Navigation – Plan du site

Les attentats à la pudeur dans la Corrèze de la Belle Époque

Des jeunes filles soumises au pouvoir masculin
Bastien Fanthou
p. 11-23

Texte intégral

  • 1 Compte général de l’Administration de la Justice Criminelle, 1895.

1« Le viol sur enfant par le caractère de dépravation morbide et souvent sénile qui lui est propre demande à être étudié séparément »1. En 1895, c’est ce que nous dit le rédacteur du Compte général de l’administration de la justice criminelle – référence en matière de statistique judiciaire. Ce qui est ici affirmé comme un constat est, nous le savons aujourd’hui, loin de la réalité.

  • 2 Jean-Claude Caron, « Jeune fille, jeune corps : objet et catégorie (France, XIX-XXe siècles) » dans (...)
  • 3 Anne-Marie Sohn, « Les attentats à la pudeur sur les fillettes en France (1870-1939) et la sexualit (...)

2En ce qui nous concerne, il s’agit de donner à lire une définition de la jeunesse. Mais l’histoire des attentats à la pudeur s’inscrit dans un genre précis ; la victime est toujours (ou presque) une fille, et l’agresseur, un homme. Nous devons donc définir la jeunesse féminine et nous interroger sur le seuil entre enfance et jeunesse. En terme de droit, depuis 1863, c’est l’âge de 13 ans qui est retenu comme moment de passage entre l’enfance et la jeunesse. Auparavant la limite était placée à 11 ans, et déjà nous voyons l’enfance qui s’est allongée. Au-delà de la définition légale, c’est dans le choix des termes que semble se lire la jeunesse : la jeune fille se définit « par rapport à la petite fille ou à la fillette en amont, et à la femme en aval »2. Nous avons ici choisi de prendre pour corpus les attentats à la pudeur sur les jeunes filles de plus de 11 ans dans la série des AD de la Corrèze. Ce choix s’explique pour plusieurs raisons : la définition légale de la jeunesse ne parait pas correspondre à l’acception commune de celle-ci dans cette Corrèze fin de siècle ; de nombreuses affaires criminelles concernent des jeunes filles de 11 à 13 ans ; suivant la position d’un individu dans l’instruction, différente se trouve être la définition de la jeunesse (l’inculpé en abaisse généralement l’âge, alors que le juge s’en tient à la définition légale). Nous dénombrons alors un corpus de vingt-cinq affaires pour la période 1890-1912. Se trouvent, de par notre définition de la jeunesse, écartés neuf dossiers qui concernent des victimes âgées de 4 à 10 ans. Ce total de trente-quatre affaires fait de la Corrèze un département où ce type de criminalité est élevé puisque Anne-Marie Sohn considère le nombre de vingt affaires comme important pour une période allant de 1870 à 19393

3Par le prisme de la justice, il nous faut voir quelles relations cette jeunesse (féminine) entretient avec des pouvoirs (de fait masculins). Or pouvoir vient du verbe latin potere, notamment issu de la locution potis esse qui signifie « être puissant, capable ». Le premier pouvoir est bien celui du corps, tiré de la force physique, en particulier dans ce corps à corps que constitue un attentat à la pudeur. Mais la jeunesse féminine est également confrontée au pouvoir social : pouvoir de l’homme adulte par rapport à la jeune fille, pouvoir d’un maître, celui d’un père aussi. Enfin il convient d’observer les relations entre cette jeunesse et le pouvoir institutionnalisé qu’est la justice. Autorités convoquées lors de l’instruction (maires, institutrices…), gendarmes et juges, experts-médecins, quel(s) regard(s) portent-ils sur ces jeunes filles ? En sens inverse, ne peut-on pas entrevoir la façon dont se représente le pouvoir judiciaire aux yeux de jeunes victimes ?

Le pouvoir du corps

Le pouvoir du plus fort

  • 4 Georges Vigarello, Histoire du viol XVIe-XXe siècles, Seuil, 2000, p. 148

4Comme une fille soumise, certains hommes souhaitent rendre docile le corps de jeunes filles pour leur unique jouissance. Mais pourquoi ne pas dire clairement les choses : il semble que le terme d’attentat soit préféré « lorsque l’acte est commis sur un enfant, ce qui évite l’usage du mot viol et euphémise la gravité de l’acte »4.

  • 5 A.-M. Sohn, art. cit., p. 74.
  • 6 Affaire Jean C., Saint Jal, jugée en 1904.
  • 7 Affaire Joseph M., Vigeois, jugée en 1896.

5En raison de leur âge, nombre de ces jeunes filles sont incapables de résister physiquement à des hommes, adultes généralement, « qui les emportent dans des lieux isolés, étouffent leurs cris, les menacent parfois de mort »5. Interrogée sur sa capacité à résister par le juge d’instruction, Marie G., 13 ans, répond : « Non je ne pouvais pas lui résister effectivement, il me tenait et me donnait des gifles en me disant que l’amour qui aimait était l’amour qui frappait »6. Antoinette J., de manière plus laconique, dit concernant les actes de Joseph M. : « Il se livrait à ces attouchements sur moi malgré mes protestations et si je résistais il me prenait de force »7. Nous voyons donc que, mise à part la force, assez rares sont les détails donnés sur les façons de procéder.

  • 8 Affaire Germain P., Juillac, jugée en 1896.
  • 9 Affaire Germain P., Juillac, jugée en 1896.

6Dans cette lutte au corps à corps entre l’agresseur et la victime, c’est l’affaire Germain P. jugée en 1896 qui nous livre le plus d’informations. Elle est un peu particulière puisque l’accusé n’a que 20 ans. Maria, la victime âgée de 13 ans, a ainsi formulé sa déposition : « P. m’introduisit son membre viril dans le vagin, comme je criais déjà aux secours, il m’a dit : “plus tu crieras, plus je te ferai de misères” »8. Elle décrit non sans détails la façon dont la scène se serait passé : « Il m’a écarté les jambes avec les genoux, me tenait les bras avec les mains ». Et ce qui est intéressant c’est de lire en parallèle un interrogatoire de Germain quelques jours plus tard : « Je reconnais que quand j’ai vu la jeune fille toute nue à côté de moi j’ai perdu la tête, je me suis déboutonné, me suis couché sur elle après lui avoir écarté les jambes avec les genoux, je lui maintenais les bras avec les mains et j’ai dirigé mon membre viril vers ses parties sexuelles et j’ai poussé jusqu’à ce que j’ai joui »9. Qu’ils aient 20 ans ou plus, peu de différence : le jeune âge des victimes les place dans l’incapacité de résister physiquement à leurs agresseurs, encore plus si ceux-ci sont armés.

Attentats à main armée

  • 10 Affaire Jean B. et Joannès A., Soursac, jugée en 1912.

7Les violences des attentats marquent les corps : griffures, ecchymoses, hématomes… Les marques du corps peuvent être converties en indices favorables à la victime lors de l’instruction. Ainsi Justine raconte que Joannès « est venu vers moi sans rien me dire, il a sorti de sa poche une petite corde de la grosseur du doigt, m’a lié les jambes et m’a saisi les deux bras, il m’a ensuite traîné dans un fourré voisin »10. Même si la protection de l’enfance a vraisemblablement fait baisser le poids des indices corporels, une blessure rend compte de la défense de son honneur dont a fait preuve la victime lors du corps à corps. Une marque induite par une arme fait rentrer plus immédiatement une enfant dans sa situation de victime.

  • 11 Affaire Léonard Q., Eyrein, jugée en 1891.
  • 12 Affaire Louis B. Ambrugeat, jugée en 1902.
  • 13 Idem.

8Le plus souvent, c’est une fois l’acte accompli que l’homme menace sa victime de violence, afin qu’elle se taise. Comme dans cette affaire où Léon Q. dit à sa fille (cas d’inceste) que si elle parlait à sa mère « il me battrait qu’il me tuerait ou qu’il me ferait noyer »11. Au contraire, dans une affaire jugée en 1902, les menaces sont proférées pendant l’acte. Voici comment le procureur de la République présente les instants de l’action au procureur général : « Il la saisit à bras le corps et la renversa par terre. Comme elle se débattait il lui mit une main sur la bouche pour l’empêcher de crier, menaçant de la frapper avec son couteau »12 Antoinette lors de sa déposition, d’une manière plus claire encore, affirme que d’une main sur la bouche son agresseur l’empêche de crier et que, de l’autre, il sort un couteau de sa poche qu’il ouvre avec les dents. En approchant la lame du cou de sa victime il lui dit : « Si tu bouge, ou si tu cries je te tue »13.

9À ce stade, il pourrait nous sembler qu’il ne s’agit que de violence brute dans cette confrontation entre deux corps. Ces gestes criminels ayant trait au sexe, ceci n’est pas si simple.

Vicieuse et soumise : un regard fantasmatique

  • 14 G. Vigarello, op. cit., p. 224.
  • 15 Affaire Jean C., Saint-Fréjoux-le-Majeur, jugée en 1903.

10Il s’agit ici de naviguer à vue entre système de défense d’accusé, violence réelle, représentation et « passion bestiale » selon la terminologie de l’époque. Georges Vigarello le dit à très juste titre dans son ouvrage de référence sur l’histoire du viol : « Les procédures judiciaires illustrent au moment même ces cas d’hommes mariés et quelques fois âgés s’aventurant à des actes de substitution, suggérant à demi-mot la quête nouvelle de privautés refusés par leur femme »14 et notamment le coït buccal qui fascine assurément. Confronté dans le cadre de l’instruction à sa victime qui n’est autre que sa petite fille, et malgré ses dénégations, Jean, 65 ans, ne peut empêcher Henriette âgée de 12 ans de lui dire : « C’est vous qui êtes un vieux sale quand vous me l’avez mis dans la bouche, dans le pacage de Marleix »15.

  • 16 Affaire Joseph M., Vigeois, jugée en 1896.
  • 17 Affaire Antoine C., Saint-Augustin, jugée en 1901.
  • 18 Ce que nous voulons dire par là, et qu’il ne faut jamais oublier, c’est que nous travaillons à part (...)
  • 19 Affaire Jean B. et Joannès A., Soursac, jugée en 1912.

11De manière plus générale, il est difficile de distinguer le système de défense des accusés, d’une représentation qu’ils se font des jeunes filles. Ainsi Joseph M. que nous avons déjà rencontré et qui reconnaît les attentats qui lui sont reprochés présente sa « relation » avec Marie M. ainsi : « Cette enfant ne disait rien et se prêtait de bonne grâce à tout ce que je lui demandais ». Il ajoute en parlant de Marie S. : « cette enfant est une des plus vicieuse que j’ai connue, elle se masturbait devant moi et arrivait à la période de la jouissance, elle m’invitait à venir sur elle »16. Il n’est que peu différent dans l’affaire Antoine C. accusé d’attentat sur Marie, sa servante. Antoine nous rapporte une nuit à la sensualité troublante : « Sans avoir une mauvaise réputation elle est un peu « brigande » c’est-à-dire légère. » « Alors qu’elle dormait chez moi, elle me dit doucement : « vous pouvez bien coucher avec moi ». Je lui dis je ne peux pas, n’en ai pas le droit. Elle-même s’inclina au bord du lit, écarta ses jambes, me prit la verge et la porta entre ses jambes »17. S’imaginer et donner à imaginer18 une jeune fille entreprenante, fumant19, en faire une « débauchée » en somme, voilà le moyen de faire tomber la parole de la victime. Or la responsabilité de la jeune fille est engagée dans un système où céder à la violence c’est encore consentir, et le consentement efface le crime. C’est en outre pour nous le moyen de cerner une sexualité (en partie) fantasmée.

12Entre violence et nouvelle réceptivité au plaisir, nous ne pouvons qu’être frappé par le caractère brutal et avant tout physique des attentats à la pudeur. Il s’agit bien du pouvoir masculin cherchant à assouvir son plaisir sur le corps de jeunes filles. C’est la soumission du physique le moins capable de résistance. Mais la soumission c’est aussi l’obéissance, et alors le pouvoir prend un volet social.

Le pouvoir social

Un homme adulte ou le regard sexué face à l’ignorance

13Dans notre volonté de cerner le rapport entre jeunesse et homme adulte, nous ne pouvons faire l’économie d’une réflexion sur les âges. Nous avons dit que légalement le crime d’attentat à la pudeur est jugé plus grave lorsqu’il est commis sur une jeune fille de moins de 13 ans. Des jeunes filles de plus en plus grandes qu’il faudrait protéger de vieux satyres.

  • 20 A.-M. Sohn, art. cit., p. 83.

14La réalité semble différente puisqu’au lieu de vieillards, 46 % des hommes inculpés ont entre 30 et 59 ans ; le reste se composant pour 29 % d’hommes de plus de 60 ans (tous ont entre 60 et 65 ans, hormis un âgé de 75 ans), 25 % pour la catégorie 17-29 ans. La moyenne d’âge est donc de 43 ans : un homme adulte souvent marié et père de famille. Un homme du village, un parent, puisque « le facteur le plus pertinent pour expliquer le passage à l’acte est souvent la familiarité avec la victime »20.

  • 21 Affaire Martial M., Chamboulive, jugée en 1910.
  • 22 A.-M. Sohn, art. cit., p. 78.
  • 23 Affaire Joseph M., Vigeois, jugée en 1896.

15Il est donc aisé de comprendre que ces hommes adultes, en plus de jouer sur leur force physique et leur fréquentation régulière de la famille, usent de l’ignorance des jeunes filles dans tout ce qui a trait au sexe. Dans l’affaire M. jugée en 1910, Antoinette âgée de 12 ans, pour désigner ses organes génitaux dit « mon trou »21. Or dans la même affaire, le témoin P. parlant de la jeune fille dit « la femme ». Nous notons bien le décalage entre des hommes adultes qui portent un regard sexué sur ces jeunes filles, et ces dernières qui dans leurs récits témoignent « d’une incompréhension avouée, ou d’une incapacité à nommer le sexe »22. Incapacité à nommer son sexe, mais aussi à nommer celui de l’autre. Dans l’affaire Joseph M., la petite Léontine témoigne ainsi de son ignorance : « il essayait alors de m’introduire quelque chose entre les jambes »23.

16Dans ce que nous venons d’exposer comme facteurs favorisant les risques de passage à l’acte (un homme adulte dans la fleur de l’âge, familier de la victime et se jouant de l’ignorance de cette dernière), maîtres et desservants semblent bien placés.

Maître et desservant : cas de vulnérabilité sociale

  • 24 Affaire Léon A. Salon-le-Tour, jugée en 1899.

17Il s’agit ici de montrer comment le pouvoir social permet à certains hommes d’agir. Pour marginaux que ces cas sont, ils montrent la domination d’un pouvoir sur une jeunesse. L’autorité exercée sur les enfants et la fréquentation régulière expliquent la présence de desservants. Léon A. exerçant son état à Salon-la-Tour, utilise les moments de confession pour pratiquer ses attouchements. Françoise raconte comment il l’a prise sur ses genoux, lui a touché les mollets, « avec l’autre main il me tenait par la taille sa figure contre la mienne »24. Si cette affaire peut nous permettre de souligner des situations qui peuvent expliquer des passages à l’acte, elle nous montre aussi la diversité des attentats.

  • 25 Affaire Antoine C., Saint-Augustin, jugée en 1901.

18Plus évidente encore est la menace du maître, détenteur s’il en est du pouvoir social. Antoine C. fait des attouchements aux parties sexuelles de sa jeune domestique au mois de juin 1899. Or en juin 1900 Marie doit retourner chez son maître ; le travail de la jeune fille étant nécessaire à la vie de sa famille. Antoine est conscient de son pouvoir sur sa jeune servante mais afin d’éviter tout bruit qui pourrait être la source d’inculpation, il lui interdit de parler de ses gestes à M. le Curé à confesse. Antoine C. inculpé avoue pourtant son forfait en ces termes : « Il est en effet bien vrai que j’ai fait quelques attouchements à ma jeune servante […] mais néanmoins sans lui faire aucun mal […] »25. Nous pourrions dire que dans ces cas-là, pour les bergères et autres domestiques de ferme, le travail en extérieur fournit un cadre propice aux gestes criminels. Si le pouvoir du maître donne des circonstances favorables au passage à l’acte, il permet surtout de taire l’affaire et de réitérer le crime, pour un temps au moins.

Le cas d’inceste

19Le cas d’inceste s’inscrit parfaitement dans ce que nous venons de décrire : le père est par excellence le détenteur du pouvoir social. Une recherche complémentaire sur le crime nous permet de mettre en lumière l’adjuvant, soit ce qui l’a aidé dans son entreprise (le contact quotidien avec sa fille, sa force musculaire, son autorité légale), et au contraire l’opposant, ce qui va contrarier son action (rien à ce stade).

  • 26 Affaire François L., Brive-la-Gaillarde, jugée en 1891.

20L’audition de Maria dans l’affaire L., ne nous montre pas autre chose : « Je n’osais pas me défendre de lui et il monta sur moi, me fit tout ce qu’un homme peut faire à une femme »26. Nous voyons que l’inceste est perçu par la victime comme un acte de soumission. Pour le violeur, il ne s’agit généralement pas d’un crime mais d’un droit ; le droit de posséder le corps d’une fille que le statut social infériorise. Et même dans le cas d’inceste, c’est un jeune corps féminin placé directement sous son autorité.

  • 27 Affaire Léonard Q., Eyrein, jugée en 1891. Audition d’un témoin auquel s’est confiée la victime.

21Dans une affaire jugée en 1891 se donne à lire le pouvoir moral d’un père se jouant de l’ignorance de sa fille afin d’accomplir ses actes sans risque de divulgation : « Q. dit à sa fille que si elle disait ces choses (que son père avait des relations avec elle), quand elle serait plus grande les garçons iraient la trouver et lui diraient : tu t’es livrée à ton père, tu peux bien te livrer à moi : qu’ils lui mettraient alors la main sur l’épaule et la coucheraient à terre »27.

22Plus que l’acte lui-même, le pouvoir social donne des circonstances qui facilitent le passage à l’acte d’un homme. Le corps au moins autant que l’esprit soumis à ce pouvoir, il semble impossible de s’en extirper. La domination physique se double d’une apparente immunité ; apparente seulement ?

Le pouvoir judiciaire

Autorités de proximité

23Nous l’avons évoqué, c’est au travers de la justice que nous avons pris connaissance de ces traces de vies. Parce que le pouvoir judiciaire, au nom de la société, se réapproprie ces gestes de l’espace privé, pour les faire siens et condamner un coupable au besoin. Il semblerait donc que le criminel n’agisse pas en totale impunité. Il est frappant pourtant, à la lecture de ces dossiers d’Assises, de constater à quel point les jeunes victimes sont écoutées certes, mais au-delà jaugées, observées quasi exclusivement par des hommes.

  • 28 Affaire Jean C., Saint-Fréjoux-le-Majeur, jugée en 1903.

24Pour approcher ces jeunes filles, le pouvoir judiciaire se sert de ce que nous avons appelé des autorités locales : maires, institutrices. Il s’agit de s’enquérir de la réputation d’une vie quotidienne insérée dans une microsociété locale. En 1903, le juge d’instruction demande l’audition de l’institutrice de l’école laïque d’Ussel : « Le témoin dira notamment si Henriette L. était encline au mensonge, à la dissipation et à la désobéissance ou à la paresse et si elle a pu constater chez elle des indices d’instincts vicieux ou si parmi ses fréquentations, quelques-unes laissaient à désirer sous le rapport de la moralité »28. Nous voyons que le pouvoir judiciaire cherche à révéler le mensonge qui ferait de la jeune fille une « non-victime ». Débusquer aussi le vice afin de montrer le degré de consentement qui, même minime, suffit à disculper un coupable.

  • 29 Affaire Jean R., Murat, jugée en 1896.

25Le maire est sollicité. Dans une affaire jugée en 1896, le maire de la commune de Pradine dit ceci : « certifions que la nommée F. Victorine âgée d’environ 14 ans domiciliée au village de Viétheil en notre commune a toujours joui, pendant son séjour dans la commune, d’une réputation sans tâche. Certifions en outre qu’elle appartient à une famille honorable et que ses ascendants ont toujours joui également d’une réputation irréprochable »29. Au-delà de sa propre personnalité, c’est seulement l’appartenance à une famille qui permet de classer l’individu. De façon un peu brutale nous pourrions dire que le statut de victime ne peut s’obtenir que si l’on appartient à une famille sans reproches.

26En quelque sorte il y a des conditions à remplir afin d’obtenir le statut de victime d’attentat à la pudeur : comme dans toute affaire criminelle le classement par l’appartenance à une famille est primordial ; plus caractéristique se trouve être le diptyque menteuse/vicieuse tant il a pu caractériser la jeune fille pour l’époque.

Du gendarme au juge

27C’est encore de vice et de mensonge dont il est question ici.

  • 30 Affaire Joseph B., Peyre­levade, jugée en 1890.

28Ce sont les gendarmes qui, souvent dans ces affaires, sont les premiers à recueillir la parole de la victime. Il en est ainsi en 1890 dans une affaire où le coupable a été surpris en flagrant délit par le maître de Marie, la jeune victime. Joseph B. ne cherche même pas à nier. Marie dépose devant les gendarmes juste après qu’ils aient entendu l’agresseur. À la fin du procès verbal, il est noté : « La petite B. pour son âge paraît bien malicieuse »30. Pourquoi une telle précision ? La malice nous apparaît ici comme tellement proche du vice !

  • 31 Affaire Jean C., Saint-Fréjoux-le-Majeur, jugée en 1903.
  • 32 Affaire Pierre H., Cornil, jugée en 1904.

29Lors des dépositions des jeunes filles devant le juge d’instruction, il semble que ce soit le mensonge qui soit traqué. Or, sachant l’ignorance des filles de cet âge dans tout ce qui a trait au sexe, le juge d’instruction pousse souvent la victime à la révélation de détails circonstanciés afin de juger de la crédibilité, ou non, du discours. Généralement, comme dans l’audition d’Henriette en 1903, le juge demande une description du membre viril ; elle s’exécute en ces termes : « Il était dur plus gros que le doigt et long comme ça (le témoin indique une longueur de 10 à 12 centimètres) […] il le secouait lui-même disait que ça serait plus dur et que ça rentrerait mieux, il l’appelait sa « levrette ». Le bout de son membre était rouge »31. Souvent les jeunes filles traduisaient l’interdit sexuel par la notion de saleté (notion qui, inculquée dès leur plus jeune âge, sert de seule et unique éducation sexuelle). Le juge réclame alors plus de précisions afin de valider l’agression. En 1904, Marie L. décrit ainsi la scène : « Il déboutonna son pantalon, releva sa chemise et mit ses mains et ses saletés après moi. » Le juge lui demande alors ce qu’elle entend par là : « il a mis sa belette puis un doigt dans mon ventre. Il me faisait mal je criais fort »32. Où se termine la nécessité d’obtenir des détails indispensables à l’avancement de l’enquête, et où commence la remise en cause de ce qu’a vécu la victime ? Il est bien difficile de tracer la frontière, tant celle-ci, en plus d’être mobile, est ténue.

30Ce que nous pouvons dire c’est que le diptyque menteuse/vicieuse est toujours présent. Ceci ne doit pas nous surprendre puisque les informations fournies par les institutrices et les maires ne font que répondre à des demandes écrites des juges utilisant (comme nous l’avons vu) cette terminologie. Cela étant, la méthode indiciaire ayant pris une place importante en cette fin de siècle, au-delà du discours ce sont les traces sur le corps qui faisaient foi. L’expert médecin toujours plus sollicité apportait un nouveau regard masculin sur le corps soumis de jeune fille.

Le regard de l’expert

  • 33 J.-Cl. Caron, art. cit., p. 175.

31Ce regard est encore celui d’un homme sur une jeune fille, et cette spécialisation par genre n’est pas anecdotique dans l’évolution de la représentation du corps. Jean-Claude Caron l’a écrit fort justement : « souvent appelés à établir l’expertise de corps infantiles ou juvéniles victimes de viols ou de violences physiques, les médecins légistes inventent la procédure et le vocabulaire adéquat »33.

  • 34 Affaire Pierre F., Aubazine, jugée en 1891.

32Ce que l’on demande à demi-mot à l’expert c’est d’apporter la preuve. Il revendique donc une place de plus en plus importante. Importance accordée de et du fait des questions qui lui sont posées et auxquelles il répond avec plus ou moins de certitude. Dans nombre d’affaires, il est demandé au médecin de constater s’il y eut des attouchements sur le corps de la jeune fille, et si ceux-ci sont d’une main étrangère. En 1891, il répond que « l’enfant a reçu des attouchements et des excitations génésiques assez répétées pour avoir déterminé de légères mais durables déformations vulvaires. Il est impossible d’affirmer si ces attouchements et excitations sont d’une main étrangère mais on peut le penser »34.

  • 35 Georges Vigarello, op. cit., p. 172.
  • 36 Affaire Germain P., Juillac, jugée en 1896.

33Comme l’a écrit Georges Vigarello, ces rapports nous « montrent plus subtilement l’approfondissement des repères, le déplacement du doute et son maintien par la médecine légale »35. La connaissance accrue du corps n’a pas fait disparaître le soupçon qui pesait sur l’enfant, mais elle l’a euphémisé. Nous le constations dans un dossier jugé en 1896 où le rapport de l’expert médecin commence en ces termes : « J’ai été surpris de trouver chez une jeune fille autant de simplicité et en même temps autant d’audace »36.

  • 37 Affaire Émile L., Darazac, jugée en 1909.
  • 38 Affaire Martial  M., Chamboulive, jugée en 1910.

34En somme, le regard de l’expert médecin n’est pas très neuf tant on lui demande, à lui aussi, de traquer le vice et le mensonge. En 1909, un juge d’instruction demande d’ailleurs au médecin (et ce n’est pas un cas isolé puisque la formule est récurrente dans les prestations de serment d’expert) de : « vérifier au point de vue médico-légal le récit du crime qu’elle fait et qu’elle devra vous faire »37. Il est demandé à l’homme médecin de soumettre le récit de la jeune fille à son jugement. Jugement qu’il doit corroborer par une juste lecture du corps. Or, il est entendu que le vice, puisque inscrit, laisse des traces sur le corps. Le corps serait un moyen d’accéder au plus intime des individus. Rien d’étonnant alors à ce que nous lisions concernant Antoinette J. : « Rien dans l’état des organes génitaux de cette fille n’autorise à dire qu’elle était vicieuse »38.

35Travaillant sur des dossiers de cour d’Assises, toutes ces traces de vies sont passées au filtre de la justice, du pouvoir judiciaire même. Un pouvoir composé d’hommes adultes qui portent un regard sur une jeunesse féminine, tant l’histoire des attentats à la pudeur s’inscrit dans un genre précis. Si ce sont des hommes adultes qui jugent, ce sont aussi des hommes adultes qui commettent ces crimes.

36Que ce soit sous des caresses frustes dirigées presque uniquement vers les parties génitales, ou dans tout le processus judiciaire, nous observons des jeunes filles soumises à des hommes adultes. Il s’agit d’un rapport de domination sur une jeunesse féminine des pouvoirs masculins. Le pouvoir tiré de la force physique dans des gestes qui se caractérisent avant tout par la domination d’un corps sur un autre. Le pouvoir social qui, par des circonstances, favorise le passage à l’acte. Pouvoir social encore, qui peut permettre à des gestes considérés comme illégaux, de rester pour un temps au moins, hors d’une procédure de justice. Enfin un pouvoir judiciaire qui, influencé par des idées de son temps, ne cesse de vouloir peindre la jeune fille sous des traits de menteuse et vicieuse (bien que, présentés ainsi, les faits soient par trop caricaturaux).

37Nous l’avons vu, le médecin expert prend une place de plus en plus grande dans le système judiciaire : des débuts de l’enquête jusqu’au procès. Pour autant, par cette suspicion généralisée de responsabilité, voire de culpabilité, le pouvoir judiciaire et à travers lui toute la société nous montrent une percée somme toute limitée des idées et des réflexions médicales sur la sexualité des femmes et des enfants.

Haut de page

Notes

1 Compte général de l’Administration de la Justice Criminelle, 1895.

2 Jean-Claude Caron, « Jeune fille, jeune corps : objet et catégorie (France, XIX-XXe siècles) » dans Louise Bruit Zaidman, Gabrielle Houbre, Christiane Klapish Zuber, Pauline Schmitt Pantel (dir.), Le corps des jeunes filles de l’Antiquité à nos jours, Perrin, 2001, p. 167.

3 Anne-Marie Sohn, « Les attentats à la pudeur sur les fillettes en France (1870-1939) et la sexualité quotidienne » dans Alain Corbin (présenté par), Violences sexuelles, Mentalités no 3, 1989, p. 73.

4 Georges Vigarello, Histoire du viol XVIe-XXe siècles, Seuil, 2000, p. 148

5 A.-M. Sohn, art. cit., p. 74.

6 Affaire Jean C., Saint Jal, jugée en 1904.

7 Affaire Joseph M., Vigeois, jugée en 1896.

8 Affaire Germain P., Juillac, jugée en 1896.

9 Affaire Germain P., Juillac, jugée en 1896.

10 Affaire Jean B. et Joannès A., Soursac, jugée en 1912.

11 Affaire Léonard Q., Eyrein, jugée en 1891.

12 Affaire Louis B. Ambrugeat, jugée en 1902.

13 Idem.

14 G. Vigarello, op. cit., p. 224.

15 Affaire Jean C., Saint-Fréjoux-le-Majeur, jugée en 1903.

16 Affaire Joseph M., Vigeois, jugée en 1896.

17 Affaire Antoine C., Saint-Augustin, jugée en 1901.

18 Ce que nous voulons dire par là, et qu’il ne faut jamais oublier, c’est que nous travaillons à partir des dossiers de Cour d’assises. Chaque moment de vie ne prend corps qu’au travers d’une instruction, lors d’un procès.

19 Affaire Jean B. et Joannès A., Soursac, jugée en 1912.

20 A.-M. Sohn, art. cit., p. 83.

21 Affaire Martial M., Chamboulive, jugée en 1910.

22 A.-M. Sohn, art. cit., p. 78.

23 Affaire Joseph M., Vigeois, jugée en 1896.

24 Affaire Léon A. Salon-le-Tour, jugée en 1899.

25 Affaire Antoine C., Saint-Augustin, jugée en 1901.

26 Affaire François L., Brive-la-Gaillarde, jugée en 1891.

27 Affaire Léonard Q., Eyrein, jugée en 1891. Audition d’un témoin auquel s’est confiée la victime.

28 Affaire Jean C., Saint-Fréjoux-le-Majeur, jugée en 1903.

29 Affaire Jean R., Murat, jugée en 1896.

30 Affaire Joseph B., Peyre­levade, jugée en 1890.

31 Affaire Jean C., Saint-Fréjoux-le-Majeur, jugée en 1903.

32 Affaire Pierre H., Cornil, jugée en 1904.

33 J.-Cl. Caron, art. cit., p. 175.

34 Affaire Pierre F., Aubazine, jugée en 1891.

35 Georges Vigarello, op. cit., p. 172.

36 Affaire Germain P., Juillac, jugée en 1896.

37 Affaire Émile L., Darazac, jugée en 1909.

38 Affaire Martial  M., Chamboulive, jugée en 1910.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bastien Fanthou, « Les attentats à la pudeur dans la Corrèze de la Belle Époque », Siècles, 28 | 2008, 11-23.

Référence électronique

Bastien Fanthou, « Les attentats à la pudeur dans la Corrèze de la Belle Époque », Siècles [En ligne], 28 | 2008, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://siecles.revues.org/688

Haut de page

Auteur

Bastien Fanthou

Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org