Navigation – Plan du site

Les origines intellectuelles de Mai-Juin 68

Gérard Mauger
p. 109-122

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

1968
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Daniel Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française 1715-1787, Paris, 1967 [1933 (...)
  • 2 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, 1990.

1L’interrogation sur « les origines intellectuelles » de Mai-Juin 68, renvoie, à propos d’autres textes dans un autre contexte, à la démarche qui fut celle de Daniel Mornet1 et, plus récemment, de Roger Chartier2 à propos de la Révolution française. Elle soulève au moins deux problèmes : d’une part, celui des rapports présumés entre les « idées » et les « événements », d’autre part, celui de la délimitation du corpus des « idées » supposées « agissantes ».

« Idées » et pratiques

  • 3 D. Mornet, Les origines intellectuelles […], p. 2.
  • 4 Michel Trebitsch, « Voyages autour de la révolution. Les circulations de la pensée critique de 1956 (...)
  • 5 R. Chartier, Les origines culturelles […], p. 87.
  • 6 Ibid., p. 109.
  • 7 Ibid., p. 29.
  • 8 Ibid., p. 237.
  • 9 Jürgen Habermas, Protestbewegung und Hochschulreform, Francfort, 1969, p. 40, cit. dans R. Chartier (...)
  • 10 Lawrence Stone, Les Causes de la révolution anglaise, 1529-1642, Paris, 1974 [1972], p. 146, cit. d (...)
  • 11 Pierre Bourdieu, « Qu’est-ce que faire parler un auteur ? À propos de Michel Foucault », Sociétés e (...)

2Quelle sorte de rapports peut-on établir d’abord, entre les textes (« les idées ») et « l’événement » ? Daniel Mornet postulait un lien évident entre la progression des « idées nouvelles » et « le surgissement de l’événement » : « ce sont, pour une part, les idées qui ont déterminé la Révolution française », écrivait-il3. Mais cette relation supposée entre « les idées nouvelles » et l’événement implique au moins que ces « idées » aient été mises en circulation. D’où la nécessité d’étudier les supports de communication : le livre (donc l’édition et la librairie), mais aussi sa réception critique (donc les revues, les magazines, les quotidiens), les modalités banalisées de l’écrit (brochures et tracts) et les formes de sociabilité intellectuelle associées à la lecture (partisanes, syndicales, universitaires, informelles). Dans cette perspective, il faudrait donc, d’une part, définir l’aire de diffusion de ces « idées nouvelles » (qui lit quoi ?), montrer, comme le suggère par exemple Michel Trebitsch, « comment on passe d’une circulation restreinte, en partie érudite, à une circulation élargie, voire à la “drugstorisation” »4. À cet égard, il se pourrait, d’ailleurs, que les idées ne concernent qu’une sphère particulière de la politique : la « politique intellectuelle », « politique pour intellectuels », « imaginaire et abstraite », plus ou moins déconnectée du champ politique. Et il faudrait, d’autre part, s’interroger sur la réception de ces idées. « La lecture est investie [par Mornet comme par Tocqueville ou Taine], note Roger Chartier, d’un pouvoir de persuasion si puissant qu’elle est à même de transformer les lecteurs et de les faire être comme les textes veulent qu’ils soient »5. Étant entendu que cet engouement supposé pour les livres est lui-même le produit de dispositions qui les rendent acceptables, compréhensibles, attendus : dispositions dont il faudrait également rendre compte. Par ailleurs, « si les textes […] sont bien des machines à produire des effets, leurs dispositifs sont toujours déchiffrés à travers des attentes de lecture, des outillages interprétatifs, des registres de compréhension qui varient d’un lecteur à l’autre »6. La réception est appropriation : à des horizons de réception différenciés correspondent des statuts variables d’un même texte. En outre, la relation supposée de cause à effet entre idées et événements pose le problème du statut de la pensée par rapport à la praxis, de l’engendrement des pratiques par la pensée. Or, rien n’assure que « les pratiques puissent être déduites des discours qui les fondent ou les justifient »7. Les agents (acteurs) agissent-ils en fonction de ce qu’ils lisent ? Les lectures induisent-elles, infléchissent-elles même, les pratiques des agents ? En d’autres termes, cette relation supposée de cause à effet entre idées et pratiques repose sur une théorie implicite de la pratique qui méconnaît l’importance respective des pensées claires et élaborées et des représentations immédiates et incorporées, celle des engagements volontaires et raisonnés et celle des appartenances automatiques et obligées dans la sociogenèse des pratiques. En fait, cette perspective est entachée de tous les travers de l’ethnocentrisme intellectualiste. Non seulement elle méconnaît que « la part réfléchie et volontaire de l’action humaine ne livre pas nécessairement la signification des processus historiques »8, mais aussi que « les idées » sont elles-mêmes socialement produites et correspondent à un état socialement et historiquement défini du champ de production intellectuelle qui renvoie lui-même, au moins pour partie, à des déterminations collectives qui règlent et commandent cet état du champ. À l’inverse, s’il est vrai, comme le dit Habermas, que, pour la période considérée, « l’illusion qu’une poignée d’auteurs aurait pu déclencher une vague de protestation de la jeunesse de San Francisco à Tokyo, de New York à Londres, Rome et Paris, tient du fantasme d’omnipotence »9, je ne pense pas pour autant que les idées n’aient aucun effet. Elles fournissent au moins un lexique, un langage, un répertoire de références à travers lesquels peuvent se formuler des enjeux politiques. Comme l’écrit Lawrence Stone, « il n’y a pas de vraie révolution sans idées pour l’alimenter – sinon on n’a qu’une révolte ou un coup d’État – : aussi les soubassements intellectuels et idéologiques de l’opposition au gouvernement sont-ils de première importance »10. Par ailleurs, les idées – à condition de les entendre à un niveau élevé de généralisation, de vulgarisation, de banalisation (à un niveau « doxique » si l’on veut) – fournissent aussi des schèmes de perception et d’interprétation de « ce qui se passe » (les événements). « Il arrive, note Pierre Bourdieu, qu’en certaines circonstances, les messages ésotériques, écrits et destinés seulement à être lus par des savants ou des lettrés, abstraits et destinés à être compris abstraitement, descendent dans la rue, deviennent exotériques, passent à l’acte, à l’action, à la pratique »11.

Les enjeux de la recherche de paternité intellectuelle

  • 12 R. Chartier, Les origines culturelles […], p. 14.
  • 13 Ibid., p. 113.
  • 14 M. Trebitsch, « Voyages autour de la révolution », p. 72.
  • 15 La traduction française de L’homme unidimensionnel a été publiée fin avril 1968 aux éditions de Min (...)
  • 16 C’est ce que j’ai tenté de montrer dans le cas de l’émeute de novembre 2005 : G. Mauger, L’émeute d (...)

3J’en viens au deuxième problème posé par la question des « origines intellectuelles » (ou « culturelles ») de la Révolution française comme des événements de Mai-Juin 68. Comment repérer dans l’immense corpus des idées (des textes) qui précèdent l’événement, celles (ceux) qui auraient exercé une influence décisive ? Pour réponder à cette question, il faut partir, je crois, de cette réflexion de Roger Chartier : « c’est la Révolution qui a inventé les Lumières en voulant enraciner sa légitimité dans un corpus de textes et d’auteurs fondateurs »12. Idée qu’il précise, cent pages plus loin, en ces termes : « en un sens c’est donc bien la Révolution qui a fait les livres et non l’inverse, puisque c’est elle qui a donné une signification prémonitoire et programmatique à certaines œuvres constituées comme son origine »13. De la même façon, selon Michel Trebitsch14, « c’est, peut-on dire, Mai 68 qui invente Marcuse […]. À cette date, par contraste avec l’étranger, Marcuse est un inconnu »15. Loin de céder au goût du paradoxe, ce genre de réflexion invite à s’interroger sur les luttes symboliques – les conflits d’interprétation – qui ont pour enjeu l’imposition de telle ou telle représentation des événements. Luttes symboliques qui se déroulent parallèlement à l’événement16 et se poursuivent parfois longtemps après : ainsi se sont-elles prolongées jusqu’au bicentenaire de la Révolution française et la récente commémoration de Mai-Juin 68 a-t-elle été l’occasion de réactiver, quarante après, les conflits d’interprétations. Dans ces luttes symboliques qui cherchent à dire « le sens de l’événement », la recherche de paternité intellectuelle est un procédé courant. Il consiste à délimiter un corpus de textes – « les livres de Mai » –, un panthéon d’auteurs censés avoir inspiré les événements. Le sens de l’événement résiderait alors dans ses origines intellectuelles présumées : qu’il s’agisse de filiations revendiquées (comme ce fut le cas des révolutionnaires de 89 qui se réclamaient des Lumières) ou de filiations rétrospectives imputées par les exégètes ultérieurs (c’est le cas de « soixante-huitards » qui, semble-t-il, n’ont pas revendiqué d’autres filiations intellectuelles que celles du répertoire des grandes figures de la Révolution prolétarienne (Marx, Engels, Lénine, Trotski) étendu à quelques icônes contemporaines (Mao, Che Guevara, Ho Chi Minh), quitte à rechercher dans l’événement des « signes » (tel mot d’ordre, tel slogan photographié sur les murs) propres à valider cette imputation rétrospective de paternité. Je voudrais en donner quelques exemples.

Mai-Juin 68 ou l’apothéose de « la révision du marxisme »

  • 17 M. Trebitsch, « Voyages autour de la révolution », p. 77.
  • 18 Sur Arguments, cf. Rémy Rieffel, Les intellectuels sous la Ve République (1958-1990), t. 2, Paris, (...)
  • 19 Sur Socialisme et Barbarie, ibid., p. 89-95.
  • 20 M. Trebitsch, « Voyages autour de la révolution », p. 76.

4Selon Michel Trebitsch, « une bonne partie des “idées de Mai” trouve sa source dans le mouvement de “révision du marxisme” qui désigne […] à partir de 1956, un courant multiforme de critique du stalinisme, à la fois du modèle soviétique et de l’orthodoxie marxiste »17. Entre le déclin de l’existentialisme sartrien (antidaté par Michel Trebitsch au début des années 1960), relayé ultérieurement par l’approche structuraliste, s’intercale, selon lui, le rôle matriciel de « la révision du marxisme », théorie critique issue de la redécouverte de pensées hérétiques (Trotski) ou marginales (Lukàcs, Reich, École de Francfort) portée par Socialisme ou Barbarie (revue confidentielle fondée en 1949 et dissoute en 1967)18 et Arguments (revue d’« audience restreinte », fondée en 1956 et dissoute en 1962)19. Bien qu’il concède que, Lukàcs mis à part, l’École de Francfort soit « un courant à peu près ignoré avant 1968 »20, il propose de faire du concept – typiquement « révisionniste » – d’« aliénation » une « notion-clé pour comprendre Mai 68 :

  • 21 Ibid., p. 87.

« si l’aliénation est une notion-clé pour comprendre 1968, c’est, écrit-il, parce que c’est le concept qui parle le mieux la langue de l’époque, qui traduit le plus précisément des aspirations complexes et contradictoires, réconciliant même ces deux tendances si opposées de l’antihumanisme et de la pensée individualiste dans une même volonté de libération »21.

Mai-Juin 68 ou le triomphe de la « Nouvelle Gauche »

  • 22 Ingrid Gilcher-Holthey, « La contribution des intellectuels de la Nouvelle Gauche à la définition d (...)
  • 23 Ibid., p. 96.
  • 24 Ibid., p. 91.
  • 25 Ibid., p. 91. En évoquant, à ce propos, « la contre-culture », l’émergence d’« espaces protégés » e (...)
  • 26 Ibid., p. 91-92.
  • 27 Ibid., p. 92.

5La « Nouvelle Gauche », selon Ingrid Gilcher-Holthey22, fait référence à Socialisme ou Barbarie (1949-1966), Arguments (1956-1962) et l’Internationale Situationniste (1958-1969). Bien que, selon elle, « on ne puisse pas dire que les idées de la Nouvelle Gauche ont engendré le Mouvement de 68 »23, elle considère que les événements de Mai-Juin 68 ont imposé à la fois une nouvelle interprétation de la théorie marxiste fondée sur la redécouverte du jeune Marx et la substitution du concept d’« aliénation » à celui d’« exploitation », une nouvelle esquisse de perspective socialiste (il s’agit, écrit-elle, de « libérer l’homme de l’aliénation : dans le quotidien, dans la famille, dans les relations sexuelles et dans les relations avec autrui »24), une nouvelle vision stratégique (« l’individu doit être libéré de la subordination au collectif » ; « de nouvelles formes de communication et de vie se développent expérimentalement en anticipant l’avenir »25), une conception nouvelle de l’organisation (« la Nouvelle Gauche se voit comme un mouvement et non comme un parti ») et l’identification de « nouveaux acteurs du changement social » (« ce n’est plus du prolétariat qu’elle attend la transformation du monde, mais […] de la nouvelle classe ouvrière diplômée, des jeunes intellectuels, de la jeunesse en révolte »26). Et, pour preuve du bien-fondé de cette représentation, elle avance que cette réévaluation ex post du rôle de Socialisme ou Barbarie, d’Arguments et de l’Internationale Situationniste est validée un quart de siècle plus tard par Jean-Louis Péninou et Daniel Cohn-Bendit27.

Mai-Juin 68 ou « la brèche du situationnisme »

  • 28 Daniel Lindenberg, « 1968 ou la brèche situationniste », Esprit, no 242, mai 1998, p. 127-140.
  • 29 Georg Lukacs, Histoire et conscience de classe, traduit de l’allemand par Kostas Axelos et Jacqueli (...)
  • 30 D. Lindenberg, « 1968 ou la brèche situationniste », p. 136.
  • 31 Ibid., p. 133. Pour mémoire, le Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations de Raoul Va (...)
  • 32 D. Lindenberg, « 1968 ou la brèche situationniste », p. 140.
  • 33 Ibid., p. 139. Selon Lindenberg, le situationnisme a ouvert « une première brèche dans la maolâtrie (...)

6Trente ans après les événements, Daniel Lindenberg, s’interrogeant sur « les origines intellectuelles de cette révolution fondatrice […] de notre “France contemporaine” », les attribue au « situationnisme » (bien qu’il s’interroge en passant sur ce que cette imputation doit au « regain d’intérêt actuel – il écrit en 1998 – pour les situationnistes ») : « il touche aux racines mêmes de ce qu’était l’idée révolutionnaire en 1968, idée paradoxale, puisqu’elle contenait en germe la déconstruction radicale de l’idéologie totalitaire connue sous le nom de “marxisme-léninisme” »28. Le raisonnement est approximativement le suivant : Histoire et conscience de classe29, où il voit « un événement de première grandeur », « livre maudit du “marxisme occidental”, (re)devenu la bible du gauchisme », lu par Henri Lefebvre, Lucien Goldmann, Merleau-Ponty, est la matrice des « idéologies marxistes antiléninistes » ; parmi elles, le situationnisme occupe, avant et après Mai-Juin 68, une place centrale. Bien qu’il concède que « par plusieurs traits l’ethos debordien-vaneigemien [soit] en rupture avec ce qu’on a coutume d’appeler l’“esprit soixante-huitard” »30, Lindenberg affirme que « les situationnistes sont certainement les penseurs qui ont le plus directement influé sur la sensibilité de Mai »31. Si le situationnisme se voit ainsi élevé ex post au rang d’origine intellectuelle de Mai-Juin 68, c’est sans doute parce que Lindenberg y discerne, en dépit de « traits plus classiques le rattachant au marxisme »32, des « virtualités antitotalitaires »33.

Mai-Juin 68 ou l’apogée de « l’anti-humanisme »

  • 34 Luc Ferry et Alain Renaut, La pensée 68. Essai sur l’antihumanisme contemporain, Paris, 1985.
  • 35 Ibid., p. 60.
  • 36 Ibid., p. 13.
  • 37 Louis Althusser, Lénine et la philosophie, Conférence de fév. 1968 à la Société française de philos (...)
  • 38 L. Ferry et A. Renaut, La pensée 68 […], p. 30. La « philosophie du soupçon » (Marx, Nietzsche, Fre (...)
  • 39 Ibid., p. 36.
  • 40 Ibid., p. 42.

7Bien que, selon les auteurs de La pensée 6834 (i. e. le corpus des œuvres qu’ils regroupent sous le label « antihumaniste » : celles de Foucault, Derrida, Bourdieu, Lacan), « il serait sans doute absurde de prétendre qu’elles ont exercé une influence sur le cours des événements » et que « bien loin de s’intégrer à l’évidence dans l’histoire d’une liquidation de la subjectivité, Mai 68 se présente à beaucoup d’égards comme une révolte de sujets contre le système qui les nierait comme tels (réification) »35, « les publications et la révolte de mai pourraient, écrivent-ils néanmoins, […] avoir appartenu à un même phénomène culturel et en avoir constitué, en modes divers, comme des symptômes »36. Dubitatifs, ils s’interrogent – « la contestation de Mai 68 et la pensée philosophique des “sixties” seraient-elles donc si hétérogènes et, pour ainsi dire, incompatibles ? » – avant d’imputer imperturbablement à « la pensée 68 » une « structure intellectuelle » à quatre volets (conçue comme un idéal-type wébérien) : le thème de la fin de la philosophie (à ce propos, Luc Ferry et Alain Renaut citent Althusser : « ce qui se répète à l’infini dans l’histoire de la philosophie, c’est l’idéologie petite-bourgeoise »37), le paradigme de la généalogie (« il ne s’agirait plus, face à un discours quelconque, d’en cerner le contenu, écrivent-ils, mais plutôt de l’interroger sur ses conditions extérieures de production »38), la dissolution de l’idée de vérité, l’historicisation des catégories et la fin de toute référence à l’universel (selon Ferry et Renaut, « l’effort pour rapporter des discours à leurs conditions concrètes, toujours historiques, de production » définit « l’horizon même de la généalogie »39). Idéal-type réductible à un « procès du sujet », à une « critique radicale de la subjectivité » : « il s’agit toujours de savoir […], non pas ce que quelqu’un dit […], mais d’où il parle, qui il est pour dire ce qu’il dit »40.

De quelques tentatives d’identification d’une « master frame » de Mai-Juin 68

  • 41 Robert D. Benford et David A. Snow, « Framing processes and social movement : an overview and asses (...)

8La notion de « master frame », empruntée à Robert D. Benford et David A. Snow41, aujourd’hui très en vogue chez les politistes, est une sorte d’équivalent de celle de « Zeitgeist » de Dilthey (empruntée à Hegel) : on peut la traduire par la notion de « cadre de l’expérience » (Goffman) ou de « schème de perception et d’interprétation » (Bourdieu).

  • 42 Boris Gobille, « L’événement Mai 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales HSS, 63e anné (...)

9Boris Gobille l’emploie pour tenter de contourner la difficulté de dire ce qu’est l’idéologie de Mai 1968, son « sens », son « esprit », son « imaginaire » face à la diversité des groupes, à celle des pratiques et à l’absence de coordination, face au risque de « réifier des groupes » en les assimilant aux productions discursives de leurs dirigeants, face à la tentation d’évacuer les ouvriers, les étudiants et intellectuels critiques étant alors érigés en prescripteurs de « l’esprit de Mai », sinon d’une « pensée 68 »42. En quête d’une notion exprimant une « vision du monde » transférable et, de ce fait, ouverte à l’hybridation, à l’appropriation, il propose le schème « anti-autoritaire » :

  • 43 Ibid., p. 327.

« la critique anti-autoritaire en mai-juin 1968, écrit-il, […] peut être considérée, à condition de ne pas la fossiliser en idéologie, comme un cadre global (master frame) assurant la connexion la plus grande entre secteurs en lutte »43.

  • 44 M. Trebitsch, « Voyages autour de la révolution », p. 87.

10C’est la même démarche qui conduit Michel Trebitsch à faire de « l’aliénation » le concept-clé de « la pensée 68 » dont il précise qu’il s’agit « moins [d’]un véritable appareil conceptuel ou [d’]un projet de transformation de la société, [que d’]une langue d’époque, un verlan commun, qui a pu servir à la fois d’éclairage et de code partagé, de signe de reconnaissance »44.

  • 45 Bernard Brillant, « La contestation dans tous ses états », G. Dreyfus-Armand, R. Frank, M.-F. Levy (...)
  • 46 Ibid., p. 99.
  • 47 Ibid., p. 102.
  • 48 Ibid., p. 105.

11C’est également celle de Bernard Brillant qui fait de « la contestation » le mot-clé de la période45 : « il se pourrait, écrit-il, que la contestation ait été la langue des années 68 »46. Critique radicale de l’ordre établi, la contestation conduit au « dévoilement de la vérité aliénante des rapports sociaux ou du caractère répressif de la société et de ses institutions »47 : « globale et radicale, la contestation ne peut avoir de contenu revendicatif »48.

12Résumons-nous : j’ai essayé d’indiquer que la question des origines intellectuelles ou culturelles de Mai-Juin 68 soulève au moins deux problèmes : celui des rapports entre les textes, leurs lecteurs et les événements et celui de la délimitation du corpus des textes et des auteurs pertinents. Sans prétendre apporter de lumières définitives sur ces deux questions, je voudrais faire une remarque sur la première et suggérer une réponse à la deuxième.

Ce que lire veut dire

  • 49 Philippe Oliveira, « Les livres de Mai », dans Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti (...)
  • 50 Ibid., p. 148.

13Je souscris sans réserve à ce propos de Philippe Oliveira : « la pensée d’une époque, écrit-il, c’est d’abord la somme des grands livres constitués comme tels par le travail des éditeurs et par la chronique des idées. Les magazines et les revues la mettent en scène comme une actualité du livre et une promotion des nouveautés en librairie », assorti de cette précision : « de façon générale, l’écart est spectaculaire entre les livres qu’il faut (ou faudrait) avoir lu et les indices de lectures réelles »49. En ce qui concerne, plus spécifiquement, les lectures militantes, « les périodiques jouent un rôle bien supérieur à celui des ouvrages dans l’usage des lectures pour l’action » : « c’est dans le corpus des tracts et des publications proprement politiques et militantes qu’il faudrait d’abord chercher la trace d’usages concrets de la “pensée” ». Et, à ce propos, Philippe Oliveira insiste sur un « rapport à l’imprimé beaucoup moins lié à l’actualité du livre que dans la réception des news magazine » et sur « la part bien supérieure d’anciennes références et de vieilles lectures »50.

  • 51 p. Bourdieu, « Qu’est-ce que faire parler un auteur ? […] », p. 17.

14Dans le même ordre d’idées, je reprendrai à mon compte cette remarque de Pierre Bourdieu à propos de Michel Foucault (qu’il n’avait sans doute pas plus lu que Foucault ne l’avait lu) : « J’aurais tendance à faire l’hypothèse que les contemporains se lisent beaucoup moins qu’on ne le croit et qu’une grosse part de ce qu’ils savent les uns des autres s’apprend ex auditu, à travers ce qu’ils entendent dire, par les collègues, par les journaux (rôle terrible du Nouvel Obs), par les étudiants, bref par une sorte de rumeur intellectuelle où circulent des mots-clefs, des slogans un peu réducteurs […]. Autrement dit, l’hypothèse que les contemporains se lisent entre eux est très risquée ; et que se lisant, ils se comprennent encore plus risquée… Il y aurait une révision à faire de l’histoire des idées qui repose sur l’idée que les textes sont lus, et qu’étant lus, ils sont compris, etc. En général, ce qui circule, ce sont les titres […]. Si l’on fait l’hypothèse que les gens ne se lisent pas, on comprend des tas de choses qu’on ne comprend pas aussi longtemps que l’on croit qu’ils se lisent. La connaissance par des slogans, par des mots-clefs est très importante »51.

  • 52 Pierre Bayard, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus ?, Paris, 2007, p. 15.

15C’est cette hypothèse de la non-lecture qu’a prise au sérieux Pierre Bayard en distinguant les livres inconnus (LI), les livres parcourus (LP), les livres évoqués (LE) et les livres oubliés (LO). Schématiquement, la thèse qu’il défend est la suivante : il n’existe pas de solution de continuité entre lecture et non-lecture. La notion de non-lecture « implique, en effet, d’être en mesure d’établir une séparation nette entre lire et ne pas lire, alors que de nombreuses formes de rencontre avec les textes se situent en réalité dans un entre-deux »52. Passant en revue les modes de fréquentation des livres – livres inconnus, livres parcourus, livres évoqués, livres oubliés – il livre, chemin faisant, quelques conclusions qui me semblent tout à fait pertinentes pour notre propos.

  • 53 Ibid., p. 26.

« La culture est d’abord une affaire d’orientation, écrit-il. Être cultivé, ce n’est pas avoir lu tel ou tel livre, c’est savoir se repérer dans leur ensemble, donc savoir qu’ils forment un ensemble et être en mesure de situer chaque élément par rapport aux autres »53.

  • 54 Ibid., p. 49.
  • 55 Ibid., p. 61.

16Par ailleurs, précise-t-il, « un livre ne se limite pas à lui-même, il est également constitué, dès sa diffusion, par l’ensemble mouvant des séries d’échanges que sa circulation suscite. C’est donc avoir accès à lui, sinon le lire, que de prêter attention à ces échanges »54. Enfin, « nous ne gardons pas en notre mémoire des livres homogènes, mais des fragments arrachés à des lectures partielles, souvent mêlés les uns aux autres, et de surcroît remaniés par nos fantasmes personnels »55.

  • 56 Ibid., p. 110.

17De ce point de vue, si l’on s’interroge sur les origines intellectuelles ou culturelles de Mai-Juin 68, il est parfaitement légitime de rechercher des mots-clefs, des mots d’ordre, des slogans, constitutifs de la doxa pré-soixante-huitarde, de délimiter les contours de ce que Pierre Bayard désigne comme « la bibliothèque virtuelle », c’est-à-dire « l’espace, oral ou écrit, de discussion des livres avec les autres »56, l’ensemble de ces textes canoniques « qu’il est pratiquement impossible de ne pas avoir lus sauf à être déconsidéré » (bien que personne ou presque ne les ait lus) ou encore, comme le fait Boris Gobille, la « master frame » d’une époque déterminée. La difficulté est alors de n’être ni trop vague – c’est le cas, je pense, de Boris Gobille, avec le schème « anti-autoritaire » ou de Bernard Brillant avec celui, apparenté, de « la contestation » – ni trop précis en voulant plaider pour sa paroisse – comme le font, chacun à leur manière, Michel Trebitsch, Ingrid Gilcher-Holthey, Daniel Lindenberg ou Luc Ferry et Alain Renaut – mais au risque d’être démenti par les faits. J’en viens ainsi à ma réponse à la question des textes et des auteurs pertinents.

Les schèmes génériques du marxisme : « master frame » de Mai-Juin 68

  • 57 P. Oliveira, « Les livres de Mai », p. 152.
  • 58 Raymond Aron, Marxismes imaginaires. D’une sainte famille à l’autre, Paris, 1970, p. 323-345.
  • 59 Ibid., p. 328.

18Comment définir les contours de la « bibliothèque virtuelle » des années qui précèdent Mai 68 en France ? On peut le faire de deux façons. Soit, comme a entrepris de le faire Philippe Oliveira, en tentant d’objectiver « les tendances de la critique en librairie » : ainsi met-il en évidence le cantonnement des Éditions de Minuit « au registre d’une production savante de diffusion restreinte, aussi bien par son prix que par son contenu », l’essor des Éditions Maspero qui apparaissent comme « la véritable icône éditoriale de Mai 68 » et « la part écrasante des Éditions Sociales dans la diffusion de “penseurs” aussi importants que Marx ou Lénine »57. Soit en tentant de reconstituer l’histoire du champ intellectuel en France de la Libération à la fin des années 1960 : de toute évidence, le marxisme y occupe une place centrale, tant dans la pensée critique sous toutes ses formes que dans les débats qui traversent le champ depuis 1945. Voici ce qu’en disait Raymond Aron, qui n’est guère suspect de complaisance à l’égard du marxisme, dans une conférence prononcée à l’UNESCO en mai 1968 à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance de Marx58 : « si l’on mesure la grandeur de Marx aux dimensions des querelles qu’il a provoquées ou suscitées, qui, depuis deux siècles, pourrait se comparer à lui ? Querelles entre marxistes et non marxistes, mais aussi querelles entre marxistes », disait-il59. Et il précisait ainsi son propos :

  • 60 Ibid., p. 329.

« au moins une fois tous les dix ans, depuis la dernière guerre, il se trouve sur la rive gauche de la Seine un philosophe pour suggérer une interprétation de Marx ou lui prêter une idée à laquelle personne, avant lui, n’avait songé. Il y a une vingtaine d’années, le Manuscrit économico-philosophique, selon l’orthodoxie du Quartier latin, représentait le dernier mot de la philosophie marxiste bien que, à s’en tenir aux textes, Marx lui-même ait tourné en ridicule le langage et les modes d’analyse qu’il avait employés dans ses premiers travaux. Aujourd’hui le marxisme connaît un nouvel avatar. Normaliens et agrégés de philosophie, certains qui avaient souscrit à l’orthodoxie d’hier, d’autres grâce à leur jeunesse, accédant d’un coup à la nouvelle science, découvrent que le marxisme n’est ni un humanisme, ni un historicisme »60.

  • 61 Jean-Paul Sartre, Critique de la raison dialectique, Paris, 1960.
  • 62 Ibid., p. 9.

19Précisons : schématiquement, on peut distinguer trois courants. D’abord l’existentialisme qu’incarnent Jean-Paul Sartre et Les Temps modernes. Il n’est pas besoin de dépasser la « Préface » des 755 pages de la Critique de la raison dialectique61 pour découvrir la sentence fameuse : « Je considère le marxisme comme l’indépassable philosophie de notre temps »62. Un peu plus loin, Sartre précise :

  • 63 Ibid., p. 17.

« Je l’ai souvent constaté : un argument “antimarxiste” n’est que le rajeunissement apparent d’une idée prémarxiste. Un prétendu “dépassement” du marxisme ne sera au pire qu’un retour au prémarxisme, au mieux que la redécouverte d’une pensée déjà contenue dans la philosophie qu’on a cru dépasser. Quant au “révisonnisme”, c’est un truisme ou une absurdité : il n’y a pas lieu de réadapter une philosophie vivante au cours du monde »63.

20Le « révisionnisme » dont parle Sartre est porté, on l’a vu, par Arguments (1956-1962) qui se veut une « alternative au stalinisme ». Dans le numéro de 1958 intitulé « La grande révision ? », François Fetjö écrit :

  • 64 François Fetjö, « Réflexions d’un Révisionniste », Arguments, no 14, 1958, p. 12-13.

« le révisionniste n’est plus tout à fait marxiste, car il a décidé d’appliquer le doute méthodique, le doute radical à l’égard du marxisme : il se place théoriquement “au-delà”. Mais il est encore marxiste dans ce sens que le marxisme – théorie et pratique – reste pour lui un système de référence privilégié, une base de discussion sinon de croyance »64.

  • 65 Frédérique Matonti, « Structuralisme et prophétisme », dans D. Damamme, B. Gobille, F. Matonti et B (...)
  • 66 Ibid., p. 178.

21De même, Socialisme ou Barbarie (1949-1965), fondée et animée par des dissidents du trotskisme, revendique son appartenance à l’extrême gauche marxiste et se veut à la fois « organe de la critique de la société bureaucratique » et « instrument de lutte au service des travailleurs ». Si le « révisionnisme » est resté confidentiel, l’audience de Sartre auprès du grand public est encore considérable bien que « l’avant-garde consacrée » qu’il incarne soit contestée par « l’avant-garde structuraliste » qui se fait jour au début des années 1960. Frédérique Matonti a montré récemment comment et pourquoi les thèses structuralistes, « intellectuellement avant-gardistes », ont été perçues comme « politiquement radicales »65. Dans ce contexte, « Louis Althusser, écrit-elle, est […] au cœur du travail de requalification du structuralisme qui le fait passer sans ambiguïté à l’extrême gauche »66 :

  • 67 Ibid., p. 180.

« la double marginalité de Louis Althusser [au sein du champ intellectuel et au sein du PCF], la manière dont il entend remettre la philosophie au poste de commande politique, son détournement de concepts, son “retour à Marx”, comparable au “retour à Freud” de Lacan, manière de faire entendre qu’il y a plus dans Marx que ce qui est écrit, permettent de comprendre, au-delà de son travail de requalification du structuralisme, la séduction qu’il exerce. Cette séduction […] est particulièrement forte auprès de ceux qui ont les propriétés sociales nécessaires pour se sentir autorisés à incarner la posture d’intellectuel prophétique, ou au moins à la goûter sans se sentir offusqués par ce qu’elle contient d’altier »67.

22Voici comment François Matheron décrit l’émergence de Louis Althusser dans le débat public :

  • 68 François Matheron, « Louis Althusser ou l’impure pureté du concept », dans Jacques Bidet et Eustach (...)

« d’un même geste, Althusser congédiait à la fois les figures dépassées du champ philosophique (et singulièrement celle de Sartre), et la totalité des discours marxisants, au moins français, rigoureusement inacceptables dans l’état nouveau du champ (et notamment ce qui tenait alors lieu de théorie au sein du Parti communiste français) »68.

  • 69 Ibid., p. 377.
  • 70 Jean-Claude Bourdin, « Présentation », dans Jean-Claude Bourdin (dir.), Althusser, une lecture de M (...)
  • 71 Le Nouvel Observateur, no 55, 1-7 déc. 1965, cit. dans Rémy Rieffel, Les intellectuels sous la Ve R (...)
  • 72 Le Nouvel Observateur, no 71, 23-29 mars 1966, cit. ibid. p. 130.

23C’est pourquoi « en un temps où l’on était souvent communiste et intelligent sans être marxiste, ou communiste et marxiste sans être intelligent, voire, parfois, marxiste et intelligent, mais sans être communiste, il devenait enfin possible d’être tout cela à la fois : un intellectuel communiste produisant un discours sur Marx à la hauteur des théories qui s’emparaient du champ intellectuel »69. Et c’est aussi pourquoi « nous fûmes tous momentanément des althussériens », écrit, par exemple, Jean-Claude Bourdin70. Inutile de préciser, après avoir lu Pierre Bayard, que, pour ce faire, il n’était pas nécessaire d’avoir lu Althusser, ni Lire le Capital, ni, bien sûr, Le Capital. François Châtelet n’avait-il pas écrit dans Le Nouvel Observateur que Pour Marx était « un très grand livre »71 et que la philosophie de la direction du parti était « un mélange inconsistant d’empirisme politique, de psychologie bourgeoise et de messianisme humanitaire »72 ? Le Zeitgeist voulait alors que tout prétendant à l’intelligentsia soit « pour Marx » et « contre le parti ».

  • 73 On pourra voir une validation empirique de cette hypothèse dans les analyses lexicographiques des t (...)
  • 74 Michel Foucault, cit. dans Didier Éribon, Michel Foucault et ses contemporains, Paris, 1994, p. 263

24De ce survol de l’histoire de la pensée critique en France avant Mai-Juin 68, il me semble qu’on peut conclure que les schèmes génériques du marxisme sous ses différentes formes – bourgeoisie / prolétariat, infrastructures / superstructures, science / idéologie, idéalisme / matérialisme, réforme / révolution, capitalisme / communisme, etc. – définissent la « master frame » des événements de Mai-Juin  68, qu’il s’agisse des débats étudiants ou des « mots de la tribu » ouvrière d’alors.73 Elle permet, par exemple, de comprendre pourquoi, comme le disait Michel Foucault, « Sartre est mort contemporain de ceux qui s’étaient formés à une pensée formée en rupture avec lui »74.

Haut de page

Notes

1 Daniel Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française 1715-1787, Paris, 1967 [1933].

2 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, 1990.

3 D. Mornet, Les origines intellectuelles […], p. 2.

4 Michel Trebitsch, « Voyages autour de la révolution. Les circulations de la pensée critique de 1956 à 1968 », dans Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Levy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les Années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, 2000, p. 77.

5 R. Chartier, Les origines culturelles […], p. 87.

6 Ibid., p. 109.

7 Ibid., p. 29.

8 Ibid., p. 237.

9 Jürgen Habermas, Protestbewegung und Hochschulreform, Francfort, 1969, p. 40, cit. dans R. Chartier, Les origines culturelles […], p. 76.

10 Lawrence Stone, Les Causes de la révolution anglaise, 1529-1642, Paris, 1974 [1972], p. 146, cit. dans R. Chartier, Les origines culturelles […], p. 205.

11 Pierre Bourdieu, « Qu’est-ce que faire parler un auteur ? À propos de Michel Foucault », Sociétés et Représentations, no 3, novembre 1996, p. 13-18 (p. 16).

12 R. Chartier, Les origines culturelles […], p. 14.

13 Ibid., p. 113.

14 M. Trebitsch, « Voyages autour de la révolution », p. 72.

15 La traduction française de L’homme unidimensionnel a été publiée fin avril 1968 aux éditions de Minuit dans la collection « Arguments ».

16 C’est ce que j’ai tenté de montrer dans le cas de l’émeute de novembre 2005 : G. Mauger, L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Broissieux, 2006.

17 M. Trebitsch, « Voyages autour de la révolution », p. 77.

18 Sur Arguments, cf. Rémy Rieffel, Les intellectuels sous la Ve République (1958-1990), t. 2, Paris, 1993, p. 76-89.

19 Sur Socialisme et Barbarie, ibid., p. 89-95.

20 M. Trebitsch, « Voyages autour de la révolution », p. 76.

21 Ibid., p. 87.

22 Ingrid Gilcher-Holthey, « La contribution des intellectuels de la Nouvelle Gauche à la définition du sens de Mai 68 », in G. Dreyfus-Armand, R. Frank, M.-F. Levy et M. Zancarini-Fournel (dir.), Les Années 68 […], p. 89-98.

23 Ibid., p. 96.

24 Ibid., p. 91.

25 Ibid., p. 91. En évoquant, à ce propos, « la contre-culture », l’émergence d’« espaces protégés » et de « groupes expérimentaux », Ingrid Gilcher-Holthey s’expose à un anachronisme manifeste.

26 Ibid., p. 91-92.

27 Ibid., p. 92.

28 Daniel Lindenberg, « 1968 ou la brèche situationniste », Esprit, no 242, mai 1998, p. 127-140.

29 Georg Lukacs, Histoire et conscience de classe, traduit de l’allemand par Kostas Axelos et Jacqueline Bois, Paris, 1960.

30 D. Lindenberg, « 1968 ou la brèche situationniste », p. 136.

31 Ibid., p. 133. Pour mémoire, le Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations de Raoul Vaneigem a été publié chez Gallimard en mars 1967 et La société du spectacle de Guy Debord chez Buchet-Chastel en novembre 1967. Le seul texte situationniste à avoir trouvé quelque écho avant Mai-Juin 68 est sans doute la brochure De la misère en milieu étudiant (Strasbourg, 1966).

32 D. Lindenberg, « 1968 ou la brèche situationniste », p. 140.

33 Ibid., p. 139. Selon Lindenberg, le situationnisme a ouvert « une première brèche dans la maolâtrie occidentale des années 1970 » (ibid., p. 140).

34 Luc Ferry et Alain Renaut, La pensée 68. Essai sur l’antihumanisme contemporain, Paris, 1985.

35 Ibid., p. 60.

36 Ibid., p. 13.

37 Louis Althusser, Lénine et la philosophie, Conférence de fév. 1968 à la Société française de philosophie, cit. p. 29.

38 L. Ferry et A. Renaut, La pensée 68 […], p. 30. La « philosophie du soupçon » (Marx, Nietzsche, Freud) « traite les discours conscients comme des symptômes » (ibid., p. 31).

39 Ibid., p. 36.

40 Ibid., p. 42.

41 Robert D. Benford et David A. Snow, « Framing processes and social movement : an overview and assessment », Annual Review of Sociology, 26, 2000, p. 611-639. « Hypothetically, the more inclusive and flexible collective action frames are, the more likely they are to function as or evolve into “master frames” » (p. 618).

42 Boris Gobille, « L’événement Mai 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales HSS, 63e année, no 2, mars-avril 2008, p. 321-349.

43 Ibid., p. 327.

44 M. Trebitsch, « Voyages autour de la révolution », p. 87.

45 Bernard Brillant, « La contestation dans tous ses états », G. Dreyfus-Armand, R. Frank, M.-F. Levy et M. Zancarini-Fournel (dir.), Les Années 68 […], p. 99-115.

46 Ibid., p. 99.

47 Ibid., p. 102.

48 Ibid., p. 105.

49 Philippe Oliveira, « Les livres de Mai », dans Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal (dir.), Mai-Juin 68, Paris, 2008, p. 144-157 (p. 146).

50 Ibid., p. 148.

51 p. Bourdieu, « Qu’est-ce que faire parler un auteur ? […] », p. 17.

52 Pierre Bayard, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus ?, Paris, 2007, p. 15.

53 Ibid., p. 26.

54 Ibid., p. 49.

55 Ibid., p. 61.

56 Ibid., p. 110.

57 P. Oliveira, « Les livres de Mai », p. 152.

58 Raymond Aron, Marxismes imaginaires. D’une sainte famille à l’autre, Paris, 1970, p. 323-345.

59 Ibid., p. 328.

60 Ibid., p. 329.

61 Jean-Paul Sartre, Critique de la raison dialectique, Paris, 1960.

62 Ibid., p. 9.

63 Ibid., p. 17.

64 François Fetjö, « Réflexions d’un Révisionniste », Arguments, no 14, 1958, p. 12-13.

65 Frédérique Matonti, « Structuralisme et prophétisme », dans D. Damamme, B. Gobille, F. Matonti et B. Pudal (dir.), Mai-Juin 68, p. 172-185.

66 Ibid., p. 178.

67 Ibid., p. 180.

68 François Matheron, « Louis Althusser ou l’impure pureté du concept », dans Jacques Bidet et Eustache Kouvelakis (dir.), Dictionnaire du marxisme, Paris, 2001, p. 368-390 (p. 378).

69 Ibid., p. 377.

70 Jean-Claude Bourdin, « Présentation », dans Jean-Claude Bourdin (dir.), Althusser, une lecture de Marx, Paris, 2008, p. 9-23.

71 Le Nouvel Observateur, no 55, 1-7 déc. 1965, cit. dans Rémy Rieffel, Les intellectuels sous la Ve République, t. 3, p. 130.

72 Le Nouvel Observateur, no 71, 23-29 mars 1966, cit. ibid. p. 130.

73 On pourra voir une validation empirique de cette hypothèse dans les analyses lexicographiques des tracts de Mai-Juin 68 : Des tracts en Mai 68, Paris, 1975 et Maurice Tournier, Les mots de Mai 68, Toulouse, 2007.

74 Michel Foucault, cit. dans Didier Éribon, Michel Foucault et ses contemporains, Paris, 1994, p. 263.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Mauger, « Les origines intellectuelles de Mai-Juin 68 », Siècles, 29 | 2009, 109-122.

Référence électronique

Gérard Mauger, « Les origines intellectuelles de Mai-Juin 68 », Siècles [En ligne], 29 | 2009, mis en ligne le 11 février 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/525

Haut de page

Auteur

Gérard Mauger

CNRS, Centre de sociologie européenne, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org