Navigation – Plan du site

La cité et les agglomérations des Lémovices dans les sources livresques antiques (littéraires, didactiques, administratives, cartographiques)

Robert Bedon

Résumé

Les sources littéraires relatives au peuple, puis à la cité des Lémovices, à son chef-lieu et à ses agglomérations sont peu abondantes, et s’échelonnent de la guerre des Gaules à la fin du Ve siècle. Trois grands types de sources littéraires sont parvenus jusqu’à nous : des livres, des listes officielles et des itinéraires. Outre le Bellum Gallicum de César, seul à nous renseigner sur les Lémovices indépendants, Strabon, Pline l’Ancien, Ptolémée ou Sidoine Apollinaire citent brièvement les Lémovices. L’évêque de Limoges Ruricius livre de parcimonieux, mais précieux renseignements sur la cité au Ve siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Pour une recherche historique ou archéologique portant sur l’Antiquité, les sources écrites, et plus particulièrement livresques, en provenance de cette période, constituent toujours des documents précieux, même si leur interprétation et leur exploitation créent parfois des difficultés. Il se trouve que les siècles nous en ont transmis quelques-unes, d’ordre littéraire, didactique, administratif, cartographique, certaines portant sur la cité des Lémovices elle-même, d’autres sur sa capitale, Augustoritum, et plusieurs sur d’autres agglomérations de cette cité. Les unes fournissent des éléments descriptifs, les autres relatent des événements d’importance diverse, ou révèlent des situations de plus ou moins longue durée ou momentanées, voire des faits ne se haussant pas au-dessus de l’anecdotique mais révélateurs de modes de vie ou de valeurs personnelles, familiales ou religieuses. La période la plus ancienne qu’elles évoquent correspond à la Guerre des Gaules, ce qui nous fait remonter au milieu du ier siècle avant notre ère. À l’autre extrémité, il a paru nécessaire d’aller jusqu’à l’extrême fin du ve siècle, voire quelques années au-delà : en effet, un certain nombre de passages textuels qui se rapportent à la cité ou à ses agglomérations se concentrent sur la période terminale de l’Empire et sa charnière avec le début du haut Moyen Âge. Mais le contenu de ces derniers trouve ses origines plus haut dans le temps, et de plus les auteurs à qui nous les devons étaient en possession d’une culture dont les éléments plongent leurs racines loin dans le monde romain. Les pages qui suivent se consacrent à l’exposition de ces sources, à leur commentaire et à l’examen de leur apport respectif pour la connaissance de la cité des Lémovices et de ses agglomérations, ainsi que de certains des événements qu’elles ont connus et des situations où elles se sont trouvées durant l’Antiquité.

Les Lémovices dans les sources livresques antiques

  • 1 Je me permets de renvoyer à cet article pour le détail des argumentations qu’il propose : Robert Be (...)

2Les Lémovices apparaissent dans l’Histoire avec les Commentaires de la Guerre des Gaules de César, plus précisément leur livre VII qui relate comme on sait les combats de 52 avant notre ère. Mais les informations fournies par cet auteur s’accompagnent d’une difficulté : il semble bien qu’il fasse alternativement état non pas d’un, mais de deux peuples lémovices, l’un occupant l’emplacement continental qu’on lui connaît à l’époque romaine et l’autre en situation maritime, mais non localisé, et ne sortant de l’ombre que dans le Bellum Gallicum. Le premier se trouve mentionné trois fois, le second à deux reprises, ainsi que je me suis efforcé de l’établir dans un article rédigé en parallèle avec ces pages pour la revue Travaux d’Archéologie Limousine, à partir d’une relecture des passages où figurent les Lémovices, d’une mise en relation de ces passages avec des séquences antérieures de l’ouvrage, et d’une réflexion menée sur les informations apportées par le conquérant1.

3Le premier passage qui concerne les Lémovices continentaux, donc ceux du futur Limousin, fait partie d’un chapitre relatant la formation d’une armée de secours destinée à dégager Alésia. Une assemblée des chefs gaulois fixe le contingent lémovice à dix mille hommes :

  • 2 César, Commentaires de la Guerre des Gaules [désormais « B.G. »], vii, 75, 2-4.

Imperant […] Sequanis, Senonibus, Biturigibus, Santonis, Rutenis, Carnutibus duodena milia ; Bellouacis x ; totidem Lemouicibus ; octona Pictonibus et Turonis et Parisiis et Heluetiis2
« Ils demandent […] aux Rutènes, aux Carnutes douze mille [hommes] chacun, aux Bellovaques dix <mille [hommes]> ; autant aux Lémovices, huit chacun aux Pictons, aux Turones, aux Parisii et aux Helvètes. »

  • 3 Suétone, Diuus Iulius, 56 : opinions de Cicéron, d’Hirtius et d’Asinius Pollion sur les grandes qua (...)
  • 4 Et bien au-dessus des Lémovices armoricains, mentionnés par César à l’intérieur d’un groupe de peup (...)

4Nous sommes dans cette phrase en face d’un processus stylistique d’accélération et de recherche de variété, ce qui a conduit l’auteur à sous-entendre des mots pour éviter des répétitions et à renouveler ses formulations, mais l’information apportée demeure claire3 : les Lémovices ont été requis de fournir un contingent égal à celui qu’on réclamait aux Bellovaques, autrement dit dix mille hommes, ce qui les situe en matière de ressources humaines en état de combattre au même niveau que ce peuple, un peu en retrait par rapport à ceux qui ont été cités précédemment, dont leurs voisins les Bituriges, et en situation de légère supériorité relativement aux Pictons, leurs autres voisins4.

  • 5 Maurice Deloche, « Les Lémovices de l’Armorique », Mém. Soc. imp. des antiquaires de France, xxiii, (...)
  • 6 César, B.G., VII, 75, 5.
  • 7 César, B.G., VII, 76, 3.

5Je voudrais ajouter au sujet de ce passage qu’on a intégré cette demande de dix mille hommes dans des calculs ayant pour objectif, par l’addition des contingents réclamés aux différents peuples gaulois, de retrouver l’effectif global de l’armée de secours tel que le fournit César un peu plus loin5. Mais on a négligé deux éléments. Le premier, c’est l’indication par le même César que les Bellovaques, objets comme nous l’avons vu d’une demande numériquement identique à celle effectuée auprès des Lémovices mentionnés immédiatement après eux, n’ont en réalité envoyé que deux mille hommes6, et le second, que César relativise son indication chiffrée d’un circiter, « autour de, environ », qui affecte celle-ci d’une indiscutable marge d’incertitude7. À partir du cas des Bellovaques, il est permis de douter du zèle contributeur de certains au moins des peuples sollicités, et donc parmi eux des Lémovices continentaux, et de se demander s’ils ont bien envoyé l’effectif demandé, ou un peu moins. Il apparaît donc impossible de savoir combien de Lémovices sont réellement partis pour l’armée de secours, dix mille hommes ne représentant qu’un maximum qui ne s’est peut-être pas traduit dans les faits.

6Il est à nouveau question des mêmes Lémovices vers la fin du livre vii, au chapitre 88, dans la relation que fait César de la déroute de l’armée gauloise de secours, plus précisément dans une séquence qui évoque les pertes subies par cette armée :

  • 8 César, B.G., VII, 88, 4. L’établissement de ce texte résulte d’un choix. En effet, une divergence e (...)
  • 9 Nous nous trouvons encore face à une ambiguïté due à l’absence d’article en latin : le princeps ou (...)

Fit magna caedes. Sedulius / Sedullus, dux et princeps Lemouicum occiditur. Vercassivaullaunus Aruernus uiuus in fuga conprehenditur8
« Il se fait un grand massacre. Sédulius / Sédullus, chef militaire et personnage de premier rang des Lémovices est tué9. L’Arverne Vercassivellaunos est capturé vivant dans sa fuite. »

  • 10 Fonction attestée dans la cité des Lémovices jusqu’au début du ier siècle de notre ère, par l’inscr (...)

7Ce Sedulius, ou Sedullus, selon les lignées de manuscrits, se trouve désigné dans le texte comme dux et princeps Lemouicum, que l’on traduit la plupart du temps par le commandant militaire et le chef des Lémovices. Or, si son rôle de commandant militaire unique se montre indiscutable, il n’en va pas de même de l’autre fonction dont César fait état. En effet, quand on passe en revue les autres emplois du mot princeps dans le B.G. à propos des peuples gaulois, on observe qu’il ne fait que désigner le plus souvent, et même pratiquement toujours, un membre parmi d’autres à l’intérieur du groupe dirigeant des peuples cités. Ceci suggère très fortement qu’il faut renoncer à voir en lui le chef politique suprême des Lémovices pour l’année 52, mais seulement un des premiers dans leur hiérarchie politique et dans leur société. Quant au vergobret de l’année10, il sera demeuré au milieu de son peuple.

8En outre, pour achever de nous convaincre de son appartenance aux Lémovices continentaux et non à ceux de la côte, puisque César ne précise rien à ce sujet, il est à remarquer qu’il est le seul nommément cité avec l’Arverne Vercassivellaunos, haut personnage d’un peuple de premier plan, parmi les pertes de duces lors des combats devant Alésia ; cette identité de traitement révèle l’importance de ce Sédulius/Sedullus aux yeux de César. De plus, il figure au nombre des rares principes gaulois dont le nom figure dans le B.G. L’intérêt que lui porte le conquérant nous suggère donc très fortement son appartenance, non pas à un peuple armoricain d’importance réduite, mais au grand peuple des Lémovices continentaux. On soulignera également qu’il s’agit du plus ancien personnage de celui-ci dont le nom nous ait été transmis.

9Une dernière mention de ce peuple figure au livre viii du B.G., écrit non pas par César mais par un de ses amis qui l’avait accompagné dans ses campagnes en Gaule, Aulus Hirtius : il s’agit du cantonnement de deux légions sur leur territoire, à proximité de celui des Arvernes, durant l’automne 51, parmi les dispositions prises par César pour l’hiver suivant.

  • 11 Hirtius, B.G., viii, 46, 4.

Duas reliquas in Lemouicum finibus non longe ab Aruernis, ne qua pars Galliae uacua ab exercitu esset
« Il positionna les deux légions restantes dans les frontières des Lémovices, non loin des Arvernes, afin qu’aucune partie de la Gaule ne fût laissée vide par l’armée11. »

10Cette fois, il ne subsiste pas le moindre doute sur la localisation de ces Lémovices. Tout au plus la phrase offre-t-elle la possibilité de deux interprétations : soit il était nécessaire pour César de décourager d’éventuelles reprises d’hostilités de la part des Lémovices et des Arvernes, soit il installa ses légions chez un peuple désormais tenu pour sûr, afin de surveiller un voisin considéré comme pouvant reprendre les combats. Rien dans l’état actuel de nos connaissances ne permet de donner la préférence à l’une ou à l’autre de ces hypothèses.

  • 12 François Lasserre, Strabon, Géographie, Paris, CUF, t. 1, p. 11.
  • 13 F. Lasserre, Strabon […], t. 2, p. 3 et 101.
  • 14 Strabon, iv, 2, 2. Christian Goudineau, « Les provinces de Gaule : problèmes d’histoire et de géogr (...)

11Dans l’ordre chronologique, nous trouvons ensuite Strabon, dont la Géographie a été publiée vraisemblablement après le décès, survenu un peu postérieurement à 24 ou 2512, le livre iv, qui nous intéresse ici, ayant été achevé vers 18 de notre ère13. Les Lémovices y font l’objet d’une simple mention parmi les peuples situés entre la Garonne et la Loire et rattachés par Auguste à l’ancienne Aquitaine dans le cadre de l’organisation provinciale de la Gaule. Plus précisément, Strabon les cite entre les Arvernes et les Pétrocores14.

Τὰ δὲ μεταξὺ τοῦ Γαρούνα καὶ τοῦ Λείγηρος ἔθνη τὰ προσκείμενα τοῖς Ἀκουιτανοῖς ἐστιν Ἐλουοὶ μὲν ἀπὸ τοῦ Ῥοδανοῦ τὴν ἀρχὴν ἔχοντες, Οὐελλαούιοι δὲ μετὰ τούτους, οἳ προσωρίζοντό ποτε Ἀρουέρνοις, νῦν δὲ τάττονται καθʹ έαυτοὺς · εἶτα Ἀρουέρνοι καὶ Λεμουίκες καὶ Πετροκόριοι · πρὸς δὲ τούτοις Νιτιόϐριγες καὶ Καδοῦρκοι καὶ Βιτούριγες οἱ Κοῦϐοι καλούμενοι
« Quant aux peuples situés entre la Garonne et la Loire et rattachés aux Aquitains, il y a d’abord les Éluens, dont le territoire commence au Rhône, puis après ceux-ci les Vellaves, rattachés autrefois aux Arvernes, aujourd’hui autonomes ; ensuite les Arvernes, les Lémovices et les Pétrocores ; après ceux-ci les Nitiobroges, les Cadurques et les Bituriges appelés Cubes. »

  • 15 F. Lasserre, Strabon […], t. 2, p. 9-11 et 110-112 : « Sa contribution paraît certaine dans les occ (...)
  • 16 Volcacius ou Vulcacius. Sénéque le Père, Controverses, ii, 5, 13. Tacite, Annales, iv, 43.

12D’après François Lasserre, éditeur du livre iv de la Géographie de Strabon dans la Collection des Universités de France, la source de ce passage serait un panégyriste d’Auguste ou de Tibère15, assez probablement le rhéteur Volcacius Moschus, exilé à Marseille vers 20 av. J.-C. et qui y est mort en 24 ou 25 de notre ère16.

  • 17 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, iv, 109.
  • 18 Agrippa figure dans la bibliographie fournie par Pline l’Ancien, Histoire naturelle, i, 4a et se tr (...)

13Nous trouvons ensuite les Lémovices dans l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien, postérieure de quelques décennies. Là encore, il s’agit d’une simple mention parmi les peuples de la province d’Aquitaine, entre les Bituriges Cubes et les Arvernes17, mais elle semble cette fois provenir de l’œuvre d’Agrippa18.

Pictonibus iuncti autem Bituriges liberi qui Cubi appellantur, dein Lemovices, Arverni liberi, Vel<l>avi liberi, Gabales
« Et [géographiquement] reliés aux Pictons, les Bituriges qui sont appelés Cubes, puis les Lémovices, les Arvernes libres, les Vellaves libres, les Gabales. »

  • 19 Pline, iv, 106 : Lingons et Rèmes ; iv, 107 : Éduens et Carnutes.

14Outre une confirmation de leur appartenance à la province d’Aquitaine, ce passage nous apporte, a contrario, une information sur le statut des Lémovices, du moins au début de la période impériale : n’y figurant pas au nombre des cités indiquées comme libres, ni du reste comme celles qui sont dites fédérées dans d’autres chapitres19, ils doivent donc être rangés parmi les moins favorisées par l’administration impériale, celles qui étaient stipendiaires.

  • 20 Ptolémée, Géographie, ii, 7, 9, éd. K. Müller, Paris, 1883.

15Avec la Géographie de Claude Ptolémée (vers 90-vers 168), postérieure de près d’un siècle, commence la petite série des œuvres qui font état à la fois de la cité et de sa capitale20 : Ἐν δὲ τῇ μεσογείᾳ τοῖς μὲν Πίκτοσιν ὑπόκεινται Λιμουΐκοι καὶ πόλις Αὐγυστόριτον ιθ᾿ γο᾿᾿ μζ᾿ Lγ᾿᾿ (ou μγ᾿᾿).

  • 21 Le terme d’oppidum, désignant une ville limitée à ses aspects matériels, demeure insuffisant pour t (...)

16Une traduction en latin, fréquemment citée, accompagne le texte grec dans l’édition de K. Müller : In mediterraneis infra Pictones siti sunt Limouici et oppidum21 Augustoritum 19° 40’ 47° 45’. Je propose de traduire le texte grec en français de la manière suivante : « Au milieu des terres, après les Pictons, se situent les Lémovices et leur ville Augustoritum. » On constate que chez cet auteur encore, la cité se trouve localisée par rapport à ses voisines : l’une d’entre elles, celle des Pictons, la précède dans la même phrase. Une autre, celle des Cadurques, fera l’objet de la phrase suivante.

  • 22 Édouard Galletier, Ammien Marcellin. Histoire, Paris, CUF, 1968, p. 262, note 259. André Chastagnol (...)
  • 23 Ammien Marcellin, xv, xi, 13. Il semble qu’il s’agisse du diocèse méridional gaulois des Cinq Provi (...)

17L’ordre chronologique, après une longue période demeurée vide, nous amène ensuite à Ammien Marcellin (vers 330-vers 400). Au livre xv de ses Res gestae, dans une description rapide de la Gaule qu’il a réalisée à partir d’une source datable l’époque de Constance ii, au milieu du ive siècle22, nous observons non pas la présence, mais une absence de la cité lémovice, absence qui mérite l’attention par comparaison avec les cités nommément citées. L’historien commence par évoquer le territoire qu’il nomme l’Aquitania23 et il en définit l’étendue et les limites de manière assez précise vers le sud,

quae Pyrenaeos montes et eam partem spectat Oceani quae pertinet ad Hispanos
« qui regarde les monts Pyrénées et cette partie de l’Océan qui s’étend jusqu’aux Espagnols »,

18mais il ne dit rien des limites dans les autres directions. Puis, à l’intérieur de ce territoire, il mentionne trois provinces, une prouincia Aquitanica, puis la Novempopulanie et la Narbonnaise.

Prima prouincia est Aquitanica, amplitudine ciuitatum admodum culta : omissis aliis multis, Burdigala et Aruerni excellunt, et Santones et Pictaui
« La première province est l’Aquitanique, considérablement ornée par l’importance de ses cités : pour ne pas parler de beaucoup d’autres, Bordeaux et les Arvernes y figurent au premier rang, ainsi que les Santons et les Pictons. »

  • 24 É. Galletier, Ammien Marcellin […], p. 262, note 260. A. Chastagnol, « Le diocèse […] », p. 276-277 (...)

19Sur ce qu’il entend par prouincia Aquitanica, l’énumération des cités qu’il y insère va nous éclairer : Burdigala, Aruerni, Santones et Pictaui. Il apparaît qu’il fait référence à un regroupement des Aquitaines Première et Seconde antérieurement créées par la réforme de Dioclétien (284-305), regroupement qui aurait eu lieu avant 35024. Pour revenir à la cité des Lémovices, comme il a été annoncé plus haut, elle n’est pas mentionnée, alors qu’elle se trouve incluse dans cette prouincia Aquitanica puisqu’elle se situe géographiquement entre les Aruerni et les Pictaui, cités dans l’énumération d’Ammien Marcellin. Le reste du texte nous éclaire sur ces présences et sur cette absence : Ammien Marcellin n’a mentionné nominalement que celles qui de son point de vue excellunt, « figurent au premier rang », et de ce fait ne peuvent être qu’en nombre limité. Quant à celle des Lemouices, il faut la chercher dans la formule générale contenue dans la même phrase, omissis aliis multis (et non pas ceteris ou reliquis : toutes les autres) : « Beaucoup d’autres étant laissées de côté. »

  • 25 Ammien Marcellin, xv, xi, 11, place par erreur cette cité en Première Lyonnaise, de même qu’il situ (...)
  • 26 Ammien Marcellin, xv, xi, 14 : la Viennoise, qui ciuitatum exultat decore multarum, « qui s’enorgue (...)

20Donc, eu égard à ce que nous savons de son importance territoriale, elle se situe pour lui au second plan dans la prouincia Aquitanica, mais elle y figure en bonne compagnie, avec par exemple les Cadurci de Diuona, Cahors, les Nitiobroges d’Aginnum, Agen, les Petrocorii de Vesunna, Périgueux, les Ruteni de Segodunum, Rodez, sans oublier les Bituriges Cubi avec leur chef-lieu, Auaricum25, cités qui se voient également passées sous silence. De plus, cette formulation implique l’existence d’un troisième niveau (l’espace sémantique entre multis et ceteris ou reliquis, termes qui n’ont pas été retenus par l’historien), qui rassemble les cités gauloises les plus modestes, ce qui doit situer celle des Lémovices vers un niveau moyen dans la répartition tripartite desdites cités, ainsi proposée par Ammien Marcellin, entre les cités quae excellunt et les moins développées. Cette position au second plan et dans la moyenne parmi les cités aquitaines – et plus largement gauloises –, la laisse finalement au nombre de celles qui, de l’avis d’Ammien Marcellin, font l’ornement de leur province. Celle-ci est dite dans le même passage amplitudine ciuitatum admodum culta, « considérablement ornée par l’importance de ses cités », cette fois évoquées dans leur globalité, et sans distinction. Et il ne s’agit apparemment pas d’une louange purement rhétorique : cette province est la seule, suivie par la Viennoise, pour laquelle cet auteur en formule une à portée aussi générale26.

21Après Ammien Marcellin, il faut considérer un instant la Notitia Dignitatum, rédigée au tournant du ive et du ve siècle : les Lémovices en sont également absents, ce qui les place, en convergence avec le silence qu’Ammien Marcellin avait gardé sur eux, au nombre des cités qui ne se distinguent pas par des recrutements militaires et la formation d’un corps spécial, ni par un besoin de structure administrative extérieure, ni par la présence d’une fabrica.

  • 27 Otto Seeck (éd.), Berlin, Weidmann, 1876 : la présentation suivie par cet éditeur a été conservée i (...)

22Il convient maintenant de dire quelques mots de la Notitia Galliarum, établie entre 386 et 450, et peut-être plus précisément sous Honorius (empereur d’Occident de 395 à 423). Les Lémovices y ont cette fois trouvé place, mentionnés dans l’énumération des cités de l’Aquitaine Première, ce qui rappelle que la province d’Aquitaine unique citée par Ammien Marcellin a été redivisée avant la date de rédaction de ce document27. Leur mention y est opérée sans aucun commentaire d’accompagnement, tout comme pour les autres cités :

xii In prouincia Aquitanica prima ciuitates num. viii :
2     Metropolis ciuitas Biturigum
[…]
7     Ciuitas Lemouicum

  • 28 Sidoine Apollinaire, Lettres, VII, 6, 7, BL p. 45.

23La succession chronologique choisie pour cette présentation nous conduit maintenant à Sidoine Apollinaire (vers 430-vers 486), membre de la haute société gauloise devenu évêque de Clermont en 470 ou 471. Dans une lettre datée du printemps 475, il communique des nouvelles des diocèses aquitains à l’évêque d’Aix[-en-Provence], Basilius28. Par suite de mesures prises par le roi des Wisigoths, Euric (au pouvoir de 466 à 484), tenant de l’arianisme,

  • 29 Pour rendre cette trop longue phrase compréhensible et conforme à nos usages, j’ai dû m’écarter un (...)

Burdigala, Petrogorii [sic], Ruteni, Lemouices, Gabalitani, Helusani, Vasates, Conuenae, Auscenses, multoque iam maior numerus ciuitatum summis sacerdotibus ipsorum morte truncatus nec ullis deinceps episcopis in defunctorum officia suffectis, per quos utique minorum ordinum ministeria subrogabantur, latum spiritalis ruinae limitem traxit […]. Nulla in desolatis cura dioecesibus parochiisque
« Bordeaux, les Pétrocores, les Rutènes, les Lémovices, les Gabales, les Élusates, les Vasates, les Convènes, le diocèse d’Auch, et bientôt un nombre beaucoup plus important de cités sont privées de leurs prêtres les plus élevés par la mort de ces derniers eux-mêmes, sans qu’ensuite nul évêque n’ait été affecté aux fonctions des défunts, évêques par qui au minimum sont attribués les ministères des ordres mineurs ; ceci a porté au loin la limite de ces ruines spirituelles […]. Aucune administration dans les diocèses ni les paroisses29. »

24À ces informations d’ordre plutôt abstrait, il ajoute des éléments concrets, par l’évocation d’églises abandonnées et qui commencent à tomber en ruine :

Videas in ecclesiis aut putres culminum lapsus aut ualuarum cardinibus auulsis basilicarum aditus hispidorum ueprium fruticibus obstructos. […] uideas armenta, non modo semipatentibus iacere uestibulis, sed etiam herbosa uiridantium altarum latera depasci
« Tu verrais ou bien dans les églises des débris en décomposition de toitures effondrées, ou bien des entrées de basiliques aux gonds de portes arrachés, obstruées par des buissons de ronces […]. Tu verrais des troupeaux, non seulement couchés dans les vestibules à moitié ouverts, mais encore paître sur les côtés verdoyants des autels. »

25L’état décrit semble résulter d’un abandon remontant à plusieurs années, donc au début du règne d’Euric, mais aussi d’une certaine négligence populaire, sans doute révélatrice d’un manque de ferveur pour le christianisme, en particulier dans les campagnes, comme le suggèrent la végétation et les troupeaux que l’auteur a placés dans le tableau évocateur qu’il compose pour son correspondant. Toutefois, ce n’est pas seulement dans ces dernières que la situation se montre catastrophique. Les villes sont atteintes également :

Sed iam nec per rusticas solum solitudo parochias : ipsa insuper urbanarum ecclesiarum conuenticula rarescunt
« Mais désormais ce n’est plus seulement dans les paroisses rurales que s’observe la solitude : en plus, les assemblées des églises urbaines elles-mêmes se raréfient. »

  • 30 Cette lettre appelle évidemment un commentaire beaucoup plus approfondi, mais qui n’a pas sa place (...)

26En l’absence de localisation plus précise, cette description paraît destinée par Sidoine Apollinaire à valoir pour tous les diocèses énumérés dans la lettre, donc également pour celui des Lémovices. On se gardera néanmoins de la prendre totalement au pied de la lettre, car le texte semble bien marqué par la rhétorique habituelle à cet auteur et à son époque, ne reculant pas devant l’hyperbole et la généralisation sans nuance30.

Le chef-lieu : Augustoritum, Limoges

  • 31 Voir supra.
  • 32 Germaine Aujac, Claude Ptolémée, astronome, astrologue, géographe, Paris, 1995, p. 155. Mais pour s (...)

27Au nombre des occurrences textuelles qui citent Augustoritum, Limoges, la plus ancienne se rencontre dans la Géographie de Ptolémée, à un endroit présenté plus haut dans ces pages31. L’agglomération s’y trouve qualifiée, nous l’avons vu, de πόλις, autrement dit de ville, donc de capitale de la cité. Des coordonnées en latitude et en longitude accompagnent sa mention : ιθ᾿ γο᾿᾿ μζ᾿ Lγ᾿᾿ (ou μγ᾿᾿), soit 19° 40’ 47° 45’. Elles relèvent d’un système de localisation qui propose de placer la latitude 0 à l’équateur et le point de départ pour la longitude à l’endroit le plus occidental alors connu, les insulae Fortunatae, vraisemblablement les îles du Cap Vert32.

  • 33 Paul-Marie Duval, La Gaule jusqu’au milieu du ve siècle, Paris, 1971, p. 514. Itinéraire d’Antonin, (...)

28La ville figure également dans l’Itinéraire d’Antonin, compilation routière effectuée vers la fin du iie siècle et mise à jour après le milieu du ive33, sur une route allant de Bordeaux à Argentomagus, Saint-Marcel, sur la Creuse, et qui se poursuivait ensuite jusqu’à Auaricum, Bourges, puis Augustodunum, Autun. Augustoritum y apparaît entre Fines et Argentomagus :

  • 34 Graphie présente sur les manuscrits.
  • 35 Station probablement localisable dans la proximité de Thiviers (Ralph W. Mathisen, Ruricius of Limo (...)

461, 1 de aquitania in gallias
    2 Item a Burdigala Argantoma-
    3 go
34                                 m. p. cxcvii
[…]
    10 Vesunna                          m. p.
xviii
462, 1 Fines
35                          m. p. xxi
    2 Augustoritum                     m. p.
xxviii
    3 Argantomago                     m. p.
xxi

  • 36 Pascal Arnaud, « L’origine, la date de rédaction et la diffusion de l’archétype de la Table de Peut (...)
  • 37 Strabon, iv, 6, 11.

29On observe également la présence d’Augustoritum sur la Table de Peutinger, copie médiévale d’un regroupement d’itinéraires couvrant tout l’empire romain, constitué à partir de sources d’époques diverses, durant la période comprise entre 270 et les premières années de la tétrarchie36. Malgré sa présentation graphique qui peut évoquer de façon lointaine une de nos cartes modernes, bien que l’auteur initial ne se soit nullement préoccupé de fidélité géographique (Fig. 1), cette Table trouve sa place dans ces pages du fait d’un contenu informatif comparable à l’Itinéraire d’Antonin et d’autre part de sa présentation étirée destinée à l’adapter au format d’un uolumen, présentation traditionnelle du livre dans l’Antiquité. Pour revenir à Augustoritum, sa mention présente une graphie abrégée, ou fautive, Ausrito, et s’accompagne d’une vignette à deux tours ou pavillons. Quant à l’itinéraire sur lequel elle se situe, et dont il sera à nouveau question un peu plus loin dans ces pages, il correspond à la grande voie d’Agrippa reliant Lyon à Saintes, que Strabon avait primitivement décrite dans son panorama routier de la Gaule à la fin de la période augustéenne37.

  • 38 De l’avis de Ralph. W. Mathisen, Ruricius […], p. 194 (voir sa biographie dans cet ouvrage, p. 1-4 (...)

30Notre ultime source concernant Limoges se nomme Ruricius : né vers 440, il en devint évêque vers 485 et le resta jusqu’à son décès, peu après 50738. Il se situe en fait au tournant de l’Antiquité et du Moyen Âge, mais appartient encore à la première par ses années d’éducation et par sa culture. La localisation géographique de ses fonctions épiscopales le place d’autre part dans la position exceptionnelle d’être le seul auteur du corpus ici rassemblé à avoir résidé, et durant une période de longue durée, supérieure à vingt ans, dans la ville et plus largement dans la cité qui se confondait avec son diocèse. Nous lui devons sur la renommée de Limoges à son époque une évaluation bien pessimiste, exprimée dans une lettre à Césaire d’Arles datée de l’automne 506 :

  • 39 Ruricius, Ep., II, 33, 3. Y. Bontoux, Rurice […], p. 213-214 (texte), 375-376 (traduction), 867-875 (...)

Si aliis nomen urbium praestat auctoritas, nobis auctoritatem demere non debet urbis humilitas, si quidem multo melius multoque eminentius est ciuitatem de sacerdote, quam sacerdotem de ciuitate notescere
« Si le renom de leurs villes procure à d’autres de la considération, à nous, de la considération, l’obscurité de notre ville ne doit pas nous en enlever, s’il est vrai qu’il est bien préférable et bien plus honorable qu’une cité tire sa notoriété de son prêtre, plutôt qu’un prêtre de sa cité39. »

31Ce même Ruricius nous livre d’autre part une information de portée plus réduite, mais d’un intérêt tout particulier pour les archéologues : vers l’an 500, il s’occupe d’élever une église à Limoges. Pour cet édifice, il a obtenu que l’évêque Clarus, alors à la tête du diocèse d’Eauze, lui réserve une série de colonnes, apparemment prélevées dans un édifice ancien de cette ville ou de la cité des Élusates : ce dernier a dû lui parler de l’une ou de l’autre comme étant susceptibles de fournir des composants architecturaux d’autant plus intéressant qu’ils étaient prêts pour un nouvel emploi, et que, provenant initialement des carrières pyrénéennes toutes proches, ils étaient de grande qualité. En plus de ces colonnes, Ruricius exprime le besoin de dix autres, aux dimensions plus petites. Cependant, il dit ne pas pouvoir envoyer de chariots, à cause de l’hiver qui approche au moment où il écrit cette lettre :

  • 40 Ep. II, 64, 2. Y. Bontoux, Rurice […], p. 258, 420, 1030-1036. M. Neri, Ruricio […], p. 157-158 et (...)

De columnis uero gratias ago et, sicut iussistis, quia modo propter imminentem hiemem uehicula illo dirigere non possum, post sanctum Pascha propitia diuinitate transmittam. De minoribus uero, sicut uerbo mandastis, si inueniri possunt, mihi uel decem necessarias esse significo,
« En ce qui concerne les colonnes, je vous remercie ; et du fait que je ne peux pas expédier de véhicules là-bas à cause de l’hiver imminent, j’en enverrai, comme vous l’avez demandé, avec l’aide divine, après la sainte Pâque. Pour ce qui est de plus petites, ainsi que vous m’en avez parlé, s’il peut s’en trouver, je vous indique qu’il m’en faut une dizaine40. »

32S’agit-il de l’église que lui attribuera quelques décennies plus tard Venance Fortunat (Carmina, iv, 5, 11-12) dans une épitaphe commune qu’il rédige pour lui à son petit-fils Rurice II (lequel lui succède après 507 et décède vers 550), et qu’il avait placée sous le vocable de saint Augustin ?

  • 41 Venance Fortunat, Carmina, IV, 5, 11-12. Ruricius I.
  • 42 Ruricius ii, petit-fils du précédent.

Tempore quisque suo fundans pia templa patroni / iste41 Augustini, condidit ille42 Petri
« En son temps chacun fondant de pieux temples pour son patron / Celui-ci en établit un pour Augustin, celui-là pour Pierre. »

  • 43 Y. Bontoux, Rurice […], p. 22. R. W. Mathisen, Ruricius […], p. 37.

33Si oui, il doit s’agir de l’édifice devenu ultérieurement l’abbaye de Saint-Augustin-lès-Limoges, au nord-est de l’actuelle cathédrale et non loin de la Vienne, proximité fluviale mentionnée par Bernard Guy, l’inquisiteur, dans son De ordinibus43, et dont l’actuelle avenue Jean Gagnant traverse l’emplacement. Mais rien ne garantit qu’un convoi est réellement parti chercher lesdites colonnes au printemps suivant la rédaction de la lettre, et partant, qu’elles sont un jour parvenues à Limoges.

34Dans une autre lettre, adressée à une veuve nommée Céraunia, le même auteur nous livre encore une information concernant la ville et plus particulièrement ses édifices chrétiens : la présence à Limoges de peintres spécialisés dans les fresques. Il nous l’apprend à l’occasion de l’annonce à sa correspondante qu’il va lui en envoyer un avec son apprenti, pictorem […] cum discipulo. Il invite celle-ci à prendre exemple sur ce qu’il peint, ce qui nous indique qu’il s’agit de scènes religieuses, et précise que

  • 44 Ruricius, Ep. II, 15, 1-2. Y. Bontoux, Rurice […], p. 183, 339-341, 735-752. M. Neri, Ruricio […], (...)

ille parietes uariis colorum fucis multimoda arte depingit44
« cet homme peint les murs, grâce à un art aux procédés multiples, avec des couleurs variées »,

35ce qui témoigne de ses remarquables compétences.

Autres agglomérations ou établissements de la cité des Lémovices

  • 45 Je reprends ce terme, à dessein vague, mais de nature à convenir pour des réalités de terrain très (...)
  • 46 Itinéraire d’Antonin, 462, 2, p. 71 de l’édition d’Otto Cuntz, dont la présentation est conservée i (...)
  • 47 Cf. supra note 35.

36Plusieurs agglomérations secondaires ou stations45 de la cité des Lémovices font également l’objet de mentions dans les sources livresques antiques. Parmi celles-ci, en première place dans l’ordre chronologique, l’Itinéraire d’Antonin cite l’étape de Fines, qu’il insère entre Vesunna et Augustoritum46 et qui, à ce qu’indique son nom, doit se situer à la limite du territoire des Lémovices et de celui des Pétrocores. L’implantation de cette station dans l’une ou l’autre des deux cités ne semble pas à ce jour déterminée47 et peut-être est-il même envisageable de penser à son sujet à un simple relais, établi à cheval sur la limite entre les deux pour des besoins utilitaires, et seulement à l’époque romaine, ce que suggère également son nom, latin et non pas de tradition celtique comme la presque totalité des agglomérations secondaires situées dans les provinces gauloises. Le pluriel de sa formulation correspondrait du reste bien à une double appartenance.

461, 1 de aquitania in gallias
    2 Item a Burdigala Argantoma-
    3 go                                    m. p. cxcvii
[…]
    10 Vesunna                          m. p.
xviii
462, 1 Fines                             m. p.
xxi
    2 Augustoritum                     m. p.
xxviii
    3 Argantomago                     m. p.
xxi

37L’examen de cet itinéraire nous ramène à un autre, présenté quant à lui sur la Table de Peutinger. Celle-ci, outre la mention d’Augustoritum, déjà relevée et commentée plus haut, montre aussi plusieurs étapes, échelonnées comme nous l’avons vu sur la route d’Agrippa de Lyon à Saintes, et que les distances indiquées entre elles, plus leur encadrement par des stations frontalières, situent chez les Lémovices (Fig. 1).

Document 1. Détail de la Table de Peutinger : la cité des Lémovices et ses agglomérations situées le long des grands itinéraires

Document 1. Détail de la Table de Peutinger : la cité des Lémovices et ses agglomérations situées le long des grands itinéraires

Őstereichische Nationalbibliothek, Département des manuscrits autographes et fonds d’archives, cote 324

  • 48 À rechercher entre les villages de Lépinas et de Bressolles / Bressol, ou un peu au nord, dans le b (...)
  • 49 Dominique Dussot, Carte archéologique de la Gaule. La Creuse, Paris, 1989, p. 45-47.
  • 50 Unité de distance, utilisée pour la Gaule par la Table de Peutinger et précisée sur celle-ci au-des (...)
  • 51 Un tel nom, d’origine latine, constitue un cas particulier, de même que Fines, par rapport aux autr (...)
  • 52 Christian Vernou, « Chassenon », dans C.A.G. 16. La Charente, Paris, 1993, p. 79-100.
  • 53 Voir supra, note 46.

38Partant de l’est de la cité nous trouvons un premier Fines48 sur la limite des Lémovices et des Arvernes, puis à une distance de quinze lieues gauloises49, Acitodonum, de nos jours Ahun ; ensuite, à dix-huit lieues gauloises50, Pretorio, graphie où nous reconnaissons Praetorium51, station indiquée comme se situant à quatorze lieues du chef-lieu de la cité. À l’ouest de celui-ci, l’itinéraire fait apparaître la suite de la route d’Agrippa, avec, à dix-sept lieues, l’indication Cassinomago, aujourd’hui Chassenon52. Mais entre Augustoritum et ce dernier, une bifurcation en direction de Vesunna, Périgueux, mène, au terme de quatorze lieues, à un second Fines, station déjà marquée dans l’Itinéraire d’Antonin53. Outre les distances, qui nous aident à proposer ou à confirmer des identifications, la Table de Peutinger constitue, dans l’état actuel des connaissances, l’unique document nous livrant les noms d’Acitodonum et de Cassinomagus et nous révélant l’existence d’un Praetorium dans la partie orientale de la cité.

  • 54 Ruricius, Lettres, II, 6, 3. Y. Bontoux, Rurice […], p. 154-155, 316-317, 646-658. M. Neri, Ruricio (...)
  • 55 Département de la Dordogne, à un peu plus de 40 km au sud-sud-ouest de Limoges.

39Pour les autres agglomérations secondaires citées dans les sources livresques antiques ou situées à la charnière avec le haut Moyen Âge, les seules mentions que nous possédions figurent dans la correspondance de l’évêque Ruricius, déjà mis à contribution plus haut, et il est à regretter qu’elles ne nous apportent aucune donnée concrète de topographie ou d’occupation du sol. Dans l’ordre choisi par cet auteur pour éditer ces lettres, souvent difficiles à classer chronologiquement, la première, adressée à l’évêque du diocèse de Périgueux, Chronopius54, entre 485 et 506, fait état de Gemiliacum, de nos jours Jumilhac-le-Grand55 :

Studio caritatis, non cupiditatis has ad sanctitatem uestram <per> presbyterum meum pro diocesi Gemiliacensi, unde iam pridem uobis scripseram, destinaui
« Par zèle pour la charité, et non pour la cupidité, j’ai envoyé cette lettre à Votre Sainteté par l’intermédiaire de mon prêtre, en faveur de la paroisse de Jumilhac, au sujet de laquelle je vous avais déjà écrit voici peu… »

  • 56 J.-M. Desbordes, « Les limites […] », p. 47. H. Gaillard et alii, Carte […].

40Il semble qu’il s’agisse d’une réaction à une tentative d’annexion de la paroisse au profit du diocèse de Périgueux56. L’intérêt de ce texte consiste aussi en ce qu’il nous fournit le nom antique de l’agglomération, et nous indique son statut de paroisse, ainsi que son appartenance au diocèse de Limoges à la fin de la période romaine.

  • 57 Ruricius, Lettres, ii, 20, 3. Y. Bontoux, Rurice […], p. 192-193, 354-355, 791-798. M. Neri, Rurici (...)

41Ruricius cite en outre Userca, Uzerche, dans une lettre des années 490-500 à un correspondant qu’il présente comme Dominus indiuiduus semperque magnificus filius Rusticus, « Seigneur inséparable et pour toujours noble, son fils [dans la foi] Rusticus », très probablement un prêtre de la paroisse constituée par cette agglomération. Il y intervient en faveur d’un individu nommé Baxo, poursuivi par la justice et qui fait appel au droit d’asile57 :

Pro Baxone, qui ad ecclesiam Vserca confugit, intercessor accedo
« Je viens en intercesseur pour Baxo, qui s’est réfugié dans l’église à Uzerche. »

42Cette lettre, qui laisse ouverte la question de savoir s’il agit pour le respect de principe du droit d’asile ou pour des motifs plus précis, liés à l’individu en cause, offre surtout l’intérêt de nous livrer le nom de l’agglomération à la fin de la période romaine.

  • 58 Grégoire de Tours, Historia Francorum, vii, 10.
  • 59 Ruricius, Lettres, ii, 24. Pour Y. Bontoux, Rurice […], p. 200, 362, 816-819 : sans doute celui de (...)

43Enfin, dans un dernier texte, en fait un billet assez court écrit par Ruricius entre 485 et 495 à l’intention de son fils Constantius, nous trouvons le nom antique de Brive, à savoir Briua, ainsi attesté pour la première fois, nom que Grégoire de Tours accompagnera plus tard de la mention Curretia, « sur-Corrèze »58 : Moneo, ut crastino, quod erit quarta feria, Briuae, « Je te demande de venir à ma rencontre demain, qui sera mercredi, à Brive59. »

44Sauf erreur de ma part, aucune autre source livresque antique n’existe sur la cité des Lémovices ou ses agglomérations. Outre les vers de Venance Fortunat cités voici peu pour leur évocation d’une réalisation architecturale de Ruricius, quelques autres indications portant sur l’Antiquité se rencontrent encore chez des auteurs postérieurs, par exemple Grégoire de Tours, et dans des vies de saints, mais elles se révèlent très faiblement informatives ou parfois d’exactitude douteuse. Il est donc préférable de mettre ici un terme à cette revue.

45Pour conclure, il est permis d’estimer que les sources livresques dont nous disposons sur les Lémovices et leurs agglomérations montrent une certaine richesse, bien que le dossier qu’elles constituent demeure bien mince. En fait, la situation à cet égard se révèle moyenne par rapport aux autres cités de la Gaule non méditerranéenne. Nous disposons d’un corpus documentaire irrégulier selon les époques et les auteurs, aux apports desquels s’ajoutent quelques mentions dans la littérature didactique et administrative, ainsi qu’une présence dans la production cartographique. Le développement apparent de la correspondance administrative et personnelle durant l’Antiquité tardive, et surtout sa meilleure transmission par la voie des bibliothèques chrétiennes, nous fournissent des lettres dont l’apport est parfois minime, mais jamais négligeable. Les données ainsi recueillies ne suffisent absolument pas à nous offrir une connaissance suffisante de la cité des Lémovices et de ses agglomérations à l’époque romaine. Mais associées aux informations apportées par l’épigraphie, l’iconographie et l’archéologie, elles contribuent utilement et de manière indispensable à la reconstitution intellectuelle de cette cité durant cette époque lointaine, car elles nous livrent fréquemment des données que nous ignorerions sans elles. Elles se montrent d’autant plus incontournables et précieuses qu’elles émanent le plus souvent de personnalités haut placées dans la hiérarchie militaire, administrative ou religieuse de leur temps, ou de savants de premier plan. Je terminerai en précisant aussi qu’on cite et qu’on commente quelquefois ces sources textuelles à partir d’éditions anciennes et de vieilles traductions, lesquelles souffrent dans un certain nombre de cas d’imprécisions, voire d’inexactitudes ou de partis pris déformants. Tout comme l’archéologie ne saurait se contenter des informations issues du xixe siècle et de la première moitié du xxe, ces témoignages venus de l’Antiquité doivent être réexaminés et, s’il le faut, leurs traductions précisées et corrigées, sans a priori, à la lumière des apports récents de la recherche, tant philologique qu’archéologique : c’est ainsi qu’il a été procédé dans ces pages pour les sources textuelles relatives aux Lémovices qui s’y trouvent regroupées.

Haut de page

Notes

1 Je me permets de renvoyer à cet article pour le détail des argumentations qu’il propose : Robert Bedon, « Lémovices de l’intérieur et Lémovices armoricains : nouvelle lecture des Commentaires de la Guerre des Gaules de César », T.A.L., 23, 2012, p. 9-15.

2 César, Commentaires de la Guerre des Gaules [désormais « B.G. »], vii, 75, 2-4.

3 Suétone, Diuus Iulius, 56 : opinions de Cicéron, d’Hirtius et d’Asinius Pollion sur les grandes qualités d’écrivain montrées par César.

4 Et bien au-dessus des Lémovices armoricains, mentionnés par César à l’intérieur d’un groupe de peuples côtiers (il n’en cite nommément que sept, tout en indiquant par sa formulation qu’ils sont plus nombreux), groupe auquel il est demandé collectivement vingt mille hommes.

5 Maurice Deloche, « Les Lémovices de l’Armorique », Mém. Soc. imp. des antiquaires de France, xxiii, 1857, p. 46-108. L.-A. Constans, « Notes critiques et historiques sur quelques passages de César », Revue de Philologie, 1924, p. 131-136. Doutes de René Morichon, « Considérations critiques sur la participation des Lémovices à la guerre des Gaules », BSAHL, 87, 1959, p. 131-143.

6 César, B.G., VII, 75, 5.

7 César, B.G., VII, 76, 3.

8 César, B.G., VII, 88, 4. L’établissement de ce texte résulte d’un choix. En effet, une divergence entre les deux classes qui regroupent les manuscrits du B.G. qui nous sont parvenus, classes respectivement désignées par les lettres α et β, crée une difficulté. Celle que désigne la lettre α contient le texte suivant : Asedullus dux et princeps remus tum occiditur, « Asedullus, commandant et prince rème est alors tué », tandis qu’on lit dans β Sedulius dux et princeps Lemouicum occiditur, « Sédulius, commandant et prince des Lémovices, est tué ». Or il est exclu que les Rèmes, apparemment cités par α, aient pu participer à l’armée de secours, car on relève leur absence dans la liste des peuples mentionnés au chapitre 75, et César a précisé un peu auparavant, vii, 63, 7, que amicitiam Romanorum sequebantur, « ils cultivaient l’amitié des Romains ». L.-A. Constans, édition du B.G. dans la CUF, p. 277, apparat critique, et « Notes critiques […] », p. 139, au terme d’une argumentation de nature paléographique, fait réapparaître Aremoricorum sous remus tum, puis devant le caractère non satisfaisant du résultat, princeps Aremoricorum, chef ou membre de la chefferie d’un groupe de peuples, ce qui ne correspond à aucune réalité politique dans le monde gaulois. Il va ensuite chercher dans la famille β le mot Lemouicum, et propose la reconstruction dux et princeps Lemouicum Aremoricorum, Il termine toutefois cette argumentation et son article par une formule qui témoigne qu’il ne s’est pas totalement convaincu lui-même : « Mais d’autres confirmations sont nécessaires. Nous espérons pouvoir les apporter sous peu. » En fait, il n’a pas trouvé ces confirmations, car il n’en a jamais apporté dans une autre publication.

9 Nous nous trouvons encore face à une ambiguïté due à l’absence d’article en latin : le princeps ou un princeps ? Dans le B.G., les exemples sont bien plus nombreux où apparaissent plusieurs principes plutôt qu’un seul par peuple gaulois : i, 16, 3 ; i, 31, 1 ; ii, 5,1 ; ii, 14, 3 ; iv, 11, 3 ; v, 3, 5, etc…

10 Fonction attestée dans la cité des Lémovices jusqu’au début du ier siècle de notre ère, par l’inscription du tableau de fontaine retrouvé à Limoges ; A.E., 1989, 521.

11 Hirtius, B.G., viii, 46, 4.

12 François Lasserre, Strabon, Géographie, Paris, CUF, t. 1, p. 11.

13 F. Lasserre, Strabon […], t. 2, p. 3 et 101.

14 Strabon, iv, 2, 2. Christian Goudineau, « Les provinces de Gaule : problèmes d’histoire et de géographie », dans Marie-Madeleine Mactoux et Évelyne Geny (éd.), Mélanges Pierre Lévêque, 5, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 429, 1990, p. 161-170.

15 F. Lasserre, Strabon […], t. 2, p. 9-11 et 110-112 : « Sa contribution paraît certaine dans les occasions suivantes : (…) ch. 2 §§ 1-2 : mention des peuples ajoutés par Auguste à l’Aquitaine ».

16 Volcacius ou Vulcacius. Sénéque le Père, Controverses, ii, 5, 13. Tacite, Annales, iv, 43.

17 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, iv, 109.

18 Agrippa figure dans la bibliographie fournie par Pline l’Ancien, Histoire naturelle, i, 4a et se trouve cité en IV, 105.

19 Pline, iv, 106 : Lingons et Rèmes ; iv, 107 : Éduens et Carnutes.

20 Ptolémée, Géographie, ii, 7, 9, éd. K. Müller, Paris, 1883.

21 Le terme d’oppidum, désignant une ville limitée à ses aspects matériels, demeure insuffisant pour traduire celui de πόλις, employé par Ptolémée, et qui désigne la ville dans ses dimensions les plus complètes, y compris politique, symbolique et religieuse. L’équivalent exact en latin est urbs, du reste employé à quatre reprises par César à propos de villes gauloises du temps de la conquête : Robert Bedon, « L’emploi du mot urbs dans le Bellum Gallicum de César, à propos d’Alesia, d’Auaricum et de Gergouia », Mélanges Raymond Chevallier, I = Caesarodunum, xxviii bis = Bulletin des Antiquités Luxembourgeoises, 23, Luxembourg, 1994, p. 65-79.

22 Édouard Galletier, Ammien Marcellin. Histoire, Paris, CUF, 1968, p. 262, note 259. André Chastagnol, « Le diocèse civil d’Aquitaine au Bas-Empire », Bull. de la Soc. Nat. des Antiquaires de France, 1970, p. 272-292 (p. 276-277). Jill Harries, « Church and State in the Notitia Galliarum », Journal of Roman Studies, 58, 1978, p. 26-43 (p. 26, n. 3). La présence d’Ammien Marcellin en Gaule s’est surtout limitée aux régions de l’est : É. Galletier, Ammien Marcellin […], p. 10.

23 Ammien Marcellin, xv, xi, 13. Il semble qu’il s’agisse du diocèse méridional gaulois des Cinq Provinces, É. Galletier, Ammien Marcellin […], p. 262, note 260 : « Alors que ce diocèse comprenait sept provinces au début du ive siècle (Aquitaine et Narbonnaise étant dédoublées) et portait auparavant, dans la Liste de Vérone, le nom de Viennensis ». A. Chastagnol, « Le diocèse […] », en part. p. 274-283.

24 É. Galletier, Ammien Marcellin […], p. 262, note 260. A. Chastagnol, « Le diocèse […] », p. 276-277 : Inscription de Saturninius Secundus Salutius, CIL VI, 1764 ; ILS, 1255.

25 Ammien Marcellin, xv, xi, 11, place par erreur cette cité en Première Lyonnaise, de même qu’il situe Elusa, Eauze, en Narbonnaise : A. Chastagnol, Le Bas-Empire, Paris, 1969, p. 173-174, et « Le diocèse […] », p. 287.

26 Ammien Marcellin, xv, xi, 14 : la Viennoise, qui ciuitatum exultat decore multarum, « qui s’enorgueillit de la beauté de nombreuses cités ». Pour les autres provinces, les louanges sont attribuées plus sélectivement à quelques villes ou cités.

27 Otto Seeck (éd.), Berlin, Weidmann, 1876 : la présentation suivie par cet éditeur a été conservée ici.

28 Sidoine Apollinaire, Lettres, VII, 6, 7, BL p. 45.

29 Pour rendre cette trop longue phrase compréhensible et conforme à nos usages, j’ai dû m’écarter un peu du texte latin dans ma traduction : en particulier, insertion d’un auxiliaire pour accompagner le participe « privées », et accord de ce dernier avec ciuitates et non plus avec numerus.

30 Cette lettre appelle évidemment un commentaire beaucoup plus approfondi, mais qui n’a pas sa place dans ces pages. Voir la bibliographie spécialisée, et notamment Michel Aubrun, L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du xie siècle, Clermont-Ferrand, 2007, en particulier p. 94.

31 Voir supra.

32 Germaine Aujac, Claude Ptolémée, astronome, astrologue, géographe, Paris, 1995, p. 155. Mais pour ses calculs de distances, Ptolémée se fonde sur des dimensions erronées de la Terre : 180 000 stades seulement, soit un peu plus de 33 300 km de circonférence. Eadem, ibidem, p. 41.

33 Paul-Marie Duval, La Gaule jusqu’au milieu du ve siècle, Paris, 1971, p. 514. Itinéraire d’Antonin, 460 et 461 (461, 2) éd. Otto Cuntz, Stuttgart, 1990.

34 Graphie présente sur les manuscrits.

35 Station probablement localisable dans la proximité de Thiviers (Ralph W. Mathisen, Ruricius of Limoges and Friends, Liverpool University Press, 1999, p. 9, note 29 ; Jean-Michel Desbordes, Voies romaines en Gaule. La traversée du Limousin, Travaux d’Archéologie Limousine, suppl. 8, Aquitania, suppl. 19, Limoges, 2010, p. 141, sur l’argumentation géologique), plutôt qu’à Firbeix, à la limite des départements de la Haute-Vienne et de la Dordogne (position préférée par Hervé Gaillard et alii, Carte archéologique de la Gaule. La Dordogne, Paris, 1996, carte p. 43).

36 Pascal Arnaud, « L’origine, la date de rédaction et la diffusion de l’archétype de la Table de Peutinger », Bull. de la Soc. Nat. des Antiquaires de France, 1988, p. 302-321 (p. 311).

37 Strabon, iv, 6, 11.

38 De l’avis de Ralph. W. Mathisen, Ruricius […], p. 194 (voir sa biographie dans cet ouvrage, p. 1-4 et 19-49). Pour la présentation de ses lettres, ont été utilisées ici les éditions suivantes : Epistularum libri duo, éd. Roland Demeulenaere, Corpus Christianorum. Series latina, 64, Turnhout, Brepols, 1985 (biographie de Ruricius, p. 305-307). Yvonne Bontoux, Rurice de Limoges. Lettres. Introduction, texte critique, traduction et commentaire, thèse soutenue à Paris iv-Sorbonne en 1996. Marino Neri (a cura di), Ruricio di Limoges. Lettere, Pubblicazioni della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Pavia, Pise, 2009. Ruricius appartenait au cercle amical de Sidoine Apollinaire, qui avait composé pour son mariage un épithalame, Carmina, 10 et 11, et avec qui il a échangé un certain nombre de lettres.

39 Ruricius, Ep., II, 33, 3. Y. Bontoux, Rurice […], p. 213-214 (texte), 375-376 (traduction), 867-875 (commentaire) : possibilité d’un souvenir de Plutarque, Vie de Demosthène, 2 à propos de sa petite patrie, Chéronée, qu’il n’avait garde de quitter de crainte de la rendre plus petite encore. M. Neri, Ruricio […], p. 121 et 342-344. R. W. Mathisen, Ruricius […], p. 194. J. Harries, « Church […] », p. 28.

40 Ep. II, 64, 2. Y. Bontoux, Rurice […], p. 258, 420, 1030-1036. M. Neri, Ruricio […], p. 157-158 et 382-383. R. W. Mathisen, Ruricius […], p. 36-39, 45, 160, 234-235 (texte et commentaire de la lettre), 253 et 261.

41 Venance Fortunat, Carmina, IV, 5, 11-12. Ruricius I.

42 Ruricius ii, petit-fils du précédent.

43 Y. Bontoux, Rurice […], p. 22. R. W. Mathisen, Ruricius […], p. 37.

44 Ruricius, Ep. II, 15, 1-2. Y. Bontoux, Rurice […], p. 183, 339-341, 735-752. M. Neri, Ruricio […], p. 89-94 et 292-303. Il existe encore dans sa correspondance au moins une précision de nature voisine, donc susceptible de retenir également l’attention des archéologues : son annonce, Ep., I, 12, 2, de l’envoi à un ami d’un uitrarius, un verrier (pour la confection d’objets ou de vitres ?). Cependant, la lettre étant datée par Y. Bontoux, Rurice […], p. 528 et par R. W. Mathisen, Ruricius […], p. 123, d’avant son accession à l’épiscopat, le plus vraisemblable est que ce uitrarius exerçait son art dans le domaine familial de Gourdon voire à Diuona / Cadurca, Cahors, capitale de la cité où il se situait, et non à Limoges.

45 Je reprends ce terme, à dessein vague, mais de nature à convenir pour des réalités de terrain très mal connues, à J.-M. Desbordes, Voies […], passim.

46 Itinéraire d’Antonin, 462, 2, p. 71 de l’édition d’Otto Cuntz, dont la présentation est conservée ici.

47 Cf. supra note 35.

48 À rechercher entre les villages de Lépinas et de Bressolles / Bressol, ou un peu au nord, dans le bois d’Urbe, au sud de Crocq et à l’ouest de Giat, dans l’est du département de la Creuse ; J.-M. Desbordes, « Les limites des Lémovices », dans Aquitania, 1, 1983, p. 37-48 (p. 45), et Voies […], p. 140, 144, fig. 119, et 157, fig. 136.

49 Dominique Dussot, Carte archéologique de la Gaule. La Creuse, Paris, 1989, p. 45-47.

50 Unité de distance, utilisée pour la Gaule par la Table de Peutinger et précisée sur celle-ci au-dessus de la vignette correspondant à Lugdunum Lyon : usque hic le(u)gas, « jusqu’ici des lieues ». Voir aussi Ammien Marcellin, xv, 11, 17 : Qui locus exordium est Galliarum. Exindeque non millenis passibus sed leugis itinera metiuntur, « Cet endroit (le confluent de la Saône et du Rhône) est le début des Gaules. Et à partir de là, les routes sont mesurées non pas en milliers de pas mais en lieues. » Jacques Dassié, « La grande lieue gauloise », Archéologia, 343, mars 1998, p. 10-43.

51 Un tel nom, d’origine latine, constitue un cas particulier, de même que Fines, par rapport aux autres toponymes de la cité. Il fait d’autre part penser à un simple nom commun, le praetorium, indiquant un relais d’étape pour le Cursus Publicus : Raymond Chevallier, Les voies romaines, Paris, 1997, p. 282. J.-M. Desbordes, Voies […], p. 24. Sur sa localisation et sa nature réelle : J-M. Desbordes, « La station routière de Praetorium dans la cité des Lémovices : hypothèses et réalité », T.A.L., 14, 1994, p. 17-22 (p. 21-22) : ce Praetorium se situe « sur la commune de Sauviat-sur-Vige (Haute-Vienne) et pourrait être identifié avec une zone parsemée de tuiles romaines et de tessons, contiguë à une importante nécropole à incinération […], sur la rive droite de la Vige, à environ 250 m de la rivière, de part et d’autre du passage de la voie antique de Lyon à Saintes ».

52 Christian Vernou, « Chassenon », dans C.A.G. 16. La Charente, Paris, 1993, p. 79-100.

53 Voir supra, note 46.

54 Ruricius, Lettres, II, 6, 3. Y. Bontoux, Rurice […], p. 154-155, 316-317, 646-658. M. Neri, Ruricio […], p. 69 et 258-263. R. W. Mathisen, Ruricius […], p. 142-144. J.-M. Desbordes, « Les limites […] », p. 47-48. H. Gaillard et alii, Carte […], p. 139.

55 Département de la Dordogne, à un peu plus de 40 km au sud-sud-ouest de Limoges.

56 J.-M. Desbordes, « Les limites […] », p. 47. H. Gaillard et alii, Carte […].

57 Ruricius, Lettres, ii, 20, 3. Y. Bontoux, Rurice […], p. 192-193, 354-355, 791-798. M. Neri, Ruricio […], p. 103-104 et 317-320. R. W. Mathisen, Ruricius […], p. 174 et n. 8. Ce Baxo n’a laissé aucune autre trace. Sur le droit l’asile, voir l’article ancien, mais fournissant les références textuelles antiques, de Charles de Beaurepaire, « Essai sur l’asile religieux dans l’Empire romain et la monarchie française », Bibliothèque de l’école des chartes, 14, 1853, p. 351-375, et aussi François Martroye, « L’asile et la législation impériale du ive au vie siècle », Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France, 75, 1918, p. 159-246.

58 Grégoire de Tours, Historia Francorum, vii, 10.

59 Ruricius, Lettres, ii, 24. Pour Y. Bontoux, Rurice […], p. 200, 362, 816-819 : sans doute celui de ses fils qui est resté à Gourdon et s’occupe du domaine familial. Ruricius profite de son déplacement pour le rencontrer sans sortir de son diocèse. M. Neri, Ruricio […], p. 110 et 326. R. W. Mathisen, Ruricius […], p. 35, et p. 180 plus n. 4. Pour être complet, il convient de rappeler une hypothèse qui paraît bien fragile : selon cette dernière, Ruricius pourrait avoir été le constructeur d’une basilique signalée par Grégoire de Tours, Historia Francorum, vii, 10, comme ayant été incendiée en 584. La mention par cet auteur de colonnes de marbre appareillées y a été rapprochée de celles évoquées par Ruricius dans sa lettre ii, 64 à l’évêque d’Éauze (voir plus haut dans cet article) : voir par exemple Bernadette Barriére, « Brive », dans Atlas historique des villes de France, 17, 1984. Mais elle a pu être construite après son décès et mettre en œuvre des colonnes récupérées ailleurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1. Détail de la Table de Peutinger : la cité des Lémovices et ses agglomérations situées le long des grands itinéraires
Légende Őstereichische Nationalbibliothek, Département des manuscrits autographes et fonds d’archives, cote 324
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Bedon, « La cité et les agglomérations des Lémovices dans les sources livresques antiques (littéraires, didactiques, administratives, cartographiques) », Siècles [En ligne], 33-34 | 2011, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/326

Haut de page

Auteur

Robert Bedon

Professeur émérite
Université de Limoges

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org