Navigation – Plan du site

La Révolution au village et la figure de l’ennemi contre-révolutionnaire. L’exemple de Pontgibaud (Puy-de-Dôme)

Amandine Fauchon
p. 113-125

Entrées d’index

Index géographique :

Auvergne, Pontgibaud

Index chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Karine Rance, grâce à ses études menées sur l’émigration d’une partie de la noblesse française dans (...)
  • 2 Albert Soboul (dir.), Contribution à l’histoire paysanne de la Révolution française, Paris, 1977, p (...)
  • 3 Michel vovelle aborde la question de l’attitude des masses populaires face au déclenchement des évé (...)

1La Révolution française permet d’appréhender les recompositions de l’image de l’ennemi : adversaire économique ou politique, prêtre réfractaire ou royaliste, l’ennemi désigné sous le vocable de « contre-révolutionnaire » est un traitre à la patrie dont les manifestations et les résistances prennent des formes multiples. L’ennemi s’incarne particulièrement en la figure de l’aristocrate dont les caricatures, symbolisant la déchéance de l’Ancien Régime et la fin des privilèges, contrastent avec l’image des corps vaillants des patriotes, représentants d’un monde nouveau, riche de promesses. Cette propagande est renforcée et justifiée par les engagements nobiliaires au sein de l’armée des Princes, puis par l’émigration d’une partie de l’ancien second ordre français à Coblence, Turin ou Londres, d’où cette dernière compte bien revenir en force et faire table rase des événements révolutionnaires, grâce à l’appui des monarchies étrangères1. La figure de cet ennemi contre-révolutionnaire est ici analysée à une échelle fine, en relation avec les communautés rurales qu’il domine symboliquement, grâce à la présence d’une maison forte ou d’un château, mais aussi économiquement, grâce au prélèvement de droits seigneuriaux, et culturellement, grâce à une éducation bien différente de celle du simple bourgeois ou du modeste paysan. À l’échelle du village, cette approche a pour objectif d’étudier l’évolution des comportements et des représentations des individus à l’égard de la noblesse locale. Dans une France majoritairement rurale au tournant des xviiie et xixe siècles, ce point de vue apparait pleinement justifié et se nourrit des études menées dès les années 1970 par Albert Soboul2. Michel Vovelle aborde également cette question dans sa Géopolitique de la Révolution française parue en 1993, tandis que Georges Lefebvre faisait apparaître dès 1924 l’idée d’une autonomie de la révolution paysanne dans son étude sur les paysans du Nord pendant la Révolution française3.

  • 4 César III de Moré, Histoire de Cent ans. Pontgibaud, la ville, le Château et la famille, Caen, 1888 (...)

2L’exemple de la localité de Pontgibaud, située dans les Combrailles auvergnates, offre un éclairage sur cette révolution vue d’en bas. Bourgade d’environ cinq cents âmes à la fin de l’Ancien Régime, présentant des catégories sociales différenciées, elle donne son nom au comté dominé par la famille de Moré depuis 1756. Pontgibaud, grâce aux sources qui y ont été conservées, devient un laboratoire d’observation de l’acculturation des individus aux idéaux révolutionnaires et de la stigmatisation de la noblesse en un ennemi irréductible. Ainsi, comme le relatent les mémoires des comtes de Moré : « L’imagination ne fit pas défaut aux villageois. Ils se firent les dignes émules des clubistes des grandes villes. Eux-mêmes durent s’étonner d’être entrés si facilement dans l’esprit de l’époque et de s’être trouvés à la hauteur des progrès du siècle4. » À lire ces quelques lignes teintées d’un ressentiment encore vif de cette famille à la fin du xixe siècle, l’attitude des villageois aurait été commandée par l’engrenage révolutionnaire diffusé en province grâce aux sociétés populaires. Il apparaît cependant nécessaire de s’interroger sur le rôle de la propagande révolutionnaire : cette acculturation initiée par quelques hommes à l’échelle locale est-elle suffisante pour expliquer les comportements des villageois ? Si les événements politiques et la diffusion des idéaux révolutionnaires sont déclencheurs des mouvements locaux, ils sont également catalyseurs des ambitions et des ressentiments des uns et des autres et déterminent leurs représentations à l’égard de la famille comtale. L’acculturation à une figure de l’ennemi contre-révolutionnaire demande une analyse fine des structures sociales anté-révolutionnaires et des choix opérés par la noblesse locale, qui en détermine le succès et les limites.

Les tensions économiques et sociales entre noblesse et communauté rurale (1756-1789)

3Appréhender les événements révolutionnaires à l’échelle locale impose de prendre en compte l’évolution des relations entre les populations villageoises et les représentants de la noblesse locale. La question des droits seigneuriaux tient une place prépondérante dans cette étude : peut-on observer un phénomène de « réaction seigneuriale » au cours de la seconde moitié du xviiie siècle dans cette localité, capable de constituer un outil de compréhension des interactions sociales ? Les manifestations économiques et symboliques de la domination seigneuriale nourrissent les représentations, les frustrations et les ressentiments populaires, un vécu difficilement éludable aux heures révolutionnaires. S’intéresser à l’évolution des droits seigneuriaux du comté de Pontgibaud de 1756 à 1789 n’est donc pas fortuit dans notre quête de compréhension de l’élaboration d’une représentation de l’ennemi.

  • 5 Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud, Acte de vente passé devant Mes Guérin et Bioche, consei (...)
  • 6 Ambroise Tardieu, Pontgibaud en Auvergne, la ville, le château, le comté, les mines, Moulins, Desro (...)
  • 7 Nous ne constatons pas d’augmentation des droits seigneuriaux pour cette localité au cours de la se (...)
  • 8 Arch. privées, famille Boutarel, Pontgibaud, année 1759 : cette famille dont l’un des membres était (...)
  • 9 A. D. Puy-de-Dôme, 4 C 410, Atelier de Charité.

4Les relations économiques des habitants de cette localité avec leur seigneur s’éclairent à la lumière de l’année 1756, année où les seigneuries de Pontgibaud, de Pradines et de Buzaudon sont cédées à César de Moré par le prince Camille-Louis de Lorraine5. Cette vente constitue un élément décisif dans l’évolution des droits perçus sur les terres de Pontgibaud, parachevée par leur élévation en comté en 17626. Si ces terres ne représentaient qu’une médiocre part des revenus seigneuriaux des princes de Lorraine, les bénéfices qu’elles génèrent ne sont pas plus essentiels pour César de Moré, fils cadet du seigneur de Chaliers en Gévaudan, mousquetaire en quête d’ascension sociale, qui compte davantage sur ses alliances matrimoniales successives pour développer ses réseaux de sociabilité et prétendre côtoyer le marquis de Grasse ou M. de Tréville7. Néanmoins, les nouveaux seigneurs de Pontgibaud témoignent de manière éclatante de leur volonté d’asseoir leur domination à l’échelle locale. La réaffirmation des droits attachés à leurs nouvelles terres en est un outil privilégié. Une série de documents datés de 1759 nous permet d’étayer ces hypothèses : les conflits concernant les limites d’une propriété avec les habitants du village voisin de Saint-Pierre-le-Chastel, les échanges épistolaires avec le seigneur des Roches à ce même sujet, une réactivation du péage sur le pont de Pontgibaud et des droits sur la halle aux grains, illustrent cette recherche d’affirmation seigneuriale et alimentent les contestations locales8. L’entretien du pavé de ville en 1759 ou celui du pont, la refonte des cloches de l’église en 1764, les lettres patentes délivrées par Louis XVI au comte de Pontgibaud en 1789 pour la construction d’une école ainsi que d’un hospice de charité participent d’un même processus de visibilité de la domination seigneuriale9. Le séjour des comtes de Pontgibaud est d’autre part de plus en plus fréquent et le château devient la demeure permanente de César de Moré à partir de 1780. Ces manifestations d’une noblesse engagée sur ses terres auvergnates entretiennent les symboles féodaux d’une domination quelquefois contestée par les populations locales, sans que l’on puisse observer pour autant des rebellions organisées contre l’autorité seigneuriale. La réactivation des droits seigneuriaux doit être prise en compte dans l’appréhension des attitudes révolutionnaires des habitants de cette localité.

  • 10 Jonathan R. Dalby, Les paysans cantaliens et la Révolution française (1789-1794), Clermont-Ferrand, (...)
  • 11 Arch. privées, famille Boutarel, année 1780 et Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud, 1756-178 (...)
  • 12 Arch. privées, famille Boutarel, document daté du 20 juin 1769.

5L’analyse des structures sociales est également essentielle pour la compréhension de la diffusion et de la réception des idées révolutionnaires. Jonathan R. Dalby a montré dans son analyse de la Révolution chez les paysans du Cantal l’importance des difficultés économiques mais également des animosités personnelles comme facteurs déterminants des réactions populaires10. Les sources gibaldipontines révèlent la présence d’une notabilité influente, capable de concurrencer le pouvoir seigneurial. Plusieurs personnalités peuvent ainsi être mises en évidence telles que Laurent Babaud, ancien officier, devenu régisseur des domaines de Pontgibaud, ou le bailli Pierre Legay, connu pour encourager les placements financiers douteux auprès des familles enrichies de la région11. La famille Boutarel s’illustre au cours de cette période. Marien Boutarel est procureur fiscal de la seigneurie de Pontgibaud depuis le 20 juin 176912. Son fils, Benoît Boutarel, devenu procureur général syndic du département et inspecteur des contributions directes au cours de la période révolutionnaire, s’affirme comme un des maîtres à penser des populations locales. Son engagement politique en 1789 et son implication dans la vie de la communauté villageoise constituent un élément de compréhension de l’adhésion des populations locales aux idéaux révolutionnaires.

  • 13 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit., p. 103.
  • 14 Claudine Wolikow, « Communauté et féodalité : mouvements anti-féodaux dans le vignoble de Bar-sur-S (...)
  • 15 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit, chap. 1-5 : ces mémoires contiennent une reproduction de (...)

6Néanmoins, cette acculturation des masses comme fruit de l’activisme des personnalités influentes à l’échelle locale n’est pas immédiate, l’organisation des individus est lente et quelquefois hasardeuse, comme en témoigne la première tentative avortée de nomination des membres de la garde nationale à Pontgibaud le 2 avril 179013. Le 9 mai suivant, face au manque de volontaires, ce nouveau pouvoir est bridé par le comte de Pontgibaud, devenu commandant, et par Pierre Legay, nommé capitaine. Cette situation s’explique aisément au regard de la temporalité des événements : au début de 1790, les principales manifestations permettant une compréhension et une adhésion des populations à la révolution n’ont pas encore eu lieu dans cette localité. Les organisations communautaires reprennent à leur compte, dans un premier temps, les modèles hérités de l’Ancien Régime. Sans renier l’importance de la législation révolutionnaire dans l’exacerbation des tensions, les sources gibalpontines témoignent de la continuité des conflits entre l’Ancien Régime et la période révolutionnaire. Cette remarque appelle à des comparaisons qui montrent que ces continuités ne sauraient être tenues pour exceptionnelles comme l’ont montré les travaux de Claudine Wolikow ou encore de Philippe Goujard14. La première a notamment mis au jour, les fondations, bien avant 1789, d’un large mouvement paysan essentiellement anti-féodal dans le vignoble de Bar-sur-Seine. La pratique de la souveraineté populaire y possédait des racines profondes dans les assemblées de communautés d’habitants et des choix concernant les perspectives d’évolution de la société ont pu être affirmés publiquement et consciemment. Le second dévoilait les continuités des luttes entre l’Ancien Régime et la période révolutionnaire dans le district de Neuchâtel. Dans notre cas, la noblesse, représentée au village par Albert-François de Moré depuis 1788, devient une figure d’opposition aux événements révolutionnaires en cours. D’abord impliqué dans les discussions anté-révolutionnaires, le comte de Pontgibaud reste ouvert aux débats sur la situation économique désastreuse du royaume et sur les moyens à mettre en place pour développer le commerce extérieur comme les échanges intra-régionaux. En 1789, Albert-François de Moré, président de la noblesse à l’Assemblée des trois ordres de la sénéchaussée de Riom, met à profit cette position honorifique pour faire part de ses projets d’amélioration des voies de communication dans les Combrailles auvergnates. Élevé avec son frère cadet au collège de Juilly, Albert-François est un homme ouvert aux progrès de son temps et perçoit aisément les changements sociaux en cours. Noblesse d’épée oblige, le comte de Pontgibaud entre dans la seconde compagnie des Mousquetaires à quatorze ans puis, après 1775, il devient capitaine d’infanterie au régiment de Blaisois et major en second du régiment d’infanterie Dauphiné. Si son admiration pour la révolution américaine est palpable dans ses correspondances, il refuse cependant les événements de France, vécus comme une subversion illégitime de l’ordre moral et politique15. Son engagement dans l’armée des Princes, puis dans la Coalition d’Auvergne, témoigne de ses choix politiques. Les décisions prises par Albert-François de Moré ne sont pas indifférentes aux membres de la notabilité de Pontgibaud. Les contestations et les frustrations héritées de la seconde moitié du xviiie siècle se conjuguent à la peur d’une contre-révolution armée que les patriotes locaux n’hésitent pas à dénoncer.

Acculturation et adhésion à une figure de l’ennemi contre-révolutionnaire

  • 16 Frère de Benoît Boutarel, Jérôme Boutarel est juge de paix à Pontgibaud.
  • 17 Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand, A 32891, Extrait du registre des délibérations de la (...)
  • 18 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, 1988, p. 474 ; Jean Ehrard et Paul Viallanei (...)
  • 19 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit, p. 112.
  • 20 Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand, Extrait du registre des délibérations de la Société p (...)

7Au cours des années 1790-1795, Pontgibaud semble suivre une tendance gouvernementale, se conformant aux prescriptions de la Convention nationale puis du gouvernement révolutionnaire. La politisation des principaux notables de la ville joue un rôle essentiel dans la construction de l’image de l’ennemi et sa transposition à l’échelle locale. L’amélioration des voies de communication est en ce sens prépondérante. La transmission des informations s’améliore entre Pontgibaud et le district de Riom à partir du 11 juillet 1792 : la Société des Amis de la Constitution, avec Jérôme Boutarel comme secrétaire, décide qu’un club doit être mis en place à Pontgibaud16. Le 14 juillet, six députés de la garde nationale du village fraternisent au district de Riom. Instrument de politisation des communautés rurales, ce club joue un rôle essentiel dans la transmission d’une figure de l’ennemi contre-révolutionnaire par l’organisation de manifestations festives17. La commémoration des événements révolutionnaires et la fête permettent aux populations locales de s’ouvrir à un horizon politique plus large18. La fête mêle à la fois des codes culturels traditionnels et la diffusion d’une symbolique permettant un apprentissage du message révolutionnaire. Le 14 juillet 1790, la fête de la Fédération réunit les habitants de la ville autour de la municipalité escortée de la garde nationale. À cette occasion, un certain Desfournoux, membre de la municipalité de Pontgibaud, harangue ses troupes et prête le serment d’usage, répété par tous les assistants. Le 26 juin 1791 sont organisées sur ordre de la municipalité de « grandes réjouissances publiques avec illuminations, Te Deum, en l’honneur de l’arrestation du roi à Varennes ». Le 14 novembre 1793, les officiers municipaux et le conseil général de la commune de Pontgibaud réunis, le procureur de la commune et le maire Laurent Babaud exposent « qu’il existe dans cette ville une croix appelée de la Mission, à la place des Trois Raisins, qu’il serait à propos de faire ôter la dite croix, y planter en place un arbre de la République et dans le creux qui sera fait à cet effet, y faire le brûlement de tous les titres féodaux19 ». Action symbolique s’il en est, la destruction par le feu des titres féodaux témoigne du passage à une ère nouvelle et fédère l’ensemble des villageois autour de cette manifestation. Ces moments de transmission des informations et d’adhésion des individus aux événements politiques ne sont pas isolés au cours de la période révolutionnaire. Le 10 germinal an II de la République française une et indivisible, le conseil général de la commune de Pontgibaud se réunit au lieu ordinaire de ses séances à l’effet de nommer deux commissaires, François Hervier et Guillaume Biard, pour faire arracher cinq arbres, dont un chêne et quatre ormeaux. Ils sont alors plantés sur la place de la Liberté avec « toute la joie possible, en dansant la farandole et en chantant plusieurs chansons républicaines, accompagnés de douze enfants indigents et d’un âne décoré du reste du fanatisme et signes féodaux20 ». Instant de transmission des idéaux révolutionnaires et moment de convivialité, la fête sublime l’enthousiasme populaire et permet également de tourner en dérision les membres de l’ancienne noblesse. La figure du noble, associée à l’oppression féodale, devient la figure de l’ennemi à combattre. En 1791, lors d’un rassemblement populaire, la noblesse est représentée assise à l’envers sur un âne et tenant entre ses mains les symboles de la féodalité, ce qui mêle des pratiques traditionnelles, telles que celle du charivari dans les affaires d’adultère, et une acculturation aux idées révolutionnaires.

  • 21 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit., p. 104.
  • 22 Idem, p. 107.

8Outre les manifestations festives, les attaques directes contre les symboles du pouvoir seigneurial apparaissent dès l’été 1790. Le château est la première cible des membres de la municipalité : en l’absence du seigneur du lieu, il reste le symbole le plus fort de la domination féodale et ce sont les moyens de défense de la forteresse qui font l’objet des premières réquisitions. La gouvernante, mademoiselle Barret, est alors dans l’obligation de livrer les « deux vire-mulets » et le « pétard » enfermés à l’intérieur du donjon21. Après s’être assuré une position de force militaire à l’intérieur du village, c’est aux éléments de distinction sociale de la noblesse que les patriotes s’attaquent. Le 22 janvier 1792, Nugier, procureur de Pontgibaud, déclare à la municipalité que le commissaire du roi a obtenu du tribunal de Riom un jugement pour obliger « le sieur Moré à sortir son banc de l’église ainsi qu’à ouvrir la chapelle qu’il tenait fermée, qu’il ne doit plus exister de privilèges d’après l’article viii de la loi du 20 avril 179122 ». Ces événements locaux contribuent à diffuser une image de l’ennemi contre-révolutionnaire et se traduisent rapidement par des actions concrètes. Cette image est acceptée et renforcée à la suite de l’émigration de la famille de Moré. Après la prise de Verdun, le comte de Pontgibaud décide de rejoindre son frère en Suisse et s’installe à Lausanne, bientôt suivi de toute sa maisonnée au début de 1792. L’émigration de la famille comtale crée un nouveau contexte d’expression des représentations de la communauté villageoise : traitre à la patrie, Albert-François de Moré quitte le paysage local en attisant les rumeurs au sujet d’un ennemi devenu lointain.

La figure de l’émigré

  • 23 Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud ; Arch. de l’État, Trieste.
  • 24 A. D. Puy-de-Dôme, 1 Q 395-6, Procès-verbaux de la vente des biens de l’émigré Moré. Par crainte d’ (...)
  • 25 Idem.

9Les supputations et polémiques relatives à la capacité des émigrés à rentrer en force dans le royaume de France sont nombreuses, mais reposent néanmoins sur de réels fondements. À Coblence, l’émigré Moré offre ainsi pour les besoins de l’armée les quarante mille francs réunis avant son départ du territoire français. S’il ne continue pas le combat sur le plan mili- taire, son fils aîné, Alexandre-Dominique, est envoyé rejoindre l’organisation contre-révolutionnaire à Turin. Le comte de Pontgibaud, issu d’une noblesse de province peu glorieuse, répond en ce sens aux peurs véhiculées en se montrant fermement opposé aux événements révolutionnaires et en s’engageant pleinement aux côtés des armées de Condé23. Si quelques habitants de Pontgibaud se risquent à dissimuler argenterie et bibelots aux yeux de la garde nationale, la loi contre les suspects du 17 septembre 1793 décourage les plus téméraires de braver les autorités révolutionnaires24. La vente des biens nationaux démantèle les propriétés de la famille de Moré en Auvergne au profit de la notabilité locale et de quelques cultivateurs aisés25.

  • 26 Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud, et A. D. Puy-de-Dôme, 1 C 6961 et 6971, Mines de Pontgi (...)
  • 27 Arch. de l’État, Trieste, Polizia Atti Riservatti, Busta 1 et 2, 1815-1816 et Arch. privées, Châtea (...)

10L’émigré Moré offre cependant de 1792 à sa mort en 1824 une figure de l’ennemi contre-révolutionnaire atypique. D’une noblesse engagée dans l’armée des Princes, il devient simple négociant, mettant ainsi à profit un apprentissage d’homme d’affaires, déjà expérimenté sur ses terres auvergnates26. Protégeant le nom et l’honorabilité de sa famille, il se fait connaitre sous le nom de Joseph Labrosse. Il profite des réseaux d’une noblesse réfugiée en Suisse pour développer ses affaires et s’installer dès 1799 à Trieste. Déçu par l’issue de la Révolution, il ne croit plus à un éventuel retour en France et, surtout, trouve dans le commerce triestin le moyen le plus sûr d’un enrichissement rapide et d’une position sociale intéressante. Opportuniste sans aucun doute, il fréquente les petits négociants du port et les gouverneurs des provinces Illyriennes tout en développant une sociabilité ouverte aux Autrichiens comme aux Italiens27. Ce mode de vie contraste avec celui d’une noblesse préservant des fréquentations de l’entre-soi, à l’exemple de la marquise de Nadaillac ou du comte de Neuilly, émigrés dans les États allemands. Si les figures des émigrés contre-révolutionnaires apparaissent multiples et évoluent en fonction de leurs choix politiques et de leurs ressources humaines ou économiques dans leur pays d’accueil, elles attendent une stabilisation politique.

11Pour les communautés rurales, l’émigration de la noblesse locale symbolise la rupture avec l’Ancien Régime que la vente des biens de la famille de Moré concrétise. Sauf de brefs retours en Auvergne en 1816 et 1823, le comte de Pontgibaud fait le choix de s’installer définitivement sur ses terres d’adoption. Dès lors, comment cette figure de l’émigré évolue- t-elle au sein de la ville de Pontgibaud ? L’image du traitre à la patrie doit beaucoup au poids des circonstances. Si la lutte contre la figure du noble, associée aux difficultés économiques du monde rural, est facilitée par la présence physique de la noblesse, le départ en émigration de cette dernière est responsable des changements d’attitude des villageois. L’exil triestin de cette noblesse auvergnate entraîne un éloignement géographique d’une figure de l’ennemi, qui n’est alors plus une figure connue mais devient peu à peu une abstraction, réveillant les peurs d’une violente répression soutenue par les princes étrangers, diffusée par la rumeur et la perspective de la guerre, tout en limitant les moyens d’action de la communauté villageoise. Dès le Directoire, des contacts sont repris progressivement par les élites gibaldipontines avec l’émigré Moré, pour être de plus en plus fréquents à partir de 1810 et surtout après 1815. L’acculturation aux idéaux révolutionnaires exacerbée par une propagande active auprès des individus, voire la politisation de certains meneurs locaux à l’exemple de Benoit Boutarel, ne sont que superficielles et incomplètes.

12Ceci explique les attitudes de nombreux membres de la communauté gibaldipondine à l’égard de l’émigré Moré. Celui-ci entretient des liens épistolaires avec plusieurs individus, dont Benoit Boutarel, fer de lance de la Révolution au village, devenu le relais essentiel de la famille de Moré avec ses anciens réseaux auvergnats de clientèle. Ces communications épistolaires permettent au comte de Pontgibaud en exil d’avoir connaissance de l’état des terres toujours en sa possession et des ventes qui ont eu lieu à ses dépens. Une des lettres échangées, datée du 25 janvier 1824 et dont le contenu est transmis grâce au frère cadet d’Albert-François de Moré, peut nous éclairer sur les liens existant entre Benoît Boutarel et la famille des comtes émigrés :

  • 28 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit., p. 341.

Je conçois que le tableau de la famille intéresse assez mon frère pour qu’il laisse passer la plus mauvaise saison avant de faire route pour l’Auvergne ; je reçois à l’instant même une lettre de Boutarel qui était persuadé qu’il serait à Pontgibaud le 16 janvier ; il me mande que les biens de Legay viennent d’être vendus en gros à un créancier 63 000 francs, qu’il les laisserait à mon frère, se contentant d’un bénéfice de 3 ou 4 000 francs, ce qui reviendrait avec les frais d’enregistrement à 70 ou 72 000, susceptibles d’être revendus au détail 80 000. […] Il parait que la construction du moulin va son train ; la présence du maître activerait les travaux, à ce que m’écrit Boutarel, pour que je lui fasse savoir28.

13En Auvergne, la reconstitution du patrimoine foncier du comté à partir des années 1823-1825 s’appuie sur la coopération des élites locales. La figure de l’ennemi s’efface, l’émigré Moré redevenant le maître des lieux. Son retour providentiel sur ses terres semble attendu comme permettant d’assurer la stabilité de l’ordre social. La famille Boutarel transmet des renseignements mais elle n’est pas seule à orchestrer le retour des comtes de Moré. La famille Enjelvin participe aussi à leur rétablissement dans leurs anciennes propriétés. Pourtant, Jean-Baptiste Enjelvin avait profité de la période révolutionnaire pour acquérir le 3 thermidor an IV la moitié des bâtiments du château pour la somme de 36 016 francs, tandis que son fils Alexandre devenait propriétaire d’une partie du parc ainsi que du moulin en dépendant, pour la somme de 39 000 francs. La famille Enjelvin, alors installée au château, avait également acquis le domaine d’Anschald sur les hauteurs de Pontgibaud.

14En 1829, le petit-fils de Jean-Baptiste Enjelvin, Joseph Prosper, devenu curé de Pontgibaud, se déleste d’une partie des terres acquises par sa famille au cours de la période révolutionnaire. Une lettre adressée à la famille de Moré en date du 20 mars 1829 explicite son geste :

  • 29 Ibid., p. 437.

Je sais que devant la loi de l’État, j’ai titre pour posséder ; mais cela est loin de me suffire, Monsieur le comte, car devant une autre loi, devant cette loi divine, que des dispositions législatives commandées par la nécessité des temps et la dureté des cœurs ne sauraient abroger […], je viens vous déclarer que si mon lot porte sur des propriétés nationales qui vous aient appartenues, je suis prêt à vous restituer ce que la justice en réclamera29.

15La repentance des membres de la notabilité locale est manifeste sous les règnes de Louis XVIII et de Charles X. Elle efface peu à peu des mémoires de la jeune génération la mobilisation populaire des années révolutionnaires en Combrailles.

16L’analyse des comportements des habitants de la localité de Pontgibaud à l’égard de la noblesse locale met en lumière l’importance des continuités entre l’Ancien Régime et les années révolutionnaires. Ces continuités expliquent la force plus ou moins importante des conflits et des rancœurs entre l’autorité seigneuriale, de plus en plus visible dans le paysage gibaldipontin au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, et les membres de la notabilité locale. Cette dernière, en charge de l’acculturation de la communauté aux idéaux révolutionnaires, participe à la construction d’une figure de l’ennemi contre-révolutionnaire que le choix de l’émigration par la famille de Moré vient renforcer. L’évolution des comportements gibaldipontins à l’égard de l’émigré Moré témoigne cependant de la fragilité de cette acculturation. Au cours des années 1815-1820, la figure de l’émigré a retrouvé ses lettres de noblesse. L’enracinement des idéaux révolutionnaires, à l’échelle de la localité de Pontgibaud, ne semble pas avoir eu lieu. Le Directoire, le Premier Empire, la Restauration jouent bien évidemment en ce sens : si elle marque les consciences, l’expérience révolutionnaire était sans doute trop courte pour permettre une évolution durable des comportements. La construction de l’ennemi révolutionnaire apparaît comme le fruit d’une rencontre entre des enjeux globaux et des problématiques communautaires et rend de fait complexes la question de l’adhésion des individus aux idées révolutionnaires ainsi que celle de la construction des représentations des communautés.

Haut de page

Notes

1 Karine Rance, grâce à ses études menées sur l’émigration d’une partie de la noblesse française dans les États allemands, a notamment montré l’engagement nobiliaire en faveur d’une contre- révolution armée : « La violence révolutionnaire au crible des émigrés. Entre discours performatif, exemplarité du passé et prospective » dans Philippe Bourdin (dir.), La Révolution, 1789-1871, Écriture d’une Histoire immédiate, Clermont- Ferrand, 2008, p. 199-211.

2 Albert Soboul (dir.), Contribution à l’histoire paysanne de la Révolution française, Paris, 1977, p. 399.

3 Michel vovelle aborde la question de l’attitude des masses populaires face au déclenchement des événements révolutionnaires dans La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, 1993, cf. plus particulièrement « La Révolution vue d’en bas », p. 56-92 ; voir aussi Georges Lefebvre, Les paysans du Nord pendant la Révolution française, Lille, 1924, p. 1014. Les études menées par Anatoli Ado peuvent également offrir d’intéressantes pistes de réflexion : Le mouvement paysan pendant la Révolution française, Moscou, 1971. Des colloques relativement plus récents ont pu donner des éclairages variés sur cette question, à l’exemple du colloque sur La Révolution et le monde rural, Paris, 1989, p. 582.

4 César III de Moré, Histoire de Cent ans. Pontgibaud, la ville, le Château et la famille, Caen, 1888-1889, p. 99 et 468 : ces mémoires relatent l’histoire héroïsée de la famille de Moré de 1756 à 1856 du point de vue du comte de Pontgibaud César III de Moré, arrière-petit-fils d’Albert-François de Moré.

5 Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud, Acte de vente passé devant Mes Guérin et Bioche, conseillers du roi, notaires au Châtelet de Paris, daté du 21 mars 1756.

6 Ambroise Tardieu, Pontgibaud en Auvergne, la ville, le château, le comté, les mines, Moulins, Desrosiers, 1882 : érection de la terre de Pontgibaud en comté, février 1762, p. 113.

7 Nous ne constatons pas d’augmentation des droits seigneuriaux pour cette localité au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, mais davantage une réactivation de certains droits alors tombés en désuétude.

8 Arch. privées, famille Boutarel, Pontgibaud, année 1759 : cette famille dont l’un des membres était juge de paix au cours de la période révolutionnaire, offre une précieuse documentation sur la vie quotidienne de ce village.

9 A. D. Puy-de-Dôme, 4 C 410, Atelier de Charité.

10 Jonathan R. Dalby, Les paysans cantaliens et la Révolution française (1789-1794), Clermont-Ferrand, 1989, p. 187. Si J. R. Dalby a mis en lumière les soulèvements paysans de 1792 dans le Cantal, les recherches récentes ont cependant permis de nuancer l’importance des attaques de châteaux en Haute- Auvergne.

11 Arch. privées, famille Boutarel, année 1780 et Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud, 1756-1788.

12 Arch. privées, famille Boutarel, document daté du 20 juin 1769.

13 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit., p. 103.

14 Claudine Wolikow, « Communauté et féodalité : mouvements anti-féodaux dans le vignoble de Bar-sur-Seine, fin de l’Ancien Régime » dans Albert Soboul (dir.), Contributions à l’histoire paysanne de la Révolution française, 1977, p. 283-308 et Philippe Goujard, « L’abolition de la féodalité dans le district de Neufchâtel (Seine- Inférieure) », ibid., p. 353-377.

15 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit, chap. 1-5 : ces mémoires contiennent une reproduction de documents originaux utiles à l’analyse de la Révolution dans cette localité ; Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud.

16 Frère de Benoît Boutarel, Jérôme Boutarel est juge de paix à Pontgibaud.

17 Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand, A 32891, Extrait du registre des délibérations de la société populaire des montagnes des districts de Riom et de Clermont séante à Pontgibaud, séance du 10 germinal an II (30 mars 1794), p. 14 et discours d’Annet Paty, p. 16 ; C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit, p. 99-129.

18 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, 1789-1799, Paris, 1988, p. 474 ; Jean Ehrard et Paul Viallaneix (dir.), Les fêtes de la Révolution, Clermont-Ferrand, 1977, p. 642.

19 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit, p. 112.

20 Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand, Extrait du registre des délibérations de la Société populaire séante à Pontgibaud, séance du 10 germinal an II (30 mars 1794), discours d’Annet Paty, p. 16.

21 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit., p. 104.

22 Idem, p. 107.

23 Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud ; Arch. de l’État, Trieste.

24 A. D. Puy-de-Dôme, 1 Q 395-6, Procès-verbaux de la vente des biens de l’émigré Moré. Par crainte d’une arrestation, les habitants de Pontgibaud se défont des objets qu’ils dissimulaient pour le compte de la famille de Moré, à l’exemple de M. Imbert qui préfère se dessaisir des pièces d’argenterie placées sous sa garde afin d’éviter d’être associé aux suspects. La « veuve Aubert », aubergiste à Clermont-Ferrand, et un notaire de Riom sont également concernés par la procédure d’enquête et par les perquisitions qui ont lieu dans la région de Pontgibaud à partir du 9 septembre 1792. Par la peur, mais aussi par opportunisme, les comtes perdent peu à peu les soutiens locaux qui les rattachaient à leurs anciennes propriétés.

25 Idem.

26 Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud, et A. D. Puy-de-Dôme, 1 C 6961 et 6971, Mines de Pontgibaud, 1740-1789. Les mines de plomb-argentifère de Pontgibaud ont été exploitées depuis l’Antiquité et connaissent des développements nouveaux à partir du xviiie siècle. D’abord mises en valeur dès 1739 par quelques investisseurs auvergnats sous le nom de « Compagnie de Chapdes », les mines connaissent une véritable renaissance cinquante ans plus tard sous l’impulsion de la Compagnie du Lyonnais avec la bienveillance du comte de Pontgibaud, révélée par une correspondance active de ce dernier avec les gérants de cette Compagnie (Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud, lettre particulière du comte de Pontgibaud à M. Engelvin, 1785). La Révolution est fatale à cette jeune Compagnie, mais l’exploitation reprendra à partir de 1827 grâce aux investissements de la famille de Moré.

27 Arch. de l’État, Trieste, Polizia Atti Riservatti, Busta 1 et 2, 1815-1816 et Arch. privées, Château Dauphin, Pontgibaud, Livres de compte de la maison de commerce et de la banque Joseph Labrosse, 1804-1815 : ces sources précieuses nous permettent de tisser les réseaux sociaux d’une noblesse d’épée devenue négociante sur les rives de l’Adriatique.

28 C. de Moré, Histoire de Cent ans, op. cit., p. 341.

29 Ibid., p. 437.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Fauchon, « La Révolution au village et la figure de l’ennemi contre-révolutionnaire. L’exemple de Pontgibaud (Puy-de-Dôme) », Siècles, 31 | 2010, 113-125.

Référence électronique

Amandine Fauchon, « La Révolution au village et la figure de l’ennemi contre-révolutionnaire. L’exemple de Pontgibaud (Puy-de-Dôme) », Siècles [En ligne], 31 | 2010, mis en ligne le 05 février 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/414

Haut de page

Auteur

Amandine Fauchon

Doctorante en histoire moderne
Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org