  • 12 FF 4156, 4159.

13Ces résolutions s’accompagnèrent d’une plus grande fermeté à l’égard des habitants. Le changement de ton entre les ordonnances du bureau de police édictées en 1675 et en 1700 est éloquent12. Alors que la première, incomplètement consacrée à la salubrité, prenant prétexte des maladies récentes qui avaient affligé la ville et de la licence encouragée par les guerres du Roussillon – des flux pernicieux venus de l’extérieur –, préconisait l’amélioration du pavage, le rétablissement du carreirier chargé d’inviter les habitants à rassembler les ordures en haut du pavé avant le passage du tombereau et s’inquiétait de la prolifération des aiguières qui rejetaient de l’eau sale dans les rues, la seconde dressait un tableau infiniment plus alarmiste et annonçait une politique répressive : les immondices et les matériaux de démolition rendaient impraticables nombre de rues et d’impasses, ailleurs le pavé manquait, des bourbiers s’étaient formés avec les détritus et l’eau sale rejetée par les aiguières. Les propriétaires des maisons construites sur le Pont-des-Marchands qui enjambait la robine pratiquaient des ouvertures dans le plancher ; celles-ci « servaient de lieux », de trou d’évacuation des ordures... Il en résultait de fréquentes maladies par la puanteur qui s’en dégageait. L’ordonnance commandait de balayer les rues publiques entre 6 et 7 heures du matin de Pâques à la Saint-Michel, une heure plus tard le restant de l’année, de ramasser les ordures dans une corbeille et de les vider au passage du tombereau qu’une petite cloche annoncerait. Les ouvertures faites aux maisons du Pont-des-Marchands devraient être fermées, le pavé réparé ; des puits secs seraient creusés pour éviter que l’eau des aiguières n’inonde les rues... Pour que nul n’ignore ces règles, l’ordonnance, imprimée, fut affichée sur les places et aux carrefours. Le résultat ne se fit pas attendre. Le nombre des plaintes portées devant le bureau de police augmenta sensiblement. La majorité d’entre elles visait les jets d’eau souillée en dehors des heures tolérées ou sans que l’on ait crié trois fois « gare à l’eau » pour que les passants aient le temps de s’écarter.

  • 13 BB 30, 6 août 1690.
  • 14 BB 32, 10 août 1698.

14Le constat peu engageant des consuls ne doit pas faire conclure à une dégradation générale des conditions sanitaires à Narbonne à la fin du XVIIème siècle. Les protestations contre les lieux communs témoignaient cependant de pratiques récentes mal contrôlées13 ; et l’invitation à creuser des puits secs pour éviter la puanteur des eaux sales dans les rues risquait de produire des effets désastreux : une partie de la population, notamment celle qui vivait dans les maisons les plus vastes autour de cours intérieures, s’alimentait en effet à des puits domestiques. L’intention participait du changement d’attitude visant à rejeter les sources de nuisance vers l’extérieur. Avant la fin du XVIIème siècle, les baux de la boucherie prescrivaient aux entrepreneurs de la boucherie d’évacuer les abats hors de la ville et de les transporter au lieu-dit Le Clos-de-la-Lombarde14.

  • 15 BB 29, 30, 8 mars 1682, 18 avril 1685, 6 juin 1686.
  • 16 BB 28, 28 octobre 1675.

15La propreté des rues est en relation directe avec la présence ou le défaut de pavé. Sur ce plan, les recommandations du cardinal de Bonzy furent suivies avec célérité. Le conseil fixa le coût du pavage : le prix du sable, de la pierre et de la main-d’œuvre. Les habitants, semble- t-il, pouvaient paver eux-mêmes ou fournir les matériaux et faire exécuter le travail par le paveur au prix convenu. Une commission chargée de surveiller la fourniture des matériaux, l’avancement du pavage et la répartition de la dépense entre les intéressés fut désignée. Elle avertirait les habitants des rues huit jours avant le commencent des travaux pour qu’ils tiennent prêts les matériaux. Cette vaste entreprise fut menée à bien en dépit des imperfections signalées par l’ordonnance de police de 1700 : les demandes d’aide des maisons religieuses et les délibérations municipales concernant les secteurs de voirie incombant à la ville le prouvent. En complément, le conseil de ville décida de faire paver ses boutiques, la « cuisine de la triperie», la boucherie, le local où se trouvait le poids15. L’entreprise n’alla pas sans résistance. Les comptes rendus du conseil font part de « petites répugnances». De fait, il y eut de vives réactions. Les propriétaires avançaient que le devant de leur maison ou leur rue n’en avaient pas besoin. Des consuls furent pris à partie, injuriés16. Les habitants durent s’exécuter néanmoins car il fallait respecter certains niveaux pour que les eaux pussent s’écouler correctement. Mais un quart de siècle après le commencement des travaux, on travaillait encore au pavage des rues.

  • 17 Ibid., 31 mars, 3 avril 1676.

16La grande affaire narbonnaise en matière d’urbanisme à la fin du XVIIème siècle fut cependant l’amélioration de l’alimentation en eau car la charge en incombait entièrement au budget municipal. Rien d’important n’avait été fait en ce domaine depuis le début du XVIème siècle. La difficulté venait du maigre débit des sources, de leur éloignement, de l’entretien coûteux des conduites en terre cuite – les canonnades – éclatées par les intempéries comme en 1709 ou par le passage des charrois. La solution préconisée avec la recherche de nouvelles sources fut la construction d’un aqueduc et d’un réservoir capables de fournir l’eau au quartier Saint-Sébastien en Cité, le plus élevé de la ville, que rien ne desservait jusque-là. Le coût du projet fit reculer les édiles municipaux. Le conseil opta pour une machine hydraulique à proximité de la robine qui élèverait l’eau jusqu’à un bassin d’où elle s’écoulerait par gravité17. On ignore si les consuls narbonnais avaient eu vent du mode d’alimentation en eau de Versailles. Le choix de la technique de la machine hydraulique est néanmoins intéressant aux trois quarts du XVIIème siècle. Mais la pusillanimité du conseil se révéla désastreuse à la longue. La construction et l’entretien de la machine furent un véritable gouffre financier tout au long du XVIIIème siècle malgré un résultat décevant : la fontaine Saint-Sébastien resta des semaines entières à sec.

17La période particulièrement difficile pour Narbonne qui va de la fin des années Colbert à celle du règne du Grand roi, caractérisée par des mortalités répétées, une baisse du chiffre de la population citadine, l’augmentation de la fiscalité monarchique, l’achèvement du canal des Deux-Mers et la chute sévère du trafic maritime du port de Narbonne, fut donc marquée par une amélioration sans précédent de la voirie urbaine, de l’approvisionnement en eau et de son évacuation, en dépit de leurs insuffisances. Des commissions municipales mandatées se rendaient désormais sur place pour étudier les travaux à faire, vérifier ceux qui avaient été commandés, morigéner les habitants. L’action municipale concerna l’ensemble de la ville.

  • 18 BB 30, 19 octobre 1690.

18Ainsi au XVIIème siècle, des oppositions se manifestent, des attentes et des impatiences également. Les édiles répondent à une demande autant qu’ils la précèdent et la suscitent. La machine hydraulique, malgré ses faiblesses et son rendement médiocre, introduit la mécanique, par là un nouveau type d’intervenants dans l’équipement urbain. Les ingénieurs, jusque-là cantonnés dans l’art des fortifications et de la guerre s’appliquent à des travaux à usage public. La construction du canal royal, la présence en Languedoc d’ingénieurs de talent comme Niquet, qui travailla longtemps avec Vauban, n’y est pas étrangère. Ceux-ci n’hésitent pas à émettre des suggestions, à proposer des procédés de construction ou des matériaux nouveaux. Un sieur Caillau par exemple, ingénieur à Carcassonne, proposa en 1690 de substituer aux conduites en plomb de la fontaine Saint-Sébastien un canon en laiton dont le poids serait quatre fois inférieur18.

La municipalisation de l’assainissement et de la salubrité publique (XVIIIème siècle)

  • 19 DD 4270.
  • 20 BB 40, 14-17 avril 1724, 24 mai 1726.
  • 21 On en construisit une nouvelle, confiée à monsieur Clapiès lui-même, BB 42, 6 décembre 1734.

19Le XVIIIème siècle vit s’amplifier et devenir plus systématiques les innovations apparues à la fin du XVIIème siècle, interventions des archevêques comprises. L’influence de ces derniers dans l’ordre temporel, accrue par leur rôle joué à l’assiette diocésaine et aux États provinciaux, a été aussi déterminante qu’au plan spirituel. Cependant, à l’inverse de ce qui s’était passé en 1675-1676, c’est le conseil de ville qui pria en 1719 Monseigneur Le Goux de la Berchère de faire venir le directeur général des travaux de la province, Clapiès, afin d’étudier les raisons pour lesquelles l’eau manquait souvent et d’indiquer les réparations ou modifications qu’il conviendrait d’apporter aux canalisations et aux fontaines. Clapiès rédigea un long mémoire qu’on fit imprimer19. Il reprit l’idée d’un aqueduc, proposa la suppression de la machine hydraulique et établit les devis des réparations à entreprendre. Effrayés par leur montant, les consuls reculèrent devant la dépense et n’ordonnèrent que des travaux mineurs. Mais ils durent rapidement se rendre à l’évidence : il valait mieux intervenir énergiquement car les conduites en poterie, entièrement délabrées, fuyaient de toutes parts. Une fois de plus cependant, on différa, à cause de son coût, la construction d’un aqueduc en pierre de taille, moins fragile et d’entretien plus facile – il en aurait coûté 75 000 livres20. Le conseil limita ses ambitions à un programme de 25 000 livres consistant en une muraille qui porterait la cannonade. Certes, l’approvisionnement des fontaines de Bourg et de Cité fut amélioré, mais il fallut conserver la machine hydraulique21.

20Pour toutes les questions concernant l’approvisionnement en eau, on ne fit plus appel désormais qu’à des spécialistes. L’ère des fontainiers, seuls hommes de l’art jusque-là en charge de l’adduction d’eau, du rang des maîtres artisans, est close. L’appel à Clapiès témoigne d’un processus en cours : le recrutement d’ingénieurs par les collectivités publiques, les États provinciaux d’abord, les diocèses civils bientôt pour le réseau des routes secondaires, les villes enfin. Narbonne engagea un architecte au milieu de la décennie 1730-1739. Son rôle de conseil, d’étude des travaux à réaliser, d’évaluation des coûts et de suivi des chantiers s’étendit rapidement à tout ce qui touchait à l’urbanisme. Il porta le titre d’inspecteur des travaux de la ville à la fin du siècle. Avant chaque décision importante à prendre, il préparait un rapport chiffré pour éclairer le conseil. Avec lui s’annonce la création de services techniques municipaux.

  • 22 BB 50, 19 janvier 1772.

21Cela n’empêcha pas, à l’occasion, de solliciter l’avis de compétences extérieures. En 1771, la commission chargée de la vérification des fontaines s’adressa à Venel, un professeur de médecine de Montpellier, chimiste de renom, rédacteur d’articles de l’Encyclopédie, pour vérifier la qualité des eaux d’une source susceptible d’augmenter le débit disponible, eaux que l’on suspectait d’être plâtreuses22. Venel, après analyse, rassura. Les eaux de la source « étaient très pures et excellentes pour les usages ordinaires de la vie ». La qualité des eaux comptait désormais autant, sinon davantage, que la quantité. L’expertise de Venel participait des études préparatoires destinées, une nouvelle fois, à améliorer l’approvisionnement en eau de la ville. Inutile d’en reprendre le détail, les hésitations sur les techniques à employer – canon en poterie ou aqueduc en pierre de taille – ainsi que les dépenses à engager. En allant au plus juste, le devis des réparations des fontaines dépassait 200 000 livres en 1780, une charge considérable, très supérieure à l’entretien du pavé des rues estimé au même moment à 10 000 livres par an.

  • 23 BB 52, 23 novembre 1783.
  • 24 BB 54, 19 février 1788.

22L’archevêque n’avait pas renoncé à la solution de l’aqueduc et d’un réservoir comme il en avait été construit au cours du siècle, à Montpellier par exemple avec l’aqueduc Saint-Clément et le Peyrou. Afin de convaincre les Narbonnais, Monseigneur Dillon commanda l’érection d’un morceau à titre d’essai23. Il fallut attendre 1788 cependant et l’achèvement de la jonction de la robine de Narbonne au canal des Deux-Merssur laquelle la ville fondait beaucoup d’espoir, pour que la question fût tranchée. L’argumentation de l’inspecteur des travaux Figeac porta moins sur la quantité des eaux transportées que sur leur qualité, encore que les deux fussent liées. En dépit du coût supérieur, la construction d’un canal en pierre de taille s’imposait selon lui pour deux raisons : les dépôts limoneux se fixaient dans les canonnades aux jointures des tuyaux ; ceux-ci s’accumulant, la quantité d’eau transportée se réduisait à la longue sans qu’il fût possible d’intervenir. Avec un aqueduc, on piégerait la plus grande partie des matières solides en pratiquant des auges tous les 200 mètres environ où elles tomberaient par gravité. Ainsi, on obtiendrait « la clarté et la netteté de l’eau », avantage essentiel qu’attendait le public24.

23Plus d’un siècle sépare donc la première proposition d’un aqueduc de sa réalisation. La ville renonça toutefois à aller au terme du projet envisagé. Celui-ci prévoyait d’enterrer l’aqueduc à l’intérieur de la ville. Le maire fit valoir la gêne qu’éprouveraient les habitants pendant les travaux pour accéder à leur maison et les risques qu’encourraient les fondations. On se borna à mettre les conduites en plomb dans de la glaise placée entre deux pierres de taille. Ainsi réalisés, l’aqueduc et les conduites permirent d’augmenter sensiblement le nombre des fontaines dans les quartiers.

  • 25 BB 41, 24 juin 1729 ; BB 42, 10 mars, 6 mai 1736, etc.

24L’alimentation en eau potable de la ville prend la forme d’une lutte entre la canonnade et l’aqueduc, la poterie et la pierre de taille, toutes deux d’emploi ancien. Est-ce à dire que tout ne se résuma qu’à cela ? À l’occasion de petits conflits et d’incidents relatés dans les comptes rendus des délibérations municipales, on devine une extension du réseau d’alimentation à usage privé. Celle-ci prend la forme de concessions de lignes d’eau aux maisons religieuses, d’abord à partir des conduites des fontaines, en Cité notamment, mal desservie dans sa partie haute. Clapiès, dans un second rapport de 1724, suggérait de livrer le surplus des eaux des fontaines aux particuliers moyennant finance. C’est ce qui fut fait à partir de 172925. L’habitude se prit ainsi de concéder de l’eau au prix, environ, de 10 livres par an la ligne. À combien s’élevait le nombre de concessionnaires lorsque le conseil entreprit en 1784 de mettre sur pied un plan de concession de l’eau distribuée à partir de la conduite de Saint-Sébastien, de manière à ce que la répartition fut égale ? On aimerait le savoir. La lente substitution de l’eau publique à l’eau privée des puits domestiques accompagne la diffusion des aiguières en cours depuis la fin du XVIIème siècle. Elle ne fut certainement pas sans influence, bien qu’on ne puisse pas en mesurer l’effet, sur l’acceptation des lourds investissements nécessités par la construction d’un aqueduc.

  • 26 BB 38, 16 mai 1721 ; BB 44, 23 juin, 10 septembre 1743.

25Le pavage des rues et l’enlèvement des immondices mobilisent moins les énergies des édiles municipaux au cours du XVIIIème siècle. Il n’y avait guère à prévoir : les coûts, sans surprise, restaient supportables comparés à la construction et à l’entretien du système d’alimentation en eau. À son maximum, lors du bail de 1723, la charge de l’enlèvement des ordures s’éleva à 528 livres. Elle revint au-dessous de 200 livres au cours de la décennie 1730-1739, se réduisant à quasiment rien – 3 livres – après 1766, lorsqu’on la concéda à la corporation des jardiniers. La courbe des enchères des ordures – on ne compte pas les gages des careirriers – va de pair avec l’intérêt qu’on leur porte comme fertilisant. Ce changement profond de la perception de l’immondice et de son utilité suit ou accompagne une série d’indices mineurs qui semblent peu en rapport les uns avec les autres mais dont la signification converge. Après 1740, les registres du bureau de police ne se font plus l’écho de plaintes au sujet de jets intempestifs de matières fécales ou d’eau sale, de dépôts encombrants et malodorants. Ce n’était pas faute d’ordonnances sur la salubrité publique rappelant périodiquement les citadins à leurs devoirs ou d’interventions ponctuelles destinées à faire « un nettoyage extraordinaire des rues » dans certains quartiers, à dégager des maisons effondrées, à combler des marécages formés dans les fossés qui entouraient les fortifications dont les exhalaisons corrompaient l’air26.

  • 27 BB 44, 24 janvier 1745.
  • 28 BB 52, 7 janvier 1784.
  • 29 Ibid., 3 janvier 1785.
  • 30 BB 54, 29 janvier 1789.

26Le nettoiement des rues emploie progressivement davantage de personnes rétribuées par la communauté, ce qui explique en partie la diminution du montant des baux des immondices : des valets de ville suivent les tombereaux. Leur dénomination ainsi que le drap qu’on leur fournit pour les habiller se modifient au cours du siècle : vêtus d’abord de rouge, ils ne reçurent plus à partir de 1745 que du drap gris de Lodève27. La fonction se banalise. Les hérauts deviennent manœuvres. À la fin du siècle, la ville gage des balayeurs28. De la mise en tas des immondices à l’usage des corbeilles vidées par les habitants au passage des tombereaux, on en est venu à la municipalisation de la propreté de la voirie avec un personnel affecté à cette tâche. Les actes municipaux, insuffisamment explicites, ne permettent pas de savoir si le service rendu par les jardiniers se poursuit parallèlement au nettoiement effectué par les balayeurs de rue dont la dépense est inscrite dans le budget de 1784 pour 780 livres29. La création d’un dépôt de mendicité en 1787 donne l’occasion d’améliorer encore la propreté de la voirie. Les pauvres de la Mendicité en sont chargés sous la surveillance d’un valet consulaire dont c’est l’unique fonction30. L’affectation à cette tâche était dans la ligne du travail des pauvres préconisé depuis la mise en place de l’Hôpital général à la fin du XVIIème siècle. Elle n’en achève pas moins un renversement complet d’attitude à leur égard : au pauvre interdit d’entrée, chassé de la cité car sale et fauteur d’épidémie, se substitue le pauvre recueilli, utilisé par la ville pour concourir à la propreté des rues, à la salubrité de l’air et à la santé des citadins.

27Si le cas de Narbonne peut être éclairant, en dehors du fait que cette ville ne connaît aucun accroissement de son territoire – contraint par ses murailles fortes – ou de sa population et ne s’engage dans aucun programme urbanistique d’envergure, c’est parce qu’il permet de montrer combien les questions de salubrité publique et d’assainissement ne peuvent s’assimiler ni se borner aux aménagements spectaculaires du XVIIIème siècle, repérables dans l’espace urbain ou les comptes municipaux et réalisés dans le contexte de paix et de sécurité dont jouit l’intérieur du royaume. Certes, le XVIIIème siècle voit se produire une multiplication des initiatives ainsi qu’une augmentation considérable des investissements dans ce domaine. Les aménagements ne sont qu’un des aspects de la question, la concrétisation matérielle d’une multitude de modifications ténues qui exercent les unes sur les autres un effet d’entraînement, extrêmement lent d’abord. La difficulté est de repérer les mutations, d’en comprendre exactement la nature derrière les changements de vocables, d’en situer précisément le moment. Il est peu probable que les dates indiquées ci-dessus correspondent toujours à l’instant où les faits indiqués se sont manifestés pour la première fois et où les innovations ont été introduites. Elles n’en dessinent pas moins une trame correcte qu’il convient de nuancer et de redresser pour tenir compte de deux facteurs : le temps de latence entre l’apparition d’un phénomène et sa trace archivistique, la durée de la période entre celle-ci, l’appropriation de l’innovation par les citadins – qui la transforme en nécessité – et sa pleine efficacité.

  • 31 BB 27, 27 mai 1672 ; BB 44, 6 décembre 1744.
  • 32 BB 42, 19 décembre 1737 ; BB 49, 23 novembre 1769.

28D’autre part, les questions de salubrité publique ne peuvent s’isoler de leur environnement. Pour nous limiter à ce qui leur est le plus contigu, voici deux exemples pris dans la ville concernant la lutte contre le feu et l’éclairage urbain. La première mention d’un matériel destiné à combattre les incendies date de 1672 : la ville prévoit l’acquisition de quatre « chiringues » à bras qu’elle mettrait à la disposition des artisans chargés d’intervenir en cas de nécessité. Elle s’équipe en fait de pompes à incendies en 1744 seulement31. L’éclairage urbain est plus tardif. La première allusion à des lanternes pour la rue Droite, l’artère centrale de Cité, est de 1737 ; 100 lanternes seront commandées en 1769 moyennant 1 200 livres, leur alimentation en huile et en graisse étant estimée à 700 livres par an, soit une somme à peu près équivalente au coût de l’enlèvement des boues et des immondices32.

29Ces deux exemples rapidement évoqués, qui accompagnent les progrès décisifs accomplis dans tous les domaines au cours du XVIIIème siècle, attirent l’attention sur deux points : un tiers de siècle, voire un demi, sépare l’apparition d’une technique de son application à l’ensemble de l’espace urbain. L’arrivée de médecins à Narbonne dans la première moitié du XVIIème siècle est démonstrative à cet égard : un demi-siècle fut nécessaire pour que leur présence se traduisît en actes au niveau du conseil de ville et que commençât à se modifier le discours tenu sur la maladie et la propreté capable de la prévenir. L’équipement n’est donc que la matérialisation d’infléchissements convergeants moins manifestes. C’est cette capitalisation, fortement encouragée de l’extérieur par le président des États de Languedoc – à travers sa personne s’aperçoit l’influence de l’assemblée provinciale, d’une ville plus importante, Montpellier, et de ses institutions à caractère scientifique comme l’université ou l’Académie des sciences – qui ouvre la voie aux décisions prises par les édiles municipaux.

30À considérer les choses de haut, les progrès en matière de salubrité publique et d’assainissement urbain sont constants entre le XVIème et la fin du XVIIIème siècle, insensibles au début mais déterminants, plus rapides ensuite. L’étape de la fin du XVIIème siècle, hésitante, peu spectaculaire, paraît décisive. De l’indifférence, voire de manifestations d’hostilité, la population utilisatrice et consommatrice en vient à réclamer l’arrivée régulière de l’eau ainsi que la propreté des rues, conditions nécessaires à l’acceptation de lourds investissements pour des usages collectifs à la fin du XVIIIème siècle. À Narbonne, on est alors déjà fortement engagé sur la voie de la municipalisation de tout ce qui a trait à la salubrité publique.

Haut de page

Notes

1 Arch. num. Narbonne, BB 4, 19 février 1581 ; BB 5, 20 novembre 1591.

2 Ibid., CC 2543.

3 Ibid., BB 18, 31 mars 1631. On fait pareil en 1652 : BB 23, 3 août 1652, les gueux et les pillards sont sortis de la ville et placés dans deux huttes.

4 BB 25, 14 juillet 1664.

5 Ibid., 7 octobre 1664.

6 Ibid., 27 décembre 1662.

7 Ibid., 27 décembre 1662.

8 Gilbert Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais (1300-1789), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2ème édition, 1999, p. 1025-1032, 1107-1135.

9 BB 26, 19, 28 octobre 1675, 12 mars 1676.

10 BB 31, 18 septembre 1695.

11 Ibid., 16 mars 1696.

12 FF 4156, 4159.

13 BB 30, 6 août 1690.

14 BB 32, 10 août 1698.

15 BB 29, 30, 8 mars 1682, 18 avril 1685, 6 juin 1686.

16 BB 28, 28 octobre 1675.

17 Ibid., 31 mars, 3 avril 1676.

18 BB 30, 19 octobre 1690.

19 DD 4270.

20 BB 40, 14-17 avril 1724, 24 mai 1726.

21 On en construisit une nouvelle, confiée à monsieur Clapiès lui-même, BB 42, 6 décembre 1734.

22 BB 50, 19 janvier 1772.

23 BB 52, 23 novembre 1783.

24 BB 54, 19 février 1788.

25 BB 41, 24 juin 1729 ; BB 42, 10 mars, 6 mai 1736, etc.

26 BB 38, 16 mai 1721 ; BB 44, 23 juin, 10 septembre 1743.

27 BB 44, 24 janvier 1745.

28 BB 52, 7 janvier 1784.

29 Ibid., 3 janvier 1785.

30 BB 54, 29 janvier 1789.

31 BB 27, 27 mai 1672 ; BB 44, 6 décembre 1744.

32 BB 42, 19 décembre 1737 ; BB 49, 23 novembre 1769.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Larguier, « Salubrité publique et assainissement à Narbonne, XVIème-XVIIIème siècles », Siècles [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 21 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://siecles.revues.org/3231

Haut de page

Auteur

Gilbert Larguier

Université de Perpignan

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org