Navigation – Plan du site

Jeunesse ouvrière et pouvoirs industriels

L’Association Sportive Michelin dans le premier tiers du xxe siècle
Bertrand Blanchard
p. 73-86

Entrées d’index

Index géographique :

Clermont-Ferrand

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Formulé ainsi, notre intitulé peut paraître surprenant. Aborder la question des rapports jeunesse/patronat sous cet angle permet pourtant bien d’appréhender de nouveaux comportements et de prendre toute la mesure des enjeux sociaux, culturels mais aussi économiques qui découlent de la mise en place et de l’organisation de ces structures sportives originales.

2C’est dans le dernier tiers du xixe siècle que débute le développement du mouvement sportif en France, d’abord à Paris, dans les régions très prisées par le tourisme anglais comme les Alpes ou dans les grandes villes portuaires comme Le Havre : le premier club de football, Le Havre Athletic Club, voit le jour en 1872. Puis, la proclamation de la IIIe République, avec la mise en place de conditions favorables (instauration progressive d’un régime de libertés, nouvelle législation du travail et apparition de la notion de temps libre), permet au mouvement sportif de gagner de nouveaux espaces. Si, durant les années qui suivent, le développement du phénomène sportif révèle un certain nombre de disparités – notamment entre les espaces urbains et les espaces ruraux –, c’est bien dans le premier tiers du xxe siècle que ce mouvement s’implante et s’impose définitivement et durablement sur le territoire français et dans les mentalités : associations et clubs se multiplient et se structurent. Le monde économique et industriel – notamment les grands groupes qui commencent à apparaître à cette époque – n’échappe pas à ces nouvelles pratiques sportives, sociales et culturelles. De nombreux clubs d’entreprise voient le jour. À Clermont-Ferrand, l’industrie caoutchoutière, la plus dynamique et la plus représentée de la ville, porte très rapidement un intérêt certain à ce phénomène. L’entreprise Michelin fonde, en octobre 1911, l’Association Sportive Michelin et les Établissements Bergougnan donnent naissance, en 1912, au Gaulois Athletic Club.

  • 1 Bertrand Blanchard, Les Investissements des grands industriels clermontois dans le développement du (...)

3L’étude que nous avons menée sur les investissements des grands industriels clermontois dans le développement du mouvement sportif nous a permis de montrer que la création de l’ASM s’inscrivait clairement dans le cadre de la politique sociale de l’entreprise1. Nous pouvons même parler de paternalisme sportif. Il paraît alors intéressant de s’arrêter quelques instants sur le cas de la jeunesse. Précisons tout de suite qu’il est difficile de définir cette jeunesse d’entreprise, au sens où l’entendent les pouvoirs industriels. Un critère de définition ressort toutefois. Dans les discours des dirigeants de Michelin, le jeune, c’est celui qui n’est pas encore formé aux métiers de l’industrie ou celui qui est en cours de formation. Il est encore soumis à – et reste placé sous la responsabilité de – ses aînés. Plusieurs questions doivent d’ores et déjà nous interpeller : les dirigeants et les patrons entretiennent-ils un rapport spécifique avec la jeunesse ? Quelle place occupe – et est accordée à – la jeunesse dans la politique sportive mise en place par certains pouvoirs industriels ? Quel est l’objectif réel de telles politiques ?

  • 2 Marcel Michelin, « Notre but », Bulletin de l’ASM, no 1, mai 1922.
  • 3 J. Muntz cité par Marcel Michelin, « L’Esprit sportif », Bulletin de l’ASM, no 3, juillet 1922.

4Cette jeunesse ouvrière est en fait pleinement touchée et visée par le paternalisme sportif. L’étude d’un club comme l’Association Sportive Michelin montre que le cas de la jeunesse est sans doute celui autour duquel on perçoit le mieux la volonté des industriels de moraliser, d’éduquer, de contrôler et de fidéliser par le sport. Cette société disposant de son propre « instrument de liaison et de propagande »2, Le Bulletin de l’ASM, n’hésite pas à interpeller la jeunesse sur un certain nombre de principes. L’étude des discours des dirigeants de l’association montre bien que la naissance de l’ASM ne relève pas uniquement de la simple création d’une société sportive. D’autres objectifs sont poursuivis. Ainsi, tout un système de moralisation et d’éducation de la jeunesse est mis en place autour de la pratique sportive. Cette politique de moralisation par le sport se construit autour de deux axes principaux : une éducation à la santé et l’acquisition de ce que les tenants du mouvement sportif appellent « l’esprit sportif »3.

Une éducation à la santé

  • 4 Alain Corbin, « Le Corps du travailleur usé, meurtri au siècle de l’industrialisation » dans A. Cor (...)
  • 5 Voir Stéphane Buzzi, Jean-Claude Devinck et Paul-André Rosental, La Santé au travail, 1880-2006, Pa (...)
  • 6 Idem, p. 10.
  • 7 Dominique Lejeune, Histoire du sport XIXe-XXe siècle, Paris, Éditions Christian, 2001, p. 50.
  • 8 T.M., « Un grand club à ses débuts : l’A.S. Montferrandaise », L’Auvergne Sportive et Mondaine, no  (...)
  • 9 Philippe Tichit, « Les associations sportives d’entreprise », in Jeux et sports dans l’histoire, t. (...)
  • 10 Michel Leymarie, De la Belle Époque à la Grande Guerre, 1893-1918, Le triomphe de la République, Pa (...)
  • 11 Albert Charlin, « Le Sporting-Club Clermontois et les débuts de l’A.S. Michelin », Almanach sportif (...)

5Le discours hygiéniste qui se développe tout au long du xixe siècle est, au cours de notre période, très souvent associé au sport d’entreprise. Dans le premier tiers du xixe siècle, les hygiénistes français centrent principalement leurs analyses sur la qualité de l’eau, de l’air, du chauffage ou encore de l’éclairage. Il faut attendre la fin des années 1840 pour que leurs enquêtes visent les conditions de vie en général, c’est-à-dire la qualité du logement, de l’alimentation, la fatigue, les soins, la durée du repos ou même les mœurs de l’ouvrier4. Ces enquêtes beaucoup plus structurées s’accompagnent d’avis, de conseils, de statistiques, d’études de cas et plus généralement d’un discours dont le but est de sensibiliser et de proposer des solutions. De nouveaux besoins sont alors progressivement pris en compte dans le domaine de la santé notamment concernant les conditions de travail. C’est dans ce contexte que naît l’idée de « santé au travail »5. Dans la seconde moitié du xixe siècle, en même temps que se développent les premiers grands groupes industriels, commence donc à apparaître une notion nouvelle, celle de « l’hygiène industrielle »6 dont l’objectif est d’améliorer l’environnement de travail des ouvriers. Parallèlement, et comme le souligne Dominique Lejeune, dans les années 1870, la multiplication des études sur la fatigue physique et intellectuelle et son lien avec la notion de productivité contribue largement au développement et à l’enracinement de la doctrine hygiéniste dans le monde industriel7. Pour résumer : « le travail d’un personnel sain et animé d’un bon esprit est meilleur que le travail d’un personnel dégénéré physiquement et dévoyé moralement »8. Philippe Tichit parle « d’entretien de la machine productive »9. Il est vrai que dans la dernière décennie du xixe siècle et le premier tiers du xxe siècle, malgré le vote de différentes lois, les conditions de travail restent extrêmement pénibles pour les ouvriers. Le surmenage physique, l’usure du travail ou encore l’insuffisance de l’alimentation sont des facteurs de surmortalité10. La gymnastique d’abord, puis le sport sont conçus comme une solution à la pénibilité du travail industriel. Albert Charlin, co-fondateur de l’ASM et secrétaire du club, parle de « rénovation de la race par la pratique des exercices physiques »11.

  • 12 Marcel Michelin, « L’inauguration de la piscine », Bulletin de l’ASM, no 5, septembre 1922.
  • 13 André Gueslin (dir.), Michelin, les hommes du pneu. Les ouvriers Michelin, à Clermont-Ferrand, de 1 (...)
  • 14 Idem, p. 103.
  • 15 Idem, p. 102.
  • 16 Idem, p. 106.
  • 17 Ibid.
  • 18 Idem, p. 90.

6La théorie hygiéniste occupe donc une place à part dans la création de clubs d’entreprise et plus particulièrement, ici, dans la fondation de l’ASM. Elle est utilisée pour justifier la mise en place d’une politique sportive au sein même de l’entreprise et surtout, comme nous le verrons, pour justifier l’idée d’un sport utile et celle d’éducation à la santé. La santé des employés et des ouvriers a toujours été présentée comme l’une des grandes préoccupations de Michelin, comme le souligne Marcel Michelin, président de l’ASM et fils d’André Michelin : « Vous savez ce que nous avons déjà fait pour assurer au personnel de l’usine une vie plus facile et plus saine »12. L’idée selon laquelle la main d’œuvre, pour être la plus productive possible, doit être en bonne santé est bien l’un des fils conducteurs de la politique sociale mise en place par l’entreprise. Ce souci d’hygiène se retrouve dans toute une série de mesures mises en place par les deux présidents de la manufacture, Édouard et André Michelin. En effet, alors que la ville de Clermont-Ferrand se développe de façon considérable depuis la fin du xixe siècle, le manque d’infrastructures en matière de logement devient un problème majeur pour la municipalité13. Certains soulèvent les problèmes d’hygiène relatifs à cette situation : l’absence de toilettes et d’eau courante dans de nombreuses habitations ou encore le problème d’évacuation des eaux usées. L’entassement et l’insalubrité sont aussi dénoncés. Face à cette situation, Michelin entreprend une grande politique de construction de logements. En 1909, l’entreprise crée la société des Habitations à Bon Marché Michelin. En 1920, elle dispose de près de 450 logements équipés de douches et de commodités pour laver le linge14. La même année, un nouveau programme de 360 logements est lancé15. Ce souci hygiéniste se retrouve dans plusieurs autres œuvres : l’ouverture, en 1911, de bains-douches accessibles aux ouvriers et à leurs familles, la mise en place de consultations et de cours de culture alimentaire au sein même de l’usine, la création, en 1920, d’un dispensaire antituberculeux et la construction, en 1925, d’un sanatorium et de la clinique des Neuf-Soleils16. En 1920, Michelin crée même un prix de 50 000 francs pour récompenser le savant qui trouverait le moyen de vaincre la tuberculose17. Il existe donc bien chez les frères Michelin un véritable souci d’hygiène, de prévention et de protection de la jeunesse et de la main d’œuvre. André Gueslin parle de la « genèse d’un ordre sanitaire »18.

  • 19 M. Michelin, « Notre but », op. cit.
  • 20 Ibid.

7La productivité du travail et l’hygiène sont au centre du système Michelin. C’est dans ce cadre que s’inscrit aussi la création de l’ASM. Nous parlerons d’un « sport utile ». Cette idée d’un sport utile est en effet une idée récurrente dans les discours des dirigeants de l’ASM : « bien des gens qui ne croyaient pas à l’utilité de faire du sport, y croient maintenant »19. Notre objectif n’est pas de la remettre en cause mais plutôt de montrer et de comprendre les axes autour desquels elle se construit et les buts qu’elle poursuit. Certaines notions lui sont directement rattachées comme les bienfaits ou la bonne santé : « Il y a encore trop de gens qui ne connaissent pas tous les bienfaits que l’on peut tirer du sport »20. Le sport doit permettre de se sentir mieux, de mener une vie meilleure et plus saine. La politique de moralisation autour du thème de la santé qu’on retrouve dans différents discours relève clairement d’un souci hygiéniste. Il s’agit de diffuser l’idée d’entretien de son corps. Selon Michelin, l’hygiène de vie est l’un des principes fondamentaux que chacun se doit d’assimiler. En diffusant ces idées, le club et ses dirigeants montrent également qu’ils se préoccupent de la santé de leurs sociétaires et donc de celle de leurs ouvriers et employés. Mais l’ASM se place aussi dans la droite ligne d’une politique visant à éviter à l’ouvrier de sombrer dans certains vices comme l’alcoolisme. L’Association, telle qu’elle est présentée ici, apparaît comme un moyen de sensibiliser le personnel. On peut parler d’une éducation à la santé. L’objectif est de responsabiliser les sociétaires et futurs sociétaires par le sport. Pour cela, on n’hésite pas à les culpabiliser : en ne faisant pas d’efforts et en ne pratiquant pas d’activités sportives, on se met en danger. La santé doit devenir un souci personnel.

8En patronnant cette société, l’entreprise Michelin propose également à ses employés des loisirs sains. Anne-Marie Thiesse résume parfaitement la pensée et les discours d’en haut :

  • 21 Anne-Marie Thiesse, « Organisation des loisirs des travailleurs et temps dérobés (1880-1930) » dans (...)

Le travail, saint et sacré, ennoblit l’ouvrier : mais ce gain, aussi précieux que fragile, peut être ruiné par le loisir spontané ; seul un loisir sain, qui redresse moralement et intellectuellement, est en mesure de consolider la position du prolétaire dans l’humanité. Il appartient aux élites de mettre en place et d’organiser ce loisir21.

  • 22 Idem, p. 302.

9Nous ne sommes plus ici dans le cadre d’une éducation à la santé mais dans celui d’un jugement de valeurs entre un loisir qui est bon, le sport, et un autre qui ne l’est pas, comme le cabaret ou les cafés-concerts. En fait, cette théorie du loisir sain rejoint celle d’éducation et de moralisation par le sport. Michelin prend en charge la main d’œuvre et n’accepte pas qu’elle se pervertisse. Rappelons-le, en général, l’oisiveté de l’ouvrier est redoutée. Or, les différentes législations qui voient le jour et se développent progressivement avec la mise en place de la IIIe République contribuent à diminuer le temps de travail de l’ouvrier et, par conséquent, à accroître son temps libre. Cette évolution entraîne « une lente diversification des pratiques de loisir populaires »22. Avec l’ASM, l’entreprise Michelin choisit, propose et même impose un certain type de divertissement et de loisir qu’elle pense sains, bénéfiques et adaptés à la main d’œuvre et à la jeunesse. On se trouve vraiment au centre de la logique paternaliste. C’est bien le père – le patron – qui prend soin de son enfant – l’ouvrier – et qui définit les activités qu’il peut, voire qu’il doit pratiquer. Seul, ce dernier n’est pas apte à le faire. Il n’est pas capable de faire les bons choix. Cette association peut donc être comprise comme un moyen de contrôler le temps de non travail et les loisirs des employés, des ouvriers et de la jeunesse, ce qui pose naturellement la question de leur soumission et de leur autonomie au sein de ce système. Néanmoins, si la marge de manœuvre semble extrêmement réduite, la création de l’ASM participe aussi, d’une certaine façon, à l’amélioration de leurs conditions de vie car, nous l’avons déjà dit, les bienfaits de la pratique sportive sur la santé qu’elle soit physique ou morale sont indéniables.

  • 23 Jacques Defrance, « Patronat, patronage et patriotisme » dans Pierre Arnaud (dir.), Les Athlètes de (...)

10Nous avons évoqué plus haut l’idée de productivité, une idée très présente dans l’idéologie patronale Michelin. Sans la remettre totalement en cause, il est nécessaire de rester prudent face à cette idée d’un sport compris comme moyen « infaillible » d’accroître la productivité. Jacques Defrance, dans l’ouvrage dirigé par Pierre Arnaud, Les Athlètes de la République, interpelle d’ailleurs les chercheurs à ce sujet. En prenant l’exemple de la gymnastique d’entreprise, il pose une question simple que nous pensons fondamentale : « Même si les gymnastes s’avéraient capables de rendements supérieurs au travail ou à la guerre, quelle part devrait être imputée à l’action propre de l’exercice et quelle part reviendrait à la sélection préalable qu’opèrent ces types d’activités facultatives (c’est “ceux qui en veulent le plus” ou qui ont déjà une orientation belliqueuse qui seront les plus prédisposés à rejoindre ce genre de groupements) ? »23. Ainsi, si les idées d’hygiène et d’éducation à la santé – auxquelles serait subordonnée celle de productivité – semblent fortement liées à l’ASM, on ne peut commettre l’erreur de réduire l’association à ces simples considérations d’ordre sanitaire. Incontestablement, d’autres buts, au moins aussi importants, sont poursuivis et notamment celui de moraliser la jeunesse ouvrière par la promotion de « l’esprit sportif ».

L’esprit sportif

  • 24 Marcel Michelin, « Association Sportive Montferrandaise », Bulletin de l’ASM, no 5, septembre 1922.

11Outre les notions d’hygiène et de bienfaits, le sport est également porteur de valeurs, valeurs qu’il est nécessaire d’assimiler et de respecter pour être un « bon sportif » : « On y pratiquait avec scrupules les principales qualités de tout bon sportif : désintéressement, courage, loyauté, camaraderie, esprit d’union et de concorde »24. Pour Marcel Michelin, le sport et plus particulièrement l’ASM ont un rôle éducatif. Le sport n’est plus seulement présenté comme une simple activité mais comme une « école » permettant d’acquérir l’esprit sportif compris comme un ensemble de valeurs et de principes :

  • 25 G. Saitou, « Silhouettes sportives ou Comment naquit l’ASM », Bulletin de l’ASM, no 17, janvier-fév (...)

Camaraderie – souci d’entraide – amour du progrès – « garder le sourire » en toute circonstance – sont des qualités fondamentales que doivent s’efforcer d’acquérir ceux de la jeune génération s’ils veulent être des hommes de sport dans le sens le plus complet du mot25.

  • 26 J. Muntz cité par Marcel Michelin, op. cit.

12On reconnaîtra ici la figure du sportsman anglais nourri de valeurs et de morale – le fair play – que cherchent à promouvoir les tenants du sport moderne en Angleterre depuis le xviiie siècle. Par l’acquisition de l’esprit sportif, le sport offre, à celui qui le pratique, la possibilité de devenir un homme meilleur et donc d’améliorer son existence. Outre le développement des qualités physiques, le sport offre également la possibilité de développer les qualités morales et intellectuelles : « Mais le véritable objet du sport n’est pas, comme le croient malheureusement trop de gens, l’amélioration du physique seul, qu’au contraire le perfectionnement des qualités morales, et par conséquence des qualités intellectuelles »26. Le sport et l’ASM sont utilisés afin de diffuser, d’une part, l’idée d’entretien de son corps et, d’autre part, l’idée d’entretien de son esprit.

  • 27 Ibid.

13Il existe une certaine façon d’aborder et de pratiquer le sport. Il ne s’agit pas de faire « n’importe quoi, n’importe où ». Le sport véhicule des valeurs et ne peut être correctement pratiqué sans le respect d’un certain nombre de principes : « Vous avez donc décidé jeune homme de “faire du sport”, il faut savoir maintenant “comment faire du sport” »27. Nous sommes encore ici dans un processus de moralisation de la pratique sportive. Chez les dirigeants du club, existe une véritable volonté d’éduquer et de guider. Si l’on en croit d’ailleurs les différents discours, il n’y aurait qu’une seule et unique bonne façon de faire du sport : celle qu’on présente. La pratique sportive est sollicitée, encadrée, dirigée et moralisée. Distinction est faite entre ce qui est bon et ce qui ne l’est pas, entre ce qu’il faut faire ou ne pas faire. L’ASM s’inscrit donc également dans le cadre d’une politique de moralisation par la pratique sportive.

  • 28 M. Michelin, « Pour les jeunes », Bulletin de l’ASM, no 33, mars 1926.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid.
  • 31 J. Muntz cité par M. Michelin, op. cit.
  • 32 Ibid.
  • 33 A. Gueslin (dir.), op. cit., p. 81.
  • 34 Devise de « l’ASM » qu’on retrouve notamment en haut de la première page de chacun des Bulletins de (...)
  • 35 Michel Caillat, L’Idéologie du sport en France, Paris, Éditions de la Passion, 1989, p. 115-117.

14Arrêtons-nous quelques instants sur ce système de valeurs cher à M. Marcel Michelin. Deux notions sont au centre de son discours : la camaraderie et la discipline. Selon le président de l’ASM, pour faire du sport, il est « nécessaire de se joindre à d’autres »28. Il est aussi impératif d’ « admettre de suivre la règle »29. « Il va falloir faire ce que dira le chef »30. Les termes choisis doivent nous interpeller : du sport au travail et du club à l’usine, il ne semble n’y avoir qu’un pas. L’esprit sportif est appelé à servir en dehors de la sphère du sport : « Vous reconnaîtrez certainement que cette acquisition ne vous sera point inutile dans les luttes de la vie »31. Cette éducation et cette moralisation par le sport recouvrent en fait des champs beaucoup plus larges. Dans l’esprit des dirigeants, cet ensemble de valeurs s’applique à la vie en général et, par conséquent, à l’entreprise. La question qui est ici posée est celle d’une éventuelle homologie entre un esprit sportif et un esprit d’entreprise. On perçoit bien une certaine convergence entre le processus de moralisation mis en place autour de l’idée d’un sport utile et de celle d’un esprit sportif et les intérêts de la manufacture. Le parallélisme entre le monde du sport et celui de l’entreprise est frappant. Le champ lexical du travail est souvent repris et appliqué au sport. Lorsque Marcel Michelin évoque l’idée de camaraderie, il dit : « Quand on sera plus vieux et qu’on connaîtra bien son métier, on fera profiter de son expérience les jeunes qui en manquent totalement ; c’est encore faire acte de bonne camaraderie »32. Par ailleurs, toutes les valeurs mises en avant – la camaraderie, le désintéressement, le courage, la loyauté et bien sûr la discipline – sont applicables à la vie en entreprise. Les idées de respect de la règle et du chef en sont l’exemple le plus marquant. Lorsque Marcel Michelin dit : « Il va falloir faire ce que dira le chef », on sort du cadre strictement sportif et on bascule dans celui de l’entreprise. Cette idée du respect du chef, du patron est en effet très présente dans l’idéologie patronale que prônent les frères Michelin. André Gueslin parle même de « mystique du chef »33. En ce sens, l’ASM est un moyen de promouvoir cette idéologie. Valeurs sportives et valeurs d’entreprise sont ainsi totalement assimilées. Si « la camaraderie et la discipline font la force d’un club »34, elles font également la force d’une entreprise. Comme le remarque justement Michel Caillat, le champion est fabriqué à l’image de l’ouvrier et le stade à celle de l’usine35. Et, comme le sportif, l’ouvrier doit se responsabiliser et rationaliser ses gestes.

  • 36 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Éd. du Seuil, 1962, p. 85.
  • 37 Idem, p. 85-86.
  • 38 Maurice Crubellier, L’Enfance et la jeunesse dans la société française, 1800-1950, Paris, Armand Co (...)
  • 39 M. Michelin, « Pour les jeunes », op. cit.
  • 40 Jean-Pierre Frey, Le Rôle social du patronat : du paternalisme à l’urbanisme, Paris, Éd. L’Harmatta (...)

15Le club apparaît bien comme une image de l’entreprise. Le sport – ici l’ASM – doit fournir des modèles de conduite à adopter et à reproduire dans l’usine. Cette idée n’est d’ailleurs pas nouvelle puisque, comme le souligne Joffre Dumazedier, l’organisation du travail est souvent fondée sur des méthodes empruntées au sport : l’émulation, la coopération, la compétition36. Signalons d’ailleurs que Taylor lui-même, dans son célèbre texte consacré à l’organisation scientifique du travail, compare l’organisation du travail à l’organisation du sport37. Néanmoins, fournir des modèles n’est pas l’unique objectif poursuivi dans la création de l’association. La finalité de cette politique de moralisation est aussi de renforcer le pouvoir de contrôle de l’entreprise sur cette jeunesse ouvrière. L’ASM s’inscrit donc également dans le cadre d’une politique de contrôle. Pour Maurice Crubellier, « Beaucoup de jeunes, le plus grand nombre sans doute, répugnaient à tout encadrement, surtout après quinze-seize ans. Ils n’entendaient pas retomber sous de nouvelles tutelles, mêmes gratifiantes, au moment où se desserraient celles de la famille et de l’école »38. Le sport, compris comme un divertissement, apparaît alors comme un moyen original de garder le contrôle de cette jeunesse. Il s’agit également de créer, dès le plus jeune âge, un attachement à l’entreprise par le club : « Deux jeunes gens portant le même insigne, jaune et bleu, réunis par le même idéal, la même idée : l’idée sportive, se devront aide et assistance dans toutes les circonstances de la vie… »39. On le voit, l’ASM n’est pas une simple société sportive. Elle sert de multiples politiques et de multiples objectifs. La plupart des volontés, des priorités et des préoccupations de l’entreprise Michelin concernant cette jeunesse ouvrière se retrouvent d’ailleurs dans l’association : être en bonne santé, produire plus, acquérir certaines valeurs et certains principes, s’identifier au club puis à l’entreprise et se stabiliser. Par certains côtés, l’ASM peut même apparaître comme l’une des œuvres sociales les plus complètes, ou en tout cas, comme celle permettant de faire passer le plus de messages. Tout le schéma que l’on cherche à mettre en place au sein de l’entreprise est reproduit au sein de l’association. Ainsi, plus qu’un simple rouage de la politique sociale de l’entreprise, l’ASM peut être comprise comme une image sur laquelle on cherche à projeter des comportements à adopter et plus généralement une certaine idéologie de la vie d’entreprise fondée sur la notion de famille considérée, selon la pensée de Frédéric Le Play, comme base naturelle d’une saine organisation sociale40.

La dimension sociale et culturelle

16Comme nous venons de le voir, l’analyse et l’appréhension de la portée idéologique de ce club sportif d’entreprise sont complexes. Néanmoins, ce type d’étude doit aussi s’inscrire dans une dimension plus sociale et culturelle et doit notamment permettre d’éclairer la recherche sur d’autres phénomènes comme le développement de nouveaux lieux de sociabilité pour la jeunesse ouvrière ou la démocratisation de la pratique sportive.

  • 41 T. M., op. cit., p. 13.

17Il serait réducteur de ne considérer l’ASM et plus généralement le paternalisme sportif que comme un moyen de moraliser et de contrôler les ouvriers et la jeunesse. L’éventuel caractère philanthropique de la création de l’ASM doit nous interpeller. L’Auvergne Sportive et Mondaine parle, par exemple, d’« action généreuse »41. En effet, jusqu’à la fin du premier tiers du xxe siècle, le sport reste encore une pratique souvent élitiste. Sortie du cadre de l’entreprise, cette jeunesse n’aurait pu y avoir accès. D’autant plus que, pour l’ouvrier de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, temps de loisirs signifie avant tout temps de repos. Rappelons également que le sport d’entreprise lui-même ne se développe véritablement qu’après la Première Guerre mondiale. Sur ce plan, la jeunesse Michelin apparaît donc comme une jeunesse « privilégiée ».

18Le patronat, en proposant de telles activités, permet tout simplement à cette jeunesse de prendre part à la pratique sportive et de se réunir au sein de structures organisées. Les conditions nécessaires et favorables à l’acculturation de la jeunesse ouvrière au phénomène sportif sont progressivement créées. D’autre part, ces initiatives patronales donnent naissance à de véritables microsociétés hiérarchisées et organisées. De nombreuses interrogations découlent de cette observation : quels liens entretiennent les jeunes ouvriers entre eux et avec leur hiérarchie sportive ? Quelle place occupent les idées de soutien et d’identité dans ces associations ? Outre les pratiques sportives, assiste-t-on à l’émergence de nouvelles pratiques culturelles au sein de ces sociétés sportives d’entreprise ? La question de l’association sportive perçue comme une école de civisme doit en effet être posée. N’apparaît-elle pas comme un moyen de sensibiliser, dès le plus jeune âge, une jeunesse aux différents scrutins et au vote ?

  • 42 Ibid.
  • 43 « Le Stade Michelin », L’Avenir du Puy-de-Dôme, 20 novembre 1911.
  • 44 M. Michelin, « L’Inauguration de la piscine », op. cit.
  • 45 P. Tichit, op. cit., p. 245.

19En fondant l’ASM, l’entreprise Michelin offre à cette jeunesse « les moyens de se distraire et de se développer physiquement et moralement »42. Elle lui permet également de découvrir une nouvelle forme de sociabilité, d’établir de nouveaux liens et de nouvelles relations. En tant que club omnisport, l’ASM lui donne aussi l’opportunité de pratiquer de nombreuses disciplines comme le rugby, le football, le basket-ball, l’athlétisme ou encore la natation, le tout dans des conditions matérielles extraordinaires pour l’époque puisque le club jouit, dès 1911, d’un complexe sportif comprenant « terrain de football, pistes de courses à pied, courts de tennis, vestiaires avec hydrothérapie, gymnases, etc. »43 auquel vient s’ajouter, le 9 septembre 1922, une piscine44. Ainsi, si l’ASM s’inscrit clairement dans le cadre d’une politique de contrôle et de surveillance de la main d’œuvre et de la jeunesse, elle doit aussi être considérée comme une chance et comme un privilège. Peut-on alors parler d’une œuvre philanthropique ? Comme le souligne Philippe Tichit, « pouvoir » et « philanthropie » sont deux termes essentiels et indissociables pour comprendre et considérer le système des œuvres sociales que cherchent à mettre en place nombre de patrons depuis la fin du xixe siècle45. L’ASM s’inscrit parfaitement dans cette logique. D’un côté, l’entreprise renforce son pouvoir d’intervention hors de la sphère du travail, de l’autre, le club représente une véritable ouverture sociale pour des ouvriers et une jeunesse qui, à l’époque, n’ont pas encore accès aux loisirs et à la pratique sportive.

  • 46 A. Gueslin (dir.), op. cit., p. 113.
  • 47 A.-M. Thiesse, op. cit., p. 308.
  • 48 Jacques Thibault, « Les Origines du sport féminin » dans P. Arnaud (dir.), op. cit., p. 334.
  • 49 Ronald Hubscher (dir.), L’Histoire en mouvements, Le sport dans la société française (XIXe-XXe sièc (...)
  • 50 J. Thibault, op. cit., p. 338.

20En lien avec cette notion d’ouverture sociale, une question reste pourtant en suspens, celle de la place accordée aux jeunes filles dans ce système. Ainsi, il est intéressant de constater que les différents discours et documents d’archives que nous avons pu collecter et étudier ne font à aucun moment mention d’une pratique sportive au féminin. Au sein de l’association, aucune section sportive féminine n’existe. Pour les dirigeants, l’ouverture du sport aux jeunes filles semble totalement exclue. Les pouvoirs industriels considéraient-ils que la politique d’éducation et de moralisation par le sport qu’ils cherchaient à mettre en place ne correspondait pas – et ne pouvait s’appliquer – à la réalité de leur vie ? Pour Michelin, la place des jeunes filles et des femmes en général est au sein de la cellule familiale. Leur formation passe presque uniquement par une éducation à la gestion de la famille. Dès les années 1920, des écoles sont d’ailleurs créées pour les initier à leurs futures tâches de ménagères46. Mais cela n’est pas propre à Michelin, car « si l’on reconnaît internationalement que les travailleurs peuvent échapper au cabaret en pratiquant les sports collectifs ou la musique, en revanche, la travailleuse n’a pas d’autre salut que la puériculture et les soins du ménage »47. Si, dès la fin du xixe siècle, la femme dite bourgeoise s’adonne bien à des pratiques sportives telles que le tennis ou la vélocipédie, au cours de notre période, le sport n’est pas encore accessible à – et envisageable moralement pour – la femme issue des milieux populaires48. Médecins, moralistes, hommes d’Église et même hommes du sport condamnent la pratique sportive féminine « au nom de la décence et de l’ordre médical »49. De fait, comme le souligne Jacques Thibault : « son éducation « sportive » se termine avec sa première robe longue, en même temps qu’elle cesse de sauter à la corde »50. Et, si nous parlions, à juste titre, de démocratisation et d’ouverture du phénomène sportif en direction de la population ouvrière, en ce domaine, la manufacture Michelin ne peut être considérée comme pionnière et avant-gardiste. Ici, l’ASM et l’entreprise se calquent sur une réalité et sur un système de pensée qu’on pourrait qualifier de nationaux.

Conclusions, ouvertures et limites

21L’étude d’un club sportif comme l’ASM et de ses rapports avec la jeunesse est impossible si l’on ne se réfère pas à l’idéologie patronale que cherchent à promouvoir les frères Michelin au cours de cette période. Cette association ne doit pas être et n’est pas isolée du système Michelin pris dans sa globalité. C’est donc bien d’instrumentalisation du sport en direction de la jeunesse dont il faut parler ici. La pratique sportive doit servir un projet et une idéologie d’entreprise. Néanmoins, la création de l’ASM représente également, comme nous l’avons montré, une chance pour cette jeunesse des usines Michelin. Elle apparaît à la fois comme une école de la santé et du bien être, comme une école de vertus, comme un moyen de se divertir et de se défouler, comme un service, comme un privilège, comme un nouveau lieu de sociabilité permettant de nouer de nouvelles relations en dehors du travail, comme une famille et comme un moyen d’entraide. D’un point de vue plus général, elle participe également d’un processus de démocratisation de la pratique sportive.

  • 51 Sur la question des archives sportives et des archives du sport, nous conseillons la lecture de l’o (...)

22Les relations entre la jeunesse et les pouvoirs industriels au travers des associations et clubs sportifs d’entreprise méritent donc une attention toute particulière. Au même titre que l’étude des écoles, des formations professionnelles et de tous les services destinés à la jeunesse et mis en place par le patronat dans le cadre d’une politique sociale, l’étude de cette dimension sportive doit permettre d’approfondir la connaissance historique sur les rapports jeunesse/patronat, sur leurs enjeux, sur leur portée à la fois sociale et culturelle. Néanmoins et si, comme nous le voyons, les questions et les problématiques s’avèrent nombreuses et variées, les limites qui se posent à ce type d’études n’en sont pas moins réelles. Le problème des sources reste sans doute le plus contraignant51. D’une part, les documents d’archives relatifs au phénomène sportif ne bénéficient pas du même traitement que les archives politiques ou économiques. D’autre part, avoir accès aux archives privées de clubs sportifs d’entreprises et parfois aux archives privées de l’entreprise elle-même n’est pas une mince affaire. Notre expérience menée auprès de l’entreprise Michelin l’a confirmé. Enfin, pour comprendre et appréhender ces relations de façon plus complète, il serait intéressant d’avoir accès aux discours de la jeunesse sur cette situation et de les confronter aux discours des dirigeants et des pouvoirs industriels. Or, le plus souvent, de tels documents restent introuvables pour cette période.

Haut de page

Notes

1 Bertrand Blanchard, Les Investissements des grands industriels clermontois dans le développement du mouvement sportif, 1870-1925, mémoire de Master 2, Université Blaise-Pascal Clermont II, 2007.

2 Marcel Michelin, « Notre but », Bulletin de l’ASM, no 1, mai 1922.

3 J. Muntz cité par Marcel Michelin, « L’Esprit sportif », Bulletin de l’ASM, no 3, juillet 1922.

4 Alain Corbin, « Le Corps du travailleur usé, meurtri au siècle de l’industrialisation » dans A. Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps, t. 2, Paris, Seuil, 2005, p. 253.

5 Voir Stéphane Buzzi, Jean-Claude Devinck et Paul-André Rosental, La Santé au travail, 1880-2006, Paris, Éditions la Découverte, 2006.

6 Idem, p. 10.

7 Dominique Lejeune, Histoire du sport XIXe-XXe siècle, Paris, Éditions Christian, 2001, p. 50.

8 T.M., « Un grand club à ses débuts : l’A.S. Montferrandaise », L’Auvergne Sportive et Mondaine, no 51, 23 février 1932, p. 13.

9 Philippe Tichit, « Les associations sportives d’entreprise », in Jeux et sports dans l’histoire, t. 3, « Éducation et politique sportives », Actes des 117e (Clermont-Ferrand, 1992) et 118e (Pau, 1993) congrès nationaux des sociétés savantes, Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 244.

10 Michel Leymarie, De la Belle Époque à la Grande Guerre, 1893-1918, Le triomphe de la République, Paris, Librairie générale française, 1999, p. 65.

11 Albert Charlin, « Le Sporting-Club Clermontois et les débuts de l’A.S. Michelin », Almanach sportif du Centre, 1924-1925, p. 45.

12 Marcel Michelin, « L’inauguration de la piscine », Bulletin de l’ASM, no 5, septembre 1922.

13 André Gueslin (dir.), Michelin, les hommes du pneu. Les ouvriers Michelin, à Clermont-Ferrand, de 1889 à 1940, Paris, Les Éditions de l’Atelier-Les Éditions Ouvrières, 1993, p. 101.

14 Idem, p. 103.

15 Idem, p. 102.

16 Idem, p. 106.

17 Ibid.

18 Idem, p. 90.

19 M. Michelin, « Notre but », op. cit.

20 Ibid.

21 Anne-Marie Thiesse, « Organisation des loisirs des travailleurs et temps dérobés (1880-1930) » dans Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Flammarion, 1995, p. 305.

22 Idem, p. 302.

23 Jacques Defrance, « Patronat, patronage et patriotisme » dans Pierre Arnaud (dir.), Les Athlètes de la République, Gymnastique, sport et idéologie républicaine 1870-1914, Paris, Éditions l’Harmattan, 1997, p. 232.

24 Marcel Michelin, « Association Sportive Montferrandaise », Bulletin de l’ASM, no 5, septembre 1922.

25 G. Saitou, « Silhouettes sportives ou Comment naquit l’ASM », Bulletin de l’ASM, no 17, janvier-février 1924.

26 J. Muntz cité par Marcel Michelin, op. cit.

27 Ibid.

28 M. Michelin, « Pour les jeunes », Bulletin de l’ASM, no 33, mars 1926.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 J. Muntz cité par M. Michelin, op. cit.

32 Ibid.

33 A. Gueslin (dir.), op. cit., p. 81.

34 Devise de « l’ASM » qu’on retrouve notamment en haut de la première page de chacun des Bulletins de l’ASM.

35 Michel Caillat, L’Idéologie du sport en France, Paris, Éditions de la Passion, 1989, p. 115-117.

36 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Éd. du Seuil, 1962, p. 85.

37 Idem, p. 85-86.

38 Maurice Crubellier, L’Enfance et la jeunesse dans la société française, 1800-1950, Paris, Armand Colin, 1979, p. 321.

39 M. Michelin, « Pour les jeunes », op. cit.

40 Jean-Pierre Frey, Le Rôle social du patronat : du paternalisme à l’urbanisme, Paris, Éd. L’Harmattan, 1995, p. 31.

41 T. M., op. cit., p. 13.

42 Ibid.

43 « Le Stade Michelin », L’Avenir du Puy-de-Dôme, 20 novembre 1911.

44 M. Michelin, « L’Inauguration de la piscine », op. cit.

45 P. Tichit, op. cit., p. 245.

46 A. Gueslin (dir.), op. cit., p. 113.

47 A.-M. Thiesse, op. cit., p. 308.

48 Jacques Thibault, « Les Origines du sport féminin » dans P. Arnaud (dir.), op. cit., p. 334.

49 Ronald Hubscher (dir.), L’Histoire en mouvements, Le sport dans la société française (XIXe-XXe siècle), Paris, Armand Colin, 1992, p. 103.

50 J. Thibault, op. cit., p. 338.

51 Sur la question des archives sportives et des archives du sport, nous conseillons la lecture de l’ouvrage dirigé par Françoise Bosman, Patrick Clastres et Paul Dietschy, Le Sport : de l’archive à l’histoire, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2006. Celui-ci dresse un large état des lieux des sources de l’histoire du sport et constitue, par conséquent, un outil de travail extrêmement intéressant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Blanchard, « Jeunesse ouvrière et pouvoirs industriels », Siècles, 28 | 2008, 73-86.

Référence électronique

Bertrand Blanchard, « Jeunesse ouvrière et pouvoirs industriels », Siècles [En ligne], 28 | 2008, mis en ligne le 18 février 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://siecles.revues.org/632

Haut de page

Auteur

Bertrand Blanchard

Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org