Navigation – Plan du site

Fluctuations des lectures militantes et transformations du Parti socialiste.

Le cas de la fédération de la Vienne (1971-2005)
Blaise Magnin
p. 47-58

Entrées d’index

Index géographique :

Vienne

Index chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Frédéric Sawicki, « Les Socialis­tes », dans Jean‑Jacques Becker et Gilles Candar (...)
  • 2 Stéphane Clouet, « Les écoles socialistes ont‑elles existé ? », Revue de l’OURS, n° 211, mai 1993, (...)
  • 3 F. Sawicki, « Les Socia­listes ».
  • 4 Philippe Juhem, « La production notabiliaire du militantisme au Parti socia­liste », Revue français (...)
  • 5 Yvon Attou, Frédéric Cépède, « Un siècle de formation au parti socialiste SFIO », Paris, Parti soci (...)
  • 6 Claude Pennetier, Bernard Pudal, « La certification scolaire dans les années trente », Politix, vol (...)

1Il y a quelque paradoxe à s’intéresser aux pratiques de lecture militante ayant cours au sein de l’espace partisan socialiste. En effet, les invariants structurels qui traversent l’histoire du PS1 n’y ont jamais favorisé l’émergence et l’institutionnalisation de structures de propagande et de formation2 susceptibles de produire et de diffuser une offre systématique de ressources symboliques et culturelles à destination des militants. Dans un parti progressivement dominé par ses élus notabilisés, notamment après la scission de 1920, la préservation du capital électoral a toujours prévalu sur la constitution et le développement de ressources militantes3. L’autonomie des instances périphériques et la municipalisation du parti ont concouru à susciter un militantisme d’opportunité étroitement encadré par des élites fédérales soucieuses de contrôler les postes et les investitures4, au détriment du travail de politisation et de formation des adhérents. De surcroît, les propriétés sociales des adhérents du PS – lesquels ont toujours disposé d’un capital scolaire et culturel tendanciellement supérieur à la moyenne de la population – ne se sont jamais réellement prêtées à la mise en place d’une entreprise systématique de formation. De ce fait, les instances dirigeantes du parti n’ont jamais favorisé la mise en circulation permanente et rationalisée d’un corpus de biens de salut politique à travers un réseau d’écoles ou une politique éditoriale pérennes5. Bien que hanté par la concurrence électorale et organisationnelle communiste, jamais l’appareil socialiste ne chercha, à la manière du PCF, à se constituer en « autorité pédagogique », imposant comme principe d’encadrement politique un « ordre scolaire spécifique »6. Les dix années qui séparent le congrès d’Épinay de la victoire aux élections présidentielles de 1981 virent bien une phase d’expansion et de renouvellement du travail de production éditoriale et de formation des militants, mais ils déclinèrent progressivement tout au long des années 1990.

  • 7 Parcours reconstitués à partir d’entretiens appro­fondis conduits auprès de ces vingt‑six militants (...)

2Les pratiques de lecture partisanes déclarées par les adhérents et ex‑adhérents de la fédération de la Vienne du Parti socialiste, s’inscrivent pleinement dans ce cadre socio‑historique national. L’histoire et la configuration du milieu partisan socialiste dans la Vienne n’y ont guère favorisé la promotion d’un militantisme intense. La situation quasi monopolistique d’un même courant entre 1971 et 2005 a limité la compétition interne pour les postes qui est au principe de l’invention de traditions fédérales et d’identités politiques concurrentes – et par là, qui structure le travail de production du militantisme, notamment par le recours à la prescription de lectures spécifiques. L’analyse des parcours de lecteurs de vingt‑six militants et ex‑militants de la fédération de la Vienne7 et leur confrontation avec l’évolution du contenu de la bibliothèque fédérale permettent d’objectiver les transformations de l’organisation partisane, des groupes qu’elle mobilise, des formes de travail politique qu’elle suscite, et des registres de discours qui y circulent depuis le congrès d’Épinay. Apparaissent aussi, subsumés sous les usages différenciés des lectures diffusées dans le milieu partisan, des dispositions sociales et des formes de rapports à la politique qui sont au principe de l’engagement au PS.

La bibliothèque fédérale comme objectivation des fluctuations des formes de la mobilisation partisane socialiste

  • 8 Philippe Juhem, « SOS-Racisme. Histoire d’une mobilisation “apolitique”. Contribution à une analyse (...)
  • 9 Hélène Hatzfeld, « Une révolution culturelle du Parti socialiste dans les années 1970 », Vingtième (...)
  • 10 Sur le succès de ce genre éditorial entre 1968 et 1982, voir Jean Peneff, La méthode biographique, (...)
  • 11 P. Juhem, « SOS-Racisme […] ».
  • 12 La fédération qui comptait 800 militants au début des années 1980 vit ses effectifs régulièrement d (...)
  • 13 Avec notamment de multiples numéros de la Revue de l’OURS et des notes de la Fondation Jean­-Jaurès (...)

3Les locaux poitevins de la fédération abritent une bibliothèque comptant deux cent cinquante volumes, ouvrages, brochures, ou numéros de revues. Constituée essentiellement par les dons de militants et d’élus, les quelques rayonnages qu’elle occupe dans la salle où sont reçus les visiteurs contrastent avec les étagères couvrant un pan de mur entier où sont conservées les archives des campagnes électorales. L’inventaire exhaustif de la bibliothèque fournit une première indication relative aux années de parution des volumes : cent cinquante d’entre eux couvrent la période 1969-1983, tandis que cent autres ont été édités entre 1983 et 2008. Plus encore que ce déséquilibre quantitatif, l’analyse des titres parus au cours de chacune des deux périodes souligne les transformations de « l’économie symbolique de la légitimation politique » après l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement de gauche en 19818. Les volumes publiés entre 1969 et 1983 s’inscrivent dans des cadres éditoriaux et une configuration politique marqués par le Programme commun signé avec le PCF et le MRG en 1972, ainsi que par la convergence du PS avec des organisations militantes ne relevant pas des réseaux d’influence socialiste traditionnels9 : on y compte de nombreux ouvrages portant sur le féminisme, l’environnement, la situation politique de pays plus ou moins engagés sur la voie socialiste ou récemment décolonisés, des autobiographies militantes10, des auteurs cardinaux et des textes de synthèse du mouvement ouvrier. Quant aux volumes publiés entre 1983 et 2008, ils reflètent une « transformation des besoins de justification de la gauche »11 qui entraîne après 1981 l’épuisement des publications indexées sur la « radicalité » des plates-formes programmatiques de la période précédente, et même un net déclin des ouvrages reproduisant les programmes du PS. La conjonction de l’accès aux ressources financières et d’expertise gouvernementales et de la nécessité de produire des schèmes argumentatifs ajustés à ces positions, en rompant avec les postures oppositionnelles qui prévalaient auparavant, se traduit par un accroissement considérable de la part des « publications institutionnelles » parmi les volumes publiés à partir de 1983. Figurent notamment nombre de rapports parlementaires et d’études réalisées par des ministères ainsi que des documents émanant des institutions européennes. Apparaissent aussi des témoignages personnels des responsables nationaux du parti ainsi que de nombreux essais journalistiques. Cette surreprésentation relative des ouvrages d’expertise ou de prospective administrative indique, au niveau national, la marginalisation après 1983 des positions du CÉRÉS, courant le plus attaché à la mobilisation d’un registre de propagande idéologisé. Elle montre aussi qu’au niveau local la bibliothèque ne flit plus alimentée que par les envois des institutions et les dons des élus. La quasi‑absence de volumes publiés dans les années 1990 traduit une désaffection militante touchant alors tant les effectifs que l’amplitude de leur mobilisation12. À partir du début des années 2000, l’intensification des luttes pour le contrôle de la fédération, qui se traduit par la mobilisation du courant composite qui allait emporter la majorité fédérale lors du congrès du Mans à la fin de 2005, ont semblé entraîner un relatif renouveau du travail de propagande se traduisant par une diversification des ouvrages déposés dans la bibliothèque, à défaut d’une élévation de leur nombre13.

Des pratiques de lectures militantes historiquement et socialement situées

4Les cinq militants du corpus qui associent spontanément à leurs trajectoires militantes l’influence ou une pratique soutenue de lectures politiques présentent de fortes similitudes sociobiographiques. Nés entre 1933 et 1941, leurs origines sociales sont populaires, avec pour quatre d’entre eux des parents ouvriers ou artisans et des grands‑parents agriculteurs. Ils bénéficient de l’expansion de la scolarisation secondaire des années 1950, et ont tous réalisé la promotion sociale qu’elle autorisait en se dirigeant vers l’enseignement. Si les pères de trois de ces enquêtés étaient syndiqués et politisés à gauche, un seul confesse une politisation précoce, plus ou moins associée à une avidité de lecture – elle‑même indissociable d’un rapport enchanté à l’école :

« Mon grand‑père était un admirateur de Léon Blum, il parlait peu mais je le savais, et puis pendant mes études je lisais beaucoup, beaucoup de livres sur la révolution russe qui m’intéressait... Sur l’histoire aussi, sur l’histoire du mouvement ouvrier, même avant 16 ans je lisais ça beaucoup, même au travers des romans, je lisais beaucoup de littérature russe, notamment Chklovski ou Dostoïevski, j’avais lu tout le pavé (rire), donc je m’intéressais à la littérature et aux faits historiques de façon générale ».

5À l’École normale, quatre enquêtés décrivent une atmosphère d’émulation intellectuelle, de débat politique permanent, notamment marqué par la concurrence entre le PC et la SFI0 qui se prolongeait à l’intérieur de la FÉN à laquelle tous ont adhéré dès la première année de leur scolarité. Dans cet espace scolaire fortement politisé, les pratiques de lecture constituaient une forme de mobilisation constante, largement inspirée d’ailleurs par la présence communiste :

« Et puis c’est très formateur en même temps, il y avait des formations militantes, des fois c’était proche du conflit, mais on lisait plein de choses avec quand même une certaine rigueur, même les livres des communistes, c’est que fallait pouvoir leur répondre... se défendre (rire) […] Par la suite j’ai été amené à beaucoup m’intéresser et à lire de nombreux ouvrages sur le mouvement solidariste de Léon Bourgeois dans lequel je me reconnais toujours beaucoup, je dois dire ».

  • 14 Voir Benoît Verrier, « Expert, idéologue, militant la production d’une ressource socialiste (1964‑1 (...)

6Pour ces enquêtés acculturés à la politique au sein de l’institution scolaire, la refondation du Parti socialiste autour d’une offre politique et d’une offre de mobilisation convergeant en partie vers les formes en vigueur au PC, allait réactiver des dispositions à investir intellectuellement leur engagement partisan. Chez les militants proches du CÉRÉS, courant dont les responsables s’appuyaient sur un registre d’expertise idéologisée14, celle centralité de la littérature militante apparaît tout particulièrement :

« Je peux faire allusion à ce qui s’appelait le programme socialiste pour les années 80. C’est un programme qui avait été rédigé à partir du congrès de 79 […] Je ne dis pas que tout là‑dedans était formidable, il y avait une rédaction qui était un peu intello, dans une langue un peu marxiste, avec beaucoup de références pas faciles mais qui permettaient de chercher plus loin, c’était charpenté. Alors, ici, dans la section, on en a vendu une centaine, on l’avait lu de façon détaillée, on avait vraiment travaillé dessus ».

  • 15 Transformation qui démonétise les ressources discursives et argumentatives sur lesquelles reposaien (...)
  • 16 Et notamment la baisse constante de la part des instituteurs et des PEUC dans les effectifs du part (...)

7Ces militants mobilisant dans les entretiens des schèmes puisés dans des lectures politiques entretiennent un rapport intellectualisé à la politique qui fut de plus en plus difficile à faire valoir sous l’effet de l’accroissement des effectifs de la fédération puis, à partir de 1984, de la transformation de l’offre politique socialiste au niveau national15. Ainsi, nombre de militants parmi les plus proches du CÉRÉS et les plus attachés à une collaboration étroite avec le PC s’éloigneront plus ou moins rapidement du parti. Seules les carrières électives ouvertes à une petite minorité favoriseront leur conversion à la nouvelle offre politique et au nouveau cours de la vie partisane. Le départ des uns16 et le repositionnement pratique et symbolique des autres produiront alors mécaniquement un déclin des pratiques militantes les plus investies intellectuellement dans la fédération de la Vienne. Les dispositions des cohortes nouvellement recrutées à partir du milieu des années 1980 ne permettront pas de pallier ce tarissement des références et des publications militantes circulant dans l’espace partisan.

Les pratiques de lectures a minima d’un militantisme routinisé

  • 17 Sur « l’institutionnali­sation de l’autodidaxie » et de la formation continue à partir des années 1 (...)

8Si pour quelques militants dont les dispositions étaient particulièrement ajustées à la conjoncture politique des années 1970, les pratiques de lecture composaient un élément constitutif de leur engagement partisan, pour la plupart de leurs camarades, les activités militantes consistaient essentiellement à participer aux réunions de section, à mobiliser les sympathisants et à se mobiliser lors des périodes électorales. Ils ne recourent à aucune référence à des lectures spécifiques pour rendre compte de leur engagement et de leurs pratiques militantes tout en les justifiant. Dotés d’origines sociales très similaires et appartenant à la même cohorte que celles des enquêtés présentés précédemment, ils s’en distinguent néanmoins par leur moindre capital scolaire puisque seuls deux d’entre eux sont enseignants. Ils ont en commun d’avoir connu de fortes promotions professionnelles qui leur ont permis de terminer avec le statut de cadre des carrières débutées sans avoir obtenu le baccalauréat17. Lorsqu’ils abordent leur socialisation militante, leur entrée au PS ou leur participation à la vie partisane, ces militants n’évoquent que cursivement les ouvrages et références circulant dans l’espace partisan et ne semblent pas concernés par des pratiques de lecture suffisamment intenses pour leur laisser des souvenirs autres que flous et diffus :

« On avait un bon copain, il amenait toujours aux réunions des... bon, des revues, des petits journaux du PS ou autres, pour ceux qu’en voulaient... Ça tournait pas mal autour de l’économie, des choses comme ça, c’était bien, mais bon... Bah, on y jette forcément un oeil, mais moi, c’était pas forcément... Je passais pas beaucoup de temps alors... ».

  • 18 Voir Gérard Mauger et Claude F. Poliak, « Les usages sociaux de la lecture », Actes de la recherche (...)

9Certains de ces enquêtés, qui semblent se vivre comme « des hommes d’action »18 – en témoignent les responsabilités multiples des uns, dans diverses organisations associatives, syndicales ou administratives ; l’investissement professionnel très intense de la plupart ; ou encore les carrières électives municipales de certains d’entre eux –, conçoivent avant tout leur engagement partisan comme une entreprise de conquête du pouvoir local, s’opposant en tout point à une pratique passive et spéculative de la lecture :

« J’ai suivi Chevènement pendant très longtemps, après... on n’était pas sectaire, moi j’étais pas très porté sur les grandes discussions théoriques... Bon, après, l’important, c’est quand même de soutenir nos élus, de faire les adhésions... pour faire changer les choses faut des fois mouiller sa chemise (rire) ».

  • 19 Office universitaire de recherche socialiste.

10Ce type de rapport, socialement et culturellement dominé, d’indifférence aux pratiques de lecture ayant cours dans l’espace partisan, peut parfois prendre un tour plus nettement anti‑intellectualiste. Ainsi d’un militant né en 1950, qui occupe des positions relativement dominées vis‑à­-vis des élites politico‑administratives tant dans les univers professionnels où il a évolué, à la frontière du champ politique, que dans l’espace partisan. Son dévouement pour les tâches d’animation, de coordination et d’organisation, d’abord comme responsable d’équipements socioculturels municipaux, puis comme permanent salarié de la fédération, le porte à dénier toute légitimité au travail intellectuel tel qu’il peut se déployer dans l’espace partisan. Ainsi, lors d’une conversation informelle, il exhibait plusieurs exemplaires de la Revue de l’OURS19 et des publications de la Fondation Jean‑Jaurès, raillant l’inutilité d’entreprises éditoriales « que personne ne regarde », les « trucs d’intellos qu’ont jamais fait de la politique, à part dans un bureau bien tranquillement assis sur une chaise ».

  • 20 Voir Françoise Subileau, Henri Rey et Colette Ysmal, « Les adhérents socialistes en 1998 », Cahiers (...)
  • 21 Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences so (...)

11Enfin, relativement marginal dans un parti d’où ont quasiment disparu les militants appartenant aux classes populaires20, le phénomène de remise de soi21 aux figures du parti peut générer chez certains militants une appétence fervente pour leurs écrits. À la fois peu doté en capital scolaire et militant, l’enquêté suivant a adhéré au PS en 2006 pour soutenir Ségolène Royal à qui il voue une admiration sans borne. Son rapport aux personnalités appartenant au pôle le plus intellectuel des cercles dirigeants du parti, ainsi qu’à leurs activités éditoriales, renvoie en même temps à une certaine bonne volonté culturelle et à sa dépossession des ressources que son adhésion récente n’a pas encore permis de compenser :

« Quand même, quand on a la bibliographie d’Attali, quand on a la carrière politique de Rocard, il y a pas de secret, faut... c’est des preuves (rire). J’ai acheté pas mal de bouquins qu’ils ont écrit.., bah, pour voir un peu, on essaye (rire). C’est sûr que c’est un haut niveau intellectuel là ! Faut être dedans pour lire ça, vous pouvez pas... C’est qu’il faut une sacrée culture hein, faut voir que des types comme ça, ils connaissent tout, l’histoire, la politique.., l’économie aussi, c’est sûr que c’est impressionnant... ».

Des « lectures didactiques »22 marginales dans la politisation socialiste

  • 22 Voir G. Mauger et C. F. Poliak, « Les usages sociaux […] ».
  • 23 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, 1970.

12Pour l’ensemble de ces adhérents dont les pratiques de lecture militantes oscillent entre attention oblique23, indifférence et défiance à l’égard des produits éditoriaux du PS, les multiples titres de la presse partisane constituent l’un des supports leur permettant de se familiariser avec les schèmes d’interprétation politiques socialistes. Ils leur permettent notamment d’acquérir une connaissance minimale de l’espace partisan et de ses enjeux, d’en situer les acteurs principaux, et pour les plus disposés à s’y pencher, d’identifier leurs prises de position. Les publications fédérales, et notamment En direct. Journal de la fédération du parti socialiste de la Vienne, qui paraît chaque mois sous ce titre depuis 1971, sont des « quatre pages » militants traditionnels qui semblent essentiellement destinés à diffuser des bribes d’analyse de l’actualité politique nationale, les informations relatives à la vie de la fédération, l’actualité institutionnelle et politique locale, et à faire valoir les actions que les principaux élus y engagent. Les commentaires succincts qu’elles suggèrent aux militants indiquent d’ailleurs bien le rôle qui leur est dévolu, et les temporalités courtes et cycliques de la vie fédérale dans lesquelles elles s’inscrivent essentiellement :

« Ah oui, aussi, il y a la feuille de chou de la fédé, enfin c’est pas long hein.., oui, En direct, le nom m’échappait. Bon... c’est toujours un peu pareil... mais bon... c’est pratique, on peut savoir quand est‑ce que se préparent des élections, tout ça, et puis ce que décide le conseil général, ce que font nos chers députés à Paris... ».

13L’hebdo des socialistes, publié au niveau national, dont la pagi­nation bien supérieure et le travail éditorial pourraient autoriser des usages plus riches et variés, suscite cependant des appréciations semblables – la fré­quence des références à la réduction récente du format semble d’ailleurs bien indiquer la faible intensité des usages qui peuvent en être faits :

« Je regarde un peu L’hebdo, je regarde les images (rire), déjà, le format est mieux qu’avant, c’est plus pratique, mais de toute manière je devrais me désabonner du truc papier, ça fait des frais inutiles parce que je l’ai sur Internet, mais je l’ai pas encore fait, on est un peu négligent (rire). Bon, mais c’est bien, on peut voir un peu les nouvelles têtes qu’arrivent, ça décortique un peu les actualités, mais ça va pas plus loin hein... ».

  • 24 G. Mauger et C. F. Poliak, « Les usages sociaux […] ».

14Nombre de militants interviewés, tels les « faibles lecteurs » décrits par G. Mauger et C. F. Poliak, peu disposés à percevoir les textes – ici spécifiquement politiques – comme des biens de salut, disent glaner dans les conversations avec des proches, ou dans d’autres pratiques culturelles, les énoncés et les schèmes « qui ne servent pas tant à guider la pratique qu’à la commenter »24. Dix‑neuf militants sur vingt‑trois affirment ainsi engager très fréquemment des discussions politiques dans et hors du cadre partisan. Et c’est sans doute bien davantage dans ces cadres informels que se forgent les préférences des militants pour telle ou telle tendance et leurs décisions de soutenir tel ou tel responsable local ou national.

Des lectures partisanes peu à peu indexées sur la redéfinition de l’excellence militante25

  • 25 Voir R. Lefebvre et R. Sawicki, La société des socialistes.

15Si l’expansion de la littérature socialiste après 1971 a nourri des pratiques de lecture relativement intenses chez les militants les plus disposés à s’investir intellectuellement dans les activités partisanes, et si ce régime de pratiques semble s’être peu à peu éteint avec leur retrait du parti ou la reconversion des formes de leur engagement dans le courant des années 1980, depuis la fin des années 1990 émergent progressivement de nouvelles cohortes qui semblent mettre en œuvre une économie renouvelée des pratiques de lecture. Comme les nouvelles formes d’engagement requises des militants, elles accréditent les conceptions de l’engagement politique comme pratique d’experts, techniciens de la chose publique. Né en 1975, l’enquêté suivant a adhéré au PS en 1997 pour s’y montrer rapidement très actif Conseiller de clientèle dans une banque privée, il détient aujourd’hui des responsabilités fédérales et entend postuler à des postes de collaborateur d’élu, tout en envisageant une carrière élective. Les transformations de l’économie symbolique des discours politiques socialistes, comme des pratiques de lecture sur lesquels ils s’appuient, sont ici particulièrement perceptibles :

« Il faut lire beaucoup de choses, s’informer pour que le débat soit intéressant, faut pas se leurrer, des experts il en faut, sinon... Mais il est vrai que ça prend beaucoup de temps, et sur des questions pas toujours faciles vous pouvez pas demander à tous les militants de lire des choses trop compliquées comme les rapports du parlement européen, ou les rapports Charpin ou Teulade sur les retraites, ils sont souvent très intéressants, mais ça reste peut‑être pas accessibles à ceux qui n’ont pas une formation... ».

16Celle forme renouvelée d’intellectualisation du militantisme ne semble pas susceptible de contribuer à une diffusion élargie des pratiques de lecture. La virtuosité qu’elle suppose ne renvoie pas tant à une mise en forme idéologisée propre à la collectivité partisane de l’espace social et des groupes que le PS entend représenter, qu’à des capacités essentiellement individuelles à prendre position dans des formes directement requises par le fonctionnement administratif et institutionnel. Aussi, ces pratiques de lecture qui prolongent les logiques technocratiques de travail sur « des dossiers » concernent‑elles avant tout des militants professionnalisés, ou prétendant à occuper des positions électives dominantes.

  • 26 Pour des exemples de parcours de ce type, voir G. Mauger, C. F. Poliak et B. Pudal, Histoires de le (...)
  • 27 Voir Thomas Marty, « Le militantisme intellec­tuel des membres d’Attac Toulouse. Disposition enseig (...)

17L’analyse des pratiques militantes de lecture dans la fédération de la Vienne du Parti socialiste conduit à s’intéresser tout autant aux « non‑lecteurs » qu’à ceux, très minoritaires quelle que soit la période considérée, qui conçoivent leur engagement partisan comme une entreprise d’accumulation et d’appropriation de biens symboliques au moins autant que comme une activité de mobilisation électorale. La prescription de productions éditoriales n’a jamais constitué dans la fédération une technologie sociale de mobilisation et de contrôle politique. L’histoire, la forme organisationnelle et la structure sociologique de la fédération ne s’y prêtaient guère. En effet, le PS attirant pour une large part une petite bourgeoisie en ascension sociale, le militantisme ne s’y inscrit que rarement dans des parcours autodidaxiques26, ou dans des logiques de compensation des mécanismes sociaux de dépossession culturelle et politique. Au contraire, l’engagement vient souvent couronner et nourrir une entreprise préalable et partiellement aboutie d’ascension par l’école, ou la promotion professionnelle – l’adhésion au PS peut alors être considérée comme le résultat d’un processus antérieur d’habilitation sociale. De la sorte, les pratiques de lecture ne peuvent structuralement y constituer que des activités minoritaires, et ne concerner que les militants mettant en œuvre dans leur investissement partisan une disposition enseignante27, et un rapport intellectuel à la politique produits en partie par l’histoire du système d’enseignement. La mobilisation de ces militants permet la diffusion de schèmes politiques lâches et de constructions symboliques floues issues d’un corpus de textes large et hétéronome plutôt que d’un ensemble construit politiquement de références hiérarchisées et structurées. Ces pratiques de lectures peuvent se développer et participer ainsi à l’homogénéisation du groupement partisan pour autant qu’elles restent congruentes avec les pratiques militantes et le travail politique des autorités partisanes.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Frédéric Sawicki, « Les Socialis­tes », dans Jean‑Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France. XXe siècle : à l’épreuve de l’histoire, vol. 2, Paris, 2005, p. 27‑50.

2 Stéphane Clouet, « Les écoles socialistes ont‑elles existé ? », Revue de l’OURS, n° 211, mai 1993, cité dans F. Sawicki, « Les Socialistes ».

3 F. Sawicki, « Les Socia­listes ».

4 Philippe Juhem, « La production notabiliaire du militantisme au Parti socia­liste », Revue française de science politique, n° 6, 2006, p. 909‑941.

5 Yvon Attou, Frédéric Cépède, « Un siècle de formation au parti socialiste SFIO », Paris, Parti socialiste – Secrétariat national à la Formation, novembre 2000.

6 Claude Pennetier, Bernard Pudal, « La certification scolaire dans les années trente », Politix, vol. 9, n° 35, 1996, p. 69‑88.

7 Parcours reconstitués à partir d’entretiens appro­fondis conduits auprès de ces vingt‑six militants. Cet échantillon, constitué entre 2005 et 2007 dans le cadre d’une thèse en cours portant sur les fluctuations et les logiques de la mobilisation et de la démobilisation partisanes au PS depuis 1971 compte treize militants ayant adhéré entre 1971 et 1980, neuf ayant adhéré entre 1981 et 2002, et quatre après 2002.

8 Philippe Juhem, « SOS-Racisme. Histoire d’une mobilisation “apolitique”. Contribution à une analyse des transformations des représentations politiques après 1981 », thèse de science politique, univ. Paris X-Nanterre, 1998.

9 Hélène Hatzfeld, « Une révolution culturelle du Parti socialiste dans les années 1970 », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 96, 2007, p. 77-90.

10 Sur le succès de ce genre éditorial entre 1968 et 1982, voir Jean Peneff, La méthode biographique, Paris, 1990.

11 P. Juhem, « SOS-Racisme […] ».

12 La fédération qui comptait 800 militants au début des années 1980 vit ses effectifs régulièrement décliner pour stagner à moins de 400 adhérents entre le début des années 1990 et 1999, date à partir de laquelle ils ont commencé à remonter.

13 Avec notamment de multiples numéros de la Revue de l’OURS et des notes de la Fondation Jean­-Jaurès datant de 2005 et 2006.

14 Voir Benoît Verrier, « Expert, idéologue, militant la production d’une ressource socialiste (1964‑1969) », dans Philippe Hamman, Jean‑Matthieu Méon, Benoît Verrier (dir.), Discours savants, discours militants : mélange des genres, Paris, 2002, p. 83‑107.

15 Transformation qui démonétise les ressources discursives et argumentatives sur lesquelles reposaient, au moins en partie, les positions occupées par ces militants dans l’espace partisan local.

16 Et notamment la baisse constante de la part des instituteurs et des PEUC dans les effectifs du parti à partir des aimées 1980 ; voir Rémi Lefebvre et Frédéric Sawicki, La société des socialistes. Le PS aujourd’hui, Bellecombe‑en­-Bauges, 2006.

17 Sur « l’institutionnali­sation de l’autodidaxie » et de la formation continue à partir des années 1950‑1960 que ces trajectoires illustrent, voir Luc Boltanski, Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, 1982.

18 Voir Gérard Mauger et Claude F. Poliak, « Les usages sociaux de la lecture », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 123, 1998, p. 3‑24.

19 Office universitaire de recherche socialiste.

20 Voir Françoise Subileau, Henri Rey et Colette Ysmal, « Les adhérents socialistes en 1998 », Cahiers du Cevipof, n° 23, 1999.

21 Pierre Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52‑53, 1984, p. 49‑55.

22 Voir G. Mauger et C. F. Poliak, « Les usages sociaux […] ».

23 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, 1970.

24 G. Mauger et C. F. Poliak, « Les usages sociaux […] ».

25 Voir R. Lefebvre et R. Sawicki, La société des socialistes.

26 Pour des exemples de parcours de ce type, voir G. Mauger, C. F. Poliak et B. Pudal, Histoires de lecteurs, Paris, 1999.

27 Voir Thomas Marty, « Le militantisme intellec­tuel des membres d’Attac Toulouse. Disposition enseignante, autodidaxie et légitimité dans un comité local », communication au colloque « Les mobilisations altermondialistes », 3‑5 décembre 2003

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Blaise Magnin, « Fluctuations des lectures militantes et transformations du Parti socialiste.  », Siècles, 29 | 2009, 47-58.

Référence électronique

Blaise Magnin, « Fluctuations des lectures militantes et transformations du Parti socialiste.  », Siècles [En ligne], 29 | 2009, mis en ligne le 07 février 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://siecles.revues.org/530

Haut de page

Auteur

Blaise Magnin

Groupe d’Analyse politique, Paris X

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org