Navigation – Plan du site

Entrées d’index

Index géographique :

Bayonne, France
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette expression est attestée dès la fin du Moyen Âge, en Italie notamment. Elle se confond très la (...)

1Afin de contribuer à la réflexion concernant la salubrité publique dans l’Europe méridionale entre la fin du Moyen Âge et le XVIIIème siècle, chacun des auteurs s’est efforcé de mettre au jour, à l’échelle de son aire d’étude, les étapes qui rythment l’évolution de la notion de salubrité publique (ou de santé publique1) et des politiques d’assainissement. Il en ressort que les crises épidémiques du XIVème siècle sont, en grande partie, à l’origine de la notion de santé publique et du développement des infrastructures sanitaires. Plusieurs cas ici étudiés en font état et les preuves que l’on peut glaner par ailleurs ne font le confirmer. Dans le royaume de Majorque, les premières ordonnances sanitaires datent aussi de cette période-là. Ce n’est qu’à partir de la fin du Moyen Âge que des politiques urbaines globales sont mises en place. De quelle manière évoluent-elles ?

2Il paraît indéniable qu’à partir du XIVème siècle, de nombreuses autorités municipales accordent à la salubrité publique une attention particulière. Des dispositifs sont mis en œuvre, lesquels sont étayés par une production normative abondante, souvent réactualisée : des ordonnances ou des règlements municipaux, plus que des pragmatiques ou des édits monarchiques. Soyons toutefois prudents. La mise en contexte de ces initiatives s’avère nécessaire pour en comprendre la véritable importance. Sans préjuger de l’intérêt de la documentation juridique, disons cependant que l’accroissement de la production de règlements et de lois de la part des autorités politiques (que celles-ci soient municipales ou « centrales ») est un phénomène propre à l’époque moderne, qui concerne des domaines très variés. On pourrait énoncer le même type de remarque pour ce qui est de la création des offices ou des magistratures à caractère sanitaire. Toutefois, même si les préoccupations concernant la salubrité connaissent leur essor dans un contexte politico-administratif particulier (celui de la mise en place de structures municipales et du renforcement du cadre urbain), le nombre des conflits qu’elles suscitent révèle une intériorisation générale des préoccupations sanitaires. On a souvent souligné les multiples infractions faites aux codes de salubrité publique. L’élévation de plaintes et la dénonciation de nuisances publiques aux instances compétentes permettent de démontrer que les populations prennent une part active à l’assainissement de leurs espaces de vie. Dans la pratique, les concepts de « bien commun » et d’intérêt privé ne sont pas toujours divergents dans ce domaine.

3Au moment d’établir des seuils dans l’évolution des politiques, l’identité des acteurs institutionnels compétents doit aussi être prise en compte. Le pouvoir municipal et le pouvoir étatique ne s’engagent pas simultanément dans le domaine de la salubrité, le premier s’impliquant plus tôt et plus fermement que le second au cours de la période moderne. Les XVIIème et XVIIIème siècles pourraient constituer, à un rythme très différent selon les espaces concernés, une étape nouvelle dans la mise en œuvre de politiques cohérentes d’assainissement, servies en outre par des évolutions de la technique et de la pratique médicale. Il n’est pourtant pas question d’appliquer des modèles temporels établis a priori, en l’occurrence ceux concernant la naissance de l’État moderne, aux situations ici étudiées. Certes, en France, l’implication de l’État est précoce en matière d’assainissement. Mais dans les territoires de la Monarchie hispanique, la situation est tout autre. Les cas de Barcelone et de Naples montrent que les pouvoirs municipaux sont longtemps en mesure de concurrencer les pouvoirs étatiques, même, pour la seconde ville, après l’indépendance au XVIIIème siècle du royaume dont elle est la capitale. Pour une bonne compréhension de cet aspect de la question, le degré d’affirmation du pouvoir royal et l’ampleur des compétences municipales ou locales sont des facteurs qu’il importe de mesurer.

4La situation sanitaire évolue-t-elle de manière homogène dans l’ensemble de l’Europe méridionale ? Au cours de la période moderne, le besoin accru d’hygiène se substitue-t-il au besoin originel, celui d’enrayer les épidémies ? Il semblerait que la vigilance à l’égard de la maladie et le développement de l’idée de confort urbain cheminent en parallèle, tout aussi bien dans l’Europe méridionale que dans les régions plus septentrionales. Cependant, ceci relève principalement d’un idéal que l’on retrouve dans les discours sous sa forme la plus accomplie. Les autorités compétentes se sont efforcées de faire correspondre la pratique au discours théorique, parfois non sans mal quand les exigences de propreté entraient en contradiction avec celles concernant la qualité de l’alimentation, comme on le constate pour les activités d’abattage du bétail de boucherie. Dans le sud de la France, les services de la voirie urbaine se sont considérablement développés au cours de la période moderne. Les systèmes d’adduction d’eau et d’évacuation des immondices ont connu des progrès inégaux. Les méthodes mises en place ont-elles constitué un modèle qui a lui-même eu des effets sur la définition de l’idéal recherché ? L’interrogation demeure et constitue une piste à explorer pour l’étude de l’assainissement urbain.

5Reste à poser la question de la médicalisation des politiques sanitaires, qui semble constituer un critère de différenciation pertinent. Là encore, la distinction ne s’établit pas entre le Nord et le Sud, mais entre les domaines hispano-italien et français. Dans le premier cas, le médecin, en tant qu’expert, est associé, voire intégré, aux magistratures de santé, tandis que, dans le second cas, il n’est souvent que consulté. Une hypothèse explicative peut être énoncée. Dans le domaine hispano-italien, la participation au politique a des effets valorisants sur le corps médical, mieux et plus précocement associé qu’en France aux autres élites qui sont appelées à faire fonctionner les rouages institutionnels locaux. Son implication dans les politiques de santé et de salubrité publiques lui permet de jouer un rôle notable dans l’évolution complexe des relations entre le « pouvoir central » et les autorités municipales. D’une manière plus générale, les conséquences sociales des politiques et des pratiques d’assainissement méritent d’être approfondies car elles permettent de comprendre à la fois les raisons de l’évolution de la norme et la réceptivité des populations par rapport à celle-ci, donc les avancées réalisées au cours de l’époque moderne et leurs limites.

Haut de page

Notes

1 Cette expression est attestée dès la fin du Moyen Âge, en Italie notamment. Elle se confond très largement avec ce que nous nommons aujourd’hui la salubrité publique. Les deux notions sont en fait liées aux époques étudiées, comme le sont dans les mentalités la lutte contre la contagion et l’éloignement des miasmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natividad Planas, « Conclusion », Siècles [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 21 juillet 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://siecles.revues.org/3251

Haut de page

Auteur

Natividad Planas

Université Blaise-Pascal, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org