Navigation – Plan du site

Lectures militantes et difficultés du travail théorique à la CFDT dans les années 1970

Nicolas Defaud
p. 35-46

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

années 1980
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bernard Pudal, « La beauté de la mort communiste », Revue française de science politique, vol. 52, (...)

1À plusieurs reprises depuis Mai 68, la CFDT a connu des processus d’aggiornamento, soit, selon Bernard Pudal, « une transformation affectant l’ensemble des pratiques et le corpus doctrinal de l’institution, [et qui] déroule ses implications, exigeant du corps de clercs un intense travail de rationalisation susceptible de donner forme et sens à la mutation »1. Comment aborder en sociologue cette entreprise de théorisation et ses effets ? Pour comprendre ce qui constitue un travail de rationalisation du changement et sa réception, qui furent nécessaires aussi bien en 1970 pour l’entrée dans l’« âge de l’autogestion » que par la suite pour justifier l’« adaptation » des années 1980, on peut aborder l’élaboration de l’autogestion comme théorie, qui illustre la difficulté de la posture expérimentale au sein du syndicat, et l’histoire de la revue CFDT-Aujourd’hui notamment à travers son courrier des lecteurs.

2L’Institution cédétiste dans sa globalité est en effet marquée pendant tout cette période par des contraintes normatives difficilement conciliables et qui supposent de faire tenir ensemble l’« organisation de masse » et le « laboratoire d’idées ». Les années 1970 et le début des années 1980 semblent ainsi caractérisés par la recherche continue de modes de travail et d’un « schéma de coopération » avec les intellectuels, tant à l’extérieur que dans l’appareil lui-même. Mais l’étude de ces pratiques et de l’implication militante dans la lecture des textes montre bien, a contrario, tout ce que la conversion de la CFDT au « syndicalisme de propositions » implique de forclusion d’une expérience de lecture et d’écriture collectives des textes généraux.

La fabrique de la théorie autogestionnaire : une posture expérimentale contestée

3En s’intéressant de près au congrès de 1970 et à l’investissement théorique intense qui lui fait suite, dans cette période charnière où la CFDT endosse une double identité « planiste » et autogestionnaire, on peut s’apercevoir que l’écriture des textes autogestionnaires qui en découle est un processus collectif mais disputé. La double identité, qui résulte de la radicalisation qui suit Mai 68 et de l’arrivée de nouveaux militants, s’est traduite en effet par l’adoption du socialisme autogestionnaire et du registre de la lutte de classe. Dans le même temps, les mots d’ordre de la planification démocratique persistent cependant et le qualificatif de syndicat « révolutionnaire » est rejeté. Il en ressort une synthèse qui peut sembler contradictoire. Par conséquent, entre 1970 et 1973, un groupe transversal – le « groupe Orientation » – au sein des instances confédérales est formé pour tenter d’articuler cette double identité et de produire une théorie CFDT qui puisse rivaliser avec la doctrine communiste. En étudiant son activité, on peut voir émerger de véritables tests en action sur le sens des références théoriques et des mots d’ordre dans ce petit groupe composé d’ouvriers, d’employés, de techniciens (dont Edmond Maire) et de cadres venu d’horizons différents. Dès cette époque, des tiraillements apparaissent entre des lectures plus ou moins radicales de l’autogestion, avec, en parallèle, un service économique qui rappelle déjà – en 1971 – la nécessité quotidienne du marché. Ce regard sur la théorisation en interne permet aussi de relativiser les éventuelles radicalisations individuelles initiales, notamment celle d’Edmond Maire : le registre lexical joue comme une patente de radicalité suffisante vu de loin, mais beaucoup moins à mesure que l’on s’approche des négociations concrètes sur le sens des mots. L’inflexion de la stratégie et des pratiques se fait en effet dans une dialectique permanente des instances dirigeantes de la centrale avec les structures de représentation fédérale et dans un rapport d’intégration, mais aussi de séduction et de confrontation avec les militants. Elle s’effectue d’autre part dans une dialectique externe, dans les rapports au monde politique et au monde intellectuel.

  • 2 Pierre Rosanvallon, « Sur quelques chemins de traverse de la pensée du politique en France », Raiso (...)
  • 3 Voir Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, Paris, 2005.

4Pierre Rosanvallon, fraîchement diplômé d’HÉC et recruté par le syndicat pour ses compétences d’économiste, est alors secrétaire du groupe de travail. Pour rendre raison de la « refondation intellectuelle » qui occupe ses années à la CFDT, il décrira plus tard la « deuxième gauche » comme l’héritière d’un programme de reformulation et d’adaptation marxiste2 et se décrit lui-même comme appartenant à une génération pour laquelle la « lecture attentive de la littérature marxiste a été absolument essentielle ». C’est en référence à la cohérence visible de la production théorique communiste, et en même temps contre elle, qu’il faut travailler. Mais aux contraintes partisanes lourdes des règles d’écriture et d’interprétations propres à la Nouvelle Critique3, s’oppose nettement la sorte d’artisanat théorique relativement ouvert du groupe chargé de formuler la nouvelle raison cédétiste après le congrès fondateur de 1970 : le poids des amendements adoptés en congrès, les contraintes intellectuelles et militantes, ou même le bargaining lié aux clivages internes, sont sans commune mesure avec la censure que fait peser sur l’expression publique – mais aussi dans les prises de note même des minutes des réunions où la parole pouvait paraître plus libre – la soumission au bureau politique du PCF. La relative liberté d’expression cédétiste, sans cesse affichée, est estimable a contrario à la liberté de la prise de note et de son compte-rendu, comme lorsque tel concept, pourtant adopté solennellement en congrès, est qualifié d’« archi-fumeux » par un membre du groupe de travail Orientation.

5Il s’agit notamment de travailler collectivement les mots et expressions suivants : « lutte de classe et dictature du prolétariat », « notion de classe », « plus-value et profit », « propriété sociale », « aliénation », « autogestion (continuation des recherches) », « économie de marché et socialisme de marché », « contrôle ouvrier », « impérialisme », « conception de l’État », « capitalisme », « société industrielle ». La difficulté semble bien être d’ordre théorique : il faut dépasser à la fois le léninisme et la social-démocratie et s’il est très important de faire dans cette période un certain investissement au niveau théorique dans l’organisation, c’est pour éviter un glissement d’une partie de l’organisation vers le léninisme et d’une autre partie vers la social-démocratie. Les notes de réunion rendent d’ailleurs compte de lectures et d’appropriations très différentes des expressions retenues pour examen collectif.

  • 4 Pierre Bourdieu, « Le point de vue scolastique », dans Raisons pratiques. Sur la théorie de l’actio (...)
  • 5 Lettre de la fédération Hacuitex, août 1972, Archives confédérales CFDT.

6Tout au long du processus de théorisation, il sera à chaque fois rappelé que les documents produits ont valeur expérimentale et n’engagent pas la responsabilité de la confédération. Par la suite, le groupe de travail Orientation décide d’envoyer aux organisations confédérées certains textes et demande de faire « remonter » à la Confédération, les réactions, difficultés et objections que leur suscite cette lecture. L’objectif est ici, à partir de ces réactions, d’améliorer la rédaction des textes du groupe et de les rendre accessibles à l’ensemble des militants. Or, à la lecture de ces réactions, la prudente posture expérimentale, constamment prônée, est apparemment peu comprise dans les fédérations (notamment dans le textile, fédération radicalisée). De fait, cette posture consistait à appeler le lecteur à exercer, pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu, un « point de vue scolastique », qui suppose cette « disposition neutralisante […] impliquant la mise en suspens de toute thèse d’existence et de toute intention pratique »4. Même si la lecture est rarement intellectuellement désarmée ou sans références, c’est cette posture expérimentale qui échoue visiblement à être adoptée par les militants : la lutte de classe, ce n’est pas un concept, « c’est une réalité que cela nous plaise ou non »5.

7La suppression du groupe Orientation est décidée en 1973 par la Commission exécutive, l’exercice ayant manifestement atteint ses limites. Cependant, pour les instances de direction du syndicat, le problème de la hiérarchisation implicite entre expérience pratique des travailleurs et réflexion théorique, qui est opérée par le « nous » du syndicat, reste tout aussi saillant. De ce point de vue, la création de CFDT-Aujourd’hui est tout à fait symptomatique des enjeux de la période.

Expériences de terrain, produits intellectuels : les ajustements difficiles de la revue CFDT-Aujourd’hui

  • 6 Rapport de la Commission exécutive sur la revue Formation à partir de la réunion de la CCF des 15-1 (...)
  • 7 Rapport interne préparatoire au lancement de la nouvelle revue (Archives confédérales CFDT, 8H346).

8Le Secteur politique de la CFDT est chargé au début des années 1970 par le Bureau national de créer une revue qui soit tout à la fois intellectuelle et pratique, compréhensible par les syndiqués et en même temps exigeante sur le plan théorique. Pendant deux ans, de 1971 à 1973, les comptes-rendus de séance du BN montrent le caractère problématique et contradictoire de cette volonté de créer une revue intellectuelle d’un genre nouveau. Jacques Julliard, historien proche du PSU et venu au syndicalisme par le Syndicat général de l’éducation nationale (SGÉN) affilié à la CFDT, élu au Bureau national, fait alors partie du groupe de travail chargé de la constitution de la revue. La Commission exécutive désire voir se réaliser « une revue dispensant une nourriture intellectuelle solide que des militants ouvriers pourraient assimiler »6. La métaphore alimentaire n’est pas neutre, en ce qu’elle dévoile un rapport souvent réifiant au savoir, où le monde ouvrier est caractérisé par la pénurie culturelle. Néanmoins, on ne saurait analyser la création de CFDT-Aujourd’hui comme une expérience programmée de pure vulgarisation d’un savoir extérieur. Les notes préparatoires ne cessent en effet de préciser l’impératif de conciliation de prescriptions a priori contradictoires : l’« exigence intellectuelle » et la nécessaire vulgarisation, le recours aux « spécialistes » et l’écoute de la « base »7.

  • 8 Note sur la réunion du 16 novembre 1971, groupe de travail « Revue CFDT » (Archives confédérales CF (...)
  • 9 Comme Eugène Descamps, c’est un ancien métallurgiste, passés par la JOC, fils d’un membre de FO, fo (...)
  • 10 E. Brehier, Les revues […].
  • 11 « Document de travail confidentiel : secrétariat confédéral 1953-1980 », avril 1980, 89 pages (Arch (...)

9Un groupe de travail « Revue CFDT » est organisé qui reprend et précise ces indications initiales. La recherche au sein de cette revue ne doit pas être « intellectuelle », elle doit « partir de la pratique. La démarche est très difficile, il faudra confronter les pratiques. […] Faire une revue de vulgarisation ne veut pas dire qualité intellectuelle moindre ; la difficulté de l’organisation, c’est d’être compris de la base, d’être en communication avec ceux à qui on veut s’adresser ; il faut adapter notre langue sans diminuer la qualité intellectuelle »8. Dès lors, en 1972, le choix de l’animateur de la nouvelle revue, étroitement dépendant à la fois des rapports de force du moment et de ces exigences contradictoires, scinde le bureau national. Marcel Gonin, un membre du Bureau national pressenti en raison de ses compétences économiques et de sa reconnaissance comme « brasseur d’idées »9, est écarté. Son langage paraît trop intellectuel, voire « ésotérique »10, alors que le but est de faire une revue accessible aux militants, et il est de plus considéré comme trop proche d’Edmond Maire. Pierre Rosanvallon, permanent confédéral passant du service économique au secteur politique11, est alors chargé de mettre en œuvre ce grand écart entre des aspirations intellectuelles et la volonté d’associer les syndiqués à la revue. Le comité de rédaction comprend également, entre autres, Albert Détraz, Jacques Chérèque et Jacques Julliard.

  • 12 Archives confédérales CFDT, 8H346.
  • 13 Archives confédérales CFDT, 8H346.

10Selon un tract présentant la revue avant sa parution, CFDT-Aujourd’hui est « un moyen pratique de connaissance des luttes et des objectifs syndicaux mais également un lieu de redéfinition des perspectives du syndicalisme autogestionnaire »12. Effectivement, le rédacteur en chef est pris dans une situation contradictoire : il est appelé, dans la logique de constitution des revues, à mobiliser des réseaux intellectuels pour y écrire et dans le même temps, le bureau continue à la présenter comme une revue à visée pratique dans les luttes ouvrières. Si on destine explicitement la publication à un public d’adhérents culturellement démunis, une note interne griffonnée recommande aussi d’envoyer, à propos de la revue sur le point de sortir, une lettre personnalisée aux anciens de l’ÉNA, au corps des inspecteurs du travail, aux enseignants du supérieur et du secondaire, au Syndicat de la magistrature, au Monde et à Combat13. CFDT-Aujourd’hui, avant même sa sortie, est aussi conçue pour prendre place implicitement dans un espace public intellectuel et dans certains réseaux de politiques publiques.

11Pierre Rosanvallon procède notamment avant le lancement à un échange des listes d’abonnés avec le Nouvel Observateur, dirigé par Jean Daniel, de manière à toucher un public plus large. En tant que responsable, il reçoit alors toute une correspondance issue des fédérations, qui lui reprochent assez violemment cette pratique « contraire aux usages » et la « trahison » de l’autonomie syndicale. Les syndiqués reçoivent en effet des publicités pour le Nouvel Observateur et expriment le sentiment d’être dépossédés de leur organisation, qui se « technocratise » et semble s’intéresser plus au débat politique et intellectuel qu’aux intérêts des travailleurs. À ces attaques, Pierre Rosanvallon fait une réponse-type, soulignant que cet échange du fichier général de la revue Syndicalisme a été « extrêmement favorable » au syndicat.

  • 14 L’abonnement à la revue Formation (5 numéros par an) coûtait 18 francs, alors que l’abonnement à CF (...)
  • 15 Lettre de Gérard Bontemps, section CFDT de l’Hôpital psychiatrique de Ravenel-Mirecourt, à Pierre R (...)
  • 16 Albert O. Hirschman, Exit, voice and loyalty : responses to decline in firms, organizations and Sta (...)
  • 17 Lettre de G. Mullion, 2 avril 1973 (8H348).
  • 18 Lettre de B. Lefèvre, du Syndicat national des officiers de la marine marchande CFDT, à Pierre Rosa (...)

12Un militant lorrain lui écrit également pour lui dire qu’« on ne comprend rien » à ce que dit la revue, qu’elle est devenue trop chère14, trop intellectuelle et que son titre lui-même est inadéquat15. La protestation relative au prix n’est pas triviale, elle s’insère comme un point d’appui objectif et mesurable dans les modes de protestation (« voice » au sens entendu par Albert O. Hirschman16) utilisés par les militants : « Ne connaissez-vous pas les salaires des syndiqués de la CFDT ? […] Mais peut-être n’avez-vous à populariser les idées CFDT qu’à un très petit nombre, la base étant prise pour quantité négligeable qui n’a qu’à suivre et qui n’a pas besoin d’en savoir trop »17. Cette protestation peut aussi prendre la forme de conseils d’ordre pédagogique à un rédacteur en chef alors extrêmement jeune : « Je pense qu’en feuilletant nombre de publications du mouvement il te sera plus facile de voir ce qu’attendent les militants »18.

  • 19 Lettre à Christian Marquette et Philippe Lablée, le 3 janvier 1973 (Archives confédérales CFDT, 8H3 (...)

13Le comité de rédaction tente de prendre en compte ces effets de réception et de modifier le contenu de la revue en fonction d’eux. On comprend la force des contraintes dans lesquelles est pris le jeune rédacteur en chef en comparant la violence de certaines réactions militantes, où le tutoiement est de rigueur, et les efforts effectués concrètement pour répondre à la double exigence du projet. Pierre Rosanvallon désire avant tout « aider à théoriser notre pratique militante dans un sens offensif »19. Les archives montrent son souci, par la suite, de la lisibilité des articles. Il propose, par exemple, en janvier 1974, des modifications de vocabulaire sur un article de Dominique Grisoni et Robert Maggiori consacré à Gramsci. L’article sera, malgré cette attention, cité dans l’enquête auprès des lecteurs comme l’un des plus difficiles, ce qui dénote de l’irréductibilité pratique du fossé culturel. Le souci sera le même pour le « Manifeste éducatif » de Gérard Mendel (CFDT-Aujourd’hui, n° 6) et les réactions de rejet comparables.

14Avec le temps, les études internes (par sondage) commencent à montrer une petite popularité de la revue, même si « trop chère » est le commentaire qui revient le plus souvent. Mais deux ans après le lancement et la plus grande partie des correspondances de protestation, cette lettre d’un « vieux » militant à Pierre Rosanvallon est significative :

  • 20 Lettre de Gilbert Desouche, de la section Antar-CFDT, le 3 mai 1975 (Archives confédérales CFDT, 8H (...)

Je lis la revue pendant mes déplacements en métro (1 h et demie par jour). Or, il m’est impossible de trimballer avec moi le Larousse en deux volumes qui est nécessaire à la bonne compréhension de bien des articles qui utilisent une « logomachie » certainement scientifiquement exacte (je n’en doute pas !) mais qui est hors de ma portée compte tenu de mon instruction limitée au Brevet élémentaire déjà laborieusement décroché. Comme trente ans d’action militante et vingt-sept ans d’abonnement à Syndicalisme et à Formation dans des versions successives, sans compter multiples responsabilités fédérales et confédérales, m’ont quand même donné une certaine aptitude à « suivre » et que JE N’Y ARRIVE PLUS, je me demande comment peuvent faire ceux qui n’ont pas bénéficié des moyens que m’a donné la vie militante [sic]. À 49 ans passés, je suis trop vieux pour me rééduquer, et je préfère avouer ma carence en ne renouvelant pas mon abonnement. […] Je supporte de plus en plus difficilement le ton un peu « gauchiste » de bien des articles de la revue.20

  • 21 E. Brehier, Les revues […], p. 420.

15Pierre Rosanvallon fera à cette lettre une réponse désolée, tout en défendant son bilan. Les réactions à l’intellectualisme, qui sont aussi l’occasion de faire exister la « base » et de faire valoir sa distance au « sommet » dans la confédération, perdurent après son départ en 1977 (il continue cependant à y être publié, et critiqué). Cette distance est redoublée par les divergences politiques issues de Mai 68 et par l’ambiguïté de l’autogestion, vécue soit comme une vision utopique de transformation radicale de la société, soit comme une simple aspiration à l’autonomie sociale par rapport au pouvoir politique. Le projet de CFDT-Aujourd’hui est aussi porté au début par le désir d’assurer l’autonomie par rapport aux forces politiques partisanes mais aussi par rapport au reste du champ syndical. La recherche identitaire est au cœur de la revue et passe par trois enjeux principaux21 : le socialisme autogestionnaire, les « nouvelles luttes sociales » et l’appartenance au « front antitotalitaire » qui se met progressivement en place au sein d’une partie de la gauche non-communiste française dans la deuxième moitié des années 1970. Si elle est souvent perçue en interne comme une revue intellectualiste, CFDT-Aujourd’hui remplit ce rôle bien compris d’idéologue en action et on lui écrit aussi comme tel, pour l’accréditer ou pour corriger le tir.

  • 22 Christophe Prochasson, « Revues et mouvements ouvrier “fin de siècle” », CFDT-Aujourd’hui, no 100, (...)
  • 23 Colette Chambelland, « La Vie ouvrière (1909-1914) », Cahiers Georges Sorel, V, 1987, p. 89.
  • 24 C. Prochasson, Revues […], p. 23.

16À plus long terme, l’expérience CFDT-Aujourd’hui fait écho à celle de La Vie ouvrière, au début du xxe siècle, « un des rares lieux où il est possible de saisir des contacts entre intellectuels et ouvriers »22. Autour de Pierre Monatte, intellectuel et militant syndical, il était déjà question d’une « revue d’action » dont la mission était de rendre « des services aux militants au cours de leurs luttes »23, rompant ainsi avec une tradition qui réservait la revue aux intellectuels et la « feuille » aux ouvriers. Les intellectuels avaient importé la revue dans un mouvement ouvrier et socialiste plus enclin à se doter d’outils de combat comme le journal, que d’outils de réflexion comme la revue24 ; au regard du nombre de lecteurs, mais aussi de leur composition (instituteurs, étudiants, professeurs, médecins), ce furent des échecs successifs. Ici s’arrête la comparaison : CFDT-Aujourd’hui s’appuie sur une organisation syndicale très institutionnalisée, forte de structures pérennes et survit à la succession des âges théoriques cédétistes ou des rédacteurs en chef.

17Du point de vue statistique, on peut constater entre 1973 et 1995 un tassement relatif des abonnements à la littérature syndicale et en particulier à sa revue intellectuelle par excellence, CFDT-Aujourd’hui. Ce phénomène peut sembler paradoxal au regard de l’augmentation générale du niveau de diplôme de l’ensemble des délégués. Mais le tassement doit être comparé à celui de l’ensemble de la presse du même type après 1981, dans une phase de désidéologisation relative des luttes, mais aussi au moindre succès éditorial des sciences humaines et à la disparition de nombreux supports intellectuels. De ce point de vue, les revues cédétistes ont des résultats qui ne semblent pas si mauvais, même si un changement dans le mode de réabonnement (plus agressif) est adopté pour doper la courbe de vente de Syndicalisme après le congrès de 1988, qui avait révélé le plus mauvais taux de la période.

Expertises légitimes et expertises non certifiées : les malaises cédétistes

18Il est possible parallèlement de prendre la mesure, tout au long des années 1970, de la confrontation entre la formation de modes d’expertise légitime et des pratiques concrètes d’« expertise sauvage », socialement non certifiée, venues des adhérents ou des militants de la CFDT mais aussi de sympathisants sans lien concret avec la centrale. Ainsi cette lettre adressée à la CFDT :

  • 25 E. Pée-Laborde, le 5 janv. 1979 (Archives confédérales CFDT, 8H262).

Messieurs. À 80 ans, après avoir travaillé toute la vie 12 à 16 h par jour à la terre, à l’usine, au bureau, à la direction d’une petite affaire et n’ayant jamais rencontré la plus-value dont parla Marx et qui m’aurait été si utile, ayant constaté que les Pays où est appliqué le marxisme ont un niveau de vie inférieur à celui de l’Occident, tout en ayant moins de liberté, je décidai il y a quelques années d’étudier les principes marxistes. Sans vouloir aucunement excuser les défauts du capitalisme dit occidental, j’ai constaté que le marxisme contient des inconséquences et des contradictions fondamentales.25

  • 26 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, 1982.

19Il faut voir dans ce texte un élément d’une correspondance multiple du même type, signe parmi d’autres de l’« inquiétude » théorique de nombreux militants qui se perpétue dès les origines du syndicalisme chrétien mais aussi de la perception répandue de la CFDT comme institution ouverte à la réflexion. Suit un long exposé théorique, organisé, qu’on pourrait opposer, par exemple, terme à terme à la lecture de Marx par Étienne Balibar, analysée par Pierre Bourdieu comme l’archétype du « discours d’importance »26. Par contraste, font défaut ici tous les signes propres au discours légitime, qui s’est d’ailleurs déjà déplacé dans la CFDT des années 1970 plus spécifiquement vers les thèmes de l’organisation du travail en entreprise avec des références moindres au marxisme. Cette illégitimité intellectuelle se donne à lire dans les tentatives d’herméneutique profane, sans doute reçue comme naïve, comme telle réfutation de la théorie de la valeur-travail :

  • 27 E. Pée-Laborde, précité.

Dans d’assez nombreux passages du Capital, Marx affirme qu’il faut rétribuer le temps de travail et non le rendement. Or nous savons que l’homme n’aime pas le travail, et moins encore l’effort si c’est une tâche commandée. Ah vivement le samedi, et le lundi est pénible ; ah vivement les congés, ah vivement la retraite.27

  • 28 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers : l’univers d’un meunier du 16ème siècle, Paris, 1980.

20Visée par Edmond Maire, comme la plupart de la correspondance spontanée, celle-ci est alors renvoyée pour traitement par le Bureau d’analyse et d’étude confédéral (BRAEC), qui en accuse ou non réception. Il existe toute une correspondance de ce genre, venue d’ouvriers syndiqués, mais aussi d’ingénieurs ou parfois de chefs d’entreprise qui se vivent, pour certains, comme des « réformateurs » et qui proposent des expertises spontanées ou des articles à Pierre Rosanvallon, et auxquelles il n’est pas donné de réponse. Oscillant entre les différents registres – syndical, politique, expert ou intime – ces lettres donnent à voir des manières de parler de soi et des luttes théoriques, mais aussi les conditions de la réception d’une idéologie cédétiste toujours retravaillée par l’institution. Cette réception est d’ailleurs un souci constant des permanents. En forçant à dessein le trait, ces auteurs spontanés pourraient être comparés pour certains, comme l’auteur de cette exégèse marxienne précitée, à la figure du meunier Mennochio dont les lectures sont ressenties par l’Église et les lectores comme une violation de leur prérogative lettrée28. Mais l’ouvriérisme CFDT des années 1970 impose, dans un double lien constant, à la fois la prise en compte du statut ouvrier comme valeur en soi et la nécessaire accumulation de ressources culturelles dans les structures confédérales. Aux intrusions illégitimes dans le savoir lettré, le syndicat d’origine chrétienne oppose donc une sollicitude paternaliste ou, plus souvent, son silence embarrassé. Dans les pratiques mêmes des sollicitations militantes et de leur réception institutionnelle, c’est-à-dire dans l’économie des fins de non-recevoir et des réponses circonstanciées, certains invariants de l’ethos intellectuel trouvent ainsi à se reproduire en rejouant les limites de l’action intellectuelle dans une organisation qui se destine à représenter les « travailleurs ».

21La logique même de l’institution syndicale et les nécessités récurrentes d’argumentation et de justification théorique avaient ainsi originellement conduit le syndicat à produire ses propres « intellectuels » (comme les militants d’origine ouvrière Marcel Gonin et Albert Détraz, ou Edmond Maire lui-même, un ancien laborantin). Sans formation initiale spécifique mais rompus, grâce à la carrière et à la formation syndicale, au registre expert ou idéologique, ils étaient devenus de fait des théoriciens du syndicalisme. Comme le montrent les archives de la CFDT, le travail théorique et sa réception militante constituent les éléments d’une relation collective mais conflictuelle. Le nœud principal de cette lutte se situe dans la rencontre entre, d’une part les difficultés de lecture et le refus de la posture expérimentale que suppose le travail théorique par rapport aux réalités du terrain et d’autre part, les intérêts objectifs des factions qui composent l’instance confédérale à cette époque (et qui peuvent jouer en fonction de leurs spécificités de l’anti-intellectualisme, de l’anti-communisme ou au contraire des profits du théoricisme).

  • 29 Au sens de Pierre Bourdieu, « Pour un corporatisme de l’universel », post-scriptum dans Les règles (...)

22Par la suite, au fil des années 1980, les pratiques intellectuelles en elles-mêmes et la posture qu’elles impliquent dans la formulation des problèmes sociaux jouent – parmi d’autres facteurs – un rôle important dans la conversion cédétiste, avec le passage d’un mode de production à un autre et l’affirmation de l’expertise. Cette proposition ne se résume cependant pas à l’idée courante de la persuasion d’intellectuels éloquents face à des syndicalistes désarmés. Parce que l’organisation sort progressivement, tant sur le plan des registres discursifs que du recrutement, de l’ouvriérisme qui avait façonné une partie de son identité durant les années 1960 et la première partie des années 1970, les déplacements symboliques qui entérinent chaque étape de la conversion sont en effet possibles et acceptés à mesure des congrès et des consultations. Ainsi, si on a pu estimer que la CFDT a longtemps été le « bureau d’étude de la classe ouvrière », c’est cette dernière fonction particulière, qui a fait l’originalité de la centrale, qui se défait au fil de la conversion. Dans sa pratique même, effectivement, la confédération a tout de « l’intellectuel collectif »29 (sans n’être bien sûr que cela) mais elle sort progressivement du mouvement ouvrier : ce décrochage contribue à défaire ce qui faisait de la CFDT une confédération « différente », qui jouait sur les frontières des entreprises syndicales, intellectuelles et politiques.

Haut de page

Notes

1 Bernard Pudal, « La beauté de la mort communiste », Revue française de science politique, vol. 52, no 5-6, oct-déc. 2002, p. 548.

2 Pierre Rosanvallon, « Sur quelques chemins de traverse de la pensée du politique en France », Raisons politiques, no 1, février 2001, p. 49.

3 Voir Frédérique Matonti, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, Paris, 2005.

4 Pierre Bourdieu, « Le point de vue scolastique », dans Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, 1994, p. 218.

5 Lettre de la fédération Hacuitex, août 1972, Archives confédérales CFDT.

6 Rapport de la Commission exécutive sur la revue Formation à partir de la réunion de la CCF des 15-16 février 1971 et du BN de juin 1971, 20 août 1977, Archives confédérales CFDT, boîte I, cité par Emeric Brehier, Les revues politiques de la gauche non-communiste de 1958 à 1986, thèse de science politique, Univ. Paris I, 2000, p. 409.

7 Rapport interne préparatoire au lancement de la nouvelle revue (Archives confédérales CFDT, 8H346).

8 Note sur la réunion du 16 novembre 1971, groupe de travail « Revue CFDT » (Archives confédérales CFDT, 8H346).

9 Comme Eugène Descamps, c’est un ancien métallurgiste, passés par la JOC, fils d’un membre de FO, formé par les luttes de la minorité, membre du comité directeur de Reconstruction, favorable à ce titre à la déconfessionnalisation et au socialisme démocratique.

10 E. Brehier, Les revues […].

11 « Document de travail confidentiel : secrétariat confédéral 1953-1980 », avril 1980, 89 pages (Archives confédérales, 8H263).

12 Archives confédérales CFDT, 8H346.

13 Archives confédérales CFDT, 8H346.

14 L’abonnement à la revue Formation (5 numéros par an) coûtait 18 francs, alors que l’abonnement à CFDT-Aujourd’hui (6 numéros par an) vaut 65 francs.

15 Lettre de Gérard Bontemps, section CFDT de l’Hôpital psychiatrique de Ravenel-Mirecourt, à Pierre Rosanvallon, le 14 avril 1973 : « Quel titre pour une revue qui se veut militante ! Il est trop tard pour en changer, mais “L’outil du militant”, “Société autogestionnaire”, “Éducation populaire”, “Analyse et action” […] auraient mieux collés. » (Archives confédérales CFDT, 8H348).

16 Albert O. Hirschman, Exit, voice and loyalty : responses to decline in firms, organizations and States, Cambridge, Massachussetts, 1970.

17 Lettre de G. Mullion, 2 avril 1973 (8H348).

18 Lettre de B. Lefèvre, du Syndicat national des officiers de la marine marchande CFDT, à Pierre Rosanvallon, le 11 août 1973 (Archives confédérales CFDT, 8H348).

19 Lettre à Christian Marquette et Philippe Lablée, le 3 janvier 1973 (Archives confédérales CFDT, 8H364).

20 Lettre de Gilbert Desouche, de la section Antar-CFDT, le 3 mai 1975 (Archives confédérales CFDT, 8H348).

21 E. Brehier, Les revues […], p. 420.

22 Christophe Prochasson, « Revues et mouvements ouvrier “fin de siècle” », CFDT-Aujourd’hui, no 100, mars 1991, 12, p. 21.

23 Colette Chambelland, « La Vie ouvrière (1909-1914) », Cahiers Georges Sorel, V, 1987, p. 89.

24 C. Prochasson, Revues […], p. 23.

25 E. Pée-Laborde, le 5 janv. 1979 (Archives confédérales CFDT, 8H262).

26 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, 1982.

27 E. Pée-Laborde, précité.

28 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers : l’univers d’un meunier du 16ème siècle, Paris, 1980.

29 Au sens de Pierre Bourdieu, « Pour un corporatisme de l’universel », post-scriptum dans Les règles de l’art, Paris, 1992, p. 459 et suiv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Defaud, « Lectures militantes et difficultés du travail théorique à la CFDT dans les années 1970 », Siècles, 29 | 2009, 35-46.

Référence électronique

Nicolas Defaud, « Lectures militantes et difficultés du travail théorique à la CFDT dans les années 1970 », Siècles [En ligne], 29 | 2009, mis en ligne le 05 février 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/499

Haut de page

Auteur

Nicolas Defaud

Docteur en science politique, IRISES, Université Paris-Dauphine

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org