Navigation – Plan du site

Révolution(s) à l’Est de l’Europe

Introduction
Françoise Daucé
p. 3-9

Entrées d’index

Index géographique :

Est de l’Europe

Index chronologique :

époque contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire politique et sociale dans les États de l’est de l’Europe a été historiquement ponctuée par de nombreux épisodes révolutionnaires. La Révolution d’octobre 1917 a sans conteste compté parmi les plus marquants de ces événements. L’histoire même de cet épisode, l’ampleur des débats historiographique le concernant, les enjeux idéologiques sous-jacents ont dominé de tout leur poids l’ensemble de la scène révolutionnaire est-européenne. En dépit de l’importance historique de cet événement central, d’autres épisodes ont pu être qualifiés de « révolutionnaires ». Avant même « Octobre », au XIXe et au début du XXe siècle, le phénomène révolutionnaire a retenu l’attention. L’établissement du régime bolchevique a ensuite « monopolisé » pour longtemps la référence révolutionnaire, tout en empêchant toute émergence d’une opposition radicale dans sa zone d’influence. Ce n’est qu’avec la perestroïka gorbatchévienne et la chute de l’Union soviétique, que la référence révolutionnaire a su retrouver une acception plurielle. L’affaiblissement soviétique s’est accompagné de nouvelles révolutions, dites « de velours » cette fois, en Europe centrale et orientale. Plus récemment encore, les révolutions de « couleur » ont défrayé la chronique post-soviétique en Géorgie, en Ukraine et en Kirghizie. Quelles que soient leurs racines sociales, politiques ou économiques, ces révolutions ont été qualifiées en référence à des événements passés qu’elles ont réinterprétés et transformés. Ce retour de la mémoire révolutionnaire n’est pas propre à l’Est de l’Europe. Comme l’expliquait Mathias Bernard, dans le 23e numéro de Siècles consacré aux « Mémoires et miroirs des révolutions », à certains moments révolutionnaires de l’histoire contemporaine, la mémoire des Révolutions antérieures (mémoire « rose » ou mémoire « noire ») a pu resurgir, être exploitée ou instrumentalisée.

2Le présent recueil est tiré de la journée d’études « De 1789 à nos jours ; réception et mutation de l’idée de révolution à l’est de l’Europe » qui s’est déroulée à Clermont-Ferrand le 23 mars 2006. Cette journée a bénéficié du soutien du CHEC (Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »). Nous tenons à remercier ici tous les collègues qui ont participé à cette rencontre et qui ont alimenté ses débats. Cette journée avait pour ambition de s’interroger sur l’utilisation même du terme de « révolution » en Europe de l’Est et sur la mémoire qu’il véhicule. Ce recueil reprend cette ambition. Pour point de départ, il prend la Révolution française de 1789 et sa réception à l’est de l’Europe aux XVIIIe et XIXe siècles. Dès le XVIIIe siècle en effet, dans le sillage des événements français, les États situés à l’est de l’Europe ont vu apparaître des débats passionnés sur le phénomène révolutionnaire. Dans un contexte marqué par l’autoritarisme et l’autocratie, les partisans de la réforme ont cherché des références historiques et des leçons pour l’action politique du côté de 1789. La référence à la révolution française a structuré le débat des idées et les évolutions intellectuelles dans cet espace. Dans l’empire de Russie, les élites, élevées dans la gallomanie de leurs parents, se sont interrogées en permanence sur le sens à donner au projet révolutionnaire dans leur propre pays. En Pologne, en Hongrie, en Roumanie, les nationalismes naissant se sont nourris de l’image de la Révolution française. Fut-elle libérale ? Fut-elle autoritaire ? L’une et l’autre, si l’on en croit les usages qui en ont été tirés en Europe orientale. Comme l’indique Philippe Bourdin dans son article sur « Révoltes, réformes, révolution française à l’est de l’Europe (États Habsbourg et Pologne) », en Europe orientale, dès 1790, les débats autour de la Révolution française se développent et contribuent à la transformation des représentations politiques et culturelles. Alexandre Tchoudinov montre, quant à lui, que, dans l’empire de Russie, de la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux révolutions russes de 1905 et de 1917, les interprétations des épisodes de la Révolution française se sont succédées et ont alimenté des débats politiques souvent contradictoires. La vision de la Révolution française, qui s’est construite dans la culture russe du XIXe siècle, appartenait plus à la sphère du sacré, qu’au domaine de la connaissance scientifique et que le processus même de formation de cette vision procédait par l’omission consciente de certaines réalités historiques, celles qui contredisaient la représentation idéalisée de la Révolution.

3À l’issue d’un XIXe siècle hanté par les images de la Révolution française, la Révolution d’Octobre 1917 a marqué la rupture politique la plus importante du début du XXe siècle et semble-t-il la plus radicale. À partir de 1917, l’image révolutionnaire française s’efface et passe au second plan derrière la révolution bolchevique. La rupture semble plus substantielle encore que ne le fut la révolution « bourgeoise » de 1789. La référence révolutionnaire est dépassée. Pour autant, en dépit des rationalisations ultérieures, cette période révolutionnaire se caractérise surtout par sa grande complexité. Cette dernière est visible tant dans les justifications politiques de l’époque que dans les pratiques sociales et culturelles. Régis Gayraud, professeur de littérature russe à l’Université Blaise-Pascal, lors de son intervention à la journée d’études du 23 mars 2006, l’a bien montré dans le cas du malentendu qui a marqué les relations entre l’avant-garde littéraire et la Révolution en Russie. Dans le pays de Lénine, l’avant-garde littéraire russe a ainsi été souvent présentée comme le fruit de la Révolution d’octobre 1917 et analysée à sa lumière, contribuant aussi à la renommée révolutionnaire. En Europe occidentale même, critiques et éditeurs ont encensés les jeunes auteurs soviétiques des années 1920 et leur liberté de création post-révolutionnaire. En fait, l’avant-garde littéraire a précédé la Révolution bolchevique et a connu ses développements les plus convaincants dès les années 1910. Le libéralisme culturel a précédé les changements révolutionnaires. À l’inverse, les bolcheviques ont pu reprendre à leur compte certaines pratiques autoritaires et conservatrices du régime tsariste. Benjamin Guichard montre comment, au cours des révolutions de février et octobre 1917, le contexte révolutionnaire influence les débats sur le maintien de la censure au sein du personnel politique et parmi les censeurs eux-mêmes. L’appréciation de la censure oscille alors entre tentatives d’interprétations libérales de l’institution et justifications des procédures répressives extraordinaires à l’égard de « forces contre-révolutionnaires » dont la définition s’avère fort fluctuante puisqu’elle intègre aussi bien les opposants déclarés au régime que les publications obscènes. La révolution est donc complexe, contradictoire parfois schizophrène. C’est précisément grâce à cela qu’elle peut être réutilisée, réinterprétée et recyclée dans le temps et dans l’espace.

4Entre 1917 et 1989, le monopole de la Révolution, détenu par le régime soviétique, bloque toute émergence de nouvelles révolutions. La demande de changement ne se manifeste que sous forme de brefs « printemps » vite réprimés. Ce n’est qu’à la suite de la perestroïka, lorsque le gouvernement de M. Gorbatchev ouvre le débat sur la révolution de 1917 et, derrière elle, sur la Révolution française (à l’occasion du bicentenaire en 1989), que l’État abandonne son monopole révolutionnaire, ouvrant immédiatement la voie à une nouvelle vague de révolutions, de « velours » cette fois. La référence révolutionnaire est désormais démocratique et libérale. Les réformateurs est-européens s’inspirent de la révolution des OEillets qui a libéré le Portugal. Ils manifestent ainsi leur volonté de rapprochement avec l’Europe de l’Ouest. Grâce aux théories de la « transition démocratique », qui s’imposent à cette période, leur révolution est placée dans la continuité des mouvements libérateurs de l’Europe du Sud. Cette libéralisation de la Révolution s’arrête cependant aux frontières de l’URSS. Là, le changement est opéré par le haut, par les élites soviétiques converties au changement politique. Personne ne revendique une nouvelle révolution, de peur de perdre les dernières bribes d’un pouvoir finissant. En Russie même, en 1989, les opposants au régime soviétique, et notamment les dissidents, s’interrogent sur la nature des révolutions de velours qui se déroulent chez leurs voisins de l’ouest. Des débats publics, rendus possible par le contexte de la glasnost, montrent les tensions qui existent parmi eux entre la sympathie pour ces révolutions pacifiques et la méfiance face à toute idée de révolution, même de velours. Pour les dissidents soviétiques, dans le contexte russe, tout processus révolutionnaire est inexorablement porteur de violence. Cette méfiance contribue à la modération de leurs choix politiques dans l’URSS de Gorbatchev.

  • 1 C’est le qualificatif que se donnent eux-mêmes les pré­sidents ukrainien et géorgien qui souhaitent (...)

5Il faut attendre 2003 et 2004 pour que les révolutions libérales et démocratiques1 se développent dans les anciennes républiques soviétiques. Les « révolutions multicolores » (« orange », « de la rose » ou « des tulipes ») revendiquent une filiation avec les révolutions de velours de la fin des années 1980 et, indirectement, avec les changements de régime démocratiques des années 1970. Dans le même temps, il est intéressant de voir que les « révolutions » dans la CEI, qui interviennent dans un contexte semi-démocratique et semi-libéralisé, portent une critique du libéralisme (remise en cause des privatisations en Ukraine, dénonciation de la corruption, des oligarchies par exemple). Les révolutions « multicolores » semblent d’une certaine façon porteuses de revendications plus complexes qu’il n’y paraît au premier abord. Pour documenter la complexité de ces épisodes révolutionnaires, il est intéressant de se pencher sur les débats et les conflits qui peuvent surgir entre les acteurs mêmes des révolutions à propos des références étrangères à mobiliser. Olga Gille-Belova s’interroge ainsi sur la révolution « orange » en Ukraine, intervenue en 2004, afin d’examiner comment la référence révolutionnaire a été interprétée par les différents acteurs de la société ukrainienne et comment elle a été intégrée dans les stratégies des acteurs politiques. Silvia Serrano s’intéresse, quant à elle, aux conditions du changement de dirigeants politiques en Géorgie, intervenu en 2003. Son questionnement porte notamment sur l’utilisation du terme de « révolution » (de la Rose) pour qualifier ces transformations et sur les enjeux politiques liés à l’utilisation de ce terme.

  • 2 Tout au long du XXe siècle, les historiens de l’URSS se sont affrontés autour de cette question, le (...)

6Qu’est ce qui différencie la révolution de la transition, le révolutionnaire du réformateur ? La révolution suppose la rupture, le changement radical de régime, le renouvellement des idées et des personnes. Les historiens pourtant ont montré l’importance des filiations, des héritages et des continuités entre les périodes qui entourent les épisodes révolutionnaires. En 1917, la révolution a été généralement qualifiée de « révolution prolétarienne ». En 1989, les révolutions sont devenues « démocratiques ». Par ces qualifications, qui apparaissent comme autant de ruptures avec l’ordre précédent, chaque révolution s’est voulue porteuse d’un idéal politique fondateur. Mais l’unicité conceptuelle des épisodes révolutionnaires a été2 et peut être à bon droit critiquée. Les révolutions à l’est de l’Europe n’échappent pas à cette règle. Les échanges et les transferts autour de l’idée et du projet de révolution ont été nombreux dans cet espace. Tout au long du XXe siècle et en ce début de XXIe siècle, les périodes révolutionnaires apparaissent comme des moments d’interpénétration et de tension entre des références politiques diverses, notamment importées. Les formalisations juridiques et constitutionnelles, qui interviennent après les épisodes révolutionnaires, illustrent bien la volonté de réduire la complexité des références politiques nouvelles et de rationaliser les pratiques issues de la révolution. Ce faisant, elles contribuent à éclairer la complexité de l’idéal révolutionnaire. À partir d’une démarche théorique permettant de donner une définition juridique de la révolution, Marie-Élisabeth Baudoin évoque les révolutions par le droit qui ont eu lieu dans l’espace post-soviétique depuis 1991. Elle s’attache à analyser le recours au droit qui permet de donner aux transformations substantielles qui peuvent être entendues comme « révolutionnaires » un caractère légal (notamment dans le cadre de la fondation des nouveaux systèmes indépendants) et sur les éventuelles dénaturations que l’instrument juridique connaît dans le cadre du processus de transformation démocratique des États. Elle montre ainsi que les révolutions « de couleur » intervenues en 2003 et 2004 sont partiellement le fruit des dysfonctionnements constitutionnels, et notamment de la prédominance présidentielle instaurée après la chute de l’URSS.

7Placée sous le signe de l’interdisciplinarité et de la diachronie, ce recueil réunit à la fois des historiens, des politistes, des littéraires et des juristes. Leurs textes tentent de montrer la complexité des références révolutionnaires qui apparaît tant dans les discours politiques des acteurs que dans les pratiques qu’ils adoptent et qui montrent l’affrontement de justifications contrastées. Ce numéro de Siècles souhaite apporter un éclairage sur la façon dont les expériences révolutionnaires à l’est de l’Europe contribuent à l’imbrication et à la recomposition de références idéologiques habituellement contradictoires (socialisme, libéralisme, nationalisme, démocratie…) et comment, du même coup, elles contribuent à l’émergence de formats révolutionnaires originaux. C’est cette diversité que ce recueil souhaite mettre en lumière, en opposition avec les visions « idylliques » de « révolutions » auto-qualifiées.

Haut de page

Notes

1 C’est le qualificatif que se donnent eux-mêmes les pré­sidents ukrainien et géorgien qui souhaitent fonder une « Communauté d’États démocratiques » dans l’ex-URSS. Dans leur sillage, certains chercheurs consi­dèrent que les « révolutions multicolores » dans l’espace post-soviétique « marquent un tournant dans l’histoire », voire « une seconde rupture après l’effondrement du Mur de Berlin ». Cf. par exemple le texte de présentation de la journée d’études sur « Les révolutions dans l’espace post-soviétique » organisée par le CERCEC, le LAIOS et la RECEO, Paris, 21 octobre 2005.

2 Tout au long du XXe siècle, les historiens de l’URSS se sont affrontés autour de cette question, les uns (école totalitaire) souli­gnant la cohérence idéologi­que du projet communiste, les autres (révisionnistes) insistant sur sa complexité et ses contradictions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Daucé, « Révolution(s) à l’Est de l’Europe  », Siècles, 27 | 2008, 3-9.

Référence électronique

Françoise Daucé, « Révolution(s) à l’Est de l’Europe  », Siècles [En ligne], 27 | 2008, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/623

Haut de page

Auteur

Françoise Daucé

Centre d’histoire « Espaces et cultures », Université Blaise-Pascal (Clermont II)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org