Navigation – Plan du site

Les privés à Bayonne au XVIIème siècle. Domaine privé, domaine public

Anne Zink

Entrées d’index

Index géographique :

Bayonne, France

Index chronologique :

XVIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Sur les cartes de France, Bayonne est située sur l’Adour : vue de loin et à notre époque où le tissu urbain s’est étendu, ce n’est pas faux, mais sous le règne de Louis XIV, la ville qui était alors enserrée entre ses murailles, était située sur un affluent de rive gauche de l’Adour, la Nive. Cette précision est importante pour parler des problèmes posés par l’évacuation des déjections humaines et corrélativement des ressources en eau.

  • 1 Josette Pontet-Fourmigué, Bayonne, un destin de ville moyenne à l’époque moderne, Biarritz, J & D, (...)
  • 2 Accord qui permet aux villes et aux provinces situées près de la frontière franco-espagnole de comm (...)

2D’après Josette Pontet qui a étudié Bayonne de la fin du XVIIème siècle au milieu du XIXème, la ville dans la première moitié du XVIIIème siècle telle qu’on peut l’évaluer à l’aide du premier rôle de capitation de 1704 et du premier recensement de 1730 aurait compté un peu moins de douze mille habitants1. Comme pendant la suite du XVIIIème siècle, la population n’a cessé de monter, on est tenté de supposer que cette courbe prolonge l’évolution antérieure et d’attribuer à Bayonne à la fin du XVIIème siècle un nombre d’habitants moins élevé. Mais comme la croissance économique au XVIIIème siècle semble « insuffisante», alors qu’on a l’impression qu’il y a eu un redémarrage économique brillant dès 1656, au moment où les habitants de cette frontière obtiennent des « deux couronnes » un traité de bonne correspondance qui leur permet de reprendre officiellement leur commerce2, et surtout à partir de 1660 quand la paix rend à nouveau paisible la navigation ; comme, entre 1680 et 1682, la ville a abrité, outre la population civile, quatre mille soldats utilisés comme main d’œuvre pendant la construction des fortifications de Vauban ; et comme pendant la guerre de succession d’Espagne, elle a servi de base arrière pour les troupes engagées au-delà des Pyrénées sans pourtant risquer une invasion puisque Philippe V contrôlait les provinces proches, il y avait sans doute dans le dernier quart du XVIIème siècle plus de douze mille êtres humains à Bayonne qui, citoyens ou non, s’y acquittaient de leurs fonctions naturelles.

3Bayonne a pris naissance sur une colline qui domine la rive gauche de la Nive à très peu de distance de son confluent avec l’Adour. Au sommet de la colline on trouve la cathédrale, l’évêché construit sur l’ancienne muraille romaine et à quelques mètres de là le château-vieux. Les rues dont plusieurs s’appellent ports, Port-Susée par exemple ou Port Castet, atteignent la Nive dont les eaux s’engagent entre les premières maisons qui jouissent ainsi d’un accès direct à la rivière. La ville s’est ensuite étendue à la rive droite de la Nive qui forme une presqu’île entre cette rivière et l’Adour. Côté Nive, les maisons viennent jusqu’à la rivière selon une disposition similaire ; côté Adour, la rive est assez inclinée pour ne pas être inondable : entre les murailles et le bord de l’eau, une large bande de terre sert de chantier naval. En revanche en aval du confluent, la ville est restée éloignée de la rive plate et marécageuse du fleuve. Jusqu’à la seconde moitié du XVIIIème siècle le seul aménagement consiste en un étang qui fait tourner un moulin. Comme celui-ci est situé hors des murs et loin de leur protection, on prévoit en cas de siège d’utiliser un moulin à chevaux. L’Adour n’est donc jamais proche : quand on parle à Bayonne de la rivière, il s’agit de la Nive.

  • 3 M. Duvert, « Contributions à l’étude de l’architecture bayonnaise », Bulletin du Musée basque, deux (...)

4Bayonne, située à trente kilomètres de la Bidassoa, est une ville-frontière. Ses murailles ne sont pas là comme le témoignage décrépit de la guerre de Cent ans ou des guerres civiles mais comme une des clefs du royaume, un des verrous qui le défend contre une invasion espagnole. Elles doivent donc être en état de servir : en particulier, il ne faut pas construire à l’extérieur dans les environs immédiats parce que l’ennemi pourrait profiter de l’abri des maisons pour s’approcher des fortifications. Les aménagement de Vauban avec leurs circonvallations ont fait disparaître beaucoup des maisons des faubourgs que l’invasion espagnole cinquante ans plus tôt avait ravagées. La population se presse donc à l’intérieur des remparts, les maisons passent au XVIIème siècle de deux à trois ou quatre étages3 et il n’est pas question que chacune ait un jardin avec un cabanon au fond. Entre le corps de logis qui donne sur la rue et celui qui se trouve derrière adossé à une autre maison, il n’y a même pas une cour mais la cage un peu large d’un escalier sur laquelle donnent des fenêtres. Dans ce cadre que faire des déjections naturelles et d’abord où les faire ?

5Quand les Bayonnais emploient le mot « latrines », ils recourent au terme le plus direct qu’ait possédé le français écrit de leur époque pour désigner l’endroit où l’on va déféquer. Étymologiquement « latrines », contraction de « lavatrina », du verbe latin « lavo », appartient à la catégorie des euphémismes ou des termes de dérision qui servent à désigner cet endroit : lavabo, WC, toilettes, petit coin, pipi-room. Mais comme l’étymologie latine est loin, on l’entend comme s’il désignait sans circonlocutions ce dont il parle. Aussi les Bayonnais l’évitent-ils le plus souvent : ils parlent parfois des « lieux communs » et très fréquemment des « privés », terme adopté dans le titre de cet article.

  • 4 La documentation sur laquelle se fonde cette étude est constituée des archives municipales de Bayon (...)

6La contradiction entre les termes « privés » et « communs » nous mène en effet au cœur de notre sujet : qu’ont à faire la municipalité et les pouvoirs publics dans la satisfaction de besoins qui semblent si personnels ?4

7La municipalité tente d’imposer à chaque propriétaire d’aménager des latrines dans sa maison : comme le montre Josette Pontet, la bataille n’était pas encore gagnée au XVIIIème siècle. Ceux qui habitent une maison sans privés se soulagent soit dans les venelles, ruettes ou andronnes qui séparent les maisons, c’est-à-dire dans des endroits auxquels le public a accès mais qui sont à l’écart du mouvement des rues ; soit chez eux, sans doute dans des récipients, récipients qui ne sont peut-être pas spécialisés parce que je n’ai jamais repéré dans les inventaires après décès de terme spécifique pour les désigner. De ces récipients, la municipalité n’a cure : ils sont vraiment de l’ordre du privé. Les édiles ne se courroucent qu’au moment où les matières fécales lancées par la fenêtre aboutissent dans la rue de nuit comme de jour : les risques d’incidents sont plus nombreux de jour mais la municipalité qui fait nettoyer les rues interdit aussi de s’en débarrasser ainsi pendant la nuit. Le rôle des privés, c’est de permettre aux excréments humains de ne pas aboutir sur la voie publique ou dans ses annexes.

8Deux questions alors se posent. La première concerne l’intérieur de la maison : pourquoi appelle-t-on parfois les privés « lieux communs » ? La seconde est double et va nous permettre de poursuivre la réflexion sur notre sujet : comment et jusqu’à quand les particuliers vont-ils conserver ces malodorantes matières ? et comment vont-ils s’en débarrasser ?

  • 5 Arch. Mun. Bayonne, série FF 55, 1681

9Au XVIIème siècle, les maisons de Bayonne abritent souvent plusieurs ménages. Au départ, la maison bayonnaise était conçue pour une seule famille et reprenait, avec sa façade sous le pignon et son pignon sur rue, le modèle de la maison basque. Beaucoup de Bayonnais ont ensuite construit au fond de la cour en reliant l’ensemble par un escalier qui occupait l’espace intermédiaire et dégageait de la place dans la maison elle-même. Pour gagner un étage à moindre frais, ils ont remplacé l’ancien toit à deux eaux par un toit à une seule pente donnant sur la rue. Ces transformations traduisent le désir de loger plusieurs familles dans une même maison. Une anecdote tragique témoigne d’une situation qui devait être assez commune. Alors que de nombreuses troupes ont été amenées à Bayonne pour charrier de la terre et faire de nouvelles fortifications selon les plans de Vauban, un soldat est logé chez un tisserand et sa jeune femme. Un des témoins rapporte que l’appartement ne comprend qu’une seule pièce. Le couple a dédoublé son lit, laissant le bois et la couette au soldat et s’installant par terre avec le reste de la literie. Un matin, alors que le mari a dû comme chaque jour sortir très tôt parce qu’il est préposé à l’ouverture d’une des portes de la ville, le soldat se jette sur la jeune femme et la viole5. Ce couple ne disposait donc que d’une seule pièce et la situation ne devait avoir rien d’exceptionnel puisqu’on avait logé un soldat chez lui. Les privés de la maison sont dans ce cas nécessairement des lieux communs entre tous les habitants : privés aux yeux de la municipalité, ils sont communs pour qui vit dans la maison.

10Il est pourtant possible qu’il y ait eu une installation par étage. Parmi les tuyaux qui descendent des privés de cet appartement, l’un vient du deuxième plancher. Comme les Bayonnais du Grand Siècle hésitent dans ce genre de comput, il peut s’agir soit du premier soit du deuxième étage. S’il y a des privés ne serait-ce qu’au premier, il doit y en avoir au rez-de-chaussée. À Saint-Esprit, la bourgade qui fait face à Bayonne, de l’autre côté de l’Adour, et qui, en dépit de ses cinq mille habitants, est restée une juridiction rurale sans archives municipales, les archives concernant la police sont beaucoup plus rares et aucun texte ne concerne l’hygiène publique. En revanche, comme la localité s’est très rapidement développée à partir de 1619, date à laquelle le chapitre auquel appartenait cette juridiction a obtenu du parlement de Bordeaux un arrêt qui reconnaissait sa propriété, on dispose dans les minutes notariales de plusieurs devis de charpentiers et de maçons chargés de construire des maisons ou de les réaménager. En effet, pendant que les corporations et la municipalité de Bayonne s’opposaient en corps à la concurrence que leur faisaient les nouveaux habitants de la bourgade à titre individuel, la bourgeoisie bayonnaise investissait à Saint-Esprit en logements locatifs. On peut supposer que ces bâtisses reproduisaient le modèle bayonnais, en plus systématique pourtant puisque c’était du neuf. Or dans plusieurs cas, on prévoyait sur le palier à chaque étage des lieux d’aisance communs à plusieurs logements. Toutes les maisons de Bayonne n’en étaient pas là puisqu’au siècle suivant, Josette Pontet constate que certaines en étaient encore dépourvues mais c’était sans doute l’idéal auquel on tendait. Sortons maintenant de la maison et demandons-nous où allaient les matières qu’on déposait dans ces privés. J’ai parlé plus haut de tuyaux : où allaient-ils ?

11Quand il y a des privés à l’étage, les matières descendent dans des tuyaux en poterie de Biarritz. Si la maison est située loin de la rivière et dans une rue où il n’y a pas ou pas encore d’égout, les matières sont recueillies dans la cave. Lorsque celle-ci est pleine, elle est vidée de nuit avec des seaux et des tonneaux de bois qui sont déversés dans la rivière. Il est défendu de se livrer à cette opération de jour. Nous ne connaîtrions peut-être pas cette situation s’il n’y avait parfois des incidents : comme les rues sont en pente, il arrive que la cave de l’un soit à la hauteur de la cuisine de l’autre et les matières qui rongent les murs finissent pas suinter dans la cuisine. Elles sont sorties du lieu privé où elles étaient contenues mais sans passer dans un lieu public puisqu’elles atteignent un autre lieu privé.

  • 6 Depuis 1566, les villes ont perdu la justice civile.

12Quand les remontrances orales n’ont rien donné, la victime fait adresser par notaire une protestation à son voisin encombrant. Ce type de protestation, que le notaire vient lire lui-même au domicile de la personne interpellée, a la même valeur que de nos jours une lettre recommandée avec accusé de réception. On reste dans le domaine de la démarche privée mais on a la preuve datée que le voisin a été averti du préjudice et sommé d’y mettre fin. À ce stade, soit ce dernier fait rapidement vider sa cave, c’est du moins ce que nous pouvons supposer si nous n’en entendons plus parler, soit la victime l’assigne en justice, démarche qui ne débouche pas nécessairement sur un procès : la victime peut en effet, devant notaire, se départir de sa plainte contre la promesse que la cave sera vidée. Si aucun accord n’intervient, l’affaire continue devant la cour auprès de laquelle la victime a porté plainte. En l’occurrence, il s’agit de la cour formée par les échevins et les jurats puisque la ville a la justice criminelle et la police6. Une enquête est alors menée. Le plaignant, l’inculpé et des témoins décrivent dans ce cas, avec forces détails peu ragoûtants, la situation. Je n’ai pas trouvé de sentences dans les cas de ce type mais il va de soi que le coupable devra vider sa cave : les magistrats municipaux qui siègent au tribunal appliquent en effet les règlements municipaux qui veulent qu’on vide les caves servant de fosse d’aisance en temps voulu. Pourtant, le procureur n’intervient pas dans ce genre d’affaire étant donné que la victime porte plainte elle-même, que le dommage n’affecte pas le public et qu’on reste dans la sphère du privé puisque l’écoulement a eu lieu dans une cuisine particulière.

13On change de registre pendant le procès lorsqu’il est possible de conduire les excréments directement depuis la cave jusqu’à leur déversoir filial, à savoir la rivière : les magistrats recommandent alors de changer la direction du tuyau quand il arrive à la cave et, en lui donnant une pente convenable et suffisante, de lui permettre de mener les excréments directement à la rivière dont la maison n’est pas éloignée. Techniquement c’est une meilleure solution que la longue rétention suivie de la vidange avec des seaux mais juridiquement, c’est l’équivalent : on va du privé à la rivière qui est faite pour cela dans l’esprit du temps. La municipalité a édicté des règles qui tendent à sauvegarder les ponts et la navigabilité contre les déchets solides, mais les déchets qui se liquéfient doivent aller à la rivière considérée comme un espace non-approprié mis par la nature à la disposition de tous.

  • 7 Dans la langue d’Ancien Régime, « délibération » ne signifie pas discussion dans une assemblée mais (...)

14Quand le domaine public est concerné, la procédure est différente : les échevins et les jurats prennent l’initiative de faire remédier à une situation insupportable qui leur a été signalée sans qu’il y ait dépôt de plainte parce que les particuliers qui sont gênés par l’état des choses considèrent que la municipalité est elle aussi tellement intéressée qu’ils n’ont pas à engager eux-mêmes une action judiciaire. Ils se plaignent mais ils ne portent pas plainte devant la justice, ils se contentent d’alerter les services municipaux. Dans d’autres cas, l’initiative vient des particuliers qui, là non plus, ne portent pas plainte : gênés par une situation dont ils sont en partie responsables, quelques propriétaires demandent ensemble l’autorisation de faire faire des travaux dans le domaine public. Les échevins et les jurats n’ont plus alors le même rôle que dans le cas où une fosse suintait dans un logement. Quand il y avait plainte en justice, ils agissaient comme juges ; quand on leur signale une situation intolérable dans l’espace public ou quand on leur demande l’autorisation de faire des travaux dans une rue, ils agissent comme officiers de police : à la demande du procureur de la ville, ils font une enquête et ils en reviennent avec un procès-verbal décrivant la situation observée. Le corps de ville écoute et prend une délibération7 : il autorise des travaux ou il ordonne de les faire en menaçant d’une amende au cas où ils ne seraient pas achevés dans un certain laps de temps.

15Alors que les conduites qui aboutissent à une cave descendent à l’intérieur de la maison, celles dont il est question descendent contre un mur extérieur qui donne soit sur la rue, soit à l’arrière des maisons sur la rive de la Nive, soit dans une venelle entre deux maisons. Si le tuyau est crevé quelque part sur sa hauteur – le spectacle est alors particulièrement répugnant – ordre est donné de le réparer. Ceux qui aboutissent sur la rive de la Nive doivent être continués par une section en pente qui mène les matières à la rivière et il est parfois possible, même quand la maison est assez loin de la rivière, de la joindre indirectement.

16Dans certaines rues de la ville, il y a en effet un conduit couvert appelé « canal » qui entraîne jusqu’à la rivière les eaux de pluie, les eaux sans doute assez puantes des tanneries et le sang de la tuerie, c’est-à- dire de l’abattoir. Les tuyaux de descente des privés des maisons riveraines y sont raccordés et il est possible d’y rattacher d’autres maisons en faisant construire sous une rue secondaire qui n’en est pas encore dotée un canal qui se jette dans le canal existant. Il arrive ainsi que des particuliers qui veulent faire faire un nouveau conduit sous une rue, c’est-à-dire sous un espace appartenant à la ville, en demandent l’autorisation. Elle leur est bien sûr accordée mais des difficultés surviennent du fait que tous les riverains ne sont pas prêts à contribuer aux travaux. Ceux qui en ont pris l’initiative attendent du corps de ville qu’il oblige les voisins récalcitrants ou plus pauvres à contribuer mais celui-ci n’a pas le droit de les contraindre à participer à une entreprise qui reste privée.

17La source de la puanteur se situe parfois dans une ruette, venelle ou andronne située entre deux maisons. Tout le monde l’utilise pour y faire ses besoins et pour y jeter ses détritus. Cet espace est public. Les jurats viennent faire une enquête à titre d’officiers de police mais ils savent très bien que la municipalité est incapable d’éviter des contraventions faites dans un endroit caché. Le corps de ville ordonne donc aux propriétaires des maisons qui délimitent la venelle d’en fermer l’entrée donnant sur la rue par une palissade de façon à ce que les passants ne puissent plus y entrer ni même y jeter leurs détritus. Si la venelle dessert des entrées de logements, une porte doit être ménagée dans la palissade et les intéressés en auront la clef. La venelle ne devient pas, en principe du moins, propriété privée, mais elle passe, du point de vue de l’hygiène, de la responsabilité des magistrats municipaux à celle des voisins qui la bordent.

18Josette Pontet constate qu’au XVIIIème siècle, tous les canaux trop près de la surface et mal recouverts sont susceptibles de crever. Au XVIIème siècle, ces incidents semblent être liés à l’absence de pente : je n’en rencontre pas dans les rues principales qui dévalent depuis la cathédrale vers la rivière ; je les trouve dans des rues secondaires qui sont perpendiculaires à la pente et une fois dans la rue des Basques qui est, elle aussi, parallèle à la rivière. Un cloaque se forme alors et empuantit le voisinage. La municipalité, après enquête, ordonne systématiquement aux propriétaires des maisons qui sont branchées sur ce canal de le faire déboucher, réparer et recouvrir. Les premiers canaux apparaissent dans la documentation dans la seconde moitié du XVIIème siècle mais il est probable que cela s’explique par la mauvaise conservation des dossiers antérieurs à cette époque : quand il est question pour la première fois de canaux, c’est pour prolonger vers l’amont un canal existant ou pour doter un autre d’affluents. Les canaux principaux, ceux des rues en pente, sont donc plus anciens, voire beaucoup plus.

  • 8 La Haute Navarre est située au sud des Pyrénées, la Basse Navarre au nord.

19De ce qui a été exposé jusqu’ici, on pourrait conclure que la rivière est la destination considérée comme naturelle pour tous les immondices : ce serait faux. La municipalité paie des éboueurs pour ramasser chaque semaine les détritus que les habitants sont tenus de balayer et d’amasser contre les maisons. Ces détritus ne vont pas à la rivière : les éboueurs doivent les mener dans des décharges mises à leur disposition hors les murs tout en récupérant ce qui les intéresse, si bien qu’ils protestent contre les particuliers qui les privent d’immondices utiles, sans doute du crottin des chevaux et des mulets. En effet, on ne jette pas n’importe quoi dans une rivière. Beaucoup des marchandises venues par terre tant de Haute que de Basse Navarre8 embarquent sur la Nive dès que celle-ci est navigable. Il n’est donc pas question d’en encombrer le lit avec des matériaux qui ne se dissolveraient pas dans l’eau. La municipalité leur fait la guerre, de même qu’au sable de délestage et aux tiges de maïs venues des campagnes de l’amont.

20Sommes-nous sûrs que l’eau entraîne les excréments humains dans l’océan qui n’est qu’à quatre kilomètres ? Peut-être pas. Pendant six heures, la rivière s’écoule dans l’Adour qui se jette dans la mer mais pendant six heures aussi, l’eau remonte, et pendant un long moment entre le flux et le reflux, elle reste étale : les déjections ont bien le temps de se déposer au fond et de remonter au gré des mouvements de l’eau.

  • 9 Pierre Hourmat, « Histoire de Bayonne des origines à la Révolution française », Bulletin de la soci (...)

21Les Bayonnais ne boivent pas de cette eau mais de l’eau de source conduite en ville jusqu’à une des fontaines. On connaît plus souvent les choses quand elles vont mal que quand elles vont bien : je ne crois donc pas qu’à Bayonne les fontaines aient été tout le temps à sec sous prétexte que les archives n’en parlent qu’au moment où il faut recourir à un fontainier. Dans l’intervalle, les fontaines ont certainement eu de l’eau. Quand il y avait vraiment un problème, les servantes allaient provisoirement à la fontaine du Bourg-Saint-Esprit et on y menait les chevaux à l’abreuvoir. Est-ce parce qu’on considérait l’eau de la Nive et celle de l’Adour comme polluées ? La vraie raison, si évidente qu’elle n’est jamais formulée, c’est que l’eau de ces cours d’eau est saumâtre : les chevaux eux-mêmes n’en boiraient pas. En revanche, l’idée que les matières fécales puissent être mauvaises pour la santé ne vient à l’esprit de personne : on pêche dans la Nive, les lavandières y lavent le linge, les jeunes gens s’y baignent en été ; quand on n’habite pas loin on va y laver sa salade ou ses poissons ; quand on habite plus loin on y puisse l’eau pour les usages domestiques, exceptée la boisson. Pierre Hourmat estime les besoins des Bayonnais à six litres par jour et par personne9. Or la fontaine du Saint-Esprit dont il faut parfois se contenter ne débite que trente mille litres d’eau par jour (pour plus de douze mille habitants sans doute) et les autres n’ont jamais un débit très rapide. On utilise donc l’eau de la rivière.

22En matière d’hygiène, les Bayonnais ne se distinguent donc pas de leurs contemporains. Ils n’aiment pas recevoir d’excréments lancés par la fenêtre, ni marcher dedans, ni devoir traverser un cloaque incontournable, mais ce qui les préoccupe le plus, ce sont les mauvaises odeurs qui dissuadent les voisins de se tenir à leur fenêtre et qu’ils pensent être la cause de maladies, surtout en été. Ils ne boivent pas de l’eau saumâtre mais ils se baignent, lavent leurs vêtements et leur nourriture dans de l’eau que nous considérerions comme polluée alors qu’en matière de peste la municipalité est très soucieuse d’écarter les marchandises et les voyageurs venant des zones contaminées, qu’à plusieurs reprises elle a même renoncé à tenir sa foire et qu’elle a monté bonne garde puisque la ville a traversé le XVIIème siècle sans être atteinte. Il devait bien y avoir quelques typhoïdes mais pas au point d’alerter l’opinion.

23Ainsi, à l’occasion de la satisfaction des besoins naturels en ville se manifeste l’opposition du public et du privé. Un suintement dégoulinant dans une cuisine au travers d’un mur mitoyen relève du privé : pour en être débarrassé, il faut porter plainte et personne ne le fera pour vous ; le procureur n’intervient même pas. En revanche, les juges seront d’autant plus enclins à obliger le responsable à faire cesser la nuisance qu’ils sont en même temps magistrats municipaux responsables de la santé publique : non seulement comme juges, ils prennent le parti de celui qui subit un dommage et ils assurent le maintien de la paix publique en le détournant de l’idée de se faire justice lui-même, mais de plus ils ont un texte à appliquer, le règlement de police édicté par la ville qui explique quand et comment il faut vidanger ces fosses.

24Quand les matières débordent d’une façon ou de l’autre sur l’espace public, c’est à eux à défendre un domaine dont ils sont les gestionnaires et le bien public dont ils sont les gardiens. Le corps de ville, après avoir envoyé des enquêteurs à la demande du procureur, prend une décision ordonnant aux propriétaires qui sont à l’origine du débordement d’y mettre fin sous peine d’amende. La décision, comme toutes les décisions administratives sous l’Ancien Régime, prend la forme d’un jugement (un arrêt du corps de ville) mais en l’occurrence la municipalité juge et partie remplit ses obligations de police.

25Cette opposition se retrouve dans les sources : les actes notariés pour la sphère privée (devis de construction, acte de protestation signifié par notaire, accord, désistement de plainte, retrait d’un procès en cours) ; les actes de la municipalité pour la sphère publique (registres de délibérations dans la série BB, dépenses dans la série CC, police dans la série FF). Toutefois, le discours des intérêts privés se trouve dans les archives municipales quand un particulier a recours à la justice contre son voisin.

Haut de page

Notes

1 Josette Pontet-Fourmigué, Bayonne, un destin de ville moyenne à l’époque moderne, Biarritz, J & D, 1990.

2 Accord qui permet aux villes et aux provinces situées près de la frontière franco-espagnole de commercer entre elles alors que les deux royaumes sont en guerre l’un contre l’autre.

3 M. Duvert, « Contributions à l’étude de l’architecture bayonnaise », Bulletin du Musée basque, deuxième semestre 1987.

4 La documentation sur laquelle se fonde cette étude est constituée des archives municipales de Bayonne, conservées dans le service Patrimoine de la médiathèque municipale – notamment les séries BB, CC et FF – et des minutes des notaires de Bayonne conservées aux archives départementales des Pyrénées-Atlantiques à Pau. Les liasses CC 479 (1672-1701), FF 524 (1602-1673) et FF 530 (1671-1701) ont été particulièrement sollicitées.

5 Arch. Mun. Bayonne, série FF 55, 1681

6 Depuis 1566, les villes ont perdu la justice civile.

7 Dans la langue d’Ancien Régime, « délibération » ne signifie pas discussion dans une assemblée mais désigne la décision qui sort de la discussion.

8 La Haute Navarre est située au sud des Pyrénées, la Basse Navarre au nord.

9 Pierre Hourmat, « Histoire de Bayonne des origines à la Révolution française », Bulletin de la société des sciences, lettres et arts de Bayonne, année 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Zink, « Les privés à Bayonne au XVIIème siècle. Domaine privé, domaine public », Siècles [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://siecles.revues.org/3235

Haut de page

Auteur

Anne Zink

Professeur honoraire des Universités

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org