Navigation – Plan du site

L’assainissement dans les villes du Nord au XVIIIème siècle. Quelques éléments de comparaison avec l’Europe méridionale

Catherine Denys

Entrées d’index

Index géographique :

France, Nord, Lille, Namur

Index chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Soleil contre pluie, poussière contre boue, la comparaison des questions d’assainissement dans les villes du Sud et du Nord de l’Europe déclenche dans les esprits ces clichés réducteurs. Au-delà de ces réflexes mentaux paresseux, l’étude précise des problèmes et des solutions mises en œuvre dans les villes montre pourtant une grande variété de cas qui ne peuvent toujours se coaguler dans des ensembles régionaux, ainsi que des convergences entre des villes très éloignées les unes des autres. La recherche des politiques urbaines septentrionales et méridionales de salubrité doit donc d’abord s’attacher, sans a priori ni déterminisme environnemental excessif, à observer de près les situations locales, selon les possibilités fournies par les archives, avant de proposer quelques éléments de comparaison générale.

Les efforts incessants des échevins de Lille

2Avec 50 à 60 000 habitants au XVIIIème siècle, la capitale des Flandres françaises offre un champ d’étude privilégié. La richesse et l’ancienneté de ses archives, les traditions bien établies et toujours respectées d’intervention vigoureuse du Magistrat, c’est-à-dire des échevins, permettent des approches variées de la question.

  • 1 Archives Municipales de Lille (AML), Affaires générales, carton 561, dossiers 14 et 15.

3Au Moyen Âge et pendant toute l’époque moderne, Lille, souvent encore orthographié « L’Isle », mérite toujours son nom par son aspect amphibie. La ville, bâtie sur un site marécageux entre la haute et la basse Deûle, est en effet traversée par de nombreux canaux et rivières et entourée de fossés de fortification. Cette omniprésence de l’eau, sa proximité immédiate des habitations et ateliers, semblent un atout pour la salubrité publique en facilitant les activités de nettoyage et l’évacuation des déchets. Pourtant, dès le XVIIème siècle, Vauban signalait l’insuffisance d’alimentation en eau, et à plusieurs reprises durant le XVIIIème siècle, les Lillois se plaignent de la « courtesse » des eaux. Dans le quartier populaire de Saint-Sauveur en 1783, 300 puits sont presque à sec, ce qui inquiète et gêne beaucoup les habitants1.

4Car l’abondance des eaux est ici plus apparente que réelle. Les niveaux pluviométriques annuels du climat flamand ne sont pas très élevés, même si la répartition régulière des pluies entretient une humidité permanente. D’une année sur l’autre, les quantités de pluie sont très variables, et le XVIIIème siècle a connu quelques périodes sèches que signalent d’ailleurs les pénuries de fourrages. De plus, cette eau doit alimenter des ménages nombreux et des activités variées. Le travail textile en particulier, qui reste la principale activité artisanale, consomme et pollue beaucoup d’eau. La densité humaine dans cette grande ville aux habitations populaires surpeuplées nécessiterait, pour le maintien de l’hygiène, des volumes d’eau propre que ni les citernes, puits, fontaines, pompes et canaux ne peuvent fournir. Enfin, dans ce site plat, l’eau ne peut s’écouler rapidement. Elle stagne dans les bras des rivières urbaines, s’évapore lentement des canaux, ne laissant aux riverains qu’un liquide boueux et puant, impropre à tout usage.

  • 2 Carole Vandamme-Boussemart, « La pollution à Lille aux XIVème-XVème siècles », La pollution au Moye (...)
  • 3 Christophe Opigez, Les problèmes d’hygiène et de sécurité à Lille à la fin de l’Ancien Régime (1667 (...)

5L’ancienneté des préoccupations sanitaires des échevins est patente2. Le premier ban de police ordonnant aux Lillois de balayer les rues sous peine d’amende date de 1382 et un texte de 1383 interdit aux bouchers, tripiers, tanneurs et corroyeurs de jeter leurs déchets dans les rivières intra-muros. Dès cette époque, il existe dans les rues des dépôts d’ordures publics, appelés fiens, entourés de planches, où les particuliers peuvent porter leurs immondices qu’enlèvent des entrepreneurs disposant d’un bail à ferme. La plupart des dispositifs en œuvre au XVIIIème siècle fonctionnent déjà au XVème siècle. Les ordonnances sur la salubrité publique, les dossiers concernant les entrepreneurs du nettoiement, les travaux publics ou les plaintes des habitants, s’allongent et s’épaississent entre la fin du Moyen Âge et la fin de l’époque moderne, mais il faudrait examiner attentivement l’ensemble pour savoir si cela traduit un besoin accru d’hygiène ou si ce n’est que le reflet d’une croissance en volume commune à toutes les archives de la ville. Même si le XVIIIème siècle montre un renforcement des mesures prises pour lutter contre les pollutions, les permanences semblent plus fortes que les véritables nouveautés3.

  • 4 Le Rewart était une sorte de maire honorifique, chargé principalement des travaux, cérémonies et in (...)

6Ces aspects normatifs et techniques de l’assainissement lillois n’épuisent pas encore les archives. Les sources de la répression les complètent car le Magistrat fait appliquer sa volumineuse réglementation par ses agents de police ordinaires : sergents de ville, huissiers des boues, commissaires de quartier. Ceux-ci dénoncent les infractions devant une « Chambre du nettoiement » composée du Rewart4, de deux échevins-commissaires au nettoiement, deux jurés et deux prud’hommes. La chambre du nettoiement lilloise reproduit donc, en réduction, la composition de l’échevinage.

7La procédure est sommaire : dénonciation de l’infraction, assignation du coupable, comparution en personne. Les débats sont oraux et rapides. Si l’accusé reconnaît sa faute, il est immédiatement condamné ; s’il nie, le tribunal « renvoie » à preuves, c’est-à-dire le convoque pour la semaine suivante avec quelques témoins, dont le dénonciateur. Ceux qui refusent ou négligent de comparaître sont condamnés par contumace, après un renvoi à huitaine. L’appel est possible devant le tribunal scabinal, mais exceptionnellement utilisé.

8Les amendes sont très légères : quelques patars, ce qui ferait quelques sous français. Leur faible montant contraste avec les sommes plus élevées prévues par les ordonnances. De nombreux comparants, arguant peut-être de leur misère ou de leurs bonnes intentions, sont d’ailleurs relaxés sans frais. Au contraire, les quelques nobles et clercs assignés, souvent pour un domestique, n’obtiennent aucun rabais. Les femmes sont généralement moins taxées que les hommes, ce qui peut expliquer pourquoi certains artisans se font représenter par leur épouse. La sévérité du tribunal ne s’exerce qu’à l’encontre des contumaces répétées. La chambre du nettoiement lilloise agit donc comme les nombreux petits tribunaux de police municipale aux procédures sommaires mais paternalistes et indulgentes.

9L’activité de la chambre était aussi très irrégulière. Ses dossiers couvrent les années 1677-1739, avec une interruption de 1679 à 1682, mais si certaines périodes se signalent par une assiduité particulière, telle l’année 1731 avec 843 condamnations, d’autres sont beaucoup moins remplies. Le tribunal ne condamne en moyenne qu’une ou deux personnes à chaque fois qu’il siège, c’est-à-dire deux fois par semaine. Les dossiers des années 1680-1700 sont très irréguliers et ceux des années 1700-1720 encore imparfaits. Les choses ont été visiblement reprises en main dans les années 1720-1739, mais rien ne permet de savoir pourquoi la source s’éteint à cette date.

  • 5 AML, Affaires générales, carton 556, dossier 11.
  • 6 Dans le Nord de la France, on peut signaler Amiens et Douai, mais il en existe certainement d’autre (...)

10Le relevé des sentences de 1700 à 1739 donne au total 5 658 actes, dont plus de la moitié correspondent à la décennie 1729-1739. Cette inflation temporaire traduit une véritable volonté des échevins d’améliorer la situation, car cette répression renforcée fait suite à un texte édicté le 16 novembre 1729 sous le titre d’« Ordonnance de police concernant les moyens à pratiquer pour le prompt nettoiement des rues » 5, en 24 articles, qui systématise les divers textes antérieurs. La forte activité des années suivantes en montre le souci d’application concrète. Plus ponctuellement, il est possible de repérer, sur certaines interdictions précises, la même coïncidence entre le moment législatif et le moment répressif. Ainsi les amendes prononcées à rencontre des gens qui élèvent des cochons dans la ville sont extrêmement rares dans tous les dossiers, excepté en 1719-1720 où on en rencontre 9 alors que le Magistrat « rafraîchit », c’est-à-dire republie, l’interdiction le 30 décembre 1719. Cette adéquation entre répression et parution des ordonnances, même s’il est difficile de la mesurer dans la durée, rend d’ailleurs leur valeur aux textes normatifs, et contredit l’opinion souvent exprimée sur l’incapacité des autorités municipales à faire respecter leur propre réglementation. Il est vrai que ces archives de la répression ordinaire, de la « petite police » des villes, ont souvent disparu, contrairement aux textes normatifs, conservés avec plus de respect. Mais plusieurs villes en possèdent encore6, qui attendent les chercheurs.

11La ventilation des sentences lilloises montre à la fois la diversité des objets de l’attention municipale et sa fixation sur quelques points précis. Plus de la moitié des condamnations (56,6 % exactement) porte sur l’hygiène, l’autre moitié (41,3 %) concerne plutôt les encombrements des rues.

12Avec 13 % des sentences, le défaut de balayage est la contravention la plus fréquente. Certains jours, la chambre condamne même sans détail tous les habitants d’une rue. Ainsi l’année 1731 voit-elle à elle seule 291 personnes condamnées pour ce motif. Comme la plupart des citadins d’Ancien Régime, les Lillois devaient en effet, chaque matin, balayer devant leur porte jusqu’au milieu de la rue. Les tas d’ordures ainsi formés devaient être ramassés peu après par les entrepreneurs du nettoiement. Les servantes, à qui revient cette corvée, sont souvent condamnées, même si ce sont les maîtres qui paient les amendes. Quelques sentences, plus rares, condamnent des gens qui ont eu l’indélicatesse de pousser leurs ordures devant la porte de leur voisin (d’ailleurs très proche étant donné l’étroitesse des façades dans cette ville flamande), ce qui provoque des querelles animées dans le quartier. La fréquence de ces condamnations s’explique sans doute par l’attention des autorités mais aussi par la relative facilité à identifier dans ce cas les coupables. D’ailleurs, le total de 726 condamnations sur 40 ans ramène les choses à une dimension plus modeste, même s’il est suffisant pour que les Lillois aient intégré cette obligation quotidienne de la vie en ville.

  • 7 Philippe Guignet, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, 1999, p. 310.

13Il était aussi de tradition chaque année, en mai-juin, de fermer les écluses alimentant les canaux pendant quelques jours pour en enlever les déchets. Vu la faible profondeur des canaux et la quantité d’immondices de toutes sortes que l’on y jetait, ce grand nettoyage annuel n’était pas un luxe. L’opération, conduite par la ville et dirigée par des employés municipaux appelés « angelos », mobilisait tous les riverains et ceux qui se dérobaient étaient condamnés. Il semble bien que les échevins aient peu à peu renforcé la répression à ce sujet, car les 2,4 % d’amendes sur ce fait n’apparaissent qu’après 1730 et ne deviennent vraiment habituelles que dans les années 1736-1739. Par ailleurs, à partir de 1747 et jusqu’en 1789, une ordonnance sur le nettoyage des canaux à la Pentecôte fut publiée chaque année7, mais la disparition des archives de la chambre du nettoiement pendant cette période ne permet pas d’en mesurer l’application. En tout cas, par les nombreuses amendes infligées tant pour le balayage des rues que pour le curage des rivières, le Magistrat lillois signifiait clairement aux habitants que la propreté était une charge collective à laquelle chacun se devait de participer.

14Les échevins luttaient aussi contre les dépôts d’ordures « sauvages ». Des dépôts officiels et le passage journalier des entrepreneurs devaient suffire à les empêcher mais l’habitude de jeter ses immondices dans la rue ou le long des remparts était solidement ancrée. 8,2 % des amendes concernent toutes sortes de déchets jetés n’importe où : boues, eaux sales, écailles d’huîtres, cendres. Les cabaretiers sont souvent mis à l’amende pour avoir jeté le fumier de leur écurie.

  • 8 Les archives judiciaires montrent que les bouchers font souvent peur : pour des raisons objectives (...)

15Parmi les professions produisant des déchets et contrevenant aux ordonnances se distinguent les bouchers qui jettent tripailles, sang, os et mauvaises viandes dans la rue ou dans la rivière, les tanneurs et peigneurs de drap qui font couler leur « brouet», les serruriers qui jettent leurs « groages », les salineurs aux eaux puantes et les brasseurs qui laissent le houblon des brassins sur la rue. Un chirurgien est condamné à une amende élevée de 30 florins pour avoir jeté du sang, qu’on devine humain, ce qui a sans doute horrifié les commissaires. La part des professionnels ainsi condamnés reste au total assez faible puisque tous ensemble ne représentent que 5 % des amendes. La faible proportion des métiers textiles surprend dans une ville dont c’était encore l’activité principale. Peut-être la police interne des métiers intervenait-elle aussi pour discipliner les comportements. La profession la plus souvent punie est celle des bouchers et tripiers. Parfois, une sentence condamne tous les bouchers de la rue, notamment lorsque les déchets sont retrouvés dans la rivière et qu’il n’est pas possible d’en connaître l’origine. Normalement, les bouchers devaient placer leurs déchets dans des cuvelles et les sortir au moment du ramassage des ordures, mais l’habitude n’en est pas encore prise. L’insistance, d’ailleurs toute relative, des échevins à changer les comportements des bouchers au XVIIIème siècle renvoie peut-être à l’horreur du sang qui grandit à cette époque et à la volonté de discipliner une profession souvent traditionnellement violente8, d’autant qu’ici, à la différence de certaines villes, les boucheries restent au centre.

16Les élevages domestiques de petits animaux (lapins, pigeons), souvent interdits dans les ordonnances, ne sont guère réprimés à Lille où la surveillance se porte surtout sur les cochons. 0,7 % des amendes en punit les propriétaires. Il s’agit moins de familles nourrissant une seule bête que de semi-fermiers urbains qui possèdent jusqu’à une vingtaine d’animaux. Plusieurs contrevenants habitent d’ailleurs des rues excentrées où il n’était pas rare de trouver aussi des vaches laitières dont la présence, elle, était parfaitement légale.

17Enfin, les efforts des échevins portent aussi sur la mauvaise habitude de jeter les eaux sales par la fenêtre. 10 % des sentences trahissent la difficulté de changer ces usages. Les nombreuses femmes condamnées pour avoir jeté de l’urine par la fenêtre permettent d’imaginer ce geste du ménage matinal : on retape sommairement la literie, on se débarrasse du contenu du pot de chambre par la fenêtre. Il est d’ailleurs peut-être moins question d’hygiène que de risque pour les passants car, après tout, personne ne condamne les hommes qui urinent contre les murs des maisons et bâtiments publics.

18L’évacuation des immondices préoccupe beaucoup les autorités qui la surveillent de près. Cela concerne aussi bien les entrepreneurs du nettoiement qui ont obtenu de la ville l’adjudication d’un quartier pour en ramasser les ordures et les conduire hors de la ville que les particuliers qui vident les fosses d’aisance des maisons. Ces deux catégories sont confondues dans les 9 % d’amendes pour transport d’ordures inadapté. Les commissaires de la chambre du nettoiement leur reprochent soit leur horaire, soit leur itinéraire, soit l’utilisation de chariots défectueux. En effet, les rues, balayées à l’aube, doivent être débarrassées des ordures tôt le matin. Il est interdit de transporter des immondices après 9 ou 10 heures, de manière à ne pas incommoder les habitants alors en pleine activité par des odeurs que la chaleur de la journée aggrave. Pour la même raison, il est interdit de passer par les places principales de la ville où se tiennent les marchés. Les brouettes et chariots mal fermés qui laissent échapper les boues puantes sont également sanctionnés. Cette catégorie d’infractions touche souvent des paysans des villages environnants, en particulier ceux de Marcq-en-Barœul, surpris à « brouetter des immondices d’aisement » après les heures autorisées, ce qui met l’accent sur l’importance de la récupération des immondices pour l’agriculture périurbaine. La surveillance des échevins contre ce manquement à l’hygiène s’étale très régulièrement sur la période, avec une moyenne d’une quarantaine d’amendes par an.

  • 9 AML, Affaires générales, carton 554, dossier 24. Voir B. Boussemart, op. cit.

19Il faut y ajouter les amendes, spécifiquement infligées aux entrepreneurs du nettoiement qui représentent 5,5 % du total et qui sanctionnent leurs négligences : rues oubliées, chariots défectueux, absence de sonnettes, dépôts hors des emplacernents réservés. Certains noms reviennent souvent, tels ceux des entrepreneurs Scrive ou Lequien. Face à ces problèmes renouvelés, la ville a d’ailleurs beaucoup hésité entre larégie municipale et l’affermage. Après 1760, une tendance à la concentration de cette activité se traduit par la diminution du nombre d’entrepreneurs, dont l’activité était jusque-là limitée à une paroisse ou un quartier. Philippe Haze obtient ainsi en 1774 un bail pour l’enlèvement de toutes les boues de la ville, mais il en sous-traite certaines parties à des « gadoueurs »9. Dans ce domaine de l’enlèvement des ordures s’opposent d’ailleurs deux logiques, celle de l’hygiène, qui voit dans ces immondices des sources d’infection insupportables qu’il ; faut évacuer au plus vite hors de la ville, et celle du profit qui voit dans l’ordure un fertilisant précieux. La ville, qui profite de l’affermage des ordures, ne peut négliger ce second aspect des choses, même si l’intérêt général commande le premier. Aussi doit-elle défendre les droits des entrepreneurs contre les empiètements des particuliers qui tentent de récupérer quelques miettes du marché. Ainsi, 2 % des amendes sont-elles infligées à des gens qui se sont servis sur un tas de fumier ou de cendres. La plupart de ces petites récupérations illicites se font dans les bâtiments militaires, corps de garde et casernes, dont les ordures sont très disputées. Le marché des ordures d’environ 5 000 soldats et quelques centaines de chevaux a provoqué de longues contestations entre l’état-major et le Magistrat, mais en dépit de toutes leurs représentations en haut lieu, les militaires ont perdu la partie, la ville ayant gardé son droit à négocier les ordures produites par la garnison.

20Les infractions relatives aux encombrements des rues sont moins diversifiées que celles concernant l’hygiène. Quatre choses seulement retiennent l’attention des commissaires. En plus grand nombre, soit 19 % du total, viennent d’abord les amendes infligées aux propriétaires ou artisans qui laissent dans la rue des « crons », c’est-à-dire des gravats de matériaux de construction ou de démolition. La sentence d’amende associe d’ailleurs souvent à la fois les amas de briques, pierres ou grès et les « crons ». En 1709, le grand nombre d’amendes de ce type signale l’importance des destructions du siège de l’année précédente. On mesure ici la difficulté concrète des travaux dans une ville d’Ancien Régime où les rues sont étroites. Les maçons, très fréquemment condamnés, s’acquittent apparemment sans rechigner de ces amendes répétées dont le total finit par représenter des sommes élevées. Une exaspération certaine apparaît néanmoins dans la mention, çà et là, de sergents injuriés lors de la dénonciation. La législation locale n’empêchait d’ailleurs pas les artisans de travailler, mais les matériaux nécessaires au chantier devaient être stockés dans des places dégagées indiquées par les commissaires de quartier et les gravats enlevés le plus tôt possible à la fin des travaux.

21Dans un registre très proche, 9,5 % des amendes punissent les Lillois qui laissent du bois dans la rue. Cela concerne là aussi, le plus souvent, des activités professionnelles encombrantes car la plupart des personnes condamnées sont des charpentiers et le bois en question souvent désigné comme des arbres, notamment des chênes. Les stocks de bois de chauffage sont plus rarement incriminés. Comme les autres matériaux de construction, ces grands volumes de bois devaient être stockés dans des espaces dégagés, par exemple sur l’esplanade, à proximité des quais où ils étaient déchargés des bateaux. Mais les techniques de l’époque ne permettaient pas un débitage rapide et il était sans doute plus commode d’amener les grosses pièces de bois à proximité de leur lieu d’utilisation. Comme pour les matériaux de construction, ces amendes se répètent régulièrement sur toute la période, traduisant à la fois l’attention constante du Magistrat et la permanence du problème.

22Lorsque les matériaux encombrants ne pouvaient être enlevés, les ordonnances prescrivaient de les entourer par quelques planches pour éviter aux voitures et aux piétons de s’y heurter, surtout la nuit. De la même manière, les caves, les fondations et autres « mortiers » devaient être protégés pour éviter des accidents. Il s’agit de prescriptions nouvelles, sans doute pas encore vraiment habituelles pour les artisans du bâtiment, d’où de véritables offensives répressives des autorités dont témoigne l’inflation importante des amendes de ce type sur quelques années. Celles-ci représentent au total 8 % des amendes, mais atteignent près de la moitié de celles infligées en 1730.

23Enfin, 3 % des amendes condamnent des propriétaires de véhicules laissés indûment sur la rue au lieu d’être garés sur les places. Cela concerne autant les humbles charrettes et chariots que les aristocratiques carrosses, et ces amendes, au total assez peu nombreuses, se répartissent tout au long de la période. Restent quelques amendes diverses infligées pour toutes sortes d’objets hétéroclites abandonnés sur les rues, pour des pots de fleurs aux fenêtres qui risquent de tomber sur les piétons et pour quelques chariots trop lourdement chargés au moment du dégel.

24Au total, ces 5 658 amendes payées par les Lillois en quarante ans donnent l’image d’une ville très vivante où le combat des autorités pour l’hygiène et la circulation se heurte à de nombreuses résistances humaines et difficultés techniques. Sans qu’on puisse réellement mesurer les résultats concrets des interventions, les documents témoignent de l’attention des édiles à ces problèmes, et même d’une constance que l’on devine méritoire face à l’ampleur de la tâche. Avec des moyens limités, les échevins namurois font preuve de la même attention.

Les préoccupations voisines des échevins namurois

25À 150 kilomètres à l’est de Lille environ, la ville de Namur a conservé une source très semblable aux sentences de la chambre de nettoiement lilloise qui permet d’établir quelques points de comparaison sur les politiques mises en œuvre dans deux villes par ailleurs très différentes. Namur en effet, quoique capitale régionale du Comté du même nom et siège de nombreuses institutions de prestige (évêché, cour de justice provinciale, États provinciaux) est une ville plus modeste que Lille. Le dénombrement de 1784 y recense 14 728 habitants et elle est relativement isolée dans une région moins densément peuplée et plus rurale que les Flandres. Restée aux Pays-Bas espagnols puis autrichiens, malgré le siège fameux de Louis XIV et une courte occupation sous Louis XV, elle fait figure au siècle des Lumières de ville moyenne un peu assoupie, éloignée des grands débats intellectuels comme des grandes innovations urbanistiques de l’époque. Elle partage néanmoins avec Lille une valeur stratégique de premier plan qu’elle doit à sa situation géographique. En effet, Namur est nichée au cœur d’un site exceptionnel, à la confluence de la Sambre et de la Meuse, qui en fait un verrou stratégique, en particulier pour les Provinces-Unies, contre un envahisseur venant du Sud. C’est donc une place militaire de première importance, flanquée d’une magnifique citadelle et de vastes fortifications autour de la ville et sur les plateaux alentours. Au XVIIIème siècle, Namur fait partie des villes de la « Barrière » aux Pays-Bas, et abrite donc une garnison hollandaise de 2 000 à 3 000 hommes.

  • 10 F. Jacquet-Ladrier, « Les services publics à Namur au XVIIIème siècle», L’initiative publique des c (...)

26Alors que le site plat et marécageux de Lille ne facilite guère l’écoulement rapide des eaux, le débit majestueux de la Meuse et de la Sambre qui enserrent Namur pose la question de l’assainissement d’une manière un peu différente. La sécheresse n’est jamais redoutée ici, mais bien plutôt les inondations répétées. Comme à Lille, la ville est irriguée par des canaux et rivières secondaires mais le niveau général des eaux, commandé par les deux grands fleuves voisins, dépasse régulièrement le niveau des rues. Les faibles moyens techniques et financiers communaux de l’époque ne permettent absolument pas d’envisager les travaux considérables qui seraient nécessaires pour éviter ces inondations. De plus, les échevins namurois semblent moins attentifs au nettoyage régulier des canaux, peut-être là encore faute de moyens, tandis qu’ils se consacrent à améliorer la distribution d’eau en créant de nombreuses fontaines10.

  • 11 Archives de l’État à Namur, Haute Cour de Namur, registres 1340-1341.
  • 12 Réforme étudiée dans C. Clemens-Denys, Sûreté publique et sécurité personnelle dans les villes de l (...)
  • 13 On trouvera une analyse plus complète dans C. Clemens-Denys, « Les activités des sergents de ville (...)

27En dépit de ces problèmes spécifiques, la police namuroise veille à la propreté de la ville. Les archives qui en témoignent sont ici des registres du fonds de la Haute Cour de Namur intitulés « rapports des sergents »11. Les lacunes de l’ensemble ne permettent une exploitation en série que pour la période 1757-1787. Il s’agit des contraventions relevées par les sergents de ville auprès de la cour scabinale. Il n’est pas possible ici d’établir une relation entre la nature des contraventions et les fluctuations de la législation locale mais l’activité renforcée des sergents dans les années 1760 correspond à une période de réforme de cette petite police municipale et d’activité accrue de ses agents12. Pendant ces 28 années, les sergents dénoncent 1 514 délits de toutes sortes, parmi lesquels 516 relèvent de la police du marché ou de l’ordre public, et donc nous intéressent peu ici13. Les 998 contraventions restantes se partagent, comme à Lille, entre les infractions à l’hygiène (830) et l’encombrement des rues (168), ce qui indique une proportion plus favorable à l’hygiène (54,8 % de l’ensemble des rapports).

28Ces infractions à l’hygiène dénoncées par les sergents namurois sont très proches de celles de Lille : 108 concernent le défaut de balayage, avec ici également des condamnations collectives de toute une rue, 458 condamnent les particuliers qui jettent toutes sortes d’ordures sur la rue, en particulier les cendres de houille. Les entrepreneurs du nettoiement qui, comme à Lille, passaient le matin dans les rues enlever les tas d’ordures, sont condamnés 134 fois pour des retards, l’absence de sonnettes, l’oubli d’une rue, un personnel insuffisant ou un matériel défectueux. Les sergents dénoncent encore 96 personnes qui ont jeté des eaux sales par la fenêtre ou la porte, ce qui au total paraît peu par rapport à Lille. Une originalité hygiénique de Namur tient encore dans la dénonciation de 26 enfants « faisant leurs nécessités dans la rue », ce qui peut d’ailleurs toucher autant la question de l’éducation et de la pudeur que l’hygiène. Enfin, les petits élevages illégaux n’apparaissent ici qu’à travers 7 condamnations contre des propriétaires de pigeons.

29L’encombrement des rues est entendu ici dans un sens plus large qu’à Lille, notamment dans la répression des jeux interdits, des conducteurs dangereux ou de la divagation des chiens. Néanmoins, deux rubriques trahissent les mêmes soucis qu’à Lille. On dénombre ainsi 56 contraventions contre les habitants qui laissent dans la rue des matériaux de construction, des gravats, des tas de bois ou de charbon, ainsi que des véhicules mal stationnés. Enfin, les Namurois étaient peut-être particulièrement amateurs de fleurs car 31 particuliers sont condamnés pour avoir placé des plantes en pots sur leurs appuis de fenêtre.

30Avec quelques nuances liées aux origines des dossiers et à des préoccupations locales un peu différentes, il apparaît néanmoins clairement que les échevins de Lille et de Namur partagent le même souci d’amélioration de la propreté et de la circulation dans les rues. Le fait que la moitié des délits sanctionnés par la police relève de l’hygiène montre bien que les autorités urbaines veillent particulièrement à changer les habitudes en ce domaine au XVIIIème siècle. Mais les tendances communes aux villes du Nord relevées ici font deviner des nuances importantes avec les politiques d’assainissement urbain pratiquées en Europe méridionale.

Quelques pistes de réflexion comparative entre Nord et Sud

  • 14 Ainsi à Bruxelles, située dans une vallée dissymétrique, la pénurie en eau de la ville haute s’oppo (...)

31Entre l’Europe méridionale et l’Europe septentrionale, la question des conséquences de facteurs climatiques différents a peut-être moins d’importance finalement pour les villes que pour les campagnes. Le rapport de la ville à l’eau dépend avant tout des conditions éminemment locales du site14. Une typologie distinguant villes de plaine, villes de fond de vallée et villes portuaires serait probablement plus pertinente que la comparaison entre villes méditerranéennes et villes océaniques. Le rapport de la ville à l’eau dépend aussi de sa densité humaine et de ses activités.

32Ainsi la marque militaire qui caractérise de nombreuses cités des Pays-Bas au cœur des grands conflits de l’époque moderne a entraîné une maîtrise précoce de l’eau et une surveillance permanente des fleuves. Les ingénieurs militaires comme les autorités civiles se sont préoccupés de longue date de l’approvisionnement en eau potable et de l’évacuation des déchets pour des garnisons aux effectifs très variables. Là encore l’opposition n’est sans doute pas globale entre Europe méridionale et septentrionale, mais elle se manifeste entre régions plus ou moins marquées par la guerre.

  • 15 Voir par exemple les travaux d’Isabelle Parmentier sur Charleroi.

33Les archives de Lille et Namur évoquées ici mais aussi celles de Douai, Valenciennes, Bruxelles et d’autres cités des anciens Pays-Bas15 fournissent une multitude d’ordonnances et de dossiers divers sur ces problèmes d’assainissement. Leur caractère commun le plus frappant est l’association de l’assainissement et de la police communale. Dans l’esprit des échevins, il n’y a pas de différence fondamentale entre nettoyer et débarrasser les rues. Cela va même au-delà de la simple idée de purger la ville des immondices et des matériaux encombrants puisque ces ordonnances et règlements voisinent aussi avec ceux marquant la volonté de la débarrasser complètement de toute présence malsaine ou inutile comme celle des mendiants et vagabonds. Cette perception principalement policière de l’insalubrité imprègne fortement le discours des responsables urbains de la région et laisse moins de place au discours médical que les villes méridionales laissent apparemment mieux s’exprimer. Bien sûr, les villes du Nord ont aussi leurs médecins soucieux de la qualité de l’eau, et plus encore de l’air, qui dissertent gravement sur les origines des maladies. Bien sûr, les épidémies sont surveillées et provoquent un renforcement des mesures d’hygiène. Mais au total, ces médecins ne sont guère invités par les échevinages à participer à l’assainissement urbain. Il y a là peut-être une déformation produite par les sources, mais le fait même que les villes du Nord aient conservé beaucoup plus d’archives policières que médicales est significatif.

  • 16 Ainsi Valenciennes, qui fait le choix de l’émiettement territorial de la surveillance policière ave (...)

34Cette association typiquement septentrionale entre police et hygiène se retrouve dans les pratiques territoriales urbaines. Dans toutes les villes évoquées ci-dessus, les échevinages ont découpé à plusieurs reprises l’espace urbain pour assurer un meilleur nettoyage. Selon les méthodes privilégiées (participation des habitants, régie municipale, affermage à des entrepreneurs), les règlements sur la propreté des rues obligent les autorités à concevoir un traitement spécifique de l’espace urbain qui rejoint les réflexions de l’époque sur la territorialisation policière. Les quartiers de nettoyage ne coïncident pas toujours avec les quartiers de surveillance policière mais souvent, les choix qui président à l’installation des uns et des autres sont les mêmes16.

35Enfin, la similitude des méthodes envisagées et mises en œuvre dans ces villes tient aussi à la tradition conservée pendant toute l’époque moderne de correspondance de ville à ville. Chaque Magistrat se tient au courant des expériences menées ailleurs et interroge ses collègues sur ce qui se fait chez eux. Les textes réglementaires circulent et servent de modèles. Il n’est pas rare de trouver une ordonnance d’une autre ville dans les brouillons préparatoires à un texte local et dans les anciens Pays-Bas, cette correspondance est entretenue à travers les frontières. L’influence du pouvoir central parisien n’est pas négligeable mais la diffusion des nouveautés ne suit pas un canal unique de Paris vers le Nord. L’Angleterre, les Provinces-Unies, les Pays-Bas autrichiens fournissent aussi des modèles et toutes les villes de la région partagent leurs expériences entre elles. La forte cohésion culturelle de ces cités septentrionales au passé commun se retrouve sans doute dans certaines régions méridionales de l’Europe comme l’Italie du Nord, mais probablement moins dans les villes du sud du royaume de France, plus sensibles au XVIIIème siècle aux innovations parisiennes.

36Ainsi, même s’il est certainement trop tôt pour proposer une synthèse et une comparaison globale des politiques d’assainissement entre villes du Nord et du Sud de l’Europe à l’époque moderne, il est légitime de s’interroger sur ce qui fonde d’éventuelles ressemblances ou différences. D’ores et déjà, on a suggéré ici quelques pistes : le dépassement des généralités climatiques au profit des conditions locales des écosystèmes urbains, l’attention aux archives de mise en application et pas seulement aux textes normatifs, la part relative de l’approche médicale et de l’approche policière de la propreté des rues, la diffusion des modèles et les voies empruntées par les nouveautés.

Haut de page

Notes

1 Archives Municipales de Lille (AML), Affaires générales, carton 561, dossiers 14 et 15.

2 Carole Vandamme-Boussemart, « La pollution à Lille aux XIVème-XVème siècles », La pollution au Moyen Âge et à l’époque moderne, Colloque de Liessies, 1999.

3 Christophe Opigez, Les problèmes d’hygiène et de sécurité à Lille à la fin de l’Ancien Régime (1667-1789), mémoire de maîtrise, université de Lille-III, 1991 ; Benoît Boussemart, Les problèmes d’hygiène dans la ville de Lille, de la fin de l’Ancien Régime à l’aube de l’ère industrielle (1750-1830), mémoire de maîtrise, université de Lille-III, 1992. Ces mémoires sont consultables au Centre d’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest à Lille-III. L’ouvrage collectif, Lille au fil de l’eau, publié par la Voix du Nord et la Société des Eaux du Nord, en juin 2001, propose une synthèse richement illustrée. Philippe Guignet a rédigé les pages 79-114, sur l’époque moderne.

4 Le Rewart était une sorte de maire honorifique, chargé principalement des travaux, cérémonies et incendies.

5 AML, Affaires générales, carton 556, dossier 11.

6 Dans le Nord de la France, on peut signaler Amiens et Douai, mais il en existe certainement d’autres.

7 Philippe Guignet, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, 1999, p. 310.

8 Les archives judiciaires montrent que les bouchers font souvent peur : pour des raisons objectives (ils sont forts car ils consomment des protéines, possèdent de grands couteaux, nourrissent d’énormes chiens) et des raisons psychologiques (ils tuent, font couler le sang...).

9 AML, Affaires générales, carton 554, dossier 24. Voir B. Boussemart, op. cit.

10 F. Jacquet-Ladrier, « Les services publics à Namur au XVIIIème siècle», L’initiative publique des connuunes en Belgique, fondements historiques (Ancien Régime), Crédit communal de Belgique, coll. Histoire, série in-8, no 65, 1984 ; M. Libert, « La question de l’eau à Namur au XVIIIème siècle», Annales de la Société Archéologique de Namur, tome 68, 1994, pp. 307-338.

11 Archives de l’État à Namur, Haute Cour de Namur, registres 1340-1341.

12 Réforme étudiée dans C. Clemens-Denys, Sûreté publique et sécurité personnelle dans les villes de la frontière entre les Pays-Bas et la France au XVIIème siècle, Thèse Arras, 1998, 3 vol. Publication d’une synthèse en cours.

13 On trouvera une analyse plus complète dans C. Clemens-Denys, « Les activités des sergents de ville de Namur au XVIIIème siècle », Annales de la Société Archéologique de Namur, t. 70, 1996, p. 187-226.

14 Ainsi à Bruxelles, située dans une vallée dissymétrique, la pénurie en eau de la ville haute s’oppose à l’eau abondante mais stagnante de la ville basse. Voir M. Van Nimmen, « Aperçu de l’alimentation de Bruxelles en eau potable aux XVIIème et XVIIIème siècles », Cahiers bruxellois, tome XXIII, 1978, p. 35-47.

15 Voir par exemple les travaux d’Isabelle Parmentier sur Charleroi.

16 Ainsi Valenciennes, qui fait le choix de l’émiettement territorial de la surveillance policière avec les connétablies, crée à la fin du siècle des circonscriptions de nettoyage très petites : 18 quartiers dans le règlement du 13 janvier 1789, Archives Municipales de Valenciennes, FF 370. Douai au contraire reste fidèle au territoire des paroisses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Denys, « L’assainissement dans les villes du Nord au XVIIIème siècle. Quelques éléments de comparaison avec l’Europe méridionale », Siècles [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 21 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://siecles.revues.org/3243

Haut de page

Auteur

Catherine Denys

Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org