Navigation – Plan du site

Le syndicalisme étudiant des années 1970 et 1980 : une antichambre du pouvoir politique ?

Nicolas Carboni
p. 101-115

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

années 1970, années 1980
Haut de page

Notes de l’auteur

Note 1 : Cet article se situe au cœur d’une réflexion menée pour la rédaction d’une thèse en cours (L’agitation étudiante et lycéenne de l’après mai 1968 à 1986. Du cadre national à l’exemple clermontois, sous la direction de M. Bernard, Université de Clermont II). Il fait également suite à une communication présentée à la journée d’études Carrières militantes et trajectoires professionnelles : l’engagement dans les mouvements étudiants comme lieu de socialisation politique du laboratoire Triangle ENS-LSH de Lyon le 24 novembre 2006, communication intitulée « De l’UNEF à une carrière politique locale : analyse de la trajectoire de deux militants clermontois ».

Texte intégral

  • 2 Pour une liste plus complète des anciens dirigeants syndicaux étudiants ayant eu un rôle politique (...)
  • 3 A. Monchablon, op. cit., p. 208.
  • 4 Olivier Bianchi, « Mythes, légendes et représentations du syndicalisme étudiant : l’AGEC-UNEF entre (...)

1Faire du syndicalisme étudiant une expérience initiatique, un mode d’entrée en politique est devenu un lieu commun, qui participe d’une image mythique du monde étudiant, un univers oscillant entre hyper-politisation et apolitisme forcené selon les époques et les analyses. L’idée d’un engagement étudiant comme premier pas vers le politique ne peut qu’être renforcée par la multiplication d’exemples de personnalités politiques passées par ce type de structures, que l’on parle de Michel Rocard, Lionel Jospin, Philippe Séguin ou encore Jean-Marie Le Pen2. L’UNEF, plus qu’aucun autre syndicat, incarne dans les représentations collectives ce lien entre monde syndical étudiant et sphère du politique. Depuis sa création en 1907, elle est perçue comme un espace de formation des élites politiques. Ainsi, Alain Monchablon, dans son Histoire de l’UNEF de 1956 à 19683, fait de la « Grande UNEF », celle des années 1950 et 1960, une « école de formation des élus de la République ». Selon lui le « syndicat a formé des générations à la politique, qu’il s’agisse de la « Grande UNEF », peuplant les couloirs des ministères, ou des « petites UNEF », qui génèrent régulièrement de nouveaux leaders politiques ». En ce sens, le syndicat serait une structure d’éveil à la politique, une « première étape dans le cursus honorum des professionnels de la politique »4.

2Il faut cependant souligner que la plupart des personnes citées en exemple ont occupé d’importantes fonctions au sein de la « pyramide syndicale », notamment à la tête des directions nationales des différents syndicats ou à la tête des AGE (Assemblées Générales Étudiantes) parisiennes, de loin les plus influentes en France. D’autre part, on a souvent cherché ces exemples dans les années « nobles » du syndicalisme étudiant, celles des protestations contre la guerre d’Algérie ou de Mai 1968. Ainsi, les années 1970 et 1980 sont encore largement oubliées par les historiens, et les études à une échelle plus fine, celle de la structure locale provinciale, restent rares. Néanmoins, comme leurs aînés soixante-huitards, les syndicalistes des années 1970 et 1980 se sont investis en politique, tant au plan local que national, menant certains à des carrières politiques de premier plan. Pour comprendre le rôle des syndicats étudiants dans la socialisation politique des individus, il faut d’abord s’intéresser au fonctionnement de ces structures, au sein desquelles les militants sont amenés à des confrontations internes comme externes, apprentissage qui permet à certains de s’insérer dans la vie politique « professionnelle ».

La vie interne du syndicat, un premier apprentissage du jeu politique

L’engagement dans un syndicat étudiant

3Si on a souvent fait des structures étudiantes des lieux de formation à la politique professionnelle, à la pratique du pouvoir, c’est en premier lieu au regard du fonctionnement de ces dernières, souvent « calqué » sur celui de leurs homologues « adultes ». L’entrée dans une organisation syndicale marque, pour tout nouvel arrivant, la découverte d’un univers particulier. Il faut néanmoins préciser que pour un petit nombre de ces militants syndicaux étudiants, le système est déjà connu, intégré dans les logiques de pensée, et ce, par différents biais.

  • 5 Lucie Bargel et Karel Yon, « Entre AJS, UNEF et MJS. Circulation des militants et réseaux politico- (...)
  • 6 Valérie Becquet, « Moment étudiant, moment d’engagement », CNAF, Informations sociales, no 99, 2001 (...)
  • 7 Raphaël Desanti, Le syndicalisme étudiant à la faculté de Nantes, maîtrise de sociologie, Universit (...)

4D’abord, on peut remarquer un pourcentage non négligeable de militants étudiants ayant déjà exercé des fonctions au sein de syndicats lycéens. Ainsi, dans les années 1980, nombre de militants de l’UNEF-ID (Indépendante et Démocratique) ont fait leurs premières armes dans le Syndicat lycéen, structure lycéenne contrôlée par le syndicat étudiant. D’autre part, certains militants syndicaux étudiants apparaissent comme « multipositionnés »5 : soit ils vivent, à leur entrée à l’Université, une double rencontre avec le militantisme syndical et politique, soit l’entrée dans le syndicat n’est qu’une nouvelle étape franchie après un premier investissement dans le monde politique. Cette double appartenance mène souvent à une confusion des genres : ainsi, l’UNEF-US (Unité Syndicale), une des deux UNEF nées de la scission de 1971, est souvent appelée UNEF-AJS (Alliance des Jeunes pour le Socialisme) durant les années 1970, la présence de militants AJS étant perçue comme le signe d’une « inféodation » du syndicat par de nombreux journalistes, notamment ceux de L’Humanité, qui soutiennent ouvertement l’autre UNEF, l’UNEF-Renouveau, fortement liée à l’UEC (Union des Étudiants Communistes). La frontière entre monde syndical étudiant et monde politique « adulte » peut paraître ainsi assez floue. Enfin, l’engagement militant peut être le fruit d’un « héritage familial »6 : on note effectivement, dans les différentes enquêtes menées sur le sujet, une forte proportion de militants étudiants influencés par des parents engagés dans des partis politiques ou des syndicats, ce qui corrobore la thèse d’un « chemin socialement préparé à l’engagement »7. Mais surtout, cette tradition familiale permet parfois l’acquisition de connaissances sur le « système » politique, sur ses règles.

5Néanmoins, il faut nuancer ces propos qui tendraient à amenuiser le rôle des structures étudiantes dans la formation politique. D’abord, les militants « professionnels », déjà engagés dans des structures politiques, même s’ils incarnent une « norme militante », ne forment qu’une minorité des adhérents des syndicats, laissant de larges possibilités de « carrières » aux autres militants, « carrières » favorisées par un « turn-over » rapide au sein des regroupements, lié directement au statut d’étudiant, statut éphémère s’il en est. D’autre part, au cours des années 1970 et 1980 s’affirment, en lien avec une régression de l’engagement politique et syndical, de nouvelles formes de regroupements d’étudiants, qu’on peut assimiler aux syndicats sur de nombreux points : les coordinations. Nées plus ou moins spontanément à l’occasion d’un mouvement de protestation, les coordinations permettent à de nouveaux acteurs de prendre une place importante sur la scène politique et médiatique. En ce sens, elles apparaissent comme des structures de « formation accélérée » aux jeux du pouvoir, même si les syndicats, par leur fonctionnement, restent la première « école de la politique ».

L’« appareil syndical » étudiant

  • 8 Sébastien Michon, « Le syndicalisme étudiant : processus d’entrée et effets du militantisme », comm (...)
  • 9 La structure de l’UNEF-ID est connue grâce aux statuts déposés en préfecture à l’occasion de la cré (...)

6L’espace militant étudiant est une sphère sociale à part entière, avec ses activités, ses règles (dites ou tacites)8 et ses intérêts spécifiques. Le militant doit suivre un « cursus », un parcours obligé, qui mène parfois d’une simple position d’observateur à celle de leader du mouvement étudiant. En prenant l’exemple de l’UNEF-ID9 (née en janvier 1980 mais dont la structuration peut être prise comme modèle pour de nombreux syndicats étudiants, même pour ceux de droite ou d’extrême droite), les premiers pas du militant se font au sein d’une AGE, assemblée générale étudiante. L’AGE est la structure de base : elle regroupe plusieurs comités d’action syndicale, généralement un par site universitaire ou par UFR. Chaque AGE est dirigée par un bureau composé d’un président, d’un secrétaire général et d’un trésorier élus tous les deux ans. Le bureau réunit la plupart du temps sept à dix membres, chacun chargé d’un secteur ou d’une question particulière. Le congrès local, tenu tous les deux ans, réunit tous les « encartés » : il élit le bureau en votant les motions d’orientation des différentes tendances. Au-dessus de ce premier niveau se trouve le congrès national, qui réunit les délégués élus dans les congrès locaux, à la proportionnelle des votes sur les textes d’orientation. Le congrès national élit une commission administrative, elle aussi à la proportionnelle des votes de tendances. Cette dernière élit le Bureau national qui est l’organe exécutif ; elle applique les motions votées au congrès et centralise les informations des AGE. Enfin, « chapeautant » tout le système, la commission de contrôle, élue elle aussi par le congrès, veille au respect des statuts, du règlement intérieur et des mandats du BN et des AGE. Le syndicat apparaît donc comme une structure pyramidale hiérarchisée, dans laquelle l’ascension à un niveau supérieur de fonction couronne, en principe, une compétence, une capacité à rassembler.

7Le rôle de cette structuration dans l’apprentissage du jeu politique apparaît dans la mise en parallèle de la « pyramide unéfienne » avec celle des groupes politiques « adultes ». Si l’on considère ainsi l’UNEF et le PS, au comité d’action étudiant répond la section locale PS, à l’AGE la fédération, au président UNEF le premier secrétaire PS. Chacun s’organise à partir du congrès national et autour du bureau national. Sans dire que l’UNEF a calqué son organisation sur celle du PS (on aurait la même similitude entre le syndicat et des partis de droite comme le RPR ou l’UDF), il apparaît clairement une analogie entre structures étudiantes et « adultes ». Ainsi, le syndicat étudiant permet une première confrontation au « jeu d’appareil », mais également au débat d’idées.

Une première expérience du débat

8En effet, si par leurs structures mêmes les syndicats étudiants permettent un apprentissage du jeu politique, c’est surtout par le biais des débats internes, du règlement des conflits et des mobilisations que se fait l’acquisition de savoirs militants et politiques. La plupart des syndicats étudiants des années 1970 et 1980 fonctionnent sur le droit de tendance. Les tendances, généralement construites autour de positions vis-à-vis de l’institution universitaire (en particulier la question de la participation) ou de positions politiques, proposent les orientations syndicales aux AGE ou aux congrès. Le regroupement en tendances est un élément de dynamisme, de mouvement au sein des organisations. Il incite aux débats et à la réflexion internes mais il peut également s’avérer être un facteur de blocage. Le but d’une tendance étant de prendre le pouvoir au niveau national, ses partisans doivent gravir tous les échelons de la pyramide organisationnelle, des AGE au congrès national. Les moyens utilisés par les tendances sont divers (publications, débats publics…) mais différents éléments peuvent interférer dans le fonctionnement normal.

9D’abord, les grandes tendances nationales, au-delà d’une orientation, mettent souvent en avant une grande figure, un représentant popularisé par un mouvement de contestation. De plus, le droit de tendance est à de nombreuses reprises « bafoué » par le recours à diverses manœuvres, souvent héritées du monde politique adulte (fraudes aux élections internes, accès au congrès interdit aux représentants de différentes tendances par la présence de « gros bras »…), ce qui mène à des conflits parfois violents, dont l’AGE de Clermont-Ferrand se fait une spécialité. Ainsi, en 1968, les « démissions » se multiplient au sein de l’AGE en signe de protestation contre la mainmise d’une minorité AJS sur le syndicat et, durant le mouvement de mai, la direction FER (Fédération des étudiants révolutionnaires) est évincée par le groupe ÉSU (Étudiants socialistes unifiés) au cours d’une assemblée générale. En 2007 encore, une minorité proche de la Gauche socialiste et du PC recrée l’AGEC (Assemblée Générale des Étudiants Clermontois, sigle abandonné dans les années 1990) en signe de protestation contre les pratiques du bureau UNEF-Clermont en place, bureau dominé par la LCR.

  • 10 S. Michon, op. cit.
  • 11 Daniel Gaxie et Michel Offerlé, « Les militants syndicaux et associatifs au pouvoir. Capital social (...)

10Néanmoins, le fonctionnement des syndicats étudiants permet l’apprentissage de certains rouages du jeu politique : à chaque niveau (AGE, congrès), le principe de légitimation des représentants syndicaux est l’élection10. De ce fait, les militants aspirant à exercer des fonctions doivent se soumettre à l’approbation de leurs pairs, présenter un programme cohérent, comme certains sont amenés à le faire par la suite au sein d’organisations politiques adultes ou face au vote populaire. Au-delà d’un simple apprentissage d’un fonctionnement d’appareil, la participation à un syndicat étudiant nécessite l’assimilation de techniques électorales, la connaissance (voire la manipulation) des modes de scrutin à différents niveaux et une maîtrise des stratégies politiques11. Toutes les compétences acquises « en interne » par les militants sont ensuite mobilisées dans le jeu syndical et dans les relations au monde politique et syndical « adulte ».

Mobilisation des compétences et nouveaux apprentissages

Un militantisme professionnel ?

  • 12 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les héritiers, les étudiants et leur culture, Paris, Les é (...)
  • 13 Ce sentiment est confirmé par tous les témoignages recueillis dans le cadre du travail de thèse, qu (...)
  • 14 S. Michon, op. cit.
  • 15 Le déroulement et le contenu de ces stages sont connus grâce aux comptes-rendus effectués par les r (...)
  • 16 Daniel Bertoux, Danièle Linhart et Béatrix Le Wita, « Mai 68 et la formation de générations politiq (...)
  • 17 Voir le chapitre consacré au mouvement de 1986 dans Nicolas Carboni, L’agitation étudiante et lycée (...)

11Comme le soulignent P. Bourdieu et J.-C. Passeron dans Les héritiers, les étudiants et la culture12, militer dans une organisation syndicale étudiante représente un investissement personnel majeur : investissement en temps (parfois même au détriment des études) mais surtout investissement « psychologique », avec, selon les dires des militants13, le sentiment d’accomplir une tâche nécessaire de la façon la plus professionnelle possible. Militer, comme l’a démontré S. Michon14, c’est prendre part à un « jeu sérieux », à des « jeux du sérieux ». Ainsi, à tous les niveaux de l’organisation, de l’AGE au Bureau national, des « savoir-faire » sont nécessaires. Ces « savoir-faire » sont acquis de diverses manières : d’abord dans des stages organisés par les syndicats autour de différents thèmes15 (droit de tendance, organisation interne, service d’ordre…), mais surtout au fil de l’action syndicale et plus particulièrement à l’occasion des grands mouvements de contestation qui représentent d’intenses moments d’accélération de l’apprentissage, à l’exemple des mois de mai et juin 1968, qui virent se dérouler un « processus collectif de grande ampleur »16. Si l’on prend l’exemple du mouvement de contestation de 1986 contre le projet de loi Devaquet, on a assisté, durant les deux mois de protestation, à plusieurs phénomènes : d’abord à la mobilisation de savoir-faire déjà existants (organisations de manifestations, rédaction de tracts, création de services d’ordre…) mais cette fois à une échelle nationale ; ensuite à la spécialisation de militants sur des questions précises par l’intermédiaire de commissions (commission d’étude du projet, commission de popularisation, commission de jonction avec les organisations ouvrières, les lycéens, les professeurs, commission média…), tant au niveau local que national17. Mais surtout, ces semaines sont apparues à beaucoup comme « l’entrée d’une génération en politique ». Ceci est particulièrement visible chez les leaders de la coordination étudiante qui ont multiplié les rencontres (officielles ou secrètes) avec des membres du gouvernement, différents groupes parlementaires ou leaders de partis politiques, rencontres « mises à profit » par la suite par certains de ces leaders, qui obtiennent des postes d’importance au sein de partis politiques voire même jusqu’à l’Élysée.

  • 18 S. Michon, op. cit.

12Même à un niveau plus modeste, la participation à un syndicat étudiant nécessite la mobilisation, la maîtrise de compétences diverses mais aussi des connaissances pointues sur divers sujets (ce qui explique la multiplication de « dossiers » rédigés en interne). L’actualité, les institutions, les lois, le fonctionnement de l’administration18 sont souvent considérés comme des savoirs de base du « bon militant ».

  • 19 Ibid.

13Une des principales activités des syndicats étudiants réside dans la rédaction de tracts, la réalisation d’affiches et de journaux propres à chaque structure. Ces éléments demandent le développement d’un « savoir-faire rédactionnel » et d’une « organisation du raisonnement »19. En effet, l’« efficacité » des publications et de l’affichage dépend en grande partie de l’usage de la rhétorique, d’une bonne maîtrise du slogan politique. Le syndicaliste étudiant est d’autant plus attentif à ces questions que ses propos peuvent être réinterprétés, dévoyés par ses opposants directs ou par les tendances adverses au sein de son organisation.

14Enfin, le syndicalisme étudiant développe son propre répertoire d’action collective : manifestations, sit-in, pétitions sont le « lot quotidien » des syndicalistes étudiants. Si les étudiants se démarquent des autres groupes sociaux notamment par le caractère festif, voire absurde de certaines de leurs manifestations (on peut citer en exemple le procès tenu à Nantes en 1986 pendant le mouvement contre le projet Devaquet, à l’issue duquel le ministre est condamné à manger à perpétuité au restaurant universitaire), on peut noter que ce répertoire d’action est directement issu ou hérité des groupes politiques et syndicaux « adultes », et pourra donc être aisément réactivé au moment de contestations menées dans ces derniers, à l’image du « blocage », tradition du mouvement ouvrier, devenu le symbole de la « prise de pouvoir » des étudiants durant les mouvements de contestation dans les années 1980 et 1990.

La gestion des relations à autrui

  • 20 Ibid.
  • 21 Interview visible sur le site Internet de l’INA.

15Au-delà de compétences techniques (savoirs sur des questions précises, connaissance d’enjeux politiques, des jeux d’appareil), le syndicalisme étudiant oblige à gérer de nouvelles relations, à jouer d’un tissu, d’un réseau de relations. Pour les militants « de base », les prises de paroles en public sont nombreuses et constituent une première étape dans l’apprentissage de la communication : interventions dans les amphithéâtres, lecture de communiqués de presse, interviews « sur le vif » à l’occasion d’une action… La prise de parole se fait aussi pendant les réunions avec d’autres militants, avec des « institutionnels » (notamment au sein des divers conseils d’Université), des élus, ce qui, à force « d’entraînement », permet de prendre une certaine assurance et d’acquérir des « ethnométhodes »20, c’est-à-dire savoir user d’effets rhétoriques, connaître les « cordes » à faire vibrer. On peut noter à cet égard un certain nombre de changements au cours des années 1970 et 1980, avec notamment une certaine « professionnalisation » du discours militant. Ainsi, si en avril 1973, pendant un débat avec Joseph Fontanet, alors ministre de l’Éducation nationale, Michel Field, leader du mouvement de protestation contre la loi Debré, se permet de traiter le ministre de « rigolo »21, le discours se fait plus « posé », plus élaboré par la suite, notamment lors des prises de paroles médiatisées, comme l’illustre le mouvement de 1986.

16Ce changement est particulièrement remarquable avec l’arrivée à la tête des mouvements étudiants des militants de l’UNEF-ID, souvent « formés » à l’OCI, dont le militantisme est particulièrement exigeant. Le choix de la « participation » et la présence dans les conseils universitaires obligent à des efforts en terme de présentation et de maîtrise du langage. Un nouveau style de militant s’affirme dans les années 1980 : longtemps perçu comme un « chevelu débraillé », le militant étudiant affiche par son apparence un sérieux à toute épreuve. Ainsi, de 1981 à 1988, tous les présidents UNEF-ID arborent une petite moustache (censée les vieillir), portent le costume cravate, de préférence sombre, ainsi qu’un imperméable, compagnon de toutes les sorties de terrain, et une mallette de cuir, devenue l’outil indispensable de toutes les réunions avec les autorités.

  • 22 L. Bargel et K. Yon, op. cit.

17Un autre changement important, également signe de cette professionnalisation des militants, est le nouveau mode de recrutement : durant les années 1970, une forte « hétéronormativité »22 est visible. Cela se traduit par un recrutement non-intellectuel, une fascination pour la force physique. Dans les années 1980, on assiste à un renversement avec une mise en valeur des parcours scolaires, des capacités intellectuelles et une forte féminisation des effectifs, qui aboutit dans le début des années 1990 à l’accession de jeunes filles à la présidence des syndicats, phénomène limité dans les année 1970 aux syndicats lycéens, notamment avec la figure de Danièle Dutil, présidente de l’UNCAL (Union Nationale des Comités d’Action Lycéens) au début de la décennie. De nouvelles techniques sont mises en valeur : faire respecter un ordre du jour (en évitant de longs débats politiques), gérer un temps de parole, conduire une réunion, imposer une décision en donnant le sentiment d’une décision collégiale, mener une campagne électorale. D’une certaine manière, on passe d’une domination physique sur les militants dans les années 1970 à une domination plus intellectuelle où le charisme devient une clef pour accéder au pouvoir dans l’organisation.

  • 23 D. Gaxie et M. Offerlé, op. cit., p. 111-112.

18Daniel Gaxie et Michel Offerlé, dans un article intitulé « Les militants syndicaux et associatifs au pouvoir »23, résument les acquis d’un passage à l’UNEF dans les années 1980 à l’acquisition d’un savoir-faire organisationnel, l’apprentissage de techniques indispensables à l’exercice du travail politique, l’enracinement d’un sentiment de compétences politiques, la construction d’une vision militante du monde et la construction d’un réseau de relations susceptibles d’être mobilisées en de multiples occasions, notamment lors des « reconversions » professionnelles.

La conversion du patrimoine militant ou l’entrée en politique

Une attraction mutuelle

19Si la condition étudiante est un moment du cycle de vie où est facilitée la possibilité d’engagement à plein temps, avec des opportunités de vivre « pour » son militantisme, voire même « par » son militantisme, le syndicalisme est aussi une voie d’entrée en politique. Même s’il faut nuancer cette affirmation en rappelant que la « voie du pouvoir politique » n’est accessible qu’à une minorité et que le syndicalisme étudiant peut apparaître comme un espace complémentaire de formation politique, compte tenu des différentes formes d’engagement, la corrélation entre carrières militantes et carrières politiques est nette, tant au niveau national que local, aussi bien dans les années 1970 que dans les années 1980. Ainsi, même si la conversion des ressources militantes dans une activité professionnelle dépend de différents facteurs (réussite scolaire, appartenance à la « bonne » tendance), elle est largement possible comme l’atteste le nombre de permanents d’organisations, d’assistants parlementaires, que ce soit à l’Assemblée Nationale, au Sénat ou au Parlement Européen, de collaborateurs de maires, d’élus de conseils régionaux ou généraux qui ont fait leurs premières armes dans un syndicat étudiant.

20Si les ex-militants trouvent dans ces parcours une issue professionnelle plutôt satisfaisante, leurs « mentors » discernent chez eux des qualités non négligeables. Ainsi, les connaissances, tant d’un point de vue technique que culturel, sont autant d’atouts pour les missions qui leur sont confiées : rédaction de discours, de rapports ; organisation de meetings ou de rassemblements ; assurer le lien entre la « base » militante et les « décideurs »… À tous ces savoir-faire s’ajoute un facteur important de reconversion professionnelle : la densité du réseau relationnel de ces ex-militants, qui permet à certains d’effectuer des carrières politiques de premier plan.

Isabelle Thomas ou une ascension critiquée

21On peut multiplier les exemples de militants étudiants parvenus dans les hautes sphères du pouvoir. Nous nous intéressons ici à deux parcours assez représentatifs, bien qu’exceptionnels, l’un menant aux couloirs de l’Élysée, l’autre menant du militantisme local aux plus hautes sphères de la politique nationale. Ainsi, Isabelle Thomas est un des exemples les plus marquants d’une conversion rapide du capital militant : adhérente UNEF-ID en 1981, elle entre PS en 1983 et s’investit à SOS Racisme à partir de 1984, après sa rencontre avec Julien Dray. Militante et leader étudiante à l’université de Villetaneuse-Paris XIII, elle lance le mouvement en 1986 contre le projet de loi Devaquet et devient rapidement le symbole du mouvement, très vite contesté suite à plusieurs articles de presse la concernant, dans lesquels le mouvement est oublié au profit de sa personnalité. Si son « réseau » relationnel est déjà étoffé avant le mouvement et ses compétences reconnues, 1986 marque pour elle une accélération de sa carrière politique.

22Repérée par François Mitterrand, elle entre en 1987 au Conseil National du Parti Socialiste et intègre le comité de soutien pour l’élection présidentielle de 1988, même si les critiques contre cette « promotion » se multiplient, notamment à l’UNEF, ce qui l’oblige à démissionner du BN. Après la réélection de 1988, François Mitterrand en fait sa chargée de mission pour les problèmes de la jeunesse. Ainsi, son rôle dans l’UNEF et dans les mouvements de contestation semble lui donner une légitimité quant au « règlement » de la question de la jeunesse aux yeux des politiques, alors que pour une partie de la jeunesse, elle est plutôt le symbole de l’exploitation d’un mouvement au profit de personnalités, l’incarnation de la récupération politique. Après un premier échec électoral aux législatives de 1988, elle participe à la fondation du courant Nouvelle École socialiste, puis de la Gauche Socialiste avec Julien Dray et Jean-Luc Mélenchon, tous deux également passés par le syndicalisme étudiant. Elle intègre ensuite la tendance Nouveau Parti socialiste, au sein de laquelle elle travaille aux côtés d’Henri Emmanuelli. D’un point de vue électoral, le seul mandat obtenu (après de multiples tentatives aux législatives) est celui de conseillère municipale à Saint-Malo. Cet écart entre rôle national et insuccès électoral démontre l’importance du réseau relationnel tissé par cette dernière au sein du PS, qui d’une certaine manière semble compenser sa faible popularité dans le public.

Alain Bussière : du pouvoir local au pouvoir national24

  • 24 Cette partie a fait l’objet d’une étude plus large, basée sur une série d’entretiens réalisés avec (...)

23Si les militants parisiens peuvent par leur engagement obtenir des « places de choix » au sein des institutions françaises, plus rares sont les militants étudiants de province qui parviennent à de hautes fonctions dans la machine de l’État ou au sein de partis politiques. Dans l’espace clermontois, l’exemple le plus marquant est celui d’Alain Bussière. Dès 1981, l’élève de terminale du lycée Blaise-Pascal prend la tête du Syndicat Lycéen, branche cadette naissante de l’UNEF-ID, dont il devient rapidement le responsable académique pour l’Auvergne. Cet engagement, auquel s’ajoute rapidement une participation à l’OCI, l’amène tout naturellement à adhérer à l’UNEF-ID. Il contribue ainsi à l’activité de l’AGEC avant même son inscription « réelle » à la faculté et tient les tables d’accueil de l’UNEF pour, comme il le dit, « encarter ses congénères » et ce, avant même d’avoir le statut étudiant. Élu responsable du comité d’action de l’UER de science économique dès sa première année à l’UNEF-ID, A. Bussière devient représentant étudiant au Conseil d’administration de l’université, poste qu’il occupe pendant ses sept années d’études, ce qui l’oblige à se confronter à diverses personnalités habituées aux débats d’idées. Dès sa deuxième année, il est élu responsable du bureau AGEC. Son élection comme président de l’AGEC a lieu en 1983, poste qui l’amène à mener localement de nombreux mouvements, notamment celui de 1986. Durant toute cette période, A. Bussière est très proche de J.-C. Cambadélis et admet militer « sous ses ordres ». La position de Cambadélis au sein de l’UNEF et du Parti Socialiste permet à A. Bussière d’arriver rapidement à des fonctions importantes au niveau national au sortir de la vie étudiante. Il prend une place active dans le groupe Plus jamais ça, créé après la mort de Malik Oussekine en 1986, et devient en 1988 le président du comité de soutien jeune à la candidature de François Mitterrand aux élections présidentielles, ce qui marque pour lui une entrée dans la politique professionnelle. Il collabore à l’écriture de plusieurs ouvrages de J.-C. Cambadélis, ainsi qu’à la création du Manifeste contre le Front National, « pamphlet » devenu mouvement dont il devient un des animateurs nationaux à Paris. Fort de son expérience politique et de sa connaissance du « problème » étudiant, il est appelé en 1991 dans le cabinet du ministère de l’Éducation nationale, alors dirigé par Lionel Jospin. Sa position d’ex-président de l’AGEC est bien sûr connue, mais, n’ayant jamais eu de responsabilités au niveau national dans l’UNEF, il n’est pas « identifié » : il connaît donc le milieu « sans pour autant porter d’étiquette ». Il travaille en collaboration étroite avec Claude Allègre, conseiller spécial de Lionel Jospin, et devient chargé de la « vie étudiante ». Le hasard l’amène d’ailleurs durant cette période à négocier avec les militants étudiants pendant le mouvement de protestation contre le projet de loi Jospin, mouvement lancé au niveau national par les militants de l’AGEC, son ancienne AGE, et ce en opposition avec la direction nationale. Ce mouvement de contestation, auquel s’ajoute l’échec socialiste aux élections cantonales de mars 1992, mène à la démission du gouvernement Cresson : d’une certaine manière, A. Bussière est « victime » de son ancienne AGE, dont la direction et les leçons tirées des luttes menées à sa tête l’ont pourtant conduit à de hautes responsabilités. Après sa sortie du cabinet de Lionel Jospin il se spécialise dans l’analyse économique du Front National et se réinvestit dans le Manifeste contre le Front National. En 1993, de retour en Auvergne, il s’inscrit à la section PS de Saint-Amand-Tallende, section qui l’investit candidat aux élections cantonales de novembre 1993. En 1997, il entre au secrétariat fédéral PS du Puy-de-Dôme et en devient le premier secrétaire, poste qu’il occupe de 2000 à 2005, représentant la motion I du PS, motion majoritaire au niveau national mais pas au niveau local. En 2006, toujours très proche de J.-C. Cambadélis, il milite à ses côtés et représente en Auvergne la candidature de Dominique Strauss-Kahn à l’investiture PS aux élections présidentielles de 2007. À cette carrière politique « dense » s’ajoute le poste de vice-président du Conseil Régional d’Auvergne, obtenu en 2004 sur la liste socialiste. Il est chargé des lycées, de l’enseignement supérieur et de la recherche dans la région, mission qui démontre une nouvelle fois le rôle que peut avoir le militantisme étudiant dans la socialisation politique.

24L’investissement en politique de nombreux anciens militants syndicaux étudiants se veut la preuve du rôle de ce type de structure dans la formation politique. Ainsi, l’engagement dans un syndicat étudiant transforme les individus en leur apportant des connaissances, des savoir-faire, en façonnant leur rapport au monde. Cet investissement marque également la création d’un réseau de relations qui participe largement à la socialisation politique. Si, pour nombre de ces militants, l’entrée dans un syndicat étudiant n’est qu’un aspect de leur engagement, elle permet néanmoins de « faire ses armes » avant une « vraie » entrée dans le jeu politique. C’est en s’engageant, en menant des combats, qu’ils ont appris les mécanismes de la « machine politique », les rouages du pouvoir : le syndicat étudiant joue le rôle de « porte d’entrée en politique ». Le syndicalisme étudiant permet aussi d’approcher d’autres lieux de pouvoirs, notamment les pouvoirs médiatiques, comme l’atteste la forte présence d’anciens militants au sein des grandes rédactions, des groupes de presse ou des groupes audiovisuels. Ainsi, si on a longtemps fait des organisations politiques une « indispensable colonne vertébrale pour le syndicalisme étudiant », on pourrait facilement retourner cette affirmation, tout en la nuançant, et parler du syndicalisme étudiant comme une des « vertèbres » du pouvoir politique.

Haut de page

Notes

2 Pour une liste plus complète des anciens dirigeants syndicaux étudiants ayant eu un rôle politique majeur, voir Jean-Yves Sabot, Le syndicalisme étudiant et la guerre d’Algérie, Paris, L’Harmattan, 1995 et Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF de 1956 à 1968, Paris, PUF, 1983.

3 A. Monchablon, op. cit., p. 208.

4 Olivier Bianchi, « Mythes, légendes et représentations du syndicalisme étudiant : l’AGEC-UNEF entre mémoire et histoire », Siècles no 8, Identités militantes, 1998, p. 104.

5 Lucie Bargel et Karel Yon, « Entre AJS, UNEF et MJS. Circulation des militants et réseaux politico-syndicaux : évolution dans les socialisations militantes juvéniles, des années 1970 à nos jours », communication à la journée d’études Carrières militantes et trajectoires professionnelles : l’engagement dans les mouvements étudiants comme lieu de socialisation politique du laboratoire Triangle ENS-LSH de Lyon le 24 novembre 2006.

6 Valérie Becquet, « Moment étudiant, moment d’engagement », CNAF, Informations sociales, no 99, 2001, p. 7.

7 Raphaël Desanti, Le syndicalisme étudiant à la faculté de Nantes, maîtrise de sociologie, Université de Nantes, 1995-1996, p. 17.

8 Sébastien Michon, « Le syndicalisme étudiant : processus d’entrée et effets du militantisme », communication à la journée d’études Carrières militantes et trajectoires professionnelles : l’engagement dans les mouvements étudiants comme lieu de socialisation politique du laboratoire Triangle ENS-LSH de Lyon le 24 novembre 2006.

9 La structure de l’UNEF-ID est connue grâce aux statuts déposés en préfecture à l’occasion de la création de chaque AGE. Pour Clermont-Ferrand, ces statuts ont été versés au fonds UNEF-Clermont actuellement en préparation de dépôt.

10 S. Michon, op. cit.

11 Daniel Gaxie et Michel Offerlé, « Les militants syndicaux et associatifs au pouvoir. Capital social et carrière politique », Pierre Birnbaum (dir.), Les élites socialistes au pouvoir, Paris, PUF, 1985, p. 105-138, p. 111-112.

12 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les héritiers, les étudiants et leur culture, Paris, Les éditions de Minuit, 1964.

13 Ce sentiment est confirmé par tous les témoignages recueillis dans le cadre du travail de thèse, qu’on parle de militants « de base » ou de grands leaders nationaux.

14 S. Michon, op. cit.

15 Le déroulement et le contenu de ces stages sont connus grâce aux comptes-rendus effectués par les responsables et disponibles dans diverses archives (BDIC, CAC Fontainebleau, UNEF-Clermont).

16 Daniel Bertoux, Danièle Linhart et Béatrix Le Wita, « Mai 68 et la formation de générations politiques en France », Le mouvement social, no 143, avril-juin 1988, Les éditions ouvrières, p. 75.

17 Voir le chapitre consacré au mouvement de 1986 dans Nicolas Carboni, L’agitation étudiante et lycéenne de l’après mai 1968 à 1986, mémoire de Master 2, 2005.

18 S. Michon, op. cit.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Interview visible sur le site Internet de l’INA.

22 L. Bargel et K. Yon, op. cit.

23 D. Gaxie et M. Offerlé, op. cit., p. 111-112.

24 Cette partie a fait l’objet d’une étude plus large, basée sur une série d’entretiens réalisés avec Alain Bussière en octobre 2006 et sur les archives de l’UNEF-Clermont : Nicolas Carboni, « De l’UNEF à une carrière politique locale : analyse de la trajectoire de deux militants clermontois », colloque Carrières militantes et trajectoires professionnelles : l’engagement dans les mouvements étudiants comme lieu de socialisation politique du laboratoire Triangle ENS-LSH de Lyon le 24 novembre 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Carboni, « Le syndicalisme étudiant des années 1970 et 1980 : une antichambre du pouvoir politique ? », Siècles, 28 | 2008, 101-115.

Référence électronique

Nicolas Carboni, « Le syndicalisme étudiant des années 1970 et 1980 : une antichambre du pouvoir politique ? », Siècles [En ligne], 28 | 2008, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/703

Haut de page

Auteur

Nicolas Carboni

Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org